Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 10 Fév - 2:02

Voici donc ma nouvelle fanfiction Twilight. Cette fois ci contrairement à ma précédente fic ( " Twilight 5 réincarnation"), tous les personnages sont humains, pas d'éléments surnaturels!! Je préfère ne pas faire de résumé mais vous laisser découvrir l'histoire au fil de votre lecture Very Happy !
Merci à mes lectrices qui m'ont encouragées à écrire de nouveau, et merci pour votre soutien!

Bella vita ( =vie en latin) LA (=Los Angeles) est une histoire qui sera pleine de rebondissements, avec la famille Cullen au complet et quelques membres des "Loups" dont Jacob bien sûr. Les héros sont bien évidemment Bella et Edward ( toujours team Edward !! :p ). J'ai quelque peu modifié les relations liant chaque personnage et ai modifié certaines personnalités pour que ça soit plus "réel" et "vivant". Bref je vous poste le premier chapitre d'ici peu.

Merci de me suivre encore et bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 10 Fév - 16:09

Chapitre 1


Moi, c’est Bella. J’ai 25 ans, je suis célibataire, j’ai un chat et toutes mes dents ! Pour résumer ma vie je dirais que j’ai grandis à Hartford, dans le Connecticut. Mes parents avaient divorcé lorsque j’avais 17 ans, j’avais perdu ma virginité la même année, avec mon copain d’un an, Jake. Ensuite, j’avais envoyé mes dossiers à plusieurs universités, et pas des moindres : Princeton, Yale, Dartmouth, Harvard, etc. J’avais été acceptée à Dartmouth, université qui se situait à 218 km d’Hartford. Je pouvais ainsi revenir voir chaque week-end mes parents et mon ancienne maison. Mon père, Charlie, est le maire de notre belle ville et ma mère, Renée, y possède les plus grandes pâtisseries. D’ailleurs, grâce à ses talents culinaires, j’avais appris beaucoup de choses qui m’avaient aidé à m’en sortir une fois dans ma nouvelle vie au New Hampshire. J’avais pu me cuisiner des plats équilibrés, et garder ma ligne. J’en étais d’ailleurs très contente car la plupart des mes amies avaient pris 5 à 10 kilos depuis leur arrivée aux différentes universités. Ma meilleure amie, Angela, était restée faire ses études à Fairfield university, très connue pour son école de commerce. Depuis toute petite, j’avais toujours vécu entre l’excentricité et le côté artistique de ma mère, et le côté politique, réel et organisé de mon père. Ils étaient totalement opposés mais s’aimaient du plus profond de leur cœur. Leur divorce les avait brisés, mais je sais qu’ils s’aiment encore. Ils sont restés très proches, mais ils ne peuvent plus cohabiter ensemble, ce que je trouve beaucoup mieux pour tout le monde, et surtout pour la vaisselle !
Une fois à Dartmouth, j’avais réalisé que ma relation avec Jake (qui était de l’autre côté du pays, en Californie) ne pouvait plus durer. Nous nous parlions de moins en moins, nous nous voyions plus, et puis je ne faisais pas confiance à Jacob en Californie, entouré de bimbos. J’avais donc mis fin à notre relation le 20 Octobre 2005, après que nous soyons sortis ensemble durant deux ans. Mais je n’ai eu aucun regret, concernant notre relation, mes premières fois avec lui, ou notre rupture. Je crois au destin, et je savais que celui-ci me réservait encore plein de surprises…
Ainsi, j’avais commencé mes études à Dartmouth en Liberal Arts, car je ne savais pas encore ce que je voulais faire de ma vie, contrairement à Angela et la plupart de mes amis. Après avoir eu mon Bachelor, j’avais réalisé que je voulais travailler dans le show-business. Pouvoir être un jour directrice d’une grande maison de disque, ou réalisatrice, ou encore avoir ma propre boîte de production de films. J’avais donc fais un master en administration des affaires avec une spécialisation en industrie du spectacle, ou show-biz si vous préférez. J’avais 24 ans lorsque j’étais sortie de l’université, et le monde s’offrait à moi. J’avais décidé alors d’emménager à l’endroit où le show business était à son apogée : Los Angeles !
L’argent ne me manquait pas heureusement. J’avais été offerte d’une bourse pour mes études ce qui fait que mes parents n’avaient pratiquement rien dépensé. Alors j’avais un gros budget pour pouvoir commencer ma nouvelle vie dans la ville des stars. Jake, qui était malgré tout resté mon ami, m’avait aidé à trouvé un très joli appartement vue sur mer . Il habitait à Santa Barbara qui se trouvait à une demi-heure de LA où il était devenu un grand concessionnaire de voitures. Je commençais alors à me faire une petite vie, apprendre la façon de parler des californiens, les endroits branchés. Je me suis faite quelques nouveaux amis et j’ai adopté un merveilleux chat. Son nom est chichi. Mais prononcez-le à l’italienne, ça donne tchitchi. La seule chose qui me manquait pour l’instant, c’était un travail. J’avais l’impression d’abuser de l’argent que m’envoyaient mes parents, je voulais trouver un travail, mais j’avais beau avoir cherché, je ne trouvais pas d’emplois qui me correspondaient. Ils étaient soit trop peu payés par rapport à mon niveau d’études, soit il fallait avoir des années d’expérience professionnelle avant de pouvoir les intégrer ce qui n’était vraiment pas mon cas. Mais aujourd’hui, je sentais que c’était mon jour de chance. Une impression peut-être, mais sait-on jamais ?
-Bella ! Viens chez moi s’il-te-plaît.
-Non, je dois encore chercher du travail ! Ca fait 3 mois que j’habite ici et je n’ai toujours pas trouvé un seul job ! Rétorquai-je au téléphone.
-Mais bellybell, ce n’est que pour une soirée je t’en prie ! Une seule soirée et je te laisserai tranquille pendant…2 jours !
-Trop généreux dis-donc… Bref laisse moi réfléchir et je te rendrai ma réponse dans une heure au maximum.
-Merci BellyBell, je savais que tu viendrais !
-Je n’ai pas d…
Elle venait de me raccrocher au nez. Oh mon dieu, cette fille ne changerait jamais. Laissez-moi vous présenter ma nouvelle amie de Los Angeles, Alice DuRoy. Cette fille est une vraie pile électrique, elle ne s’arrête jamais. Son père est le célèbre Alexander DuRoy, le grand couturier. Elle vit à ses frais, et n’en ressent aucune honte. Elle avait fait deux ans d’études de stylisme et n’avait pas voulu finir sa troisième année, vit dans un somptueux appartement (aux frais de papa), possède une petite boutique de vêtements (aux frais de papa aussi), et a une magnifique Porsche jaune. Oui, offerte par papa aussi. Mais elle n’a en rien le caractère d’une fille pourrie gâtée. Elle est l’une des personnes les plus généreuses que je connaisse. Uns de ses passe-temps favoris : le shopping et faire la fête. C’est comme ça que l’on est devenue amies. J’ai moi-même un penchant pour les soirées, et on s’était rencontrées à la soirée d’ouverture du magasin Versace au nouveau centre commercial de LA. Depuis, on ne s’était plus quittées. Elle me considère comme sa meilleure amie, et moi aussi. Il m’arrivait parfois de repenser à Angela qui me manquait horriblement. Nous avions perdu contact depuis deux ans. Aux dernières nouvelles, elle travaillait à New-York dans la bourse.
Je me préparais donc pour la énième soirée de LA, pour faire plaisir à ma « meilleure amie ». Heureusement, j’avais beaucoup de goût et l’argent ne me posait pas de problème. Je disposais donc d’une garde-robe digne d’une princesse. Je choisis un leggins en cuir noir, avec un T shirt sans forme un peu brillant et des sandales à talons. Je me maquillais comme d’habitude avec mon smokey eye. Je penchais pour le bronze cette fois-ci, pour changer du noir. Je m’attachais les cheveux en un chignon assez lâche, et me parfumais. J’aimais beaucoup la couleur que je venais de faire à mes cheveux. Physiquement, je n’avais jamais vraiment eu de problèmes, même au lycée. Pas d’acné, pas d’appareil dentaire, pas de pilosité, enfin bref tout était pour le mieux. J’avais hérité des yeux verts de ma mère et de la couleur brune des cheveux de mon père. Mais récemment, je les avais teints en roux foncé, un peu de la couleur bordeaux. Et je dois dire que cette couleur va parfaitement avec ma couleur de peau très blanche et mes yeux verts.
-Tu es où ? Il est presque 19h et la fête commence dans une demi-heure.
-Alice, je suis dans ma voiture à 5 minutes de chez toi, le Met n’est qu’à 10 minutes de ton appart alors arrête de te stresser et d’essayer de me stresser avec toi, tu sais très bien que ça ne marche jamais.
-C’est vrai que tu es stress free toi, je n’ai jamais compris comment tu faisais ! Bon, ramène tes petites fesses ici et tout de suite !
-Mes petites f…
Voilà, encore une fois elle m’avait raccroché au nez. Je devrais être habituée maintenant non ?
Concernant mes fesses, elles ne sont en rien petites, ne la croyez pas. En fait, je suis plutôt grande, 1 mètre 70, et mes formes me conviennent très bien. Alice est d’ailleurs particulièrement jalouse de mon tour de poitrine, dont je tiens à préciser qu’il fait deux tailles en plus que le sien.
Peut-être croyez vous que j’ai une vie parfaite, argent, bon diplôme, amis, beauté…
Mais il y a quelque chose qui m’a toujours manqué…l’amour. Je ne suis jamais tombé amoureuse de ma vie, et c’est quelque chose qu’il me tarde de connaître. Je n’ai jamais ressentis ces palpitations, ces papillons dans le ventre, mes joues qui rougissent, mon cœur qui accélère…Tout ça m’est étranger. Je n’ai eu que deux copains dans ma vie, Jake et Mike. Jacob et mois sommes restés ensemble deux ans. C’est lui qui m’avait volé mon premier baiser et qui avait été mon premier amant. Par la suite, à Dartmouth, j’avais rencontré Mike Newton. Il n’était intellectuellement pas mon type, mais il était très beau et très bien fait. Je lui avais plu et c’était plus ou moins réciproque ? Alors après avoir passé les trois bases, nous avions décidé d’officialiser notre relation, ce qui n’a duré que cinq mois. Je sais que le problème vient de moi, je n’arrive pas à m’attacher à d’autres personnes qu’à ma famille et mes amis. Dès qu’il s’agit de l’amour, je suis comme détachée. Je veux pourtant connaître cette expérience, par contre mariage et enfants, vraiment pas pour moi. Je tiens à ma jeunesse, à mes sorties et à ma liberté. Je veux juste aimer, je ne demande rien de plus, même pas la réciprocité.
-Ah ! Te voilà beautyful ! Tu es très sexy, comme d’habitude, dit Alice en me faisant la bise.
-Merci, tu n’es pas mal non plus ! Dis-je pour la taquiner. Où est Jasper ?
Ah Jasper, j’avais oublié de vous en parler. C’est le petit-ami d’Alice. Me croirez-vous si je vous dis qu’ils viennent de se rencontrer la semaine dernière et qu’ils sont déjà en couple et viennent d’emménager ensemble ? Et que Jasper m’avait dit qu’il prévoyait de la demander en mariage dans une quinzaine de jours ? Je n’y croyais pas, jusqu’à ce que je vois leurs regards lorsqu’ils étaient ensemble. Alice rayonnait de bonheur et Jasper était comblé. Ils se complétaient, et ça mes amis, ça c’était de l’amour. Du vrai, du frais, du bon et un qui dure, je vous le dis.
-Jazzou est avec Emett et Jacob ce soir, il ne reviendra que demain matin. Comme ça tu pourras passer la nuit chez moi si tu veux ?
-Bonne idée, pourquoi pas.
Alice me devait une fière chandelle. Si elle avait rencontré « Jazzou » c’était en parti grâce à moi. Jake et moi devions nous voir, j’avais proposé d’amener une amie qui n’est nulle autre qu’Alice, et lui d’amener ses deux meilleurs amis, Jasper Withlok et Emett McCarthy. Cette soirée-là fut inoubliable, car lorsque Alice et Jasper s’étaient regardés, ils étaient tombés amoureux à la première seconde. Ce Moment avait était vraiment étrange, comme s’ils ne pouvaient plus respirer, ni parler. Juste se regarder et s’aimer. C’était un peu comme ce phénomène d’imprégnation, dans le dernier film sur les vampires. Twilight ! Vous connaissez tout de même ? J’en suis folle. Et quelque chose qui va peut-être vous choquer, mais l’acteur principal ne me plaît pas du tout. Je n’aime pas le genre d’homme aussi inerte. J’ai l’impression que si je lui donnais une corde, il se pendrait tout de suite. Après tout, ce n’est que son rôle dans le film, peut-être n’est-il pas comme ça dans la vraie vie ?
Mon style de garçon avait toujours été celui des mauvais genres. Jake était un motard à l’époque, avec la veste en cuir, les bottes, les bracelets et le monde de drogues et alcool. C’est ce qui m’avait le plus attiré chez lui. Mike était un sportif, mais un très méchant sportif. Notre relation avait surtout était physique, jamais câline. J’ai un penchant pour les méchants je pense. Je suis folle ?
-Ce n’est pas le bracelet que Louis t’avais offert ? me demanda Alice.
-lui-même oui.
Louis. C’était le fils d’un grand banquier anglais qui était venu faire ses études en Californie et qui avait décidé d’y habiter. Ca n’avait été qu’un flirt, une relation platonique. Mais il était fou de moi et m’offrait des centaines de cadeaux croyant que je tomberais à mon tour amoureuse de lui. C’était un gentil garçon, il aurait un très bon mari et un excellent père pour nos enfants. Mais ce n’est pas ce qu’il me fallait.
-Bon, le Met ouvre dans une quinzaine de minutes, on devrait y aller maintenant pour y retrouver Vincent.
Vincent était l’homosexuel le plus abordé à LA. Il connaissait tout le monde, savait tout ce qui se passait, et avait des laissez-passer pour tous les évènements. Il se trouvait qu’Alice et moi étions ses « sistas » comme il aime nous appeler. Il nous adore et c’est pareil de notre côté. A chaque fois qu’il y avait une grosse soirée, il nous y invitait et nous faisait asseoir en VIP. Cette soirée ne serait pas l’exception qui confirme la règle.
Une fois devant la porte du pub, le videur nous ayant reconnues nous laissa entrer sans se faire prier. L’endroit était plein, je n’aimais pas ça. Je n’avais jamais été vraiment fan des endroits pleins à craquer. C’était…étouffant. Nous avancions donc vers le côté VIP. Vincent n’avait pas l’air de s’ennuyer, il se trouvait avec un couple plus âgé que nous, que j’avais l’impression de connaître.
-Alicia et bellisima ! Comment allez-vous mes chéries ? Nous lanca Vincent en se levant nous faire de grandes bises.
-Très bien Vincino, tu nous avais manqué ! répondit Alice.
-Oui, on avait l’impression que tu nous avais tout à coup supprimées de ta liste d’amis Vinci ! Ajoutai-je en souriant.
-Que dis-tu ! Sacrilège ! Moi ? Vincent Bloom ? Virer les deux plus belles créatures d’Hollywood de ma liste d’amis ? Mais tu es folle Isabella.
Nous nous assîmes sur le canapé et je lançais un regard vers le couple.
-Qui sont-ils Vincent ? Lui soufflais-je à l’oreille.
-Oh, que je suis mal poli. Excusez-moi ! Permettez-moi de vous présenter des amis à mes parents de longue date, Carlisle et Esmée Cullen.
Ah mais voilà ! La célèbre famille Cullen. Ils détenaient la Cullen Entertainment, une des plus grandes boîtes de production des Etats-Unis. Leur fils est actionnaire de la compagnie mais est aussi acteur. C’est lui qui joue dans Twilight !
-Enchanté Monsieur et Madame Cullen, dis-je.
- Oh, appelle-moi Esmée, nous n’avons pas plus de vingt ans de différence. Nous sommes encore dans notre quarantaine ! Ri-t-elle.
-Et appelle-moi Carlisle ! Et tu es ?
-Isabella Swan, mais je préfère Bella. Voici mon amie Alice DuRoy.
-La fille du célèbre Alexander. J’adore ce qu’il fait, s’écria Esmée pour que l’on puisse l’entendre à cause de la musique.
Nous discutâmes longtemps, surtout Esmée et moi. Nous nous étions réellement rapprochées et je la trouvais tout bonnement incroyable. Je n’arrivais pas à m’imaginer qu’elle était la mère d’Edward Cullen. Elle l’avait eu à quel âge ? 16 ans ?
-Donc cela fait 3 mois que j’habite ici et j’adore vraiment ma vie.
-As-tu trouvé un emploi ? me demanda Esmée.
-Non pas encore. Je suis surqualifiée pour la plupart, ou n’ai pas assez d’expérience professionnelle pour d’autres.
-Tu es pourtant diplômée de Dartmouth, ce n’est pas rien…
-Eh oui, mais les temps sont durs. Heureusement j’ai mes parents qui m’aident et puis Alice sans qui ma vie serait vraiment ennuyante !
-Ecoute, commença-t-elle, j’ai peut-être une offre pour toi. Notre boîte produit la saga Twilight comme tu dois certainement le savoir. Il nous manque une personne chargée des relations extérieures.
-C’est-à-dire ?
-Tout ce qui est conférence de presse, organisation des Premières, interviews, donner l’autorisation à certains tabloïdes de publier ou non telle ou telle rumeur…enfin, tu vois à peu près.
-C’est parfait je trouve, j’ai toujours voulu travailler dans un milieu comme celui-ci !
-Sache que ce n’est pas de tout repos, tu auras énormément de travail mais tu pourras prendre un assistant si tu veux. Il nous reste encore 3 films à sortir, donc à peu près 5 ans de travail pour toi. Tu seras très bien payée ne t’en fais pas. Tu es d’accord ?
Si je suis d’accord ? SI JE SUIS DACCORD ?
-C’est le métier de mes rêves alors putain de oui que je suis d’accord !
Elle riait de mon enthousiasme quelque peu vulgaire et en parla avec son mari pendant que je partageais la nouvelle avec Vinci et Lily. Cette soirée avait vraiment était incroyable, ma journée de chance. Je le sentais, rappelez-vous ?
C’était une nouvelle page qui se tournait dans ma vie, j’allais travailler pour Cullen Entertainement. Je verrais plein d’acteurs ! Je serais enfin quelqu’un d’important voire de connu ! Peut-être y trouverai-je enfin l’amour ?


Bonus Photos:

Hartford, Connecticut :



Darthmouth university:



Santa Barbara:




chichi:



couleur de cheveux de Bella :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moimoi51
Découverte des Cullen à la cafétéria
Découverte des Cullen à la cafétéria


Féminin
Nombre de messages : 90
Age : 20
Localisation : En admiration devant les abdos du beau Taylor
Date d'inscription : 28/11/2011

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 10 Fév - 18:22

C'est vraiment bien écrit et ta toujours autant d'inspiration. C'est super original, hâte de lire la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantascriture.forumdefans.com/
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 10 Fév - 19:41

Merci !!!! Allez pour vous faire plaisir encore un petit chapitre :p


Chapitre 2



Oh mon Dieu c’est trop beau pour être vrai ! Je travaille pour CE ! Je travaille pour CE ! Cullen Entertainment, here we go !
-Je n’arrive pas à y croire Bella, c’est trop bien…
-Oui, c’est juste incroyable. Merci de m’avoir fait sortir, sans toi je serais encore au chômage, ris-je.
Alice eu un sourire sans joie.
-Qu’est-ce qui se passe Lilly ?
-Non, ce n’est rien, laisse. Ne fais pas attention.
Elle semblait triste, et je ne voulais pas voir une telle expression sur son beau visage.
-Non Alice, tu peux tout me dire, je serais toujours là pour toi…
-Non, et tu le sais très bien ! Maintenant que tu as ton travail, on ne se verra plus autant qu’avant et tu ne voudras plus de moi comme amie.
-Quoi ? Mais tu es folle ou quoi ? Alice tu es ma meilleure amie, je t’adore. Jamais je ne t’oublierai et surtout pas parce que j’ai un nouveau job.
-Mais avoue qu’on se verra beaucoup moins…
-Alice, je serais au travail de 9h à 16h30. Dans tous les cas tu ne te réveilles pas avant 11heures, et si tu veux on déjeunera tout le temps ensemble pendant mes pauses. Ensuite, tu devras patienter 3 petites heures avant de me revoir. Et puis on a les Week-end !
-Je n’avais pas vu les choses sous cet angle-là. Tu sais quoi ? Tu as raison et je suis bête de m’en faire. Excuse-moi . Enfin bref, demain shopping !
-Pourquoi ?
-Ben on doit te dégoter des nouvelles tenues pour le travail !
-J’ai quelques unes que j’ai gardé.
-Tu parles de celles que tu avais achetées pour les conférences à Dartmouth ?
-Oui, comment tu le sais ?!
-Je les ai vues dans ton placard et elles sont trop moches Bella ! S’exclama-t-elle outrée. Donc demain on t’en achète des belles, et des sexys !
Ce soir-là, je fis un rêve très étrange. J’étais une princesse, comme dans les contes de fée, et mon château était immense. Il s’appelait CE Castle. Première coïncidence. Ma chambre ressemblait plus à un bureau de travail, et mon prince charmant m’y amenait mon déjeuner royal chaque midi, tous les jours. Son visage était flou, mais j’avais cette sensation étrange de l’avoir déjà vu, ou de le connaître. Je me réveillai ce matin, et décidai de ne pas y prêter attention. J’avais passé la nuit chez Alice, et comme Jasper ne serait pas là avant quelques heures, je pouvais rester traîner encore un peu dans leur lit. Mais Alice en avait décidé autrement.
-Réveille-toi marmotte allez ! Aujourd’hui c’est Shopping ! cria-t-elle en sautant sur notre lit.
Puisque je n’avais vraiment pas le choix, je me levais
-Et prend ça sale petit lutin !
Je lui attrapai les jambes pendant qu’elle était en train de sauter et elle s’effondra sur le lit avant de rouler par terre. Nous éclatâmes de rire avant de nous préparer pour notre sortie.
-Alice, laisse tomber c’est beaucoup trop court. Ce n’est pas un jeu d’accord ? Je ne joue pas la secrétaire d’un clip porno !
-Mais BellyBell, tu verras tous les jours des gens super connus ! Faut que tu sois belle pour qu’ils n’aient d’yeux que pour toi…
-J’y vais pour travailler, je ne sais pas si ce mot à 10 lettres de dit quelque chose ?
-Non mais j’en connais un autre plus court et il s’appelle essaye !
Pour lui faire plaisir, j’essayai les six tailleurs qu’elle m’avait pris. Pour être tout à fait honnête, je les trouvais parfait. Ni trop longs, ni trop courts, juste ce qu’il fallait.
-C’est trop hot ! s’exclama mon amie lorsque j’apparus avec le dernier ensemble, qui était de couleur bleu marine.
-C’est vrai que j’aime bien…
-Attend, tu auras le droit tu penses de mettre des jeans ? Parce que je te vois totalement avec une paire de jeans slim, de beaux escarpins et un super spencer. Tu ne penses pas ?
-Je pense que je pourrais, tant que je porte la veste. Sinon ça fera trop habit pour tous les jours.
Après avoir payé, nous allâmes déjeuner. Je remarquai qu’il y avait du bruit quelques tables derrière moi, un couple qui se disputait. Je vis ensuite une blonde passer à côté de moi en coup de vent et furieuse. Je me retournais pour voir qui était celui qui l’avait mise dans cet état et vit Emett. Attendez, EMETT ?!
-Emett ! Qu’est-ce que tu fous ici je pensais que tu étais avec Jazzou !
-Ah salut Alice, dit-il en se levant de sa table et en venant s’installer à la notre. Salut Bella.
J’hochais la tête en signe de salut.
-Qu’est-ce qui vient de se passer Em ? Lui demandai-je.
-Ben c’était mon plan cul de la semaine et elle vient juste de me dire qu’elle voulait que ça devienne plus sérieux, et tu me connais, je ne fais pas dans les trucs comme ça moi. Donc je lui ai dit la vérité, et elle n’a pas dû aimer comme tu l’as vu.
-Em tu es trop cru avec elles, c’est chaque semaine comme ça. C’est horrible ce que tu fais aux filles ! Si tu n’étais pas mon ami et que je ne t’aimais pas, je croirais que tu es vraiment un salopard.
-J’ai toujours pas trouvé la bonne, alors je ne veux pas vivre dans le mensonge en sortant avec une fille que je n’aime pas.
-Et tu as raison, tant que tu n’auras pas trouvé ta jazette, ne te case avec personne, lança Alice.
-Ma Jazette ? Alice tu m’as vu pédé ou quoi ?
Nous éclatâmes de rire et continuâmes à converser pendants une heure. Emett nous appris que Jasper était chez Alice depuis quelques heures et qu’il avait ce rendez-vous avec la blonde que j’ai vu toute à l’heure. Alice se dépêcha de partir, alors Emett se proposa de m’amener chez moi.
Il monta à mon appartement où nous discutâmes un peu. Je n’étais plus autant gênée. Nous avions été assez proches à un moment, je veux dire physiquement proche. Mais ça n’avait duré que quelques jours avant que nous nous rendions compte que c’était comme un inceste. Alors nous sommes devenus comme un frère et une sœur depuis et je me confie toujours à lui, et il me protège des débauchés qui essaient de m’aborder en boîte.
-Alors, mise à part ce que j’ai vu toute à l’heure il se passe quoi dans ta vie ?
-J’ai été viré de mon ancien travail donc je suis chômeur et toi ?
-Je viens d’obtenir un travail à Cullen Entertainment, dis-je toute contente.
-CE ! Tu te fous de ma gueule là ?
-Non, pas du tout. Je dois commencer demain à priori. Mais comment ça se fait que toi tu aies été foutu dehors ?
-Longue histoire…
-Laisse-moi deviner, tu as couché avec la fille du patron ?
-Non sa femme.
-Mon dieu ! Mais tu n’es pas sérieux ? Em tu as un problème je pense !
-Elle n’arrêtait pas de me faire des avances Bells, tu me connais…je n’y peux rien quand de jolies filles me font les yeux doux.
-Et tu vas faire comment maintenant ? je suis sure que tu dois être à la dèche !
-Un peu ouai… mais Jake m’a dit que c’était d’accord pour que je donne un coup de main dans son garage.
-Mais tu détestes t’occuper de voitures ! Je pensais que tu aimais le sport et que tu aspirais toujours à en faire un jour ton métier.
-Mais ce n’est pas parce qu’on habite à Los Angeles que je serais tout de suite pris chez les Yankees Bella. Je joue certes très bien au baseball mais je ne sais pas qui ni où se trouvent les recruteurs.
-Em, je pense que j’ai une idée. La CE fait de tout, cinema, musique, sport…Et j’aurais peut-être besoin d’un assistant. Donc si tu veux, je t’engage, et peut-être que tu rencontreras là-bas quelqu’un qui veut bien te donner ta chance ? En fait je suis sûre que tu trouveras une chance là-bas !
-Bella ! C’est top ! Merci beaucoup je t’en dois une ! Dit-il en me faisant un câlin.
Nous nous séparâmes et lui dit que j’allais l’appeler cette semaine pour confirmer son contrat avec la société.


Bonus photo

Tailleur bleu que Bella a essayé au centre commercial ( en plus sexy encore ! ) :



talons allant avec :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moimoi51
Découverte des Cullen à la cafétéria
Découverte des Cullen à la cafétéria


Féminin
Nombre de messages : 90
Age : 20
Localisation : En admiration devant les abdos du beau Taylor
Date d'inscription : 28/11/2011

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Sam 11 Fév - 9:03

Citation :
-Et tu as raison, tant que tu n’auras pas trouvé ta jazette, ne te case avec personne, lança Alice.
-Ma Jazette ? Alice tu m’as vu pédé ou quoi ?

J'ai adorer cette remarque. En même temps venant d'Emmet c'est pas étonnant Razz
Si on avait un Alice qui n'étais pas fan de shopping, ce ne serais plus Alice lol!
Au passage, comment fait tu pour mettre des images ? J'ai essayer mais elle n'apparaissent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantascriture.forumdefans.com/
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 12 Fév - 1:35

hahaha merci !!
Ben en fait tu as héberger une image et à coté image. Tu appuies sur image et tu colles le lien url ( c'est à dire que quand t'auras trouvé une photo cool sur google image par exemple, tu appuies sur la photo côté droit de la souris et tu mets copier adresse de cette image et tu reviens la coller là où je t'ai dis! ) J'espère que ça t'auras aidé ?? Very Happy Bisous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 14 Fév - 20:10

Chapitre 3


06h45. Il faudrait que je pense à remplacer ce réveil, il commençait à se faire vieux. Le sommeil et moi, une longue histoire d’amour. Par contre les réveils et moi ? Eh bien pour tout vous avouer, on n’était pas très amis jusqu’à ce que je commence mes études à Dartmouth où j’avais été obligée de me réveiller tous les jours toute seule comme une grande à sept heures moins le quart. Maintenant c’est devenu comme une horloge biologique, je me réveille tous les matins (mise à part si la veille j’avais fait la fête) à 6 :45. Cela me laissait amplement le temps de me préparer aujourd’hui. Et oui nous sommes déjà Lundi. Mon premier jour de travail chez CE. J’enfilais un des nouveaux tailleurs que je venais d’acheter, c’était un ensemble jupe et veste de couleurs crème avec de hauts talons marrons. Alice vint sonner chez moi à 8h15 pour m’aider à me coiffer et à me maquiller.
-Tu m’en dois une Bellybell ! Tu sais bien que je déteste me réveiller avant 11heures !
-Exactement alors qu’est –ce qui t’as ramené chez moi à cette heure-ci ? Je ne pense pas t’avoir invité ? Riais-je.
-C’est comme ça que tu remercies celle qui a quitté son chéri de bon matin pour venir faire belle sa meilleure amie, qui en passant est une sale ingrate ?
-C’est bon lily je rigole ! Et merci c’est vraiment gentil de ta part.
Elle me fit une queue de cheval très stylée. Elle m’avait un peu bombé devant et m’avait lissé mes cheveux de derrières pour que la queue de cheval soit parfaitement raide. Elle m’avait mis un rouge à lèvre un peu rosé et du fard à joue sans oublié le mascara. C’était vraiment discret et j’appréciais. Je ne voulais pas arriver dès le premier jour maquillée comme un clown.
-Oh mon bébé, ton premier jour de travail... je pense que je vais pleurer…
-Attend, tu te fous de moi là Alice ? Dis-je en explosant de rire. J’ai pratiquement un an de plus que toi alors techniquement être ton bébé serait plutôt…tordu ? Et puis tu ne vas pas pleurer car après c’est moi qui vais m’y mettre et ça ruinerait tout ce que tu as fait pour me rendre aussi jolie ! Dis-je pour la rassurer.
-Tu as raison ! Allez, file tu vas arriver en retard sinon ! Ah et je te dis merde hein !
-Merci, enfin si on veut ! lui répondis-je tout en prenant mon sac et mes lunettes de soleil. Ferme la porte avec le double des clés que je t’ai donné s’il-te-plaît et si tu comptes rester encore un peu chez moi, ben fait comme chez toi, tu sais où tout est rangé. Ah, et donne à manger à chichi.
-Oui, oui ne t’inquiètes pas allez zou !
Je quittai mon appart et allai vers ma voiture, mon petit bébé. Laissez-moi vous présentez Kurt. Oui j’ai donné un prénom de mec à ma voiture et alors ?! C’était une Aston Martin Vanquish que mes parents m’avaient offert pour mon Bachelor il y a un an. C’était ma petite fierté, et je ne savais pas pourquoi mais je l’appelais Kurt. Je roulais en direction du studio principal de CE qui se trouvait bien sûr à Hollywood, sur la Sunset boulevard. Je ne pourrais jamais m’habituer à l’immensité de Los Angeles. J’avais l’impression que chaque quartier était une ville et que chaque avenue était un quartier. J’avais bien sûr visité pas mal de monuments et de théâtres, dont récemment le Grauman's Chinese Theatre où les acteurs de la saga dont je vais m’occuper avaient laissé leur empreinte.
J’arrivai devant la porte, LA porte que je vais commencer à traverser tous les jours (sauf Week-end bien sûr). C’était vraiment magnifique, il y avait des jets d’eau partout, et des fleurs de toutes les couleurs. J’avais l’impression d’entrer dans le jardin d’Eden, que j’allais me réveiller et me dire que finalement j’étais toujours une chômeuse. Mais avant que je puisse repartir dans mes délires internes, Esmée sortait m’accueillir chaleureusement.
-Isabella, oups Bella je veux dire ! Alors le jardin te plait ?
-Oh oui il est magnifique ! Tout est incroyable ici… et je n’ai même pas encore vu l’intérieur…
-Suis-moi je vais te faire visiter les endroits que tu dois connaître !
Je ne me fis pas prier, et la suivais comme si ma vie en dépendait.
-Alors voici l’accueil, Je te présente Jessica. Elle est très gentille donc si tu as besoin de quelque chose elle pourra t’aider.
La concernée me fit un sourire bienveillant et repris son travail.
Il y avait du marbre et du plaqué or partout, attendez vous êtes sûr que je travaille ici ?
-Il y a cinq ascenseurs comme tu le vois, pour faire gagner du temps aux employés qui travaillent aux étages supérieurs.
Nous rentrâmes dans un des cinq qui était plutôt spacieux, tapissé d’une moquette avec des motifs baroques et un grand miroir sans oublier la musique relaxante. Une fois les portes ouvertes, je vis que nous étions au premier étage. Mais nous ne sortîmes pas de l’ascenseur.
-Alors ici c’est l’étage qui s’occupe des affaires administratives, financières et tout ce qui est comptabilité. Je ne te fais pas visiter c’est d’un ennui incroyable !
Nous rîmes de bon cœur alors que les portes de l’ascenseur se refermaient et que nous montions au deuxième étage.
-Ici c’est l’étage de Cullen Entertainment domaine sport. Je ne pense pas que ça va vraiment t’intéresser…
-A moins qu’il y ait des joueurs de football non je ne pense pas, pouffais-je.
-Tu serais étonnée des personnalités qui pourraient s’y trouver, me dit-elle mystérieusement.
Nous fîmes étage par étage jusqu’à arriver au septième qui était dédiée qu’à la saga Twilight. C’était immense, il y avait des bureaux partout, des téléphones qui n’arrêtaient pas de sonner, des affiches de films, des photos, des prix, des figurines. J’avais l’impression d’avoir atterrit dans un mix de Disneyland et de Goldman Sachs. J’étais aux anges, j’allais juste devoir m’habituer aux bruits de sonneries de téléphones, des déchirements de papiers et des claviers bruyants.
-Suis-moi je vais te montrer ton bureau.
-J’ai…j’ai un bureau ? Dis-je surprise.
-Mais bien sûr ma chérie ! Tu pensais que tu serais dans un box là-bas ? Tu es notre chargée de communication et de relation publique ce n’est pas rien, il te faut un bureau pour toi toute seule, et tu as le droit à un assistant je te l’avais dit, me dit-elle d’un ton maternel.
JE l’adorais ! Elle m’avait offert l’emploi de mes rêves et est tellement gentille ! Tantôt j’avais l’impression de parler avec une copine car notre différence d’âge n’était pas très marquante, tantôt j’avais l’impression de parler avec ma mère qui s’occupait de moi et veillait à ce que tout aille pour le mieux.
-Esmée je ne sais pas comment te remercier, lui dis-je en voyant mon bureau.
-Contente-toi de faire un bon travail ma puce, allez je dois filer on se revoit dans la semaine !
-Bye ! lui dis-je en lui faisant un câlin.
Je m’assis sur mon grand fauteuil en cuir noir et admirai mon bureau en bois d’acajou vernis. Il était vide, à moi d’y mettre des photos et d’amener mon ordinateur. J’avais aussi une bibliothèque avec quelques livres dedans, principalement en rapport avec le monde du cinéma et du divertissement. Il y avait aussi un petit salon à côté de la bibliothèque et une table basse. Le mur était également en bois contreplaqué. J’avais l’impression d’être dans ces vieux bureaux américains des aristocrates des années 30. Je sentais que j’allais me plaire ici. Je remarquais qu’il y avait une porte autre que celle par laquelle nous étions entrées dans mon bureau Esmée et moi. J’allais l’ouvrir et vis qu’elle donnait sur une autre pièce moins grande, mais tout aussi joliment décorée. C’était sûrement la pièce où mon assistant aurait son bureau. Emett allait aimer !
Je m’assis sur ma chaise et décidai d’appeler Alice pour tout lui raconter, et lui donner rendez-vous dans un restaurant à côté de la compagnie que j’ai remarqué toute à l’heure, le Magnolia.
Nous nous y retrouvâmes à 12h30 tapante et lui racontai tout dès le début.
-Tu verrais mon bureau Alice il est juste trop beau !
-Je suis jalouse ! Montre-le-moi ! Bouda-t-elle.
-Si tu veux on y va maintenant, je te fais visiter…
-Oh mon Dieu oui tout de suite ! Dit-elle en prenant son sac à main et en allant vers la sortie.
Je laissais un pourboire sur la table et la rejoignis dehors. Nous allâmes à pied jusqu’à CE et je vis une tête familière en sortir et quelqu’un me pincer en même temps.
-Aïe ! Alice ! Dis-je indignée. T’es dingue qu’est-ce qui t’as pris de me pincer comme ça. Dis-je en me caressant l’endroit douloureux.
-Est-ce que tu as vu qui j’ai vu ? Pince-moi !
Alors là, je ne ratai pas l’occasion et la pinçait très fort à mon tour.
-Non mais t’es folle ! s’écria-t-elle.
-C’est toi qui m’a dit de te pincer !
-Les gens vont croire que t’es folle ton premier jour de boulot, chapeau !
Nous explosâmes de rire et entrâmes à l’intérieur. Je fis un signe de main à Jessica qui me le rendit en souriant aussi à Alice. Celle-ci alla vers elle d’ailleurs.
-Dites moi, est-ce bien Tom Brady que je viens de voir sortir ?
-Lui-même nous dit Jessica.
-Attend, Tom Brady le joueur de football ? Le mari de Gisèle Bündchen ?
-Mais oui Bella tu ne l’as pas reconnu ?
-Pas sur le coup je dois dire, il s’est laissé pousser la barbe. Dites-moi Jessica, y a-t-il des recruteurs d’équipes professionnelles de baseball qui viennent ici ?
-Oh oui assez souvent, dans toutes les catégories de sport. Mais je ne saurais vous dire exactement quand…Mais tutoyez-moi !
-D’accord, à condition que toi aussi, je m’appelle Bella.
-Et moi c’est Alice ! Lui dit-elle en lui faisant la bise.
Nous lui dîmes au revoir et montâmes dans l’ascenseur pour aller vers mon bureau. Je fis un sourire à quelques personnes qui me faisaient un signe de tête en guise de salut. Ils devaient tous savoir que j’étais la nouvelle chargée des relations publiques. Alice tomba amoureuse de mon bureau. Nous nous assîmes dans mon petit salon et continuâmes à discuter. Quelques temps après, elle s’en alla et me laissa seule face à un bureau vide. Esmée ne m’avait pas dit encore quoi faire. On toqua à ma porte.
-Entrez ! Dis-je.
-Bonjour Mlle Swan, je suis Leah Clearwater, votre secrétaire.
-Ah, bonjour Leah, tu peux m’appeler Bella. Entre, assis-toi.
Elle paraissait gentille, devait être un peu plus jeune que moi, peut-être de deux ans.
-Je tiens à te souhaiter la bienvenue chez Cullen Entertainment. Dans cet étage, nous sommes comme une famille et nous tenons à t’organiser une petite fête de bienvenue.
-Oh, c’est trop gentil ! Merci, c’est vraiment adorable !
-Nous sommes content de t’avoir avec nous, surtout moi ! dit-elle en riant. J’allais devenir folle à m’occuper de tout ça toute seule. La personne qui avait ce poste avant toi s’appelait Victoria. Elle a fait du bon boulot lors de la première année de sortie de Twilight. Elle est tombée enceinte et commençait à mal gérer son stress, elle avait peur pour la santé de son bébé. Esmée lui a dit qu’elle pouvait prendre un mois de congé pour bien se reposer et revenir. Mais elle nous a appelés vers la fin de son mois de congé pour nous dire qu’elle décidait d’arrêter, qu’elle ne pourrait jamais trouver un équilibre entre son travail et son bébé. Donc cela fait un mois que je suis sans patronne et que j’essaie du mieux que je peux de me charger de tout, c’est très dur.
-Ah, eh bien je suis contente d’être là. Mais je ne sais pas exactement quoi faire, Esmée ne m’a donné aucune consigne.
-Elle m’a dit de te laissé découvrir un peu le local la matinée et de venir te parler de ce que tu allais faire en fin d’après midi, donc je suis là !
On parla pendant deux ou trois heures de ce que je devais faire. Elle me donna des dizaines de dossier, des numéros, un livre avec toutes les personnes à connaître par cœur, le nom des différents agents de CE, les adresses, enfin j’avais de quoi m’occuper pendant une semaine.
-Donc voilà, je pense que je t’ai tout dit. Je suis désolée de t’avoir prise jusqu’à maintenant je sais que tu devais quitter vers 15h30 et il est déjà pratiquement 18h !
-Ce n’est pas grave, donc je rentre chez moi et j’ai une semaine pour apprendre tout ça ?
-C’est ce qu’Esmée m’a dit de te dire. Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là. Je suis ta secrétaire, donc ne t’inquiète pas je m’occuperai de ton emploi du temps, de tes rendez-vous et tout ce qui va avec ! La semaine prochaine tu commenceras officiellement à travailler mais pour l’instant, mémorise bien tous les dossiers que je t’ai donnés.
-Ok, bon je dois filer à demain !
-Au revoir Bella.
J’allais vers ma voiture en courant et heurtai sans le faire exprès un jeune homme.
-Je suis désolée ! Dis-je en l’aidant à se relever.
-Ce n’est pas grave, tant que je me fais bousculer par une belle demoiselle comme vous !
Je lui fis un sourire embarrassé.
-Je suis James en passant, je travaille ici et vous êtes ?
-Mm… Isabella.
-Très joli prénom, il vous va à ravir.
-Je préfère Bella en fait. Je travaille ici également.
-Ah, vous êtes nouvelle alors je vous aurai remarqué avant sinon.
Putain je rêve le mec me fait carrément du rentre dedans !
-Je suis la nouvelle chargée de communication et relations publiques pour Twilight.
-Ah c’est vous qui remplacez Vicky ! C’était une très bonne amie à moi si vous voyez ce que je veux dire, me dit-il avec un sourire pervers.
-Elle n’est pas enceinte ? Il est de vous ?
- Non, ça va pas ! Elle s’est mariée il y a cinq mois avec un présentateur de télé, Laurent. C’est leur gosse pas le mien ! dit-il en riant. Nous avions arrêté d’être « amis » depuis leur mariage, je ne suis pas comme ça.
Il était bizarre, un moment il donnait l’impression d’être un connard et pervers fini, et l’autre il donnait l’impression d’être courtois et honnête.
-Ok, bon je dois y aller, à bientôt James.
-Au revoir Bella, nous nous reverrons souvent si tu travailles à l’étage Twilight !
J’allais ouvrir ma portière et me retournai vers lui.
-Vous y travaillez aussi ? Je ne vous ai pas vu de toute la journée à l’étage pourtant ?
-Je suis l’agent d’Edward Cullen en fait. Et comme il est un des acteurs principaux de la saga, alors je dois venir de temps en temps voir ce qui se passe au bureau. Et comme vous êtes maintenant à la place de Vicky, nous travaillerons ensemble lorsque ça concerne Edward, donc assez souvent, me dit-il avec un sourire sincère.
-Mm d’accord, bon bye !
Je démarrai et allai vers mon appart. James me donnais la chair de poule mais en même temps je le trouvais plutôt attirant. Alors comme ça, c’était l’agent d’Edward Cullen. Dommage, j’aurai préféré le voir en vrai plutôt que son agent. Voir s’il était vraiment aussi coincé qu’il n’en donnait l’impression dans le film. Je me commandai chinois ce soir et commençai l’étude de mes dossiers. Il y avait les numéros de plusieurs agents travaillant pour CE, dont celui de James. Je l’enregistrai sur mon téléphone au cas où. Il y avait aussi les numéros des réalisateurs, leurs adresses, ainsi que les fournisseurs, les ingénieurs, etc. j’essayais de me familiariser avec leur nom pour les reconnaître si je les vois au bureau. Il y avait aussi bien sûr un dossier spécial acteurs. Il y avait les numéros et adresses de centaines d’acteurs et actrices, ainsi que de chanteurs, de présentateurs, de personnalités… Je vis d’ailleurs en première page la photo d’Edward Cullen. Il était super mignon sans son fond de teint blanc et ses lentilles orange. Et son sourire…trop chou ! Il y avait ses différents numéros, ses adresses ! WAW, le mec a 3 villas en Californie, et en tout 8 appartements aux Etats-Unis. Il y avait une courte biographie en dessous de sa photo et un post-it de Leah. Elle avait écrit dessus « je te parle de ce cas spécial plus en détail demain ». Bon ben d’accord. Avant de dormir, je feuilletai le dossier sur les différents TV show qui demandaient souvent à interviewer les acteurs de la saga. Ah le David Letterman show, j’adore ! Oh mon Dieu, j’avais l’impression que j’allais vivre une incroyable année, que j’allais connaître des personnes dont jamais je n’aurai cru rêver… Et ça ne fait que commencer ! Pitié, faites que j’y trouve l’amour de ma vie je n’en peux plus de rentrer tous les soirs seule chez moi !
-Chichi je n’ai que toi, dis-je à mon chat en le prenant dans mes bras avant de m’endormir.

Bonus photos

Aston Martin de Bella :




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 19 Fév - 4:47

Chapitre 4



Le lendemain matin, je passai me prendre un café à Starbucks avant d’aller au bureau. Je saluai tout le monde avant d’entrer m’enfermer dans mon bureau, les tonnes de dossier sous le bras.
-Bonjour bonjour !
-Oh Leah, comment vas-tu ce matin ?
-Très bien, alors tu as commencé à lire un peu ce que je t’ai donné ?
-Um, oui. Je sais à peu près qui travaille pour nous, qui sont nos fournisseurs, les personnes à appeler, celles à décliner…
-Ah c’est très bien, tu as dû faire presque la moitié hier il ne fallait pas te donner autant de mal !
-A propos, c’était quoi la petite note que tu m’avais laissé à côté de la photo d’Edward Cullen ?
-Ah oui, LE cas spécial.
-Comment ça ? Dis-je en riant. Assis-toi et raconte moi tout dès le début.
-Eh bien, dit-elle en prenant place devant moi, tu as lu sa biographie en dessous de la photo non ?
-Oui, jeune homme de 27 ans, bonne santé, diplômé en art dramatique de UCLA, habite a downtown Los Angeles, ne supporte pas les animaux, allergique aux amandes, inscrit d…
-Wow, dit-elle en me coupant, tu as vraiment tout appris par cœur ! Dis moi que tu es juste une très grande fan et que tu n’as pas appris tous les dossiers par cœur ?
-Et bien je ne te dirai pas que j’ai tout appris par cœur alors, dis-je prise sur le fait.
-Tu es incroyable, tu n’es pas diplômée de Dartmouth pour rien toi ! dit-elle en riant. Enfin bref, le fait est que malgré sa petite biographie très normale, il est tout…sauf normal.
-Tu commences à me faire peur là…développe.
-Bon, alors déjà tu dois savoir qu’il vient ici de temps en temps, je dirais une fois par dix jours, voire toutes les quinzaines... Mais tu verras surtout son agent.
-James, dis-je.
-Tu le connais ?
-Je l’ai vu hier, enfin, je lui ai littéralement rentré dedans sans le faire exprès.
-Ouch ! Fais attention il est quelque peu…pervers sur les bords. Il adore les femmes d’ailleurs Vicky…
-Oui, je sais il m’a raconté un peu hier. Enfin, ne t’inquiète pas je sais ce que je fais et je ne suis pas le genre de femme à m’attacher à un homme.
-Ah tu n’as pas de copain ? Excuse moi Bella je ne devrais pas te poser de question aussi personnelle tu es ma patronne.
-Mais non, je ne veux pas que tu me considères comme ta supérieure, juste ta collègue. Et pour répondre à ta question, non je n’ai pas de petit ami en ce moment je n’en ai eu que deux dans ma vie, Jake et Mike. Mais j’ai eu beaucoup de relations.
-Ah, tu es le genre de fille qui n’aime pas le sérieux c’est ça ?
-Leah, crois-moi j’adorerai trouver chaussure à mon pied, c’est juste que je ne suis intéressée par personne et que je ne veux pas être dans une relation dont je sais qu’elle n’aura pas un avenir de plus de 2 mois. Donc tout ce que j’ai c’est des petites relations d’un soir…
-Oh, tu sais c’est déjà ça. Moi j’ai eu cinq ou six copains dans ma vie et le dernier vient de rompre avec moi il y a deux semaines. C’est toujours à cause de moi, je pense que je suis trop coincée, c’est pour ça qu’ils me quittent.
-Ne dis pas ça, je ne te vois pas coincée ! Et tu es une très jolie fille tu pourrais plaire à n’importe quel homme.
-Merci, ça me touche vraiment Bella. Donc je n’ai rien à craindre pour toi avec James ?
-Ne t’inquiètes pas, il est mignon mais je ne me vois vraiment pas lui confier mon cœur, après autre chose ça reste à voir, lui dis-je en lui faisant un clin d’œil.
Elle rougit un peu ce qui me fit encore plus rire. Elle devrait sortir quelques soirs avec Alice et moi, ça la rendrait plus ouverte et spontanée.
-Bon, alors revenons-en à Cullen.
-Je suis toute ouïe.
-Alors cet homme, tu dois absolument l’éviter. Il est imbus de sa personne, se croit supérieur à tout le monde, pense que dès qu’il fait un sourire on doit toutes être à ses pieds. Il ne prend jamais non comme réponse et lorsque quelqu’un lui dit non, surtout une femme, il a ses propres méthodes de vengeance.
-C’est-à-dire ?
-Eh bien, comme tu as dû le voir, il est très, très, très beau…
-Eho, ici la terre ! Lui dis-je en secouant ma main devant son regard perdu.
-Oui désolée, donc euh je disais quoi ?
-Qu’il était très beau ensuite ?
-Eh bien dès qu’il veut une femme, il l’a…dans son lit. Le problème c’est qu’il ne veut que ça, jamais rien d’autre.
-Oui, je fais comme lui je ne vois pas où est le problème ?
-Le problème c’est que dès qu’il met une femme dans son lit, elle ne veut plus le lâcher, elle tombe folle amoureuse de lui. Mais il a des méthodes de rejet assez dures…Elles deviennent folles et le menacent de le poursuivre en justice pour abus sexuel, ou je ne sais quoi d’autre. Je pense qu’à force c’est devenu un jeu pour lui de les mettre en colère parce qu’il sait qu’avec tout l’argent et la notoriété qu’il a, il s’en sort toujours.
-Mais c’est horrible ! Mais après ce que les employées ici ont entendu, pourquoi elles ne lui disent pas tout simplement non au lieu d’aller jusqu’au bout ?
-Je te l’ai dit, c’est tellement devenu un jeu pour lui de les faire tomber amoureuse et de les rejeter pour s’attirer leur haine et leurs menaces qu’il ne prend même plus non pour réponse. C’est soit oui, soit non et il s’arrange pour que tu sois mise à la porte. La plupart des employées ici ont vraiment travaillé dur pour avoir ce travail, elles ne peuvent pas se permettre de tout laissé tomber à cause d’un « non ».
Je restai choquée de ce que je venais d’entendre. Il m’avait pourtant l’air de quelqu’un de gentil, sérieux. Tout le contraire de sa biographie et de son rôle dans Twilight, quelle honte !
-Mais il n’a pas le droit de virer qui il veut non ? Je ne pense pas que ses parents le laissent.
-Malheureusement, il est actionnaire à 25% ici. Il possède le quart du pouvoir et peut se le permettre, et de toute façon ses parents ne savent pas du tout ce qu’il fait aux filles ici, tu devrais le voir un jour avec eux, tu croirais que c’est l’enfant de Jésus tellement il est adorable !
-Qui est encore actionnaire ici ?
-Eh bien ses parents qui détiennent 50% bien sûr, et ses deux petites sœurs Kate et Irina qui ont 25%.
-Il a deux petites sœurs ? Je pensais qu’il était fils unique !
-Non, c’est juste que Mme Mr Cullen n’aiment pas trop les afficher au grand public, ils ne veulent pas qu’elles soient confrontées aux paparazzis et tout ce qui va avec. Ce sont de fausses jumelles, elles n’ont que 14 ans chacune.
-Eh bien, Edward pourrait pratiquement être leur père…
-Il les adore, c’est comme avec ses parents, il est complètement différent. Il joue le rôle du fils et du grand frère modèle.
-Mais c’est un fils de pute avec les femmes !
-C’est cru mais oui…c’est ça.
-Et comment tu sais autant de choses toi ?
-Euh, j’observe, j’entends…mais jamais je ne m’approche de trop près.
-Tu as peur de dire non ou…
-de dire oui et de devenir folle oui, dit-elle en continuant.
-Je comprends alors…
-Mais tiens-toi vraiment à l’écart, tu es très belle tu ne vas pas lui échapper, et on vient de te gagner, je ne veux pas qu’on te perde déjà !
-Ne t’en fais pas, mais Vicky, elle ne lui a jamais tapé à l’œil ?
-Je ne sais pas, mais je pense qu’il ne l’a jamais vraiment approché à cause de James, comme il était plus ou moins avec elle… Et James est quand même un très bon ami à Edward.
-Ok, j’ai tout enregistré, tu peux reprendre ton travail si tu veux.
Elle se leva mais avant de refermer la porte elle revint en courant vers la chaise devant mon bureau et s’assit.
-J’ai complètement oublié de te dire le plus important ! s’écria-t-elle. Mais c’est très récent en fait, je pense que ça date d’une semaine.
-Je t’écoute ?
-Il a une copine, Rosalie Hale.
-Attend, tu ne m’as pas dit qu’il ne faisait que dans les relations sans lendemain ? Comment peut-il avoir une petite amie ?
-Oui j’y viens c’est une histoire assez tordue. Rosalie, on ne sait rien d’elle, elle a débarqué du jour au lendemain dans notre étage et voulait voir Edward qui s’y trouvait ce jour-là pour discuter avec James et quelques scénaristes pour le prochain Twilight. Elle était en pleurs, et demandait impérativement à le voir. Il entendit les cris et lorsqu’il la vit, il se mit en colère en lui disant qu’il l’avait prévenue deux semaines plus tôt de ne jamais revenir le voir, que c’était juste un soir et qu’il avait émis les conditions. Les employées ici ont tout de suite compris que ça devait être une de ses conquêtes d’un soir, et qu’elle avait sûrement mal pris le rejet d’Edward. Tout le monde allait se remettre au travail car on avait déjà assisté à des centaines de scènes comme ça. Mais là elle a dit un truc qui a vraiment mis littéralement tout le monde sur le cul, excuse ma vulgarité.
-Elle a dit quoi ? Dis-je curieuse.
-Qu’elle était ENCEINTE ! Tu imagines la honte pour Edward Cullen à ce moment-là. Il avait la bouche ouverte pendant au moins une dizaine de minutes, tout le monde dans la pièce était choqué. Ca, c’était quelque chose qui par contre n’était jamais arrivé !
-Waw, quelle histoire !
-Donc ça a fait un scandale pendant deux jours au bureau, tout le monde qui en parlait. Ensuite Edward est venu accompagné de ses parents à notre étage, pour faire une déclaration. Ils nous ont dit d’oublier l’incident qui s’était produit l’avant-veille, de n’en parler à personne et surtout aucun tabloïdes. Lorsque ses parents sont partis, Edward nous a dit qu’il savait ce que l’on pensait de lui, mais qu’il ne pourrait jamais rejeter un enfant, surtout le sien. Donc il nous a dit qu’il avait décidé de rester avec Rosalie et qu’ils allaient peut-être se marier…
-Wa, carrément ! Il passe des histoires sans lendemain au mariage ?
-C’est sûrement pour ses parents qu’il a fait ça, je te l’ai dit il joue le fils parfait, le frère parfait, et il veut faire le père parfait aussi. Donc cela fait maintenant une semaine qu’ils sont officiellement en couple.
-Ben donc c’est cool non ? Il n’y a plus rien à craindre du prédateur s’il est pris ? Dis-je en rigolant.
-Alors là détrompe-toi, il veut peut-être jouer le fils et papa parfait, mais il est loin de s’occuper de son rôle de petit-ami et futur mari. Il était au bureau la veille de ton arrivée, et je peux te dire qu’il ne s’est pas gêné de faire des avances encore à une des employées ici. Elle a malheureusement dû accepter, la pauvre a un bébé à nourrir elle ne peut pas se permettre d’être licenciée !
-Mais quel goujat ! Je ne sais pas si je pourrai me retenir de lui foutre mon poing dans la gueule le jour où je le verrais ! Mais est-ce certain que le bébé est de lui ? Il ne s’est pas dit qu’elle mentait peut-être ?
-Lorsqu’elle lui a balancé les échographies à la gueule, et qu’il les a vu, je pense que c’est ce qu’il l’a réveillé. Il ne s’est même pas posé la question de savoir si c’était le sien ou pas.
-Peut-être qu’il reste un peu d’humanité en lui après tout.
-Peut-être, en tout cas fais attention à toi, je dis ça je ne dis rien !
Nous reprîmes le travail et je continuais à apprendre mes dossiers. Je n’avais que ça à faire toute la semaine avant de commencer à vraiment travailler… J’étais aussi assez déconcentrée par ce que venait de me révéler Leah, comment un être aussi bon qu’Esmée avait pu enfanter un être aussi ignoble qu’Edward Cullen. Il devrait franchement penser à consulter pour sa nymphomanie. En rentrant à la maison, je vis que j’avais deux messages sur mon répondeur.
-« Bella, c’est Lily ! Ecoute, ce soir il y a une grande soirée au carré Vip ! Il y aura tout le beau monde de LA impossible à rater ! Elle sera très privée, donc que des célébrités et personnes super importantes t’imagines ! Elle commence à 21h30 donc tiens toi prête j’arrive chez toi dans 10 minutes pour te préparer ! »
Mais elle est folle, elle sait très bien que je déteste être prévenue à la dernière minute, non pas que je n’aime pas les fêtes bien au contraire, mais je suis une personne assez organisée qui aime que tout soit prévu à l’avance. Ca doit être une ancienne habitude prise à Dartmouth…
Au moment où je cliquai pour écouter le deuxième message, quelqu'un frappa à la porte.
-« En fait je suis en bas de chez toi viens m’ouvrir la porte ! »
-Tu n’écoutes mon message que maintenant ? Ça fait deux minutes que j’attends en bas heureusement que le concierge m’a ouvert, dit-Alice en déboulant dans mon salon.
-Salut Alice, ça va Alice ? Moi ? Très bien merci de demander ! Ce que j’ai fait aujourd’hui ? Oh trois fois rien j’étais au travail et je viens de rentrer à l’instant ! Dis-je en souriant hypocritement.
-Bon d’accord pardon Bella, mais je suis tellement excitée pour cette soirée, il y aura tout le monde, imagine on croisera peut-être Brad Pitt, ou Orlando Bloom, ou Bradley Cooper, ou…
-D’accord, je pense que j’ai compris en gros. Alice moi aussi je veux y aller mais tu sais que je n’aime pas être prévenue à la dernière minute. En plus, si cette soirée est autant selecte, commet ça se fait qu’on puisse y aller ?
-Quelle question ! 1, je suis la fille d’Alexander DuRoy, 2, je suis la plus belle d’Holywood, 3, je…
-Bon Alice, la vérité ?
-Bon ok, c’est Vincent qui nous invite.
-Ah oui j’avais complètement oublié monsieur j’ai des passes partout.
-Et il m’a dit que je pouvais amener et Jazzou et toi aussi tu peux amener quelqu’un.
-Et qui Alice ? Tu sais bien que je n’ai personne.
-Amène Jake, ça lui ferait plaisir…
-Non, tu sais bien qu’il a encore un peu de sentiments pour moi, je ne veux pas qu’il interprète mal cette invitation.
-Emett ?
-Non, depuis ce qui s’était passé entre nous, on ne veut plus rien d’autre que de l’amitié et l’inviter à venir avec moi serait trop bizarre pour nous deux…
-Bon, Bella décide-toi alors !
Je réfléchis aux solutions que j’avais et finalement me rappelais que j’avais le numéro de quelqu’un d’intéressant sur mon téléphone.
-Je vais inviter James je pense.
-Le gars dans lequel tu es rentrée ? Ben vas-y tout de suite !
Je pris mon téléphone et l’appelai.
-Allo ? dit-il.
-Allo James ? C’est Bella.
-Bella ? Waw je n’arrive pas à croire que tu m’appelles ! Que me vaut l’honneur de ce coup de fil ma belle ?
-Il y a une grosse soirée aujourd’hui et j’aimerai que tu m’y accompagnes, je ne voudrais pas y aller toute seule, donc…
-Aucun problème, c’est où et quand ?
-Le carré Vip, ce soir à partir de 21h30. On se donne rendez-vous là bas ?
-Ok, mais comment as-tu fais pour avoir accès à cette soirée, il n’y a que les stars qui y seront conviées ?
-J’ai mes sources, dis-je mystérieuse.
-Une fille aussi maligne, j’aime ça, dit-il en ronronnant.
-Ok, on se retrouve toute à l’heure alors.
-Bye ma douce.
-Alors ? me dit Alice en rentrant dans ma chambre.
-C’est d’accord, il vient.
-Mais attend, ce James ce n’est pas celui que tu trouvais un peu trop pervers ?
-Si, et Leah m’a dit aussi de me méfier de lui car c’était un homme à femmes.
-Ce qui ne te dérange pas puisque tu es sa version en féminine ! dit-elle en riant.
-Exactement, donc rien à craindre, je veux juste passer une bonne soirée et…
-Une bonne nuit, j’ai compris Bella. Ok alors on se prépare ?
-Et comment !
Nous passâmes l’après midi chez le coiffeur en dessous de chez-moi où nous nous étions faites masser, manucurer et pédicurer, maquiller et coiffer. Après tout, ce soir était une grosse soirée, il fallait se faire belle au cas où nous apparaîtrions à la télé ou sur des magazines.
Alice qui s’était fait pousser les cheveux ces derniers mois eut l’occasion d’essayer une nouvelle coiffure qui lui allait bien. Une tresse toute au long de sa tête se terminant par un chignon. Elle avait opté pour un maquillage en dégradé bleu pour que ça aille avec sa robe, ainsi qu’un gloss rose. Quant à moi, on m’avait laissé les cheveux lâchés mais avec beaucoup de volume. Ca me rappelait les coiffures des femmes fatales qui passaient à la télévision dans les années 80. On me fit un dégradé de noir et de marron sur mes yeux et me mis un rouge à lèvre rouge brique. Je m’étais regardée dans la glace et trouvait que j’étais vraiment très belle, une vraie femme. Nous montâmes à mon appartement où nous nous changeâmes et parfumâmes avant de nous contempler une dernière fois devant le miroir.
-Tu es magnifique Bella je suis vraiment jalouse.
-Alice, arrête tu es toute aussi belle, regarde toi, ta robe bleue est très belle et ton maquillage te va parfaitement, lui dis-je en souriant.
-Mais en attendant, ce n’est pas moi qui fait presque du D de bonnet et qui ai une taille mannequin, je fais 1 mètre 65 avec des talons de 15 centimètres !
Jasper vint la chercher dans sa voiture et je vis à quel point il la trouvait belle, son regard trahissait tout l’amour et le désir qu’il portait pour sa petite femme. Dire qu’ils allaient peut-être être maris et femmes dans moins d’un an, j’en avais presque les larmes aux yeux.
-On se retrouve là-bas les amoureux, dis-je en montant dans mon Aston Martin, pardon en prenant Kurt je veux dire ! Mon bébé !
J’arrivais une quinzaine de minutes après devant le Carré Vip, il y avait une file immense et plein de photographes. J’avais un laissez-passer que Vincent m’avait envoyé en fin d’après midi. Alors j’allais directement devant la porte d’entrée et descendis de ma voiture en donnant les clés au voiturier. J’avais toujours rêvé de faire ça. Il y eut quelques flashs, j’en déduisis que les paparazzis devaient me prendre en photo ce qui fit gonfler mon égo. Je vis James m’attendre devant la porte et lorsqu’il me vit, ses yeux s’ouvrirent en grand et je devais pratiquement lui rentrer la langue dans la bouche.
-Tu es…wow…tu…il n’y a pas de mots, fiou. Dit-il en s’essuyant le front et ne quittant pas ma poitrine des yeux.
-Merci James, tu es très beau aussi. Mais regarde-moi dans mes yeux je préfère.
Je donnais le laissez-passer au videur qui nous laissa entrer comme des rois. James n’arrêtait pas de ma regarder du coin des yeux et de me toucher le bas du dos. Nous allâmes nous asseoir à la table de Vincent, où se trouvaient déjà Alice et Jasper ainsi que deux autres filles. Elles étaient toutes les deux blondes et me paraissaient être assez froides et méchantes, surtout celle avec les cheveux courts.
-Bellissima, nous n’attendions plus que toi ! me lança Vincent en me faisant la bise. Tu ne me présentes pas ton beau blond aux yeux bleus chérie ?
-James, voici Vincent, un de mes meilleurs amis, et Vincent voici James, un collègue de travail.
James se sentit mal à l’aise d’être regardé de la sorte par Vincent.
-Vinci, lâche-le un peu le pauvre il va nous faire une attaque si tu continues de le regarder de cette façon.
Nous explosâmes tous les trois de rire.
-Bon maintenant que tout le monde est là, je fais les présentations, dit Vinci. Enfin, surtout pour vous mesdemoiselles puisque vous ne les connaissez pas. Lorsqu’il se rassit et que je vis enfin de plus près les deux blondes, James s’exclama.
-Rosalie ! Que fais-tu ici ? Ca va ?
-Ca va merci James, ne t’inquiètes pas je ne bois pas, dit –elle en souriant.
-Je vois que vous vous connaissez déjà. Bon alors voici Rosalie Hale, la copine d’Edward Cullen que vous devez sûrement connaître et qui attend un heureux évènement.
La concernée se mit à rougir et nous sourit. Elle m’avait l’air gentille, mais j’avais vraiment de la peine pour elle, avec Edward comme copain et futur père de son enfant, bonjour les dégâts !
-Et voici sa meilleure amie, Tanya Denali.
Cette dernière nous regarda sans même sourire. C’était quoi son problème à celle-là ?
-Tanya et Rosalie, voici Alice et Bella, mes deux meilleures amies, et James que tu connais déjà Rosalie et Jasper le copain d’Alice.
Une fois les présentations faites, chacun se mit à parler. Alice sympathisa avec Rosalie à côté de qui elle était assise, Jasper et James commencèrent également à engager la conversation. Vincent était un peu partout, n’arrêtait pas de se lever pour saluer des gens, ce qui ne laissait que la reine des glaces et moi.
-Eu, ça va ? Lui dis-je.
-Je m’ennuie et toi ?
-Ben je viens d’arriver donc je ne sais pas. Tu es la meilleure amie de Rosalie ?
-Oui, on se connaît depuis cinq ans, on a toujours été là l’une pour l’autre.
-Ah, c’est bien.
-Et toi c’est Alice c’est ça ? Ta meilleure amie ?
-Oui, depuis récemment. Je viens d’emménager à Los Angeles il y a quelques mois.
-Ah bon ? Et tu fais quoi maintenant ?
-Je travaille à Cullen Entertainment.
-Ah, dans quel étage ? Sport ? Cuisine ? Mode ?
-Non, celui de Twilight. Je suis la nouvelle chargée des relations publiques.
Elle tiqua au moment où je lui dis la fin de ma phrase et se referma tout à coup. Moi qui commençais à la trouver plutôt sympa.
-Tu vas donc être amenée à voir très souvent Edward Cullen, le copain de ma meilleure amie qui se trouve être aussi le père de l’enfant qu’elle porte . Dit-elle en appuyant sur ces mots.
-Euh, je pense que oui. Pourquoi ?
-Je vais être directe avec toi, tu as l’air gentille et tout, mais ne t’approches pas de lui.
-Excuse-moi mais ça n’a jamais été mon intention. J’ai travaillé dur pour pouvoir un jour obtenir un travail comme celui-là et je ne vais pas tout laissé faire foirer à cause d’un imbécile qui ne sait pas tenir sa queue.
Elle parut choquée de ce que je venais de dire avant de sourire.
-Bien, c’est ce que j’attendais.
-Il est où d’ailleurs, pourquoi n’est-il pas avec sa copine ?
-Il est ici, il doit être en train de draguer des filles par ci par là. Je pense qu’on a dû te parler de son comportement envers les femmes.
-Oui, et assez pour que je sois dégoûtée de lui toute ma vie.
-J’ai été ravie de faire ta connaissance, dit-elle en allant vers les toilettes.
Je me mis à discuter avec Alice et Rosalie, qui me parut beaucoup plus sociale et gentille que son amie. Elle nous montra une de ses échographies où l’on pouvait voir une petite tache qui devait correspondre à l’embryon. Elle paraissait tellement fragile, et brisée. La pauvre, elle ne méritait pas d’avoir quelqu’un comme Edward à ses côtés. Mon Dieu, je le déteste tellement alors que je ne l’ai encore jamais vu ni ne lui ai encore parlé. Je dansais un peu avec Alice avant que James et Jasper nous rejoignent. James commençait à se rapprocher de plus en plus de moi et je sentais à quel point il me désirait. Je me rapprochais alors de lui et l’embrassais très brièvement sur les lèvres. Je m’excusais pour aller aux toilettes refaire mon maquillage et Alice m’accompagna. Nous nous trompâmes de cabine puisque nous étions dans celle des hommes, mais cela nous arrangeait car elle était vide. Alors que nous allions ouvrir nos sacs pour en sortir le maquillage, nous entendîmes des bruits étranges. Je fis un signe à Alice pour se taire et c’est là que nous nous rendîmes compte que c’était des bruits qui correspondaient à quelque chose dont on ne devrait pas être témoins. Alors que nous allions ressortir discrètement, j’entendis une phrase que je n’aurais peut-être pas dû entendre.
«-Oh Edward !
-Je t’ai dit de te taire Tanya tu ne comprends jamais quand je te dis que je ne veux pas t’entendre parler pendant qu’on fait ça ! »

Une fois ressorties des toilettes, je racontais à Alice ce que je venais d’entendre.
-Tu imagines, la salope elle se fait le copain de sa soit disant meilleure amie !
-C’est horrible, pauvre Rosalie. On devrait le lui dire.
-Le pire c’est qu’elle m’a fait toute une morale sur ça il n’y a pas moins de vingt minutes. Que je ne devais pas approcher le copain de sa meilleure amie et que c’était le père de son bébé, et blablabla. Quelle hypocrite !
-On va le dire à Rosalie ?
-Ben oui, vient.
Nous nous assîmes à côté de Rosalie qui sirotait un jus de fraise.
-Rosalie, on doit te parler.
-C’est important, continuais-je.
-Eu…d’accord, dit-elle en posant son verre sur la table.
-On était au toilettes, commençais-je…
-Lorsque Bella a entendu ta soit disant meilleure amie Tanya se taper ton copain derrière ton dos. Lança Alice d’un seul coup.
-Alice, tu as été trop crue là ! La réprimandai-je.
-En êtes-vous sûres ? dit Rosalie à moitié choquée et à moitié résignée.
-Oui, à 100%.
-Bon, je verrais quoi faire encore une fois, dit-elle tristement.
-Rosalie, dis-je, tu n’as pas à supporter ça. Tu peux faire ta vie de ton côté et Edward de la sienne. Et vous vous partagerez la garde de l’enfant !
-Tu ne sais rien de ma vie ! Tu n’as pas à me dire quoi faire ! Laissez-moi tranquilles.
Elle sortit du pub en pleurant.
-Je pense qu’on a fait une boulette en lui disant, lança Alice.
-Je ne comprends pas sa réaction, elle sait que son copain la trompe tout le temps mais elle reste quand même avec lui ?
-Oui, c’est étrange, mais Bella ça ne nous regarde plus, on a fait notre devoir en lui disant ce que nous avions entendu, après elle fait comme elle veut pour gérer cette situation.
-Peut-être mais …
-Oui, moi aussi elle me fait de la peine, mais Bella nous ne les connaissons pas, nous ne devons pas rentrer dans leurs histoires. Promets-moi que tu n’iras pas reparler à Rosalie de ça, ni à Tanya. Fais comme si tu n’avais rien entendu ?
-D’accord, dis-je résignée.
Nous nous rassîmes sur les fauteuils et vîmes qu’il y avait pas mal de célébrités. Mais nous ne pouvions pas tout simplement aller à leur côté pour nous prendre en photo ou demander un autographe. Alors nous nous contentions de les regarder.
-Bella, là-bas regarde, c’est celui qui a joué avec Natalie Portman dans le film là, comment s’appelle-t-il ?
-Thor ?
-Oui ! Il a un de ces corps, waw !
-Le mien ne te plaît plus bébé ? dit Jasper en venant prendre Alice dans ses bras.
-Mais si Jazzou, tu sais bien ! Et c’est toi que j’aime.
Ils commencèrent à s’embrasser innocemment, avant que ça ne commence à vraiment être chaud alors je tournais le regard et vis que James s’était assis à mes côtés et me contemplais.
-Tu es la plus jolie fille que j’ai vue de toute ma vie.
-Haha, c’est gentil James. Je pense que c’est l’alcool qui te fait dire ça.
-Non ! C’est la vérité Isabella ! Tu es…tellement…belle !
Je lui fis un sourire charmeur et rapprochais mon visage du sien. Nous commençâmes à nous embrasser de plus en plus, jusqu’à ce que je me retrouve à califourchon sur James. Une voix me glaça dans le dos, que je reconnus pour ne l’avoir entendu qu’une seule fois.
-Eh bien dis-donc James, tu ne t’ennuies pas à ce que je vois. Qui est l’heureuse élue ?
James se détacha un peu de moi pour reprendre ses esprits, je ne voulais pas me retourner, je ne voulais pas le voir, je ne voulais pas avoir affaire à lui. Je le haïssais tellement.
-Pourquoi elle me donne du dos ta poule, elle ne veut pas se retourner que je vois son beau petit visage.
Je sentis James émettre un grognement et décidai qu’il fallait que je me retourne dans tous les cas. Alors je me levai et James en fit de même. Je me retournai et le vit enfin.
Edward Cullen. Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça. Il était vraiment, vraiment, vraiment très beau. Leah avait raison. Il ferait chavirer n’importe quel cœur. J’étais stupéfaite et ma haine envers lui se transforma en un désir puissant, je n’avais jamais vu d’homme aussi parfait. Ses cheveux étaient en bataille, ses yeux d’un gris-bleu incroyable, et son sourire, oh mon dieu, son sourire ! Je craquais ! Sa chemise étaient entrouverte et laissé voir un torse musclé et son jean le moulait tellement bien. Il avait aussi une chaine au cou et au poignet, un truc que j’adore sur les hommes d’ailleurs. Il était parfait pour moi. Mais c’est là qu’il décida d’ouvrir la bouche et que tout enchantement disparut.
-Putain, quelle bombe ma belle !
Il me regardait des pieds à la tête tout en s’attardant sur chaque forme que me robe moulante laissait entrevoir. Il s’arrêta bien sûr sur ma poitrine, pervers comme il est, avant de me regarder dans les yeux. Je vis des flammes dans ses yeux, un désir brûlant, le même que j’avais avant qu’il n’ouvre la bouche, mais maintenant c’était trop tard. Et tout ce qu’il avait fait aux femmes, à Rosalie, ce qu’il venait de faire avec Tanya, et la façon dont il avait parlé de moi m’avaient mis hors de moi. James me devança.
-Ed, sérieux, pas touche.
-La dernière fois j’avais cédé James, mais cette fois-ci désolé je ne peux pas. Elle est trop bonne. Je ne peux pas te promettre de ne pas la toucher.
-Attends, j’espère que tu te rends compte que je suis en face de toi sale con ? Je lui donnais une claque et pris mon verre de vin avant de lui renverser sur sa chemise et de lui écraser les pieds avec mes talons hauts. Quelques personnes autour se mirent à rire et Tanya arriva en me regardant étonnée. Je ne pris pas le temps de voir la réaction de l’autre idiot et m’en allais en tirant derrière moi James.
Je rentrais dans ma voiture et démarrai, James à mes côtés.
-Bella, j’espère que tu réalises que c’était Edward Cullen que tu venais d’humilier, et qu’il est plus ou moins ton patron ?
-Patron ou pas, il n’avait pas à parler de moi comme un morceau de viande. Il se prend pour qui ? Dis-je énervée.
J’étais hors de moi. Je roulais à 150km/h. Heureusement c’était une grande avenue, et qu’elle était vide. J’arrivais devant mon immeuble et me retournais vers James.
-Ecoute, je suis désolée si je t’ai mis dans une position inconfortable, c’est ton client et ton ami, mais je ne pouvais pas juste me taire.
-Je suis encore épaté par ce que tu viens de faire tu as été vraiment…wow. Bella je n’ai jamais vu de femme comme toi de ma vie ! Tu es belle, sexy, intelligente, et tu n’as pas peur aux yeux. Tu es parfaite.
-Calmos sur les compliments, je ne suis pas aussi parfaite que ça, dis-je en rigolant. Et Cullen n’est pas obligé de savoir que je travaille à CE. Fais en sorte qu’il ne vienne pas à notre étage.
-Je ne pense pas que ça puisse être possible mais je vais faire de mon mieux.
-C’est tout ce que je demande, après je saurais comment me débrouiller ne t’inquiètes pas. Trêve de parlotte, toute cette tension a besoin d’exploser un peu tu ne trouves pas ? Dis-je en ouvrant la porte de mon appartement.
-Et plutôt deux fois qu’une !
Il me prit dans ses bras et m’embrassa en refermant la porte avec son pied et en nous emmenant vers ma chambre que je lui indiquais tout en l’embrassant. J’évacuais toute cette haine, cette tension, et cette envie d’assassiner Edward Cullen cette nuit. Mais je repensais quand même à son visage, son sourire et son corps. J’étais damnée. Je désirais et je haïssais la personne d’Edward Cullen. Je venais de l’humilier dans une soirée remplie de personnalités, et je travaillais indirectement pour lui. Comment allais-je m’en sortir demain ? Et le reste de mes jours dans l’entreprise de mes rêves ?


Bonus photos:

coiffure alice :



robe alice :



coiffure Bella:



maquillage bella yeux+lèvres:





robe de Bella:



talons Bella :



Club carré vip:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moimoi51
Découverte des Cullen à la cafétéria
Découverte des Cullen à la cafétéria


Féminin
Nombre de messages : 90
Age : 20
Localisation : En admiration devant les abdos du beau Taylor
Date d'inscription : 28/11/2011

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 19 Fév - 9:53

J'aime bien le caractère de Bella, c'est vraiment l'inverse de la version de Stephanie Meyer. Je trouve ce caractère bien plus intéressant.
Et merci pour le renseignement pour les images, ça m'a pas mal aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantascriture.forumdefans.com/
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 19 Fév - 13:30

Merci a toi pour tes commentaires !
En effet jai change pas mal de caractere
Dsl jai pas les accents sur ce clavier , gros bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cathylovesedward
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 19 Fév - 16:22

Ah te revoilà !!!
Bon je n'ai pas eu le temps de tout lire mais le premier chapitre m'a déjà bien branchée !!!
Moi aussi le "nouveau" caractère de Bella me plait bien...
Je me dépêche de lire la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 19 Fév - 18:35

merci cathylovesedward et bonne lecture pour la suite qui t'intéressera tjrs je l'espère !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alice350
Départ de Phoenix
Départ de Phoenix


Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 19
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 21 Fév - 16:32

salut je suis nouvelle sur le site et je trouve vrm que ces geniale ce que t'ecrit Very Happy A QUAND LA SUITE J'AI HATE cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 21 Fév - 17:19

bienvenue et merci alice350, la suite est en cours de route Very Happy Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cathylovesedward
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mer 22 Fév - 16:40

Oh my God tu cartonnes
Quelle belle brochette de personnages j'adoooooooooore !!!

Bella a un tel caractère...Edward a du souci à se faire LOL

J'attends vivement la suite !!!
bisou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 24 Fév - 16:28

Chapitre 5


Je me réveillais avec une gueule de bois pas possible. J’allais dans ma salle de bain pour me faire passer un peu d’eau froide sur le visage, et me brossais les dents. Alors que je relevais la tête après avoir recraché le dentifrice, deux bras encerclèrent ma taille et je sentis une trace humide sur mon épaule. Je vis dans le miroir que James était derrière moi et qu'il m’embrassait le dos. Oh mon dieu, je l’avais complètement zappé celui-là. Je me détachais un peu de son étreinte, gênée. Je n’avais jamais vraiment été une personne tactile, et ne montrais pas toujours mon affection aux autres personnes. Je me retournai et l’embrassai assez brièvement sur la bouche.
-James, je pense que tu devrais t’en aller maintenant…
-Je me disais qu’on pourrait aller au travail ensemble non ?
-Euh…non je ne pense pas. Ecoute James, tu es très beau, super gentil, et hier tu m’as donné beaucoup de…plaisir …mais je pense que nos chemins se séparent ici. Je ne recherche pas de relation sérieuse.
Bon, ce n’était pas totalement la vérité, je recherchais le grand amour mais je savais d’ors et déjà que ce n’était pas lui ! Alors pas la peine de perdre mon temps avec cette histoire sans lendemain.
-Je vois, dit-il assez blessé.
-Je voudrais qu’on reste amis si tu veux bien ?
-Bien sûr Bella, j’aurais juste aimé que l’on soit un peu plus que ça…une prochaine fois peut-être ? dit-il plein d’espoir.
-Peut-être, lui dis-je en souriant et en l’accompagnant devant la porte.
Il avait déjà remis sa tenue de la veille, il n’avait qu’à rentrer chez lui se changer avant d’arriver au bureau. Quant à moi, je pris un cachet d’aspirine, et m’en allais chez Starbucks pour un petit capuccino avant de prendre la route pour aller au CE.
Deux jours et je serais en Week-end. Faut dire que j’avais eu mon quota de fête pour la semaine avec la fête d’hier. Je me rappelai tout à coup d’un certain imbécile du nom d’Edward Cullen. J’espérais qu’il ne serait pas là, sinon ça serait ma mort !
-Coucou Bella, comment vas-tu ? me demanda Leah en ouvrant la porte de mon bureau.
-Ben franchement, un peu sur les nuages !
-J’imagine ! Je viens de voir les photos de la soirée d’hier sur les magasines people, us weekly, OK !, et j’en passe.
-Et qu’est ce que ça a avoir avec moi ?
-Tu rigoles j’espère ? il y a plein de photos de toi. Bella tu es une célébrité maintenant !
-NON ! Dis-moi que par le plus heureux des hasards tu as ces magasines sur toi ?
-Et comment ! Dit-elle en les sortant de son sac et en les posant sur ma table.
-J’ai de la lecture pour toute la matinée dis-donc !
-Je vais à mon bureau, en tout cas bravo pour ce que t’as fais à Cullen ! me dit-elle en me lançant un clin d’œil avant de sortir.
Pardon ? Elle avait dit Cullen ? Dites-moi que ce n’est pas ce que je crois ? Que la scène d’hier n’a pas été immortalisée ? C’est bon, je suis officiellement dans la merde !
Je commençais par OK ! que j’aimais bien, enfin, jusqu’à ce que je vois que je faisais la page de couverture. Une page de couverture où il n’y avait nul autre que moi en train de renverser le contenu de mon verre sur la chemise d’Edward. La honte ! Je parcourais assez vite les pages du magasine et vis qu’il y avait deux ou trois photos de moi, une où je faisais mon entrée, avant de rejoindre James. J’étais super canon dessus, fallait l’avouer. D’ailleurs, en dessous de la photo était écrit en gros « Mais d’où nous vient cette bombe sexuelle et qu’a-t-elle fait à notre acteur préféré du moment ? ». Juste à côté de la phrase était imprimé la photo où j’écrasais le pied d’Edward sous les regards choqués des personnes présentes.
Sur les autres magasines c’était à peu près les mêmes phrases et photos. Un article cependant attira mon attention sur le magasine People.
« Vous ne devinerez jamais ce que votre tabloïd préféré a déniché pour vous ! Que des infos croustillantes par rapport à la soirée très sélecte d’hier soir au Carré Vip. En effet, plusieurs acteurs, chanteurs et personnalités influentes d’Hollywood répondaient à l’appel, dont Chris Hemsworth, Bradley Cooper, Ryan Gosling, Jessica Alba, Megan Fox, Fergie, Bar Rafaeli, etc. Cependant, ce ne sont pas ces super stars qui ont attiré l’attention hier de notre magasine mais bel et bien une jeune inconnue. Comme vous le savez, une jolie brunette nous donné un spectacle qui a choqué et fait rire plus d’un. Serait-ce une grande fan d’Edward Cullen qui aurait voulu se faire remarquer autrement qu’en lui demandant une photo ou en pleurant de joie ? People magasine a creusé pour vous ce mystère :
La jeune brunette répondrait au nom d’Isabella Swan. Elle serait nouvelle à LA, et travaillerait pour la compagnie de Cullen Entertainment. Un indice qui pourrait peut-être expliquer son comportement d’hier ? Peut-être que le Casanova lui aurait brisé le cœur comme à des centaines de ses conquêtes ? Rien n’est encore sûr, mais nous savons cependant que l’histoire est loin d’être terminée et people magasine est toujours là pour repérer les infos les plus croustillantes ! N’oublions pas qu’Edward sera amené à la revoir puisqu’elle travaille dans son entreprise, et qu’il est depuis peu en couple avec la belle Rosalie. Nous ne savons toujours pas ce qui a amené le célibataire le plus en vue à se caser mais People magasine est là, à bientôt pour de nouveaux scandales ! »

Merde ! C’est tout ce qu’il manquait. Maintenant tout le monde savait qui je suis et en plus tout le monde connaissait mon nom et mon lieu de travail. Donc…lui aussi. Mais comment avaient-ils trouvé tout ça sur moi ? Je mettrais ma main à couper que c’est l’autre pimbêche de Tanya. Si je la choppe celle-là, sa chevelure blonde pourra servir de rajouts dans des coiffeurs ! Bon, calme-toi Bella. Rien ne te dit qu’il lit ces magasines ? N’est-ce pas ?
Pour me changer les idées, je repris les dossiers que m’avait donné Leah en début de semaine et commençai à les lire. J’avais presque fini puisqu’il ne me restait plus qu’un seul à regarder. A midi, Alice m’appela pour que l’on déjeune au Magnolia. Fort heureusement, j’avais mes lunettes de soleil et un foulard sur ma tête pour que l’on ne me reconnaisse pas. Alice me vit et pouffa de rire en me faisant la bise.
-Bella, tu as fais fureur hier soir ! Il y a des photos de toi partout, sur les magasines, sur internet, en fond d’écran ! Des forums se sont même créés pour savoir pourquoi tu avais fais ça exactement !
-Alice, je suis foutue ! Maintenant il sait que je travaille pour lui et il ne va pas se gêner pour me renvoyer.
-Je suis désolée ma puce…Mais tu pourrais peut-être parler à Esmée ?
-Peut-être, mais je pense que la parole de son fils et plus forte que la mienne.
Nous continuâmes à discuter de ce qui s’était passé la veille et là je vis Rosalie entrer et se diriger vers nous avant de s’assoir.
-Les filles, écoutez je suis désolée de mon comportement d’hier. Je vous ai vraiment trouvé gentilles, et je pense que l’on pourrait devenir amies. Mais ne vous mêlez plus de nos affaires à Edward et moi.
-Mais Rosalie, il te trompe et en plus avec ta meilleure amie ! S’insurgea Alice.
-Je sais qu’Edward me trompe à longueur de journée ! Mais je l’aime et il est le père de mon bébé. Je ne peux pas le laisser partir, dit-elle avec la gorge nouée.
-Et pour Tanya ?
-Tanya était en effet ma meilleure amie jusqu’à hier soir, nous nous sommes disputées après que vous m’ayez dit que vous les aviez entendus en train de…dit-elle en s’arrêtant.
-Et ? dis-je.
-Elle s’est excusée mille fois, me disant qu’Edward l’avait agressée et qu’il ne lui avait pas laissé le choix. Mais ne vous inquiétez pas, je ne suis pas bête. Maintenant que je connais son jeu, je pourrais plus me méfier d’elle.
-Ne me dis pas que tu lui pardonnes aussi facilement ? Lui dis-je.
-Non, mais je ne peux pas ne plus lui parler. Elle a toujours été là pour moi, et elle m’a soutenue quand j’ai découvert que j’étais enceinte. Je ne peux pas lui tourner le dos, pas après tout ce qu’elle a fait pour moi.
Nous restâmes de longues minutes silencieuses. Mais je décidais de briser la glace.
-Alors tu as vu les photos de moi sur les magasines ?
-Oui ! Dit-elle en riant. Franchement, j’aurais aimé rester là-bas et voir ça en direct. Je n’ai jamais vu Edward aussi stupéfait de ma vie ! Tu l’as bien remis en place ! Mais pourquoi as-tu fait ça d’ailleurs ?
-Il m’a manqué de respect en émettant des commentaires assez mal placés, et puis c’était aussi ma colère par rapport à ce qu’il t’avait fait ainsi qu’aux autres femmes.
-Je ne te voyais pas avec ce caractère de tigresse ! Pouffa-t-elle en me caressant le bras.
-Et encore ! Tu n’as rien vu de ce que peut faire notre Bella, une vraie sauvage quand elle le veut.
-Dis-moi, est-ce que tu penses qu’Edward a vu les photos et a lu les articles ? Demandai-je à Rosalie.
-Honnêtement je n’en sais rien il n’est pas rentré hier soir, comme d’habitude. Mais je ne pense pas, il ne lis jamais les tabloïds, c’est James qui se charge de le prévenir quand c’est vraiment important.
Je pris mon téléphone et tapai tout de suite le numéro de James.
-Allo Bella ? dit-il heureux.
-Re James. Ca va depuis ce matin ?
-Très, surtout avec la bonne nuit que j’ai passé, dit-il en essayant de me draguer.
-J’en suis contente alors. Je voulais te demander un service ?
-Tout ce que tu veux ma belle !
-C’est toi qui fait parvenir les nouvelles à Edward d’après ce que j’ai cru entendre. Alors j’aimerai que tu passes sous silence le contenu des magasines de ce matin. Je ne veux pas qu’il sache qu’il y a des photos de moi et encore moins qu’il lise l’article qui dit qui je suis et où je travaille, je me retrouverai à la rue sinon…
-J’y avais pensé ce matin, sans te mentir. Mais cela pourrait aussi compromettre ma carrière de lui cacher des infos comme celles-là. Mais bon, je pense que je ne voudrai pas être la cause de ton départ, donc je vais passer sous silence ce que je sais.
-Merci James, je te revaudrai ça !
-Mm, en nature ?
-Mais quel pervers ! Dis-je en riant avant de raccrocher.
-C’est réglé alors ? Me dit Rosalie.
-Ouep !
-Bella ! s’indigna Alice. Tu ne m’avais pas dit que James avait passé la nuit chez toi !
Oups, je n’aurais pas dû demander à James comment il allait depuis ce matin.
-Ben qu’est-ce que tu veux que je te dise Alice, tu sais très bien ce qu’il s’est passé, et tu sais que je ne donne jamais de détails !
-C’était bien au moins ? Je veux dire…il était bien ?
Je ne me rappelai pas honnêtement de la fin de soirée. Mais je pense que ça devait s’être bien passé s’il en garde un aussi bon souvenir ?
-Je pense que oui Alice.
-Eh bien, je pense que James s’est attaché à toi ! Il n’aurait jamais accepté de couvrir pour une autre personne ! Dit Rosalie.
-Oui, mais Bella ne s’attache jamais à aucun mec. Elle cherche encore le grand amour !
-Je te souhaite bonne chance dans ta quête, noble chevalière ! Dit Rose en se levant et en nous faisant un signe de la main avant de sortir du restaurant.
-Elle est super sympa, dommage qu’elle sorte avec un con fini, dis-je.
-Oui, mais avoue qu’il est canon !
-Oui, mais il est con.
-Mais beau.
-Mais con.
-Mais beau.
-Mais con !
Notre jeu dura quelques minutes avant que nous payions addition et que je rejoigne mon bureau. Pas d’Edward en vue, ouf ! Par contre, tous les regards féminins de l’étage posés sur moi et en…admiration ? Wow, c’est quoi le plan?
-Mlle Swan, je voudrais vous remercier au nom du staff entier féminin pour ce que vous avez fait à Edward hier soir ! Me lança une jeune fille de son bureau.
Ok, super bizarre. Je leur lançais un sourire assez tordu et m’enfermai dans mon bureau. J’espère juste qu’Esmée ne regarde pas ce genre de magasine. En parlant du loup, devinez qui vient de rentrer dans mon bureau ?
-Bella, ma chérie ! Comment vas-tu ?
-Bien et vous Esmée, cela me fait plaisir de vous revoir !
-Bella, Bella, Bella … Combien de fois t’ai-je dit de ne plus me vouvoyer ! Je n’ai que 18 ans de plus que toi !
Je fis le calcul dans ma tête. Alors elle avait 42 ans. Mais son fils en a 27. Donc elle l’aurait eu à...
-15 ans.
-Pardon ? lui dis-je choquée.
-Je sais que tu te demandais surement à quel âge j’avais eu mon fils. Je l’ai eu à 15 ans.
-C’est…wow…c’est jeune…
-En effet, j’ai souffert mais je ne regrette rien. J’ai une famille unie et un mari aimant, donc ça compense tous les mauvais moments que j’ai subis 27 ans plus tôt.
-Je vous admire tellement Esmée, pardon, je t’admire tellement Esmée, c’est juste incroyable !
-D’ailleurs il faudrait que je te présente mon fils, tu vas l’adorer ! Il est tellement gentil.
Oula, elle ne le connait vraiment pas comme les 99% restant de la population.
-Oui ça serait avec plaisir. J’ai entendu dire qu’il était fiancé ?
-Oui, dit-elle assez gênée. Mais je sais qu’il ne l’aime pas, il le fait par principe parce que Rosalie est enceinte de lui. Mais bon, si tu veux mon avis, je ne suis pas sûre à 100% que c’est l'enfant de mon Edward.
A ce moment-là, Esmée me rappelait une adolescente qui racontait un secret à sa copine. Elle me fit rire.
-En fait, j’ai connu Rosalie il n’y a pas très longtemps et je l’ai vraiment trouvé adorable ! Je ne pense pas qu’elle puisse mentir pour…eh bien je ne sais pas, mais pas mentir à propos d’une vie humaine !
-Je ne te contredis pas, Rose est une personne très charmante, cultivée, très belle. Mais elle n’est pas celle qu’il faut pour mon fils, je le sens. Et puis son ventre n’a pas l’air d’avoir deux semaines, je dirais plus un mois et demi.
Je réfléchis quelques secondes à ce qu’elle venait de me dire et décidai de changer de sujet.
-En tout cas, je vous remercie encore pour ce job il est incroyable…
-Ce n’est rien, j’espère te revoir bientôt Bella !
Elle sortit de mon bureau me laissant seule devant mon ordinateur.

Nous étions Samedi. Jacob nous avait proposé de se voir chez lui, à Santa Barbara, il organisait un petit posage avec une dizaine d’autres personnes de son voisinage. Alors que j’étais en train d’enfiler un mini short en jean avec un débardeur blanc et des sandales, Leah m’appela.
-Salut Bella, désolée de te déranger un samedi soir. Je voulais juste te rappeler que la semaine prochaine sera ta vraie première semaine de travail et que tu as lundi à 10 heures rendez-vous avec David Letterman. Il voudrait quelques informations et discuter à propos des questions qu’il allait poser à Edward lors de leur prochaine interview.
-D’accord, merci de m’avoir appelé. Sinon tu fais quoi toi ce soir ?
-Oh tu sais, comme d’habitude. Je me pose devant la télé, je regarde un ou deux films et je vais dormir.
-Non ! Tu es à Los Angeles Leah ! Tu dois sortir !
-Mais je ne sais pas où ni avec qui ! J’avais deux meilleures amies, une est partie à Boston, l’autre a couché avec mon dernier petit ami… Autant te dire que nous nous parlons plus…
-Tu sais quoi ? Habille-toi en vitesse je passe te prendre. Envoie moi ton adresse par message je suis chez toi dans 15 minutes.
-Ok mais où allons-nous ? Qu’est-ce que je dois mettre ?
-On va chez un ami et habille toi très simplement c’est sur la plage que ça se passe.
Je raccrochais et envoyai un message à Alice pour lui dire de ne pas m’attendre et de me devancer chez Jake. J’arrivais devant l’immeuble de Leah et l’appelai pour qu’elle descende.
Elle portait un jean clair avec un joli bustier jaune qui s’accordait à son teint. Elle s’était légèrement maquillée et avait redressé ses cheveux en une queue de cheval très mignonne.
-Bella tu n’étais vraiment pas obligée de me proposer ce plan, j’aurais pu rester chez moi et ne pas te déranger…
-Mais non, tu es une amie aussi. Je te présenterai aux miens, tu verras ils sont super sympa.
Elle s’assit et me complimenta sur Kurt, mon Aston Martin chéri. Nous arrivâmes à Santa Barbara 40 minutes après et je sortis de la voiture en compagnie de Leah. Alice vint la saluer chaleureusement, suivie de Jasper et d’Emett.
-Où est Jake ? dis-je.
-Dans le jardin, il fait cuire des saucisses. Rentrons j’ai faim ! s’écria Emett avec une canette de bière à la main.
Je fis un regard désespéré en regardant le ciel et Leah explosa de rire.
Il y avait pas mal de monde dans le jardin et je vis Jake en train de faire le pitre avec une saucisse.
-Jake tiens-toi bien je ramène une invitée, elle va finir par croire qu’elle a atterrit dans une 4ème dimension !
Le dit clown se retourna et me serra fort dans ses bras.
-Et où est ta jolie invitée ?
Leah apparut timidement derrière et moi et lui lança un sourire.
-TRES jolie invitée pardon, comment t’appelles-tu ma beauté ?
-Leah, murmura-t-elle.
-Eh bien Leah, je suis honoré de t’avoir chez moi, tiens sers-toi.
Il lui donna un hot dog et une canette de bière. Je les laissai en train de discuter et allait m’asseoir sur une chaise avec Alice.
-Je trouve qu’ils feraient un couple parfait, me dit-elle en regardant Jake et Leah exploser de rire.
-Je trouve aussi, dis-je, espérant le bonheur des deux.
-Alors comme ça Bellybells tu as foutu la honte à monsieur Cullen ! Lança Emett en venant m’ébouriffer les cheveux.
-Mais quand est-ce qu’on va me lâcher avec ça ! Dis-je en faisant semblant de bouder.
-En tout cas j’aurai aimé être là pour lui buter la gueule, je suis sûr qu’il a dû te faire un commentaire déplacé.
-On peut dire ça ouai… Ah oui Emett, tu commences à travailler ce Lundi.
-Génial ! Je commençais à m’ennuyer.
-Emett, tu devras venir du lundi au vendredi à 9h et tu finiras à 15h30 pas avant c’est clair ? Et tu ne dragues personne dans mon étage à moins que tu ne veuilles quelque chose de sérieux. Je pourrais perdre mon travail à cause de toi. Et tu ne me fais pas tes blagues de pervers devant tout le monde et…
-Je t’appelle Mlle Swan et je lance des pétales de rose là où tu vas, me coupa-t-il.
-Tu m’appelles Bella et les pétales de roses je ne pense pas que ça sera nécessaire.
Nous passâmes le reste de la soirée à boire et à manger, j’étais un peu pompette. Vers les environs d’une heure du matin, je commençai à fatiguer et décidai de quitter les lieux. J’allais à la recherche de Leah, car elle était venue avec moi donc elle n’avait pas qui la raccompagner. Je la chercher dans le jardin, sur la plage, dans le salon de la maison de Jake mais ne la trouvai pas. Peut-être était-elle aux toilettes du 1er étage ? J’allais en haut et ouvris la porte des toilettes mais elles étaient vides. En redescendant, j’entendis la voix de Leah en provenance d’une des chambres. Je me rapprochais et entendis des gémissements qui mêlaient la voix de mon amie et ceux de…Jake ? Waw c’est allé vite. Moi qui pensais que Leah était un peu prude. En tout cas cela me faisait plaisir pour eux, j’espérait juste que Jake ne lui briserait pas le cœur. Je redescendis pris mes clés et lui envoyai un message pour lui dire que j’étais de retour à Los Angeles et que je la laissai dans les bras de Jacob.
Je m’endormis avec chichi dans les bras et rêvai encore une fois de ce fameux château où ma chambre ressemblait à mon bureau et que mon prince m’amenait mon déjeuner comme d’habitude. Etrange…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cathylovesedward
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 34
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 24 Fév - 17:34

Wahou, j'adoooooooooooore !!!

J'ai vraiment hâte de lire sa rencontre avec Edward !!! Allez au boulot Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 24 Fév - 22:04

hahahah j'y suis j'y suis !! Merci !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alice350
Départ de Phoenix
Départ de Phoenix


Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 19
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Dim 26 Fév - 23:51

vite vite la suite Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 28 Fév - 18:45

Chapitre 6




La semaine passa rapidement et dire que j’étais exténuée fut un euphémisme. J’allais de rendez-vous en rendez-vous, de conférence de presse en conférence de presse, de réunions en réunions, et j’en passe. J’avais discuté avec Mr Letterman des questions qu’il pourrait oui ou non poser à Edward Cullen, James était là également. Ensuite, le jour même, j’avais enfin accès à ma boîte mail professionnelle et j’avais une tonne de mails auxquels je devais répondre. Des magasines du monde entier me demandaient des informations, des rendez-vous, des permissions. Je répondais à divers magasines français, anglais, japonais, libanais, etc. Mardi, j’eus une réunion avec l’équipe de tournage de Twilight. Je devais voir les dates des shooting photos des acteurs pour qu’elles n’empiètent pas sur leurs horaires de tournage. Je continuais toujours à répondre aux milliers de mails. Mercredi, je reçu des lettres de fans de twilight que je devais lire et dont je devais faire un bref résumé à laisser dans les archives. Jeudi, j’étais dépassée, alors je demandais à Emett qui était mon assistant officiel de s’occuper de certaines de mes tâches. Ainsi, lorsque je jugeais qu’une réunion n’était pas très importante je l’y envoyais à ma place et il devait me faire un compte rendu détaillé. Je lui remis aussi la tâche des lettres de fans. Vendredi, je fus accueillie par l’étage entier qui applaudissait et je vis des ballons partout et des bandes avec écrit dessus « Bienvenue ! ». Leah m’avait dit il y a bientôt de cela quinze jours qu’ils allaient m’organiser un petit cocktail mais j’avais oublié et je ne m’y attendais pas. Ainsi, je vis qu’il y avait Emett, Jacob, Alice, Esmée et Carlisle, James, Leah, les employés de l’étage Twilight et quelques uns des étages d’en dessous, Jessica la réceptionniste, et deux petites blondes qui devaient avoir autour de 15 ans. J’en eu les larmes aux yeux et allais prendre tout le monde dans mes bras et remerciais chaleureusement ceux que je ne connaissais que de vue.
-Bella t’as vu le buffet ? En plus tout est gratuit ! Me lança Emett assez bas pour que personne n’entende et fonça vers la nourriture.
J’allais me servir également et discutai un peu avec tout le monde, j’avais fait la connaissance de très gentilles personnes. Jane qui me racontait ses histoires de cœurs, Lauren qui se plaignait de son mari, Célia qui me disait qu’elle se demandait des jours pourquoi elle avait fait autant d’enfants, Juan dont sa famille lui manquait terriblement au Chili, Laurent qui se voyait jouer le rôle principal dans le prochain Men in Black… Enfin bref, des rencontres sympas qui me rapprochaient de l’équipe ! Aussi je parlais longtemps avec Esmée et Carlisle.
-Alors Bella, comment te sens-tu ici ? me demanda Carlisle.
-C’est génial quoiqu’un peu fatiguant, mais heureusement Emett et Leah sont là.
Je vis d’ailleurs cette dernière en train de discuter avec Jacob.
-Oui, mais d’après les échos, j’ai cru comprendre que tu faisais un excellent travail et très minutieux. Me dit-il.
-Oui, hier nous avons vu David Letterman après son interview avec Edward et il nous a dit que ça avait été un plaisir de travailler avec toi. Ainsi que David le réalisateur d’Eclipse. Il trouve que tu gères bien le stress et que tu trouves des solutions très rapidement, enfin que des compliments et ce n’est que ta première semaine de travail, me dit Esmée.
Je rougissais et la remerciai encore une fois.
-Maman, je m’ennuie il n’y aurait pas un ordinateur ici que je pourrais utiliser ? Lança une des deux blondes.
Ah, c’était sûrement la petite sœur d’Edward, l’une des deux jumelles. Kate ou Irina ?
-Moi aussi maman, Edward n’est pas là ? Il aurait adoré nous laisser conduire sa voiture ! Lança la deuxième blonde.
-Les filles calmez-vous, nous sommes ici pour la fête de bienvenue de Bella. Lui avez-vous dis bonjour ? s’exclama Esmée.
Elles se tournèrent vers moi et me dirent bonjour en me faisant la bise. J’eus une idée.
-Les filles, si vous voulez je peux vous amener à mon bureau j’ai un ordinateur portable et il y a internet ? Il y a aussi un salon et une bibliothèque si l’une d’entre vous veut lire.
Je vis qu’elles étaient toutes deux heureuses et Esmée me fit un large sourire tout en acquiesçant pour me dire qu’elle était d’accord. Je les amenais à mon bureau, allumai l’ordinateur et commençai à parler.
-Je m’appelle Bella Swan, mais je ne connais pas vos noms ?
-Moi c’est Irina, me dit la fille avec les cheveux blonds et les yeux bleus. Elle était très jolie mais ne ressemblait pas beaucoup à Edward, je dirais qu’elle tenait plus de son père.
-Et moi c’est Kate, dit celle avec les cheveux un peu plus foncés, qui tiraient un peu vers le roux. Elle avait les yeux verts de sa mère et ressemblait définitivement plus à son frère que sa sœur.
-Enchantée Kate et Irina. Qu’est-ce que vous aimez faire dans la vie ?
-J’adore aller sur internet, je suis tout le temps sur Facebook et j’adore regarder plein de séries. Je sors beaucoup aussi avec mes amis, et j’adore le shopping ! s’exclama Irina.
-Alors il faut absolument que je te présente Alice, ma meilleure amie. Elle et moi adorons le shopping, enfin surtout elle. C’est la fille d’Alexander DuRoy.
-Oh mon dieu ! J’adore les robes qu’il fait ! Mais elles ne me vont pas encore, me dit-elle en regardant sa poitrine.
-Ne t’inquiète pas, moi aussi à ton âge je n’avais pas grand-chose. Pourtant regarde maintenant, dis-je en riant.
Elle regardait ma poitrine avec un regard d’admiration et me dit qu’elle était confiante pour le futur alors.
-Et toi Kate ?
-Je sors beaucoup aussi et j’adore le shopping, mais je préfère la lecture à Internet. Je préfère lire le livre que de regarder son film, et je lis beaucoup les magasines aussi.
Se pourrait-il qu’elle ait vu l’article ?
Je la regardais à ce moment-là et vis qu’il n’y avait plus de doute, elle savait. Je lui fis un sourire gêné.
-Ok les filles, ça a été génial de faire votre connaissance j’espère que l’on se reverra bientôt.
-Oui merci Bella, j’espère aussi tu es trop cool et super belle !
Eh bien, Irina s’entendrait définitivement bien avec Alice, elle est très spontanée aussi. Cependant, je vis que Kate ne me regardait pas. Je sortis de mon bureau, un peu vexée. Alors que j’allais repartir vers l’endroit où ma fête se déroulait, Kate m’appela en sortant du bureau et en refermant la porte pour que sa sœur n’entende pas.
-Bella, je pourrais te parler une minute.
-Oui bien sûr, dis-je comme une enfant prise sur le fait.
-Ecoute, je n’ai rien contre toi, tu as l’air très gentille, et je t’aime bien. Mais j’aime mon frère, et quand une fille lui manque de respect comme ce que tu as fais la semaine dernière, alors je suis assez en colère contre elle. Mais ça n’est jamais arrivé, en fait je n’ai jamais vu mon frère avec une fille à part Rosalie, et je suis loin d’être bête. Je sais qu’il voit beaucoup d’autres filles qu’il ne rappelle jamais après avoir eu ce qu’il voulait. Mais il reste mon frère, et malgré son comportement avec les filles, c’est un être en or. Il a toujours été là pour moi, et c’est une personne de confiance et très aimante. Je voudrais te laisser une chance de m’expliquer pourquoi tu as fait çà parce que je t’aime bien, sinon je pense que je serais obligée de dire à Edward et mes parents ce que j’ai lu dans les magasines, puisqu’ils n’y font jamais attention.
J’étais choquée par le monologue de la petite, elle était vraiment mature pour son âge. Et pour une raison ou une autre, je trouvais qu’elle me ressemblait. Si j’avais eu une sœur, je pense que je l’aurais vu comme Kate à l’instant. Je repris mes esprits et décidai de lui dire la vérité, ou presque.
-Je suis contente que tu n’en aies parlé à personne, d’autant plus que je tiens vraiment à ce travail, je ne voudrais pas me retrouver à la porte. Écoute, on ne m’a pas dit le plus grand bien sur ton frère, comme tu le sais il a une certaine réputation avec les filles. Alors, dès lors je ne l’ai pas aimé. Cette soirée, j’étais partie avec James, l’agent de ton frère. Cette nuit là j’ai vu que ton frère avait trompé Rosalie. Ce qui m’a encore plus énervé. Ensuite, alors que j’étais avec James, ton frère est venu et m’a fait un commentaire très déplacé, il m’a traité comme si je ne méritais pas de respect, comme si je n’étais rien qu’un objet. Et j’ai un certain tempérament, je ne vais pas te mentir. Donc je me suis énervée et je lui ai balancé mon verre sur sa chemise et je lui ai écrasé le pied et je suis partie.
Elle éclata de rire, et je la suivis. Après nous être calmées, elle me dit.
-Bella, je pense que c’est mérité ce que tu lui as fait. Je suis comme ça aussi, je déteste qu’un garçon me prenne pour une chose. Je n’ai que 14 ans je sais, mais j’ai déjà eu une ou deux expériences qui se sont mal finies. Donc je ne vais rien dire de ce que j’ai vu. Mais laisse-moi te dire une chose, Rosalie est une personne gentille. Mais elle n’aime pas mon frère je le sais, et lui non plus.
-Rosalie aime Edward ! Et elle est enceinte de lui ! Il n’a plus le droit de faire ce qu’il faisait avant et qu’il continue à faire d’ailleurs.
-Rosalie n’aime pas Edward Bella, je le sais c’est tout. Elle est peut-être enceinte, mais je ne suis pas certaine que mon frère soit le père. Irina et maman sont d’accord avec moi.
-Écoute, je pense que je ne dois pas me mêler de ça, on arrête d’en parler. Amies ? lui dis-je en avançant ma main espérant qu’elle me la serre.
Elle s’avança et au lieu de me serrer la main, elle me fit un énorme câlin, ce qui m’étonna mais me fit vraiment plaisir.
Avant d’entrer dans le bureau, elle se retourna.
-Tu sais Bella, je ne te connais pas depuis longtemps, mais j’aurais vraiment aimé que ça soit toi et pas Rosalie.
Avant que je n’ai pu ouvrir la bouche pour lui demander ce qu’elle entendait pas là, elle était déjà dans mon bureau. Cette fille, c’était vraiment quelque chose…
« J’aurai vraiment aimé que ça soit toi et pas Rosalie ». Cette phrase tournait vraiment en boucle dans ma tête. Que ça soit moi et pas Rosalie ? Que ça soit moi qui soit avec son frère ou que ça soit moi qui soit enceinte de son frère ? Parce que dans les deux cas j’aurais préféré me pendre avant je pense. Edward Cullen, mon copain ? Jamais de la vie ! Je ne veux pas d’un con arrogant avec moi. Moi enceinte ? Non mais ça ne va pas ! Jamais, au grand jamais. Pas d’enfants, ça c’était sûr. Je rejoignis mes amis et mes collègues. Vers 14h30, nous commençâmes à tout ramasser et Esmée vint me serrer dans ses bras. Carlisle alla chercher les filles et nous descendîmes au rez-de-chaussée ensemble.
-Bella, je suis vraiment heureuse que tu travailles pour nous. Je te considère déjà comme une de mes filles ! Me lança Esmée en m’embrassant.
J’étais vraiment touchée par ce qu’elle venait de me dire et la serrai chaleureusement dans mes bras.
-Toi aussi Esmée, je te considère comme une figue maternelle !
-Maman, Bella pourra venir à la maison ? J’aimerai trop la revoir et faire du shopping avec elle, elle m’a dit qu’elle adorait aussi, dit Irina.
-Bien sûr ma chérie, il faudra voir avec Bella mais pour ma part ça ne pose aucun problème.
-Alors Bella, tu es d’accord ? me dit Kate.
-Pas de problème ! On fera toutes les trois une sortie entre filles.
-Génial ! s’exclama Kate. J’ai toujours voulu avoir une grande sœur.
Ils montèrent tous dans leur grand 4x4 et quant à moi je rejoignis Alice et Jasper qui étaient en train de discuter avec Leah et Jacob. Je m’approchai d’eux.
-Alors Jake, tu me voles ma secrétaire maintenant ?
-Bella ! Moi ? Un voleur ?
-Un voleur de cœurs oui ! Dis-je en riant.
-Je fais les choses bien là, ne me gâche pas mon bonheur. Dit-il en attrapant la main de Leah dans la sienne et en l’embrassant chastement sur la bouche.
-Waw, je suis trop contente pour vous les gars ! Dis-je en les serrant dans mes bras. Voilà, un couple de plus dans mon groupe, j’étais décidément la dernière célibataire.
-Hey, je vous cherchais partout ! s’écria Emett en sortant du building avec des petits fours dans sa main.
Ah non, finalement pas la dernière célibataire.
-Alice, Bella ! s’écria quelqu’un de derrière.
Je me retournai et vis Rosalie arriver.
-Les filles je suis vraiment désolée, je voulais venir plus tôt à la fête mais j’ai eu un problème avec la voiture. Elle est tombée en panne ! Et le dépanneur est arrivé une heure après. Je ne voulais pas déranger l’une d’entre vous pour venir me chercher.
-Oh Rose, ce n’est pas grave ! Ça me fait plaisir de te voir quand même. Attend je te présente le reste de mes amis. Voici Jasper, le copain d’Alice.
-Ah oui, je me rappelle de toi, tu étais là au Carré vip la dernière fois non ?
-Exact, répondit Jasper en lui faisant la bise.
-Et voici Jacob et Leah que tu connais, ils se sont mis récemment en couple.
-Mes félicitations, leur dit-elle en leur faisant la bise.
-Et voici Emett, qui est également mon assistant.
-Enchant..
Je ne compris pas pourquoi elle s’était arrêtée de parler alors je me retournais vers Emett et vis le pourquoi du comment.
-Emett ! Ferme ta bouche et avale ce que tu as dedans, cligne des yeux et respire !
Ce dernier était figé sur place, et les petits fours qu’il avait dans la main un peu plus tôt étaient maintenant dans sa bouche et comme elle était ouverte, on voyait tout ce qu’il avait commencé à manger. C’était juste dégoûtant. Mais mon cri le fit réagir et il avala d’une traite ce qu’il avait dans la bouche et serra la main de Rosalie.
-Ca va Emett, tu as eu une absence ou quoi ? fit Alice en riant.
-Nnnon, jjj’ai ppas…jje...
-Emett, t’es sûr que ça va ? Lui dis-je.
-Celui-ci prit une bouffée d’air et se reprit.
-Désolé, je pense que c’est un des petits fours qui m’a fait ça.
Il se tourna vers Rosalie qui le regardait toujours bizarrement.
-Vous êtes la fameuse Rosalie d’Edward Cullen ? lui dit-il avec une moue triste.
-Rosalie Hale, fiancée d’Edward oui. Lui dit-elle assez froidement.
-Ah d’accord…dit Emett. Bon ben moi j’y vais, je vous vois demain soir ok ?
Celui-ci s’éloigna comme s’il avait une bête sauvage à ses trousses.
-Il va bien Emett ? Je ne l’ai jamais vu comme ça ? S’inquiéta Jasper.
-On le verra demain de toute façon. Dit Jacob. D’ailleurs on fait quoi ?
-J’opte pour le nouveau bar qui vient d’ouvrir à Beverley Hills, le Cosmopolitan, dis-je.
-Ouai, tout à fait d’accord, j’ai lu le plus grand bien dessus ! dit Jacob. T’es d’accord chérie ? demanda-t-il à Leah qui devint rouge comme une pivoine. Elle n’était sûrement pas encore habituée aux surnoms affectifs de Jacob.
-Je vous suis, dit-elle.
Tout le monde était donc d’accord.
-Rose, si ça te dit tu peux venir avec nous ? Lui demandai-je.
-Je ne peux pas boire tu le sais…
-Tu ne seras pas obligée de boire de l’alcool, tu pourras commander du jus ou de l’eau ? L’essentiel c’est que tu t’amuses. Ok ?
-Pourquoi pas ? De toute façon je passe la plupart de mes samedis seule à la maison, à moins qu’Edward daigne me faire sortir avec lui.
Je ne voulais pas faire de réflexion je voyais que ça la dérangeait que d’autres personnes qu’elle le critiquent.
Nous étions Samedi soir, je m’étais bien préparée. Une petite robe en mousseline bustier rouge carmin, le rouge à lèvre allant avec, une belle tresse sur le côté et de eye-liner noir. Sans oublier mes Louboutin adorés. Je sortis et rejoignis mes amis au Metropolitan, le nouveau bar en vogue de Beverly Hills. Il n’y avait pour l’instant qu’Emett, le rejoignis au bar et m’assis à côté de lui.
-Qu’est-ce que je t’offre beau gosse ? Dis-je en riant.
-Oh, Bella, ça va ?
J’avais l’impression que quelque chose n’allait pas, et je n’aimais pas voir Em dans cet état.
-Je vais bien mais toi je n’ai pas trop l’impression, répondis-je suspicieuse. Raconte, tu sais que tu peux tout me dire.
Il hésita, pesant le pour et le contre.
-Tu ne dois le dire à personne Bells, tu es la seule à qui je vais raconter ça. Ni Alice, ni Jasper, ni Jacob, ni personne !
-D’accord, maintenant dis-moi tout.
-C’est Rosalie.
-Non, non, non Emett, elle est fiancée tu ne peux pas lui faire ce que tu fais aux autres filles, la c’est mon boulot que je risque et le tien en passant !
-Bella, je sais qu’elle est fiancée ! et ça n’a rien avoir avec ce que tu penses !
-Tu vas me dire que tu ne veux pas coucher avec elle ? Arrête de te foutre de la gueule du monde Emett ! Dis-je en riant.
-Bella, il y a peut-être un peu de ça, bon, beaucoup même, mais je pense que c’est elle.
-Comment ça elle ?
-Ma « jazette »…
-Hein ?
-C’est elle, la bonne, je le sens. Ça a été comme un coup de foudre quand je l’ai vu toute à l’heure je ne sais pas comment t’expliquer.
Oh.Mon.Dieu. Il s'était entiché de la fiancée, enceinte, de mon connard de patron.
-Emett, j’ai réellement envie de te dire que je suis heureuse pour toi, que je te souhaite tout le bonheur du monde et que je t’encourage…mais je ne peux pas. Elle va se marier avec Edward, et ils attendent un enfant…
-Bella, au point où j’en suis, je me contrefiche qu’elle soit fiancée ou même enceinte d’un autre, ce bébé je suis prêt à le considérer comme le mien !
Je ne trouvais vraiment rien à dire…waw. Entendre un jour Emett dire ça, c’est comme voir des cochons voler ou des poules avec des dents.
-Emett, dis-je les larmes aux yeux. J’espère que tout s’arrangera, je ne veux que ton bonheur. Et s’il est avec Rosalie, alors j’espère qu’elle aussi ouvrira les yeux et plaquera le connard qui lui sert de fiancé, elle mérite mieux, elle mérite quelqu’un comme toi, et son enfant aussi.
-Bella, je suis perdu. Je n’ai jamais ressenti ça auparavant. Bella, je suis amoureux !
En voilà un de plus ma foi, il ne reste que moi. Je suis la seule à ne pas encore être tombée amoureuse…
-Emett, vas-y doucement, ne la drague pas ouvertement. Fais-toi ami avec elle d’abord, ensuite tu verras si tes sentiments sont partagés. Et je suis sûre qu’ils le seront, dis-je en lui faisant un câlin.
-Eh bien, eh bien, eh bien ! Qu’est-ce qui se passe ici, lança Alice en arrivant avec Jasper.
-Rien, Emett qui déprime un peu, dis-je en riant.
Jake et Leah ne tardèrent pas à arriver puis Rosalie. J’allais essayer d’aider mon ami le plus possible.
-Alors Rosalie, qu’est-ce que tu aimes dans la vie ? Lui demandai-je.
-Eh bien comme vous les filles j’adore le shopping, tout ce qui est esthétique, coiffure…Je fais aussi de la peinture, j’adore l’art. J’ai fais d’ailleurs une école d’art à Boston.
-Ah bon, et qu’est-ce qui t’as ramené ici ? Dit Alice intéressée.
-Je…
-Tu…, continua Alice.
-J’ai eu des problèmes avec mes parents alors j’ai décidé d’emménager le plus loin possible d’eux. J’ai trouvé un travail à Los Angeles et puis Tanya y habitait déjà donc j’ai emménagé chez elle.
-Ah d’accord.
Je vis que Rosalie s’était renfermée lorsqu’on avait abordé le sujet de ses parents. En fait, elle n’aimait pas trop qu’on parle de sa vie privée.
-Sinon, à part ça tu aimes quoi ? Dis-je en souriant.
-J’adore le sport, je faisais beaucoup de volley à Boston, et quand je suis arrivée ici j’ai commencé le Beach Volley c’était encore mieux. Sinon, j’adore voir les matches de foot et de Base Ball.
Je lançai un regard discret vers Emett et vis qu’il était stupéfait. Et encore plus amoureux si possible ! Rosalie était définitivement la fille qu’il lui fallait !
-Et comment t’as rencontré Edward ? Demanda Jacob.
Un autre sujet sensible à en juger par sa réaction.
-Une rencontre dont je ne préfère pas parler à vrai dire, mais ce qui est fait est fait.
Bien, nous étions fixés. Et de par cette réponse, je commençais vraiment à croire Esmée et Katie, Rosalie n’aimait pas Edward. Restait à savoir si son bébé était vraiment de lui ?
-Bon, on danse ? Demanda Alice pour mettre fin au silence.
-Oh oui ! Dis-je en me levant.
Tout le monde alla sur la piste de danse, nous dansions tous ensemble. Il n’y avait que Rosa et Emett qui étaient restés assis, au moins ils auraient l’occasion de faire plus ample connaissance.
Au moment du slow, Jake et Leah se rapprochèrent pour danser ensemble, ainsi que Jasper et Alice. Bon ok, j’allais pas être la cinquième roue alors j’allais m’asseoir. Mais avant d’arriver au bar, quelqu’un m’attrapa le bras. Je me retournais pour voir qui c’était et je crus mourir sur place. Oh. Mon.Dieu. Dites-moi que je rêve, putain dites-moi que je fais un PUTAIN de rêve !
-Hey, désolé si je t’ai fait peur, me dit l’ange.
-…
-Hum, ça va ?
-…
-Ok, euh tu es muette ou quelque chose ?
-NON ! M’écriai-je. Désolée c’est juste que c’est…Waw.
-Désolé encore, je ne voulais pas te choquer. Je présume donc que tu sais qui je suis pas la peine de me présenter, ria-t-il.
Je repris mes esprits et lui tendis la main.
-Je suis Bella, Bella Swan.
-Bella, toi et moi avons la même signification de prénoms. Quelle coïncidence !
Beau et Bella.
-Oui, dis-je timidement.
-Ca te dit de m’accorder cette danse ? J’attends depuis toute à l’heure que tu te détaches un peu de ton groupe d’amis et là j’ai trouvé l’occasion parfaite.
-Oui, bien sûr, lui souris-je.
Nous retournâmes sur la piste de danse. J’enroulais mes mains autour de son cou et lui autour de ma taille. La musique qui passait était une de mes préférées de Dido, white flag.
-Alors, c’est la première fois que tu viens dans ce bar ? Je ne t’y ai jamais vu ? Demanda-t-il.
-Oui, c’est la première fois.
-Hey ! Mais attends ! Je te reconnais. Tu as fais la une de pleins de magasines il n’y a même pas une semaine. Tu étais au Carré Vip et tu t’es disputé avec Edward Cullen, c’est ça ?
Oh non, pas lui ! Il allait croire que j'étais une cinglée !
-Oui, c’est moi, dis-je rouge de honte.
-Tu étais très belle ce soir-là en tout cas, et maintenant que je te vois en vrai, je sais que les photos ne te rendent pas assez hommage.
Trop mignon, trop, trop chou !
-Merci, t’es pas mal non plus tu sais, lui dis-je en lui faisant un clin d’œil. Il ria et me regarda dans les yeux.
-Ce que tu lui as fait, bien que je ne sache pas la raison exacte, était bien envoyé. Je connais plus ou moins Edward et ce n’est pas quelqu’un de bien avec les filles.
-C’est peu dire ! Riais-je.
J’allais m’asseoir à sa table, il était avec quelques amis à lui dont une que je reconnaissais. Elle était actrice et jouait dans la même série que lui. Il fit les présentations. Quant à moi, j’envoyais un message à Alice pour lui dire à quelle table j’étais. Elle me rejoignit quelques secondes après, seule.
-Oh putain, Beau Mirchoff, s’écria-t-elle en voyant mon compagnon.
Je lui fis les gros yeux pour lui dire de se calmer et de ne pas me faire la honte.
-Je présume que c’est moi, lui répondit-il en souriant.
-Beau, voici ma meilleure amie Alice DuRoy, Alice, je pense que tu le connais déjà, dis-je en pouffant.
-Ton père est Alexandre ? Demanda l’actrice assise avec nous.
-Oué ! répondit Alice fièrement.
L’actrice la regarda avec admiration.
-Bon Bella, je rejoins les autres. Tu viens ou tu restes ici ? Me demanda-t-elle sournoisement.
-Je pense que je vais vous voler Bella pour une bonne partie de la soirée, désolé. Répondit à ma place Beau.
Je lui lançais un sourire et fis la bise à Alice, lui promettant doucement de lui raconter ce qui se passerait plus tard.
Beau et moi restâmes à discuter des heures, ainsi j’appris qu’il avait deux ans de moins que moi, mais bon ça ne se voyait pas vraiment. Il était vraiment gentil, et très marrant. J’avais l’impression qu’on se connaissait depuis toujours, il n’y avait aucune gêne entre nous. Il apprit que je travaillais pour la Cullen Entertainment, au département Twilight. Il fut impressionné lorsque je lui dis que j’avais fais Dartmouth.
-Belle et intelligente, tu vas me tuer là Bella !
Je vous l’avais dit, trop chou !
Vers 2 heures du matin, le bar commençait à se vider alors je décidais de rentrer. Beau m’accompagna jusqu’à ma voiture.
-Tu veux qu’on se suive ? Comme ça je m’assure que t’es bien rentrée ?
Non, là c’est trop ! Trop, trop chou !
-Ouai, pas de problème, merci, lui souris-je.
Je montais dans mon Aston Martin chéri, et me dirigeais vers mon immeuble à une quinzaine de minutes de Beverly Hills.
Je stationnais devant la porte, et descendis.
Beau descendis également de sa Porsche, joli modèle d’ailleurs.
-Maintenant je sais où tu habites, dit-il.
-Pourquoi tu comptes venir me harceler ? Dis-je en m’approchant de lui.
-Tout dépend de quel harcèlement tu parles, dit-il en me faisant un clin d’œil.
Je commençais à jouer avec mes clés et regardais le sol qui devenait soudain très intéressant.
-Bon, ben j…
Je n’eus pas le temps de finir ma phrase, qu’à peine je relevais ma tête qu’il se jetait sur mes lèvres. Eh, il était temps non ?
Je passais mes bras autour de sa nuque et approfondissais le baiser. Quand nous fûmes tous les deux à bout de souffle, nous nous détachâmes l’un de l’autre et nous nous regardâmes.
-C’était…
-Incroyable, dit-il aux anges.
-Tu veux rentrer boire un dernier verre, lui demandai-je.
Plus explicite, tu ne trouves pas.
-Bella, je trouve vraiment que tu es une fille géniale, et tu me plais, vraiment beaucoup. Je voudrais qu’on se revoit, si tu es d’accord bien sûr, et qu’on fasse tout ça progressivement, d’accord ?
Non, là ce n’était plus possible. Il était vraiment trop mignon ! Il voulait attendre !
-Je ne suis pas branchée relation sérieuse Beau, je t’avertis déjà. Je vis une lueur triste passer dans ses beaux yeux bleus. Mais, tu me plais aussi et j’aimerai qu’on se revoie. On verra où ça nous mènera, on fera ça doucement, ok ?
-Tout ce que tu veux Bella, donne moi ton numéro d’ailleurs, avant d’oublier.
Je lui tendis mon téléphone et il me donna le sien. Nous enregistrâmes nos numéros et nous nous regardâmes dans les yeux encore une fois.
-J’ai passé une excellente soirée.
-Moi aussi, répondis-je. On s’appelle ça marche ?
-Compte sur moi !
Avant de partir, je m’avançais et l’embrassais passionnément.
Je me retournais et allais ouvrir la porte de mon immeuble. Je vis que Beau était resté figé de mon baiser. Je riais et lui lançais assez fort pour qu’il entende avant de refermer ma porte.
-Dis-toi que c’est un avant-goût de ce qui t’attend la prochaine fois ! M’écriais-je.
-Tu vas me faire regretter de ne pas avoir accepté de prendre un dernier verre chez toi ! s’écria-t-il en ouvrant la portière de sa voiture.
J’explosai de rire et allais vers mon appartement.
J’envoyai un texto à Alice pour lui raconter notre soirée, je lui dis qu’on s’était embrassés mais que nous nous étions arrêtés là. Je lui dis aussi que nous avions convenu de nous revoir et qu’il me plaisait, beaucoup même.
Avant de m’endormir, je reçu deux messages en même temps. Le premier était d’Alice.
-« Bella qui embrasse un garçon qui lui plaît et qui s’en arrête là ? Faut croire que tu es sur la bonne voie pour trouver le grand amour ma chérie ! »
Je riais et ouvris le deuxième message. Il était de Beau.
-« Te dire que je ne pense pas à ce verre chez toi serait un mensonge, je ne sais pas d’où j’ai eu le courage et surtout la force de te le refuser. Mais je veux faire ça bien avec toi Bella, je sens que tu n’es pas comme les autres, et c’est loin de me déplaire. Fais de beaux rêves princesse… ».
Ce soir-là, je fis bel et bien un rêve. Celui qui me revenait pratiquement chaque soir. Le visage de mon prince était un peu moins flou, j’espérais que c’était Beau Mirchoff. Mais malgré mes efforts à octroyer les traits de ma nouvelle conquête à mon prince, c’était en vain. J’avais l’impression qu’à partir de maintenant, ma vie allait prendre un sérieux tournant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moimoi51
Découverte des Cullen à la cafétéria
Découverte des Cullen à la cafétéria


Féminin
Nombre de messages : 90
Age : 20
Localisation : En admiration devant les abdos du beau Taylor
Date d'inscription : 28/11/2011

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 28 Fév - 19:28

J'adore ton chapitres. Kate est quand même super perspicace pour une fille de seulement 14 ans. Et le fameux Beau Mirchoff sur le quelle Bella ne se jette même pas, ça cache quelque chose hein avoue siffle
Bisous et hâte de lire une suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantascriture.forumdefans.com/
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Mar 28 Fév - 22:53

Merci !! J'ai choisis Beau Mirchoff parce que je le trouve trop beau et j'adore la série dans laquelle il joue en ce moment, elle passe sur MTV mais j'ai pas pu attendre alors j'ai vu tous les épisodes en anglais sur internet. Dommage pour l'instant il n'y a que 12 épisodes de 20 minutes mais la saison 2 sort dans pas longtemps !

En tout cas, pour celles qui lisent et qui attendent l'apparition d'Edward, ne vous inquiétez pas !! le prochain chapitre est entièrement consacré à ce "dark" Edward sous son point de vue !
Bisous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
missou
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 367
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Jeu 1 Mar - 19:21

Chapitre 7



PDV Edward

Un mois était passé depuis ma rencontre, si on peut l’appeler comme ça, avec la petite brunette. Non pas qu’elle m’intéressait, mais je suis très rancunier. L’humiliation que j’ai subi ce soir-là au Carré Vip était totale, jamais Edward Cullen n’avait autant été humilié. Depuis mon enfance, jamais personne ne m’avait refusé quoi que ce soit. Il me suffisait de faire mon sourire, et j’obtenais tout ce que je voulais. Avec ma famille par contre, c’était autre chose. Je n’utilisais pas mes charmes, je n’étais pas hypocrite, je n’étais pas quelqu’un de…mauvais. J’étais moi, tout simplement. Avec mes parents et mes petites sœurs, j’étais le vrai Edward Cullen. Mais à part ces quatre personnes là, je jugeais qu’aucune autre ne méritait de voir le vrai Edward, aucune personne ne méritait mon vrai sourire, mes vrais rires, ma vraie personnalité, mon respect, et encore moins mon amour. Et je n’en avais aucun remords. Pourquoi ? C’est simple, tous les gens en dehors de ma famille attendent quelque chose de moi, ne sont pas vrais avec moi, alors pourquoi le serais-je avec eux ? Depuis le primaire, toutes les filles me tournaient autour, et je savais très bien que ce n’était pas pour moi, mais pour ma richesse, mon nom, sans oublier mon physique très avantageux ! Tout avait toujours marché par intérêt, du donnant-donnant. Pareil plus tard, je n’avais jamais eu de vrais amis car je n’en avais jamais rencontré un seul qui ne trainait pas avec moi pour être associé à mon image, pouvoir sortir dans les endroits les plus branchés, profiter de mes appartements un peu partout aux Etats-Unis. Non, personne ne méritait que je sois le vrai Edward car personne n’avait jamais été vrai avec moi. Ma logique avait toutefois été quelque peu fragilisée il y a quelques semaines par cette furie. Elle n’avait pas aimé la façon dont je lui avais parlé, elle n’avait pas aimé cet Edward Cullen, celui que je montrais à tout le monde. Etait-elle différente alors ? Non, ce n’était pas un verre de vin renversé sur ma chemise, une claque, ou mon pied enflé qui témoigneraient d’une quelconque défaillance dans ma logique, personne n’était vrai et encore moins les femmes (sauf ma mère et mes sœurs bien sûr).
Ce Soir, comme tous les vendredi soirs, je sortais. Normalement, j’allais à des soirées, en boîte, des endroits où je devais être vu. La célébrité ça s’entretient, croyez-moi. Mais ce soir, comme la plupart des mes nuits, j’allais à Compton. Compton et moi, longue histoire…
Compton était un quartier de Los Angeles situé au Sud de la ville, très mal fréquenté. Il y avait surtout des minorités. C’était dans ce quartier qu’il y avait le plus fort taux de criminalité, de vol, de meurtre. Les boîtes de nuit ici étaient le regroupement des plus gros mafiosos et dealers. Autrement dit, le lieu idéal pour me déchaîner un peu et sortir de cette ambiance propre, sage et luxueuse du Nord de Los Angeles. Je m’y été fait quelques amis, enfin, ami est un bien grand mot. Je dirais que je m’y étais fait des connaissances intéressantes, qui me débrouillaient ce dont j’avais besoin. La meilleure herbe, la meilleure héroïne, le meilleur LSD, toutes les meilleures drogues étaient vendues ici, et j’étais un des meilleurs clients. Depuis que j’avais commencé ma carrière d’acteur, ce côté égoïste et apathique en moi avait augmenté. Mais je voulais désespérément chercher à ressentir, n’importe quoi mais ressentir. Alors je m’étais mis à essayer quelques drogues. Et les heures où j’étais sous leur influence, je ressentais tout. J’étais tellement bien, loin du monde, loin des hypocrites qui profitaient de moi, loin de cette haine qui me rongeait. Je n’avais plus besoin de faire semblant de rire, semblant d’être heureux. Ces quelques heures-là, j’étais atrocement bien dans ma peau. Cette échappatoire était devenue une habitude pour moi, je ne m’en passais plus. Je venais ici, à Compton, car personne ne m’y connaissais et je ne connaissais personne. Ici, notre monde leur passe au dessus, ils s’enfichent de qui est Edward Cullen, de qui est la famille Kardashian, quelle est la dernière émission de téléréalité. Ici, je pouvais presque être moi-même.
-Hey Edwardo, como estas ? On se demandait si tu étais mort !
-Salut Enrique, non je suis toujours vivant comme tu le vois. Est-ce que Snake est là ?
-Suis-moi, dit-il discrètement en me faisant entrer dans la boîte miteuse. Je le suivais péniblement, l’endroit empestait l’odeur d’alcool, de fumée, de pourriture… Nous arrivâmes à l’arrière de la boîte où deux body gardes se tenaient devant une grande porte.
-Edward Cullen, annoncez-le à Snake, lança Enrique aux deux mastodontes.
Snake était un surnom, dans ce genre de milieux c’était très fréquent. Snake était depuis quatre années mon dealeur. Il était puissant, riche, mais savait se faire discret. Il avait un réseau immense qui travaillait pour lui.
-Edward ! Ca fait un bail dis-donc ! Trois semaines qu’on ne s’est pas vus ? C’est un record non ? Me dit Snake de sa chaise.
L’endroit était lugubre, il était assis avec trois hommes, jouant au poker. Il y avait aussi quelques barres avec des stripteaseuses autour.
-J’ai été assez occupé…Dis-moi tu aurais un peu de coke pour moi ? J’ai vraiment besoin de quelques lignes en ce moment…
-Mm, quelques lignes hein ? Dit-il en pouffant. Ecoute mon petit Edward, t’es quelqu’un de bien, mais je ne peux plus te refiler de la marchandise si tu ne me paies pas.
-Je te donne tout en liquide dans deux semaines promis, je n’ai pas encore retiré le cachet de mon dernier film.
-Pourquoi ne prends-tu pas de ton compte en banque, j’accepte les chèques aussi tu sais, dit-il en toussant.
-Je ne peux pas te signer de chèque d’un aussi gros montant, mes…ma famille et moi avons un compte commun, ils se douteraient de quelque chose.
-Que c’est mignon, Petit Edward et papa et maman ont un compte commun. Ecoute, parce que t’es mon petit rouquin préféré, je te laisse deux semaines pour me payer, pas un jour de plus. Tu as intérêt à me rembourser les 60 milles de la dernière fois et les 20 que je vais te passer maintenant, compris ?
-Merci Snake, deux semaines sans fautes.
Il me refila cinq grands tubes de poudre, amplement suffisant pour moi. Avant de ressortir, je lui lançais.
-Au fait, je ne suis pas rouquin Snake, dis juste que je suis ton plus beau client ! Ris-je.
-Edward, pour un noir comme moi qui vient d’un ghetto comme celui-là, laisse moi te dire que t’as plus de chance qu’on te voit comme un roux parce que pour nous les beaux comme tu dis, on en fait qu’une bouchée.
La porte se referma et je déglutis. Ok, je note. Edward, t’es même une carotte s’il le faut mais juste tais-toi quand t’es à Compton.
-Edward, ça fait longtemps ! Ca va mec ? me lança Tyler.
Tyler était également un des clients de Snake, mais il était beaucoup moins addicte que moi. C’était quelqu’un de gentil, et plus ou moins honnête. Il venait de faire 2 ans de prison pour piratage. On avait sympathisés autour de quelques verres et de quelques lignes de cocaïnes.
-Hey Ty’, ça te dit un peu de poudre ce soir ?
-Oué bien sûr, viens te poser à notre table, je suis avec ma copine et deux potes.
Je le rejoignis et m’assis, m’apprêtant à passer une soirée d’enfer, comme à chaque fois que je venais ici, au Viper.
L’alcool coulait à flot, et plus j’en consommais, plus je voyais la scène tournait devant moi. Je descendis trois lignes de cocaïne. J’explosai de rire, et je ne savais même pas pourquoi. Je riais comme un fou, je me resservais de la vodka et mis une ligne de poudre entre les seins d’une stripteaseuse. Je finissais mon verre de vodka cul sec et me penchais sur la poitrine de la fille allongée sur mes cuisses et sniffais la ligne.
-Wow ! Criais-je, elle était bonne celle-là.
Je sentais les effets du mélange de drogue et alcool dans mon estomac aussi bien que dans mon cerveau. J’avais l’impression que ma tête allait exploser d’une minute à l’autre. Tyler me tendit un flacon contenant un liquide jaune et un paquet fermé.
-C’est quoi Tylouuuu tu me donnes quoi lààààààà ? Riais-je.
-LSD, de la pure, essaie-là. Dans le paquet tu as une seringue, tu te l’injectes ça ira plus vite ! cria-t-il pour que j’entende.
-Tyler tu crois que je vais pouvoir me foutre la, hep, seringue je ne vois plus rien, hep, hoquetais-je.
-Je m’en occupe si tu veux mon chou, me lança une blonde sortie de nulle part.
-T’es qui toi ma joliiiee, pourquoi t’es allongée sur moi ? Tu me fais des avances chérie ?
-Tu viens de sniffer sur mes seins mon coco, alors si tu veux on partage ton LSD et je te l’injecte moi-même.
-Ok, tuuu t’appelles, hep, comment ? Hoquetais-je.
-Nadia, je suis russe. On va dans une chambre en haut ?
-Je te suis ma russe, j’aime les russes, j’adore vos chapeaux en fourrure, j’…
En me levant, je trébuchai et m’étalai par terre. Je sentis un morceau de verre me rentrer dans la main. J’explosais de rire. Quelqu’un essaya de ma relever, je vis que c’était Tyler.
-Ty’, ça te dit qu’on se marie ? Je t’achèterai tous les diamants que tu veux ma puce ?
-C’est ça oui, vas-y vas avec ta jolie russe, prends du bon temps.
- Quelle russe? Tu es russe Ty’ ?
Je ne savais plus ce que je faisais, je me rendis compte que je montais des escaliers à un moment, que je rentrais dans une chambre sombre et sale. Je sentis une aiguille me piquer dans le bras et des lèvres se poser sur les miennes. Je sentis quelqu’un me déshabiller, je sentis quelqu’un me caresser, je sentis quelque chose s’enrouler sur mon entre jambe, je me sentis planer, je voyais tout tourner, tout rouge, tout rose, tout jaune, je voyais les petites fleurs du papier peint de la chambre bouger, je les voyais danser, oui elles dansaient !
-Elles dansent ! Criai-je.
- Oui, je sais danser mon chou, et je vais te le montrer maintenant, dit une voix féminine.
Puis je me sentis complet, je sentis une chaleur autour de moi, je sentis quelque chose de serré, d’humide, et de bon à croire l’effet que ça avait sur moi.
-C’est bon ! M’écriais-je.
-Oh oui !s’écria la même voix féminine.
Je me sentis planer, voler, bouger, sauter. Je vis enfin quelqu'un sur moi, une blonde. Elle gémissait, elle se servait de mon corps pour son plaisir, non ! Non ! Je la pris par les hanches et la renversais sur le lit.
-Tu n’aimes pas quand les filles sont au dessus mon chou, me dit-elle en m’embrassant.
Comme seule réponse, je lui montrai combien j’aimais être le seul à dominer, et à en croire par ses cris et le vacarme que faisait le lit, je pense que dominer était définitivement mon point fort.
Le lendemain matin, ou après-midi je ne sais pas, je me réveillais. J’ouvris les yeux petit à petit, avec un mal de crâne terrible. J’étais vidé, exténué. J’avais l’impression d’avoir parcouru le marathon de NY ou quelque chose dans le genre. J’avais mal à tous mes muscles, ma gorge était sèche, mes yeux étaient rouges, mes bouts de doigt étaient bleus.
Je me levais du lit et m’habillais en vitesse. Avant de refermer la porte de la chambre, j’allais vérifier qui avait été ma conquête de la nuit dernière, car je ne me souvenais de rien. Elle dormait encore, et je vis qu’elle était pas mal du tout, ça devait être une bulgare ou une russe, en tout cas des pays de l’est de l’Europe. Je vérifiais la poubelle au pied du lit et y vis cinq capotes usées. Ok, on s’était protégés heureusement, mettre une fille en cloque m’aura servit de leçon la première fois. Je sortis et allais rejoindre ma voiture que j’avais stationné un peu plus loin. Je passais à ma villa pour prendre une douche et deux cachets d’aspirine. Je pris aussi un petit-déjeuner et sortit en direction de la maison de mes parents. Mes yeux étaient encore un peu rouges, mais je pourrais toujours leur dire que c’était le chlore de ma piscine qui m’était rentré dans les yeux la veille.
-Edward, s’écria Kate en sortant de la porte me sauter au cou.
-Hey princesse, ça va ?
-Oui, ça va. Rentre, tu nous as manqué à tous !
Je m’installais dans le jardin, aujourd’hui était un jour ensoleillé et très chaud, comme d’habitude.
-Où sont maman et papa ? Et Irina ? Demandais-je.
-Irina est dans sa chambre en train d’essayer de nouveaux habits et papa et maman sont sortis.
-Vous avez fait quoi aujourd’hui les filles ? Dis-je en m’allongeant sur mon transat.
-Oh Edward, on a fait la connaissance d’une fille trop cool il y a quelques semaines, et elle est venue ce matin à la maison. Elle m’a apprit un nouveau morceau de piano tu vas l’adorer. Ensuite, avec sa meilleure amie, Irina et moi sommes allées faire du shopping au centre commercial, elle m’a offert une super robe !
Trop excitée ma petite Kate, je l’ai rarement vu comme ça, normalement c’est Irina qui n’arrête jamais.
-Tu me joues ton morceau de piano ?
-Oui ! J’attendais que tu me le demandes, dit-elle timidement.
-Kate, tu n’as jamais à attendre ma permission pour faire quelque chose dont tu as envie ok ? Lui dis-je en lui prenant le menton.
Elle acquiesça et se dirigea vers le piano.
Elle commença à jouer un très beau morceau que je connaissais très bien, claire de lune de Debussy. Je l’adorais. Moi-même ayant joué du piano pratiquement toute ma vie, jusqu’à ce que je commence ma carrière d’acteur, je connaissais un rayon de musiques à jouer sur le piano, mais Clair de Lune était de loin ma préférée. Je vis que vers la moitié de la chanson, Kate s’arrêta. Cette mystérieuse amie dont elle me parlait un peu plus tôt n’avait pas dû avoir le temps de tout lui apprendre en quelques heures. Alors je m’assis sur le banc à côté de ma sœur et pris la suite. Les notes venaient naturellement, je la rejouais comme la première fois que je l’avais apprise. Je ne fis pas une seule fausse note. Je fermais les yeux à la fin de la chanson, elle me rappelait tant de souvenirs d’enfance, elle me montrait tellement le vrai Edward…
-C’était magnifique grand frère, je ne savais pas que tu la connaissais.
-Je l’ai joué devant un grand public lors de spectacles de fin d’années alors que tu n’avais même pas encore été conçue, dis-je en riant.
Il y avait 13 ans de différence entre mes sœurs et moi. Elles étaient mes petits trésors, je m’occupais d’elles comme mes propres filles. Mais loin de là d’avoir mes propres enfants, je ne voulais ni me marier ni avoir d’enfants. Trop de responsabilités, de couches dégueulasses à changer, de soirées manquées…Non, avoir mes propres gosses, ce n’était vraiment pas dans ma liste de choses à faire. Mais bon, le destin en avait décidé autrement puisque Rose étaient enceinte de notre enfant. Et s’il y a bien une chose que mes parents m’avaient apprise, c’est qu’il fallait que je prenne toujours mes responsabilités au sérieux et que j’assume les conséquences de mes actes. Bien que le fait d’épouser Rosalie ne me plaise absolument pas, ainsi que d’avoir un enfant, il était de mon devoir de faire face à ça. Cet enfant ne méritait pas d’avoir un père comme moi, je ne voulais pas être père, et surtout pas aussi jeune. L’enfant que portait Rosalie, en toute honnêteté, je ne ressentais rien pour lui. Mon père m’avait dit que ça viendrait avec le temps, et encore plus lorsque je l’aurais dans mes bras. Mais Je ne ressentais que de l’indifférence par rapport à ce qui grandissait à l’intérieur de son ventre. Etais-je un monstre ?
-Edward ! S’exclama Irina en entrant dans la pièce du piano. Tu es là, enfin ! Tu avais disparu pendant quelques jours, bouda-t-elle.
-Désolée ma puce, le travail que veux-tu. Alors Kate m’a dit que vous aviez fait du shopping aujourd’hui.
Les yeux d’Irina s’illuminèrent et elle commença à me raconter sa journée.
-C’était trop génial, Bella et Alice nous on faites entrer dans un magasin de lingerie et elles nous ont acheté des ensembles trop beau !
-Vous n’êtes pas un peu trop jeunes pour ça ? En plus Irina, voilà quoi…t’as pas de seins !
-Quoi ?!Mais n’importe quoi tais-toi ! Je fais du 75 A ! Bella m’a dit qu’elle faisait le même tour de poitrine à mon âge et maintenant elle fait du 90 C ! S’exclama-t-elle en colère.
-Du C !? Mais elles ont quel âge vos copines ? Je ne suis pas une femme et je ne m’y connais pas super bien en mesures mais C ce n’est pas exagéré pour une fille de 14 ans ?
-Mais Bella et Alice n’ont pas 14 ans gros bêta! s’exclama Katie. Elles en ont 26.
-Et pourquoi vous trainez avec des filles de 26 ans ? Vous les avez rencontrées où ? Dis-je curieux.
-Ben Bella travaille pour n…
-Bella travaille super bien ! s’exclama Kate en coupant Irina.
-Ok ? J’ai raté un épisode là ? En quoi le fait que votre Bella travaille aussi bien justifie le fait que vous soyez amies ?
-Euh, on l’a rencontré là où elle travaille, elle est super sympa. Elle m’a apprit le morceau que je t’ai joué toute à l’heure et c’est elle qui nous a emmené au centre commercial, déclara Kate.
-Elle est tellement belle, dit Irina rêveuse.
Une belle fille, avec une grosse poitrine, qui connait Debussy et qui a sortit mes petites sœurs en virée shopping ?
-Vous me la présentez cette fille ? Dis-je en riant.
-NON !
-OUI !
Kate et Irina venaient de répondre en même temps je ne savais même pas qui avait dit oui ni qui avait dit non.
-Vous vous sentez bien aujourd’hui les filles ? Dis-je inquiet de leur comportement depuis toute à l’heure.
-Euh, on ne peut pas te la présenter parce qu’elle est fiancée. Oui, voilà. Elle est fiancée. Me dit Kate.
-Ah bon ? Demanda Irina. Elle ne me l’a pas dit.
-Si, juste tu ne l’as pas entendu. Viens je vais te montrer des photos de son fiancé il est super beau, lui dit-elle en la tirant par la main vers le premier étage.
Etrange comportement…ah les filles !
-Edward, tu es là ! J’étais en train de t’appeler à l’instant, me dit ma mère en entrant dans la pièce du piano.
-Salut maman, vous me manquiez alors je suis passé vous voir. Les filles viennent de monter dans leur chambre.
-Ah d’accord, tu restes dîner avec nous mon chéri ?
-Bien sûr maman, je meurs de faim, dis-je en me levant du banc et en me dirigeant vers le salon principal.
-Très bien, je vais dire à Carla de te préparer des lasagnes, comme tu les aimes.
-Ca serait parfait, merci maman. Sinon tu as fais quoi de ta journée ?
-Je suis passée voir un orphelinat, et j’avais un rendez-vous avec mon club de lecture. La mère de Vincent te passe le bonjour d’ailleurs. Elle nous invite à dîner chez elle demain soir.
-Je peux ne pas venir ? Demain c’est samedi soir maman ! Tu sais bien que samedi je sors moi !
-Oui, et bien un samedi ne va pas te tuer. Tu viens un point c’est tout. Elle a vraiment insisté pour que nous venions tous ensemble, il y aura même ton cousin. N’oublie pas que nous connaissons les Grazia depuis que tu étais au primaire, Félicia te considère comme son propre fils, et moi-même je considère Vincent comme le mien.
- Ca ne te dérange pas d’avoir un fils homo alors ? Explosais-je de rire.
Elle me donna une tape amicale sur le dos et me fis les gros yeux. Vincent et moi étions amis depuis le primaire, il m’avait avoué avoir une attirance pour les garçons en 3ème. J’avais été choqué de l’apprendre, mais au moins cela expliquait le fait qu’il n’avait jamais embrassé de filles auparavant. Nous sortions souvent ensemble les samedi soirs, et je le considérais comme un de mes meilleurs amis. Mais nous n’avions pas grand-chose en commun.
-ok, je serais là… Je vous rejoindrais directement chez eux, j’aurai quelque chose à faire avant.

PDV Kate

-Tu as compris pourquoi j’ai dis ça toute à l’heure ? Tu ne dois le répéter à personne !
-Ne t’inquiète pas, de toutes les façons j’aime trop Bella pour qu’elle se fasse renvoyer par Eddy. En tout cas, d’après ce que tu m’as dit, c’est notre frère le fautif, il n’avait pas à lui parler comme ça, dit-elle.
-Oui, mais tu le connais, tu sais comment il traite les filles…
-J’aimerai qu’il rencontre Bella ! Imagine, ils tombent amoureux l’un de l’autre ! Oh ça serait génial. Bella serait notre belle-sœur et…
-Ne rêve pas trop Irina. Un, Bella ne supporte pas notre frère à cause de son caractère avec les filles, deux, Edward ne se mariera jamais, tu sais très bien qu’il ne veut pas laisser tomber sa stupide vie de célibataire heureux.
-Mais portant il va se marier avec Rosalie…
-Parce qu’elle est enceinte de lui !
- Je ne pense pas qu’il soit de lui, et j’ai le pressentiment qu’ils ne vont pas se marier …
-Je l’espère pour tous les deux Irina, je l’espère…

PDV Snake

-Tu m’as compris John ? Si dans deux semaines je n’ai pas mon fric, toi et ta bande vous allez me le ramenez par la peau des fesses et à moitié mort s’il le faut.
-On a donc votre permission pour lui donner une petite correction avant de vous le ramener chef ? souri-t-il.
-Vous avez ma permission pour faire ce que vous voulez de lui dans deux semaines s’il n’a pas mon fric.
John était le plus sadique de tout mon réseau, le genre de personne qui tue facilement. Je savais que si Edward n’obéissait pas à mes règles, John allait lui faire regretter d’être né. La fin d’une étoile, quel dommage ! Riais-je intérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
littlebylittle
Sauvée par des loups géants
Sauvée par des loups géants


Féminin
Nombre de messages : 1277
Age : 40
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 2 Mar - 9:58

Une fois de plus je prend plaisir a te lire , vivement la suite .......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moimoi51
Découverte des Cullen à la cafétéria
Découverte des Cullen à la cafétéria


Féminin
Nombre de messages : 90
Age : 20
Localisation : En admiration devant les abdos du beau Taylor
Date d'inscription : 28/11/2011

MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Ven 2 Mar - 13:48

Bah dit donc, pas facile la vie de monsieur Edward.
Sinon, sympa ce chapitre où on découvre le rai Edward.
Hâte de lire une suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fantascriture.forumdefans.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)   Aujourd'hui à 6:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Bella Vita LA ( tous humains-Cullen et autres persos de twilight)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [JEUX] Aide de tous les jeux vidéos autres que Pokémon
» Pourquoi Edward n'a pas vu que Bella était vivante ?
» Le pouvoir de bella
» Bella, canon oui ou non ?
» Bella et les "pouvoirs" des vampires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: