Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Ven 2 Déc - 11:04

Voici une autre de mes fic sur Twilight qui me trotte dans la tête depuis un certain temps et j'ai décidé aujourd'hui même de commencer à la taper sur Word Wink ou je vous donne le résumer study

Les Ombres de la Malédiction

La famille Swan à Forks, dans la Péninsule Olympique ; est la plus importante et la plus grande de tous le comté.
Pas seulement à cause de son argent ou encore à cause du nombre de membre qui en font partis, c’est parce que comme toutes les familles, ces derniers cachent un très lourd secret.
Un secret qui peut être dangereux et mortel pour tous ceux qui viennent à la connaitre !
Les Swan sont maudits !
Mais pas une malédiction dans le style « la belle et la bête », non ! C’était quelque chose de bien plus sauvage et de risquer pour eux, si les humains autour d’eux venaient à le connaitre.
Sauf que leur malédiction devint plus en danger quand une nouvelle famille arrive à Forks, et qui se trouve être de très vieux ennemis à eux !
Comment réussiront-ils à passer outre leurs différences pour s’allier quand ils finiront par découvrir toute une série de meurtre inexpliquée, autour de Forks ?


je mettrais peut être le prologue et le chap 1 dès que je les aurais écris tout à l'heure Wink

sinon donner moi vos avis sur ce petit résumer Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Ven 2 Déc - 16:21

voici enfin le Prologue et le Chapitre 1 Wink bonne lecture study

Prologue

C’est plutôt ironique comme situation, n’est ce pas ?
J’ai toujours été la plus violente de la famille à cause de mon Ombre, la plus dangereuse et la plus menaçante.
Mais j’avais trouvé bien plus menaçant que moi !
Il fallait croire que même les plus grands prédateurs sur cette planète, avait des prédateurs bien plus supérieurs à eux qui pouvaient les tuer, que d’un simple toucher.
Amusant me direz vous ?
Et bien ça l’était d’un certains côté, mais pas de l’autre.
Parce que si le prédateur en moi devenait en ce jour proie, ce n’est pas parce qu’on m’avait battus mais je le faisais par amour.
La belle affaire !
Moi qui préférais mourir vieille fille, j’allais mourir pour protéger l’homme que j’aimais.
Enfin « homme » n’est pas le terme que j’aurais employé à son encontre ?
Ennemis, simple connaissance, amis, camarade, frère, petit copain était la longue liste qui le décrivait sur les derniers mois ou nous nous sommes tous les deux rencontrés, mais ces mots n’étaient pas asser fort pour décrire ce que je ressentais.
Le terme « âme sœur » était le plus idéale pour décrire les sentiments que j’avais envers cet être « mythique », mais tout cela n’aurait plus aucun sens dans quelques instants.
Car le traqueur s’avançait droit vers moi avec son sourir vainqueur au visage, qui me fit grincer des dents.
J’étais peut être venus à lui sans opposer de résistance, mais si Monsieur pensait que je me laisserais aussi facilement tuer, c’est qu’il se trompait lourdement !
Et j’allais lui montrer, ici et maintenant, dans cette salle au miroir, ce qu c’était de s’en prendre à la plus teigneuse des Swan.


Chapitre 1 : Le début de l’Histoire.

L’Histoire de notre famille remonte à l’époque du Moyen Age.
En ce temps il était difficile de donner une date aux années qui s’écoulait, mais pour être plus précis, cela commença dans les années 1400.
Tout commença en Europe, dans les forêts verdoyante de l’Angleterre, la plus jeune de la famille de baronnie Swan, était d’une beauté renversante et sauvage.
Son nom était Isabelle.
Ces longs cheveux d’acajou scintillaient de cuivre sous les rayons du soleil, faisant ressortir sa peau pâle de porcelaine, alors que ces yeux couleur lune, faisant chavirer beaucoup d’homme qui tombait amoureux de son regard.
Des hommes biens comme des mauvais hommes.
Un jour, alors qu’elle se rendait dans une autre baronnie pour épouser le jeune homme que son père lui avait choisis, un mariage arrangé pour une alliance ; ils leur étaient tombés dessus comme des démons.
Des brigands avaient attaqués leur convoi !
Et les soldats de sa garde lui avaient ordonnée de s’enfuir, et c’est ce qu’Isabelle fit.
Mais l’un des hommes qui les avaient attaqués, était à sa poursuite !
On ne connait pas grand-chose de la poursuite, tout ce qu’on vint à savoir c’est qu’Isabelle vint à s’en sortir indemne de ces courses, en ayant parvenu à tuer l’homme qui la suivait et qui lui voulait du mal.
Après ça, sa vie reprit le cours normal de son existence ou quelques mois plus tard, alors qu’elle était enceinte de son époux ; elle vint à rencontrée une vieille femme lors de sa promenade matinale dans l’enceinte de sa demeure.
Cette vieille femme vint à se présenter à elle comme étant la mère de l’homme qu’elle avait tué plusieurs mois auparavant, et celle-ci l’avait retrouver dans l’intention de se venger d’elle.
Mais aux lieux de la tuer, la vieille femme décida de la maudire, elle et ces enfants, comme tous les descendants qu’elle aura, d’une malédiction.
Sauf que la Sorcière, car la vielle femme était une véritable sorcière païen, était bien plus ruser que toutes les autres et au lieu de lui lancer une malédiction, comme on en racontait aux enfants pour leur faire peur, elle trouva une malédiction adéquate pour cette jeune baronne.
Avisant l’ombre de la jeune mère que lui renvoyait les lumières de l’aube, la vieille sorcière souria en disant que son ombre serait sa malédiction.
Comment une ombre pourrait être une malédiction me diriez-vous ?
Car la sorcière en avait décidé ainsi : se serait son ombre, sa plus grande peur !
L’Ombre deviendrait le pire ennemi de sa famille !
Dans les vieilles croyances, on racontait que l’ombre d’une personne représentait l’âme de celle-ci, si elle était bonne ou mauvaise ; raison pour laquelle, sa malédiction se concentrerait sur celle-ci.
Au lieu aussi, de la changer en une créature hideuse et difforme ; la jeune Isabelle deviendrait la créature que ces capacités et ces émotions reflétaient le plus, et la sorcière lança son sort.
Ou l’instant d’après, Isabelle vit son ombre changer.
Celle-ci humaine, se transforma en une créature à quatre pattes alors qu’elle sentit des instincts de prédateur et de chasseur grandir en elle, alors que ces os et ces muscles se mirent à changer et à se modifier sous ces hurlements de douleur, pendant que la sorcière riait de sa souffrance.
Et c’est à partir de là, que tous les enfants et descendants d’Isabelle Swan, furent à leurs tours maudits de cette ombre qui les rendait animal.
Parce que oui, la sorcière ne les avait pas maudit à devenir des monstres, mais des animaux ; puisqu’à cette époque, chaque animal était considéré comme un démon des enfers ; les superstitions du temps.
L’Ombre que possédait chaque descendant de Swan, était différente selon les caractéristiques de la personne maudite, ce qui faisait qu’ils étaient tous unique dans leur genre ; car il n’y avait jamais le même animal dans la même génération.
On peut croire que se transformer en animal s’est quelque chose de génial et de super, mais détrompez-vous ?
A chaque instant, leurs instincts animales peuvent prendre le dessus lors d’une émotion forte ou d’un moment difficile, et ils peuvent se transformer devant des humains, qui ne connaissaient leurs existences ; ce qui peut être embêtant !
Tout comme le fait que ceux, qui possèdent une Ombre qui se trouve être dans la catégorie des prédateurs, peut s’en prendre à des humains innocents lorsque leurs instincts de chasse prenne le dessus sur leurs consciences humaines.
Alors vus de ce côté, ce n’était pas de la rigolade pour eux tous !
Surtout qu’ils ne pouvaient guère se montrer à la lumière car leur Ombre viendrait à les trahir de leur différence, comparer à un simple être humain.
Et toutes les générations suivantes ont eux à supporter ce problème « d’Ombre » : ne devant point se montrer au soleil, devant rester zen à toute attaque envers sa personne, ne pas avoir des émotions négatives ; et surtout, ne jamais, au grand jamais laisser l’instinct animal prendre le dessus sur la conscience humaine.
Parce que si c’était le cas, on pouvait risquer de se perdre à jamais dans l’Ombre et que l’humain disparaisse totalement dans l’animal.
C’était essentiellement pour cette raison que ce sortilège était considéré comme maudit !
Aux files des siècles écoulés, la descendance d’Isabelle Swan a grandis pour ensuite diminuer lors de certaine génération, avant que les enfants ne reviennent par dizaine aux cours d’une époque plus florissante, contrairement à celle des épidémies ou des guerres.
Maintenant, aux XXIème siècles, la famille Swan s’étendait sur toute la planète !
Certains de la famille avaient élus domicile en Nouvelle Zélande, d’autre en Chine, d’autre en Russie ou en France ; les plus proches de leurs cultures étaient restés en Angleterre, d’autres sinon habitaient en France, et le reste se trouvait en Alaska ou au Canada.
Mais celle qui se trouvait être la plus nombreuses en famille de cette génération, était celle qui avait élus domicile dans la petite ville de Forks, dans la Péninsule Olympic au nord de l’Etat de Washington ; près de la frontière canadienne, ville que les anciens de la famille avaient fondés.
L’ayant nommé Forks, la « fourche » parce qu’elle se trouvait pile à l’endroit ou plusieurs rivières s’écoulaient jusqu’à l’océan, et qui avait été fondée lors des guerres de Sécession.
Pourquoi cet endroit, parce que de tous les endroits qu’ils avaient connus, c’était la seule terre ou le temps était des plus déplorable, rare était le soleil dans ce coin perdu ; et c’était l’endroit idéale pour eux d’y vivre.
La plus ancienne de la famille se nommait Marie, qui était alors âgé de 90 ans, même si physiquement parlant, elle n’en faisait que dans les 70 ; autre fait aussi de la malédiction, c’est que les maudits avaient une vie bien plus longue qu’un humain normal.
Par exemple, le « record » de l’âge le plus vieux qu’ils ont eux dans leur « grande » famille, s’est produit il y a trois générations, ou la Swan avait décédée à l’âge de 153 ans.
Oui ! Sa surprend !
En tout cas, pour revenir à la Matriarche de la famille Swan à Forks, s’était elle qui avait le titre de Maire dans la ville, et gardant un œil sur ces habitants aussi ; tout le monde la voyait comme une femme forte et solide, bien qu’elle possédait une certaine grâce et fluidité dans ces mouvements, comme si elle donnait l’impression de flotter.
Ces longs cheveux gris argent faisaient ressortir sa peau pâle, ainsi que ces yeux couleur chocolat au lait qui brillaient de malice et d’amour quand elle les portait sur ces enfants et petits enfants.
Pour ce qui était de son Ombre, on pouvait dire que Marie portait le nom de famille de son animal.
Son Ombre est le cygne !
Ce gracieux oiseau était son Ombre, l’Ombre le plus inoffensif que possédait sa famille, car celui de ces enfants et de ces petits enfants étaient bien moins inoffensifs que la sienne.
De son défunt mari « humain », elle avait épousé un simple humain qui avait été mis au secret de son Ombre et de sa grande famille ; Marie avait eue trois enfants : John, Charlie et Jena.
John, l’ainé et le plus grand des trois, âgé de 40 ans passer, était brun foncer aux yeux bleu hérité de son père, avec une légère moustache et barbe, alors qu’il avait une peau pâle lui aussi ; étant marier à une jeune femme du nom, elle aussi, de Marie. Jeune femme blonde aux cheveux boucler, les yeux bleu et la peau claire, âgée de 38 ans ; elle était elle aussi, une simple humaine qui avait été mis dans le secret des Swan.
Parce que l’Ombre de John était un lion !
Travaillant dans la justice, en étant un très grand avocat, réputé à Seattle ; alors que Marie avait ouvert un restaurant-bar-boite à Forks, qui faisait fureur parmis les jeunes pendant la soirée.
Quand la matriarche n’était pas là, c’était John le leader de la famille.
Avec son épouse, ils avaient eux tous les deux, trois garçons : Dean, Sam et Adam.
Dean, l’aîné, âgé de 18 ans, était aussi brun que son père et les yeux bleus de sa mère avec une peau claire, alors qu’en ce qui concernait son Ombre, il s’agissait d’un ours brun.
Sam, le deuxième, âgé de 17 ans avait les cheveux brun plus claire et les yeux bleu de son père, ayant lui aussi la peau claire, alors que son Ombre était un loup noire.
Quant à Adam, le troisième et dernier, âgé de 16 ans, cheveux châtains presque blond et aux yeux clairs, et à la peau pâle ; était quand à lui, son Ombre, un épervier d’Europe.
Et ils étaient tous les trois au lycée de Forks en terminale, seconde et première année.
Charlie, le frère de John, était, lui, âgé de 36 ans ; cheveux noirs et moustache assortis, les yeux chocolat au lait de sa mère et sa peau pâle ; il était marier à Renée, jeune femme de 35 ans, peau claire, cheveux châtains et yeux bleu ; qui était elle aussi au courante de leur secret.
L’Ombre de Charlie était un chien, un berger allemand pour être plus exacte ; caractéristique qu’il possédait et qui ont fais de lui, le shérif de Forks. Quand à Renée, elle était institutrice d’enfant à l’école maternelle de la ville, avant d’aider, le soir, Marie à la boite.
Et tous les deux, ils avaient deux filles : Isabella et Bree.
Isabella, l’aînée, avait 17 ans. De longs cheveux brun-roux/acajou boucler et aux yeux chocolat au lait, alors que sa peau de porcelaine était ressortis par ces couleurs ; mais elle était surtout la plus dangereuse dans la famille à cause de son Ombre, qui était une panthère des neiges, plus grand prédateur que le lion.
Quand à Bree, âgée de 15 ans, elle avait les longs cheveux noirs de son père et boucler, avec les yeux bleu de sa mère ; ou son Ombre était la plus petite de tous, puisqu’elle était un renard.
Et elles étaient toutes les deux au lycée en seconde et première années.
Quant à Jena, la sœur cadette de John et Charlie, avait de longs cheveux châtains roux et des yeux clairs, la peau claire ; elle avait 35 ans et son Ombre se trouvait être un Aigle impériale. Elle était mariée à Alaric, 37 ans, cheveux châtains et yeux clairs, prof d’histoire et humain mis aussi dans la confidence.
Et ils avaient deux filles : les fausses jumelles, Caroline et Elena.
Caroline, l’aîné de 2 minutes, était blondes et aux yeux bleu ; alors qu’Elena la plus jeune, était brune aux yeux bruns ; ou toutes les deux avaient hérités de la même Ombre, même si elles avaient des caractères différents, elles étaient toutes les deux des Harfangs des neiges.
Bien évidemment entre famille de maudits, les Swan de Forks gardaient contactes avec les autres Swan dans le monde, surtout ceux qui vivait à Phoenix, malgré le soleil ; et ceux d’Ottawa.
Mais s’ils s’entendaient bien avec leurs cousins, cela ne voulait pas dire pour autant qu’ils n’y avaient pas de conflit.
Ils les nommaient les « bannis », ceux de la famille qui avait renié leurs côtés humains pour vivre de leurs instincts animaux et de prédateurs, ils étaient dirigés par un dénommé Tom, nouveau chef des Bannis depuis plusieurs décennies déjà, et que son Ombre se trouvait être un Tigre de Sibérie ; raison qui l’avait fais devenir chef par rapport à tous les autres membres.
Redoutables et dangereux, ils s’étaient déjà attaqués à des familles dont ils étaient parvenus à en décimer quelques unes, obligeant les autres familles Swan à leur déclarer la guerre.
Après un combat redoutable dans les Pyrénées en France, il y a trois ans ; les Bannis se tenaient tranquille même si tout le monde savait qu’il allait un jour ou l’autre répliquer, et ce jour là, ça allait être sanglant.
Mais les Bannis n’étaient pas les seules ennemies que les Swan s’étaient fais !
Il y avait d’autres créatures encore plus terrifiantes qu’eux sur cette terre, et ces derniers avaient déjà rasé plusieurs générations auparavant, que s’en était terrifiant !
Sauf qu’ils ignoraient tous, que pendant cette nouvelle année scolaire, ils allaient faire une rencontre auxquels ils ne s’attendaient pas.




je mettrais la suite quand je l'aurais ecris Wink bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Jeu 8 Déc - 20:56

attend la suite avec patience
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Ven 9 Déc - 10:59

merci Bella bizz

j'essayerais de finir mon chapitre au plus vite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Jeu 15 Déc - 8:21

lol! pour le retard mais voici enfin mon chap2 Wink bonne lecture study

Chapitre 2 : Le Commencement

Cher journal,
Nous sommes aujourd’hui le 1er septembre 2011 et c’est la rentrée scolaire.
Encore !
Je déteste par-dessus tout me mélanger aux autres et essayer de paraitre humain aux yeux de tous !
Parce que je ne suis pas humain ou je ne le suis plus.
Tout le monde veut me faire paraître humaine mais c’est peine perdue, je suis un cas qui ne peut plus être sauvé maintenant.
J’ai gouté à la sauvagerie et à la monstruosité de mon Ombre, je ne peux guère revenir humain. Je ne peux pas effacer ce qui c’est passé et ce que j’ai fais.
Je suis un être maudit dans tous les sens du terme !
Les miens désirent m’aider à « remonter la pente » comme ils disent mais c’est impossible, ils ne peuvent rien pour aider. Comment pourrais-je accepter l’aide de parfait étranger pour moi ?
Oui, ma famille m’était étrangère !
Ces deux dernières années passer loin de chez moi, me les avait fais oublier ; je ne me souviens plus de chaque membre de ma famille !
Ni l’excentricité et l’innocence de ma mère, ni de la loyauté et le respect de mon père, ni même la ruse et la gentillesse de ma petite sœur, et la sincérité et l’affection de grand-mère.
Ni la force et la grandeur de mon oncle, ou la compassion de son épouse ; ni les gamineries, la sagesse et les blagues de mes trois cousins. Ou encore de la clairvoyance de ma tante et le savoir de son époux, et la bonté et maternité que dégageaient mes deux cousines.
Tout ça, je n’en avais aucune mémoire !
La brutalité dans laquelle j’ai été élevé ces deux derniers années, m’avait fais oublier à quel point j’étais humaine et à quel point j’aimais mon Ombre.
Je chérissais mon Ombre, ma panthère des neiges comme une sœur, comme une partie de moi ; car grâce à elle, j’étais bien plus forte que mes cousins et je m’amusais souvent à leur botter les fesses.
C’est ce qui chez moi les avait attirés à me prendre, à me capturer plutôt !
Bonté divine Bella, cesse donc de remuer le couteau dans la plaie ; surtout qu’il m’a fallu plus d’un an pour pouvoir retrouver un semblant de conscience humaine pour pouvoir rentrer chez moi.
Mais maintenant que j’étais là, j’étais tous simplement terroriser !
Je me sentais seul et dépaysager dans mon propre monde, et j’aurais vraiment aimé qu’ils me suivent jusqu’ici et … mais qu’est ce que je raconte encore ! Je suis siphonné !
Il a une vie et mérite de la vivre et moi je veux qu’il soit auprès de moi ! Si je ne peux pas me démerder sans lui, autant me pendre tout de suite… et voila que je sors une nouvelle connerie !
Heuresement que personne ne peut lire dans ma tête ou encore lire dans mon journal, parce qu’on veut que je puisse faire tout sortir de ce que je ressens et éprouve, mais c’est risquer d’aller voir un psy alors je me rabats sur le journal. Au moins sa me permet de penser à autre chose qu’à la rentrée dans moins d’une heure.
Et je ne suis pas prête, je ne me sens pas prête pour y retourner !

_ Bella ! Tu es prête, parce qu’on va y aller ! Appela une voix féminine dans le couloir vers sa chambre, alors que celle-ci s’ouvrit sur l’une de ces cousines.
Elena, la plus jeune fille de Jena, la sœur cadette de son père ; avait été et était toujours celle qui agissait plus de façon maternelle envers elle, bien qu’une certains inquiétude brillait toujours dans son regard, quand elle était auprès d’elle.
De longs cheveux brun lisser et des yeux brun, Elena avait enfiler un pull foncer par-dessus son maillot clair avec un jean moulant assortis à ces bottes noires à talons haut, son manteau sur elle avec son sac de cours sur son épaule ; elle souria à sa cousine en la regardant ranger son journal intime dans la commode de sa table de nuit à côté de son lit.
Et en ne pouvant s’empêcher de regarder les cicatrices qu’elle voyait à travers le col de son pull, au niveau de sa gorge, chose que Bella remarqua très vite en l’obligeant à entourer une écharpe autour de celle-ci, pour lui cacher ces marques à ces yeux.
_ Il faut y aller Bee ! Tu as pris tes médicaments ? Demanda Elena en la regardant plein d’affection et de compassion, avant de porter son regard sur les boites de médicaments sur sa table de chevet.
_ Non mais…
_ Il faut que tu les prennes Bee ! Tu as déjà asser souffert comme cela ces dernier temps, il faut que tu te ressaisisses ? Demanda Elena à l’intention de sa cousine en prenant les médicaments en question, tout en jetant un coup d’œil à la jambe gauche de Bella qui reposait en hauteur sur un gros coussin sur son lit.
Car tout son mollet de son genoux jusqu’à sa cheville avait été solidement enfermé dans une attelle, qu’elle portait maintenant depuis plusieurs mois déjà et elle le porterait pour plusieurs mois encore, tant que sa blessure n’avait pas totalement guérite.
Cette blessure avait été la plus grave de toutes celles qu’elle avait encaissé, et celle-ci aurait très bien pus la tuer.
Mais elle aimait souffrir, elle voulait souffrir !
Elle avait fais du mal à tellement de personne que souffrir était pour elle une compensation à tout ce qu’elle avait causée au cours de cette première année de sauvagerie.
Mais d’un autre côté, ces médicaments, ou ces somnifères ou antidouleurs, parvenaient à faire taire ces instincts et à surtout endormir ces sens de prédateurs.
Quand elle était sous médicaments, ces instincts de panthère était légèrement endormis ce qui permettait à sa conscience humaine de refaire surface, chose qui avait été utilisé pour la ramener à la « raison » lors de son « réveil » de panthère à humaine.
Les odeurs étaient moins prononcer, les sons plus difficiles à capter, ces yeux avaient du mal à voir à plus de cinq mètre d’elle, il lui était aussi plus difficile de reconnaitre une texture au toucher et sa bouche était pâteuse, ayant du mal à aimer et déguster ce qu’elle mangeait.
En claire, elle était totalement endormis si on pouvait le dire quand elle était sous médicament, mais cela faisait déjà plusieurs heures que ces derniers avaient cessés de faire effet, et tous ces sens et instinct lui étaient revenus comme au premier jour.
Son odorat lui permettait de sentir la lavande et le freesia que sa chambre conservait, ainsi que le parfum tentant de vanille que s’était parfumée Elena, qui ne masquait pas l’odeur d’oiseau nocturne qu’était son Ombre, elle pouvait nettement sentir l’odeur des plumes de l’Harfang ainsi que le sang qu’il y avait sur certains ongles des pieds de sa cousine.
Sang du petit mulot que cette dernière s’était nourris cette nuit lors de sa chasse !
Elle entendait aussi les pulsations cardiaques de sa cousine comme si elle avait posé sa tête sur sa poitrine, pouvant sans peine voir le sang battre en rythme dans sa jugulaire, ce qui ne put l’empêcher de lui mettre de l’eau à la bouche ; l’obligeant à détourner le regard pour ne pas considérer sa cousine comme proie, s’empressant aussi à fermer les yeux pour ne plus rien voir.
Car elle pouvait voir tout autour d’elle, jusqu’à la poussière sur certains meubles autour d’elle.
Mais si elle ne pouvait pas voir, elle pouvait nettement entendre tout ce qui se passait dans sa chambre et dans chaque pièce de la maison, pouvant sans peine replacer les objets dans l’espace et les personnes à leurs bruits.
Sa mère était dans la cuisine entrain de préparer les petits plats de ces enfants et de ces neveux pour le repas de ce midi, alors que sa grand-mère était dans le salon entrain de tricoter des écharpes, ces cousins n’étaient déjà plus là, comme sa petite sœur et son autre cousine, ou encore ces oncles et tantes qui devaient déjà être partis au travail comme son père au poste.
En claire, dans les jeunes, ils ne restaient qu’elle et Elena dans la maison ; les autres devaient être déjà partis pour le lycée dans ce cas et Elena était celle qui avait proposé d’amener Bella ; puisque les autres évitaient.
Surtout à cause des copines de ces deux premiers cousins, qui avaient la trouille que Bella s’en prenne à elles par instinct, vus qu’elles étaient totalement humaines et qu’elles étaient elles aussi dans le secret.
Elle se souvenait encore de leur première rencontre avec ces « belles-cousines », et elle se rappelait sans aucune difficulté du regard inquiet et apeuré qu’elles avaient eux à son encontre ; et le fait aussi que ces cousins lui avaient demandés de se camer aux médicaments pour pas qu’elle ne fasse de folie à leur encontre.
En claire, ces filles avaient déjà une mauvais impression pour Bella et vus comment ces deux cousins l’évitaient eux aussi, pour ainsi ne pas la tenter puisqu’ils avaient leurs odeurs sur eux.
Pour résumer, ils n’avaient pas confiance en elle !
D’un côté, elle ne pouvait pas leur en vouloir mais de l’autre, elle leur en voulait de ne pas « essayer » de lui faire confiance, que s’en était énervant.
_ Tu devrais prendre tes médicaments Bella ? Demanda Elena en s’avançant vers la table de chevet et en prenant les médicaments approprier, avec son verre d’eau avant de s’asseoir à côté d’elle.
L’observant pendant un bref instant, Bella souffla de résignation avant de prendre les médocs qu’elle lui donnait et de les avaler d’une traite, et de prendre son verre d’eau ensuite pour les faire plus facilement passer dans sa gorge ; pour ensuite lancer un sourire goguenard à sa cousine qui le lui rendit avant de déposer un baiser sur son front, et de se relever du lit.
_ Allons-y ! Souria Elena en tendant ces deux mains à sa cousine et en l’aidant à se relever de son lit, de lui confier son sac de cours ainsi que la béquille qu’on lui avait confié pour pouvoir se déplacer à cause de sa jambe.
Levant les yeux au ciel, Bella s’en empara avant de suivre sa cousine hors de sa chambre, traversant le grand couloir de l’étage et de prendre l’escalier, pour ensuite se diriger vers la cuisine ou Renée les attendait avec leurs repas.
_ Voila vos petits déjeuner les filles, passer une bonne journée toutes les deux ; salua Renée en souriant aux deux filles en leur remettant leurs déjeuners avant de s’affairer à la vaisselle du petit déj, alors qu’Elena s’empressa d’emmener Bella au garage, sous les « bonnes chances » de grand-mère.
Montant dans la Mini rouge d’Elena, Bella souffla d’énervement alors qu’elle ne put empêcher son pied droit de frapper contre la porte à côté d’elle, faisant sursauter sa cousine qui la regarda étonner avant de se décider à démarrer son véhicule et d’appuyer sur le bouton pour faire ouvrir de loin la porte du garage pour sortir.
_ Qu’est ce qu’il y a Bella ? Demanda Elena inquiète de la colère que dégageait sa cousine.
_ Même ma mère à peur de moi ! Déjà que les membres de ma famille ne me font pas confiance, alors ma mère aussi parce que …
_ Ne dis pas de bêtise Bella ! Renée t’aime ! Coupa Elena voulant lui faire comprendre l’amour que sa mère l’aimait.
_ Oui ! Elle m’aime ! Elle aimait plutôt l’ancienne moi, mais elle déteste tout ce que je suis devenue et qui pourrait lui en vouloir, pas moi ! Mais pourtant je lui en veux tout de même de rejeter celle que je suis ! Déclara Bella en se massant le crâne, alors que les médocs commençaient à faire leur effet sur elle et ces sens commençaient déjà à s’amoindrir, et c’est ce qui lui causait cette migraine.
_ Donne lui du temps Bella ! Donnes-nous du temps, nous pensions ne jamais plus te revoir et quand nous avons sus que tu étais vivante et que tu allais rentrer à la maison, nous étions tous fous de joie ! Sauf que lorsqu’on nous a prévenus sur le fait que tu n’étais plus la même, que tu avais changé à ce point, c’est vrai que cela nous a effrayé mais on t’aime Bella ! Et nous ferons tout pour t’aider à te rappeler de ta vie d’avant et de tout le reste ; lui promit Elena.
_ Et en attendant vous me dopez aux médocs ; répliqua Bella sans vergogne, ne voulant pas s’empêcher de dire la vérité et de sortir tout ce qu’ils l’obligeaient à lui faire subir pour qu’elle puisse rester.
_ C’est la seule chose qui puisse te…
_ Me calmez mais pas me maitrisez ! Et ce n’est pas comme ça que je parviendrais à contrôler les envies de mon Ombre, vous pensez m’aider en faisant un truc pareil mais la seule chose que vous gagnerez c’est que lorsque je m’énerverais vraiment, aucun de vous ne pourra m’arrêter et je ne pourrais pas moi-même me contrôler ! S’exclama Bella courroucer en fusillant sa cousine alors que tous ces sens venaient de lui être couper, et ces sens « humains » ne lui plaisaient guère.
N’ayant rien à redire face à ces accusations, Elena se concentra sur la route et laissa sa cousine se calmer sous les effets des médicaments, alors qu’elles arrivèrent bientôt sur le parking du lycée ; là ou plusieurs véhicules étaient déjà garer ou seuls celles des membres de sa famille étaient les plus tape à l’œil, avec une Volvo grise.
Se garant vite à côté du 4x4 de Caroline qui les attendait pendant que tous les autres devaient être déjà partis en cours, n’ayant encore que quelques élèves sur le parking.
_ Salut vous deux ! Alors prête pour cette nouvelle rentrée ? Demanda excitée Caroline en allant les accueillir à leurs sorties de la Mini et en voulant aider Bella à sortir du véhicule, mais celle-ci rejeta son aide et en sortit toute seule.
_ Tu ne peux pas savoir à quel point sa m’enchante ! Grogna Bella pleine de sarcasme à l’intention de sa cousine, avant de commencer à s’avancer d’un pas boitillant avec sa béquille vers le lycée.
Surprise, Caroline jeta un œil à sa petite sœur jumelle qui lui fit un signe de tête de ne rien dire, avant de suivre Bella vers le lycée.
_ En tout cas, tu ne seras pas la seule nouvelle cette année ! Il y a une nouvelle famille qui s’est installé à Forks et les enfants se sont inscrits au lycée. Trois garçons et deux filles, deux d’entre eux sont en terminale et les autres en première année ; un peu de sang neuf ne fera pas de mal dans cette petite ville ! Souria Caroline à l’intention d’Elena et de Bella, tout en désignant la fameuse Volvo grise de la tête sur le parking, véhicule sans nulle doute appartenant aux nouveaux venus.
_ Comment s’appele-t’il ? Demanda Elena à son intention pour en sa voir plus sur les nouveaux arrivants.
_ Les Cullen ! Avoua Caroline sur le nom de la famille des nouveaux étudiants du lycée. On connaitra leurs prénoms ce midi à la cafétéria ; ajouta-t’elle à leurs intentions.
_ Ne me dîtes pas que vous aimez radoter sur les nouveaux arrivants j’espère ? Demanda Bella ne voulant pas une seconde les écouter parler de ragots et d’autre sur une nouvelle famille, arrivant à Forks.
_ Non ! Bien sur que non Bella ! Mais c’est rare qu’une si grande famille vient se terrer dans une petite ville comme Forks, et de plus, tout le monde se connait ici, il faudra faire gaffe de ne pas faire connaitre notre secret d’eux ; rappela Caroline sur le fait que leur famille devait à chaque fois enquêter sur les nouveaux arrivants en ville, et sur le fait de savoir s’ils seraient une menace s’ils venaient à connaitre leurs secrets.
_ Sinon, en attendant, on va t’emmener prendre ton emploi du temps au secrétariat ; proposa Elena en tenant l’une des portes battantes de l’entrée du lycée, pour permettre à Bella d’entrer à l’intérieur du hall vite suivis par ces deux cousines.
Qui l’emmenèrent au secrétariat alors que tous les regards des élèves dans le couloir se tournèrent sur leurs passages, passant plus leurs attentions sur Bella que sur les deux cousines, qui ne semblaient pas s’intéresser aux regards qui se braquaient sur elles.
Et tous ces regards concentrer sur elle la rendait « folle » et pour cette fois, elle remerciait les médicaments qui assommait son Ombre parce que sinon, elle aurait finis par sauter à la gorge de quelqu’un pour leur faire comprendre qu’elle n’était pas une bête de foire.
Remarque, c’est ce qu’elle était en vérité !
Quand elle fut enfin dans l’antre du secrétariat, elle ne put s’empêcher de souffler de soulagement car si elle n’arrivait pas à supporter quelques secondes sous les yeux des élèves, alors qu’est ce qui se passerait pour une journée de cours ?
Ca allait être l’enfer !
_ Bonjour les filles, que puis-je faire pour vous ? Demanda Mme Cope, la secrétaire, en souriant aux deux jumelles avant de jeter un regard à la troisième personne dans la pièce, et de croiser le regard de Bella.
_ Bonjour Mme Cope, nous sommes venus accompagner notre cousine prendre son emploi du temps ; déclara simplement Caroline tout en désignant sa petite cousine alors que les yeux de la secrétaire brillèrent de curiosité et de compréhension, avant de se mettre à pâlir quand elle croisa le regard de Bella qui n’était pas des plus agréable en cet instant.
_ Bien… bien sur ! Voila ton emploi du temps petite, et le papier que tu dois faire signer par tous tes professeurs et si tu as des problèmes, tu peux…
_ Ne vous en faites pas Mme Cope, nous serons à même de l’aider à se faire au lycée ; prévena Elena en prenant le fait qu’elle se chargerait de s’occuper à « initier » sa cousine à tout se qu’elle devrait savoir sur le lycée.
_ Alors bonne journée à toute ; salua Mme Cope avant de retourner à ces dossiers pour très vite détourner son regard de Bella, alors que ces deux cousines la prirent chacunes par un bras pour la faire sortir au plus vite de la pièce.
_ Tu sais Bee, on t’a demandé d’être cordiale et non pas de fusiller quiconque te regarderait de travers ? Demanda Caroline à sa cousine alors qu’Elena lançait un regard éloquant à tous les élèves autours d’elles pour qu’ils leurs fichent la paix.
_ Désoler de te décevoir Caroline, mais si toi tu adores être au centre de l’attention ce n’est pas mon cas ; répliqua Bella vraiment de mauvaise humeur et les médicaments ne pourraient pas arrêter ça.
_ Qu’est ce qui te fait dire que j’adore l’attention des gens ? Demanda surprise Caroline ne voyant pas ce qui lui faisait croire qu’elle adorait ça.
_ Tu te fous de moi, n’est ce pas ? Parce que tu crois que t’habiller comme tu le fais, avec les derniers habits tendances, tout comme la coiffure et le parfum n’aient pas mis en œuvre pour attirer le regard des autres sur toi ! Pour faire baver les mecs d’envie et jalouser les filles comme pas possible ? Demanda Bella tout en indiquant de son doigt la tenue à la mode, la coiffure et le parfum que dégageait sa cousine.
Face à cette « accusation », Caroline ne put rien répliquer alors qu’elle regardait ces vêtements comme si elle ne les voyait pas, pendant qu’Elena essayait de trouver un moyen de calmer le jeu entre elles.
_ Alors désolé que je fusille tous ceux qui me regarde un peu trop parce que je déteste ça ; cracha Bella avec véhémence pour bien enfoncer sa pique et lui faire comprendre qu’elle n’accepterait pas cela.
_ On devrait se calmer les filles et respirer un bon coup, et ne plus parler de cela d’accord ! On devrait aller en cours sinon nous allions être en retard ; prévena Elena les rappelant à l’ordre des heures de cours.
_ Tu as raison Elena ! Essayons de paraitre humain alors que nous ne le sommes pas ! Pour ce qui est de m’aider, je me débrouillerais toute seule, merci bien ! Cracha Bella en prenant son emploi du temps des mains de sa cousine avant de s’éloigner d’elle et de son autre cousine, de son pas boitant avec sa béquille sous les regards de tous, jusqu’à sa première classe.
Pendant tout son chemin, elle avait très bien sentis les regards surpris et étonné de ces deux cousines peser dans son dos, mais elle n’en avait cure… enfin, une part d’elle s’en fichait complètement sauf une autre part d’elle.
Une part qu’elle ne contrôlait pas et qui était la vraie menace !
Et c’était pour cette raison qu’elle détestait attirer l’attention sur elle, parce qu’une part d’elle, détestait par-dessus tout qu’on la regarde en biais et qu’on chuchote sur son passage. Si elle se trouvait là il y a un an, alors tous ces élèves ne seraient plus de ce monde déjà.
Ne voulant pas trop ressasser le passé, Bella entra enfin dans sa salle de classe, cours de littérature pour la première heure ; et prit l’une des places du premier rang côté fenêtre, pour pouvoir observer la forêt dehors si elle devait trouver un moyen de se calmer et de se détendre pendant cette heure, qui allait être un long calvaire pour elle.
En posant son sac sur sa table, elle perçut les vibrations de son Iphone à l’intérieur qui lui annonçait qu’elle venait de recevoir un message.
Curieuse, elle le sortit pour lire le message et ne put s’empêcher de sourire en lisant celui-ci :
Toute la troupe au grand complet, souhaite une bonne journée d’entrée à Belle dans le monde des humains. Et si jamais un type te prend trop la tête, tu nous le dis et on règle son compte. Snake.

Tout sourire, Bella ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel face au caractère de « Snake » et allait ranger son portable, quand il vibra de nouveau dans sa main et elle lut le nouveau message qu’elle venait de recevoir.
Oublis le dernier conseil de Snake, nous viendrons tous en force pour leur botter les fesses. Bonne chance pour ta journée Bella. Dumbo.

Ca c’était du « Dumbo » tout cracher, contredire « Snake » pour en mettre encore plus, ces deux là s’entendait comme cochon et loire, surtout à cause de leurs Ombres d’où ils tiraient la plupart de leurs caractères.
Elle revena vite à elle quand son portable vibra encore une fois dans sa main et elle se dépêcha de lire le message reçus.
Bien que je me doute que tu as reçus ces phrases des deux autres zigotos, je te le dis quand même, si tu as besoin de quoi que se soit, tu nous appels et on débarque. Sinon je te souhaite bonne chance pour aujourd’hui et a+. Bagheera.

Souriante, Bella reconnaissait bien le côté protecteur de « Bagheera » à son encontre. Il était toujours celui qui avait toujours agis de façon fraternel avec elle, vus au fait que son Ombre était un animal qui était le plus proche d’elle ; de toute la bande, il avait toujours été le plus réceptif à l’intention des autres.
Je te souhaite bonne chance pour aujourd’hui et toutes mes pensées t’accompagnent. Je t’embrasse. Blanche.

Bella fut une fois de plus ému chaque fois qu’elle recevait un message de « Blanche », elle était celle qui dans le groupe avait toujours eue une attitude maternelle envers elle. S’était son amour maternel à son encontre qui l’avait soutenue à revenir dans la « lumière », et c’est ce qui l’avait sans nulle doute aider à ne pas se laisser dominer par les « ténèbres ».
Elle essuya l’unique larme qui perlait de sa joue quand son portable lui indiqua encore un autre message et elle se demandait, qui des deux restants du groupe qu’elle connaissait, le lui envoyait.
Nous sommes de tout cœur avec toi, Belle. Bonne chance pour aujourd’hui. L’Apprentie.

Le professeur venait tout juste de rentrée dans la salle et demandait le silence pour commencer son cours, quand Bella se leva et alla le voir pour lui donner le papier qu’il devait signer au moment ou son portable vibra encore une fois.
Le regardant en vitesse avant que son prof le voit, Bella souria en voyant son dernier message donner par le dernier membre du groupe mais aussi le plus important de la « famille ».
Je te souhaite bonne chance ma puce et je sais que tu arriveras à tenir, aussi délicate soit la situation, tu en es capable. Je te dis à ce soir pour prendre de tes nouvelles. Je t’embrasse. Le Chasseur.

Rangeant de nouveau son portable dans sa poche de son pantalon, Bella continua de sourire avant que le professeur ne lui demande de se présenter, elle et l’autre « nouvelle » quand la jeune fille se rendit compte qu’elle n’était plus seule devant le bureau du professeur.
Et au vus des quelques centimètres qui la séparait de « l’autre nouvelle », Bella sentit avant même de se tourner vers elle l’odeur qu’elle dégageait et c’était une odeur qu’elle connaissait.
Qu’elle connaissait très bien même !
Une odeur sucrée et d’animal qui se dégageait d’elle, mais pas une odeur caractéristique à ceux maudits par une Ombre, s’était bien plus. L’odeur animale qui se dégageait d’elle semblait être plus ancienne que présente, comme si elle s’était « frotter » à l’animal, une biche pour être précis, vus le fumet qu’elle dégageait ; mais c’était l’odeur sucré qui était bien plus suspecte et repérable pour elle qui lui fit frémir ces narines de colère et de dégout.
Il y en avait dans le lycée !
Il y avait de ces « êtres » dans un lycée remplie d’humain innocent et fragile, et cela la mettait en rogne ! Son côté « ténébreux » était en rogne ! Parce que ces « êtres » étaient aussi responsable de ce qui lui était arrivé, certes indirectement mais ils étaient responsable de l’enfer qu’elle avait endurée pendant un an, et ce qu’elle était « devenue » pendant ces un an.
Et alors qu’elle tournait son regard vers sa « camarade », Bella put le sentir monter en elle. Son côté ténébreux était entrain de refaire surface, certes pendant un bref instant mais un instant qui sembla durer des heures pour elle et cette « fille ».
Petite et un air de lutin, les cheveux d’un noir de jais et couper court, lisser en pique dans tous les sens ; la peau pâle de cadavre et cette beauté mystérieuse qui se dégageait d’elle, et ces étranges yeux dorés alors qu’elle lui souriait de façon aimable qui déchanta très vite quand elle croisa son regard.
Et la, Bella sut ! Elle voyait son côté « ténébreux » et aux vus de son regard flous et apeuré, elle en était terrifier.
_ Vous pouvez aller vous rasseoir mes demoiselles ; proposa leur professeur de littérature qui leur donna ainsi une diversion pour cesser de se regarder dans le blanc des yeux, surtout Bella qui put revenir à elle et taire son sombre côté.
Ne l’obligeant pas à le dire deux fois, Bella reprit sa fiche de présence et s’empressa de regagner son siège de son pas boitillant, alors que « l’autre » sembla elle aussi regagner sa place, son corps aussi rigide qu’un lampadaire et se murant dans son silence, sans quitter le tableau noir des yeux.
Mais pendant tout l’heure du cours, Bella ne suivi pas vraiment les discours du professeur sur les livres qu’ils allaient devoir lire et étudier pendant l’année, trop concentrée dans ces pensées et en sentant aussi quelques fois, le regard pesant de cette « fille », Alice Cullen ; mais aussi à retenir son côté sombre qui n’attendait qu’une seule chose.
Celle de sauter à la gorge de cette Cullen et de mettre fin à sa vie !
Et c’est ce qui l’effrayait d’un côté aussi, parce qu’elle ne voulait plus jamais laisser cette partie d’elle reprendre le dessus une nouvelle fois sur sa conscience, mais il fallait dire qu’une telle « personne » en sa présence n’était pas ce qui pouvait vraiment l’aider à contenir cette furie en elle.
Mais il y avait aussi qu’elle s’était dévoilée à cette fille !
Certes sans le vouloir mais tout de même, ce n’était pas bon ! Pas bon du tout pour elle !
Et si le reste de la famille était comme la fille, elle était mal barrer ! Elle ne craignait pas la mort mais elle avait peur de la donner encore une fois, même à des êtres tels qu’eux et c’est ce qui l’effrayait autant de reprendre ces vieilles habitudes de cette vie, qu’elle avait eue avec les Bannis.
Alors quand la sonnerie retentit enfin pour sonner la fin de l’heure, Bella s’empressa de rassembler ces affaires et de sortir au plus vite de la salle, se mettant même à sauter à cloche pied pour avancer plus vite car sa béquille la retardait. S’empressant de sortir dehors en espérant que la nouvelle ou les autres « nouveaux » ne l’avaient pas suivis, et se dépêcha de sortir son portable et d’appeler la première personne qui serait à même de la sortir de ce merdier dans lequel elle s’était fourrée.
_ Alors Bella ! Comment c’est passer cette première heure ? Pas trop angoisser ? Demanda son interlocuteur.
_ Chris ! Il y en a dans le lycée ! Des « immortelles » ! Je crois qu’il y en a toute une famille et…
_Oh, oh, oh ! Doucement Bella ! Qu’est ce que tu viens de dire ? Demanda le dénommer Chris en essayant de calmer Bella et de lui faire dire ce qui se passait.
_ Qu’il y a des immortelles dans le lycée ou je suis, ou devrais-je dire même dans la ville où j’habite avec ma famille ! Et je crois que… je crois que l’une d’entre elle à fais, sans le vouloir, connaissance avec les yeux de la Bête ; déclara simplement Bella à son interlocuteur.
Et elle avait de quoi être merdique, parce que quand elle se retourna vers les portes vitrer de l’une des sorties du lycée qu’elle avait empruntée pour sortir ; Bella vit sans nulle doute, l’un d’entre eux l’attendre juste derrière, ne la lâchant pas de ces yeux dorés et semblant à la fois frustrer, mais aussi inquiet et curieux à son encontre.
Grand et aussi blanc que l’autre, des cheveux en batailles et d’un roux presque cuivré, d’une beauté mystérieuse, lui donnant des allures de dieux grecs ; alors que tout dans sa posture montrait les émotions que Bella avait pus lire dans ces yeux, et elle savait à présent qu’elle était vraiment dans la « merde ».
_ Et je suis vraiment dans la merde mais dans les emmerde pas possible ! Avoua Bella à l’intention de son interlocuteur dans son téléphone, alors qu’elle n’avait pas un instant quitté des yeux le Cullen qui lui faisait face.
Et elle savait, que malgré le temps gris et les portes vitrer, ce dernier pouvait nettement voir son regard changer, quand pendant un bref instant la « Bête » en Bella, fit encore une fois surface pour croiser pendant un bref instant le regard de son interlocuteur et là elle sut.
Il n’y aurait pas qu’un seul meurtre qui allait se profiler, mais deux !




le chap 3 sera pas pour toute de suite lol! mais je peux deja vous dire que ce chap sera vus du point de vue d'Edward Wink

@+ bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Jeu 15 Déc - 14:19

vivement la suite alors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Jeu 15 Déc - 15:59

merci Bella bizz contente que ca te plaise supercontent

je n'ai pour l'instant ecrit qu'une seule page lol! mais ne t'en fais pas celui la va etre, je pense, beaucoup plus long que le chap 2 Wink

@+ bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Mer 4 Jan - 9:08

lol! pour le retard mais avec les fêtes je n'ai pas pus le finir à temps lol!

sinon voici enfin mon chap 3 Wink bonne lecture study

Chapitre 3 : Une rencontre dangereuse

Pdv Edward

Ils étaient de retour à Forks!
Là ou il avait trouvé un semblant de vie et où il avait cessé de vivre dans la solitude, d'être le seul célibataire de la famille.
Et c'était aussi dans cette petite ville, perdu au milieu de nulle part qu'il l'avait rencontrée!
Alors qu'il conduisait sa Volvo grise S60 derrière la Mercedes noire de son "père" Carlisle, Edward ne put s'empêcher de se remémorer ces bons moments passer avec elle alors qu'il regardait la pancarte de "Bienvenu à Forks" avec le nombre exacte d'habitant, en sachant que celui-ci montrait de 7 "places" avec leur arriver.
Il se souvenait de tout dans les moindres détails: ces longs cheveux acajou, ces yeux de biche d'un vert claire, son visage en cœur et ces pommettes enfantines; ou tout cela était rehausser par sa peau blanche qui avait cette teinte de porcelaine, qu'on aurait dis une poupée.
Annabelle, son nom était Annabelle Swan!
Quand il l'avait connue, lui et sa famille, venait tout juste d'emménager dans cette petite ville pluvieuse, là ou le soleil se faisait extrêmement rare, chose qui les avait emmené à choisir cette endroit; lorsqu'ils avaient été accueillis par la famille qui dirigeait Forks.
Ils avaient même eux droit à une soirée de bienvenu, faîte par la famille fondatrice de Forks, dans leurs grandes demeures, qui ressemblait bien plus à un grand manoir entouré de ces nombreux terrains de jardins et de champs d'agricoles.
Les Swan, cette famille fondatrice, était composée de trois membres, même si exceptionnellement, ils avaient invités des cousins à eux.
Charles et Elizabeth Swan étaient eux mêmes des cousins avant de découvrir leurs sentiments l'un pour l'autre, et ils étaient devenus mari et femme. A cette époque, le mariage entre cousin n'était pas encore tabou et personne ne s'était enquis de crier au scandale.
Si lui, grand et baraquer, aux cheveux brun et aux yeux vert avec un air de gamin sur le visage, il pouvait être sérieux et indomptable quand il le voulait, malgré ces airs de grands enfants. Quand à sa conjointe, elle était plus petite que lui, frôlant les 1m60, de longs cheveux noirs corbeau et des yeux bleu perçants, bien qu'ils étaient doux et maternelles; se trouvait être une femme de cœur et bonté comme il était rare d'en voir, parmi les femmes aimant les ragots et les acariâtres de vieilles femmes de la société.
Portant tous les deux les tenus à la mode à cette époque, sans être trop voyant, ni trop pompeux: lui une tenue sombre avec des décorations verts foncer et sa chemise de la même couleur; et elle, une robe rouge pourpre, qui contrastait avec les couleurs de son époux.
Et ils étaient à la fois un couple que tout opposait, mais qu’un secret rapprochait et ce secret, Edward l’avait lu facilement dans leurs esprits.
Ils étaient maudits !
Mais pas maudits comme lui et sa famille, maudits d’une façon bien plus différente mais tout aussi dangereuse pour les humains autour d’eux.
Sauf que les Swan étaient bien moins dangereux que lui et sa famille réunis, mais il fallait faire très attention.
Connaissant la malédiction d’après ce qu’il lisait dans leurs têtes, Edward n’eut pas de difficulté apparente à vriller son regard sur leurs ombres à tous les deux, pour voir, même malgré les nombreuses personnes autour d’eux qui mettaient leurs ombres partout ; il pouvait nettement remarquer que les Ombres de leurs hôtes n’étaient pas humaines.
Celle de Charles était sans conteste celle d’un Grizzli, alors que celle d’Elizabeth était celle d’une lionne, aux vus de la corpulence du félin.
Et les regardant droit dans les yeux, Edward se dit qu'ils étaient exactement comme leurs Ombres; pouvant être aussi nounours que féroce pour Mr Swan, que maternel et dangereuse pour Mme Swan.
Et aux vus des regards que ces deux derniers leur lançaient, sur lui et sa famille, ils avaient très vite compris que les nouveaux arrivants, n'étaient pas pleinement humains. A cause de l'odeur qu'ils dégageaient mais aussi avec leurs beautés des plus glaciales, et autres fais qu'ils avaient très vite remarqué, aucun battement de cœur ne venait de leur poitrine; c'est ce dernier constat qui leur avaient fais comprendre que les Cullen ne pouvaient pas être humains.
Mais parmi les autres humains, invités à cette soirée, les Swan ne firent rien et firent comme si de rien n'était, même si Edward pouvait pleinement lire dans leurs têtes qu'ils allaient leur tirer "les vers du nez" plus tard.
Etant le plus alerte de la famille, il avait très vite mis au courant le reste de sa famille sur la situation: Carlisle et Esmé, leurs "parents", s'étaient montrés très curieux d'une telle "malédiction". Emmett, le grand frère, s'était montré curieux, surtout qu'il adorerait défier le chef de famille, pour savoir s'il tiendrait tête au "grizzli". Quand à Rosalie, la "cousine", elle n'aimait pas l'idée d'être chasser de leur nouvelle demeure et surtout que l'attention ne se concentrait pas sur elle, mais sur la fille de leurs hôtes.
Et c'est là qu'il la vit pour la première fois!
Elle était entrain de descendre les escaliers qui menait à l’étage, portant un corsage bleu sombre assortis à sa longue jupe en arôme inverser d’un bleu ciel, comportant un voile de dentelle bleu nuit par-dessus, aux motifs de fleur et de rose.
Ayant un long châle bleu sombre aux motifs clairs de roses, recouvrant ces épaules dénudés alors qu’un simple collier, une chaine avec une perle bleue entourait son cou d’un blanc neigeux. Et que ces cheveux acajou avaient été soigneusement coiffés en un chignon compliqué, d’où certaines mèches cascadaient sur ces épaules en des boucles anglaises.
Son maquillage ne consistait seulement en un crayon noir autour de ces yeux, rehaussant ainsi ces yeux vert claire de biche, et le rouge à lèvres rouge qui ressortait sur sa peau pâle, telle la neige ; lui donnant cette apparence de poupée de porcelaine.
Elle était simple et naturelle : elle était belle à en couper le souffle !
Et Edward remarqua très vite qu’il n’était pas le seul de sa famille à l’admirer ? Tous les autres membres de sa famille avaient tournés son regard vers elle, et ils ne pouvaient s’empêcher de penser, que malgré le jeune âge qu’elle avait ; elle ne devait pas avoir pas plus de 17 ans. Cette jeune fille était déjà d’une grande beauté et d’une élégance, dépassant de loin celle de Rosalie, avec son visage en cœur, ces yeux de biche et ces lèvres aux teintes de rose ; comme ces joues encore enfantine, son menton droit et son nez en bouton.
Sa famille n’était pas non plus les seuls à l’admirer et à murmurer, surtout les hommes de l’assemblée qui bavait en l’admirant pendant que les femmes la jalousaient. Alors qu’elle continuait doucement à descendre les marches de l’escalier, en veillant à ne pas marcher sur le bas de sa robe, en soulevant celle-ci avec ces mains et en ne quittant pas les marches des yeux.
Et les pensées qui émanaient d’elle, était aussi pure et innocente qu’elle, et de l’Ombre qu’elle était !
Son Ombre était une biche. Une biche des neiges, comme la peau pâle qu’elle avait, étant humaine.
La douceur, la compassion, la fragilité et la pureté ! Voila ce que cette jeune fille était et représentait, contrairement à ces parents qui pouvaient être des chasseurs, alors qu’elle était dans la catégorie des proies.
Bien évidemment, comme étant la fille des hôtes, elle alla accueillir les invités et les saluer avant que ces parents ne la fassent appeler pour qu’elle puisse venir accueillir les nouveaux arrivants, et se présenta par la même occasion.
Annabelle Blanche Swan ! Mais elle préférait de loin qu’on l’appelle par son surnom, Belle ! Celui-ci lui allait à ravir, comme le pensait Edward et le reste de sa famille alors que le premier avait porté son regard en une seconde sur son Ombre, apercevant sans aucune difficulté apparente, la biche marcher sur ces pas.
Et au moment même ou leurs regards s’étaient croisés, Edward avait sentis quelque chose dans son estomac en croisant les yeux vert de Belle, et ils ne s’étaient pas lâchés pendant un bon moment avant que le toussement de leur famille respective ne les fasse se détourner, pour les observer.
A partir de ce jour, Edward et Belle avaient continués de se voir et de faire connaissance entre eux, devenant les deux amis les plus inséparables de la petite ville ; si bien que cela fit jaser Forks sur leur relation.
Certains disaient qu’ils sortaient ensembles, d’autre encore disait qu’ils avaient des enfants cachés ! En clair, leur amitié créait des ragots pas possibles parmis les femmes dans la petite ville dans la Péninsule Olympic.
Mais Belle ne s’en préoccupait guère comme Edward par la même occasion, car son amitié avec elle était bien plus importante que ces ragots idiots.
Sauf qu’au file des quatre années qui sont passés, le lien entre eux avait grandis et aurait pus devenir plus intime, si le destin en avait décidé autrement. Car Belle épousa un autre homme qui la rendrait plus humaine et une vie plus humaine, qu’avec lui ; même si Edward l’aimait mais il ne désirait que son bonheur et qu’elle vive une vie heureuse et épanouit.
Et de cette union, Belle eut des enfants. Deux pour être exacte, un garçon et une fille !
Si d’après ce qu’il savait, le garçon était mort depuis un moment ; la fille, Marie, était toujours vivante. Ayant eue trois enfants à son tour, deux garçons et une fille ; et avait eux des petits-enfants, trois petits-fils et quatre petites-filles, dont six se trouvaient au lycée de Forks à présent alors que la plus jeune était en dernière année du collège.
Edward se demandait bien ce que les membres de la famille avaient comme Ombre à présent ?
Revenant à la réalité quand on frappa à la vitre de sa portière à sa gauche, Edward se tourna vers celui qui l’avait fais sortir de ces pensées, pour voir qu’il s’agissait d’Alice, qui attendait patiemment qu’il sorte de son véhicule garer devant leur villa à Forks.
Sortant de celui-ci pour ensuite s’occuper de ces cartons dans son coffre, Edward regarda le reste de sa famille défaire leurs affaires de leurs véhicules respectives et d’aller les installer dans leurs chambres respectives ; pendant qu’il regardait les arbres de la forêt entourant leur chez sois.
Ne leur fallant pas moins d’une heure pour tout ranger chez eux, Edward observa pendant un instant les siens, réunis dans le salon, tous en couple : Carlisle et Esmé, leur parents, alors qu’Emmett et Rosalie, ainsi que Jasper et Alice, les deux nouveaux membres de leurs familles, qui les avaient rejoins il y a quelques décennies ; ils étaient tous en couple et il était le seul célibataire de leur famille de vampire.
Oui ! Leur famille était constituée que de vampire !
Contrairement aux légendes urbaines, les vampires ne devenaient pas cendre sous les rayons du soleil, il ne craignait pas les crucifix, ni les pieux dans le cœur. Encore moins l’eau bénite et toutes les bêtises de ce genre ; ils étaient indestructibles, seul un autre vampire pouvait tuer un vampire.
Mais ils étaient aussi différents des autres de leurs espèces.
S’il y a bien une chose qui ne changeait pas dans les légendes s’était que les vampires se nourrissaient belle et bien d’humain, mais ce n’était pas le cas des Cullen, comme des Dénali, qui était une autre famille de vampire, qu’ils considéraient comme des cousins. Ces derniers se nourrissaient de sang animal, ce qui leur donnait des prunelles de cette étrange couleur doré ; ou contrairement aux autres buveurs de sang, qui avait les yeux rouge sang.
Et les vampires dans la réalité pouvaient possédés des dons, selon les plus grandes capacités humaine que la personne « emmenait » avec elle dans sa nouvelle vie, en tant que vampire lors de leur transformation.
C’était ainsi qu’Edward était devenu télépathe, parce qu’étant humain, il était à l’écoute des autres. Jasper était empathe, pouvant lire ou influencer des émotions, puisqu’il avait été capable, dans sa vie humaine, d’influencer les autres et de voir son point de vue. Alors qu’Alice possédait le don de voyance, capable de voir les décisions et les choix que prenaient les gens, mais elle avait plus de facilité avec les non-humains, les vampires en l’occurrence.
Il fallait dire qu’avec ces dons dans la famille, il y avait peu d’intimité pour tout le monde et quand les trois couples de la famille étaient réunis, Edward avait tendance à aller se promener pendant un moment pour leurs laisser leurs intimités et c’est ce qu’il vint encore à faire.
Quittant la villa, Edward alla revisiter les environs pour voir les changements qu’il y avait eu pendant leurs absences, alors qu’il eut besoin de retrouver un vieil endroit qu’il avait connu à l’époque, pour pouvoir se remémorer de bon souvenir dans cet endroit.
Courant dans la forêt, il finit sans problème à reconnaitre l’endroit qu’il avait quitté il y a plusieurs décennies, parvenant à retrouver le chemin de « sa » clairière fleuris de ces fleurs violettes, et du vieux chêne qui s’y trouvait en son cœur avec ces grosses racines qui sortaient de terre pour plusieurs d’entre elle.
Souriant à l’endroit qui n’avait pas changé depuis la dernière fois qu’il était venu, et ne sentant aucune odeur qui pouvait indiquer qu’une personne ou qu’un animal y était venu ou y résidait, Edward s’approcha du grand chêne avant de chercher la plus grande racine de celui-ci et d’y monter pour ensuite observer l’écorce du tronc de l’arbre.
Caressant ce dernier, il retrouva sans grande difficulté l’inscription qui a été faite il y a plusieurs décennies maintenant et qu’il avait gravé avec elle. Et souriant à ce souvenir, il relisa les quelques mots graver dessus sur l’écorce du chêne.

B & E
Amis pour l’éternité


Cette clairière avait été la sienne, puis la leur quand elle était venue à la lui montrer pour qu’il puisse passer des moments ensembles, sans être obliger de se promener dans la ville. Ils étaient ainsi tranquille et pouvaient pleinement vivre, sans avoir besoin de se cacher de ce qu’ils étaient aux vus de tous.
A présent, il était le seul à connaitre cet endroit et ce que cela représentait pour lui.
Il resta longtemps assis sur cette racine à observer ces gravures sur le tronc, quand son portable vibra dans sa poche, le faisant une nouvelle fois revenir à la réalité alors qu’il constata très vite que la nuit était tombé depuis longtemps et allait bientôt faire place à l’aube.
Rentrant chez lui, alors que les autres étaient déjà près pour cette première journée de lycée ; Edward alla se changer dans sa chambre avant de redescendre en vitesse en bas pour rejoindre les autres, mais avant qu’il ne se dirige, lui et ses frères et sœurs aux véhicules ; Carlisle les appela en leur demandant de venir les rejoindre, lui et Esmé dans le salon.
_ J’ai appelé hier Marie Swan pour lui annoncer notre retour à Forks et elle nous a invité à venir la rejoindre chez elle, pour nous présenter à sa famille ; déclara Carlisle sur le fait qu’il avait toujours garder contact avec cette dernière, même après leur départ et la mort de sa mère, reprenant le flambeau de cette dernière sur leur nouvelle. Donc, commencez déjà à faire connaissance avec ceux qui sont au lycée comme cela, ils seront moins enclin à nous voir comme des menaces mais plutôt comme des éventuels camarades ; reprit-il en leur rappelant les liens qu’ils avaient tissés avec Charles et Elizabeth Swan auparavant, tout comme avec leur fille Annabelle.
_ Ne t’en fais donc pas pour cela Carlisle, nous allons nous entendre comme larron et foire ; souria Alice à ce dernier avant d’entrainer Jasper dans les véhicules, très vite suivis par Emmett et Rosalie.
Ou le grand baraquer se demandait s’il y avait un grizzli ou un ours parmi la nouvelle génération de Swan, voulant sans conteste faire l’abruti avec ce dernier ; faisant bien sur lever les yeux au ciel à Rosalie, qui savait pertinemment ce que son compagnon avait en tête, pas besoin du don de télépathe d’Edward pour le savoir.
Ce qui fit grandement sourire Edward qui prit le volant de sa Volvo grise et prit le chemin du lycée avec ses frères et sœurs, qui discutaient et papotaient en se demandant quel genre d’Ombre pouvait avoir la nouvelle génération de Swan.
Quand il se gara enfin dans le parking, devant le bâtiment du lycée, au côté des autres véhicules des élèves ou seul la sienne semblait neuve, avec un 4x4 et une Impala qui semblait avoir été grandement retapé, et qui luisait de mille feu.
Alors que se trouvait à côté de ces derniers, trois garçons et trois filles qui semblaient discuté entre eux, et Edward n’eut pas besoin de lire plus en eux pour reconnaitre des traits de Belle en eux.
_ Il y en a déjà sur le parking ! Annonça Edward à ces frères et sœurs tout en désignant le groupe à plusieurs voitures d’eux.
_ Tous les six ? Demanda Alice curieuse en observant tous les six étudiants qui discutaient de tout et de rien entre eux, sans se soucier d’être épier.
_ Non pas tous les six ! La brune et la rouquine sont les petites amies des deux grands bruns, mais elles sont dans le secret sauf que… ils semblent être inquiets ! Déclara Edward en désignant les deux filles de 17 et 18 ans qui ne faisaient pas partis des « maudits », tout en tentant de lire le « problème » dans leurs têtes.
_ De quoi ? Demanda Jasper curieux parce qu’il sentait lui aussi cette inquiétude bien qu’il ne savait pas ce qui pouvait la causer.
_ De l’une des leurs ! Ils sont inquiet parce qu’ils ont peur que son Ombre craque et que… c’est une panthère des neiges ! S’exclama surpris Edward en lisant l’Ombre qu’était la Swan qui les inquiétait tant que ça.
La panthère était sans conteste le prédateur le plus dangereux qui soit au monde, si on oubliait les vampires dans la chaine des pires prédateurs au monde.
_ Et pourquoi est ce qu’ils ont peur qu’elle craque ? Demanda Rosalie ne comprenant pas le problème de cette Swan.
_ Je ne sais pas ! Ils n’y pensent pas ! Avoua Edward à ces derniers ne parvenant pas à lire la réponse à sa question dans leurs têtes.
_ En attendant on ferait mieux d’y aller puisqu’on doit aller chercher nos emplois du temps, et il ne faudrait pas arriver en retard pour notre première heure de cours ; remarqua Emmett à ce propos.
_ Il à raison, allons-y! Approuva Rosalie avant d’ouvrir sa portière et de descendre de la voiture de son frangin.
Les autres suivirent très vite le mouvement et ils se dirigèrent tous les cinq vers le lycée, alors que tous les regards des étudiants encore présents sur le parking, étaient portés sur eux.
Bien évidemment, ils savaient que leurs beautés allaient attirés l’attention de tous sur eux, mais contrairement aux autres lycées qu’ils avaient visités, ces regards là étaient bien plus différentes.
Car cette fois-ci, tous les élèves les observaient et les détaillaient en les comparants aux Swan qui étaient au lycée, tout y passa : leurs beautés, leurs physiques, leurs vêtements, leurs démarches et surtout tous leurs faits et gestes, les uns envers les autres.
Ils notaient tous ainsi, le fait qu’Emmett et Rosalie semblaient très proche, comme l’était Alice et Jasper, alors qu’Edward les suivait, un peu à l’écart du groupe. Chose que les autres lycéens qu’ils avaient connus avant, n’avaient jamais remarqués avant d’apprendre les liens qui les unissaient et les rumeurs à leurs encontres.
Mais cela n’était rien contrairement aux chuchotements et rumeurs que tous les élèves se disaient sur la Swan, celle qui rentrait aujourd’hui au lycée en première année, et que tous se demandaient à quel point elle avait changé.
Et c’est la que les Cullen comprirent qu’Isabella, c’était son nom, avait disparus il y a deux ans. Enlever par des inconnus lors d’une de ces promenades avec ces cousins et cousines, et avait été retrouvé il y a déjà un an.
Sauf qu’elle n’était pas retournée près des siens à cause de sévices qu’elle avait subis, en ayant été placée dans un endroit qui l’aiderait à retrouver ces marques et elle était revenue chez elle, il y a seulement quelques jours.
Maintenant, les Cullen comprenaient mieux le fait que les autres Swan étaient inquiets de ce que pouvait faire cette dernière, si elle venait à perdre le contrôle de ces nerfs.
Sur le chemin du secrétariat, Edward les prévena sur se fait et aussi sur le fait qu’ils allaient devoir faire bien plus intention à tout leurs faits et gestes pour protéger leurs secrets, sur leurs véritables natures. Ce qui allait leur poser plus de problème pour la sécurité de leur secret !
_ On préviendra Carlisle et Esmé ce soir ! On pourra même demander de l’aide aux Swan après ; remarqua Emmett à ce propos.
_ Pour l’instant allons en cours et nous verrons le reste plus tard ; répliqua Rosalie à ces frères et sœurs avant d’ouvrir la porte du secrétariat pour recevoir leurs emplois du temps.
Ayant été accueillis par la secrétaire Mme Cope qui leurs remit leurs emplois du temps, tout en leur remettant aussi la fiche de présence qu’ils devaient faire signer par leurs professeurs et les ramener ensuite au secrétariat à la fin de la journée, et en leur souhaitant une bonne chance pour cette journée.
Alors qu’Emmett et Rosalie allèrent tous les deux dans leurs cours de science de terminale, Alice alla à son cours de littérature de première, pendant qu’Edward et Jasper allèrent en cours d’histoire de première année.
S’asseyant côte à côte dans le cours d’histoire après avoir fait signer la fiche de présence par leur professeur d’histoire, et après s’être tous les deux présenter aux restes des élèves, le cours d’histoire commença.
Mais Edward finit très vite par sursauter dans son siège, quand il reçut de plein fouet les pensées d’Alice !
Cette dernière se trouvait à quelques salles de la leur et avait cours d’histoire en même temps que celui d’Isabella, la Swan qui était rentrée chez elle et Edward fut stupéfait de la ressemblance de cette dernière avec Annabelle, son arrière-grand-mère.
Les mêmes cheveux brun-roux bouclés, le même visage en cœur et son nez en bouton, avec ces yeux de biches couleur chocolat au lait, différent du vert clair de son arrière-grand-mère.
Mais à part cela, elle semblait beaucoup plus différente d’Annabelle.
Son visage été tiré par l’anxiété et le doute, mais la colère et l’énervement semblait faire briller ces yeux d’une lueur dangereuse, sauvage. Et à cet instant, Edward comprenait parfaitement les inquiétudes des autres Swan, parce qu’il pouvait nettement voir dans la tête de sa sœur, que la « nouvelle » ressemblait étrangement à son Ombre : la panthère était aux aguets et se préparait à toute réplique qui ne lui conviendrait pas.
C’est alors qu’Edward se rendit compte d’autre chose de plus important !
S’il lisait dans la tête de tous les élèves et professeurs, il ne lisait rien émanant de celle se trouvant juste à côté de sa sœur devant le professeur d’histoire, rien du tout ! Nada !
Cette fille n’avait aucune pensée… enfin, si ! Elle devait pensée au vue des expressions qui passaient sur son visage, elle pensait beaucoup mais il ne parvenait pas à franchir les barrières qui l’empêchait de lire dans son esprit, et cela le frustrait beaucoup de ne pas pouvoir lire en elle.
Aussi curieux que les autres de savoir ce qu’elle avait vécus ces deux dernières années, surtout qu’il semblait que sa famille ne savait rien de ce qu’elle avait enduré pendant tout ce temps, loin d’eux.
Mais toutes ces questions disparurent très vite quand le regard de sa sœur croisa celui d’Isabella et que ces yeux chocolat au lait disparurent, pour laisser place à des prunelles de sang menaçant et dangereux, et des pupilles en fente comme celle des chats.
Et à ce regard de haine, Alice eut une vision des plus étranges et des plus inquiétantes !
Elle se voyait courir dans la forêt ou plutôt fuir quelque chose, ou tout ce qu’elle put discerner dans l’ombre des arbres et c’est même yeux de sang qui lui fonçaient dessus, avant que tous ne disparaisse.
Le noir complet, le néant total !
Et c’est là qu’il comprit tout comme sa sœur de ce qu’elle venait de voir à l’instant ? Cette dernière venait de voir sa propre mort !
Revenant à lui au moment ou Alice réémergeait de sa vision et qu’Isabella avait quitté son regard à l’instant ou le professeur les avait toutes les deux appeler, pour qu’elle se présente. Si Alice le fit, se ne fut pas le cas d’Isabella qui sembla s’enfermer dans un silence pesant, qui ne lança plus aucun regard à sa sœur, ni à personne d’autre dans la pièce.
_ Qu’est ce qui se passe Edward ? Qu’est ce qu’il y a ? Demanda inquiet Jasper à l’encontre d’Edward dans un murmure aussi bas, pour que les humains ne puissent pas les entendre.
Dans un murmure aussi bas, Edward lui expliqua ce qui s’était produit dans la salle d’Alice et il dut attraper le bras de Jasper pour l’empêcher de se lever de son siège, pour se précipiter vers sa douce et la protéger de la « menace » à son encontre.
Pendant tout le reste de l’heure, Edward dut surveiller son frangin pour pas que ce dernier quitte le cours avant la sonnerie de la fin de l’heure, alors qu’il continuait de veiller sur les pensées d’Alice. Qui gardait toujours un œil sur la nouvelle, qui passa tout son temps à regarder par la fenêtre et sembla ne pas se préoccuper des regards sur elle, ni même du cours du professeur.
Alors quand la sonnerie sonna enfin la fin du cours, Jasper sortit le premier de la salle très vite suivis par Edward ; pendant qu’il n’avait pas quitté les pensées d’Alice une seule seconde, pour très vite découvrir que la nouvelle avait elle aussi quitter sa salle de cours précipitamment et qu’elle se trouvait déjà à deux couloirs du leur.
Suivant les coordonnés que les élèves qui la voyaient, lui donnaient en lisant dans leurs pensées, Edward parvint sans peine à retrouver sa trace alors qu’elle était sortie dehors, et qu’elle semblait avoir appelé quelqu’un par téléphone portable.
_ Chris ! Il y en a dans le lycée ! Des « immortelles » ! Je crois qu’il y en a toute une famille et…
Edward sursauta à l’entente de ce qu’elle venait de dire !
Alors cette fille qui était de dos à lui, savait ce qu’il était lui et sa famille, vus qu’elle les avait mentionnés les « immortelles ».
_Oh, oh, oh ! Doucement Bella ! Qu’est ce que tu viens de dire ? Demanda le dénommer Chris à l’autre bout du fil, avec une voix calme et apaisante, sans doute pour tenter de la calmer et de la résonner.
_ Qu’il y a des immortelles dans le lycée ou je suis, ou devrais-je dire même dans la ville où j’habite avec ma famille ! Et je crois que… je crois que l’une d’entre elle à fais, sans le vouloir, connaissance avec les yeux de la Bête ; déclara simplement Bella à son interlocuteur.
Et c’est à cet instant que la dénommée Bella, ayant presque le même diminutif qu’Annabelle ; se retourna vers lui alors qu’elle n’avait pas un seul instant couper la communication avec ce Chris, et que son regard croisa le sien.
C’est à cet instant qu’Edward crut défaillir parce que si jusqu’à présent il l’avait vu à travers les pensées des autres, la voir par ces propres yeux, sa beauté le frappa de plein fouet.
Tout en elle était le parfait portrait d’Annabelle, mais si cette dernière était souriante et d’une joie de vivre ; sa descendante semblait bien plus mature et bien plus marquer par la vie, qu’il remarqua aussi très bien des cicatrices que son écharpe devait sans nulle doute cacher.
Quand à ces prunelles couleur chocolat au lait, ces derniers semblaient être le reflet même de ces pensées qu’il ne pouvait pas lire et que pour une raison qu’il ignorait, il ne pouvait pas y accéder, comme si son esprit était totalement fermer aux autres.
Et dans ces yeux, il pouvait nettement lire de l’inquiétude, de l’embarrât mais aussi de l’énervement et de la peur.
_ Et je suis vraiment dans la merde mais dans les emmerde pas possible ! Avoua Bella à l’intention de son interlocuteur dans son téléphone, alors qu’elle n’avait pas un instant quitté Edward du regard.
L’instant suivant, ces yeux couleurs chocolat au lait avaient disparus pour laisser place à deux prunelles rouge sang, les mêmes que celle qu’Alice avait aussi vus dans sa vision et le regard que la nouvelle avait eu à son encontre juste avant. Et là, le même regard qu’elle avait lancé à Alice, elle le lui lança et cela dura à peine quelques secondes, avant que ces prunelles chocolat ne reviennent et qu’elle ne soit obligée de détourner le regard la seconde suivante.
_ Ils sont gros comment ces emmerdes ? Demanda Chris à son interlocutrice.
_ Il y en a déjà deux sur sa liste, tu veux que celle-ci s’alourdisse ? Parce que ce sont des dorés, si tu vois ce que je veux dire ? Demanda Bella en tournant complètement le dos à Edward, se doutant parfaitement que cette dernière savait qu’il les écoutait.
Et Edward comprit que le mot de code « doré » devait signifier qu’ils savaient sans nul doute qu’ils étaient végétariens. Déjà un bon point mais il se demandait comment une humaine telle qu’elle en connaissant autant, en sachant que le reste de sa famille, hormis sa grand-mère n’était au courant de rien.
_ Ah, oui ! Il faudrait mieux éviter dans ce cas, mais tu dois retourner en cours aussi ! Remarqua son interlocuteur.
_ Non mais tu es cinglé ma parole, tu veux vraiment qu’il y est d’autres immortelles sur sa liste ou quoi ? Demanda Bella en colère contre ce dénommé Chris, n’aimant pas vraiment cette idée.
_ Ne crois pas cela Bella, mais tu sais exactement ce qui se passerait si l’un d’eux venait à dérayer et à s’en prendre à ta famille ! Ce sont peut être des dorés mais ils ne restent pas moins qu’ils peuvent perdre le contrôle à tout moment avec des Swan dans les parages, alors vaut mieux que tu les mettes en gardes tout en évitant de donner la vraie raison ! Mieux vaut prendre des précautions dans cette situation, tu n’es pas de mon avis ? Lui demanda Chris alors qu’Edward se posait beaucoup de question sur le sens cacher de ces paroles, alors qu’il voyait que cela avait nettement convaincus cette dernière de rester dans les parages.
_ Oui mais je vais sans doute croiser les autres et ca va être l’enfer ce soir, est ce que vous …
_ Ne t’en fais donc pas pour ça Bella, nous serons là avant même qu’il ne montre le bout de son nez ! Lui promit Chris d’une voix rassurante alors que cela sembla la rassurer, car elle se mit à lâcher une bouffée d’air qu’elle avait coincé ayant peur de sa réponse.
_ J’essayerai de ne pas faire trop de vague en attendant votre arrivée ! Comment va-t-il ? Lui demanda Bella en ayant reprit une douce voix en posant sa question à son « ami ».
_ Il va bien ! Tu lui manques beaucoup et il ne cesse de te réclamer mais…
_ Je sais ! C’est moi qui voulais qu’on soit éloigné mais je crois que moi aussi je ne peux pas rester loin de lui, et je crois que…
_ Ne t’en fais donc pas pour ça ma chérie ! Nous le ramènerons avec nous et je crois que sa présence t’aidera à aller beaucoup mieux, et lui aussi par la même occasion ! Avoua Chris à cette dernière.
_ Vous serez là vers quelle heure ? Demanda Bella voulant connaitre le moment ou ces derniers arriveraient à Forks.
_ Nous devrons arriver avant la tombée de la nuit si tout se passe bien, mais ne t’en fais donc pas pour ça Bella ! Nous serons là à temps et toi, retournes en classe avant d’être en retard et si tu veux un conseil, penses à Josh ! Cela te permettra de rester calme et de ne pas perdre les pédales ! Proposa Chris pour quelle reste calme et qu’elle, comme il le disait, « ne perde pas les pédales ! ».
_ Très bien ! Embrasse le pour moi et à tout à l’heure, et encore merci pour tout Chris ; remercia Bella à son encontre.
Et à cet instant pour une raison qu'il ne comprenait pas, une bouffée de colère monta en Edward comme la lave en fusion d'un volcan près à exploser en entendant Bella parler de ce "Josh" d'une façon si... tendre et douce à la fois qu'il n'aimait pas.
C'est en ayant cette pensée qu'il se rendit compte qu'il était jaloux! Mais jaloux de quoi au juste?
_ Je t’en pris ma puce et tiens le coup, nous serons bientôt là ! Promit Chris avant que Bella ne raccroche à ce dernier alors qu’elle le rangea dans la poche de sa veste, tout en soufflant un bon coup.
Avant de se retourner très lentement, pour très vite constater qu’Edward n’avait toujours pas bougé de sa place ; et qu’il remarqua très vite qu’elle faisait tout pour ne pas croiser son regard. Alors qu’elle s’avançait de nouveau vers la porte d’entrée du lycée, pour pouvoir retourner en cours avant que la sonnerie ne sonne et qu’elle soit obliger par la même occasion de passer devant lui, pour aller en cours.
Et si Edward n’était pas si intrigué par le personnage qu'il avait devant lui, il serait sans nul doute retourner en classe sans vouloir demander plus d'explication. Mais il ne se doutait pas un seul instant qu’il allait connaitre son « pire cauchemar » avec cette fille.


a la prochaine avec le prochain chap 4 Wink

bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Jeu 5 Jan - 10:59

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Jeu 5 Jan - 14:11

merci Bella bizz

j'essayerais de l'écrire au plus vite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Lun 9 Jan - 9:56

voici sa page fanfic Wink

http://www.fanfiction.net/s/7723085/1/Les_Ombres_de_la_Malediction

en tout cas je me concentre sur le chap 4 ou les premiers ennuis vont arriver Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Ven 13 Jan - 14:08

voici la suite avec le chap 4 Wink

bonne lecture study

Chapitre 4 : La Belle et la Bête

Pdv Bella


Elle était bien arrangée !
Même si sa discussion avec son mentor lui avait valu de se calmer et de se changer les idées sur ce qu’ « il » avait en tête, cela n’avait duré qu’une fraction de seconde. Parce qu’elle pouvait sentir les choses revenir à la charge en elle et c’était mauvais signe pour son entourage !
Mais elle connaissait une seule chose capable de calmer son mauvais côté et c’était Josh ! La seule personne au monde capable de « le » rendre aussi inoffensif qu’un petit chaton, et cela lui permettait ainsi de reprendre ces esprits et de recontrôler son propre corps.
Sauf qu’il fallait croire que même la seule pensée de Josh n’allait pas pouvoir le calmer longtemps, aux vus de la situation actuel.
Alors qu’elle rentrait de nouveau dans le lycée, en repassant par l’une des portes d’entrée du bâtiment par ou elle était sortis, et ou le Cullen l’attendait toujours ; elle put très nettement voir le changement chez ce dernier à l’instant même ou elle reposa le pied dans l’entrée.
Car au moment même ou elle ouvrit la porte, Bella sentit nettement le vent s’engouffrer dans son dos dans le couloir, droit vers le Cullen qui se mit à inspirer à fond les odeurs qui lui arrivaient droit dessus. Et c’est là qu’elle vit qu’elle allait vraiment avoir des ennuis !
Parce que les prunelles dorées de l’immortel virèrent directement aux noirs d’encre en une seule seconde. Et son regard qui s’était fait curieux juste avant, devint très vite assoiffé et dangereux. Un regard qu’elle connaissait très bien pour l’avoir vus plusieurs fois auparavant, et c’était souvent ce regard là qu’elle voyait avant de perdre le contrôle de son corps.
Et tout aurait pus partir en vrille, si un surveillant n’était pas passé à l’instant même dans le couloir adjacent et les remarque tous les deux.
Et ne laissant pas à ce dernier de leur faire la remarque d’être en retard, et avant même que le Cullen n’est pus réagir aussi ; Bella passa sous son nez de son pas boitillant avec sa béquille, et se dirigea droit vers le surveillant avant de contourner ce dernier, et de se diriger vers sa salle de classe pour son cours de mathématique.
Elle pouvait encore sentir le regard de l’immortel dans son dos jusqu’à ce qu’il disparaisse dans le couloir, allant sans nul doute à son autre cours ; lui permettant ainsi de pouvoir mieux respirer sans l’avoir sur le dos. Même si elle savait pertinemment que cette histoire ne se finirait pas sur cette fin !
En classe de mathématique, elle vit son cousin Sam avec sa copine Geneviève, installer tous les deux à une table ; et qui ne l’avaient pas quitté d’un seul regard quand elle était entré en salle, et donner sa fiche à faire signer à son prof avant d’aller prendre une place à côté d’une fille, qui se présentait sous le nom d’Angela Weber.
Reconnaissant sans peine la fille avec qui elle était auparavant, sa meilleure amie si elle s’en souvenait et se reconcentrant sur l’amitié qu’elle avait développé avec elle ; et décida de recommencer cette amitié alors qu’Angela lui souria gentiment, sans lui poser aucune question sur ces deux dernières années. Lui permettant ainsi de pouvoir penser à autre chose qu’à Cullen et aux regards de son cousin et de sa copine sur son dos.
Ne voyant pas l’heure passer qu’au moment ou la sonnerie sonna la fin du cours de math, Bella avait ensuite deux heures de sport avec l’heure du déjeuner et Angela lui proposa de l’emmener au gymnase, puisqu’elle avait elle aussi cours de sport.
Bien évidemment, à cause de son mollet, Bella ne pouvait pas y participer et elle alla s’asseoir sur les gradins, en regardant les autres élèves du cours jouer au volley-ball. Elle passa les deux heures à encourager Angela au volley, tout en évitant de lancer des regards noirs à son cousin et à sa copine qui étaient avec eux dans ce cour, qui ne cessaient de lui jeter des regards depuis leurs partis de volley.
Elle reconnut aussi d’autres des élèves qu’elle avait connue à l’époque, dont les enquiquineuses Mallory et Stanley, ainsi que les pots de colle Newton, Yorkie et Crowley qui faisaient partis du cours de sport.
Et comme l’heure de math, elle ne vit pas ces deux heures s’écouler, bien trop concentrer sur le jeu des autres élèves, et sur ce qu’elle devrait faire quand elle croisera le Cullen ou les autres de sa famille. Mais aussi sur le fait qu’elle allait aussi devoir éviter les siens et veiller à leur sécurité, car il ne fallait en aucun cas qu’il soit mêlé à toute cette histoire, qui était bien trop sombre et dangereuse pour eux.
Quand la sonnerie retentit enfin pour annoncer le déjeuner, Bella se leva de sa place et attendit sagement qu’Angela ait finie de se changer dans les vestiaires des filles, avant de la suivre pour aller manger à la cafétéria avec elle.
Bien sur en arrivant à la cafet, Bella alla directement s'asseoir à une table vide avec le repas que sa mère lui avait "confectionner" le matin même, avant qu'Angela ne vienne la rejoindre avec son plateau, suivis par un garçon qui lui souriait amicalement.
_ Bella, voici Ben Cheney, tu te souviens de lui? Lui présenta Angela alors que ce dernier lui tendit la main pour la saluer.
Ce que Bella répondit amicalement en la lui serrant avant de détailler ce dernier, pour tenter de raviver ces souvenirs de collège quand un passage lui revint.
_ Ah oui, Ben! Le garçon sur qui tu avais des vus au collège si je me souviens bien? Demanda Bella en se rappelant du béguin de cette dernière envers le garçon.
_ Oui, c'est bien lui! Mais nous sommes ensemble maintenant, depuis deux ans déjà ; souria Angela tout en tenant la main de son copain devant elle.
_ Contente pour vous deux dans ce cas; félicita Bella en leur souriant même si le cœur n'y était pas et cela, les deux autres le remarquèrent très rapidement.
_ Dis moi Bella, je dis ça comme ça, mais est ce que tu évites les tiens ou ce sont eux qui t'évite? Demanda Ben en lançant des regards aux tables que les autres Swan prenaient toujours pour déjeuner le midi.
Alors que toute la fratrie ne les avaient pas un seul instant lâché des yeux, pendant qu'ils semblaient tous écouter ce que leur rapportait Sam et sa copine.
_ On peut dire qu'on s'évite mutuellement et ce n'est pas plus mal, sinon il y aurait mort d'homme je crois ; souffla Bella qui détestait par dessus tout les racontars de sa famille.
_ Qui va mourir? Demanda une voix niaise derrière elle avant qu'elle ne sente le siège à sa gauche être tirer, la faisant souffler encore plus d'énervement quand Jessica Stanley s'asseyait à côté d'elle.
Et leur table fut très vite remplis avec l'arriver en plus de Lauren Mallory, de Mike Newtown, de Eric Yorkie et de Tyler Crowley; les cinq personnes qui se trouvaient être sur sa liste des personnes les plus détester au monde. Se trouvant bien évidemment en dernière position, bien que pour cette journée, ils allaient très vite monter en première position dans les personnes à "abattre". Parce que ces nerfs allaient être mise à rude épreuves avec ces commères ambulants.
_ Je crois que la personne qui va mourir c'est toi si tu ne te tiens pas à une distance raisonnable de moi; Prévena Bella d'une voix lugubre en enfournant une bonne partie de son sandwich maison dans sa bouche, faisant écarquiller les yeux de tous ceux de sa table qui la fixèrent surpris.
_ Tu sais très bien qu'elle blague Jess, tout en sachant que tu savait que Bella n'avait jamais supporter tes commérages à toi et à Lauren; répliqua Angela à ce propos en leur rappelant le fait qu'elles se détestaient aux collège.
_ Les gens changent en deux ans; souria Jess avant de se tourner vers Bella, tout en commençant à déjeuner ce qu'il y avait sur son plateau. Alors dis-nous, qu'est ce qui t'es arriver pendant ces deux années ou tu as disparus sans laisser de trace? Lui demanda-t-elle aussi curieuse qu'avant.
_ Si tu veux avoir des réponses va donc demander à ma chère famille, je suis persuader qu'ils seront plus à même de te répondre même s'ils sont au courant de rien; répliqua Bella en désignant la table des membres de sa famille, ne voulant guère s'étendre sur le sujet de ces deux dernières années.
Refusant catégoriquement que "commère n°1" et "commère n°2" racontent des tonnes de bobards et de rumeurs sur elle, ne voulant pas être au centre de l'attention comme elle l'avait été ces deux dernières années.
Elle voulait tout simplement qu'on l'oubli et qu'on la laisse tranquille dans son coin, ce n’était pas dure à demander?
_ Regarde Jess! Les Swan ont déjà mis le grappin sur les nouveaux! Fit remarquer Lauren à sa voisine, alors que Bella sauta sur son siège en apprenant ce détail.
_ Ils vont surement essayer de caser les filles avec les garçons; ajouta Mike à ce propos.
_ Tu dis ça Mike parce que les jumelles n'ont jamais voulus sortir avec toi ou aucun autre garçon du lycée; répliqua Angela à ce propos.
_ Et ce n’est pas faute d'avoir essayé; remarquèrent en chœur Eric et Tyler qui avaient tous les deux tenter leur chance sur Caroline et Elena.
Mais Bella ne faisait plus attention au commérage et aux discussions à sa table, elle avait porter son regard sur la table ou les siens déjeunaient et les regardait médusés, de les voir faire des places à leurs tables, pour que les nouveaux arrivants en ville puissent s'installer avec eux.
Les regardant tous, Bella reconnut sans difficulté la" fille" qu'elle avait faillis attaquer en cours de littérature, Alice, si elle se souvenait bien. Et l'autre garçon qu'elle avait croisée dans le couloir, celui aux cheveux couleur bronze n'avait pas cessé de la fixer depuis sa place, nouvellement acquise aux côtés d'Elena.
Alors que trois autres "immortels" se trouvaient avec eux: un grand brun muscler qui ressemblaient à un grizzli avec ces airs de nounours sur le visage. Une belle blonde aux allures de mannequin, qui ne le lâchait pas d'une semelle en lui tenant la main. Et un autre blond aux allures aristocratique qui ne lâchait pas d'un millimètre celle aux allures de lutin, Alice, et qui lui jetait des regards noirs de colère à son encontre.
Ce qui ne lui faisait ni chaud ni froid, habituer à ce genre de regard et en le lui rendant bien, quand le "Bête" en elle, apparut pendant une bref seconde. Bien trop rapide aux yeux des humains qui ne virent rien, mais les cinq Cullen virent sans grande difficulté ces yeux chocolat au lait disparaitre pour laisser place à des rubis rouge sangs, pleine de rage et de colère, avant de reprendre un aspect tout ce qu'il y avait de plus humain aux yeux des autres.
_ Ils sont complètement malade, siffonés, idiots! Ils n'ont aucun instinct de survies ces bandes de crétin; grogna Bella dans sa "barbe", étant difficile de se faire entendre des humains autour d'elle mais pas de sa famille et des Cullen qui l'avait pleinement entendus.
_ Qu'est ce que tu as dis Bella? Demanda Angela qui l'avait entendus marmonner sans pour autant avoir compris un traitre mot de ce qu'elle avait dis.
_ Rien! Il y a seulement des suicidaires dans ma famille c'est tout; répliqua simplement Bella surprenant quelque peux les personnes à sa table, mais elle ne s'en préoccupa guère et reprit son déjeuner comme si de rien n'était, ne s'occupant plus des regards de sa famille et des Cullen sur son dos.
Enerver et les laissant se débrouiller tous seuls, ne voulant guère s'emmêler de leur relation qu'ils développeraient avec les Cullen, si ces derniers n'avaient aucuns instinct de survie et ne sentaient pas la menace émaner de ces êtres, c'était leur problème pas le siens. Et s'était dans cet état d'esprit qu'elle suivit Mike et Eric pour leur cour de Biologie ensemble, quand elle se rendit vite compte que son cousin et sa copine, ainsi que le cuivré des Cullen les suivaient aussi.
Finissant par même sentir la présence de son cousin derrière elle, quand elle arriva devant l'entrée de son cour de biologie et son côté "protectrice" reprit un instant le dessus, sur son énervement.
La faisant attraper le bras de son cousin et l'éloignant des oreilles des autres, elle l'emmena dans un coin pour parler avec lui en toute tranquillité, même si elle se doutait parfaitement que le Cullen cuivré, entendrait parfaitement tout ce qu'ils allaient se dire.
_ Mais qu'est ce qui te prends Isabella? Tu peux me dire pourquoi tu nous as traités de tous les noms tout à l'heure? Demanda Sam, toujours énerver qu'elle les ait traités ainsi sans en connaître la véritable raison.
_ Je te préviens Sam, si tu tiens à tant soit peu à la survie de ta copine et de ta famille, reste loin de ces Cullen, toi et tous les autres; Prévena Bella d'une voix dangereuse.
_ Est ce que c'est une menace? Demanda Sam en grognant alors que son instinct de loup reprenait un peu le dessus et que Bella le sentit sans grande difficulté.
_ Si tu crois que c'est de moi que vient la menace, tu te fourres les doigts dans l'œil! Parce que je peux te jurer que les Cullen ne sont pas humains et qu'ils sont bien pire que moi, alors restez loin d'eux si vous voulez restés en vie! Continua Bella dans sa mise en garde.
_ Mais qu'est ce que tu racontes? Demanda Sam en se calmant et en ne comprenant plus rien de tout ce qu'elle disait.
_ Si toi et les autres n'avaient aucun instinct de survie pour sentir leurs différences, je peux t'assurer que la meilleur des choses à faire en ce qui vous concerne c'est de rester le plus loin possible d'eux! Et crois-moi c'est pas des blagues ce que je racontes, si tu veux mourir continus donc de fraterniser avec eux mais saches ceci, toi et les autres vous y laisserez la vie! Mit en garde Bella avant de laisser son cousin surpris et quelque peu sur les nerfs, passant devant Gen, la copine de ce dernier sans lui adresser un seul regard.
Mais elle ne lâcha pas un seul instant le regard du Cullen qui n'avait pas bouger de sa place, devant la porte de la classe de biologie, le regard noir dans ces prunelles chocolat; alors qu'elle le mettait en garde de son regard de ne rien faire d'idiot ou sa allait barder pour son matricule.
Et pensant que les choses ne seraient pas aussi compliquer, leur professeur de biologie, Mr Banner, installa les deux nouveaux à la même table, l'obligeant à être partenaire avec Edward, c'était son nom; jusqu'à la fin de l'année.
Bella crut bien qu'elle allait commettre un meurtre surtout avec les coups d'œil incessant du Cullen, qui semblait être mis à rude épreuve de garder le contrôle de ces "nerfs" alors qu'elle voyait parfaitement très bien, qu'il n'avait pas un seul instant pris une bouffé d'air.
Se coupant littéralement la respiration pour ne pas sentir l'odeur qu'elle dégageait, alors qu'elle ne pouvait s'empêcher de se demander si dans son effluve, il parvenait à sentir ce qui la rendait différente des siens?
Mais avant de se poser tout ce genre de question, elle devait mettre les choses au clair avec lui et elle ferait de lui son messager, pour être bien sur qu'il allait ensuite donner le message aux autres membres de sa "famille".
_ Je te mets en garde Cullen! Si toi et les tiens touchez à un seul cheveu ou poil de ma famille, je peux te jurer qu'il n'y aura aucun endroit sur cette planète ou vous serez à l'abri de moi! Vous n'êtes pas les premiers "immortels" que je tues et sans doute pas les derniers, alors ne me poussez pas à de telles extrémités ou je vous promets que je serais la dernière chose que vous verrez avant de rejoindre le néant! Menaça Bella dans un murmure si bas que seul Edward pouvait l'entendre, alors que Sam a plusieurs tables de la leur, n'avait pus entendre un traitre mot de ce qu'elle venait de lui dire.
A sa menace, elle put sans aucune difficulté le voir se crisper et se redresser sur son siège en alerte, et il cessa pendant un temps à la regarder. Mais il recommença cinq minutes après en reportant son regard d’onyx sur elle de nouveau, faisant souffler Bella de fatigue et elle tenta de se reconcentrer sur les paroles du professeur pour le cours de biologie.
Sauf qu’elle perdit très vite la concentration sur son cours à l’instant même ou elle les sentit venir !
Tout son corps était en alerte et les médicaments qu’elle avait repris au petit déjeuner, ces calmants ne firent pas longtemps long feu devant ces instincts qui remontèrent à la surface, quand elle sentit le danger non loin d’elle. Et qui mettait en alerte la « Bête » en elle !
Tournant sa tête vers la forêt qu’on apercevait derrière les baies vitrer de la salle, qui délimitait le terrain du lycée ; elle put nettement apercevoir sans aucune difficulté les yeux rouge sang qui la fixait derrière les arbres et les buissons de la lisière de la forêt. Et ces prunelles de sang qui se trouvait à plusieurs mètres du sol et qu’elle reconnaissait sans peine, pour les avoirs déjà vus par le passer et qu’elle pensait ne jamais plus revoir aussi.
Et continuant de fixer cette « vieille connaissance », elle pouvait nettement sentir les regards du Cullen et de son cousin peser dans son dos mais elle ne s’en préoccupa guère, jusqu’au moment même ou les prunelles de sang disparurent de sa vision.
Et elle n’hésita pas une seule seconde !
L’instant suivant, elle était déjà debout et s’en fichant complètement des regards éberluer des élèves, et les exclamations de surprise de son professeur ; Bella avait déjà quitté la salle de cours sans sa béquille. Et de son pas boitillant, se précipita vers la sortie du lycée et droit vers la forêt alors qu’elle pouvait nettement sentir deux autres personnes la suivrent derrière elle.
Mais elle ne s’en préoccupa guère car à l’instant même ou elle arriva à la lisière de la forêt, là ou il avait disparus, et elle laissait son côté sombre reprendre le dessus à cet instant. Car il n’y avait que cette partie d’elle qui pouvait avoir le dessus sur lui !
Et la dernière chose qu’elle vit avant la transformation et qu’elle perde le contrôle de son corps ; fut que les deux personnes qui la suivaient, n’étaient d’autre qu’Edward et Sam, et qu’ils semblaient tous les deux pas près de la lâcher de si tôt.

Pdv Edward

Il était encore entrain de se demander comment il en était arriver là ?
Il avait fallus tout son contrôle pour ne pas lui sauter dessus, à l’instant même ou elle était passé devant lui, le snobant et faisant comme s’il n’était pas là.
Si sa n’en avait tenu qu’à lui, il aurait tuer le surveillant qui avait débarquer dans le couloir et se serait lancer pour elle, pour gouter à ce sang qui avait transformer sa gorge en volcan alors qu’il s’était nourris à peine deux jours auparavant, et qu’il s’était blindé comme pas possible.
Mais cela n’avait servis à rien car son sang était le plus esquisse de tous ceux qu’il avait sentis, et même comparer à celui de Belle, son sang était bien plus tentant et dévastateur que celui de son arrière grand-mère. Il pouvait pourtant sentir celui de Belle en elle mais son sang semblait s’être enhardis avec le temps et les générations de petit qui étaient venus au monde après elle, si bien qu’il se demandait si les autres petits enfants de Belle avait un sang aussi délicieux que Bella.
Reprenant contenance en se souvenant de la promesse qu’il avait fais à Belle il y a plusieurs décennies, il reprit une grande inspiration avant de se dépêcher d’aller en cours pour ne pas arriver en retard pour son deuxième cours.
Il passa ainsi les trois heures de cours qui suivirent à tenter de reprendre le contrôle de ces nerfs, et aussi de reprendre le contrôle de cette soif qui le démangeait sans cesse à la gorge, le transformant en un geyser de feu.
C’est dans cet état d’esprit qu’il rejoignit les siens, près à aller ensemble « manger » à la cafétéria, pour jouer la comédie de l’être humain.
Et ayant marquer des points, Emmett et Rosalie avaient déjà commencer à faire connaissance avec les plus vieux Swan au lycée: Dean, Caroline et Elena, les trois se trouvant en dernière année et dans les cours des deux Cullen; avec la copine de l'aînée Rachel, la rouquine de ce matin.
_ Salut les gars! Je vous présentes Dean Swan et sa copine Rachel Gatina, et les cousines de Dean, les jumelles Caroline et Elena Swan. Vous tous, je vous présentes mes frangins Edward et Alice, et le jumeau de Rose, Jasper; présenta Emmett en faisant les présentation entre les deux familles.
_ Salut tous! On peut faire connaissance à table avec les autres; proposa Elena à tous avant de les mener vers les deux tables que les Swan avaient gardés pour eux tous.
Edward n'avait pas eu grandement besoin de lire dans leurs esprits pour voir nettement leurs Ombres, comme le reste de sa famille d'ailleurs.
Dean avait comme Ombre un ours brun alors que les jumelles avaient héritées du même Ombre, en la personne d'un Harfang des neiges. Mais contrairement aux autres Swan qu'ils avaient rencontrés auparavant, Edward put nettement voir dans leurs esprits que leurs apparences animales étaient bien plus "grosses" que les tailles qu'avaient les générations précédentes.
Pour une image même de ce qu'il avançait, les apparences d'Harfang des jumelles lui arrivaient au niveau de la poitrine; alors que l'ours de Dean dépassait la taille d'Emmett de deux têtes de plus, ce qui n'était pas peu dire. Mais il pouvait nettement lire que le plus grand de la famille Swan, était l'Oncle John, le père de Dean, qui avait l'apparence d'un lion et qui faisait une tête de plus que son fils.
Quant aux restes de la famille, ils avaient une taille en dessous de la sienne, mais ils dépassaient tous celle d'un grand poney; c'était d'ailleurs la taille du chien de Chef Swan. Alors que la plus jeune Bree, qui était un renard était légèrement plus petite que son père; et Adam, l'épervier d'Europe de la famille se trouvait entre les deux.
Dean se chargea des présentations des Cullen envers son petit frère Adam, qui était déjà installer à sa place et qui les attendait patiemment lui et les autres, avant que n'arrive les derniers arrivants.
Sam, le loup noir solitaire de la famille, arrivait avec sa copine Geneviève Gatina, qui se trouvait être la jumelle de Rachel; saluant de la tête les Cullen avant de leur montrer de la tête et des yeux sa cousine, qui se trouvait assise avec des vieilles connaissances d'elle.
_ Elle se souvient d'eux? Demanda Adam curieux de savoir si elle se souvenait de vieux amis et non pas des membres de sa famille.
_ D'Angela, oui, il semblerait mais...
_ Ils sont complètement malade, siffonés, idiots! Ils n'ont aucun instinct de survies ces bandes de crétin; grogna la voix de Bella qui parvenait facilement à eux, autant pour les Cullen que pour les Swan.
_ Qu'est ce que tu as dis Bella? Demanda Angela qui avait dus entendre ces grognements, sans parvenir à comprendre un quelconque mot.
_ Rien! Il y a seulement des suicidaires dans ma famille c'est tout; répliqua simplement Bella à la surprise de sa table, mais qui faisait sursauter tous les Swan étonnés d'une telle réplique, alors que les Cullen se posait de plus en plus de question sur ce que cette Swan savait à leurs propos.
Surtout depuis qu'Edward leur avait rapporté en à peine quelques secondes, la discussion dont il avait été témoin plus tôt et qu'ils ignoraient encore comment cette Swan connaissait l'existence des "vampires" sans être morte. Mais ils se doutaient tous que cela avait dus se passer pendant ces deux dernières années qu'elle avait passé loin des siens.
Et pendant tout le déjeuner pendant que les Cullen faisaient connaissance avec les Swan et les deux copines de deux d'entre eux, Edward n'avait pas un seul instant quitté Bella des yeux, cette dernière bien trop concentrer sur son repas et les broutille qu'on lui racontait autour d'elle pour faire attention à eux.
Et plus il la regardait, plus il voyait à quel point le monde humain l'indifférenciait et que l'animal en elle, se sentait oppressée par ces "coutumes" humaines et qu'elle ne semblait pas vouloir elle aussi jouer à cette comédie. Raison qui la poussait à se muer dans le silence et à ne se concentrer que sur sa nourriture plutôt qu'autre chose, tout en prenant ces médicaments, qui calmaient et endormaient son côté prédateur au fond d'elle.
Comme il pouvait le lire dans les tête de ces cousins et cousines, qui continuaient de lui jeter des regards en biais, prêt à réagir si elle venait à perdre le contrôle de ces nerfs et la surveillant aussi pour voir si elle prenait belle et bien ces médicaments.
Pour une raison ou une autre, Edward se sentit vraiment mal à l'aise d'entendre ces inquiétudes des Swan envers Bella, qui découlaient plutôt de ce qu'elle pouvait causer que de ce qu'elle était vraiment. Inquiétude tourner vers ces actes que tourner vers la personne en elle -même, qui devait souffrir de se sentir abandonner par les siens et de ne pas être soutenus par eux.
Et l'envie de boire son sang disparus pour laisser place à une autre soif qui surprit grandement Edward, qui avait soif de la connaitre et de tisser des liens avec elle comme il l'avait fais des décennies auparavant avec Annabelle.
Quand la cloche de la fin du déjeuner sonna et que tous les élèves se levèrent pour aller à leurs premiers cours de l'après-midi, Edward dut suivre Sam et Gen qui avaient eux aussi cours de biologie, et il ne put s'empêcher de sourire quand il lut dans la tête de Newtown et de Yorkie, que Bella avait elle aussi ce cours en première heure.
Les suivant, Edward finit par se rendre aussi compte que Bella avait finis par se rendre à l'évidence qu'ils étaient tous les trois, lui, Sam et Gen, entrain de la suivre; et qu'elle comprit vite qu'ils avaient tous cours ensemble en cours de biologie. Raison qui la poussa à attraper son cousin par le bras quand il arriva à son niveau et l'emmena au loin pour lui parler sans être écouter par la copine, même si lui pouvait les entendre discuter sans aucune difficulté.
_ Mais qu'est ce qui te prends Isabella? Tu peux me dire pourquoi tu nous as traités de tous les noms tout à l'heure? Demanda le cousin qui lui en voulait toujours de ces "insultes" tout à l'heure à leur encontre.
_ Je te préviens Sam, si tu tiens à tant soit peu à la survie de ta copine et de ta famille, reste loin de ces Cullen, toi et tous les autres ; le mit en garde Bella d'une voix des plus dangereuse qu'il soit.
_ Est ce que c'est une menace? Lui demanda Sam alors que le loup en lui n'appréciait pas d'être ainsi menacer de la sorte.
_ Si tu crois que c'est de moi que vient la menace, tu te fourres les doigts dans l'œil! Parce que je peux te jurer que les Cullen ne sont pas humains et qu'ils sont bien pire que moi, alors restez loin d'eux si vous voulez restés en vie! Continua Bella dans sa mise en garde envers son cousin.
_ Mais qu'est ce que tu racontes? Demanda en reprenant le contrôle de ces nerfs et en ne comprenant plus un traître mot de tout ce qu'elle était entrain de lui dire.
Mais Edward avait saisis qu'elle venait de mettre en place la mise en garde qu'elle avait reçus plus tôt, au téléphone, de les mettre en garde contre eux sans leur révéler la véritable raison de cette prévention.
_ Si toi et les autres n'avaient aucun instinct de survie pour sentir leurs différences, je peux t'assurer que la meilleur des choses à faire en ce qui vous concerne c'est de rester le plus loin possible d'eux! Et crois-moi c'est pas des blagues ce que je racontes, si tu veux mourir continus donc de fraterniser avec eux mais saches ceci, toi et les autres vous y laisserez la vie! Mit en garde Bella avant de quitter son cousin sans aucune autre explication, passant devant la copine surprise et se dirigeant vers la salle de cours de biologie.
Et passant devant lui, Bella lui lança son regard de mise en garde qu'Edward reçus cinq sur cinq, même si sa douce fragrance vint encore lui titiller les narines et il dut garder tout son self control, pour ne pas commettre un meurtre alors qu'elle passait sagement devant lui pour entrer en classe. Même s'il se doutait qu'elle devait être redoutable au combat, elle ne se laisserait pas avoir aussi facilement par lui.
En cours, il crut bien, à la fois sauter de joie et insulter de tous les noms le professeur, quand ce dernier avait décidé de les mettre tous les deux à la même paillasse, pendant les heures de biologie et qu'ils resteraient partenaire jusqu'à la fin de l'année.
Edward se demandait s'il n'était pas masochiste dans la tête, de se mettre encore plus au défi de tenir face à l'odeur des plus alléchante qu'elle lâchait, tout comme le fait qu'il voulait engager la conversation sans avoir la moindre idée par ou commencer.
Il passa ainsi l'heure à la contempler en cherchant un moyen d'engager la conversation, quand son regard toujours noirs de soif tomba sur un morceau de pos, que son écharpe autour de son cou ne cachait plus. Et qu'il parvenait sans peine à distinguer malgré la faible lumière dans la salle de classe.
Edward tenta belle et bien de ne pas saliver en voyant sa nuque blanche et douce, ainsi que sa jugulaire battre au rythme des battements de son cœur; quand une cicatrice attira son regard comme une lumière clignotante qui le mettait au défis de le regarder.
En ayant passer tout le déjeuner dans la tête de ces cousins et cousines, Edward avait parfaitement vus que Bella était revenus marquer. Tout son corps portait les marques de coup ou de morsure qu'elle avait subis, dont la plus grave se trouvait être sa jambe gauche, le mollet presque arracher en mettant son os à vif.
Mais si, dans les souvenirs des autres Swan, ils n'avaient aperçus que des morsures causer par des animaux, sans nulle doute d'autre être de la famille maudite; mais celle qu'il avait sous les yeux n'avait rien d'une morsure d'animal.
La marque de dentition était bien trop nette pour que cela appartienne à un animal, et il reconnaissait sans peine une dentition humaine mais qui n'avait pas été causé par un humain! Edward pariait tout ce qu'il avait que cette morsure avait été sans nulle doute causer par un vampire, vus la cicatrice blanche que la morsure avait laissée dans sa nuque!
Et là une question vint à l'esprit d'Edward?
Si elle avait été mordus, elle avait été sans nulle doute été en présence de vampire, maintenant il en avait la preuve, puisqu'elle avait une marque à la gorge! Mais la question qui demeurait la plus grande, s'était comment pouvait-elle être encore humaine après une telle morsure?
Jusqu'à présent aucun d'eux ne s'était demander comment un Swan viendrait à réagir si le venin d'un vampire venait à couler dans ces veines? Cette question avait taraudé l'esprit de Carlisle à l'époque, mais Edward avait catégoriquement refuser les tests, surtout quand Belle s'était proposée comme "cobaye".
Il avait littéralement pété une durite ce jour là! Et il avait dus faire promettre à Belle de ne pas tenter une telle chose, puisque cela pouvait aussi bien la tuer que la rendre vampire. Dans les deux cas, sa la tuait et Edward refusait catégoriquement qu'elle devienne comme lui.
Tentant de ne pas penser à ça, le sang de Bella devenait de plus en plus difficile à supporter si bien qu'il coupa sa respiration pour ne plus être tenter par le diable, et alors qu'il avait trouvé un moyen de commencer la conversation avec elle. Se fut elle qui ouvrit la bouche la première et pas pour ouvrir un dialogue.
_ Je te mets en garde Cullen! Si toi et les tiens touchez à un seul cheveu ou poil de ma famille, je peux te jurer qu'il n'y aura aucun endroit sur cette planète ou vous serez à l'abri de moi! Vous n'êtes pas les premiers "immortels" que je tues et sans doute pas les derniers, alors ne me poussez pas à de telles extrémités ou je vous promets que je serais la dernière chose que vous verrez avant de rejoindre le néant! Menaça Bella dans un murmure si bas que seul Edward pouvait l'entendre, sachant que Sam ne parvenait pas à discerner les mots de sa menace.
Quelque peu surpris d'une telle menace, Edward découvrit un autre point sur elle. S'était qu'elle ferait n'importe quoi pour protéger les siens, même à se risquer de se mettre sept vampire sur le dos.
Mais au vus de la vision d'Alice plus tôt, Edward comprenait maintenant que Bella possédait quelque chose qui pouvait vaincre un vampire, sinon Alice ne se serait jamais vus "mourir" et tuer par elle.
Reportant son regard pendant un moment sur le professeur et le cours, Edward réfléchisse à tout ce qu'elle venait de lui dire et ce qu'il avait finis par découvrir, et à comprendre; quand il ne put s'empêcher de la regarder de nouveau.
Figer et droite comme un « i », Bella semblait à la fois terroriser mais furieuse et en colère, braquant son regard sur quelque chose derrière la baie vitrer de la fenêtre, quand il aperçut se qui l’avait mise dans cet état.
Cela n’avait duré qu’une seule seconde et encore sa avait été si rapide qu’il n’avait pus apercevoir que des yeux rouge de sang, qui semblaient fébriles et moqueur, alors qu’il y brillait une lueur de sadisme dans ces prunelles qui vinrent à disparaitre le moment suivant.
Et avant même qu’il n’est pus demander quelque chose à Bella, celle-ci s’était levée de son siège et s’était précipitée vers la porter de la classe, de son pas boitillant sur la surprise de tous et les exclamations de Mr Banner.
Et alors qu’elle avait quittée la salle, Edward ne se posa pas plus de question et s’élança à sa poursuite, sous les cris du professeur pendant qu’il pouvait nettement entendre et voir dans ces pensées, que Sam s’était à son tour lever et qu’il s’était lancé à leur poursuite.
Courant à une allure humaine pour tous ceux qu’il croisait dans le couloir, sur les traces de Bella ; Edward la vit se diriger droit vers la forêt à l’endroit même ou cet « inconnu » se tenait quelques instant plus tôt.
Et à l’instant même ou elle entra dans la limite de la lisière de la forêt, Edward se figea même sur place et Sam le percuta de plein fouet dans le dos, tombant lourdement contre le sol, l’assommant presque à moitié mais Edward ne s’en préoccupait pas pour l’instant.
Parce que Bella venait de se transformer totalement dans un saut mais ce n’était pas une panthère des neiges qui étaient apparus à sa place !
C’était une créature bien plus énorme que son oncle le lion, qui était apparus à la place ; mesurant bien cinq fois sa taille à lui. D’un pelage aussi noir que l’encre et pouvant sans peine se tenir sur ces pattes arrières, alors qu’elle était aussi muscler que svelte. Il ne l’aperçut de dos qu’une fraction de seconde avant qu’elle ne s’élance telle une furie dans la forêt à la poursuite de sa « proie ».
Edward n’hésita pas une seule seconde de plus !
Ne se préoccupant pas de Sam, qui était toujours assis par terre, en se tenant la tête tout en essayant de reprendre ces esprits ; Edward s’élança à la suite de Bella ou de la créature qu’elle était devenue, et d’une façon ou d’une autre, il se trouvait qu’elle était bien plus rapide que lui. Parce qu’il se fit grandement distancer, si bien qu’il dut se fier à son flair pour parvenir à suivre ces traces, car elle ne laissait aucune trace sur son passage, comme si elle effleurait le sol malgré la masse qu’elle était devenue.
La course poursuite dura plusieurs minutes parce qu’il finit par constater qu’elle avait fais plusieurs détours et rond, comme si ce qu’elle poursuivait, tentait de la rendre cingler en la faisant tourner en rond.
Et il n’était pas bien difficile de la suivre maintenant puisque plusieurs arbres s’étaient retrouvés déraciner, et d’autre avait le tronc arracher ou encore briser, comme si un bulldozer les avait chargés de plein fouet.
Mais surtout ce qui faillit bien le rendre dingue, fut les nombreuses traces d’odeur qu’il sentait tout autour, dont celui de Bella à plusieurs endroits alors que des profondes marques de griffures se trouvaient partout. Aussi bien dans les écorces des arbres, que dans la terre et dans les quelques rocher qui se trouvait dans le coin.
Et c’est avec tout ces indices qu’Edward comprit très vite se qui se passait avant qu’il ne se redresse de tout son corps, quand il vint à entendre des hurlements de douleur à plusieurs kilomètres de sa position, en échos au rugissement d’une créature qu’il ne parvint pas à identifier.
Ne se posant pas plus de question contre qui Bella était entrain de se battre, Edward repartit dans sa course, en se dirigeant vers les cris qu’il entendait au loin et il arriva très vite sur le lieu quelques minutes plus tard.
Et il fut des plus choqué quand il découvrit la scène qui se déroulait devant ces yeux !
Des animaux aussi géants que le plus grand de la famille Swan semblait être dans un combat mortel contre un énorme félin noir, qu’Edward n’eut aucune difficulté à reconnaitre comme étant la forme qu’avait prise Bella plusieurs instants plus tôt.
Mais Edward se figea de nouveau quand il sentit l’odeur du sang qui englobait le terrain de l’affrontement, car sous leurs pattes à tous, se trouvait un grande marre de sang qui émergeait des deux corps inertes au sol.
Morts ! Ils étaient tous les deux, un homme et une femme d’une vingtaine d’année, morts, la nuque briser et la gorge ouverte, béante, qui laissaient se vider de leurs sangs.
Tétaniser devant les deux corps sans vie, qui avaient été sans nulle doute tuer parce qu’il se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment, Edward revint vite à lui quand il entendit les pleurs d’une enfant non loin de lui, qu’il parvenait à entendre malgré tout les rugissements et les grognements du combat.
Levant les yeux vers le bruit, Edward sursauta une nouvelle fois de surprise en voyant une petite fille d’à peine deux ans, une petite brune aux yeux sombre, habiller d’une petite robe blanche pleine de sang ; percher en haut d’un arbre, et qui s’accrochait à la branche désespérément.
N’essayant pas de savoir comment la petite avait pus monter à plus d’une vingtaine de mètre dans le pin, Edward se désintéressa du combat pendant un moment, ne voyant que quatre créatures aussi énorme qu’un pick-up, se bagarrer les uns sur les autres ; le Cullen s’envola dans les pins et s’approcha de plus en plus du pin ou se trouvait la petite.
L’attrapant dans ces bras à l’instant même ou elle faillit tomber dans le vide, Edward put voir du mouvement sous la branche, sur laquelle il se tenait ; pour constater que l’une des créatures, un gigantesque lézard, ressemblant à un varan de komodo.
Cette espèce de lézard était le plus gros de sa race, avoisinant les 3 mètres de long et qui pouvait manger des cervidés, tout comme des humains ; qu’on surnommait le dragon de komodo.
Mais il faut croire que lorsqu’un Swan devenait un Varan, ce dernier avoisinait sans difficulté les 10 mètres de long ; si bien qu’Edward se demandait comment il pouvait être aussi gros ? Parce qu’il ne doutait pas une seule seconde que les trois autres bestioles présents dans cette forêt, ne pouvaient être que des êtres maudits appartenant à la famille Swan.
Sans nulle doute des membres des fameux « Bannis » que Bella lui avait parlé il y a plusieurs décennies, les Swan qui avaient abandonnés leurs parties humaines pour leurs côté animales !
Ce varan possédait des écailles sombres sur le dos de son corps alors que tout la partie de son ventre était plus claire, d’un jaune sale ; pendant que ces yeux rouge sang était vrillé sur la petite qu’Edward avait dans ces bras, ouvrant grand sa gueule de crocodile pour sentir sa fragrance.
_ Les autres se sont fais les parents, c’est moi qui aura droit à la petite ! Même cette fichue panthère ne pourra pas m’en empêcher ! Grogna une voix dans sa tête alors qu’Edward sut que celle-ci émergeait du varan, qui continuait de gravir le pin pour tenter de les atteindre lui et la petite.
Mais Edward ne resta pas très longtemps dans ce pin, ne voulant pas laisser à ce varan de l’atteindre, lui et la petite ; et alors que ce dernier fut plus qu’à cinq mètres d’eux, le Cullen sauta dans un autre pin tout en tentant de calmer les pleurs de la petite dans ces bras.
Criant de rage depuis l’autre pin, le varan tenta de sauter à sa suite mais une patte noir sortit de nulle part, lui attrapa la queue et l’entraina dans sa chute, droit vers la terre ferme. Et au moment même où ils touchèrent le sol, la créature noire qui avait saisis le varan, fit en sorte que ce dernier se trouve sous lui et la tête la première.
Si bein qu’Edward ne put s’empêcher de grimacer de dégout à l’instant même ou il entendit les autres craquer dans la tête du varan, alors que la bestiole qui se redressait sur sa tête pleine de sang, leva la tête droit vers le Cullen, et c’est à cet instant précis qu’il comprit.
L’énorme créature noire qui faisait cinq fois sa taille, était Bella !
Vous avez déjà vus les loup-garou de synthèse créer dans ce film Van Helsing ? Eh bien, Edward avait l’impression d’en voir un en face de lui, sauf que ce dernier n’avait pas une apparence de canidé mais de félin. Une panthère pour être plus précis et son corps, certes muscler et imposant, était bien plus féminiser, montrant belle et bien qu’il s’agissait d’une femelle.
Et il reconnut sans peine le regard rouge sang qu’elle lui avait lancé plus tôt dans la journée à lui et à Alice, mais cette fois le regard de colère et de rage avait disparus, pour laisser place à de l’inquiétude et de la peur.
Sentiment qui surprire grandement Edward dans la seconde même ou il croisa son regard, mais il finit par très vite comprendre pour qui ces deux sentiments étaient tournées ? Elles étaient tournées vers la petite !
Bella ou la créature qu’il avait en face de lui, la « Bête » comme il se rappelait que la jeune Swan l’avait appelée pendant sa conversation au téléphone ; s’inquiétait pour la survie de l’enfant qui ne pourrait rien faire contre ces adversaires.
Mais avant même qu’Edward n’est pus dire quoi que se soit, les deux autres bestioles qui étaient encore vivant sautèrent sur le dos de la « Bête », qui dut se reconcentrer sur son combat. Alors que le vampire, toujours percher en haut du pin en gardant bien la petite contre lui ; se mit à concentrer son attention sur les deux autres créatures qui s’étaient attaqués à Bella !
L’un des deux se trouvaient être un énorme taureau noir au corne aussi aiguiser que des lames de rasoir, et qui parvenait sans difficulté à entailler la peau de Bella ; alors que ce dernier devait bien peser plus de cinq tonnes avec ces deux mètres de hauteur.
Alors que le deuxième se trouvait être un gorille, qui semblait aussi imposant que la Bête, bien qu’il était plus petit qu’elle ; mais il paraissait tout aussi dangereux qu’elle, surtout quand ils en vinrent tous les deux aux « mains », en tentant de faire flancher l’autre et de le faire reculer sur ces défenses.
Et comme le varan, ils avaient tous les deux des prunelles rouge sang, qui continuaient de jeter des regards en biais, en haut du pin ; la ou se trouvait Edward et la gamine.
Prenant le fait qu’il avait détourné le regard, lui donnant carrément un coup de tête en pleine pore du gorille, l’assommant presque ; la Bête l’attrapa sous les bras et le balança de toute ces forces droit vers le taureau, qui se le prit en pleine piffe. Surprenant Edward sur la force qu’elle devait avoir alors qu’il rebraqua son regard sur elle quand elle se mit à grogner dangereusement.
Ayant porté son regard sur lui, elle le regardait comme si sa présence l’énervait mais Edward comprit très vite que ce qui l’énervait le plus, c’est qu’il était toujours la avec la petite ; et qu’il aurait dus se mettre à détaler avec elle, surtout avec les coups de tête que Bella lui faisait en lui montrant la forêt.
Elle voulait qu’il parte avec la gamine !
Et il ne se le fit pas dire deux fois !
Au moment même ou Edward s’élançait d’arbre en arbre, pour rester aussi loin de la porter de ces « créatures » ; le combat opposant Bella à ces adversaires reprit de plus belle, quand ces deux derniers parvinrent à se relever de terre et la chargèrent en même temps.
Continuant pourtant de garder un œil sur elle, Edward put la voir mettre son point dans la truffe du taureau alors qu’elle se coucha pour faire passer le gorille par-dessus son dos et le mit à terre, avant de se mettre sur lui en tentant de lui arracher la tête.
Mais avant même qu’Edward n’est pus la voir faire une chose pareille, le taureau lui fonça dessus en la percutant de plein fouet en plein dans le dos. Et Edward crut qu’il allait tomber dans le vide, en se rattrapant de justesse à une branche pour ne pas tomber avec la petite, quand il entendit des os craquer derrière lui et le hurlement de douleur de la Bête résonner.
Ce hurlement lui glaça les entrailles et il faillit bien commettre une énorme bêtise en retournant sur ces pas, pour aller porter secours à Bella, en risquant par la même occasion la vie de la petite dans ces bras. Quand il vit quelque chose auquel il ne s’attendait pas !
Alors que Bella était tombée au sol et que, le taureau et le gorille allaient en finir avec elle ; la Bête leva les pattes avant droit vers eux et ils furent tous les deux propulser en arrière, avec une telle violence, qu’ils retombèrent lourdement sur des épais pins les cassant en deux. Alors que leurs colonnes vertébrales se brisèrent sous le choc de l’impact et de la violence du coup.
Eberluer, Edward se refit le passage dans sa tête pour se rappeler sans aucune difficulté que Bella ou la Bête ne les avait pas une seule dois toucher ! Ils se trouvaient tous les deux à trois bons mètres d’elle quand ils avaient fais cette étrange vol planer dans les airs ?
Revenant à la réalité quand il l’entendit japper de douleur alors qu’elle tentait de se redresser, Edward n’hésita pas une seule seconde et se précipita droit vers elle, avec la petite dans les bras ; qui avaient cessés de pleurer depuis que les bruits s’étaient arrêtés et observait autour d’elle, curieuse.
Et alors qu’il se rapprochait d’elle, Edward put très vite constater que la « Bête » était entrain de réduire plus il avançait vers elle, le surprenant quelque peu ! Jusqu’à ce qu’il finisse par constater qu’elle était entrain de se redresser sur ces quatre pattes, alors que son pelage couleur noir d’encre s’éclaircissait à plusieurs endroits pour un pelage couleur neige, avec ces tâches noires qui s’assombrissaient au contraire.
Etant figer par ce qu’il découvrait, Edward voyait la panthère des neiges apparaitre totalement alors que ces blessures transformèrent très vite plusieurs endroits de sa fourrure, en fourrure rouge avec ces poils qui s’imbibèrent très vite de son sang. Et qu’à présent, elle avoisinait plus la hauteur d’Edward, ayant la taille d’un grand cheval et que sa tête arrivait tout juste à celle de ce dernier.
Quant à ces prunelles rouge sang, ces derniers avaient totalement disparus pour relaisser place à ces prunelles humaines, les chocolat au lait qui se portèrent immédiatement sur la petite dans les bras d’Edward. Avant qu’elle ne se rapproche d’eux d’un pas boitillant de lui, boitant de sa patte arrière gauche, celle ou elle avait perdue la moitié de son mollet.
Mais elle n’eut pas le temps de se rapprocher d’eux à moins de cinq mètres, qu’une silhouette noire déboula dans la « clairière » et heurta de plein fouet la panthère des neiges contre son flanc droit.
Et sous ces yeux éberlués, Edward vit la panthère des neiges faire face à un immense loup noir, qu’il reconnut sans difficulté, grâce aux pensées qui émergeait de l’animal : c’était Sam !
_ C’est toi qui as tuée tout ces innocents ! Les autres ont raison, les Bannis t’ont transformée en un monstre assoiffé de sang ! Grogna Sam à son encontre alors que l’échine du dos de Bella s’hérissa de colère, face au « reproche » qu’il venait de lui faire.
_ Arrêtes tout de suite Sam ! Ce n’est pas Bella qui s’en est pris à ces innocents, se sont ces Bannis ! Elle les a affrontés pour qu’il ne touche pas à la petite, c’est grâce à elle si elle est encore vivante ! S’exclama Edward à l’encontre du loup pour ainsi éviter un massacre entre les deux cousins.
_ Quoi ! Comment peux-tu… attend ! Cria Sam quand il vit sa cousine détaler à l’instant même où il s’était tourné surpris qu’Edward lui adresse la parole, et portant son regard sur la petite dans ces bras, qui avait finis par s’endormir épuiser.
_ Bella ! Cria Edward en voulant à son tour la poursuivre mais cette dernière avait totalement disparut de leurs vues, autant de vue que de leurs odorats, disparaissant entre les fougères et les pins de la forêt.
Edward saurait partis sans grande difficulté à sa poursuite, s’il n’avait toujours pas la petite dans ces bras et se tournant vers Sam, qui regardait toujours l’endroit ou sa cousine s’était tenue quelques secondes auparavant ; il finit par se retourner vers lui quand il sentit le regard du Cullen sur lui.
_ Il va falloir qu’on avance la réunion de famille très rapidement ; lui fit remarquer Edward sur la réunion qu’il aurait eu le soir même avec sa famille et les Swan.
Car ils devaient tous les deux prévenir les leurs de se qui venait de se produire, ainsi que la famille des défunts et de la petite.
Ca allait être une très longue après-midi !



a bientôt avec la suite bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Sam 14 Jan - 14:44

hate de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Dim 15 Jan - 16:30

merci Bella bizz

contente que sa te plaise toujours supercontent mais la suite devra attendre un peu lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Mar 24 Jan - 14:38

voici la suite Wink

bonne lecture study

Chapitre 5 : Une explication pas si explicite que ça

Pdv Edward :

Muse – Undisclosed Desires


Après l’annonce, toute la ville s’était placée en alerte rouge !
Quand Sam avait prévenus ces parents et ces oncles et tantes, toute la ville de Forks avait très vite été au courant de « l’attaque » ; alors que Carlisle s’était occupé d’autopsier les deux décédés après qu’Edward l’avait appelé.
Quant à la petite qui avait survécus à l’attaque, elle avait été confiée à ces grands-parents maternels, qui étaient venus la chercher à l’hopital après qu’on leur avait annoncé le décès de leur fille et de leur gendre dans la forêt.
Causer par une attaque d’animaux d’après les premières expertises !
Et qui était véridique, puisqu’ils avaient été tués par des Bannis mais ce point là n’avait pas besoin d’être annoncer officiellement !
Puisque les trois corps des Bannis que Bella avait été tuée, dont Edward avait été témoin ; avaient disparus de l'endroit ou ils étaient tous tombés, inquiétant le jeune Cullen et les autres Swan ainsi que les Cullen. Qui se demandait bien si c'était la Swan qui les avait déplacés pour les enterrer quelques part, ou se débarrasser de leurs corps d'une autre façon?
Pour ce qui avait été le relèvement des ADN sur le lieux du « crime », le Chef Swan avait dus ruser au possible pour faire en sorte que les ADN animales qui appartenaient à sa fille et aux trois autres Bannis, ne soient jamais réutiliser ou identifier ; les détruisant tout simplement.
Les deux familles s’étaient ensuite rencontrées dans le manoir familial des Swan, et avaient discutés de la situation, après avoir bien entendus fait les présentations. Tout comme le fait que Marie, la matriarche de la famille, avait avoué au siens qu’elle connaissait les Cullen depuis sa tendre enfance.
_ Tu es sérieuse ! Alors ils auraient quoi, une centaine d’année ? Demanda surpris Dean apprenant que les personnes en face de lui pouvaient avoir plus de cent ans.
_ J’ai plus de trois cent ans d’existence et Alice est la plus jeune, elle n’a qu’une cinquantaine d’année tout au plus ; expliqua Carlisle sur son âge et ceux de sa famille.
_ Eh bien, vous ne faites pas votre âge ; ne put s’empêcher de répliquer Adam sur le fait que « vampire », ils restaient vraiment bien conserver à travers le temps.
_ Merci du compliment ; remercia tout de même Esmé alors que les autres rirent quand Elena et Bree frappèrent Adam à l’arrière du crâne en chœur.
Bien évidemment, les Swan avaient été mis au courant des dons que la plupart des Cullen possédait: le don d'empathie de Jasper, le don extralucide d'Alice et le don télépathique d'Edward.
Si bien qu'à ce moment tous les Swan se demandèrent, hormis Marie, si le jeune Cullen était entrain de lire dans leurs esprits; et il dut expliquer pour le faire comprendre, qu'il était incapable d'arrêter son don et que c'était permanent. Il entendait toujours les pensées de toutes les personnes qui se trouvaient autour de lui, dans un bon rayon de plusieurs kilomètres s'il le désirait; mais sa lui donnait des fois, pas mal de douleur à la tête.
_ Qu’est ce qu’on va faire pour Bella maintenant ? Demanda Edward qui en avait plus qu’asser que les présentations s’éternisent autant, et qu’on ne pense pas à elle en ce moment même mais aux dons que possédaient sa famille.
_ Il faut d’abord qu’on la retrouve après ce qui vient de se produire et...
Mais Marie n’eut pas le temps de terminer sa phrase que le téléphone la coupa dans sa phrase, en se mettant à sonner et qui résonnait dans toute la demeure.
Etant le plus proche du téléphone, Jena se leva et alla répondre à l’appel alors que les autres reprenaient la conversation que la matriarche de la famille avait commencée.
_ Maison Swan, que puis-je faire pour vous ? Demanda Jena à l’intention de son interlocuteur.
_ Mettez le haut parleur, je ne voudrais pas répéter deux fois comment va Bella ? Demanda la voix masculine à travers le combiner.
_ Qui êtes vous ? Demanda Jena n’aimant pas qu’on lui parle ainsi et surtout en lui parlant de sa nièce.
_ Faîtes donc ce que je vous dis, si vous voulez confirmation dîtes donc à Marie que c’est le Chasseur au bout de la ligne ? Demanda la voix de l’homme à l’autre bout du téléphone alors que surprise, Jena se tourna vers sa mère et répéta les mots.
_ Met le haut parleur Jena, tout de suite ! Ordonna Marie à sa fille en se redressant dans son grand siège, alors que tous les autres ne comprenaient rien et qu’Edward semblait comprendre ce qui se passait à l’instant même.
_ Bonjour Chris, comment vas-tu ? Demanda Marie d’une voix sure et sérieuse à l’intention de l’homme à l’autre bout du téléphone.
_ Ca peut aller Marie, on fait avec ! Mais je crois que je suis un peu sur les nerfs de comment j’ai trouvé Bella dans la forêt ! Avoua le dénommé Chris de l’autre côté du téléphone alors qu’Edward parvint, enfin, à reconnaitre la voix et le nom avec.
_ Comment va-t’elle ? Est-ce qu’elle va bien ? Est-ce qu’elle était blessée ou avait des problèmes après ? Demanda Edward inquiet de savoir qu’elle s’était blessé après qu’elle les ait quittés. Vous êtes celui qu’elle a appelé ce matin ? Lui demanda-t’il aussi reconnaissant la voix de l’interlocuteur avec qui Bella parlait ce matin.
_ Tu dois être Edward ? C’est toi qui as aidé Bella à sauver la petite ? Est-ce qu’elle va bien ? Demanda Chris en demandant comment aller la petite.
_ Oui, elle va bien ! Elle est chez ces grands parents maternels et elle va très bien… comment va Bella ? Redemanda Edward voulant savoir à quel point elle allait.
_ Elle va bien ! Fatiguer et en colère, mais elle va bien c’est le principal ! Sinon, c’était pour vous dire que je serais là dans quelques minutes pour vous parlez de vive voix pour les prochains mois ; prévena Chris à l’intention de tous.
_ Nous t’attendons Chris ! A tout de suite ! Accepta Marie à l’intention de son interlocuteur.
_ On arrive ! Prévena Chris avant que ce dernier ne raccroche, coupant ainsi la communication alors que tous les autres Swan se mirent à parler en même temps, voulant comprendre la situation.
_ SILENCE ! S’exclama Marie pour se faire entendre de toute sa famille et qu’il se taise tous, pour qu’elle puisse parler sans qu’aucun d’eux ne la coupe une nouvelle fois. Chris est celui qui a sortis Bella de cet enfer dans lequel les Bannis l’avaient plongés, et il est le seul, lui et sa famille, à mieux a comprendre ; alors faites lui bonne accueil quand il arrivera ! Prévena la matriarche Swan à toute sa famille ainsi qu’aux deux copines de ces petits fils, alors que les Cullen n’avaient pas prononcé un mot depuis le début de l’appel, hormis Edward.
_ Maintenant que vous êtes tous calmer, Jena, vas donc préparer les gâteaux et les boissons avec Marie et Renée, pour bien recevoir nos invités ? Demanda la matriarche à sa fille et à ces belles-filles.
Ces dernières ne refusèrent pas l'ordre qu'on venait de leur donner et se dépêchèrent d'aller préparer la collation, quand ils se figèrent tous dans la demeure au moment même ou ils entendirent le bruit d'un moteur approcher.
Des roues crisper et le moteur qui cessa de ronronner avant que des portes se mettent à claquer, puis des pas taper sur le gravier et monter les quelques marches menant à la terrasse de la porte d'entrée, avant que la sonnerie de la cloche ne résonne à travers toute la villa.
Tous les Cullen, surtout ceux qui possédaient des dons, remarquèrent très vite des choses étranges chez ces nouveaux arrivants; notant tous les deux battements de cœur qui se trouvaient derrière la porte, indiquant les deux personnes qui se trouvaient derrière.
Déjà si Alice avait du mal à voir l'avenir de ces deux inconnus dans sa tête, qui lui donnait un sacré mal de tête. Jasper pouvait nettement ressentir la tranquillité et le calme qui émergeaient d'eux, même s'il pouvait sentir toute une floper d'émotion qui se cachait en dessous et qui semblait être retenus par ces deux émotions. Alors qu'Edward, lui pouvait lire des tonnes de choses dans la tête de ces deux personnes mais il était incapable d'en déchiffrer le moindre mot, ou la moindre image.
C'était comme si vous lisiez un énorme grimoire mais que vous étiez incapable de discerner les caractères sur les pages, tellement les lignes étaient minuscules et se chevauchaient presque les unes sur les autres.
Leurs pensées à eux, étaient tellement bien ranger et définis, qu'Edward avait l'impression de se retrouver dans deux énormes bibliothèques, ou chaque livre et rayonnage avait sa propre histoire; et qui lui était impossible d'atteindre.
En claire, ces deux inconnus lui refilaient déjà un mal de crâne pas possible pour tenter de lire en eux!
Et toutes ces constations n'avaient duré qu'une seule seconde pour les Cullen, alors que Bree qui était la plus proche de l'entrée, se leva de son siège et alla ouvrir aux deux arrivants; pendant qu'Edward ne quittait pas son esprit depuis sa place.
Alors que la matriarche avait fusillé les hommes de sa famille, en l'occurrence Charlie, John et Alaric qui voulaient suivre la plus jeune de la famille, pour aller ouvrir la porte; ils restèrent sagement assis dans leurs siège et fauteuils auprès de leurs compagnes respectives, tout en ne pouvant s'empêcher de grogner comme des gamins.
Quand Bree ouvrit enfin la porte aux deux étranger, Edward les vit en même temps qu'elle à travers ces yeux et ne put s'empêcher de sursauter de sa place, comme elle dans le hall devant les deux arrivants.
Le premier que Bree croisa le regard, furent des prunelles d'un bleu azur de l'homme qui se tenait face à elle, devant la porte d'entrée; et ou à ces côtés, juste derrière lui, se tenaissait une jeune femme blonde aux yeux mordorés.
Mais ce qui avait fais sursauter Edward de sa place, s'était que si l'homme devait avoir dans les moins de trente ans, des cheveux brun mi-long qui lui allait jusqu'aux épaules qu'il avait coiffé en une queue de cheval et une peau blanche comme le nacre. Alors qu'il paressait être aussi baraquer comme Emmett, ressemblant à une armoire à glace; portant une chemise bleu assortis à son jean et ces chaussures noires, et que sa veste en cuire reposait sous son bras droit, pendant qu'il tenait de sa main gauche la main de la femme à ces côtés.
C'était plutôt elle qui avait fais réagir Edward, parce que tout dans son physique criait le mot "vampire", mais ce qui cassait cette "expression" était que cette femme aux longs cheveux boucler et à la peau pâle qui devait avoir dans les vingt ans; abordait fièrement un ventre de femme enceinte de six mois au moins, qu'on voyait sous ces vêtements de femme enceinte. La chemise bouffante blanche qu'elle avait sous son gros blouson, et le pantalon en jean cousus pour les jeunes maman, avec des petits souliers sans talons pour lui permettre de mieux marcher sans se faire mal au dos.
_ Bonjour Bree! Pouvons-nous entrer? Demanda l'homme d'une voix douce faisant sursauter la plus jeune Swan qui était resté figer devant la porte d'entrée, à les fixer tous les deux avant de sursauter et de rougir de gêne.
Pour ensuite se déclare et les laisser passer pour qu'ils puissent tous les deux entrer alors que la pluie avait recommencé à tomber, et que leur 4x4 Chevrolet noire était sagement garer devant l'entrée de la terrasse.
Les conduisant dans le grand salon rectangulaire avec la cheminée au fond de la salle, Bree se dépêcha de retourner auprès de ces parents alors que l'homme entrait dans la pièce en souriant, tenant toujours la jeune maman par la main et l'autre main dans sa poche, relax.
Alors que les Cullen se mirent à dévisager la jeune femme enceinte comme s'il n'en croyait pas leurs yeux, parce que s'ils s'entaient le sang de l'homme qui devait être sans nulle doute un Swan, lui aussi maudits et étant un animal. La femme, elle, sentait sans conteste l'odeur sucré qui caractérisait un vampire. Elle était sans conteste un vampire!
_ Bonjour Christopher ! Bonjour Erica ! Comment allez-vous ? Demanda Marie, la grand-mère en se levant de son grand fauteuil et en allant accueillir les deux inconnus, devant le reste de sa famille et des Cullen présent.
_ Nous allons tous très bien et toi, Marie ? Et ta famille ? Demanda Chris en serrant la main de Marie avec affection, avant de se tourner vers le reste de la famille Swan et observa pendant un bref instant les Cullen ; pendant que sa compagne serrait la matriarche dans ces bras.
_ Ou est MA fille ! S’exclama Charlie en sautant de son siège, ne supportant pas ces salutations qui semblaient vouloir durer, et étant retenus de justesse par sa femme et son autre fille, pour lui éviter de se jeter sur le nouvel arrivant ; alors que tous les regards s’étaient tournés vers lui.
_ Votre fille ? C’est marrant, j’ai cru du fait qu’elle était bien plus différente de la petite qu’elle était il y a deux ans, vous lui aviez tous tourner le dos ! Remarqua Chris en ne pouvant s’empêcher d’observer tous les Swan alors qu’il avait bien assister sur le « votre ».
_ Cela suffit Charlie ! Soit respectueux envers Chris, veux-tu ? C’est grâce à lui et à sa famille que nous avons pus retrouver Bella ! Alors cesse donc ces enfantillages ! Ordonna Marie d’une voix sévère à l’attention de son fils qui cessa tout commentaire, et reprenait sa place auprès de sa femme et de sa fille alors que sa mère le gardait à l’œil pendant qu’elle montrait des sièges à ces nouveaux invités.
_ Vous avez retrouvé Bella ? Demanda ensuite Marie, voulant savoir ou se trouvait sa petite fille et si elle était en sécurité.
_ Elle va bien… enfin, elle a besoin de repos parce que son corps a dus mal à se refaire aux transformations humaines, causer par le fait qu’elle a passé plus d’un an sous sa forme animal. C’est devenu très difficile pour elle ! Commença à expliquer Erica, tout en caressant son ventre de presque six mois de sa main et en se plaçant dans les bras de son mari.
_ Comment ça ? Demanda Bree ne comprenant pas le problème de sa grande sœur.
_ Plus tu demeures sous ta forme animal, tes instincts parviennent à dominer ta conscience humaine et tu as du mal à reprendre forme humaine, plus la transformation est longue plus la difficulté est grande ; expliqua John sur ce point que lui, son frère et sa sœur connaissaient parfaitement, comme tous Swan qui se respectent.
Mais c’était un point que les plus jeunes de la famille Swan ne connaissaient pas sur ce propos !
_ Sérieusement ? Demanda Adam qui adorait prendre la forme de son épervier d’Europe, et qui apprenait que plus la durer de la transformation était longue, plus la retransformation en humain était difficile et compliquer à faire.
_ Mieux vaut pas tenter le diable ou vous aurez des problèmes ; remarqua Chris en regardant les plus jeunes des Swan.
_ Qu’elles en sont les conséquences sur Bella ? Demanda Jena voulant savoir à quel point sa nièce était, lors de ses retransformation en tant qu’humaine.
_ La fatigue et l’épuisement ! Son corps à besoin de nutrition et elle est obliger de se goinfrer pendant plusieurs jours pour que son organisme se remettent en marche, et qu’elle n’attrape pas des microbes ou des virus ; continua d’expliquer Chris.
_ Donc elle se goinfre beaucoup lorsqu’elle reprend forme humaine? Demanda Caroline résumant en quelques mots se qui se passait avec sa cousine.
_ Elle ne se goinfre pas ! Elle avale pour qu’elle puisse… vous voulez voir à quoi elle ressemble dans cet état ? Demanda Chris à tous alors que ces derniers ne comprenaient pas ce qu’il venait de leur proposer.
_ Comment ça ? Demanda Marie, la grand-mère qui posa la question que tous se posèrent.
_ Bella est dans la voiture ! Nous voulions venir pour récupérer ces affaires parce qu’il était préférable qu’elle reste avec nous à l’avenir, pour éviter que vous soyez blessés ou d’autre ne le soit ; prévena Erica en désignant la famille des Cullen, leur faisant pleinement comprendre qu’elle savait qui ils étaient au vus de son regard sur eux.
_ Je vais la chercher ! Déclara simplement Chris à tous alors qu’il quitta le salon et ressortit dehors avec sa veste sous la pluie, pendant que tous les autres attendirent sagement son retour avec la Swan.
Tous silencieux, ils se mirent tous à écouter les pas de Chris jusqu’à son véhicule. Le bruit d’une porte qu’on ouvre et des mots prononcer si bas, que même les Cullen ne parvinrent pas à entendre le moindre mot prononcer.
Puis ils entendirent un deuxième battement résonner en chœur avec celui de Chris, mais le deuxième semblait plus rapide. Ce battement de cœur carburait presqu’au deux cent à l’heure alors que la moyenne chez un humain était dans les quatre-vingt voir dans les soixante-dix pour les plus calmes.
Rythme de cœur qu’avaient sans conteste Chris et Erica en cet instant même, mais celui de Bella semblait être sur le point de voler en éclat au vus du nombre de battement qu’elle avait par seconde.
Et entendre ce son si hératique, Edward crut bien défaillir en se demandant ce qui pouvait causer une telle vitesse à son cœur et le mettre dans cet état.
Mais il eut très vite la réponse, quand Chris rentra de nouveau dans la demeure en portant plus qu’il ne la tenait dans ces bras, Bella se laissait sans conteste trainer plus qu’elle ne marchait. Alors qu’elle était chaudement ensevelis sous un gros pull et pantalon, avec une grosse couverture de laine et une écharpe ; et que ces mains gantées étaient refermées sur un énorme gobelet fermé avec une paille.
Et son regard d’un noir de jais semblait plus se concentrer sur le gobelet qu’elle avait dans les mains, que sur autre chose ; et sans s’occuper des autres, Bella continuait de boire son contenu avec sa paille noire.
Mais ce n’était pas plus ce qu’elle portait ou ce qu’elle tenait dans les mains qui les inquiétèrent par-dessus tout !
Mais plutôt la pâleur et l’aspect cadavérique de son visage !
Ces joues étaient creuses dévoilant ainsi les os de ces pommettes, des cernes aussi gros que des valises sous les yeux, et un air fatiguer et épuiser sur le visage. Bella faisait peur à voir pour tout le monde.
L’installant au côté d’Erica dans le fauteuil alors que cette dernière enveloppa son bras droit autour de ces épaules, pendant que Chris s’asseya sur le bras du fauteuil à la droite de la Swan. Et c’est en la regardant tous, qu’ils découvrirent un détail qui leur fit dresser les poils de leurs dos.
Ce que Bella buvait dans son gros gobelet et qui était cacher à leurs vues, mais pas à leurs odorats, était du sang. Mais du sang humain. Elle était entrain de se nourrir de sang humain !
_ C’est du…
_ C’est la seule chose qui peut permettre à Bella de se ressourcer plus vite que si elle se nourrissait d’aliment ; expliqua simplement Erica.
_ Alors le venin d’un vampire la transforme en …
_ Ce n’est pas le venin d’un vampire qui lui a fait cela ! Coupa Chris de ce qu’Edward était entrain d’avancer.
_ Pourtant j’ai vus la morsure dans sa nuque ! Il n’y a que la morsure d’un vampire qui laisse une marque pareille sur une personne ; avoua Edward en se souvenant parfaitement de la marque qu’il avait vus plus tôt en cours de biologie.
_ Ce n’est pas la seule morsure qu’elle possède ! Remarqua Erica à ce propos alors que Chris prit doucement la main droite de Bella, la retirant de son gobelet qu’elle tenait toujours de son autre main gauche.
Laissant son gant et remontant doucement la manche de son gros pull en laine, Chris dévoila ainsi à tous, le bras de Bella qui tout comme son visage avait perdu du poids, ayant presque la peau sur les os.
Alors que malgré cela, ils purent tous très nettement voir d’autre trace de morsure sur son avant-bras. Des morsures qui ne pouvaient être sans nul doute, laissé par des vampires.
_ Alors pourquoi Bella m’a-t’elle mise en garde moi et ma famille, de ne pas toucher à un seul cheveu des siens ? Demanda Edward ne comprenant plus la raison de cette mise en garde si le venin d’un vampire ne lui faisait rien.
_ C’est parce que si Bella à les « anticorps » pour résister au venin, ce n’est pas le cas de sa famille ! Avoua simplement Erica sur ce sujet, en accentuant bien sur le mot « anticorps ».
_ Et qu’elles en sont les conséquences ? Demanda Carlisle qui en tant que médecin voulait savoir ce que le venin « faisait » dans l’organisme d’un Swan.
_ La mort ! Déclara simplement Chris avec fatalité alors que tous le regardait les yeux éberluer et quelques peu paniquer.
_ Vous êtes sérieux là ? Demanda Caroline paniquer de savoir qu’une morsure de ces vampires et elle pouvait en mourir.
_ Même si vous voulez prétendre le contraire, vous êtes bien plus animales qu’humains et dans votre organisme aussi ! Quand vous êtes mordus par un vampire, le venin qui s’infiltre dans vos veines s’attaquent aussi bien à votre partie humaine qu’à votre parti animal. Mais si elle transforme votre partie humaine, elle détruit l’animal en vous et vous vous retrouver détruits à moitié, vous deveniez de véritables coquilles vide et la transformation qui dure trois jours chez un humain normal, vous tues à la fin au lieu de vous transformer en vampire ; expliqua en détail Chris sur ce qui se produisait lorsqu’un être maudits tels que les Swan était mordus par un vampire.
_ Je comprends mieux maintenant ; avoua Edward en saisissant mieux la mise en garde que Bella avait eu à son égard, contre lui et sa famille.
_ Bella met toujours la vie d’autrui avant la sienne, chose qu’elle possédait avant n’est ce pas ? Demanda Erica à l’intention des parents de la petite et à sa famille.
_ Oui ! Elle mettait toujours le bonheur des autres avant le sien et…
_ Dîtes nous la vérité ! Qu’est ce qui c’est véritablement passer ? Et comment se fait-il que Bella soit capable de résister au venin des vampires ? Demanda Charlie coupant la parole à sa femme et posant la question qui lui taraudait l’esprit depuis le début.
_ Malheuresement nous ne pouvons rien vous dire ! S’excusa Erica.
_ Pourquoi ? Demanda John voulant lui aussi comprendre.
_ Parce que si on vous racontait toute l’histoire, vous perdrez bien plus que vous ne le croirez ! Déclara simplement Chris avec une fatalité à faire peur, alors que son visage s’était refermé sur un masque dure et que ces yeux s’étaient fais inquiétants.
_ Que veux-tu dire Chris ? Demanda Marie, la matriarche de la famille, voulant elle aussi saisir le sens de ces paroles.
_ Chacuns des membres de notre famille, y compris Bella, avons perdus quelque chose d’une grande valeur pour nous lorsque nous avons finis par comprendre la véritable histoire du problème ! Il vaut mieux que vous restez en dehors de ça, ou vous risquerez vous aussi de perdre une personne qui vous est chère ! Prévena Erica d’une voix triste alors que son regard se fit mélancolique, comme celui de Chris pendant que Bella semblait s’être arrêter d’avaler sa boisson.
Et son regard vide s’était rallumer pendant un instant, devenant elle aussi mélancolique mais on pouvait aussi y discerner une pointe de colère et d’énervement dans son regard, qui s’éteigna très vite. Alors qu’elle reportait une nouvelle fois son regard sur son gobelet et qu’elle se remettait à boire, comme si de rien n’était.
_ Vous avez … vous avez perdus des êtres chères ? Demanda Esmée qui savait aussi ce que l’on ressentait en perdant un proche de soit.
_ Comment ça Bella a perdue quelqu’un proche d’elle ? Hormis des Bannis, je vois mal qui elle aurait pus perdre qui soit asser proche d’elle ; ne put s’empêcher de remarquer Dean se demandant qu’elle genre de Bannis pouvait être asser proche d’elle, pour être affecter par la mort de cette être.
Et ce dernier n’eut prononcé que les derniers mots de sa phrase que l’atmosphère changea en une seconde, passant de léger à une tension aussi menaçante qu’une épée de Damoclès au dessus de leurs têtes.
_ PAS CA ! Cria Chris qui sentait la menace venir et qui se dépêcha de s’écarter de son chemin, comme Erica par la même occasion.
Alors que les Swan comme les Cullen réagirent une seconde après mais c’était encore une seconde qui leur était salutaire !
Car le fauteuil dans lequel était assise Bella avec Chris et Erica, commença à disparaitre.
Mais pas dans le genre devenir totalement invisible ou se camoufler genre caméléon, mais plutôt dans le genre partis en morceaux. Genre « très » petit morceaux qu’on ne voyait pas à l’œil nus, même pas pour la vision vampirique des Cullen qui les voyait entièrement disparaitre en des mini particules de poussière.
Et cela se propageait depuis Bella puis tout autour d’elle, formant un cercle dont elle était le centre et qui se dirigeait dangereusement droit vers Dean, qui se trouvait en face d’elle, de l’autre côté du carré que formait les fauteuils autour de la table basse de verre.
Table basse qui disparut dans un bruit de verre alors que les Cullen avaient éloignés de force les Swan de son passage, tout comme Chris et Erica qui se dépêchèrent d’éloigner les plus proches d’elle.
Alors que les yeux noirs de soif de Bella avaient virés à un rouge de sang, qui dardait son regard le plus menaçant sur Dean, qui semblait se liquéfier de peur et de terreur devant elle, ne parvenant même plus à faire le moindre geste. Pendant que sa petite amie tentait par tous les moyens de le faire bouger de place, pour l’éloigner de la menace.
Mais cela n’avait duré que cinq secondes à peine parce qu’Edward était parvenus à se faufiler derrière Bella, et parvenant à franchir le périmètre autour d’elle sans que rien ne lui arrive ; il se mit à s’excuser avant de lui donner un « petit » coup sur la tête pour l’assommer.
Et à l’instant même ou elle perdit connaissance, l’étrange phénomène qui se passait autour d’elle et le mobilier qui partait en morceau, cessa la seconde d’après alors que tous s’étaient retournés vers elle ; inconsciente dans les bras d’Edward qui l’avait rattrapé avant qu’elle ne touche le sol, comme son gobelet de sang.
Qui aurait pus faire perdre le contrôle de Jasper dans la salle, comme certains autres membres de sa famille qui était en ce moment même sur les nerfs !
_ C’était quoi ça, bordel ! S’exclama Emmett qui tentait de reprendre contenance, alors qu’il avait été pour la première fois terroriser de voir les choses devant lui, sans être toucher et qu’il avait aussi eu peur pour sa Rosalie.
_ C’est ce qui arrive à ceux qui on la regrettable idée de faire ce genre de commentaire ou de remarque à ce propos, à la sale habitude de se retrouver très vite dans le néant le plus totale ! Alors si vous tenez à tant soit peu à la vie, évité de parler de la personne qu’elle a perdue ou vous aller vraiment le regretter comme la dernière chose que vous ferez au monde ! Prévena Chris d’une voix menaçant, en fusillant Dean du regard de ne plus jamais refaire ce genre de chose à l’avenir ou il allait avoir de grave ennui.
_ Calmes toi Chris ! Tu ne dois surtout pas faire sortir ton Totem maintenant, tu sais à quel point tu peux être dangereux quand c’est pour protéger Bella ! Prévena Erica inquiète que son compagnon ne lâche son animal.
Alors que le « Totem » était souvent le nom que les Swan donnait à leur forme animal pour éviter de les nommer tout le temps leurs Ombres, ou encore leurs partis « maudites ».
_ Je sais ! Mais je déteste par-dessus tout qu’on s’en prenne à Bella sur ce point précisément ! Déclara simplement Chris en soufflant de lassitude, en essayant de calmer ces nerfs pour ne pas laisser son Totem prendre le dessus sur lui.
_ Dans cet état, Bella devient plus susceptible et le moindre commentaire l’affecte beaucoup plus quand elle est en bonne état, et elle perd très vite le contrôle de ces nerfs mais… il va falloir faire quelque chose ! Bonnie va devoir intervenir ! Remarqua Erica à l’intention de ces Swan et des Cullen, avant de s’être tourné vers Chris pour le dernier point.
_ Je sais ! Bonnie va encore mettre ces années d’exercice en pratique sur elle, en espérant que la prochaine fois qu’elle éclatera, personne ne sera autour d’elle pour recevoir ces éclats de rage ! Espéra Chris en espérant que tout se passerait bien la prochaine fois, tout en se souvenant de ce qui s’était passé la dernière fois.
Et même ce point là, Edward ne pouvait le lire dans sa tête car ce dernier, tout comme sa compagne parvenait sans peine à contrôler leurs pensées et il ne parvenait nullement à lire entre les lignes de leurs esprits.
_ De quoi est ce que vous parlez et qu’est ce que tout cela veut dire ? Demanda Sam qui était le seul de la famille, à avoir repris un sommun de lucidité alors que les autres étaient toujours choquer de ce qu’il venait de vivre.
_ N’essayer pas de comprendre, cela ne ferait que vous créer plus de problème que vous en avez déjà ! Erica, va prendre les affaires de Bella en haut, elle rentre avec nous ? Demanda Chris à sa compagne qui hocha de la tête avant de monter à l’étage pour aller chercher ces affaires.
Avant que ce dernier ne se tourne vers Edward qui n’avait toujours pas lâché Bella, inconsciente dans ces bras, et qui ne semblait pas prêtre de le faire.
_ Puisque tu as Bella, tu serais bien gentil de la ramener à mon véhicule, le temps que je finisse les derniers détails avec les Swan et ta famille ? Demanda Chris à l’intention d’Edward qui hocha de la tête, avant de quitter la pièce sans un mot jusqu’au véhicule.
Parvenant sans peine, avec sa vitesse à ouvrir la portière et à mettre Bella à l’abri avant d’être tremper sous la pluie diluvienne qui continuait toujours de tomber sur Forks et ces environs. Avant de refermer la porte derrière lui et de déposer en douceur le jeune Swan à sa place, là ou trônait plusieurs couvertures en laines qui avaient été déposés pour elle.
Alors qu’ils avaient laissé la radio allumer et le CD de Muse tournait en boucle, résonnant à travers l’habitat, pendant qu’Undisclosed Desires se déroulait.

“I know you've suffered but I don't want you to hide
It's cold and loveless, I won't let you be denied
Soothing, I'll make you feel pure
And trust me, you can be sure”

« Je sais que tu as souffert
Mais je ne veux pas que tu te caches
C'est froid et sans amour
Je ne vais pas te laisser être rejetée »
« En t'apaisant
Je te ferais sentir pure
Fais moi confiance
Tu peux être sûre »

L’enveloppant de nouveau dans ces dernières pour la garder au chaud, après avoir déposé le gobelet dans le recoin qui lui était destiner ; Edward resta sagement à côté d’elle à la regarder dormir pendant que les paroles de la musique résonnait dans sa tête et qu’il ne pouvait s’empêcher de sourire.
Les paroles de cette chanson étaient idéales pour ce moment !

“I want to reconcile the violence in your heart
I want to recognize your beauty's not just a mask
I want to exorcise the demons from your past
I want to satisfy the undisclosed desires in your heart”

“Je veux réconcilier la violence dans ton coeur
Je veux reconnaitre que ta beauté n'est pas juste un masque
Je veux exorciser les démons de ton passé
Je veux satisfaire les désirs inavoués de ton cœur »


Alors qu’il pouvait nettement voir les traits de son visage tirer par la fatigue. Mais aussi par la tristesse et la mélancolie, alors que des larmes continuaient de perler sur ces joues malgré son inconscience.
Il se souvenait à quel point cela avait été difficile pour lui de voir Annabelle pleurer par le passer. Il se rappelait sans aucune difficulté de la souffrance qu’il ressentait en la voyant ainsi alors qu’il ne savait pas comment lui redonner le sourire.
Mais là, voir Bella dans un tel état de faiblesse et pleurer pour une personne qu’elle a aimée, et qu’on lui a arrachée ; lui faisait beaucoup mal qu’avec Annabelle. Il avait l’impression que son cœur se fendait en deux devant au tant de détresse qui se dégageait d’elle, que s’en était insoutenable.

“You trick your lovers that you're wicked and divine
You may be a sinner but your innocence is mine
Please me, show me how it's done
Tease me you are the one”

“Tu prétends à tes amants
Ce que tu es mauvaise et divine
Tu es peut-être une pècheresse
Mais ton innocence est mienne »

« S'il te plaît
Montre moi comment ça s'est fait
Dis moi
Tu es l’élue »


Ne pouvant pas supporter une seconde de plus de la voir dans cet état, même s’il ignorait comment s’y prendre ; Edward n’hésita pas à prendre son visage en coupe dans ces mains et a caresser ces joues, tout en séchant ces larmes de ces pouces pour effacer les traces qu’il lui laissait.
Et plus il lui caressait le visage, et plus Edward finissait par se rendre compte que ces larmes, tout comme les traits dure de son visage, finissait par s’arrêter et se décrisper. Son visage redevenait calme et paisible, alors qu’elle s’enfonçait un petit peu plus dans le sommeil.

“I want to reconcile the violence in your heart
I want to recognize your beauty's not just a mask
I want to exorcise the demons from your past
I want to satisfy the undisclosed desires in your heart”

“Je veux réconcilier la violence dans ton coeur
Je veux reconnaitre que ta beauté n'est pas juste un masque
Je veux exorciser les démons de ton passé
Je veux satisfaire les désirs inavoués de ton cœur »


Alors qu’il ignorait ce qu’il allait faire à présent, il eut très vite la réponse quand le coffre à l’arrière fut ouvert et qu’Erica déposa sans peine les affaires de Bella, malgré son ventre enceinte de six mois, qui ne semblait guère la gêner dans sa charge. Et souriant à Edward, elle se dépêcha de monter côté passager à l’avant, alors qu’elle vint à attacher sa ceinture comme si de rien n’était.
Pendant que Chris était sur le perron de la porte d’entrée avec Marie, la matriarche, discutant des prochaines semaines qui allèrent se passer ; avant de la saluer, tout en lui faisant la bise avant de se diriger vers son véhicule sous la pluie, alors qu’Edward s’empressa de sortir du véhicule.
_ A la prochaine Edward ! Salua Chris en lui faisant un signe de tête.
_ Quand est ce que Bella reviendra ? Lui demanda-t’il alors qu’il observait cette dernière à travers la vitre teintée.
_ Quand elle le pourra ! Ne t’en fais donc pas Edward, elle reviendra ; promit Chris avant de démarrer son véhicule et de quitter la propriété des Swan, alors que le Cullen resta sous la pluie à observer le 4x4 disparaitre de sa vue.
Alors que les derniers couplets de la chanson de Muse résonnaient encore à ces oreilles, parole qui le décrivait amplement de ce qu’il pensait vraiment de la jeune fille.

“Please me, show me how it's done
Trust me you are the one”

“I want to reconcile the violence in your heart
I want to recognize your beauty's not just a mask
I want to exorcise the demons from your past
I want to satisfy the undisclosed desires in your heart”

“S'il te plaît
Montre moi comment ça s'est fait
Fais moi confiance
Tu es l'élue »

« Je veux réconcilier la violence dans ton coeur
Je veux reconnaitre que ta beauté n'est pas juste un masque
Je veux exorciser les démons de ton passé
Je veux satisfaire les désirs inavoués de ton cœur »


Il fallut que Carlisle l’appel pour qu’Edward quitte son moment d’arrêt et reprenne pied avec la réalité, finissant par constater qu’il était totalement trempé de la tête au pied, et se dépêcha de rentrer en vitesse avant qu’Alice ne lui tire les oreilles pour sa tenue.
Et comme l’avait si bien dis Chris, les jours suivant Bella ne réapparut pas au lycée et qu’ils avaient passés son absence prolonger causer par une crise de claustrophobie, celle qu’elle avait « soit disant » faite le jour de la rentrée, quand elle avait quittée le cours de biologie.
Et étant aussi retourné aussi dans l’endroit ou on l’aidait dans son problème de claustrophobie, mais contrairement au clinique ou on pouvait rendre visite au patient, ce n’était pas le cas pour la famille de Bella, qui ne pouvait pas lui rendre visite. Même qu’ils ignoraient tous ou ce Chris et Erica l’avait emmenée ?
La seule chose qu’ils savaient tous, c’est que Bella reviendrait quand elle aurait repris ces forces et qu’elle aura repris le contrôle de ces nerfs !
Et plus les jours passaient, plus Edward espérait par-dessus tout revoir Bella en cours le matin, ou même la voir sur le parking quand il arrivait au lycée. Mais elle n’était jamais là et plus son espoir disparaissait aussi bien qu’il était monté.
Alors que pendant tout ce temps, les Cullen avaient continués de faire connaissance avec les Swan, bien que ces derniers gardent un minimum de distance avec eux, pour ne pas tenter le diable. Les dires de Chris et Erica sur le fait que le venin des vampires était un poison pour eux, ne les avait pas quittés depuis cette « rencontre ».
Même si une autre question persistait dans leurs esprits : Comment Bella pouvait-elle résister au venin ? Car Chris l’avait dis lui-même « Bella a les « anticorps » pour résister au venin » !
Pour voir par lui-même, Carlisle avait demandé au Swan s’il pouvait leur prélever du sang, pour ainsi faire des tests avec le venin ? Et toutes ces expériences s’étaient vouées en des échecs !
Tous les organismes des prélèvements qu’il avait, finissait par se détruire par « l’agression » du venin, qui détruisait purement et simplement les cellules animales ; avant de s’attaquer aux cellules humaines qui « pourrissaient » totalement après la mort des cellules animales.
En claire, il valait mieux ne pas tenter l’expérience en vrai sur les Swan qui risquaient tous d’y perdre la vie, beaucoup plus rapidement qu’on le pensait.
Alors que la fin de septembre était passé comme une trainer de poudre et que le début d’octobre avait pointé son nez plus vite que prévus, Edward perdait espoir de revoir un jour Bella au lycée quand la chance vint lui sourire.
C’était lors du premier lundi d’octobre, Edward avait passé tout le week end seul, préférant laisser les siens continuer de faire connaissance avec les jeunes Swan, et d’écouter en boucle ces CD de musique dans sa chambre.
Et il n’espérait plus revoir Bella revenir quand il entendit la rumeur qui circulait parmis les élèves, qu’ils y avaient de nouveaux arrivants au lycée avec la Swan.
Et la rumeur disait vrai !
Car Edward la vit quelques seconde après… et accompagner !



a la prochaine bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Jeu 26 Jan - 11:35

hate de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sabrinabella
Le retour d'Irina
Le retour d'Irina


Féminin
Nombre de messages : 3843
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Jeu 26 Jan - 14:48

merci Bella bizz

contente que ca te plaise et à la prochaine bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)    Aujourd'hui à 12:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Ombres de la Malédiction (Couple Habituel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Erdrich, Louise] La malédiction des colombes
» La malédiction des Trente Deniers
» La Malédiction de Molly Hartley
» [Livingstone, J.B.] Les dossiers de Scotland Yard - Tome 27: La malédiction du Templier
» La Malédiction du dragon:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: