Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fic' Twilight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 20
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 7 Déc - 18:19

un 4x4 ? lol j'imagine le gros machin en plus venant des cullen sa doit pas etre de la merde !
j'adoooore !
vivement la suite !!
smack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 8 Déc - 3:35

Moi aussi, je serais gêner si l'on m'offrait cela. Je trouve beaucoup plus beau le petit pendantif en bois.Je suis contente qu'elle l'aille mit.Jacob a raison, c'est comme si l'on ammenait Bella de force dans la voix de la richesse.

Citation :
Sentir la chaleur du corps de Jacob me change de mes étreintes avec Edward

Je pense que c'est pas seulement sa temprature qui est hot^^

Au moins jacob va mieux Smile
xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 10 Déc - 0:23

Citation :
Tititof : tu as trouvé ça sur un site ?

C'est un livre que j'ai basé sur de l'astrologie indienne plus connue sous le nom de "la roue de la médecine".

* toi aussi tu vois bien le Charlie qui croit rêver en voyant la voiture LOL

Citation :
Tititof : brrrr tu me donnes froid LOL en plus, je suis gelée là, il neige à mort chez moi et en lisant ce passage, j'avais encore plus froid LOL
Désolé lol bah pense plus à la chaleur de Jacob Very Happy

Citation :
Fande Taylor : c'est quoi le symbole de l'ours et de l'oie des neiges ??
Ce sont des animaux qui sont censés représenter les personnes. Ce sont des animaux totems et c'est lié en fonction des dates de naissances.

Citation :
Fande Taylor : et la grosse voiture !! c'est les Cullens tout cracher sa et je suis sur qu'elle est blinder !!!
LOL pas mal celle-là bravo

Citation :
Florine39 : un 4x4 ? lol j'imagine le gros machin en plus venant des cullen sa doit pas etre de la merde !
ça tu l'as dit Rolling Eyes une grosse belle voiture bien costaude.

Merci de continuer à suivre Renesmée Cullen Black, voilà, la suite arrive ...


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SCENE 8. LE SOLEIL REVIENT

*
[Jacob]


Deux mois se sont écoulés et je suis soulagé que mon père rentre aujourd’hui à la maison. Je contemple les pièces qui me semblent si vides depuis tout ce temps … Je vois que Sue est passée pour vérifier si la maison était en ordre. Avec sa présence quasi quotidienne depuis l’absence de mon père, il faut dire qu’aucun objet ne traîne avec elle. Chaque chose est à sa place, pas de vaisselle sur l‘évier ou ailleurs ; une vraie maison d’expo. Leah m’a souvent dit que j’étais un imbécile d’avoir refuser de venir chez eux. Du coup, Sue s’est sentie obligée de garder un œil sur moi à la maison. J’entends soudain un klaxon de voiture et je souris direct, impatient. Je glisse jusqu’à la porte en manquant de peu de me cogner l’épaule et sors précipitamment jusqu’à la voiture. Ca fait un moment que je n’ai pas eu la sensation de sourire comme ça. A travers la vitre, je vois le visage de mon père et nos regards se croisent. Je n’avais pas envisagé ce moment possible il y a quelques mois. Dans ce genre de situation, j’étais tellement bouleversé que je n’ai pensé qu’au pire. Sue a su positiver même dans les pires moments et je la remercie car sans elle, je ne sais pas comment j’aurais pu vivre ça … Bella est venue me voir de temps en temps et cela m’a fait un bien fou, même si elle ne s’en ait pas rendu compte. Et j’avoue qu’elle m’a manqué ces dernières semaines. Je me dis que le pire est derrière moi maintenant, et c’est ce qui fait de ce moment, un jour exceptionnel. J’aide Charlie à sortir mon père de la voiture pour l’assoir dans son fauteuil roulant. Je le vois me fixer et je m’accroupis près du fauteuil. Il lève son bras et pose sa main sur mon épaule :
- Je suis content de te revoir mon fils !

Ces paroles me réchauffe le cœur et je suis fière de lui. Sa voix est encore enrouée et il a encore une légère paralysie sur le côté de son visage mais il se pourrait que ça revienne avec le temps. Dés que nous entrons au chaud, Harry et Sue arrivent à leur tour. Nous nous asseyons autour d’un café et j’apprécie vraiment ce moment, de me mouler dans cette ambiance positive avec les gens que j’aime. Sue lève sa tasse de café, elle contemple mon père les yeux brillants de joie :
- A Billy !

Nous faisons de même et nous buvons un gorgée en souriant tous. Pendant que Harry discute avec Charlie, mon père me parle :
- Je suis heureux d’être enfin rentré et d’être ici avec toi. Je suis désolé Jacob de t’avoir fait subir tout ça à toi et à tes sœurs.
- Tu n’y es pour rien. Le principal c’est que tu sois là maintenant !



*
[Bella]


J’arrive à la réserve et je toque à la porte. J’attends un peu puis lorsque je m’attends à ce qu’il n’y ait personne, la porte s’ouvre. Jacob est devant moi, je le contemple et je remarque vite que son visage est complètement détendu. Il est tel que le connais.

- Salut !, fis-je en enfouissant mes mains dans les poches.
- Ca fait un bail que je ne t’ai pas vu …
- Je sais … Désolé.

Je suis soudainement prise d’un mal être car comment justifier que je ne suis pas passé ces dernières semaines ? J’avoue avoir été pas mal prise entre les cours, Edward … J’espère qu’il ne m’en veux pas.

- Tu as l’air d’avoir meilleure mine, rajoutais-je en lui souriant.

Je le vois avec un air amusé :
- Bella, tu comptes rester sur le paillasson longtemps comme ça ?
- Euh oui, désolé !

J’entre et je le vois toujours en train de me regarder avec un sourire.

- Tu sais que ça fait 2 fois que tu t’excuses ?

Je passe une main dans mes cheveux et je souris à sa remarque ce qui me laisse sans savoir quoi dire. Il s’avance vers moi :
- Tu ne vas pas encore me dire que tu es désolée j’espère ?

Je le vois rire et je me dis que ça m’avais tant manqué de le voir ainsi. Je ris aussi et je lui réponds :
- Je sais que mon absence est impardonnable mais tu m’as manqué, Jake !
- J’avoue que j’espérais te voir passer ces jours-ci, me dit-il en furetant son regard dans le vague avec une expression moins gaie.
- Mais maintenant je suis là !

Nous buvons quelque chose de chaud et je suis contente de voir Billy auprès de nous. Après avoir pris des nouvelles de tout le monde, Jacob m’invite à faire une balade dehors. Il passe le pas de la porte et il pose une main dans mon dos en m’entraînant à l’ extérieur. Nous marchons en direction des bois et nous parlons du rétablissement de son père. Visiblement, même si Billy a encore quelques séquelles, Jacob semble avoir repris vie depuis son retour. La conversation s’arrête et il me demande :
- Alors, tu as troqué ton bourrier ?, me fait-il avec un sourire en guettant mon visage.
- Ca s’appelle pas comme ça !
- Pour moi, si !
- Et la Chevrolet tu l’appelles comment ?
- La super occas’ !

Je le regarde amusée de le voir si fière de lui en le prononçant.

- Jacob ! Tu es irrécupérable de ce côté-là !
- Tu devrais venir faire un tour un de ces quatre avec mon bolide !
- Il est plus rapide que ma super occas’ ?
- Oui !, fait-il ravi.
- Dommage, avec mon bourrier tu n’as aucune chance.

Je vois son agréable sourire illuminer son teint puis il ajoute :
- Tu cherches à marquer des points, mais je me demande comment tu fais pour te garer en ville avec cet engin ?

Prise au dépourvu par sa remarque je le regarde sans un mot. Il rit en me demandant :
- Tu n’y as pas encore été ?
- Euh non. D’ailleurs, tu viens de me rappeler que moi et les créneaux ça fait deux ; et j’avoue que je serais mal si je devais me garer en ville avec ça.

Il éclate de rire et je rie avec lui. Ca me fait du bien de pouvoir me lâcher un peu et ce Jacob là m‘avait manqué. Je sais que si Edward était là, il prendrait mal ces remarques mais dans le fond, il a raison, cette voiture est vraiment trop imposante pour moi.

- Au fait, depuis le temps j’imagine que tu as trouvé tes bouquins à la librairie ?, me questionne-t-il.
- Oui, j’ai même fini de les lire. Maintenant j’ai plus qu’à repartir à la chasse aux livres.
- A la bibliothèque de mon bahut, y’en a des biens. Ils sont assez prisés car on a une belle collection d’anciens livres quileutes. Si ça te dit ?
- Oui, ça m’intéresse ! Quel ouvrage me proposes-tu ?
- Si tu veux, viens avec moi un jour, tu pourras choisir.
- Mais si je suis pas de ton lycée je ne pourrais pas …
- Si ! Viens avec moi ! On entrera sans problème.
- Tu es sûr ?
- Y’a des heures où il n’y a pas foule. Et je connais une porte de sortie où personne ne passe.
- C’est par là que tu passes pour sécher les cours ?, le taquinais-je.
- Je pourrais ouai !

Il rit et je souris à sa phrase puis un bruit de pétarade nous interrompt. Nous tournons la tête tout deux dans la direction du bruit et Embry arrive vers nous sur sa moto-cross. Je ne l’avais encore jamais vu finie et je suis bluffée de l’allure qu’elle donne. Embry freine sec en dérapant un peu sur la terre et se stoppe tout en laissant son moteur ronronner.

- Salut, Bella !
- Je vois que Jacob a bien travaillé, lui fis-je remarquer en m’approchant de sa moto et en effleurant la coque du devant.
- Ouai, elle est chouette hein ? Jacob est un pro ! D’ailleurs, toi aussi tu t’es mise à la peinture à ce qu’il paraît ?
- Oui, et vous, vous taguez !

Je vois soudain le visage d’Embry surpris et qui se décompose en se tournant vers Jacob :
- Tu lui as dit ?
- Bella n’ira pas moucharder.

Etonnée je leur demande :
- Parce que c’est secret ?
- On ne le crie pas sur les toits, tu sais, taguer c’est mal vu par certaines personnes, me répond Jacob.

Embry rajoute :
- C’est surtout qu’avec ton père qu’est flic, on a vite fait de se faire embarquer !
- Mon père ne ferait pas ça !, lui répondis-je choquée.
- Ah ouai ? Pourtant on en connaît un à qui c’est arrivé !
- Par Charlie ?

Je me tourne vers Jacob encore surprise et je le vois hocher la tête en silence et il me répond :
- C’est un délit, Bella. A certain endroit, si quelqu’un nous vois, on a intérêt à déguerpir vite.
- Charlie a arrêté un ami à vous ?

Un silence gagne et je vois encore Jacob et Embry se lancer un regard et celui-ci répond :
- Un ancien pote en fait.

Je vois le visage de Jacob neutre à sa remarque puis il me répond :
- Tu l’as déjà rencontré à la réserve. C’est Paul.
- Oui, le taré de service, rajoute Embry en ne cachant pas sa rancœur.
- Il est si détestable que ça ?, les questionnais-je.
- Tout ceux du clan à Sam sont tous des abrutis, ça ne changera pas, fait Embry.

Au même moment, des murmures nous parviennent et nous nous retournons. J’observe les promeneurs et aussitôt je guette le visage de Jacob et d’Embry. Ils se figent à leur passage.

- Quand on parle du loup …, dit Jacob tout bas.

Embry fait grogner sa moto et je vois Sam continuer à marcher en évitant de passer près de nous. Je le vois fixer Jacob et Embry avec attention tout en continuant sa route. A côté, les deux autres acolytes Paul et Jared. Eux viennent plus près que Sam et nous fixent sévèrement. Je sens que l’ambiance est tendu entre eux puis soudain, Leah Clearwater passe pour venir au-devant de nous. Elle les toise elle aussi sévèrement. Lorsqu’elle arrive sur nous, elle dit à leur intention :
- Vous voulez ma photo ou quoi ?

Je remarque que cette fille a du pep’s et qu’elle n’a pas peur de la franchise. Je contemple alors Paul qui semble souffler en se moquant d’elle et Jared glousse.

- Quoi ?, leur crie-t-elle cette fois. Qu’est-ce que vous voulez ? Vous en avez pas marre de nous mater comme ça ? Imbéciles !, peste-t-elle.
-Leah, arrête !, lui souffle Jacob discrètement craignant un réaction des autres.

Je remarque soudain qu’un des deux quileute s’est stoppé dans sa marche ce qui me donne l’impression qu’il attend encore un mot de plus pour répondre. Je vois son ami lui tapoter l’épaule pour lui faire signe d’avancer. Leah se me à ricaner en se moquant :
- Regardez-ça ! Des vrais lâches !, fait-elle en crachant sa bile pour les faire réagir.

Je vois alors le regard de Jacob inquiet et Embry éteint son moteur lorsque que les deux gaillards arrivent à nous. Je vois le fameux Paul avancer, remonté. Et Jared semble le retenir. Il arrive sur Leah rapidement et lui lance un regard noir.
- Toi, tu commences sérieusement à me …
- A quoi ?, fait-elle sans se démonter.

Je sens que ça chauffe et Paul et Leah sont près l’un de l’autre. Elle le repousse avec ses mains et Paul se précipite sur elle. J’ai l’impression que tous son corps tremble puis Jacob se met entre eux deux et fait face à Leah à la poussant de l’autre côté.

- Non mais Leah t’es cinglée ou quoi ? Arrêtes ça tout de suite !

Je vois Paul souffler comme pour calmer ces nerfs à la limite de l’explosion d’hystérie. Et mes yeux se reportent sur Leah qui répond :
- Quoi ? Moi arrêter ? Non mais Jacob tu le sais, c’est eux qui nous provoques !

Il lui attrape violemment les avant bras pour ne pas qu’elle lui résiste et lui dit en serrant les dents :
- Laisse-tomber !, lui fait-il en insistant bien en plongeant ces yeux dans les siens pour la faire capituler rapidement. Elle lui fait des yeux rageurs puis semble prendre sur elle.
- C’est bon, lâche-moi ! J’arrête !

Jacob lui desserre les bras. Elle semble énormément se retenir puis elle dévisage Paul et Jared qui lui font face. Sans un mot, elle s’en va rapidement agacée et elle choute même dans le feuillage au sol avec son pied. Je vois Jared taper un coup de main dans le dos à Paul :
- Allez, c’est bon on y va !
- Elle est tarée cette fille !, lâche Paul énervé avant de partir.

Quand ils nous tournent le dos, je vois au loin Sam qui est toujours là à ma grande surprise et qui nous épie. J’interpelle alors Jacob. Il se détourne et vois Sam à son tour. Ce dernier, nous tourne le dos et part.

- Qu’est-ce qui se passe ici ?, demandais-je à Embry et Jacob comprenant qu’il y a vraiment un problème entre eux.

Aucun des deux ne me répond mais ils se lancent un regard qui en dit long puis nous repartons dans la direction opposée.



*
[Edward]


Bella sort de la cafétéria et je la talonne pour lui demander :
- Tu y vas ?
- Oui, c’est l’heure. Jacob va m’attendre !
- Sois prudente en route !

J’attire son petit corps tout fragile contre moi et l’odeur de sa peau, son sang m’enivrent. Son petit visage clair si beau me sourit et je glisse mon visage contre le sien. J’effleure la peau de sa joue, je contemple ces magnifiques yeux et je fond sur sa bouche. La chaleur de sa chair si chaude au contraste de la mienne me procure toujours ce petit frisson que j’ai l’impression d’avoir comme du temps où j’étais encore humain.

- A plus tard … , finit-elle dans un petit souffle.

Je la regarde monter en voiture et ce jusqu’à ce qu’elle disparaisse de la ruelle. Qu’elle franchisse les terres quileutes ne me plaît vraiment pas. Tout ces monstres qui y rôdent ne me plaisent pas, mais je ne peux rien lui dire. Je dois me contenter de la voir partir et de rester là, impuissant. Si quelque chose devait lui arriver, je ne m’en remettrais pas …



*
[Jacob]


Assis dans ma Golf, la musique en sourdine je laisse mon sac de cours sur le siège et je verrouille ma portière. Le bruit que j’entends me fait me retourner et je suis content de l’entendre à nouveau. Bella arrive avec la Chevrolet. Garée, elle arrive à moi. Je lui souris et de voir son beau visage si radieux me donne le palpitant au cœur.

- Pile à l’heure !, lui fis-je remarquer. Prête à prendre la bibliothèque d’assaut ?
- Prête !, me fait-elle ravie.

Nous empruntons l’allée centrale cimentée jusqu’au bâtiment et je lui fais signe de me suivre sur un petit sentier caché sur le côté.

- Tu es sûr que je ne vais pas te causer d’ennuis ?
- Pff ! Toi ? Tu plaisantes ! L’entrée principale est de l’autre côté. Ici on croisera moins de monde.

Arrivés devant la porte fenêtre, nous nous glissons dans l’ouverture et j’attrape la main de Bella pour longer le couloir. Quand mes doigts ont touché sa peau, elle m’a regardé surprise mais n’a rien ajouté. Nous arrivons enfin devant la bonne porte et nous entrons en nous faufilant entre deux rayonnages. Je la vois dévorer des yeux toutes les étagères et elle sort quelques bouquins qu‘elle met de côté. Je l’entraîne dans le rayon des anciens livres quileutes. Elle en feuillète plusieurs :
- Tout ces livres, c’est incroyable ! Tu as de quoi faire ici.
- Je t’ai déjà dit que mon bahut était mieux que le tiens ?

Bella fouine encore quelques ouvrages et je lui montre les plus beaux livres sur la culture indienne de mon peuple. Elle reste fascinée devant plusieurs mandalas indiens et je la contemple silencieux en la détaillant. Elle relève son visage sur moi et mon cœur s’emballe.

- Tu n’en prends pas ?, me fait-elle surprise.
- Non, j’ai toute l’année pour en prendre, lui répondis-je gêné qu’elle m’ait chopé pendant que je la regardais.

Une chose s’imprime vite dans ma mémoire à nouveau : Bella Swan est la fille qui m’est interdite. Elle est avec ce Cullen depuis presque 1 an. Je n’ai aucune chance. Pourtant, elle est la fille qui me plaît depuis toujours. Elle restera la fille qui a un copain. La fille qui me fait rêver mais ça n’ira pas au-delà. Pourtant, par moment quand je suis seul avec elle, j’aimerais lui dire. Lui dire à quel point elle compte pour moi et à quel point elle me met du baume au cœur. Mais j’ai peur de sa réaction … Elle est mon amie et rien que pour ça, je suis bénis. Quil en est jaloux.

Elle quitte la salle pendant que je passe pour l’emprunt des livres. Arrivé dehors, je lui tends ces bouquins :
- Et voilà !

Elle me remercie. Elle me contemple de ces beaux yeux brillant posés sur moi. Faut que j’arrête là ! Je m’emballe pour rien. Pourtant, j’aimerais tellement l’avoir auprès de moi. Pouvoir la sentir dans le creux de mes bras, sentir son odeur ; embrasser sa peau ; enfouir mon visage dans ces cheveux … Et voilà, je suis reparti ! Dés fois, j’aimerais me donner un claque pour me réveiller mais dés que je suis avec Bella, je pars … Revenus dans l’allée devant le bahut, elle me dit qu’elle doit filer car elle reprend les cours bientôt. Elle est déçue que ça passe si vite et moi aussi. Elle me dit au revoir et je la regarde monter en voiture en soupirant avec un pincement au ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 10 Déc - 2:13

Honnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

Bon rétablissement Billy, je suis contente qu'il va mieux.Les choses s'améliorent pour Jacob.
Question:Les soeurs Black sont-elles reparti?

Leah vs. Paul, ca chauffe entre eux deux.Moi si j'étais Leah, j'aurais pas non plus hésié.Elle a le droit, il fait parti de la gang de Sam qui l'a laissé tombé.J'aime leur confrontati0n.

Edward qui l'a prend pour une petite fille:''Fait attantion sur la route''Non, t'sais, elle va aller se jeter en bas d'un pont avec sa voiture XD

Jacob, perd pas espoir, toute facon on supporterez pas de te voir souffrir. Surprised

J'ai hate a ton prochain chapitre.

xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 10 Déc - 8:48

ma petite vanille ton chapitre était trop bien !!!

je suis vraiment heureuse que Billy soit rentré au moins on retrouve notre Jacob et son sourire. Bella vient à la réserve c'est géniale !! et les critique sur "bourrier" c'est trop drole et je dois avouer qu'il raison cette voiture ne correspond pas du tout à Bella il va falloir y remédier
. Embry qui arrive avec sa belle moto toute neuve !!!

la confrontation entre Paul et Léah j'adore !!! j'imagine tout à fait la scène Laughing

comme le dit Renesmé Cullen Black Edward prend vraiment Bella pour une petite fille inconcsiente !!! on sait que c'est un aimant à danger mais quand même il ne faut pas abuser non plus !!!

j'imagine très bien la tête de Bella quand elle rentre dans la bibliothèque du bahut de Jake (je pense que j'aurais la même à sa place) .
et puis Jake qui commence a partir avec son désir d'avoir Bella a ses côtés il me fait de la peine !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 30
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 10 Déc - 21:21

Eh bien, un 4x4 en guise de cadeau d'anniversaire!!!!!! Bella est sacrément gâtée!! lol!! Mais ce sont les Cullen, donc c'est pas étonnant... Wink Et puis j'ai bien aimé l'astuce d'Alice : on ne t'offre rien le jour de ton anniversaire, on t'offre quelque chose le lendemain!! Razz (bien vu!! Wink)

Bella porte le collier de Jake, avec l'ours en bois : ça remonte au moins le moral à Jacob... Et puis elle le remercie!!! Very Happy lol!!

Oufff, Billy qui revient!! Enfin!!!!! Very Happy C'est un soulagement pour Jacob et les autres...

Paul qui tague : lol!! Je le vois bien taguer!! Very Happy J'adore l'appellation d'Embry pour Paul : "taré de service"... lol!!

Eh bien, Leah n'a pas froid aux yeux!! Wink Fidèle à elle-même... J'ai bien aimé sa confrontation avec Paul, ils ont des caractères bien trempés les deux-là!!

Quil jaloux de Jake????? Shocked Apprécierait-il particulièrement Bella?? lol!!

Très bonne suite!!!!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Sam 11 Déc - 6:36

Bon, tu le sais, tu m'as bien fait rire avec ton histoire de Paul coffré, je ne sais pas pourquoi je me doutais que c'était lui avant même d'avoir lu son nom LOL

Je suis contente que Billy aille mieux, j'ai beaucoup aimé cette image
Citation :
A travers la vitre, je vois le visage de mon père et nos regards se croisent.
, je voyais parfaitement la scène.

Leah me fait toujours autant rire avec son côté peste et provocateur. Si elle avait muté, on aurait eu droit à une bagarre de loups lol ça sera peut-être pour plus tard Wink

Un beau moment Jake/Bella dans la bibliothèque Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Lun 13 Déc - 21:21

Citation :
Renesmée Cullen Black : Question : Les soeurs Black sont-elles reparti ?
Oui.

Citation :
Fande Taylor : et les critique sur "bourrier" c'est trop drole et je dois avouer qu'il raison
Le mot "bourrier" me tenait à coeur prions, il fallait que Jacob le dise ! Very Happy

Citation :
Fande Taylor : comme le dit Renesmé Cullen Black Edward prend vraiment Bella pour une petite fille inconcsiente !!! on sait que c'est un aimant à danger mais quand même il ne faut pas abuser non plus !!!
Edward est sur-protecteur ... et pour mon histoire, c'est important.

Citation :
Alice cullen 57 : j'ai bien aimé l'astuce d'Alice : on ne t'offre rien le jour de ton anniversaire, on t'offre quelque chose le lendemain!! Razz (bien vu!! Wink )
Alice est maligne et elle a su contourner ça à sa façon.

Citation :
Alice cullen 57 : Quil jaloux de Jake????? Shocked Apprécierait-il particulièrement Bella?? lol!!
ça t'intrigue ? Razz

Citation :
Tititof : Leah me fait toujours autant rire avec son côté peste et provocateur. Si elle avait muté, on aurait eu droit à une bagarre de loups lol ça sera peut-être pour plus tard
Et oui, je sais que tu aimes quand les loups pètent un câble lol peut-être plus loin Smile




*Voilà 2 chapitres car le premier est super court, bonne lecture !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SCENE 9. ROUTINE

*
[Bella]


Allongée sur mon lit à plat ventre, je lis mon nouveau livre, mes jambes pliées à hauteur de mes genoux.

- Qu’est-ce que tu lis ?

Je souris lorsque je vois le visage d’Edward. Il s’installe à mes côtés et vient poser un oreiller derrière sa tête et glisse un vêtement entre nous.

- C’est un livre que j’ai eu par Jacob.

Il saisit délicatement ma couverture et l’écarte légèrement pour voir le titre.

- Depuis combien de temps tu t’intéresses à ça ?
- Depuis aujourd’hui ! Il n’est jamais trop tard. Surtout que je vais avoir l’éternité pour lire.

Je relève mes yeux sur lui sans bouger ma tête pour attendre sa réaction. Il me toise en me répondant sérieusement :
- On ne va pas en reparler maintenant ?
- Moi je suis ouverte pour en parler, alors si toi aussi …

Son regard me fait comprendre que ce n’est pas le moment. Je ferme mon livre et le pose sur ma table de nuit. Je m’enroule dans ses bras, ma tête près de son épaule et nous restons comme ça, silencieux.



*
[Quil]


Je rentre dans cette petite épicerie avant de rentrer chez moi. Je saisis rapidement une bouteille de soda, un paquet de biscuits salés et j’arpente plusieurs rayons pour trouver quelques bricoles et un bidon de lait. Lorsque j’arrive à la caisse, les bras encombrés, je sens mon corps se figer instantanément. Je fixe la silhouette qui se trouve devant moi, je ne m’y trompe pas c’est Sam Uley. Je sais, je suis débile pour me tétaniser devant ce type mais il nous fout vraiment les jetons à la réserve. J’avance de deux pas, lentement et je le vois se retourner sur moi. J’aurais peut être pas dût le fixer. On dit souvent qui si on fixe une personne lorsqu’elle a le dos tourné, elle le sent et elle se retourne. Son regard sombre se braque sur moi et il me dévisage. Il me salut et j’acquiesce de la tête. Il me fait froid dans le dos. La caissière s’occupe enfin de lui et j’en profite pour m’avancer plus près. Je pose enfin mes courses sur le comptoir qui m’encombraient jusque là, puis je vois Sam tourner la tête à nouveau vers moi. Je suis sûr qu’il doit le voir qu’il me fait flipper, c’est obligé ! Puis il s’adresse à moi :
- Tu diras bonjour à ton père de ma part !
- Euh oui. J’y manquerais pas.

D’un seul coup, je pense à Embry et Jacob et je me demande ce qu’ils diraient à ma place, où ce qu’ils feraient. Je regarde vite fait le contenu des courses que ce gars peut bien acheter. Deux paquets de farine, une boîte d’œufs, une paire de baskets, et du ruban adhésif. Ouai, plutôt banal. La caissière enfourne ses courses dans un sachet en papier et il s’en va. Avant ça, il me jette un coup d’œil avant de refermer la porte. Ouf, je me sens mieux d’un coup. J’avais l’impression d’une tension énorme sur mes épaules et celle-ci vient de s’évaporer au moment où Sam est sortit. Je sais déjà qu’Embry va se moquer de moi quand je lui raconterais ça.



*
[Jacob]


Ca fait une plombe que j’attends Embry sous ce tunnel. On avait dit qu’on tagguerait ce matin. Je suis déçu qu’il m’est fait faux bond. J’ouvre mon vieux sac en toile et je glisse les bombes de peintures dedans en vitesse. J’ouvre mon coffre de voiture et je pousse mon carton blindé de bombes pour y poser mon sac. Au volant, je soupire un coup en me disant qu’Embry doit avoir une raison pour ne pas s’être pointé comme convenu. Dés que j’arrive à la réserve, je file chez lui mais il n’y a personne. J’essaie de l’appeler mais je tombe sur le répondeur. Je rentre chez moi et mon père me demande étonné de mon retour :
- Tu n’étais pas parti avec Embry ?
- Demandes-lui ! Je me suis levé pour rien, il s’est même pas pointé !
- Il n’est pas chez lui ?
- Il n’y est pas. Je comprends pas, c’est la première fois qu’il me fait ce genre de plan !

Je regarde mon père et je le vois songeur sans un mot. Je m’enfile un verre d’eau et je ressors pour ranger mon matos qui est encore dans le coffre. Une fois que tout est en ordre, j’allume ma radio près de mon établi en me demandant ce que je vais pouvoir faire. Je me tourne vers le véhicule que j’ai rentré hier dans mon garage. Un vieux tacot qui demande du boulot mais j’aime les défis. J’ouvre alors le capot pour évaluer les dégâts et savoir ce que je vais pouvoir remettre à neuf moi-même et les pièces qu’il va falloir que j’aille chercher à la casse. Je me penche dans la mécanique lorsque j’entends une voix qui me fait sursauter.

- Salut Jake !

Là je me tiens la tête d’une main car je viens de me cogner contre le capot et ça me fait un mal de chien. Je me relève vers ma visiteuse. Je vois Leah me regarder en serrant les dents et une grimace sur son visage.

- Oui, t’as raison ça fait mal ! Tu pourrais prévenir quand t’arrives !
- C’est ce que j’ai fait je te signal !
- Plus calmement !

Elle s’assoit directement sur un vieux siège à la traîne, sans gêne. Je la regarde mais elle comprend pas alors je lui fais la remarque :
- Euh, tu comptes camper là ?
- Tu vas pas me virer comme les autres !

A son ton je comprends qu’elle va pas me lâcher et qu’elle va me pourrir ma journée si je l’envois balader.

- Ok, ok ! J’ai rien dit ! Tu peux rester mais ne touches à rien !

Je replonge mon nez sous le capot et je l‘entends déjà :
- Alors, t’en penses quoi de Sam et de ces copains ?
- J’ai pas vraiment envie de parler de ça maintenant.
- Ouai, bien sûr …, dit-elle lassée se relevant de son siège en venant me rejoindre. Mais t’as vu ça, sérieusement ? Paul allait vraiment me mettre un coup j’en suis sûr ! Je te jure il l’aurait fait, je lui aurais balancé mon poing, rajoute-t-elle excitée comme-ci elle revivait la scène.
- T’as pas fini ? Et puis n’accuses pas les gens comme ça ! Si ça se trouve, Paul allait juste te tirer les cheveux, me moquais-je d’elle.
- Ah ah , t’es pas drôle, me répond-t-elle en m’envoyant une légère calotte dans l’épaule.

Je ricane tout seul, la tête dans mon moteur et je reprends vite mon sérieux pour me concentrer à nouveau pour évaluer la mécanique puis elle me dit comme un aveu :
- Je ne t’ai pas remercié d’être intervenu … merci !
- N’importe qui l’aurait fait.
- Embry n’a rien fait, lui !
- Embry est un froussard, dis-je en souriant. Tiens tant qu’on y est, tu l’as vu dans le coin ?
- Non.
- Il m’a lâché ce matin.

Je l’entends soupirer avant de parler :
- Qu’est-ce qu’on va pouvoir faire aujourd’hui ?

Je relève la tête de dessous le capot et je m’appuis les bras sur la carrosserie pour m’adresser à elle :
- « On » ? Tu veux dire, ce que « tu » vas faire !
- Pourquoi ? T’as des projets ?
- Bah euh non. Mais j'ai de quoi m’occuper là.
- T’en as pas marre d’avoir toujours les mains dans le cambouis, la graisse, la poussière et … Beurk !, fait-elle en grimaçant en ayant touché quelque chose.

Je lui retire ce qu’elle a en main :
- Mais t’es stupide ou quoi ? La jauge est pleine d’huile !
- Hé ! Je ne suis pas plus stupide que toi ! … Non en fait, tu l’es encore plus !, se vante-t-elle dans un sourire.
- Pff, allez dégages !

Je la chasse en lui montrant mes mains sales.

- Tu es toujours aussi sympa !, dit-elle en quittant le garage.

Je sais que je ne suis pas toujours cool avec elle, mais elle non plu. Et puis entre Leah et moi, on s’est toujours parlé comme ça. Je sais qu’elle ne se vexe pas. Il faut dire qu’elle n’a pas la langue dans sa poche et ça doit être elle qui m’a le plus souvent traité d’abruti que moi. Parfois, j’ai l’impression qu’elle est un peu comme une petite sœur qui viendrait me titiller. On se chamaille mais dans le fond on s’apprécie. J’entends ces pas s’éloigner et je me dis que je vais enfin pouvoir être tranquille.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SCENE 10. BLESSURES

*
[Bella]



Je range ma trousse de stylos dans mon sac à dos avec mes feuilles et je dépose le manuel de science sur le meuble prévu à cet effet. Mike me talonne pour sortir de cours en laissant Edward en retrait derrière moi.

- Alors dis-moi, Bella ? Qu’as-tu prévu de beau ce soir ?
- Euh rien d’extraordinaire. Et toi ?
- Je vais sûrement je me regarder un de ces films débiles à la télé.
- Tu ne vois pas Jessica ?

Je le vois hésitant :
- En fait, on s’est disputé …
- Oh désolé. J’espère que ça va s’arranger …
- Ca m’étonnerait. On a rompu, me fait-il gêné de me l’avouer.

Pour passer sa gêne, il me dit aussitôt :
- On pourrait se faire un ciné un de ces quatre ! Toi, Cullen et toute la bande ! Je dis ciné, ça peut être un resto aussi !
- Edward n’est pas fan de resto, cafét’ … Tout ces trucs là quoi ! Un ciné, c’est bien !, fis-je enjouée pour qu’il oubli sa soirée resto pour Edward qui devrait se faire passer pour malade.
- Ok, on se fera ça alors !
- Oui ! Bonne soirée, fis-je pour le semer et retrouver Edward.

Dans le couloir, je sens son épaule contre la mienne et je lève ma tête sur lui. Il fixe au loin, Mike qui disparaît tout en disant dans un murmure :
- Après Jacob, Mike !
- Quoi ?
- Tu pourrais monter un fan club, tu sais !

Je le regarde amusée et je le vois me tendre un léger sourire. Il le prend à la rigolade et moi aussi. Nous marchons jusqu’au parking et arrivée devant ma voiture je me tourne à lui. Il enlace ma taille de ses mains et me regarde attentionné :
- J’aimerais pouvoir rester avec toi mais … il faut que j’aille chasser !
- Maintenant ?
- Oui. On y va tous …

Sa voix me berce et ces mots semblent toujours m’apaiser de bien être. Son odeur me rend complètement dépendante de lui. Il m’embrasse avant de me quitter. Je soupire heureuse et impatiente de le revoir ce soir. Je monte en voiture et plutôt que de rentrer chez moi, je file pour rendre visite à Jacob. J’ai besoin de sa présence quotidienne et je dois dire que Jacob me donne l’impression de redescendre sur terre par moment. Avec lui, près de lui je peux me sentir comme une simple humaine sans culpabiliser de qui je suis. Pour Edward, je sais que ce n’est pas facile pour lui de devoir résister à mon odeur, mon sang. J’aimerais pouvoir l’embrasser sans devoir interrompre notre étreinte, pouvoir me blesser près de lui sans que cela devienne dangereux pour ma vie, et que cela devienne insupportable pour lui. Ne pas sursauter à la froideur de son corps, être si fragile au point qu’il s’inquiète au quotidien pour ma personne. Je ne veux pas vieillir et être celle qui lui cause des soucis chaque jour. Je veux être jeune, forte et passer ma vie à ces côtés. Je veux vivre cet amour comme jamais nous ne l’avons vécu … Tant que je serais humaine, je ne serais pas satisfaite. Il se le cache mais si il m’avait en tant qu’immortelle, je suis sûr qu’il n’aimerait pas revenir en arrière.

A la réserve, je sors de ma voiture et me dirige vers le garage où les deux portes sont grandes ouvertes. Je m’avance doucement et je vois le visage de Jacob mais il n’est pas seul. Je regarde le visage de Leah et visiblement je lui ai fait peur. Elle parlait et je l’ai stoppé. Elle reste muette et Jacob me fait signe d’entrer. Je vois qu’il est arrivé quelque chose à Leah. J’évite de m’attarder sur ces vêtements abîmés et sales. Ainsi que son visage éraflé et taché de sang.

- Salut ! … Je dérange visiblement. Je repasserais plus tard, fis-je en commençant à tourner les talons.

Mais la voix de Jacob me coupe :
- Bien sûr que non !, me répond-t-il en venant vers moi en me faisant un petit sourire pour me rassurer.

Ces grands bras m’englobent tout entière et je sens la chaleur de son corps sur ma peau, ce que j’apprécie vraiment. Il me fait signe de m’approcher où se trouve son amie en me tendant son bras dans mon dos. J’ose la regarder à nouveau et je vois que son visage contrarié n’a pas changé. Comme je vois que Jacob n’a pas l’air si inquiet, j’avance un peu. Mais les grands yeux noirs de Leah ne me donnent pas cette impression.

- Qu’est-ce qui se passe ?, tentais-je d’avancer en appréhendant la réponse.

Je vois Jacob se passer un main dans ses cheveux, il se pince les lèvres et guette une réponse de Leah mais celle-ci tient tête à son mutisme. Il me répond alors :
- Euh … Leah a fait une drôle de rencontre aujourd’hui.
- Chut ! Jacob tais-toi !, lui crache-t-elle subitement.
- Quoi ? C’est pas un secret d’Etat ! On peut lui dire !

Je regarde Leah à nouveau, et son regard croise le mien avant qu’elle contemple ailleurs. Jacob alors reprend la parole :
- Leah est tombée sur … quelque chose, dans les bois.

Je la vois toujours silencieuse. Jacob la guette encore puis il lâche en soupirant :
- Ok, c’est moi qui raconte …



*
- Quelques minutes avant -
[Leah]


Le bus me dépose à l’entrée de la réserve et je marche tranquillement jusqu’ à la maison. Personne n’est arrivé et je dépose mon sac de cours sur mon lit avant de ressortir au grand air. Je regarde une dernière fois l’heure et je me dit que Neal doit m’attendre. On se donne toujours rendez-vous à la même heure après les cours, dans notre lieu à nous. La dernière fois, Seth m’a menacé d’avertir ma mère que je voyais Neal Lootah en cachette. Quel gamin ! Qu’est-ce que ça peut lui faire ? Je marche près de la forêt qui entoure la maison et je lève la tête vers les arbres. Quelques rayons de soleil transpercent à travers les feuillages et je continue d’avancer impatiente. Je traverse le cours d’eau en sautant sur les pierres qui ne sont pas ensevelies par l’eau et je saute sur l’autre rive. J’empreinte un sentier étroit coincé entre les arbres et je marche ainsi deux minutes. Je chantonne une chanson que j’ai en tête depuis ce matin et je m’arrête lorsqu’une pierre traverse devant moi, et roule. Je stoppe ma marche car un bruit me fait figer sur place.

Des bruits de bruissement de feuilles mortes au sol, puis un bruit plus angoissant fait tambouriner mon cœur dans ma poitrine. Une angoisse me monte à la gorge. Ce n’est pas n’importe quel bruit : un grognement. Là, je commence à avoir l’image en tête. Un animal ! Je me suis toujours dit que je n’aimerais pas tomber nez-à-nez avec un de ces ours. D’un seul coup, je panique : qu’est-ce que je dois faire ? Courir ? Je sais qu’un ours court plus vite que moi. Et je sais aussi par mon père que courir ne fera que de provoquer l’animal à me courser. Grimper ? Les ours grimpent bien aux arbres aussi. Mon dieu, si c’est un ours qu’est-ce que je fais ? Lui tenir tête ? Ca c’est bien pour les gardes forestiers ! Bon, il faut que je fuis en vitesse avant qu’il me repère. J’entends un nouveau bruit et j’ai l’impression que mon corps est prise d’une paralysie. Il parait qu’il y a deux sortes de peur : celle qui nous fait courir pour notre survie, et celle qui nous liquéfie sur place. Laquelle me concerne ? Non, je ne veux pas être celle qui se remue pas les fesses parce qu’elle est trop trouillarde. Un grognement et des respirations me fichent vraiment la peur au ventre. Je me pose la question une dernière fois : es-tu une trouillarde Leah ? Alors là sûrement pas ! Je prends mon courage à deux mains et j’avance une jambe pour prendre la fuite. Rapidement ? Trop rapidement … Oh mon dieu, mon pied est pris dans quelque chose et je dérape.

Je n’ai pas le temps de comprendre que mes genoux tapent le sol, mes mains paumes vers le sol se retiennent comme elles peuvent dans le terre humide ; et je me cogne le menton en prime. Le temps de me ressaisir, et j’entends le bruit de la bête arriver sur moi : j’ai peur ! Il n’y a pas un animal, mais deux. Elles se battent mais ce ne sont pas des ours. Des loups ? Mais quelle taille font-il ? Je n’ose pas y croire ! Toujours mes membres douloureux et ma peur qui regagne mon ventre, je suis encore figée. Les deux animaux ont roulé jusqu’à moi, jusqu’à ce qu’un arbre arrête leur course. Ils se battent, se mordillent et piaillent de douleur. Je me force à me relever rapidement, je plis mes bras pour relever le reste de mon corps. Mes jambes me font mal et lorsque je vois les animaux cesser leurs attaques, leur museau renifler, je ne réfléchis pas, je fuis comme une délurée. Je cris dans ma tête : « Ne te retourne pas ! Ne te retourne pas ! Cours ! Cours ! ». Si non, je suis morte. Je crois que je n’ai jamais couru aussi vite de toute ma vie, je ne sais pas si ils sont derrière moi. Je ne cherche pas à vérifier ou même à les entendre japper, grogner, hurler. Non, je cours et c’est tout !

Je n’ai plus de souffle, un point de côté horrible me tord la poitrine mais je continues, je tiens bon. Mes jambes me tirent, des branches d’arbustes viennent crocheter mes vêtements. Mon genou me fait souffrir par ma chute et ma joue me fait mal, une branche me l’a éraflé dans ma course. Je n’arrête pas mon allure folle et je ne sais même pas où je vais. Je n’ai pas emprunté le bon chemin. Je continue de descendre cette grande vallée vide et j’atterrie par chance derrière la maison à Jacob. Je cours à la porte, celle-ci est fermée. Je lâche un cri de désolation et une larme me coule sur la joue. Je cours jusqu’au vieux garage, c’est une chance, la porte est ouverte. J’entre comme une cinglée dans la baraque, je barricade la porte et je laisse mon corps plaqué à celle-ci, mes bras écartées contre le bois, essoufflée, terrifiée ; en nage et à bout de nerfs. Je vois alors le visage de Jacob face à moi. Il me toise ahurit et me contemple inquiet. Il vient vers moi :
- Qu’est-ce qui se passe ?

Je ne peux plus respirer mais je lui réponds à bout de souffle :
- Jake … La porte … Les loups !

Il se rapproche de moi et me détaille de la tête aux pieds. Je ne dois pas être belle à voir avec ma tête de délurée et mes blessures.

- Leah ? Mais tu saignes !, me fait-il en pointant mon pantalon du doigts et en contemplant mon visage.

Je baisse la tête sur mon genou et je vois le sang qui a traversé mon vêtement. Je regarde mes mains, les retournent et je vois la peau de mes paumes égratignées ; un énorme hématome bleu sur l’un de mes poignets. Je sens les doigts de Jacob passer sur ma joue et il lève le bas de mon visage avec sa main.

- Bon sang mais qu’est-ce qui t’es arrivé ?, fait-il vraiment flippé.

Je reprends un peu de souffle et je lui réponds :
- J’ai couru pour échapper à des loups. Ils étaient énormes ! Tu aurais dût voir ça Jacob. Ils étaient géants !, sortis-je encore hystérique. Mais je vais bien, alors arrêtes de flipper !

Tout près de moi, il me dévisage choqué puis je le vois se rapprocher plus près et passe une main sur le côté de mon visage. Je sens ses doigts se rapprocher près de mon œil.

- T’as fumé quoi, toi ?

Je lui claque sa main pour qu’il l’enlève de mon visage :
- Je ne prends rien, imbécile !
- Tu as vu … des loups ? Et ils étaient énormes ?, me demande-t-il sceptique.
- Oui !

Il me regarde et croise ses bras sur sa poitrine tout en gardant cette moue interrogative sur les lèvres et ce creux creusé sur l‘une de ses joues :
- Tu te fout de moi, Leah ?
- Pourquoi je raconterais des âneries ?
- Avec toi, on sait jamais … Et puis quand on voit comment tu es amochée, je me pose des questions …, fait-il en me scrutant à nouveau.
- Tu veux écouter ce qui m’est arrivé oui ou non ?

Il attend et je lui raconte en détail ma rencontre inattendue avec ces bestioles sorties de l’enfer.

- Bestioles sorties de l’enfer ? T’exagères pas un peu ? Tu vois pourquoi on ne te croit jamais ? Faut toujours que t’en rajoutes !
- Je suis sérieuse Jacob ! Tu les aurais vu, tu aurais décampé comme personne !

Je le vois sourire et je suis sûr qu’il ne me croit pas. Il avance vers la porte pour la déverrouiller. Je me précipite à lui en lui saisissant le bras :
- Qu’est-ce que tu fais ?
- Ca se voit pas ? J’ouvre ! J’ai besoin d’air. Et puis même si c’est vrai ton histoire de loups mutants, ils ne t’auraient pas suivi jusqu’ici. A moins qu’ils soient affamés … me rajoute-t-il en me faisant son stupide sourire.
- Arrêtes ça ! T’as l’air bête !
- Tu peux te regarder toi, t’es belle avec ce beau rouge tartiné sur ton minois.

Je le vois ouvrir en grand les deux portes en bois et je fais un pas en arrière craignant une attaque. Il se retourne sur moi, silencieux. Dehors, pas un bruit mis à part quelques gazouillements d’oiseaux.

- Tu vois ? Y’a rien !, fait-il en sortant.

Je le vois marcher dans l’herbe humide et je me rapproche pour le rejoindre, toujours craintive. Je le collerais presque et instinctivement je viens poser ma main sur la sienne en scrutant l‘horizon. Il relève son visage sur moi, surpris :
- Attend Leah ! Mais t’es vraiment flippée ?
- J’ai eu la peur de ma vie, lui avouais-je pour une fois sérieuse. Tu crois que je serais capable de te faire croire ça ?
- Dans ce cas là, ne t’aventures plus dans les bois toute seule si ça doit te mettre dans cet état. Et puis qu’est-ce que tu fichais dans ce coin là d’ailleurs ?
- Rien !, lâchais-je en mentant. Je me baladais c’est tout.

Je le vois me regarder et puis un sourire vient s’ajouter sur ces joues.

- Quoi ?, lui demandais-je agacée.
- Rien. C’est juste que je t’imagine courir comme une gazelle au milieu des bois.
- J’aimerais bien t’y voir, toi ! Tu me crois alors ?
- Si il y a des loups, on le saurait, non ?
- Il faut que tu me crois Jacob !, dis-je suppliante et à la fois toujours sous le choc. Y’a que toi à qui je peux en parler …
- Si tu veux j’irais faire un tour là-bas pour voir, me fait-il en regagnant le garage.

Je le suis rapidement à l'abris :
- T’es fou ? Tu veux te faire éventrer ?
- Ils ne t’ont pas attaqué à ce que je sache ?
- … Non … Tu aurais dût voir ces bêtes ! Leur énorme tête, leurs dents ! Et puis …

Je m’arrête soudain car quelqu’un me fais face. C’est la fille de Charlie. La fille que Jacob dévore des yeux. Sa présence maintenant tombe plutôt mal. Je la vois regarder mes vêtements abîmés, et mon visage. Qu’est-ce qu’elle va penser de moi ? Sa présence me fait taire et j’espère que Jacob va lui dire qu’il n’a pas le temps. Mais finalement, c’est elle qui parle avant lui.




*
[Bella]


Cette histoire est dingue et je me dis que Leah a eu de la chance. Jacob se lève et va chercher de quoi soigner ses blessures. Pendant ce temps, Leah me dévisage sans un mot et moi, je ne sais pas quoi lui dire puis elle me demande :
- Tu vas en parler à ton père ?
- C’est pas à moi de lui dire. D’autant que si je lui dis, il y a des chances pour qu’il fasse venir une équipe pour déloger les loups d’ici.
- C’est juste. Mais vu la taille qu’ils font, ils auraient du mal à les bouger.
- Ils sont gros comment ?
- Je dirais … trois à quatre fois plus gros qu’un loup normal.

Je suis surprise pas sa réponse et je me dit qu’elle doit exagérer. Un silence regagne la pièce puis elle me redemande :
- Tu comptes blesser Jacob ?
- Quoi ?, fis-je surprise de sa question.
- Tu passes pas mal de temps avec lui alors je me demande ce que tu cherches. A ce que je sache, tu as un petit ami …
- Je m’entends bien avec Jacob, il n’y a rien d’autre.
- Tu penses qu’il apprécie tes visites mais il t’aime beaucoup, tu sais ? Bien plus que tu ne le penses. Je ne voudrais pas le voir triste pour quelque chose qui n’existe pas.

Les mots de Leah me font mal et je n’ai pas le temps de répondre car Jacob revient. Il arrive précipitamment avec des produits désinfectants, du coton et des pansements. Pendant qu’il déballe les affaires, je jette un dernier regard à Leah et je me dis que cette fille me met vraiment mal à l’aise. Ces remarques me blessent et en même temps, je me dis qu’elle a raison. Si Jacob m’apprécie plus qu’une amie alors il se pourrait que je joue le mauvais rôle. Actuellement, j’aime ma relation avec lui et rien ne m’indique qu’il puisse exiger plus.

- Bon, on a tous ce qu’il faut ! Leah, tu t’assoies que je regarde ton genou ?

Elle se pose sur un vieux tabouret et relève le bas de son pantalon. Il y a pas mal de sang sur son vêtement mais la plaie n’est qu’une égratignure. Jacob lui nettoie puis passe à son visage. Il relève son menton délicatement et nettoie doucement les plaies y compris celle de la joue. Il saisit ses mains. Son bleu est impressionnant et son poignet semble avoir gonflé.

- C’est pas joli joli, fait remarquer Jacob.

Leah laisse échapper un petit bruit de douleur. Je le vois se montrer très délicat envers elle.

- Il va falloir que tu ailles au médecin pour ça. Je me demande si tu ne t’es pas cassé quelque chose … Tu peux bouger ta main ?
- Oui, t’inquiète Jake, j’ai rien.
- T’as intérêt à montrer ça à ta mère en rentrant.
- Oui, docteur !, lui fait-elle sur un ton exaspéré.



*
[Bella]


- Vous allez faire quoi ?

A ma question, je vois Jacob se tourner vers le visage de Leah et celle-ci répondre :
- On doit le dire Jake !

Je le vois dubitatif puis il répond :
- Ca serait pas malin. Ca rameuterait tout les chasseurs du coin.
- Imagines que les loups s’en prennent à quelqu’un ?, fait-elle soucieuse.
- Ca n’arrivera pas !
- Comment tu peux en être aussi sûr ? Si je n’avais pas pris la fuite, je ne sais pas comment j’aurais fait face à ces monstres ! Je t’assure qu’ils étaient énormes !

Je les laisse débattre sans intervenir et ils ne sont visiblement pas d’accord. Puis soudain, une voix qui nous parvient dans notre dos fait cesser la conversation et nous nous retournons tous vers notre visiteur. Sam Uley est là devant nous, à nous dévisager un à un. Un froid directement se lève et je vois le visage de Jacob se crisper dans un mutisme.

- Je viens voir si tout va bien … , fait-il en contemplant Leah en sale état. Je t’ai vu fuir dans les bois, alors je m’inquiétais.
- Elle va bien, répond froidement Jacob.
- Tu es blessée ? Que s’est-il passé ?, redemande Sam.

Je vois Leah hésiter et regarder Jacob puis elle sort directement :
- Des chiens !
- Des chiens ?, fait-il surpris.
- Oui, enfin des chiens sauvages. J’ai eu peur et je suis tombée.

Jacob intervient :
- Elle a vu des loups.
- Tu les as … vu ?, semble-t-il encore surpris.
- Oui, comment j’aurais pu les rater ?, répond-t-elle en levant les yeux au ciel. Un peu plus et je servais de déjeuner !
- Vous en avez parlé à quelqu’un ?, riposte Sam.
- Non !, répond Leah.
- Alors n’en parlez à personne, je m’en occupe !

Jacob le coupe en fronçant les sourcils :
- Comment ça tu t’en occupes ?
- Je vais essayer de les chasser d’ici pour qu’ils remontent plus au Nord ! Je vais voir ça avec Harry.

Il nous salue et quitte le garage aussi discrètement qu’il est venu. Je vois Jacob continuer à le fixer, les traits toujours sérieux et pensif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 20
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 14 Déc - 19:15

oula la j'aimme j'aimme j'aimme !!!
viiiiivement la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob


Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 14 Déc - 22:59

super debut
j ai fini le quatrieme chapitre
je terminerai demain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 15 Déc - 4:00

0.0 le menteur...(sam)

Je crois bien qu'Embry est vraiment un mauvais état pour lâcher Jake, jai des petits doutes.

PAuvre Leah, ca a du la traumatiser.J'espere qu n'a rien de casser.

C'est très bien pour Bella d'aller toujours chez Jacob ^^

xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 15 Déc - 4:36

J'adore comme Quil flippe devant Sam à la boutique, j'aime bien quand tu es dans sa tête Smile

Citation :
- Après Jacob, Mike !
- Quoi ?
- Tu pourrais monter un fan club, tu sais !
Cette remarque d'Edward m'a bien fait rire LOL

La course de Leah était vraiment bien décrite, on courrait avec elle. La pauvre, super moment de stress. Je me suis déjà fait courser par un sanglier et une autre fois, par un nid de frelons, je sais ce que c'est de courir comme ça en s'imaginant pendant de longues secondes que tu es foutue LOL

Sam ne va pas être content après les "loups" ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 15 Déc - 10:12

ces deux chapitres de suite sont supers !!! en effet j'aime beaucoup la réfléxion d'Edward a propos du fan club !! je suis sure qu'il y aurait du monde !! ^^Edward au resto j'aimerais bien voir sa!!
quand on entend l'histoire de Léah en effet on peut penser qu'elle a fumer quelque chose !!! ^^ et le fait que Embry ai lacher Jake j'ai quelque doute aussi... j'aime beaucoup l'idée que Bella est besoin de voir Jake tout les jours c'est une très bonne térapie pour elle !!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 30
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 15 Déc - 17:53

J'ai adoré la rencontre Quil-Sam au supermarché!! Quil était vraiment flippé!! lol!! Et j'ai bien aimé sa réflexion "Je me demande ce que ce mec peut acheter"... Razz

Embry qui ne vient pas au rendez-vous d'avec Jake : une mutation dans l'air?? Wink

Leah qui aurait bien voulu se battre avec Paul : pourquoi ça ne m'étonne pas??? lol!!

Les Cullen qui vont tous chasser en même temps : hum... Je suis sceptique... scratch Serait-ce une excuse?

Les loups qui se battent : qui sont-ils? Je parie que l'un de deux est Paul!!!!!!! Razz

Leah qui dégage la main de Jake en le traitant d'imbécile : j'ai bien aimé ce passage!! Wink Je trouve aussi que le passage écrit du point de vue de Leah est très bien écrit!! On est vraiment avec elle... Wink

Et puis le retour en arrière de Leah me donne aussi l'impression qu'elle craque un peu pour Jake... Wink Elle est jalouse de Bella... Et elle se rapproche bien inconsciemment de Jacob...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elodie94
Histoires effrayantes
Histoires effrayantes


Féminin
Nombre de messages : 246
Age : 24
Localisation : In my world
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 15 Déc - 18:33

J'adore de trrrrooooppp !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 17 Déc - 17:18

Citation :
Tititof : J'adore comme Quil flippe devant Sam à la boutique, j'aime bien quand tu es dans sa tête
j'aime bien le perso de Quil Smile
Dommage qu'on a pas un livre que sur les quileutes, j'aurais aimé que S. Meyer les développe tous un petit peu.

* Dis-moi Titi, tu te fais souvent courser ? Razz

Citation :
Fande Taylor : quand on entend l'histoire de Léah en effet on peut penser qu'elle a fumer quelque chose !!!
Alors je veux surtout montrer qu'ici, Leah a force de jouer avec les mots et d'en faire trop, ça lui joue des tours. Jacob ne sait pas ce qu'il doit penser.

Citation :
Alice cullen 57 : Les loups qui se battent : qui sont-ils? Je parie que l'un de deux est Paul!!!!!!!
ça serait vraiment étonnant Razz

* Merci encore à Florine39, Appaloosa, Renesmée Cullen Black et Elodie94 de suivre ma fic'

AOUH

Voici 2 chapitres d'un coup car avec les fêtes de fin d'année, je ne sais pas si je vais pouvoir reposter bientôt. Si j'ai le temps, peut-être que je posterai un chapitre en plus pour vendredi. Après je suis absente pour quelques jours, donc voilà. J'avoue que j'ai un peu peur pour le chapitre 11 car je ne voudrais pas décevoir certaines personnes vis à vis des personnages. Bref, voilà, bonne lecture à vous !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SCENE 11. TROP C’EST TROP !

*
[Bella]


De retour à la maison, je rejoins Charlie pour le dîner. Je me permets deux-trois regards sur lui en me demandant : est-ce que je lui dis ou non pour les loups ? Puis, je repense à Jacob et je sais qu’il ne voulait pas que les policiers s’en mêlent de peur que les chasseurs mettent leur nez dans la réserve. Je me doute que si Sam s’en mêle, je pense que mon père en sera vite avertit de toute manière. J’avale un gorgée de soupe et je garde le silence. Dés mon repas fini, je file dans ma chambre et je retrouve Edward assis sur le rebord de la fenêtre à m’attendre. Un sourire se dessine sur ses lèvres et je lui en fais un à mon tour, avant d’aller me mettre en pyjama dans la salle de bain. Je me glisse dans la couette, lui à mes côtés.

- Tu as l’air songeuse, me fait-il remarquer.
- Il est arrivé quelque chose à la réserve ce soir, lui avouais-je.
- Quelque chose ?
- Oui, à Leah, tu sais l’amie de Jacob ? Elle va bien mais elle a eu peur. Des loups l’ont … presque attaqué.
- Des loups ?, répète-t-il surpris.
- Oui. Et vu la description de Leah, ils étaient assez balèzes à ce qui paraît …

Je le vois me regarder en silence mais pensif puis je lui réponds aussitôt :
- Si tu t’inquiètes pour moi, ne t’en fais pas. Je n’irais plus dans les bois. Et puis de toute façon, je n’y étais pas !

Je le vois se courber pour s’assoir, visiblement mal à l’aise face à ma remarque. Je me redresse à mon tour, je le contemple et je vois que quelque chose le préoccupe.

- Qu’est-ce que ton amie a vu au juste ?
- Elle a vu des loups se battre et elle a pris la fuite.
- Rien d’autre ?
- Non. Pourquoi ?, fis-je étonnée de le voir inquiet et curieux à ce propos.
- Evite d’y retourner, Bella ! Je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose.
- Il ne m’arrivera rien. Les loups ne viennent pas près des maisons. Et il n’y as pas eu d’attaque de vampires dans le coin, si c’est ça qui t’inquiète !

Je vois à son regard que ma réponse ne lui suffit pas. Il me répond :
- Tu penses qu’il n’y a aucun vampire mais tu ne sais pas qui ils sont. A la réserve, tu vois du monde. Tu les as peut être déjà rencontré sans le savoir.
- Non, je n’ai vu aucun étranger.
- N’en soit pas si sûre, lâche-t-il sans en démordre.

Son visage est contracté par l’angoisse maintenant et il me fait peur. Je me penche sur lui :
- Qu’est-ce que tu sais sur eux ? Tu … tu sais des choses que je ne sais pas ?

Je le contemple et j’aimerais trouver des réponses dans son regard, je sais qu‘il ne me dit pas tout. J’ai beau chercher une faille, je n’y trouve rien. Il pose alors ses mains de chaque côté de mon visage, toujours en me fixant intensément :
- Tu dois me faire confiance, Bella ! La réserve n’est pas sûr, crois-moi !
- Tu ne peux pas m’interdire d’y aller …
- Je te le demande pourtant ! N’y va pas ! … Sileteplait ! … Pour moi !, fait-il insistant. Au moins ce week-end !

A son ton inquiet et à son regard qu’il me tend, je ne peux refuser. Pour lui, je gravirais des montagnes. Si c’est ce qui peut le laisser plus serein alors je capitule :
- C’est d’accord !
- Merci …, laisse-t-il dans un murmure.

Il baisse sa tête sur moi en fermant les yeux. Je sens sa peau froide me toucher délicatement et dans un souffle, je lui glisse :
- Je t’aime.



*
[Bella]


Pour cette matinée, je me rends chez Edward. Sur la route, je suis surprise de voir le soleil apparaître et ça me fait un bien fou de pouvoir sentir les rayons à travers la vitre. J’inspire un coup et je me sens bien. Ce soir, ma mère vient nous rendre visite à Charlie et moi et c’est un vrai bonheur. Après avoir garée ma grosse voiture devant la belle bâtisse, je vois Edward, debout à m’attendre et il me sourit. Je m’approche à lui et je viens me mouler dans ses bras. Son visage parfait penché sur moi, sa voix chantante à mes oreilles :
- Ma petite humaine préférée …

Mon sourire s’élargit à ses paroles et je m’approche de ses lèvres. Je m’y attarde jusqu’à ce qu’il se dégage de moi. Je reprends mes esprits et il se dirige vers sa voiture et sort une boite carrée de teinte rouge pourpre. Il me la tend et m’invite à l’ouvrir. J’y découvre un magnifique collier étincelant. Subjuguée par la valeur de ce bijou, je reste béat.

- Edward, c’est de la folie !

Mes yeux retombent sur le collier or et ces pierres précieuses. Sur le coup, je me dis que ce cadeau est bien trop luxueux pour moi et je me dis que je ne peux accepter.

- Il est magnifique ! C’est en quelle occasion ?
- N’ais-je pas le droit de t’offrir quelque chose sans qu’il y ait une raison ?

Je bafouille car je ne sais pas quoi dire et je le remercie, gênée.

- Attends ! Je vais te le mettre.

Sans pouvoir sortir autre chose, j’obéis. J’écarte ma chevelure de ma nuque et il ajuste le collier autour de mon cou. Il me fait à nouveau face et il me regarde tendrement :
- Il est parfait sur toi !

Je baisse la tête pour voir le bijou atour de mon cou et là, mes yeux tombent sur le bel ours en bois en dessous. Je me dis alors que ce pendentif a dût irriter Edward pour qu’il en arrive à m’en offrir un à son tour. Il m’embrasse sur la joue et je sais déjà que je risque de gâcher ce moment mais il faut que je lui dise :
- Merci, mais c’est trop ! Enfin, je veux dire, c’est de l’argent tout ça !
- Ne te soucis pas de ça ! Ca me fait plaisir de te l’offrir.

Encore gênée de ce cadeau bien trop couteux à mon goût, je ne rajoute rien puis il m’invite à le suivre au salon. Il me fait signe de passer devant lui et j’aperçois une parcelle de sa peau prendre le soleil. Celle-ci se met à scintiller et j’en reste toujours admirative. A l’intérieur, Esmée est là pour m’accueillir comme elle sait si bien le faire. Elle m’offre une tasse de thé et elle reste un peu pour discuter. Elle me parle de sa nouvelle association qui la comble de bonheur. Lorsque je finis ma tasse, elle me glisse un au revoir et me laisse seule avec Edward. Il vient s’assoir à mes côtés sur le beau canapé beige et il me tend une enveloppe sur la table en verre.

- Qu’est-ce que c’est ?, lui demandais-je étonnée.
- Ouvre-là !

Curieuse, je saisis le papier blanc et j’ose l’ouvrir pour y sortir deux papiers plus épais et je lis. Je retourne ma tête vers lui et je n’y crois pas :
- C’est pour nous ?

Il acquiesce en souriant.

- Edward, je … Je ne peux pas accepter !

Je vois soudain que ma réponse le prend au dépourvu. Sa mine réjouie s’est effacée pour prendre un teint contrarié :
- Si tu n’aimes pas la Thaïlande, on peut aller ailleurs !
- Non, ça n’a rien à voir. Je ne peux pas accepter ses billets. Je sais que tu vas me répondre que tout ça, c’est encore pour me faire plaisirs et je le sais ! Mais tu viens de m’offrir un bijou comme jamais une de mes copines ne pourra un jour s’offrir. Je ne sais pas comment t’expliquer ça … La voiture !
- Quoi la voiture ?
- Ca aussi c’est pas rien ! C’est beaucoup d’argents, tu comprends ? Je suis désolé, mais je ne peux pas accepter.
- Mais tout ça, je le fais pour toi ! Pour que tu sois comblée et que tu ne manques de rien. Je veux que tu vives ta vie comme moi, j’aurais aimer la vivre !
- Je sais, je comprends … et je t’en remercie ! Mais je n’ai pas besoin que tu me gâtes pour me prouver que tu tiens à moi. Je ne suis pas cette fille-là … Tu comprends ?, tentais-je de lui ouvrir les yeux. Tout ce que je veux c’est toi, et rien d’autre !
- Ca veux dire que tu ne veux pas faire ce voyage ?
- Non …

Son visage triste me blesse au plus profond de moi-même. Car c’est moi qui en suis responsable mais je ne peux pas accepter et tout d’un coup, je le vois perdu. Alors je lui rajoute :
- Mon père n’approuve pas.
- Ton père ne m’a jamais approuvé ...
- Ca n’a rien à voir. Quand il a vu la nouvelle voiture, il ne voulait pas que je la garde. Et tu sais quoi ? Au fond de moi, je savais qu’il avait raison.

Jamais je n’aurais pensé lui avouer tout ça mais tout cet argent me met mal à l’aise. Je ne suis pas une de ces filles qui marche à l’argent et je ne veux pas en être une un jour. Alors voilà pourquoi j’ai décidé d‘être franche avec lui. A force d’accumuler, on finit par exploser mais après, on respire mieux. Et j’ai besoin de ressentir ça. Avec tout ces cadeaux qui ont dût lui coûter une fortune, cela m’a mis affreusement mal à l’aise et cela m’a fait énormément culpabiliser. Je sais que jamais je ne pourrais lui rendre la pareil. Et je pense que tout ça n’est que folie. Ces choses ne sont pas importantes pour moi. Un cadeau doit venir de l’âme de l’autre et soudain je repense à une phrase que Jacob m’a dit «  c’est un cadeau qui vient du cœur ». Je revois sa main posée sur son cadeau, son visage si près du mien et ces yeux noirs posés sur moi. A cet instant, je sais ce que sont les vraies valeurs et je me dis que je dois dire ce que j’ai sur le cœur à Edward. A côté de ça, je me vois plus tard comme une fille gâtée et j’ai vraiment envie de chasser cette image de ma tête tellement elle en devient de plus en plus perceptive chaque jour qui passe. Et là, j’ai envie de lâcher mon sac à Edward, mes pensées ; mes craintes et mes attentes. Je sors nerveusement les clés de voiture de ma poche et je lui pose sur la table basse :
- Je dois te la rendre ! A partir de maintenant, elle ne m’appartient plus.

Je retire son collier de mon cou et je lui tends mal à l’aise et émue à la fois car ce que je suis en train de faire est sur le point de le blesser. Mais je ne le fais pas contre lui, juste pour moi. Pour me protéger. Et je lui dis d’une voix tremblante et prise dans une intonation que je ne me connais pas :
- Tous ça, ce n’est pas moi, Edward !

Il me toise incrédule. Je regarde son visage parfait mais blessé. Je sens ma gorge se serrer et je sais que je vais avoir un nœud dans l’estomac pour la journée mais je suis en accord avec moi-même.

- Je suis désolée, lâchais-je d’une petite voix tremblante.
- Tu es sûr de ce que tu fais ?
- Oui, mais ne m’en veux pas. Si je fais ça, ce n’est pas pour te blesser ou autre chose. Je veux exister a travers toi et j’en ai besoin ! Mais je ne veux pas me sentir étouffée par tout ça. Je t’aime et rien d’autre ne compte.

Je le contemple, craintive de sa réaction et des larmes me montent aux yeux. Il passe sa main sur ma joue. Il ne peut plus me quitter des yeux et j’y vois la tristesse dans les siens, celle que je viens de lui infliger ; mais je dois lutter.

- Si c’est ton choix, alors je dois l’accepter.
- Tu ne m’en veux pas ?
- J’aurais préféré que tu acceptes, mais si ça doit te mettre mal à l’aise, alors je respecte ta volonté.



*
[Bella]


Assise sur mon lit, mon regard dans le vague : je ne peux oublier son visage … Je sais que je l’ai blessé mais ça faisait un moment que je bouillais et ça devait sortir avant que je ne me réveille un matin en constatant ce que suis devenue : la fille qui ne se soucie pas de ce qui l’attend demain puisque qu’elle a tout ce qu’elle peut avoir. Mes yeux sont rouges depuis ce matin. Je continue à me passer les images dans la tête, ce qui me replonge irrémédiablement dans ma tristesse. Moi, vidant mon sac sous le regard d’Edward baignant dans la déception.

TOC TOC !

Je relève la tête vers la porte et je vois Charlie qui me voit dans ce sale état et j’ai soudainement honte. Je le vois me regarder inquiet et s’attarde sur mes yeux :
- Qu’est-ce qui ce passe ? Un problème ?
- C’est rien.
- J’ai pas cette impression …
- J’ai juste eu une conversation avec Edward.
- Oh !, lâche-t-il comme-ci cela semblait le rassurer que ça ne soit pas autre chose.

Il s’avance à moi :
- Il t’a dit quelque chose … de mal ?
- Bien sûr que non ! On s’est juste … Je lui ai dis ce que je pensais et il doit en souffrir maintenant.
- Et maintenant c’est toi qui souffre ! … Tu veux en parler ?

Je lui fais signe que non. Il garde un silence avant d’ajouter :
- Je passais pour savoir où était passé ta voiture ? La nouvelle !
- Je ne l’ai plus.
- Il l’a repris ?, lâche-t-il étonné prêt à jurer.
- Non, c’est moi qui lui ai dit que je n’en avais pas besoin. J’ai toujours la mienne et elle me convient parfaitement. Cette voiture … elle n’était pas pour moi. Elle n’était pas moi.

Il s’assoit sur le rebord de mon lit, me contemple triste et tend une main sur mon épaule :
- Hé ! C’est pas dramatique … Se fâcher pour une voiture …
- Il n’y a pas que ça … Edward pense qu’il doit tout m’offrir pour me rendre heureuse. Mais je n’ai pas besoin de ça, sa présence me suffit. J’ai besoin qu’il comprenne ça ! Parce que si non, je crois que je vais disparaître. Tu avais raison.

Je le vois acquiescer d’abord surpris par mon honnêteté puis il m’avoue :
- Je ne vais pas te dire que de se disputer c’est bien, mais ce que tu lui as dit ; je pense qu’il avait vraiment besoin de l’entendre. Je suis fière de toi ma Bella. Tout ces trucs qu’il t’offre, ça m’a toujours mis mal à l’aise. Bon, je redescends, mais si tu veux me parler … Je suis là !
- Merci !, lui répondis-je contente qu’il m’ait écouté et qu’il me comprenne.

Il se lève :
- Ah j’oubliais ! Ce soir, tu sais qu'on dîne à la réserve ? Ta mère arrive dans cinq heures. Ca va te changer les idées !

Je guette son regard et je sais que ça lui tiens à coeur que je sois là pour ce soir. D’ici là, j’espère avoir meilleur mine ...



-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


SCENE 12. DES RETROUVAILLES PERTURBANTES

*
[Bella]


Ma décision est prise, je pars à la réserve ce soir pour le repas organisé chez Billy. Malgré les réticences d’Edward à y aller et son appel sur ma messagerie il y a quelques minutes ; cela n’y changera rien. Je l’ai rappelé pour lui dire de ne pas s’inquiéter pour moi et j’ai aussi eu besoin de le rassurer sur notre relation. Je veux juste qu’il tienne compte de ma décision de ce matin. J’ai juste besoin de digérer un peu tout ça, et cette soirée me fera le plus grand bien.

- Chérie ? On y va !, me fait ma mère en bas des escaliers.

Je la rejoins dans l’entrée et je l’a vois encore me regarder avec l’œil pétillant. C’est plus fort qu’elle, elle m’enlace une nouvelle fois pour savourer nos retrouvailles.

- Ma petite Bella, tu es si belle !

Je lui souris et nous grimpons en voiture avec Charlie qui nous talonne pour s’installer au volant. Renée ne me demande pas des nouvelles d’Edward car je sais qu’elle est au courant. Dans la cuisine, j’ai entendu les messes basses de Charlie lui expliquer que nous nous étions disputés et qu’il valait mieux ne pas aborder le sujet ce soir. Mais je connais ma mère et je n’échapperais pas à ses questions avant son départ.

Arrivés à la réserve, des gouttes de pluies tombent sans cesse et nous ne tardons pas à nous mettre à l’abris. A l’intérieur, une grand tablée est dressée. Je vois Charlie saluer Billy, et Renée se dirige vers Sue. Sur ma droite, je sens que l’on m’observe. Un sourire s’élargit sur ses joues et aussitôt sa bonne humeur communicative déteint sur moi. Les mains dans les poches, Jacob vient au-devant de moi et m’enlace :
- Je suis content de tu sois de la partie ! J’avais cru comprendre que je ne te verrais pas ce soir …
- J’ai changé mon programme, lui répondis-je souriante en le voyant ravi.
- J’aime les changements de programme !

Nous sommes soudain coupés, la voix de Renée nous parvient et nous nous retournons sur elle qui approche :
- Jacob ? Oh ce n’est pas possible comme tu as grandi ! Regarde-toi ! Tu es très beau !

Elle l’enlace amicalement et je vois Jacob qui ne peut s’empêcher de sourire. Elle se recule en le contemplant avec de grands yeux :
- Tu dois faire tomber des cœurs j’en suis sûr !

Je souris à sa remarque et je me dis qu’elle va finir par l’intimider si ça continu. Elle nous abandonne pour aller au-devant de Harry. Je regarde l’air de Jacob un instant et je lui dis :
- Désolé, elle fait toujours ça !
- Y’a pas de mal : maintenant je sais que je suis un tombeur de cœurs. Ca m’plaît !, rit-il.

Je regarde autour de moi :
- Alors, comment va Leah ?
- Elle va bien. Mieux ! Sue a bien fait de l’emmener au médecin. Elle a une légère fracture à la main mais rien de bien méchant.
- Elle n’est pas là ?
- Non, pas ce soir.
- Qu’est-ce qu’on dit ses parents à propos de tout ça ?
- Ils … lui ont dit qu’il ne fallait pas en parler.
- Pourquoi ?
- Ils ne veulent pas que ça se sache car ils ne veulent pas avoir de chasseurs autour de chez eux. Et puis Harry n’est pas trop pour la chasse aux loups de toute façon.
- Mais Sam s’en occupe, non ?
- Ouai. C’est ce qu’il a dit.

Je vois Jacob regarder derrière moi et je le vois quitter son masque radieux. Etonnée, je me retourne pour voir ce qui a pu le rendre froid soudainement et ce trouble le gagner. Je vois un couple que je ne connais pas et un jeune homme les suivre. Au premier abords, je pense ne pas le connaître puis son visage d’un seul coup me rappel quelqu’un. Je regarde à nouveau Jacob, surprise :
- C’est Embry ? Il s’est coupé les cheveux ?, fis-je encore étonnée de le voir sans ces cheveux mi-longs qui encadraient son visage.

Jacob ne le lâche pas du regard et me répond :
- Je crois qu’il me doit des explications.
- Pourquoi ?
- Embry a été introuvable ces jours-ci, il a fait silence et il a même séché les cours toute la semaine. Quand je vais dire ça à Quil, il va pas en revenir !

Je le vois contrarié et déçu à la fois. Je n’ai pas l’habitude de le voir comme ça. Il s’avance vers Embry d’un pas décidé. Je reste où je suis sans les quitter des yeux.



*
[Jacob]


J’arrive à lui et je le vois faire style de m’ignorer : je ne l’avais jamais vu comme ça. Je le toise sérieux et intrigué lorsqu’il ose enfin me regarder en face. Je constate ces cheveux coupés courts à présent. Son regard est nettement moins souriant que la dernière fois que je l’ai vu. Il me lance un salut peu enjoué et toujours avec cet air froid et distant. Je lui réponds mais en ne sachant toujours pas comment le prendre :
- Euh … ouai, salut !, continuais-je de le fixer pour lui montrer que j’attends quelque chose.

Il ne me répond rien d’autre et furte ce qui se passe à la table. De le voir agir ainsi, m’agace et je lui tapote d’un coup de poing, son épaule pour le faire réagir. Subitement, il lève ses yeux sur moi, il me fout les jetons avec ce regard là.

- Qu’est-ce que tu fais ?, me demande-t-il sérieux.
- J’essai de comprendre. Dis-moi, tu comptais donner un signe de vie un jour ?
- De quoi tu parles ?, fait-il innocemment.
- Fait pas ton malin ! L’autre jour, je t’ai attendu comme un idiot sous le pont et tu t’es jamais pointé ! Toute la semaine, avec Quil on ne t’a pas vu une seule fois au bahut. Alors je te repose une question : Qu’est-ce que tu fais ? Qu’est-ce qui t’arrive ?
- Ce qui me prend ? Bah je prends un peu de bon temps. Je vois pas ce qu’il y a de mal à sécher quelques heures de cours.

Je le contemple toujours agacé par son air que je ne lui connais pas :
- Embry, tu vas te réveiller oui ? Tu me fais quoi là ?
- Hé ! Lâches-moi ! J’ai peut être plus envie de traîner avec toi voilà tout !

Je le fixe déconcerté et je me dis qu’il bluffe c’est pas possible ! Je n’en reviens pas :
- Ok ! Tu m’en veux peut-être pour un truc, j’en sais rien mais Quil ? Lui non plu n’a pas de nouvelles !

Il s’approche un peu plus et il plonge ces yeux noirs sur moi :
- Ecoutes-moi, Jacob ! J’ai discuté pas mal avec Sam et c’est un gars bien contrairement à tout ce qu’on a pu sortir sur lui. Alors lâches-moi !
- Quoi ? Attend, Sam ? Il t’a fait un lavage de cerveau à toi aussi ?, lâchais-je perplexe.
- Un conseil, si c'est pour déverser ta bile sur Sam alors évites-moi !

Il finit sa phrase dans un regard froid comme-ci il essayait de me faire peur. Déçu, je n’ose rien ajouter tellement sa réaction me surprend. Il s’éloigne de moi et j’en reste incrédule sur place. Soudain, je vois le regard de Bella sur moi et je la rejoins contrarié.

- Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qu’il t’a dit ?, me fait-elle inquiète en me voyant ainsi.

Je le regarde une nouvelle fois autour de la tablée et je sers les dents pour lui répondre :
- On dirait qu’Embry a pris la grosse tête ! … Pff, encore ce Sam ! Mais qu’est-ce qu’il cache ce type ?

Je vois que mon comportement inquiète Bella toute la soirée et je m’en veux mais Embry m’a mis sur les nerfs. De toute la soirée, je ne l’ai pas lâché des yeux en essayant de comprendre ce qui lui ait passé par la tête ces derniers jours. Vers la fin du repas, je le vois sortir de la pièce et c’est inévitable. Je me lève aussitôt. Ma chaise racle le sol dans un bruit audible par tout le monde. Je vois Bella lever la tête sur moi et sans un mot, je quitte la table. Quelque chose cloche et je compte bien mettre la main dessus. Lorsque je sors dehors, la nuit est fraîche et bien sombre. Je vois Embry, le dos tourné. Directement, je vais au-devant de lui :
- Faut qu’on cause !

Sans même se retourner il répond comme exténué :
- Jacob …
- Quoi ? Ma présence t’insupporte peut-être ? Tu es chez moi, j’ te le rappel !
- Si c’est que ça, je m’en vais !

Il avance d’un pas et je cramponne son épaule. Il se retourne surpris, et son corps semble trembler. J’en reste ahuris. Ces mâchoires semblent vibrer et je vois qu’il tente de le dissimuler. Son corps est contracté, je peux le voir.

- Jake, tu ferais mieux de rentrer !
- Qu’est-ce qui t’arrives bon sang ?

Toujours choqué de le voir dans cet état de nervosité, ces membres tremblent toujours et je le vois maintenant lutter contre quelque chose qui semble prendre contrôle sur lui … comme une crise.
Soudain, Jared, un des acolytes à Sam arrive de nulle part. Je suis d’abord surpris car il fait froid et il ne porte rien sur le dos. Il hoche la tête à mon intention puis il fait signe à Embry de le suivre. Je ne comprends rien et je me dis que ce soir c’est peine perdue. Je les laisse partir mais je sais qu’ils me cachent quelque chose. Lui et le clan à Sam ne sont pas clean. Quand je me retourne, je vois Bella qui est sortie sur le pallier et qui a dût arriver au même moment que Jared. Ces yeux sont inquiets et elle veut savoir ce qu’il y a. Je lui avoue qu’Embry n’est pas clair et que je n’y comprends rien. Elle me dit que j’ai l’air mal et elle essaie de me rassurer comme elle peut. Je suis mal mais je ne veux pas qu’elle s’en fasse pour moi. Je n’aime pas la voir me regarder avec ces yeux là.



*
[Bella]


En arrivant dans ma chambre pour aller me coucher, j’ai trouvé une lettre d’Edward posée sur mon lit :


Bella,

Je m’excuse de t’avoir mise mal à l’aise.
Je ne pensais pas que cela t’affecterait à ce point. Désolé de t’avoir blessé.

Je t’aime, Edward.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 30
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 22 Déc - 21:14

Eh bien!! Quelle suite riche en émotions!!

Edward dit à Bella qu'elle ne devrait pas être si sûre d'elle lorsqu'elle affirme ne jamais avoir croisé de vampires qu'elle ne connaît pas... Il sait quelque chose??? scratch Ça m'intrigue... lol!!

Bella est plus touchée par le cadeau de Jacob que celui d'Edward : oui, ils ont les mêmes valeurs!! Wink Bella va s'en rendre compte, non? Razz

Bella qui rend ses cadeaux à Edward : au moins elle est en accord avec elle-même... Mais pauvre Edward... confu Il m'a fait de la peine, là...

Eh bien voilà, Embry a muté... Jacob est donc le prochain?? confu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 23 Déc - 0:27

C'est vraiment super tes rebondissement! bounce

D'abdord, les cadeaux. Ma partie préféré. Je suis contente que Bella lui ouvre les yeux a se sujet.Non, mais sérieux, offrir une auto, un collier et pui un voyage...Ya de koi8 etre mal a l'aise.Je comprends que Bella aille de la difficulté a lui dire.
J'aime la Jalousie d'Edward a propos des colliers. C'est bien beau l'or et les diamants, mais le coeur et le temps qu'on mets a faire un cadeaux sois-meme compte plus. En plus si cela vient de Jacob.

J'aime les gout de Renée.
Jacob Black, le tombeur de coeur Mdr:
Citation :
- Y’a pas de mal : maintenant je sais que je suis un tombeur de cœurs. Ca m’plaît !, rit-il
Bah ouais, tu le savais pas ??? Shocked


Finalement, pauvre Jake avec le problème avec Embry. C'est vraiment nul se qui lui arrive.

Citation :
- Un conseil, si c'est pour déverser ta bile sur Sam alors évites-moi !

D'un coté, cela doit vraiment etre chien d'entend toujours les gens insulter Sam, alors qu'il les sauve des vampires et aide les jeunes luops. Sérieux, cest triste pour lui.

Jai hate a la suite
xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 23 Déc - 22:40

Ah voilà une sage décision ! rendre tout à Edward LOL il y allait un peu fort là, même moi qui adore faire des cadeaux, je trouvais ça abuser LOL

Renée est là, j'adore ce personnage Smile

Embry a muté et il largue Jacob Sad
Citation :
- Hé ! Lâches-moi ! J’ai peut être plus envie de traîner avec toi voilà tout !
pas cool :'(

ça sent la mutation prochaine pour notre Jacob...j'ai hâte de lire comment tu vas tourner ça Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 24 Déc - 0:35

Citation :
Alice cullen 57 : Edward dit à Bella qu'elle ne devrait pas être si sûre d'elle lorsqu'elle affirme ne jamais avoir croisé de vampires qu'elle ne connaît pas... Il sait quelque chose??? scratch Ça m'intrigue... lol!!
La réponse arrive ...

Citation :
Alice cullen 57 : Bella qui rend ses cadeaux à Edward : au moins elle est en accord avec elle-même... Mais pauvre Edward... confu Il m'a fait de la peine, là...
Et ouai, triste pour Edward mais quand on aime parfois on peut changer pour les gens, et je ne voulais pas que Bella suive cette voie. J'espère que ça n'a pas choqué que Bella puisse dire non ...

Citation :
Renesmée Cullen Black : D'abdord, les cadeaux. Ma partie préféré.
Bon alors tant mieux ! Very Happy

Citation :
Renesmée Cullen Black : D'un coté, cela doit vraiment etre chiant d'entendre toujours les gens insulter Sam, alors qu'il les sauve des vampires et aide les jeunes luops. Sérieux, cest triste pour lui.
Oui ça doit être lourd mais personne ne peut penser que Sam et son clan agissent pour le bien de tout le monde. D'un point de vu extérieur, c'est facile de les critiquer. Ils sont zarbi quand même taré des mecs torse nu, toujours en clan, en train de surveiller à droite à gauche etc. Du point de vu de Jacob, je serais pareil lol zarbi zarbi

Citation :
Tititof : Ah voilà une sage décision ! rendre tout à Edward LOL il y allait un peu fort là, même moi qui adore faire des cadeaux, je trouvais ça abuser LOL

Razz sage décision prions lol alors les billets d'avions étaient prévu au programme mais le collier est venu s'ajouter lorsque le collier de Jacob est venu se mettre autour du cou à Bella. Je sais, excessif excessif mais dans les livres, ça m'avait agacé qu'Edward veuille toujours marquer des points à ce niveau là face à Jacob.

Citation :
Tititof : Citation vanille : - Hé ! Lâches-moi ! J’ai peut être plus envie de traîner avec toi voilà tout !
pas cool :'( ça sent la mutation prochaine pour notre Jacob...j'ai hâte de lire comment tu vas tourner ça
Je sais que les propos d'Embry sont violent pour Jacob mais la suite devrait compenser. Wink



* Voilà un chapitre en plus Smile pour vous faire patienter mon absence de quelques jours.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


SCENE 13. DES LOUPS GAROUS ?

*
[Embry]


Je suis assis dans la nuit et devant ce feu qui ondule devant moi, mes yeux le fixent intensément. Je m’en veux pour Jacob mais je n’ai pas le choix. Pour ma nouvelle nature, je dois sacrifier notre amitié. Je dois l’éviter pour sa protection. Je me souviens de son visage marqué par de l’incompréhension et de la déception. Et c’ est ça qui me fait le plus mal. Le fait que je l’ai déçu … Soudain, je suis coupé dans mes pensées, Paul m’interpelle :
- Hé ! T’en veux une autre ?, me demande-t-il pour savoir si il peut s’accaparer la dernière côtelettes qui grille.
- Vas-y ! Je te la laisse !

Je vois Sam me jeter un œil inquiet puis il me dit :
- Je sais que c’est difficile pour toi de couper les ponts avec tes amis, mais tu n’as pas le choix.

Je vois Jared et Paul sur le côté me lancer un regard furtif puis je réponds à Sam :
- Je n’avais pas envisagé un jour me mettre Jacob et Quil à dos …

Jared et Paul avalent goulument leur bout de viande et ce dernier me répond :
- Et moi, tu crois que j’avais envisagé d’être un loup un jour ?, glousse-t-il en regardant Jared qui laisse échapper un rire à son tour.

Puis Jared me dit plus sérieusement :
- C’est un mauvais moment à passer mais dis-toi qu’on est tous passé par là. Il faut faire avec !

Je vois Sam rester silencieux et j’imagine qu’ils peuvent tous me comprendre. Ils ont dût voir leurs amis proches s‘éloigner peu à peu. Et maintenant, c’est mon tour. De les voir en accord avec leur nature et leur vie qui a changé, je me dis que je vais peut être réussir à passer au-dessus de ça et apprécier ma nouvelle vie aussi …



*
[Bella]


En ce dimanche matin, quelqu’un toc à la porte et cela surprend Charlie autant que moi. Je suis assise à table avec ma mère et mon père, un moment qui ressemble beaucoup à une vraie vie de famille ; attablés devant notre petit déjeuner. Lorsque mon père ouvre la porte, je reconnais la douce voix d’Edward et je me lève aussitôt. Charlie regagne la cuisine, et moi je sors sur le palier en refermant la porte pour discuter tranquillement avec lui. Je croise ces yeux dorés qui m’envoutent toujours autant. Son teint semble triste lorsque je m’attarde à le contempler. Il lève sa main vers mon visage pour me caresser la joue de ses doigts.

- Viens, on va prendre l’air, me fait-il avec douceur.



*
[Bella]


Nous marchons un peu à l’entrée de la forêt qui se trouve à la sortie de la ville. Je marche tranquillement et un silence plane. Seul le bruit de quelques oiseaux et le bruit d’un cours d’eau se font entendre. Il fait un peu frais en cette matinée et j’en grelotte. J’enfile mes gants et Edward me tient la main tout en marchant.

- Il faut que je te parle, me coupe-t-il.

J’arrête ma marche, mon cœur battant dans ma poitrine et je me tourne à lui :
- Oui, je t’écoute ?
- Ce que j’ai à te dire doit rester secret. Et je sais que de ce côté-là, j’ai ta confiance.
- Secret ? De quel genre ?
- Je t’ai parlé de la réserve et du fait que ça devenait dangereux d’y aller. Et ça ne va pas en s’améliorant.
- Qu’est-ce que tu veux dire ? Des nouveaux vampires

Je le vois hésiter avant de me répondre.

- On peut dire ça.

Sa réponse me surprend puis il ajoute :
- Quand je dis vampires et bien, il faut que tu saches une chose : ce n’est pas tout à fait eux. C’est autre chose …
- Autre chose ? Tu veux dire que … Il y a quelque chose d’autre ?

Je m’arrête un instant comme un blocage qui s’empare de moi et je me met à le toiser sérieuse :
- Si ce n’est pas des vampires, ça veut dire … ça veut dire que tu m’as … menti ?
- Uniquement pour ton bien.

Je ne peux pas le croire, comment a-t-il pu me cacher des choses ?

- Pourquoi ? Je suis bien plus exposé si tu ne me dis rien !
- Ma famille et moi-même avons pensé que ça serait mieux pour toi si tu était tenue à l’écart.

Je continue de le regarder toujours avec cette pointe de déception et je me dis que j’ai été naïve car depuis le temps qu’il se montre inquiet lorsque je vais à la réserve, j’aurais dût me douter que quelque chose clochait.
- Alors, qu’est-ce que c’est si ce ne sont pas des vampires ? C’est quelque chose de dangereux ?, lui demandais-je en craignant déjà sa réponse.
- Pour moi ils ne sont pas fiables.
- Dis-moi ! Dis-moi ce que c’est !
- Ce que ton amie Leah a vu l’autre jour …
- Oui, les loups !
- Ce ne sont pas de simples loups. As-tu oublié la taille qu’ils faisaient ?
- Oui, je sais Leah a dit qu’ils étaient très grands.
- Ils ne sont pas qu’animal. Ils sont aussi humains par moment. Mais ne t’y fis pas, Bella ! Ils sont bien plus dangereux qu’ils n’y paraissent.
- Humains ?, lâchais-je surprise par cette nouvelle.
- Des loups-garous. Et ils sont plus nombreux maintenant. Voilà pourquoi je suis inquiet pour toi. Leur meute ne cesse de s’agrandir et ça ne prédit rien de bon.
- Alice ! Elle les a vu ?
- Elle ne peut pas. Ils sont invisibles à ses visions.
- C’est possible ?, dis-je toujours troublée. Mais, elle sait qui ils sont ?
- Non. Même humains, elle ne les voit pas.
- Est-ce qu’ils tuent des humains ?
- Ils aiment tuer des vampires … Ce que tu dois te souvenir Bella, c’est qu’ils sont loin d’être contrôlable ! C’est pour ça qu’il ne faut plus que tu ailles à la réserve !

Imaginer qu’un de ces loups puisse s’en prendre à Edward cela me coupe le souffle.

- Mais il n’est rien arrivé à Leah ! Je veux dire, ils ne lui on pas couru après.
- Les loups ne s’en prennent pas aux humains, enfin c’est-ce qu’on raconte, fait-il d’un air grave.
- Alors je ne crains rien si je vais à la réserve.
- Jusqu’au moment où ils ne se contrôlent plus …, me fait-il comprendre.
- Je ne peux pas te promettre de ne plus aller voir Jacob, tu le sais !, lui répondis-je sur le vif en sachant qu’on a déjà eu cette conversation dix mille fois.
- A la réserve, tu es entourée de gens et en chacun d’eux, il y a peut être une part d’eux que tu ne soupçonnes pas.
- Qu’est-ce que tu veux dire ?
- Jacob n’est peut être pas si fiable.

Sa remarque me choque :
- Jacob est le plus fiable que je connaisse !
- Tu ne le connais pas ! Qui sait ce qu’il est vraiment !
- Non !, lâchais-je paniquée à l’idée que ce soit vrai. Non ! Jacob est humain, il n’est pas ce que tu dis !
- Il est humain, jusqu’au jour où il te blessera. Bella tu dois me croire, côtoyer Jacob Black n’est pas une bonne chose, tout comme les autres. On ne sait pas de quoi ils sont capable !
- Comment tu peux le savoir ?
- Emmett et Alice en ont vu ! Ils sont imprévisibles, agressifs, et stupides, cracha-t-il en serrant les dents dans une mine de dégout.
- Comment expliques-tu que Leah au milieu de la forêt ait pu s‘échapper face à deux loups comme ça ?
- Peut-être que cette fille a eu de la chance …, me fait-il en ne cessant de me fixer jusqu’à y déceler ma propre incertitude. N’y va pas !
- Tu ne le penses pas ! Tu ne peux pas dire ça !
- Tu dois me faire confiance !

Je suis maintenant vexée et incroyablement troublée par les évènements. Des loups-garous ? En ce monde ? Mais où est la normalité de ma vie ? Ma vie avec Edward fait parti de ce qu’on appelle -une vie peu ordinaire-. Un monde dont personne ne soupçonne. Mais lorsque je vais à la réserve et que je retrouve la joie de vivre de Jacob, j’ai l’impression de retrouver ce petit laps de temps incroyablement serein ; et qui me rappelle à quel point je suis humaine et que je fais bien partie de ce monde. Et bizarrement, cela me surprend à chaque fois d‘avoir ce sentiment. Renoncer à la vie humaine, bien sûr que j’aurais des regrets sur certaines choses mais me voir passer les années aux côtés d’Edward et voir ma peau traverser les âges : ça non je m’y refuse ! Mais c’est un choix, un choix que je ne peux renier. Pourtant en cet instant, je me dis que la normalité me manque terriblement. Et savoir que tout ça rattrape le petit cocon que j’y ai tissé à la réserve, me met mal. J’ai soudain des doutes sur ce que je veux réellement … Et la voix chantante d’Edward sonne à mes oreilles comme quelque chose de contrariant :
- Trouves un prétexte pour dire à Jacob que tu n‘auras plus trop le temps d’aller le voir.

Les choses n’abondent plus dans mon sens et coincée dans cette issue, instinctivement je me retourne pour rebrousser chemin. Edward me suit et je sens sa main sur mon bras ce qui me stoppe immédiatement.

- Bella, je t’en prie ! Je t’ai dis la vérité. Pour ta survie, je serais capable de tout, tu m’entends ?
- Et pour ma liberté, es-tu prêt à te sacrifier ? J’ai besoin d’air Edward. Tu ne peux pas me protéger partout où je vais !
- Tu sais à quel point ça me rend fou de te savoir en danger, chaque heure qui passe ?

Je le regarde triste de voir à quel point cela l’inquiète.

- Je t’aime, Edward. Mais ne m’emprisonnes pas avec toi.
- Je ne cherche pas t’offenser.
- Pourtant, depuis que je vois Jacob tu ne cesses de me tenir à l’écart de lui. C’est un bon ami, il compte pour moi, tu comprends ? … Alors dis-moi que tu me laisses aller à la réserve ? Je serais prudente !, insistais-je en le suppliant du regard.

Son silence me dit que cette discussion n’est pas finie. Nous nous dévisageons chacun et nous savons qu’il y a un fossé qui s’est creusé. La première année, je savais qu’Edward était fait pour moi Une connexion s‘était faite, un lien nous rapprochait l‘un à l‘autre ; l’attirance était inévitable. Et je savais que je ne pourrais plus le quitter. Mais sa possession sur ma personne m’envahit peu à peu et son inquiétude grandissante devient difficile à gérer. Il est tout pour moi, mais quelque chose s’effrite peu à peu. J’ai laissé couler les choses malgré tout mais à l’ordre d’aujourd’hui, je sens que quelque chose doit changer. Edward doit changer. Pour vivre en tant qu’humaine, il doit me faire confiance et doit garder ses craintes pour lui ; sans pour autant m’engloutir dedans. Car c’est ce qui me fait souffrir chaque jour. Je remonte jusqu’à la voiture en le laissant là en espérant qu’il va se remettre en cause et passer au-dessus de tout ces sentiments d’insécurité à mon égard.


*
[Jacob]


Je marche dans la ruelle avec mon carton dans les bras, remplit de bombes de peintures. C’était une aubaine que le magasin solde tout aujourd’hui. Quil pourra pas me dire qu’il n’a pas le choix sur la marchandise. Je continu ma marche tranquillement sur le trottoir pour regagner ma Golf qui est garée à deux pâtés de maison d’ici. Soudain, je ralentis direct en reconnaissant un véhicule. Je ne peux pas me tromper, il n’y en a qu’un comme ça à Forks. Je me demande même si la voiture n’a pas été vendu à un nouveau propriétaire. Je m’avance doucement et c’est là que je la vois. Bella Swan sort d’un super marché, les bras encombrés d’un gros sac de provisions. Je souris, je suis ravi de tomber sur elle et je m’avance jusqu’à sa voiture. Je vois qu’elle lâche une main de son paquet pour saisir les clés qui doivent être dans sa veste. Visiblement en difficulté, j’en profite pour l’appeler. Elle se retourne légèrement :
- Jacob ?
- Attends, je vais t’aider !

Je me dépêche en arrivant sur elle. Je pose mon carton sur le capot de sa voiture et je lui prends les clés pour ouvrir sa voiture. Aussitôt, elle pose son paquet sur le siège passager et se tourne à moi. Je constate qu’elle a une petite mine.

- Salut !, lui tendis-je ne lui souriant.

De suite je regarde sa voiture pour lui faire la remarque :
- Tu as voulu lui faire prendre l’air ?
- Ne te moques pas, tu sais que j’aime cette voiture. A vrai dire, je n’ai plus que celle-là !
- Quoi ? L’autre est en rade ?, fis-je surpris par sa réponse.
- Non. Je ne l’ai pas gardé.
- T’es sérieuse ?
- Tout ce qu’il y a de plus sérieux. Tu avais raison, bien trop encombrante.

Je suis si étonné de cette nouvelle que j’en reste sans un mot et elle me répond :
- Je ne regrette pas, j’ai fait le bon choix, me répond-t-elle si sûr d’elle.

Je la vois me contempler puis me dire :
- Tu n’as pas l’air d’approuver, pourtant tu pensais toi aussi que c’était …
- Un bourrier ? Un gros tas de ferraille encombrant ?, lui suggérais-je pensif.
- Oui !
- Oui, effectivement. Mais c’était une sacrée bagnole quand même !
- Pour toi, peut-être. Mais rien ne vaut ma super occa’s ! Tu n’as pas oublié ?, me fait-elle avec sa petite mine qui semble maintenant se détendre.

Je plonge mes yeux dans les siens et je finis par élargir mon sourire en la regardant. Je la vois jeter un regard vers mon carton posé sur son capot puis elle me demande :
- Qu’est-ce que c’est ?

De suite, je reprends le bloc de carton et elle y jette un œil et je lui réponds :
- J’agrandis ma réserve de peinture. Du matos pour mes tags.
- Tu en as refait ces jours-ci ?
- Pas depuis qu’Embry m’a laissé en plan …
- Du coup, tu m’avais proposé de venir avec toi et j’ai raté le rendez-vous. Mais ça me dit toujours !
- On peut rattraper le temps perdu, c’est pas un problème.
- Et moi je suis partante !
- Ok alors je te ferais signe le jour J, lui répondis-je heureux de pouvoir la revoir à cette occasion.

Je cale mon carton un peu mieux dans le creux de mes bras et je m’apprête à lui dire au revoir lorsqu’elle me demande :
- Tu as quelque chose de prévu ce soir ?
- Euh non, pas vraiment.
- J’ai ma soirée de libre alors si ça te dit de faire un truc ? On pourrait … manger ensemble ou … aller au cinéma ? Enfin, si ça te dit …, me fait-elle gênée que je refuse.

Soudain, je me dis que je dois rêver et je me dis que c’est une aubaine de l’avoir croisé là. Mais pourquoi ne voit-elle pas son Cullen ? Intrigué, je lui réponds :
- Oui, pourquoi pas ! C’est une invitation qui me plaît ! … Mais euh, tu ne vois pas ton copain ?

Je vois son visage se crisper lorsque j’évoque Edward Cullen et je me dis que j’ai pas posé la bonne question. Je me mord l’intérieur de la joue, mais il est trop tard.

- Il n’est pas là ce soir, me répond-t-elle le regard bas.

Je hoche la tête à sa réponse et je me dis qu’il vaut mieux que je la ferme concernant Cullen. Nous partons ensemble jusqu’au ciné le plus proche. On a opté pour un film fantastique mais la séance ne commence que dans une heure. En attendant, nous allons boire un soda dans le coin café du ciné. Assis l’un en face de l’autre, je la contemple passif ; elle a l’œil triste ce soir. Je pose mon gobelet à soda puis elle me demande :
- Comment va Embry ? Tu as eu l’occasion de le revoir après la fameuse soirée ?
- Non. Mais c’est peut être mieux comme ça. Même si je dois le rencontrer à nouveau, je crois que je suis pas prêt de lui adresser la parole.
- C’est dommage …, dit-elle triste pour moi.
- Si il a décidé d’être un abruti c’est son problème, dis-je avec de la rancœur.
- Si Sam l’influence, pourquoi est-ce que tu n’en parles pas à ton père ? Après tout, il le connaît bien, non ?
- Ca n’y changera rien. Mon père voit Sam comme quelqu’un de la famille. D’ailleurs quand j’y pense, ça me fout en l’air !
- Qu’est-ce qu’en pense Quil ?
- Pour plaisanter, il m’a demandé si j’étais le prochain sur la liste. Moi, ça m’a pas fait rire, lâchais-je sérieux.

Anxieux en y repensant, je vois Bella me contempler puis elle me dit :
- J’aimerais tellement pouvoir t’aider, me glisse-t-elle dans une petite voix.
- Ne t’en fait pas pour moi. Si j’évite Sam et sa suite, ça devrait aller.
- Je ne voudrais pas que tu perdes encore un ami.
- Je survivrais !

Je la vois sourire enfin :
- Tu survis toujours à tout !
- Tu crois ça ?
- Dans n’importe quelle situation, je ne te vois jamais te démonter. Tu es fort ! J’aimerais pouvoir être comme toi.
- A la période où mon père était dans un état critique, j’étais loin d’être fort. Je me sentais … vraiment … nul.
- Ne dis pas ça. Tu étais mal mais dans ta situation tu as su positiver et rester solide.
- Tu trouves ?, lui demandais-je en ne pouvant plus quitter ces jolis yeux.
- Bien sûr. Tu sais que tu as rendu mon père malade le jour où il devait t’emmener à l’hôpital ?
- Sérieux ?
- Si je t’assure !

Je contemple à nouveau son petit visage qui semble plus lumineux qu’à notre rencontre dans la ruelle. Mais il reste tout de même une partie d’elle qui semble triste. Je ne sais pas si elle a des problèmes avec son Cullen mais je ne cherche pas plus loin. Visiblement, elle ne veut pas m’en parler et je le respect. J’espère juste que ça va passer. Je la vois siroter son verre puis elle me demande en se donnant un élan de gaieté :
- Et toi alors, pas de petite amie en vu ?

Je souris à sa question auquel je ne m’attendais pas et je lui réponds :
- Non. Je n’ai pas dût croiser la bonne.

Quand je pense que je suis en train de sortir ça à la fille qui me plaît le plus ... Quand je la vois, j’ai envie de lui dire à quel point je la trouve belle, et à quel point j’aimerais la prendre dans mes bras. On continue de boire tranquillement notre verre et à discuter. Je reste calme et décontracté mais je la dévore des yeux. Je n’ai jamais ressenti autant de choses pour quelqu’un. Et cette personne c’est Bella Swan, l’amie d’enfance qui m’a toujours donné du baume au cœur. La soirée était très sympa et le film était cool. Bella m’a déposé dans la rue où j’avais garé ma Golf quelques heures plus tôt. Après m’avoir remercié de cette soirée, elle s’en ait allé et j’ai soupiré de me sentir aussi bien à ces côtés, mais triste déjà qu’elle soit partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 24 Déc - 16:43

Honnnnnnn
Cest trop chou la scene avant le film.Il a peur d'etre le suivant.Pauvre Quil!Apres il va etre tout seul Sad

Mad Edward ne parle meme pas que les loups sauvent les humains de lui.Il n'est pas gener celui-la!

C'est vraiment triste la scene dans la tete d'embry.Ils ont tous passer par la... Sad
xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 20
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Sam 25 Déc - 22:00

j'adooooooooooooooooore !!!!!
vivement la suiiiiiiiiite !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Dim 26 Déc - 14:36

j'ai rattraper mon retard. alors tout comme renesmée je trouve que Edward exagère que concoit bien qu'il veut protéger Bella mais il en fait un peu trop. Jake est encore humain et je félicite Bella de lui avoir dit ce qu'elle pensait. elle a raison il n'a pas le droit de l'enfermée avec lui. il doit la laisser vivre un peu.

le moment entre Bella et jake j'adore. Jake la respecte vraiment il ne vas pas chercher la petite bête pour l'ennuyer. au contraire il lui fait passer un bon moment. j'aime beaucoup la scène du soda.

pour Embry il me fait de la peine. il s'en veut de laisser tomber ses amis. mais il n'a pas le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 30
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Dim 26 Déc - 20:49

Embry qui a du mal avec sa nouvelle nature et qui s'en veut vis-à-vis de Jake... Sad Oui, le pauvre... Il doit faire avec, mais ça doit être dur pour lui... Sad

Voilà Edward qui interdit carrément à Bella d'aller à la réserve... Il est encore plus protecteur et étouffant qu'avant!! D'ailleurs Bella le sent bien, et ça se comprend... confu

Bella qui invite Jacob au cinéma : ouhhhhh, ça sent le roussi pour sa relation avec Edward... Et une bonne augure pour sa relation avec Jacob... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Lun 27 Déc - 15:22

A quand la suite?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Aujourd'hui à 21:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Fic' Twilight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Twilight [Stephenie Meyer]
» À propos de la saga Twilight
» Twilight, le film : nos petits détails favoris et autres clins d'oeil...
» HG Vs Twilight : Quand la saga essaie de rameuter du fan de vampires...
» Twilight ou The Host ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: