Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mer 13 Juin - 10:45

Lolita: oué je vais faire mon master là bas en commerce ( le MBA) pas loin de NY j'ai postulé à une école que j'espère avoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 15 Juin - 17:52

NOUVEAU CHAPITRE !!!!!! MISSOU DE RETOUR!!!!!! MERCI DE L'ATTENTE DE MES CHERES LECTRICES ADOREES


Chapitre 15



Voir Bella danser et embrasser Beau était plus dur à encaisser que je ne le pensais. Alors je m’étais isolé toute à la soirée, seul dans un coin. Bien des femmes essayaient de m’approcher ou de tenter une discussion avec moi, mais aucune ne m’intéressait ce soir, enfin une mais elle était déjà prise…
Je vis mes sœurs sortir de la grande tente et se diriger à l’intérieur de la maison. Elles avaient sûrement été parlées à Bella. Bella était partout. Dans mes pensées, dans les discussions entre mes parents, celles entre mes sœurs, au travail, sur les magasines…Mais ce que je ne comprenais pas, c’était pourquoi elle hantait mes pensées, pourquoi j’étais autant intéressé par elle. Pourtant, j’étais Edward Cullen, celui qui ne s’intéressait qu’à lui, celui pour qui une fille n’était rien d’autre qu’un trou avec des jambes et une jolie paire de seins. Mais Bella était plus que ça, et cela me frustrait de plus en plus. Beau et moi nous nous parlions plus. Je m’en fichais de toute façon. Bref, j’étais plongé dans mes pensées, lorsque je vis Bella se diriger dans un coin reculé du jardin, s’assoir sur un banc. Elle regardait les étoiles et semblait si pure. Quelqu’un de trop pur pour moi. Mais mes jambes se déplacèrent d’elles même vers elle, et je me retrouvais assis à ses côtés. Pourtant, elle ne baissait pas les yeux du ciel. Après de longues minutes d’attente, passées à regarder ses traits parfaits, elle se retourna et plongea ses yeux chocolat dans les miens. C’était de loin l e plus beau spectacle de la soirée.
-Je suis désolé.
Ma voix sonnait triste, et elle ne faisait que refléter mon état d’âme de ces derniers jours.
Je m’étais conduis comme un monstre ce jour-là avec Bella, j’étais peut-être sous effet de cocaïne, mais mon comportement, en particulier envers elle, était impardonnable.
-Je t’excuse.
Cela était sortit de sa bouche avec une telle douceur que je me demandais si elle n’était pas réellement un ange pour pardonner un diable comme moi. Je décidais de lui expliquer quelque peu ce qui m’avait pris le jour du tournage de Cosmopolis.
-Ce jour-là, j’avais un peu abusé de coc, et je m’en suis pris à toi. Je ne m’en souviens pas très bien, mais je pense quand même me rappeler de ton visage. Tes traits…je ne t’avais jamais vu comme ça. Tu avais tellement…
-Peur, me coupa-t-elle.
-Oui, je ne voulais pas te faire peur, je m’excuse pour ça.
-Et pour ce que tu as dis ?
-J’ai vu la vidéo, et crois moi ou pas, je ne me suis pas rendu compte que je te criais ça sur le coup. J’en suis désolé aussi.
Et c’était vrai, cette vidéo m’avait paru absurde car je ne me reconnaissais plus.
-Mais explique-moi, pourquoi m’as-tu dis que tout ça était de ma faute ? Que j’étais la cause de ton…état ?
Je ne voulais pas qu’elle pose cette question que j’ essayais moi-même de fuir depuis son arrivée dans ma vie.
-Ce n’était pas exactement de ta faute, juste oublie ce que j’ai dit.
-Non ! Tu ne peux pas me demander d’oublier ça Edward. La semaine dernière, tu avais été tellement gentil avec moi, tu m’as accompagné à mon appartement et tu as été d’une aide précieuse, et tout à coup, lundi au bureau, tu fais comme si rien de tout ça ne s’était passé. Je pensais qu’on était amis ?
Je grimaçais à sa réplique, car « ami » n’était pas exactement le terme qui aurait défini mes…sentiments envers elle.
-Je sais que tu avais dit qu’on serait amis.
-Tu avais pourtant l’air d’accord ? Dit-elle vexée.
-Pas tout à fait.
-Mais pourquoi ? Tu n’as jamais eu d’amies filles ? Tu ne veux pas en avoir ?
-Je n’ai jamais eu d’amies filles, mais ça ne me dérangerait pas d’en avoir.
J’essayais d’esquiver la réponse qu’elle attendait en reprenant bêtement ses questions.
-Tu peux arrêter de répéter ce que je dis ou de répondre aussi vaguement ? Je veux savoir pourquoi tu m’as ignoré pendant une semaine, et pourquoi tu m’as crié que tout était de ma faute la dernière fois ?
Cette discussion prenait un dangereux tournant. Et malgré moi, je commençais à m’énerver.
-Tu demandes beaucoup de choses à la fois Isabella, répondis-je froidement.
-Tu sais, pendant un instant j’ai cru que tu étais redevenu humain, mais les mauvaises habitudes se perdent difficilement hein ?
Elle se leva et s’apprêta à partir mais je repris contrôle de mon corps et lui attrapai le poignet pour la retenir.
-Bella…reste…s’il-te-plaît. Je vais essayer de t’expliquer, pardonne-moi.
Par miracle, elle m’écouta et se rassit.
-C’est plus fort que moi Bella, je n’ai jamais eu de véritables contacts sociaux en dehors de ma famille, et de quelques amis. A vrai dire, je n’ai pas vraiment d’amis. Je suis comme ça et je suis désolé, mais je ne peux pas changer du jour au lendemain. Tu vois cette discussion qu’on est en train d’avoir ? Je ne l’ai jamais eu avec aucune autre fille.
Et c’était la vérité. Je n’avais jamais parlé aussi longtemps avec une fille et surtout de sujets aussi personnels.
-Tu es trop occupé à faire autre chose avec elles pour parler peut-être…
-Ce n’est pas question de ça seulement, c’est le fait que tu me déstabilises.
-Moi ? Te déstabiliser toi ?
C’était peut-être le moment de lui dire ce que je ressentais à ces côtés, cela nous aiderait peut-être à y voir plus clair tous les deux.
-Oui. Normalement j’ai mes repères, je sais exactement comment réagir, je sais comment mettre une fille dans mon lit en battant des cils seulement. Et toi…dès le début tu as été l’exception à ma règle. Ensuite, lorsque j’ai su que tu sortais avec mon cousin, je ne vais pas te cacher que mon égo en a pris un certain coup, et tu continuais à m’ignorer. Alors la seule façon pour moi de te rendre ton comportement avec moi, était d’être cruel, vicieux…enfin, je pense que tu connais le reste d’adjectifs à la liste.
-Ah ça, tu peux le dire !
Je riais et repris.
-Donc je suis comme ça, quelqu’un de fermé, et mis à part ma famille, je ne m’ouvre à personne, parce que je juge que personne ne mérite de voir le réel moi.
Ce moi que je cache à tous, ce moi qui apparaît de plus en plus à ses côtés.
-Alors pourquoi es-tu assis en train de me parler et de me raconter autant de choses ?
-Ca Bella, c’est ce que je me demande depuis pas mal de temps. Et je ne sais pas encore pourquoi je suis différent avec toi qu’avec les autres filles. Donc, pour la semaine dernière, je pense que j’ai voulu reprendre mes repères, ceux que j’avais perdus en te rencontrant. Prendre mes distances m’a paru la meilleure chose à faire.
-Donc tu veux qu’on ne s’adresse plus la parole c’est ça ? Parce que je bouleverse tes « repères » ? Tu veux faire comme si je n’existais pas seulement parce que tu es habitué aux filles qui se taisent et qui se mettent à genoux devant toi c’est ça ? M’énervais-je.
-Elles lèvent leurs jambes aussi…
Dis-je en plaisantant pour détendre l’atmosphère.
-Quoi ? Mais je rêve ! Tu oses plaisanter ? Tu sais quoi tu as raison, on ne devrait pas être amis, tu as beaucoup de problèmes de personnalité à régler et puis après tout tu es mon patron. Donc, je te dis à Lundi au bureau.
-Je ne viendrais plus au bureau pour une bonne période Bella.
-Alors, je te dis à un de ces quatre, ou adieu tout simplement.
Cette fois-ci, elle se leva pour de bon et entra de nouveau dans la tente. Sous la lueur de la lune, je vis combien elle était belle. Sa longue robe blanche lui donnait un aspect angélique et son visage, je l’avais vu pendant que l’on se regardait sans parler, elle en avait fait une œuvre d’art, elle était encore plus belle que d’habitude. Je me levais pour essayer de la rattraper, mais la vis déjà à l’intérieur aux bras de Beau, l’embrassant fougueusement.
Mon cœur en prit un sérieux coup, alors je sortis de la maison de mes parents. Je voulais faire un petit tour à pied pour me calmer et sortir Bella de mes pensées, m’habituer au fait que nous deux, ça ne sera jamais possible. Elle demandait quelque chose que je ne pouvais lui donner. Je sortis par le portail en fer forgé et me baladais dans la rue à quelques mètres de la maison. J’avançais sans savoir où j’allais, et n’entendis pas une camionnette s’arrêter et des hommes tout en noir en sortir.
-Edward Cullen ?
-Oui ? Dis-je surpris.
Ils ne me répondirent pas mais sortir des matraques et se mirent à me frapper avec dans toutes els parties de mon corps. Ils étaient trois à me donner des coups, je sentis des poings m’écraser le visage, pieds me taper le dos et le ventre. Au bout de quelques minutes, je ne sentais plus rien, je n’avais même plus mal. Je voulais seulement mourir. Puis, un des trois hommes me dit avant de s’en aller.
-Snake te dit de lui rendre la moitié que tu lui dois où la prochaine c’est un membre de ton entourage qui recevra la raclée qu’on vient de te mettre.
Puis le bruit de pneus s’en alla et je perdis conscience.
****************************
-Edward ! Edward réveille-toi !
Je gémis et ouvris mes yeux difficilement lorsque je vis un ange devant mon moi.
-Bella…soufflais-je. Sauve-toi ils vont revenir, sauve-toi…murmurais-je pris de panique qu’ils reviennent lui faire subir le même sort qu’à moi.
-Edward il n’y a personne, je t’accompagne à l’hôpital.
-Non ! Pas l’hôpital ! M’écriais-je avant de gémir de douleur.
-Edward tu es blessé, alors laisse-moi te raccompagner chez tes parents ils prendront soin de toi.
-Non Bella, ils ne peuvent pas me voir dans cet état-là, je leur ai causé assez de problèmes.
-Ok, alors je t’accompagne chez toi.
Elle essaya de me soulever et de me faire entrer dans sa voiture. Je ne voulais pas aller à l’hôpital, ils me demanderaient se qu’il s’était passé, et je ne pouvais le faire. Sinon Snake aurait ma peau, et moi je me retrouverais en prison pour avoir autant consommer de drogues.
Nous arrivâmes devant le portail de mon immeuble et je donnais le mot de passe à Bella. Arrivé devant mon appartement, Bella me pris mon doigt et le posa sur la plaque car il fallait mon empreinte. Elle ouvrit la porte et me posa sur le divan. Elle ouvrit une trousse de secours et sortit les produits qu’il fallait pour me désinfecter les diverses blessures sur mon visage. Cela piquait énormément mais je vis qu’elle essayait de me faire mal le moins possible. Puis elle me déboutonna la chemise et me passa de la pommade sur mes hématomes. Elle me plaça aussi un bandage autour de mes côtes fracturées et autour des poignets. Je me sentais déjà mieux. Elle me porta une nouvelle fois, cette fois-ci jusqu’à ma chambre. Elle m’ôta le pantalon et me mis à l’intérieur de mon lit. J’avais l’impression d’avoir à nouveau quatre ans lorsque ma mère me bordait le soir. Bella me fis prendre des cachets, sûrement contre la douleur. Elle sorti de la chambre et je fus pris de panique car je ne voulais pas qu’elle me laisse, mais elle revint quelques secondes après avec un paquet dans sa main qu’elle me posa sur mon œil droit. Tout ce temps là, j’avais les yeux fermés, mais je sentais tout. Et lorsqu’elle rapprocha son visage du mien, je les ouvris. Nos visages n’étaient plus qu’à quelques millimètres l’un de l’autre. Nous nous regardâmes dans les yeux, comme plus tôt dans la soirée, et la vue de ses yeux m’apaisa. Je dis de façon quasi inaudible car ma gorge me brûlait.
-Merci Bella, pour tout…Mais je voudrais que tout ça reste entre nous, tu diras à mes parents que j’ai pris une semaine de vacances quelque part…Je te raconterais ce qui m’est arrivé en détail la prochaine fois.
En effet, je ne voulais pas que mes parents sachent ce qu’il s’était passé, alors autant prendre une semaine sabbatique. Et concernant Bella, je ne voulais pas tout lui raconter maintenant cela demanderai trop d’effort physique de ma part et puis je ne voulais pas gâcher ce moment en lui disant que les gars de mon dealeur étaient venus me foutre une raclée pour une somme que je n’avais pas encore payé.
Elle acquiesça mais à ce moment là, je ne voulais pas qu’elle recule son visage du mien, alors je le lui pris avec mes deux mains et le rapprochais une nouvelle fois du mien, puis, sans savoir ce que je faisais, je l’embrassai. C’était la première fois que je l’embrassais, ses douces lèvres pulpeuses contre les miennes. La sensation, bien que brève, me donna le sourire.
-Tu ne vas pas t’excuser ? Ou me dire que ce n’est pas ce que tu voulais faire ? Ou dire que c’est tes pilules qui te rendent fou ou quelque chose ? Me dit-elle en souriant.
-Non, riais-je.
Pour rien au monde je ne regretterais ce que je viens de faire.
-Ah, bien. C’était ton cadeau d’adieu alors ? Puisque tu ne veux plus me parler ?
Elle n’avait pas compris ce que je lui avais dit toute à l’heure lors de notre discussion sur le banc. Elle bouleverse mes repères mais de n’est pas pour autant que je ne veux plus qu’on se parle.
-Tu es partie toute à l’heure avant que je puisse te rattraper. Et lorsque je suis venu te voir, tu dansais avec…Beau.
Ou plutôt embrassais Beau.
-C’était pour me dire adieu aussi ? Me dit-elle en me taquinant.
-Non, c’était pour te dire que bien que je sois dans une situation où tout se chamboule dans ma tête, je ne veux pas ne plus te voir ou te parler.
-Tu proposes quoi alors ? Demanda-t-elle.
-Carpe Diem, sortis-je de nulle part.
-Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ?
-Exact, lui dis-je en la regardant dans les yeux.
-Tu réalises que je suis avec ton cousin et que tu te maries dans trois semaines n’est-ce pas ?
Bella ne me rappelle pas ces obstacles de plus, pensais-je.
-Je sais, et d’ici trois semaines, on aura largement le temps de mieux se connaître. Quant à mon cousin, tu ne feras rien de mal par rapport à votre relation, on va juste faire mieux connaissance. On pourra sortir de temps en temps. Je veux juste apprendre à te connaître.
Je voulais réellement apprendre à la connaître. Savoir qui est Isabella Swan, celle que tout le monde aime, celle qui m’a fait baisser ma garde, celle qui fait ressortir le vrai moi.
-Donc amis ? Dit-elle en me tendant son petit doigt.
Amis n’était toujours pas le terme que j’utiliserais pour nous deux. Mais si ça peut lui faire plaisir alors…
-amis, répondis-je en croisant mon petit doigt avec le sien. Mais avec bénéfices rajoutais-je en lui tirant son doigt pour l’attirer vers mon visage et pouvoir l’embrasser une nouvelle fois. Cette fois, le baiser était plus long, plus fougueux. Je me sentais plus heureux que jamais.
Elle se détacha de moi en riant et dit.
-Tu n’as plus mal j’ai l’impression ! Et ce que tu viens de faire est mal par rapport à Beau !
Toujours ce Beau pour foutre l’ambiance en l’air !
-C’est les cachets qui ont fait leur effet donc je ne sens pas mes bleus pour l’instant, et je ne suis pas un spécialiste des relations émotionnelles, mais je pense que tu ne fais rien de mal tant qu’on ne fait pas de…trucs physiques !
-Le bouche à bouche c’est physique Edward, sourit-elle amusée.
Ah elle fait sa maligne.
-Pas ça…l’autre truc physique…tu sais…dis-je en flirtant.
-Ah, tu veux dire CE truc physique en particulier ?
Elle voulait ma mort ou quoi ?
-Si on pense à la même chose, alors oui ce truc là en particulier.
Si seulement ce truc là en particulier pouvait avoir lieu.
-Tu es prêt à ne pas faire ce truc-là avec moi pendant trois semaines ? Mais où est passé le nymphomane Edward Cullen ?
Cet Edward a disparu Bella, et ce à cause de toi, ou grâce à toi, je ne sais pas encore.
-Il essaie de se tenir à carreau et de montrer à Isabella Swan qu’il fait des efforts pour changer ses problèmes de personnalité et de comportement.
-Ah, alors je te souhaite bonne chance patron ! Je te laisse, je reviendrai voir comment tu vas demain.
Non ! Je ne voulais pas qu’elle me laisse, je m’étais habitué à sa présence…
-Reste ce soir…lui demandais-je avec des yeux suppliants.
-Tes nouvelles résolutions auront duré 30 secondes.
-Non, pas de ça ! Juste que tu restes ici, je mettrais des oreillers entre nous si tu veux ? Demandais-je comme un enfant.
-Non, Edward. On va être amis et puis c’est tout ! Et rester avec toi ce soir, c’est assez bizarre. Je reviendrais demain promis.
Elle m’embrassa sur la joue, me souhaita bonne nuit et sortit de ma chambre. Avant qu’elle ne referme la porte, je lui lançais
-Ne compte pas sur moi pour être un ami exemplaire, des fois je pourrais céder à la tentation !
Une tentation pareille, c’est fait pour céder non ?
Un nouveau chapitre s’était écrit entre nous deux, après l’épisode de l’ascenseur, c’était celui-ci. Mais cette fois-ci, je ne comptais pas l’ignorer. Je comptais l’appeler, lui parler, la fréquenter, et profiter du plus de moments possibles qu’on aurait. L’affaire entre Snake et moi allait se régler, je comptais lui rembourser son fric dès que possible, car je ne voulais aucun obstacle entre Bella et moi ces trois semaines qui arrivent. Et puis Beau pourrait aller se faire mettre. Quant à Rosalie… Rosalie était sûrement en train de me tromper en ce moment-même. Mais cela ne me faisait rien, son bébé, enfin notre bébé, ne manquerait de rien, mais elle, elle ne sera jamais Isabella Swan.


Dernière édition par missou le Dim 17 Juin - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolita Cullen
Visionne Roméo et Juliette
Visionne Roméo et Juliette


Féminin
Nombre de messages : 991
Age : 18
Localisation : A vous de chercher!
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Sam 16 Juin - 16:25

Hey! Missou: le retour! Wink
J'adore ce chapitre PDV Edward! On a bien fait d'attendre! C'est génial! J'ai trop hâte de voir la suite!
smack Missou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Sam 16 Juin - 16:32

très très bientôt la suite... Et on va ENFIN voir Edward et Bella interagir normalement, sans insultes, sans embrouilles... Que du bonheur...avant la tempête bien sûr hihihihi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littlebylittle
Sauvée par des loups géants
Sauvée par des loups géants


Féminin
Nombre de messages : 1277
Age : 40
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 17 Juin - 20:16

excellent ... j'adore les pdv Ed

alors comme ca embrasser n"est pas physique Wink sacré Ed lol

euh c'est tres tres bientot la suite Very Happy super j'ai hate

smack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolita Cullen
Visionne Roméo et Juliette
Visionne Roméo et Juliette


Féminin
Nombre de messages : 991
Age : 18
Localisation : A vous de chercher!
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Lun 18 Juin - 19:23

littlebylittle a écrit:


alors comme ca embrasser n"est pas physique Wink sacré Ed lol


Ouais! C'est nouveau! Tu savais pas?! Wink lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 19 Juin - 1:04

Chapitre 16


Comme promis, me voici le lendemain chez Edward. Je devais m’assurer qu’il allait mieux, et puis depuis ce qui s’était passé hier soir, je ne savais pas ce qu’il me prenait mais j’avais un besoin de le revoir, de lui parler, de rire de ses blagues…j’avais peur de commencer à m’attacher à lui. Je sonnais à sa porte et il vint m’ouvrir, il était torse nu avec un pantalon de pyjama.
-Hey, lui dis-je en lui faisant la bise.
-Salut Bella, tu es venue…Me dit-il heureux.
-Bien sûr ! Je te l’avais promis hier… Répondis-je en souriant.
Il m’invita à entrer et nous nous installâmes gênés sur le canapé.
-Donc
-Euh
Nous explosâmes de rire car nous avions parlé en même temps.
-Tu veux prendre le petit déjeuner avec moi ? Je viens de commander pas mal de trucs de chez ma pâtisserie, dit-il.
-Oui, je n’ai pas encore mangé d’ailleurs, juste pris un verre de jus.
-Ok, alors je pense qu’on devrait se détendre un peu. J’allume la télé ?
-Mm oui pourquoi pas.
Nous regardâmes une série à deux balles, sans vraiment la regarder.
-C’est…
-bizarre, continua-t-il.
-Oui, c’est le mot, dis-je.
-Ecoute, je sais que tu es peut-être stressée à cause de ce qui s’est passé hier, mais vraiment, je ne veux pas te mettre de pression ou quelque chose. Je voudrais juste passer du temps avec toi.
-Je sais, et ne t’en fait pas pour hier, c’est oublié !
-Ah…déjà ? Me sourit-il d’une manière assez diabolique en s’approchant.
-Eh oui, faut croire que tu n’embrasses pas aussi bien que ça, répondis-je en le taquinant.
-Eh bien, j’aurais peut-être une solution à ça…
-Laquelle ? Lançais-je au tac au tac.
Il s’approcha de moi et se mit à me chatouiller.
-Ed…Non …Arr..Non ! Je déteste les ch…hahaha, arrête !!! Riais-je.
-Ca va peut-être t’obliger à te rappeler comme j’embrasse bien. Alors ? Dit-il en continuant ses chatouilles.
-Tu étais p…par…parfait ! Réussis-je à articuler entre les fous rires.
-Bien, alors voyons ça.
Il arrêta ses chatouilles et à la place il m’embrassa, en me tenant la jambe droite pour ne pas tomber du canapé. Je ne sais pas ce qui me prenait, mais je n’essayais pas de l’arrêter, pire, je participais au baiser. Lorsque nous dûmes reprendre notre souffle, nous nous séparâmes en souriant et au bruit de la sonnette.
-Le petit déjeuner est là, me dit-il en se levant pour aller ouvrir la porte.
Nous nous installâmes autour de la table de sa cuisine et commençâmes à manger.
-Tu as moins mal non ?
-Je vais beaucoup mieux grâce à la meilleure infirmière qui soit, dit-il en me regardant dans les yeux.
-Elle doit en avoir du talent pour avoir transformé un handicapé en libidineux !
-En parlant de libido, elle était vraiment sexy hier soir l’infirmière, et garder mes mains pour moi s’est avéré être plus dur que je ne le pensais.
Je rougis à ses mots et but une gorgée de mon café.
-Tu veux faire quoi aujourd’hui Bella ?
-Je ne sais pas, c’est toi l’handicapé c’est toi qui me dit ?
-L’handicapé n’a pas trop l’habitude de voir des filles en dehors de son lit alors disons qu’aujourd’hui c’est toi qui va décider, c’est tout nouveau pour moi tout ça donc…
-Ok j’ai compris, t’es un nouveau né qui ne sait pas quoi faire avec une fille si ce n’est…enfin bref tu sais quoi ? On va oublier ton passé et aller de l’avant c’est ce que tu voulais non ? Alors plus de références à ton passé douteux.
-Tu serais prête à faire ça…pour moi ? Dit-il surpris et soulagé.
-Oui, on ne refuse rien à quelqu’un dans un état aussi horrible que le tien, dis-je en le taquinant.
-Ah…mon état est horrible maintenant ? Non, parce que je pensais que tu aimais bien il y a quelques minutes sur le divan, dit-il dans un demi-sourire.
-Peut-être…peut-être pas.
-Tu vas regretter d’avoir dit ça Isabella, lança-t-il en se levant de sa chaise.
Je me levais tout aussitôt et courait à travers l’appartement dont le grand espace s’avérait être un avantage pour moi à cet instant, je pris un coussin au passage que je lui jetais dessus, mais il le rattrapa et essaya de me le jeter dessus à son tour, mais j’arrivais à l’esquiver. Je me pris les pieds dans un de mes lacets défaits et tombai. Au même moment, Edward qui se trouvait juste derrière moi n’eut pas le temps de freiner et me tomba dessus alors que j’essayais de me tournais sur mon dos. Il avait tout son poids sur moi, et je ne dirais pas que ça me dérangeait spécialement. Je me sentais même bien dans ses bras, ou plutôt, aplatie par son torse nu.
-Me feriez-vous part de vos pensées salaces Mlle Swan ?
-Non, dis-je démasquée. Mais vous pourriez vous lever par contre car je n’arrive plus à respirer, mentis-je.
Il essaya de se lever avec le poignet qui n’était pas bandé et nous reprîmes notre souffle.
-Tu as une de ces endurances Bella, il en avait de la chance Beau.
-Qui te dit qu’il ne l’a plus ? Répondis-je pour l’embêter.
-Et moi tu me donnerais cette chance Bella ? Demanda-t-il sincèrement.
-Je…je pensais qu’on ne ferait pas ce genre de choses, tu avais dit hier qu…
-C’est bon Bella, calme-toi je rigolais ! Je sais ce que j’ai dit hier ne t’en fais pas…je n’attends pas ça de toi.
Il m’aida à me relever et nous allâmes nous allonger sur son lit. Il mit un film et je m’endormis dans ses bras vers la moitié.
***********
Toute la semaine au bureau avait été que routine, mise à part le soir après le travail lorsque j’allais rendre visite à Edward. Beau m’appelait tous les jours, voulait qu’on se voit, mais je n’y arrivais pas. Je me trouvais assez hypocrite de fréquenter en douce son cousin, alors je ne voulais pas être confrontée à lui en face à face. On se contentait donc de se parler au téléphone… De l’autre côté, Edward et moi nous nous étions énormément rapprochés. Il n’était plus le salop qui couchait à droite à gauche et qui traitait les filles comme de vulgaires chaussettes, en tout cas, pas avec moi. Lorsqu’on se voyait, il me traitait comme son égal, et ne faisait jamais d’allusions dégradantes. On riait, on partageait des choses, on regardait des films, et on s’embrassait. Il embrassait vraiment bien, et je n’avais plus l’impression de commettre quelque chose de mal. Pour moi, c’était devenu naturel de l’embrasser et d’en profiter. J’avais appelé Esmé pour lui dire de ne pas s’inquiéter pour son fils, qu’il avait pris une semaine de vacances à Chicago. Cela me faisait du mal de lui mentir mais je l’avais fait, pour Edward. Il avait l’air d’être enfoncé dans un sale trafic, mais j’attendais qu’il soit prêt à me raconter ce qu’il s’était passé la nuit du gala de charité. Et je mentais également à Beau pour ne pas le voir, prétextant l’excuse du travail. Je mentais à Leah quand elle me demandait ce qui me rendait si radieuse ces jours-ci en lui disant que c’était le fait de m’être réconciliée avec Beau. Et surtout, je mentais à ma meilleure amie, ma sœur, à Alice, en trouvant des excuses pour ne pas la voir le soir car j’étais chez Edward. Mais dans un sens, tous ces mensonges en valaient le coup, car j’étais avec Edward Cullen. Celui que j’avais admiré longtemps dans ses films, puis celui que j’avais haï passionnément, puis celui que j’avais plus ou moins apprécié, à celui que je considérais désormais comme mon ami. Mais ami était-il le terme qui nous convenait le plus ?
Nous étions Vendredi soir et je venais de sortir du bureau. J’allais dans le garage pour prendre ma voiture et aller chez Edward, mais je ne la trouvais nulle part. Alors je montais la pente du parking souterrain pour sortir dehors et voir si le Gardien l’avait peut-être garée là-bas. En ouvrant la grille avec ma carte, je trouvais bel et bien ma voiture devant, avec un certain jeune homme adossé sur la portière avant, tenant un bouquet de fleurs à la main.
-Edward ! Dis-je en lui sautant dans les bras.
-Waw, je t’ai manqué à ce point ? Ria-t-il.
-Mais comment as-tu fait pour monter ma voiture jusqu’ici, et pourquoi es-tu ici ? Et pourquoi tu as un bouquet de fleur ? Et comment ça se fait que t…
-Une question à la fois, me coupa-t-il en riant. Le Gardien m’a donné les clés, je suis le patron ici j’ai quelques facilités. Et puis je suis ici parce que je me sens beaucoup mieux pour sortir de mon appartement et t’emmener dans une vraie sortie, et ce bouquet est pour toi, me dit-il en me tendant des roses blanches et roses. Le mélange était merveilleux.
Je pris le bouquet et me demandais pourquoi il avait fait ce choix de couleurs…je chercherais plus tard sur internet leur signification.
-Merci beaucoup, le bouquet est magnifique, ton geste est adorable, merci, dis-je en me penchant pour l’embrasser sur la joue mais il en décida autrement et m’embrassa brièvement sur les lèvres.
Je levais les yeux au ciel et lui souris.
-On va où ?
-C’est une surprise. Monte, c’est moi qui conduis.
-Alors là, kurt est l’amour de ma vie je ne peux pas m’en séparer désolé.
-Pardon ? Qui est Kurt encore ? Demanda-t-il plutôt en colère.
Lorsque je compris qu’il associait le nom de ma voiture à un homme, je décidais de jouer le jeu.
-Mais Kurt voyons ! Kurt c’est mon premier amour, on a partagé tellement de choses ensemble, mais il ne me quitte jamais et il sait que mes jambes, mes mains, mes fesses, mon corps tout entier lui appartiennent. Lorsque Kurt et moi ne formons plus qu’un, j’ai l’impression d’atteindre le nirvana, surtout à 180 km heures. La sensation est incroyable !
-Waw, attends, tu te fous de moi là, je t’amène à un putain de dîner surprise, avec un putain de bouquet de roses, et toi tu me parles d’un putain de Kurt avec vos putains de parties de jambes en l’air ?
Eh ben, je l’avais vraiment mis en colère là, ou serait-ce de la jalousie ?
-Edward, je te présente Kurt, dis-je en plaçant ma main sur le capot de ma voiture.
Il se retourna et regarda ma voiture, puis me fit face en souriant à pleine dent.
-T’es une maligne toi, et coquine en plus. Et tu apprécies énormément ta voiture, qui en passant est très belle. Je pense que tu es la fille la plus parfaite que je n’ai jamais vue.
Je rougis à son compliment et montais côté passager pour lui laisser le volant.
Nous allâmes dans un parc qui était peu fréquenté à Los Angeles mais qui était splendide. Il m’ouvrit la porte et me donna la main pour m’aider à sortir de la voiture.
-Et gentlemen en plus !
-Avec une lady, comment ne pas l’être, dit-il en m’embrassant la main.
Il sortit de mon coffre un panier et nous dirigea vers un coin assez isolé sous un arbre, à proximité d’un grand lac. Il ouvrit le panier, sortit une nappe qu’il étendit sur le gazon. Il m’invita à m’assoir puis sortit tout ce qu’il avait amené. Une bouteille de vin rouge, du pain et différentes sortes de fromages, ainsi que deux verres et deux petits couteaux.
-Edward, es-tu sûr que c’est bien toi là, devant moi ? C’est Edward Cullen ? Parce que je n’arrive pas à y croire.
Il me prit la main, la posa sur son cœur.
-Celui que tu as devant toi Bella, c’est le vrai Edward Cullen.
Puis il m’embrassa la main et la reposa. Il nous servit du bon vin et me fit quelques tartines de fromage. Nous passâmes la soirée à parler et à grignoter. Puis nous finîmes la bouteille de vin, j’étais pompette et lui aussi. Nous nous étendîmes sur la nappe et regardâmes les étoiles. Il s’allongea à mes côtés et me tint la main. Après quelques minutes passées à regarder le ciel, il se retourna sur le côté et me regarda dans les yeux, puis m’embrassa. Je posais ma main sur sa nuque et approfondissais notre baiser. Il se positionna au dessus de moi et m’embrassa dans le cou. Ses mains pétrissaient mes hanches pendant que la mienne passa de sa nuque à son torse puis en dessous de son t-shirt. Il vit mon geste comme une invitation et rentra ses deux mains sous mon chemisier et les avançait dangereusement vers l’armature de mon soutien.
Au même moment, mon téléphone sonna ce qui nous sorti de notre moment d’intimité. Il se détacha de moi et je pris mon téléphone dans mon sac.
-Allo Bella ?
-Oh, salut Beau, dis-je essoufflée.
-Qu’est-ce que tu as, tu as l’air…
-Je viens de me réveiller je faisais une petite sieste. La journée au travail a été éprouvante…
Edward me regarda en arquant un sourcil et en faisait un demi-sourire.
-Ah, je voulais prendre de tes nouvelles…Je passe te voir maintenant si tu veux ?
-Non ! Répondis-je assez précipitamment, je veux dire, je suis vraiment fatiguée ce n’est pas la peine de venir pour me regarder dormir…
-On pourra dormir ensemble.
J’entendis Edward grogner, ou était-ce mon imagination.
-Je ne préfère pas te déranger, et puis Alice passe me voir tôt demain matin donc… si tu veux je passerai te voir dans l’après-midi.
-Ca te dit un cinéma ? Demain après-midi.
-Oui, bien sûr. Tu passes me prendre vers 17 heures d’accord ?
-Ca marche à demain ma belle.
- A demain Beau.
-Un cinéma ? Il est sérieux ? S’exclama Edward. Il ne peut faire mieux que ça non ? C’est des techniques romantiques de l’âge de nos grands parents ça !
-Parce qu’un pique-nique avec du vin et du fromage n’est pas romantique et assez vieux-jeu peut-être ?
-Ce n’est…le pique-nique n’avait rien de romantique…et le vin et le fromage ce n’est pas vieux-jeu ! Se défendit-il.
-C’est toi qui voit, pouffais-je.
-Si c’était vraiment romantique, je t’aurais offert des roses rouges.
-Ah oui, pourquoi rose et blanc ?
-Le blanc représente la pureté, les anges…comme toi.
-Oh Edward ! C’est tellement gentil que tu penses ça de moi !
-C’est la vérité, dit-il en me caressant la joue.
-Et les roses ?
Il baissa les yeux.
-Je ne sais pas encore.
-Tu les as achetées et tu ne sais pas encore ce qu’elles signifient ? Riais-je.
-Non, toujours pas, mais j’essaie de découvrir ce qu’elles représentent exactement au fil du temps que je passe avec toi.
-C’est notre première semaine ensemble, il ne reste plus que deux semaines, et c’est le mariage, dis-je.
-Deux semaines, répéta-t-il. J’espère que ça nous laissera assez de temps pour savoir ce que les roses rose signifient alors.
-J’espère aussi, dis-je en le regardant dans les yeux. Je me penchais et l’embrassais sur la bouche, puis nous nous levâmes et regagnâmes la voiture. Je le déposais chez lui et le remerciais encore de sa surprise qui m’avait beaucoup plu, et allais chez moi.
Je n’aurais jamais cru qu’Edward aurait été capable de faire un pique nique aussi romantique, quoiqu’il le nie, pour moi. Pour une fille. Il avait été tellement gentil, affectueux, tendre avec moi cette semaine. Ce n’était plus l’homme que je connaissais avant. Celui qui amenait des filles nues dans son bureau, celui qui les amenait dans les toilettes, celui qui me donnait du travail en plus pour faire son vicieux, celui qui me regardait comme si j’étais un morceau de viande comme les autres filles, celui qui pensait qu’il avait le monde entre ses mains et qu’il pouvait en jouer comme il le voulait. Celui que je voyais, celui que je voyais maintenant…celui-là était le vrai. Et je commençais à céder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littlebylittle
Sauvée par des loups géants
Sauvée par des loups géants


Féminin
Nombre de messages : 1277
Age : 40
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 22 Juin - 11:25

merci pour ce chapitre ....c'est tres romantique .......

j'ai l'impresssion que bella est en train de ce mettre dans la m....e avec tout ces mensonges ......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EternityxBloody
Départ de Phoenix
Départ de Phoenix


Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 22
Localisation : En Lorraine
Date d'inscription : 22/06/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 22 Juin - 12:04

Je suis tomber par hazzard sur ta 1er fic que jai lu sans pouvoir marreter Very Happy
Je viens de finir celle la et jai adoré vivement la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 22 Juin - 14:46

littlebylittle: Merci à toi de l'avoir lu et oui c'est très romantique surtout de la part d'un Edward qui peu de temps avant était détestable !

EternityxBloody: Bienvenue nouvelle lectrice, ça fait toujours plaisir d'avoir de nouvelles venues sur mes fics. Contente d'apprendre que Réincarnation t'aies plu, et la suite de Bella Vita LA pour bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolita Cullen
Visionne Roméo et Juliette
Visionne Roméo et Juliette


Féminin
Nombre de messages : 991
Age : 18
Localisation : A vous de chercher!
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 26 Juin - 16:28

Bravo Missou! Joli travail! Comme d'hab'! Wink
C'est trop beau et romantique le petit pique-nique dans le parc! gaga
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 26 Juin - 19:23

Merci lolita !!! j'ai pris plaisir à écrire ce chapitre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cathylovesedward
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 10 Juil - 20:14

J'ai recupéré mon retard...
Super encore et toujours Wink
Vivement la suite !!!
As tu passé tes éxams ???
Bises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Jeu 12 Juil - 20:42

La suite ce soir !! Et oui j'ai passé tous mes examens et j'ai ( Dieu merci) réussit ! Donc next year I'll be in the States !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Sam 14 Juil - 1:08

Chapitre 17





La deuxième semaine. Déjà. Tout le monde avait remarqué le changement. Mes parents étaient contents, mes sœurs encore plus, et moi…j’étais heureux. Je ne comprenais toujours pas, et une partie de moi refusait de comprendre. Bella pouvait-elle avoir un rapport avec mon comportement ? Bella avait-elle un rapport avec le fait que je n’allais plus dans ma boîte de nuit préférée pour repêcher des filles depuis presque deux semaines ? Avait-elle un rapport avec le fait que je ne regardais même plus les femmes passer à côté de moi depuis une semaine ? J’étais tous les jours excité de la voir. Ma soi-disant semaine de voyage s’était officiellement terminée. Mes parents ne m’avaient pas demandé exactement où j’étais passé mais ils étaient contents que je sois revenu aussi revitalisé.
-Mon chéri, j’ai contacté l’Eglise où toi et Rosalie allez prononcer vos vœux et tout est conclu. Le traiteur, le chanteur, la décoration, les invitations. J’ai tout finalisé. Mais il faut que toi et Rosalie choisissiez votre destination pour le voyage de noce, et je vous commande les billets.
Ma mère m’avait en une minute ramené sur terre. Bien sûr, Rosalie. Notre mariage. Notre voyage de noce. Notre enfant. Bella… Pourquoi pensais-je encore et encore à elle. Le plus important pour l’instant était de rembourser Snake.
Le soir même, j’allais en direction du quartier où il habitait.
-Edward Cullen, annonçais-je aux deux gorilles qui gardaient la porte d’entrée.
Ils se firent un signe de tête et me laissèrent entrer.
-Eddy, mon jeune ami. J’ai appris pour le regrettable accident… Comment vas-tu ? Me demanda hypocritement Snake en me serrant la main.
-Oui, j’ai été battu par les gens que tu as envoyés, et j’ai bien reçu le message. Tu as dû savoir aussi qu’avec le petit séjour en prison, le film que je devais jouer est en suspens. Je n’ai aucune entrée d’argent. Je ne peux pas emprunter à mes parents c’est déjà eux qui paient pour mon mariage.
-Oh, avec la belle Rosalie. Comment se porte-elle ? Et votre bébé ?
Je grimaçais au mot « votre » car je ne le considérais pas comme le mien.
-Ils vont mien, le bébé est pour bientôt. Je pense trois mois.
-Tu n’as pas l’air très attaché à lui, ni à la mère.
-Pas vraiment, répondis-je sincèrement.
-Par contre j’ai remarqué que tu paraissais être très attaché à une certaine…
Il claqua des doigts et un homme derrière lui apporta des photos. Snake me les tendit.
-Une certaine Isabella Marie Swan, finit-il.
Isabella était partout sur les photos. En train de marcher, dans sa voiture, sortant du travail, allant au supermarché, avec une amie à elle qui je pense était Alice, avec Beau. Je remarquais que les photos étaient assez anciennes. Et enfin, les derniers clichés étaient de nous deux, lorsque nous étions allés au parc. Il n’y avait qu’une photo en fait, qui nous montrait distinctement. Et même le plus idiot pouvait voir sur cette photo, combien nous étions heureux et…combien j’étais... Non c’est impossible.
-Vous l’avez suivit, dis-je.
-Cela fait un mois oui, depuis que nous avions commencé à lire certains articles sur vous deux. Comme quoi même les tabloïdes peuvent servir des fois.
-Et pourquoi vous me montrez ces photos ? Dis-je en essayant de feindre l’innocence.
-Eh bien, j’aurais dit qu’elles ne servaient à rien, franchement. Mais quand on voit le dernier cliché on ne peut pas rater ce qui se passe entre vous. Et je dois dire, qu’en plusieurs années qu’on se connait Eddy, je n’ai jamais vu une expression sur ton visage comme celle qu’on voit sur cette photo. Tu es un homme amoureux.
L’entendre à voix haute était vraiment différent. Je sentais une goutte de sueur coulait le long de ma tempe. J’étais figé, je n’arrivais même pas à dire le contraire, à exploser de rire, ou à simplement dire quelque chose. Mon silence fit sourire Snake qui dit.
-Ecoute, vu tes conditions, je te laisse encore deux semaines, d’ici ton mariage. Si d’ici là je n’ai pas très exactement mes 50 000$ manquants, en plus de te tuer, ta chère Isabella pourrait en payer le prix aussi.
J’avalais difficilement ma salive et sortait de l’antre de Snake. J’avais mis en danger Bella, et ce alors qu’elle commençait à peine à m’apprécier. Comment allais-je trouver 50 000$ en quinze jours, sans travail ? Sans personne à qui demander de l’argent et surtout une somme aussi conséquente ?
Alors que j’entrais dans ma voiture, je reçu un appel de Bella.
-Hey ! Alors écoute ce soir on ne peut vraiment pas se voir Beau me harcèle d’appels et de questions depuis le soir du bal. Il faut absolument que je le vois sinon il va commencer à se poser des questions… ça ne te dérange pas ?
Je réfléchis rapidement, bien sûr que ça me dérangeait, d’autant plus que je devinais qu’ils ne joueraient pas aux cartes. Mais il fallait que je règle mes histoires avec Snake, ne pas mettre en danger Bella était mon objectif premier.
-Non vas-y, amusez-vous bien.
-D’accord …
Elle paraissait triste, presque déçue.
-Je dois te laisser je t’appelle demain Isabella, passe une bonne soirée.
-Edward qu’est-ce que…non en fait laisse tomber, à demain, dit-elle en raccrochant.
Ok, maintenant elle était en colère contre moi. Qu’est-ce qui pouvait m’arriver encore pour encore plus foutre ma journée en l’air.
Je pense que quelqu’un m’avait entendu d’en haut car au même moment un voleur m’arracha mon portable de ma main et s’enfuit en courant.
Laissez-moi faire une black liste : 50 000$-Bella fâchée-portable volé.
Cool, ma vie n’aurait pu mieux tourner. Je me dirigeais vers le seul endroit où je me sentais encore en paix. La maison de mes parents.
-Oh Edward ! Quelle surprise de te revoir, deux fois en une journée c’est plutôt rare, s’exclama ma mère en m’ouvrant la porte.
-Oui vous m’avez manquez pendant mon voyage la semaine dernière alors j’essaie de rattrapper…dis-je innocemment.
-Bien sûr…me regarda ma mère soupçonneuse, on fait comme on peut n’est-ce pas ? Sourit-elle.
-Les jumelles sont là ?
-Elles viennent de sortir il n’y pas très longtemps avec des amies à elles. Une fête chez une de leurs amies du lycée.
-Et papa ? dis-je en m’affalant sur le canapé fatigué.
-Il prend sa douche, il descendra dans un quart d’heure, tu comptes passer la nuit ici mon chéri ?
-Oui, on dine à quelle heure ?
-Nous avons déjà dîné mais il y a encore des restes dans le four, sers-toi j’ai préparé un rôti d’agneau comme tu l’aimes. Je sors j’ai rendez-vous avec la secrétaire de l’association des orphelins pour laquelle j’ai organisé le gala de charité.
-Ok bye maman.
Je me servis de son délicieux plat avec un bon verre de chardonay. Je réfléchis à ma situation, tant avec Bella, Rosalie, le mariage que Snake.
Le mariage avait très exactement lieu dans deux semaines et j’avais l’impression que cela faisait une éternité que je n’avais pas vu Rosalie. Je me retrouvais à me promener dans la maison, à voir les tableaux accrochés sur les murs des couloirs de la maison ainsi que nos différentes photos de famille, des photos de moi à deux ans en trains de jouer dans le jardin, d’Irina lorsqu’elle avait fait ses premiers pas et de kate lorsqu’elle avait fait son premier caca. Elle détestait cette photo mais on ne pouvait se résoudre à la décrocher du mur tant elle était drôle. Mon père avait presque finit sa douche. J’entrais dans son bureau pour voir le reste de nos photos et vis une grosse mallette sur la table. Lorsque je l’ouvris, je vis une somme très considérable de billets verts. Si j’en croyais mes yeux, il devait y en avoir pour 2 millions de dollars là dedans. Mais d’où venait cet argent bon sang ?!
Ah, c’est bon ! Cet argent était sûrement ce qu’avait amassé ma mère durant ce fameux gala, elle avait dû oublier d’emmener avec elle la mallette. Aussi tête en l’air que son fils. Une idée me vint, malsaine, mais c’était la seule solution pour moi. Telle que je connaissais ma mère, elle n’avait pas encore comptée l’argent mais devait avoir une idée générale de la somme. Si 50 mille dollars disparaissaient sur 2 millions je ne pense pas qu’elle le remarquerait, si ?
Mon père allait sortir de sa chambre d’une minute à l’autre il fallait que je me décide et vite. 50 milles dollars à prendre maintenant, facilement, ou risquer de perdre la vie et de mettre en danger celle de ma Bella… Un tel dilemme…Je pris finalement la décision qui nous sauverait tous les deux et cachait les 50 milles dollars dans une enveloppe que je pris du tiroir du bureau de mon père. Je réarrangeais les billets dans la mallette pour que ma mère ne se doute de rien. Je jurais que je ferais mon possible pour lui rembourser cette somme jusqu’au dernier centime le plus vite possible. Je me mettrais sérieusement au boulot, et dès que je percevrais le moindre dollar il irait directement dans le compte de mes parents.
Je décidais d’aller chez moi, je ne pouvais rester passer la nuit sous le toit de parents que je venais de voler, ou plutôt à qui je venais d’emprunter de l’argent derrière leur dos…aucune tournure de phrase ne soulageait ma conscience, je n’avais encore jamais volé mes parents, ni personne. Mais Snake ne m’en laissait pas le choix. Depuis que je m’étais rapproché de Bella, je n’avais plus retouché à rien, même pas un grain de cocaïne. J’avais même diminué ma dose de tabac quotidienne. Elle avait un effet plus positif sur moi que je ne le pensais.
Maintenant que l’affaire des 50000 dollars avait été réglée, il me restait qu’à aller un autre portable. Et plus dur encore, il fallait que je trouve le courage d’aller voir Bella demain et m’excuser de mon comportement de ce soir. Il nous restait encore deux semaines ensemble non ? J’avais tout de même ce pressentiment que je la perdais et que je m’embarquais dans une drôle d’histoire, surtout avec mes nouveaux sentiments…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiphany
Sert de poupée à Alice
Sert de poupée à Alice


Féminin
Nombre de messages : 918
Age : 32
Localisation : en train de pense a taylor
Date d'inscription : 20/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Sam 14 Juil - 12:20

Super bien j ai tout lu et j aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 15 Juil - 12:26

Merci Tiphany!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EternityxBloody
Départ de Phoenix
Départ de Phoenix


Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 22
Localisation : En Lorraine
Date d'inscription : 22/06/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Lun 16 Juil - 9:03

Chapitren juste genial !
Le pauvre Edward avec tout ces probleme !!
Mais je me demande si l'enfant de rose et aussi celui d'Edward ! jai un petit doute quand meme Wink
Hate de lire la suite tongue

Bravo pour tes exament Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littlebylittle
Sauvée par des loups géants
Sauvée par des loups géants


Féminin
Nombre de messages : 1277
Age : 40
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Lun 16 Juil - 15:16

prendre l'argent dans le bureau ...... quel idée Ed !! tu cherches les problemes ...... c'est trop bon lol
ton histoire est toujours aussi passionnante j'ai hate de lire la suite
smack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 17 Juil - 14:38

merci les filles !!! Et je ne peux pas révéler ça mais peut être que tes doutes sont fondés eternityxbloody !!!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolita Cullen
Visionne Roméo et Juliette
Visionne Roméo et Juliette


Féminin
Nombre de messages : 991
Age : 18
Localisation : A vous de chercher!
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Lun 6 Aoû - 17:16

Ho Edward! C'est pas bien de voler! Wink Hâte de lire le prochain chapitre! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Jeu 23 Aoû - 11:18

Je suis telleeeeeeeeeeement désolée de vous avoir oublié ces dernières semaines ! Mais je ne vais pas vous mentir, je pensais tout le temps à poster une nouvelle suite, mais l'inspiration ne venait pas, je n'arrivais plus à écrire ! Je pense que ça vient du fait qu'on est en vacances d'été, que tout le monde voyage, va à la plage, voit des amis , sors ... Et en plus de tout ça, comme je vous l'avais dit je vais aux etats unis et il y avait pas mal de paperasse à remplir, de trucs à régler les billets à acheter etc... Donc la fanfic n'a pas été ma priorité numéro 1 Sad Mais je ne laisse pas tomber pour autant, lorsque je commence quelque chose je tiens à le finir. Voici donc, avec beaucoup de retard et toutes mes excuses, la suite. Bonne lecture !!




Chapitre 18





Je ne comprenais pas pourquoi Edward avait été aussi froid au téléphone. Je m’attendais à ce qu’il soit quelque peu déçu que l’on ne puisse pas se voir. Et il m’avait appelé Isabella, une première depuis ces deux dernières semaines. Il m’avait paru anxieux. Aurais-je dû insister au téléphone ? Lui demander ce qui n’allait pas ? Et puis ce fameux accident du soir du bal, il ne m’avait toujours pas dit ce qu’il s’était vraiment passé. Et j’étais désormais dans une sacrée situation…depuis quelques jours déjà j’y pensais. Mais je ne voulais pas y croire. Mon cœur le savait, mais mon cerveau refusait de traiter l’information. Comment un homme comme Edward Cullen, qui quelques semaines auparavant se pavanait aux bras de filles dénichées dans la rue ou dans un bar, me faisant souffrir au travail par vengeance, ayant ce petit air hautain et ce sourire qui disait clairement qu’il pouvait avoir tout ce qu’il désirait, eh bien comment cet homme avait-il pu briser mes barrières et faire de moi…Isabella Marie Swan …une femme amoureuse. C’était juste impossible. Moi qui cherchais le grand amour désespérément, cela devait tomber sur un homme bientôt marié et papa. Mais je me disais que je m’imaginais des choses, que mon cœur ne pouvait appartenir à Edward Cullen. Il avait encore tant de secrets, tant de choses qu’il ne partageait pas avec moi. Et son comportement au téléphone ? Cela prouvait qu’il ne m’apporterait rien de bon. Alors je décidais d’oublier ce que mon cœur criait pour écouter ma raison, celle qui me disait que Beau était fait pour moi, et qu’Edward n’était rien d’autre que mon patron et ami. C’est avec cet esprit là que j’ouvris la porte à Beau ce soir-là.
-Bella ! Mon dieu j’ai l’impression que ça fait une éternité. Comment va ma petite amie ? Dit-il en s’avançant pour m’embrasser.
Durant une fraction de seconde, mon corps allait réagir et reculer, mais ma raison repris le dessus et je lui rendis son baiser du mieux que je pu.
Nous discutâmes toute la soirée, autour d’un bon vin et d’une comédie à l’eau de rose. Il n’avait pas changé ces deux semaines, c’était le Beau naturel, spontané, drôle et relaxant que j’avais laissé. Cela me fit une bouffée d’air incroyable. Et ses magnifiques yeux bleus m’avaient manqué, ainsi que son sourire. Je ne cacherai pas que lorsqu’il me regardait en me souriant cela m’envoyait des frissons dans tout le corps. Mais lorsqu’il commença à me toucher, je me sentis mal à l’aise. Comme si je trompais Edward, ce qui était absurde. Alors pour me prouver que je n’étais pas amoureuse de lui, je saisis l’occasion pour rendre les caresses à Beau.
-Tu m’as tellement manqué Bella …souffla-t-il entre deux baisers.
-Tu…m’as manqué…aussi, essayais-je d’articuler entre deux soupirs.
Nos ébats se finirent dans ma chambre. Le lendemain, nue sous les draps et Beau à mes côtés, je me sentis sale. Et pourtant, je n’avais pas à l’être. Il était mon petit ami, ce que nous avions fais la veille était naturel, et pourtant je me sentais oppressée. Cette sensation de regret, de porter un poids. Je sentais mes yeux s’humidifier, et quelques goutes couler le long de mes joues. Je n’avais encore jamais pleuré après avoir fait l’amour, c’était la première fois de ma vie. Et cette révélation me fit d’autant plus mal, alors je me levai et allai prendre une douche. Comme si l’eau qui coulait le long de mon corps pouvait effacer ce que mon cœur percevait comme un pêché. Comme si cette eau pouvait enlever ma tristesse. Comme si cette eau pouvait emmener au loin ces sentiments qui me rongeaient et dont je ne voulais pas, que je refusais de ressentir. Si seulement…Si seulement la vie était plus simple.
-Bébé, tu es matinale qu’est-ce qui se passe ? Me demanda Beau lorsque je revins dans ma chambre en peignoir de bain.
-Oh rien, j’ai juste du travail à faire !
-Mais ton travail ne commence que dans…3 heures dit-il après avoir regardé sa montre.
-Oh je pensais qu’il était plus tard que ça, bon ben tant que je suis réveillée autant aller faire une marche.
-Je t’aurais accompagné mais je suis exténué…à cause de toi dit-il en me lançant un sourire coquin. Je vais dormir encore un peu ça ne te dérange pas que je reste ici encore quelques heures ?
-Non pas du tout ! Sers –toi ce que tu veux à ton réveil je serais sûrement déjà au travail. Je
Je l’embrassais et sortis. Je portais un petit short et une brassière de sport avec des chaussures de marche et mon casque sur les oreilles. J’écoutais toujours du Queen pour me donner la pêche et ce matin-ci, je devais avouer que j’en avais vraiment besoin. Je courais le long du quai tout en écoutant les chansons de mon ipod. Je m’arrêtai essoufflée et « you can’t always get what you want » des Rolling Stones battait dans mes oreilles au moment où je relevais ma tête et vis Edward Cullen devant mes yeux. Le sort était bien ironique. Je coupais le son et enlevai le casque.
-Hey, dis-je encore essoufflée.
-Salut Bella, dit-il avec douceur. Différent d’hier ça c’est sûr !
-Alors quoi de neuf ? Dis-je nonchalamment.
-Bella, je suis désolé pour hier… j’ai eu quelques problèmes, je ne voulais pas te parler comme ça ni sur ce ton. Je suis venu pour m’excuser.
Il avait l’air tellement sincère et triste que je lui pardonnai tout de suite.
-Quel genre de problème ? Dis-je inquiète.
-Euh…hésita-t-il
-Oh ça fait parti de ce gros secret que tu me raconteras un jour avant ma mort ?
-Bella, dit-il las. Ne dis pas ce genre de choses, je te raconterai en temps voulu.
Je n’insistais pas plus, j’étais heureuse de le voir, et je ne voulais pas gâcher ce moment.
Nous nous assîmes sur un banc et parlâmes durant des secondes, qui se transformèrent en minutes, qui se transformèrent à leur tour en heures.
-Oh mon dieu il est déjà 9h ! Je dois être au travail dans une heure et je dois encore prendre ma douche et mon petit-déjeuner.
-Je t’accompagne chez toi si tu veux j’ai ma voiture garée un peu plus loin.
-Ok, dis-je contente de passer quelques minutes de plus avec lui.
Nous arrivâmes devant mon immeuble, je lui proposais de venir partager le petit déjeuner avec moi. J’étais juste heureuse d’avoir un début de routine avec lui, de pouvoir être « normale », qu’on puisse être normaux. Alors que j’incérais la clé dans la serrure pour ouvrir la porte de mon appartement, j’entendis quelqu’un chanter, une voix masculine, provenant de la cuisine. Je reconnus immédiatement la voix de Beau et me rappelai qu’il avait passé la nuit ici. Je devins rouge comme une pivoine et n’osais pas me retourner et croiser le regard d’Edward. Dans un certain sens j’avais l’impression d’avoir été prise en flagrant délit d’adultère ce qui était grotesque, mais…
Son regard ne trompa pas. Il avait compris, il savait que Beau était là, il savait ce que cela signifiait, il savait ce que j’avais fait hier soir. Et je me sentais sale à nouveau.
-Je pense qu’il vaut mieux que je parte, dit-il sans oser croiser mon regard.
-Je…non…Ed…bégayais-je.
-Tu n’as rien à m’expliquer, aucun compte à me rendre, je ne suis pas ton mari ni ton copain ni ton père ni ton frère ni quoique ce soit. Au revoir Isabella dit-il froidement avant de se retourner et de rebrousser chemin.
-Edward attends…chuchotais-je. Je n’avais plus de voix.
Je restais plantée là, béate, pendant une dizaine de minutes. Beau ouvrit la porte habillé et douché, et s’étonna de me voir plantée devant la porte.
-Bella ? Qu’est-ce que tu fais là ?
Je ne répondis pas.
-Euh Bella ? Ca va ? Tu veux que j’appelle un médecin ou quelque chose ? Je peux appeler le bureau pour toi et leur dire que tu ne te sens pas bien ?
Il avait l’air réellement inquiet. Mais qu’avais-je fais ? Qu’étais-je donc en train de faire ? A quel jeu jouais-je ? Beau tenait tellement à moi, ça se voyait. Il était peut-être même amoureux de moi. Et comment le traitais-je ? En allant fricoter derrière son dos avec son cousin et ennemi. Et Edward, je lui faisais du mal, en le laissant espérer qu’il pourrait y avoir une liaison entre nous, et je brisais ses espoirs en lui affichant mon pseudo bonheur avec son cousin à la figure. Mais quel monstre étais-je donc ?
Je me réveillais dans mon lit, avec une Alice allongée à mes côtés.
-Alice ? Dis-je la gorge sèche.
-Attend je t’apporte de l’eau ma puce.
Je bus quelques gorgées et me sentis beaucoup mieux. J’entendis des rires provenir du salon.
-Jasper et Beau en train de parler de tes mésaventures lorsque tu étais arrivée à LA, d’où les rires, dit-elle en souriant.
-Qu’est-ce qui s’est passé Alice ? J’étais devant la porte de mon immeuble et…
-Et tu t’es évanoui. Beau t’as mise dans ton lit et m’a appelé de ton portable pour me demander de venir. Je suis tout de suite arrivée avec Jasper. Je me sens tellement coupable Bella ! Je ne prends plus autant de tes nouvelles qu’avant, je suis une grosse égoïste. Depuis mes fiançailles avec Jazou je ne pense qu’aux préparatifs du mariage et je néglige notre amitié…
-Alice ne te sens coupable de rien du tout ! Ce n’est pas de ta faute. C’est moi qui suis une mauvaise amie et qui ne prend pratiquement plus de tes nouvelles ni celles du groupe. Comment vont Jake et Leah ? Et Emett ?
-Jake et Leah sont sur un petit nuage. Emett est amoureux. On ne sait pas de qui mais il ne veut pas nous la présenter encore. Il dit qu’il est dans une situation plutôt compliquée.
- Il ne vient plus au boulot depuis pas mal de jours d’ailleurs, maintenant que j’y pense. Il a démissionné sans que je le sache ?
-Je ne sais pas, mais bon c’est du Emett tout craché ça ! Ria-t-elle.
-Et toi ? Les préparatifs ?
-Ca avance, ça avance. Mon père est prêt à payer la moitié du mariage, et les parents de Jaz notre lune de miel. Il nous reste qu’à payer l’autre moitié pour notre mariage et avec ce que j’ai économisé du magasin et l’argent de la concession de Jaz, on a largement de quoi s’offrir un mariage de rêve ! Et je t’ai trouvé une très jolie robe de demoiselle d’honneur !!!
-Mais ton mariage n’est que dans un an !
-Il vaut mieux prévenir que guérir très chère.
Nous éclatâmes de rire.
-Tu sais, Beau tiens énormément à toi. C’est quelqu’un de bien. Je pense que c’est le bon Bella. Mais quelque chose me dit que tu es troublée.
-Alice, il faut que je te raconte tout dès le début, et que tu me promettes de ne rien répéter.
-Promis ma puce.
Je lui contais tout, depuis le début. Jusqu’à ce matin. Elle compatissait et me comprenait.
-Bella, de tout ce que tu m’as dit je ne vois absolument rien de mal. Vous avez mûri tous les deux et appris à vous connaître. Et Bella, tu l’as tellement, tellement changé ! Je me rappelle de la première fois où nous l’avions vu en boîte et que tu lui avais balancé ton verre sur sa chemise et que tu lui avais donné une claque et écrasé le pied. Et les coups bas au bureau. Mais ce que tu me racontes à présent sur lui, j’ai juste l’impression que tu me parles de quelqu’un d’autre. Tu as eu un effet très positif sur lui et je suis fière de toi. Par contre j’ai une moins bonne nouvelle pour toi Bella.
-Laquelle ? Dis-je inquiète.
-Tu es amoureuse de lui. Et je pense, enfin je suis pratiquement sûre qu’il est amoureux de toi aussi.
-Non Alice ! C’est impossible tu sais bien que je ne suis jamais tombée amoureuse de ma vie, même avec Jake, avec qui je suis restée tout de même en couple 3 ans. Comment je peux tomber amoureuse de quelqu’un d’aussi arrogant, superficiel et manipulateur qu’Edward ?
-Mais il n’est plus comme ça ! Bella tu me l’as dit toi-même.
-Oui mais…dis-je à court d’arguments. C’est impossible qu’il soit amoureux de moi. Edward Cullen franchement ? Il pourrait avoir toutes les filles qu’il veut à ses pieds qu’est ce que je pourrais lui apporter ? Et puis lui amoureux ? C’est comme demander à une autruche de voler. Impossible.
-Tout comme pour toi, impossible. Or tu es indéniablement amoureuse de cet homme Bella, je le vois dans tes yeux, dans tes paroles, et dans ton cœur, dit-elle en posant sa main sur le mien. Et lui, tu l’as transformé, tu lui appris à t’aimer sans même le savoir. Vous avez tous les deux changé l’autre. Mais vous ne pouvez plus continuer sur cette voie-là Bella. Regarde où cela vous mène tous les deux. Tu t’es évanouie à cause de ça Bella, tu es dans ton lit, toute pâle. Et lui ? Dieu seul sait dans quel état il est après avoir découvert Beau dans ton appartement.
-Non Alice, ne dit pas ça s’il te plait !
-Tu vois, regarde comment tu réagis quand tu penses à la souffrance que pourrait avoir Edward. Mais vous devez arrêtez tout ça, toi ta relation avec Beau et lui son mariage avec Rosalie. Beau est un gentil garçon Bella, il ne mérite pas de l’apprendre par une tierce personne ou par des tabloïdes. Il mérite la vérité. Et plus tôt sera le mieux.
-Tu as raison Alice, comme toujours. Ca m’a fait tellement de bien de te parler, ça m’avait manqué.
-Quand tu veux Bella, quand tu veux ! Dit-elle en m’enlaçant.
-Je vais aller voir Edward, lui expliquer et lui dire la vérité.
-Non mademoiselle. Aujourd’hui, tu restes au lit. Je m’occupe de tout. Je vais rendre visite à ton cher et tendre, et je vais dire à Beau qu’il faut que tu passes la journée seule.
-Tu es un ange Alice.
-Je sais ! Ria-t-elle. Dodo maintenant !
Et c’est ce que je fis, en priant pour qu’Edward ne soit pas dans le même état que moi, qu’il ne lui soit rien arrivé. Je pensais également à la façon dont je devrais annoncer à Beau que c’était finit entre nous et que j’étais amoureuse de son cousin. Car oui, maintenant j’en été persuadée. J’étais indéniablement et irrévocablement amoureuse d’Edward Cullen. Restait plus qu’à penser au moyen de le lui dire et espérer que ça soit réciproque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cathylovesedward
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 24 Aoû - 17:47

Bon chapitre tu es toute pardonnée !!!
bisou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 24 Aoû - 22:38

Eh attendez !! j'en ai un autre ( Merci cathylovesedward!!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 24 Aoû - 23:02

Chapitre 19





J’avais changé pour elle. J’étais devenu meilleur pour elle. J’étais tombé amoureux d’elle. Mais tout n’était qu’à sens unique, elle aimait Beau et ne me choisirait jamais à sa place. Je n’étais qu’ un ami, quelqu’un avec qui passer le temps. Je n’étais rien. Et penser à ce que Beau pouvait faire avec Bella, ses mains sur son corps, sa bouche contre la sienne, leurs souffles se mêler et leurs corps se toucher, c’était juste une torture pour moi. Je voulais, oh oui, je voulais prendre la place de mon cousin. Mais je n’avais pas su gagner le cœur Bella et n’y arriverai peut-être jamais. J’allais déposer l’argent à Snake, puisque je n’avais l’esprit à rien faire d’autre. Il me reçu sourire aux lèvres.
-Tiens tiens, Eddy, comme on se retrouve. Bonnes nouvelles j’espère ?
-Tiens tes 50 milles dollars, le compte est bon, lui dis-je en lançant le sac à ses pieds. Un de ses hommes de main se chargea de le ramasser et de vérifier le contenu du sac.
-Bien, nous sommes donc quittes. J’ai été heureux de faire affaire avec toi, dommage que ça soit terminé.
-Comment ça terminé ?
-Eh bien, j’ai remarqué que tu ne touchais plus à rien depuis quelques semaines, surement en rapport avec ta petite amie non ?
Isabella. Encore et toujours elle.
-Elle n’est pas ma petite amie, dis-je en articulant chaque mot. Et elle n’a aucun rapport avec mon comportement ou mes décisions. Et tant qu’on parle du loup, file-moi 10 000 d’héroïne.
-Eh bien eh bien, Edy de retour ! Ca me fait plaisir, ria Snake. Va pour 10 000$ d’héroïne. Je viens de la recevoir hier tu as de la chance.
Il me tendit un flacon que je mis directement dans ma poche.
-Alors Edy, je présume que tu n’as pas les 10 000 sur toi n’est-ce pas ?
-Non mais je te les rembourserai, bien sûr.
-Oui cela va de soi, écoute je te laisse très exactement 3 semaines compris ? Pas une journée de plus.
-Oui, trois semaines c’est noté.
Je sortis de sa taverne et me dirigeais vers mon appartement. Je m’installais, pris une seringue qui trainait à la maison, et m’injectais une dose assez forte d’héroine.
L’effet fut immédiat. Je sentais déjà mes pupilles se dilater, mon cerveau en ébullition, mes muscles qui ne demandaient qu’à être mis à l’épreuve. J’ouvris une bouteille de Smirnoff et but mon verre en une gorgée. Je me sentais planer. J’étais si bien à l’instant, loin du monde, loin de ses problèmes. Loin de Bella. Je me mis à rire hystériquement tout seul. Et j’entendis un coup à la porte. Je me levais pour aller ouvrir mais m’emmêlais les jambes et tombais. Je me mis encore une fois à rire, et à me rouler par terre.
-Edward ! Edward Cullen !
-Woops, il n’est pas là pour l’instant ! Dis-je en riant.
-Ouvre la porte tout de suite espèce d’idiot, c’est Alice, l’amie de Bella.
-Bella ? Alice ? Mais de quoi tu parles toi ! Je vais appeler la police ! Ris-je de plus belle.
-Oh mon dieu, mais qu’est-ce que tu as bu ? Ou pire qui sait ! Ouvre la porte ou je serais forcée de casser la serrure pour entrer.
-Il n’y a pas de serrure ! Ca marche qu’avec mes empreintes de dehors. Répondis-je en hoquetant.
-Ouvre la porte ! Je dois m’assurer que tu vas bien, c’est pour Bella que je fais ça, s’écria-t-elle.
-Bon sang ta voix m’insupporte, et qui est cette Bella ? Bella par ci, Bella par là, wow arrête quoi !
-Mais qu’est ce qui te prend espèce de demeuré, bon je vais être forcé d’appeler la police.
-Non !! Pas la police !! Je n’ai pas encore…encore fin..finis le flacon d’hér..d’hér..
Je ne sentais plus rien, je ne voyais que du noir. Ce fut là mon dernier souvenir.

Point de vue Bella.

-Alice, calme-toi j’arrive tout de suite. Non ne les appelle pas on ne sait jamais ce qu’il peut avoir caché dans son appartement qui lui apporterait sûrement 5 ans de prison ferme. D’accord. Ok. Bye. Oui j’arrive tout de suite Alice c’est bon !
Les cris de Jasper me réveillèrent. Je me sentais beaucoup mieux que quelques heures auparavant. Je me levais du lit et allai au salon.
-Jasper, qu’est ce qui se passe ici ? Il y a un problème avec Alice ?
Il parut hésiter avant de me répondre puis prit une bouffée d’air avant de parler.
-Edward Cullen.
Son nom me fit frémir. Je m’attendais au pire.
-Oui ? Edward ? Que se passe-t-il avec Edward ? Dis-je en allant vers les aigus.
-Il n’ouvre pas la porte à Alice et ça fait une dizaine de minutes qu’il ne lui répond plus. Elle pense qu’il a dû s’évanouir. Je dois la rejoindre maintenant.
Je me sentais moi-même attirée par le sol, prête à tomber à n’importe quel moment. Mon cœur battait la chamade. Des sueurs froides coulaient le long de mon front.
-Je t’accompagne, dis-je décidée.
-Tu es sûre Bella ? Dans ta condition je ne pense p…
-Non, le coupais-je. Je viens.
Je ne lui laissais pas le choix. Nous montâmes dans sa voiture et rejoignîmes Alice. Effectivement, malgré nos appels, Edward ne répondait pas. Il n’y avait d’autres moyens que de défoncer la porte. Jasper y parvint au bout de longues minutes d’acharnement. Elle était solide. Lorsque la porte s’ouvrit, je vis, étalé par terre, Edward inerte ; Alice eut le réflexe d’appeler de suite le 911 pour demander une ambulance. Jasper eut aussi la présence d’esprit de relever Edward du Sol et de l’allonger sur le canapé. Moi ? Aucun réflexe. Aucune présence d’esprit. Je n’étais pas aussi forte qu’Alice et Jasper. J’étais faible, et voir Edward inerte sur le sol m’avait encore plus affaiblit. Je ne voulais pas le perdre, pas encore. Pas maintenant. Pas par ma faute.
-Alice ! cria Jasper. Quand arrive l’ambulance ? Son pouls est très faible !
-Dans 5 minutes, il faut le descendre pour gagner du temps, dit-elle en sanglotant.
J’étais pétrifiée. Mais il fallait aider Jaz à porter Edward et l’amener dans l’ascenseur, alors je sortais de mon état catatonique pour lui venir en aide.
Au moment où nous arrivâmes devant l’entrée de l’immeuble, l’ambulancier vint pour mettre Edward sur un brancard et le transporter dans l’ambulance, en direction de l’hôpital le plus proche. Je montais avec lui et Alice et Jasper prirent leurs voitures pour nous rejoindre. Je pris la main d’Edward dans la mienne pour sentir sa peau contre la mienne, une sorte de réconfort pour que je ne fonde pas en larmes.
L’ambulance arriva devant la porte des urgences et des médecins prirent en charge Edward et l’amenèrent au bloc. Je voulais le suivre mais cela m’était impossible. Une infirmière vint me demander quelques informations sur lui, et sa famille. Au même moment, Dr Cullen apparut essoufflé, en blouse.
-Bella ! Je viens d’apprendre que mon fils avait été admis au bloc opératoire. Que se passe-t-il ?
-Je…je ne sais pas Dr Cullen, bégayais-je.
Le mot coupable était gravé sur mon front.
-Vous étiez avec lui ? Nous demanda-t-il à mes amis et moi.
-Je venais rendre visite à Edward monsieur, mais il ne voulait pas ouvrir la porte. Ensuite j’ai entendu un bruit, comme s’il était tombé, et il était plié de rire. Puis quand j’ai dit que j’allais appeler la police s’il ne m’ouvrait pas, je l’ai entendu parler puis…plus rien. J’ai continué de frapper à la porte mais il ne répondait plus. C’est là que j’ai appelé mon fiancé, Jasper, pour venir m’aider.
Alice avait parfaitement su parler contrairement à moi.
-Je vois, répondis le père d’Edward.
Puis il se tourna vers moi.
-Et toi Bella ? Que fais-tu dans l’histoire ?
-J’étais avec Jasper quand j’ai entendu Alice lui dire de venir sur le champ alors je l’ai accompagné. Et lorsque nous avons défoncé sa porte, il était allongé par terre inerte…
Au même moment, un médecin vint parler à l’oreille du Dr Cullen. Son expression se durcit.
-Dr Cullen ? Que se passe-t-il demandais-je inquiète.
-Ils ont relevé un taux très élevé d’alcool dans son sang et…une trace d’héroïne.
-Quoi ? M’écriais-je.
-On pense qu’il a eu un empoisonnement dû au mélange, ou peut-être que l’héroïne était de mauvaise qualité, dit-il.
-Et est-ce qu’il va aller mieux ? Demandais-je inquiète.
-Ils procèdent à un lavage du sang pour essayer de nettoyer ces substances. Il devrait aller mieux. Heureusement que vous l’avez amené de suite à l’hôpital…quelques minutes de plus et qui sait ce qui serait arrivé, ajouta-t-il effondré. Je pensais qu’il avait arrêté avec ça, il nous l’avait promis. Qu’est-ce qui lui prend bon sang ! Dit-il avec rage. Bella, j’ai pu remarquer que vous étiez proches mon fils et vous. Pourquoi se drogue-t-il à votre avis ?
-Mr Cullen, je n’en ai aucune idée. Je pensais qu’il avait arrêté également…Quelque chose a dû mal tourner aujourd’hui et l’a poussé à consommer ces drogues.
-Quel type d’évènement à votre avis a pu le pousser à faire une chose pareille ?
Tout le monde se tut. Il ne chercha pas, heureusement, à en savoir plus.
Nous nous installâmes tous les trois dans la salle d’attente, espérant qu’il se rétablisse le plus vite possible. Carlisle avait regagné son cabinet où des dizaines de patients l’attendaient.
-Bella, je sais à quoi tu penses, juste enlève ça toi de l’esprit, me dit Alice.
-C’est de ma faute Al’ ! Il avait arrêté tout ça depuis sa nuit en prison il y a presque un mois.
-Tu ne lui as jamais dit d’aller se droguer ou d’acheter de la mauvaise came ! s’écria-t-elle.
-Wow les filles calmez-vous ! Dit Jasper.
-Je vais aux toilettes je reviens, dis-je.
J’entrai dans les toilettes des femmes pour me passer un peu d’eau froide sur le visage. Alors que je relevai ma tête, je vis dans le miroir Rosalie sortir des toilettes derrière moi.
-Bella ? Dit-elle étonnée. Que fais-tu ici ?
Elle paraissait toute pâle d’un seul coup. Et moi, je ne savais quoi répondre. Lui dire que son fiancé était admis à l’hôpital par ma faute ? Ou encore mieux, lui dire que j’étais amoureuse de son futur mari et père de son enfant ?
-Carlisle ne t’a pas appelé pour te dire qu…
Au même moment un homme entra, d’une carrure assez impressionnante, et me coupa dans ma réplique.
-Rose ça fait une demi-heure que tu es enfermée ici ! J’attends comme un imb…é…ci…
Il ne termina pas sa phrase car il m’avait vu.
-Bonjour Emmett, lui dis-je.
-Bella je peux tout t’expliquer ! S’il-te-plait ne te fâche pas ! J’aime Rose, et elle m’aime aussi. Ne pense pas qu’elle est une fille de ce type-là ou que je suis un briseur de couple !
-Emmet ! Calme-toi ! Je n’ai jamais rien pensé de tel !
-Bella ne le dis à personne, s’inquiéta Rosalie. Emmet et moi allons trouver une solution pour leur annoncer qu’il n’y a plus de mariage qui tienne entre Edward et moi. Mais pas maintenant. Le bébé me fatigue beaucoup c’est pour ça d’ailleurs qu’Emmett et moi sommes ici. Je suis venue voir ma gynécologue.
-Mais je ne comprends pas…depuis combien de temps dure votre relation ?
-un mois et demi, annonça fièrement Em’ en regardant tendrement Rosalie.
-Et vous êtes sûrs de ce que vous vous apprêtez à faire ? Rose, tu portes l’enfant d’Edward, Emmet, tu es vraiment prêt à t’engager sérieusement et élever un enfant qui n’est pas le tien ?
-Bella, je dois t’avouer quelque chose, ajouta Rose.
-Encore autre chose !
-L’enfant n’est pas d’Edward.
Cette révélation me surprit au début, mais plus j’y pensais, plus je me disais qu’on fond de moi, je le savais. Kate et Irina aussi le sentaient. Et puis, ça me soulageait également.
-Il y a quelques mois, j’étais serveuse dans un bar à San francisco. Le patron, un petit gosse de riche, se croyait tout permis avec ses employés. Royce King. Il m’avait fait de nombreuses fois des avances, que je refusais tout le temps. Je voulais gagner honnêtement ma vie, et coucher avec le patron ne faisait pas parti de mes principes. Je voulais seulement amasser assez d’argent pour suivre quelques cours à l’université et obtenir un certificat qui me permettrait de faire autre chose que serveuse dans ma vie. Je n’ai jamais demandé ce qui m’était arrivé par la suite… Il était déjà 2 heures du matin, j’étais restée plus tard que d’habitude pour me faire de l’argent en plus. Il n’y avait plus que Tanya et moi au service, oui Tanya travaillait avec moi. Elle était très fatiguée alors je lui ai proposé de finir de ranger à sa place, et jute après qu’elle ne soit partie, Royce est venu me parler. Il me faisait encore une fois des avances, et cette fois-ci il était soul. Il commençait à mettre ses mains sur mon corps, et même si je me débattais, il parvint à m’attraper de toutes ses forces et…et…
Rosalie explosa en pleurs. Ce Royce l’avait violé. La pauvre, je ne savais pas qu’une chose aussi horrible lui était arrivée.
-Après ça, j’ai engagé un avocat très cher pour faire payer à Royce ce qu’il m’avait fait subir, et avec tout l’argent dont disposait sa famille, je ne pouvais pas me permettre d’engager n’importe quel avocat. J’ai pris le meilleur de San Francisco, il m’avait garantit la victoire, et je l’ai bel et bien eue. Royce a récolté 10 ans de prison. Mais toutes mes économies étaient parties à cause de ce procès. Je n’avais plus rien. Alors j’ai décidé de tenter ma chance à Los Angeles. Tanya s’en voulait énormément de m’avoir laissée seule ce soir-là. Elle a tout quitté et a décidé de venir avec moi à LA. Nous faisions au début des petits boulots comme distribuer le journal, vendre des accessoires que nous faisions avec des objets trouvés. Un jour, j’ai fait un don de mon sang pour 10$. Le lendemain, une biologiste m’avait appelé pour me dire que d’après les analyses sanguines, j’étais enceinte, et qu’il ne fallait plus que je donne mon sang car pendant une grossesse ça pouvait s’avérer dangereux. Ce jour-là fut le plus grand choc de ma vie. Non seulement Royce m’avait violé, mais il avait réussit à me marquer à vie avec la chose qui se trouvait dans mon ventre. J’étais tout de suite allée au planning familial avec Tanya pour avorter. Mais il me fallait 900$. Je ne les avais pas bien sûr, et le temps de les ramasser ça aurait été trop tard pour avorter. Alors je m’étais enfermée une semaine dans ma petite chambre, que je partageais d’ailleurs avec Tanya, pour réfléchir à ma situation. Et j’eus une révélation. La chose qui me dégoutait tant dans mon ventre était mon enfant, il grandissait dans mon ventre et se nourrissait de ce que je mangeais. Il avait mes gènes. Rien ne le reliait à Royce mise à part l’autre moitié de ses gènes, mais comment pouvait-il un jour savoir ce prénom s’il était effacé à jamais ? Et puis Royce était en prison pour un bon bout de temps. Alors je décidais de le garder, et de l’élever du mieux que je pouvais. Tanya n’était pas d’accord, elle disait qu’un enfant demandait trop de frais, et que nous n’en disposions pas. Mais j’étais devenue tellement attachée à ce petit être que j’étais prête à faire n’importe quoi pour lui assurer un meilleur avenir que moi.
Un soir, Tanya et moi sortions pour fêter le premier mois de grossesse. Edward était là, à l’époque je ne savais même pas que c’était un grand acteur ou qu’il était riche. Mais Tanya si, et elle eut une idée. J’étais très jolie ce soir-là, alors Tanya me poussa à draguer Edward. Pendant qu’il me parlait, ou plutôt flirtait avec moi, Tanya mit dans son verre une petite pilule. C’était un somnifère. Edward bu tout son verre puis m’emmena dans un hôtel avec lui. Dans la chambre, il n’eut même pas le temps de m’embrasser qu’il s’étala sur le lit et dormit. Tanya vint m’aider à lui enlever tous ses habits pour qu’il soit nu, et on le mit à l’intérieur du lit. Tanya avait trouvé deux préservatifs usés dans la poubelle devant l’hôtel. On les plaça par terre à côté du lit, puis j’enlevais tous mes habits également et me mis à côté d’Edward. Le lendemain, lorsqu’il me vit nue à ses côtés, ainsi que les deux préservatifs usés au pied du lit, il comprit que nous avions couchés ensemble alors que ce n’était pas le cas. Je fis comme toutes les autres filles et lui refilais mon numéro, un faux bien sûr, je savais qu’il ne me rappellerait pas de toutes façons. Un mois après, je débarquais dans son bureau pour lui annoncer que j’étais enceinte. De Lui. Mon ventre ne se voyait pas du tout, donc mes deux mois de grossesses pouvaient passer pour un seul mois.
Je sais que tu dois te dire que je suis une profiteuse et une menteuse, mais j’ai fait ça pour mon enfant. Edward avait de l’argent, donc de quoi nourrir mon bébé. Cela me suffisait.

J’étais ébahie par son histoire. Non seulement l’enfant était le fruit d’un viol, mais je ne savais pas que toute cette fausse relation était un stratagème préparé depuis des mois par Rosalie et Tanya. Mais je n’attendais pas d’enfants, je n’avais jamais eu de problèmes financiers, je ne m’étais jamais faite violer. Donc je ne pouvais pas ressentir ce qu’avait du ressentir Rosalie. Alors je ne pouvais pas la juger.
-Rosalie, comment aurais-tu fait si Edward avait exigé un test ADN ?
-Il ne l’aurait pas fait, ou du moins pas les premiers mois. Et je n’envisageais, de toutes façons, pas de rester éternellement à ses côtés. Juste le temps d’économiser assez d’argent pour tenir au moins un an avec…ma fille.
-Rosalie, je suis sans mot. Déjà mes félicitations pour le sexe ! Tu auras une fille sublime… Et si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là.
-Merci Bella, je veux juste que tu gardes tout ce que je t’ai raconté pour toi. Emmett et moi sommes en train de s’organiser.
-Emett ? Tu es vraiment prêt pour ça ? Lui demandais-je.
-Bella, je suis fou amoureux de Rosalie, je serais prêt à faire n’importe quoi pour elle. Et sa fille, je la considère déjà comme la mienne. Je sais que je ne viens plus aussi souvent au travail, et je vais t’expliquer pourquoi. J’ai rencontré un agent sportif à Cullen Entertainment, qui m’a proposé un contrat d’un an avec la ligue mineure de baseball de LA. Il fallait juste que je réussisse à emballer le coach de l’équipe à l’entraînement. J’ai donné le meilleur de moi-même ce jour-là, et j’ai été pris dans l’équipe. Je voulais t’en parler mais je ne savais pas comment aborder le sujet sans te parler de Rose et de nos projets, je suis désolé.
-Waw Emett ! je suis impressionnée ! Vraiment ! Je suis très contente pour toi, tu fais le sport de tes rêves et mon petit doigt me dit que tu vas être sacrément payé pour le faire ! Ris-je.
-Oui, une somme qui nous permettra à Rose et moi d’avoir une maison et une vie assurée pour notre famille.
-Emett, je ne sais pas quoi te dire, jamais au grand jamais je ne me serais imaginée t’entendre dire ça, parler de projets et de famille. Rose t’a vraiment changé ! Mais je pense qu’en amour, on change toujours l’autre. Je ne dirais rien, mais Rose il faut que tu préviennes Esmée le mariage est prévu pour dans 10 jours Il faut tout annuler !
-Je vais prévenir toute la famille Cullen et m’excuser de tout mon cœur d’avoir menti, j’espère qu’ils comprendront pourquoi. Mais je ne compte pas annuler le mariage, Emett va tout payer et c’est nous qui allons nous marier. Edward s’enfiche de moi ça ne le touchera pas plus que ça.
-Emett ! Mariage ? Non mais là c’est juste trop ! Où est passé le Emett que je connais ? Dis-je en le tapant amicalement sur la joue.
Nous explosâmes tous les trois de rire.
-Mais dis-moi Bella, tu ne m’as toujours pas dit ce que tu faisais ici ? Me demanda Rosalie.
D’un seul coup, la vérité vint me frapper en pleine face et je me rappelai que j’étais la principale coupable. Rosalie m’avait fait part de ses secrets, je pense que je pouvais faire pareil. Alors je lui racontais tout, depuis notre première rencontre à Edward et moi qu’elle connaissait déjà, à aujourd’hui, l’embarras où j’étais avec Beau, et ma situation émotionnelle présente.
-Waw Bella, tu es bien sûre que l’homme dont tu me parles depuis le début est Edward Cullen ? Comme dans le Edward qui passait sa vie à draguer tout ce qui avait un trou ? Et qui pourrissait la vie de toutes les filles qui se refusaient à lui ? Celui qui est super arrogant et matérialiste ? Le sans-cœur ?
-Oui, et je m’étonne moi-même du changement Rose !
-Et tu me dis être amoureuse de lui c’est ça ?
-Oui, c’est sans retour…
-Eh bien, je dois dire que je suis plus que surprise. Mais heureuse que tu aies été la fille qui a pu le changer comme ça. Mais que s’est-il passé ce matin ?
-Il a su que Beau avait passé la nuit chez moi et que bon…voilà. Et je pense que c’est à cause de moi qu’il a pris de l’héroïne et qu’il est maintenant allongé sur un lit d’hôpital ! Dis-je les larmes aux yeux.
-Bella ! Ne dis surtout pas ça, c’est de sa faute si cet idiot s’est drogué, répondit Emett. Ne pleure pas bellybells.
Il vint m’enlacer et Rosalie me caressa les cheveux. Ils feraient sans aucun doute de merveilleux parents.
Alice entra aux toilettes déchaînée.
-Bella ! Edward s’est réveillé il demande à te voir ! Hein ? Emett ? Rosalie ? Qu’est ce que vous faites tous les deux ici ?
Je n’eus pas le temps de m’attarder sur leur future conversation et courais rejoindre l’amour de ma vie. Il était vivant ! Il voulait me voir ! Et il ne se mariait plus avec Rosalie et n’assumerait plus aucun enfant ! On pouvait enfin vivre la vie qu’on devait vivre dès le début. J’espèrait juste que je ne me faisais pas de faux espoirs et qu’il m’aimait aussi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Aujourd'hui à 6:52

Revenir en haut Aller en bas
 
Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [JEUX] Aide de tous les jeux vidéos autres que Pokémon
» Pourquoi Edward n'a pas vu que Bella était vivante ?
» Le pouvoir de bella
» Bella, canon oui ou non ?
» Bella et les "pouvoirs" des vampires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: