Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fic' Twilight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Fic' Twilight    Mar 16 Nov - 20:09

Salut !

Voilà, je poste le début de ma nouvelle fic’ sur la saga Twilight. Pour ceux qui ne me connaissent pas, j’ai écris une fic’ l’hiver dernier vous pouvez la voir ici :
http://www.twilighters-france.net/fanfics-tout-public-f95/fic-bella-et-jacob-t6213.htm?highlight=fic+bella+jacob


En ce qui concerne celle-ci, ce n’est pas la suite mais une autre histoire. Elle commence au début de New Moon. Voilà je lance 2 chapitres d’un coup pour démarrer car mon premier chapitre est plutôt calme on va dire. Voilà, bonne lecture.



***


INTRODUCTION



La vie est à quel prix ? Doit-elle s’arrêter ici ? Tous mes rêves sont-ils condamnés à ne jamais exister ? Je sens la panique m’envahir et mon cœur s’emballer. Des images m’apparaissent en flash : ma mère me prend dans ses bras - j’ai 6 ans - , mon père en compagnie de ces amis quileutes ; Edward qui m’embrasse au bord d’une plage pendant nos vacances ; Jacob qui me sourit lors d’une de nos balades. Toutes ces images qui s’agglutinent dans ma tête comme quelque chose de précieux, d’inégalable à tout autre chose. Tous ces souvenirs qui risquent de disparaître à jamais.
La main autour de mon cou se resserre plus violemment. Je sens la pression qui me fait manquer d’air et me fait suffoquer. J’essaie de lutter, de me débattre mais rien n’y fait. Je ne suis qu’une proie et lui mon meurtrier. La pression est trop forte et je le supplie du regard, ma dernière tentative à pouvoir m’en sortir n’est que ça. C’est à cet instant que je sais que mon heure est venue. Je sais maintenant que je connaitrais plus le bonheur, l’étreinte d’un ami, d’un proche ; un baiser qui vous fait sentir rayonnante et qui vous dit que la vie est belle. Une question que je me pose encore : avais-je fais les bons choix dans ma vie ? Avais-je bien agi ? Avais-je emprunté le bon chemin ? Toutes ces pensées et incertitudes ancrées dans mon esprit resteront à jamais, vides.



*



SCENE 1. LA REPRISE

*
[Bella]


Je repense un instant au jour du bal du lycée, lorsqu’Edward m’y a conduit. Je souris un moment et j’ai l’impression que c’était hier. Pourtant, aujourd’hui c’est déjà la reprise des cours mais je n’arrive pas à quitter ce souvenir. Edward m’ouvre la portière et je descends de sa voiture. Je soupire un coup et je contemple ces grands murs de briques qui me font face. Je frisonne un instant et je lève mes yeux sur lui. La froideur de sa peau me surprend toujours autant.

- Désolé !, s’excuse-t-il en retirant sa main aussitôt.
- Ce n’est rien. Je veux quand même que tu me tiennes la main, insistais-je.
- Tu es sûr ?

J’acquiesce à nouveau et je sens ces doigts froids s’entrelacer sur les miens. Nous marchons jusqu’aux petites marches devant le lycée, puis je vois son visage soudain changer d‘humeur. Ces beaux traits se sont instinctivement crispés. Il se stoppe un instant. Je tourne la tête dans le même champs de vision que lui et je comprends. J’aperçois une connaissance : un visage mat, de longs cheveux noirs et un large sourire s’adresse à moi. Ravie de cette visite, je m’adresse de suite à Edward :
- Je vais dire bonjour à Jacob !

Je le vois mal à l’aise face à la visite de mon ami.

- Je t’attends !, me fait-il froidement.

Malgré ça, je tire sa main pour qu’il m’accompagne :
- Viens avec moi !, tentais-je de l’amadouer.

Mais je sens sa résistance, quand je fais le premier pas, son corps ne suit pas. Je le contemple puis il me répond :
- Non. Crois-moi, je n’ai rien de bien intéressant à raconter. Je vous laisse.
- Tu es sûr ?

Je le vois regarder autour de lui, puis il regarde sa sœur arriver au loin ; main dans la main avec Jasper.

- Je vais les rejoindre.
- Bien, comme tu veux.

Je sens sa main me quitter puis je le regarde s’éloigner. Je marche jusqu’à Jacob qui me tend toujours son sourire chaleureux.

- Salut, la revenante !
- Qu’est-ce que tu racontes ? Je n’étais pas partie loin.
- A entendre ton père, tu étais à l’autre bout du monde. Tu lui as manqué.
- Je sais. Mais je suis de retour !

Nous nous sourions, heureux de nous retrouver depuis tout ce temps. A voir comment il se montre aussi enthousiaste à mon encontre, je me rends compte que j’ai été bête de ne pas être passée le voir avant mon départ pour les vacances ; ou bien à mon retour pendant ma halte de quinze jours. Le fait qu’il ait pensé à venir me voir au lycée, je me dis qu’à côté, je dois passer pour la fille qui ne fait pas d’effort. C’est promis, il faut que je me rattrape. Je constate que Jacob a beaucoup changé depuis notre dernière rencontre. Il a encore grandi et je ne peux m’empêcher de le détailler.

- Tu as mangé quoi pendant tes vacances ?, lui fis-je remarquer en lui effleurant le bras.
- Je grandis !, me répond-t-il toujours gaiement.
- Oui, je vois ça. Tu ne fais pas ta rentrée aujourd’hui ?
- En fait, je commence que demain.
- Alors tu profites de ta dernière journée de répit … pour me voir ?
- Ouai !

Il me sourit et je le vois fureter des yeux le parking derrière moi avant de me demander :
- Dis-moi, ta voiture roule toujours ?
- Bien sûr ! Heureusement !
- Mais tu préfères venir …
- Oui, je sais ce que tu penses. En fait, Edward … Il aime conduire et ça lui fait plaisir de m’amener. Tu vois ?

Je le regarde me faire une drôle de mine :
- Oui, je vois. Mon vieux tas de ferrailles restera qu’un vieux tas de ferrailles …, soupire-t-il. Pas assez rapide …
- Ne crois pas ça.
- T’inquiète, je comprends.
- Mais moi je l’aime ton tas de ferraille !

Je le vois regagner un léger sourire à ma remarque puis la sonnerie du début des cours retentit.

- Bon, je ne vais pas te mettre en retard pour ton premier jour. Ca ferait mauvais genre !
- C’est vrai, on pourrait te dénoncer pour me dévergonder, lui fis-je dans un sourire. Merci, d’être passé !

Sans que je m’y attende, il se colle à moi et m’enlace de ces grands bras et me serre contre lui. Il me quitte puis je remonte la anse de mon sac à dos sur l’épaule en le regardant s’éloigner. Puis soudain, je le hèle :
- Hé !

Il se retourne surpris puis je lui dit en élevant la voix :
- Passe quand tu veux !

Il abaisse sa tête sur une mine joyeuse qu’il ne peut retenir puis il me tend sa main pour un dernier au revoir. Ces longs cheveux pendent dans son dos, et j’esquisse un sourire en voyant sa grande carrure déambuler sur le trottoir. Je suis contente de l’avoir pour ami et qu’il ait pensé à moi pour cette matinée. Sous le préau, je rejoins Edward qui m’attend. Son visage à l’air toujours aussi sérieux mais lorsqu’il me voit, il se détend. Je contemple ces beaux yeux miels.

- Alors … Tu lui avais donné rendez-vous ?, se moque-t-il.
- C’est gentil de sa part d’être passé.

Je croise son regard et il semble être pris d’un rire nerveux :
- Gentil ? Il en pince pour toi, oui !
- Arrêtes tes bêtises !
- Je ne fais que te dire ce que j’entends.

Je m’arrête soudainement :
- N’écoutes pas ces pensées ! Ni celle des autres. Ca me gêne.
- Je ne peux pas stopper leurs pensées. Encore moins les siennes … Tu devrais peut être lui faire comprendre qu’il n’y aura rien entre toi et lui. Enfin, si tu le revois un jour …, me fait-il mine de guetter ma réaction.
- Bien sûr que je vais le revoir ! Billy fait partie des amis à Charlie, c’est inévitable.
- Alors fais lui comprendre que vous êtes amis et rien d’autre.
- Mais c’est ce qu’on est !
- Poses lui la question, je serais curieux de voir ce qu’il va te répondre.
- Jacob est un ami de la famille. Je tiens à être en bon terme, dis-je en marchant en direction du grand hall d’accueil.

Edward esquisse un sourire à mon intention et passe son bras autour de moi :
- Allez, on va être en retard !



*
[Bella]


La première journée de cours m’a vite remise dans le bain. J’ai de nouveaux professeurs, j’ai passé ma journée à remplir des formulaires et des fiches descriptives ; fait la liste de ce qui me manque et de ce que je dois racheter. J’ai terminé la dernière heure à la librairie pour trouver mes livres scolaires pour les 9 prochains mois à venir. Sur le parking du poste de police, Edward me dépose. Avant de me laisser, il approche son beau visage pâle du mien. Ces lèvres froides glissent et remuent en me provoquant un frisson. Mon cœur bat la chamade puis lorsque je me laisse un peu emporter, il me repousse. Il s’excuse comme à chaque fois et il s’en veux de m’infliger cette retenue. Je lui souris comme à mon habitude pour tenter de le rassurer puis je quitte sa voiture dans un soupire de quiétude.
- A ce soir !, lâchais-je en me laissant envoûter par son regard.

Son véhicule quitte le parking et je me dirige jusqu’au bureau de Charlie. J’entre et je marche jusqu’à lui. Je le vois sérieux et concentré, le nez plongé dans ses papiers. Son bureau est envahit de divers dossiers, cartons d’archives … Il relève la tête lorsque mon ombre se dresse sur son plan de travail.

- Bella ? Bon sang, j’ai pas vu l’heure passer !
- Sur quoi tu travailles ?
- Plusieurs enquêtes. Trop ! C’est pourquoi je ne m’en sors pas.

Il semble fatigué puis il saisit sa veste sur le dossier de sa chaise en me demandant :
- Ta journée, ça a été ?
- Bien. La routine.

Nous marchons jusqu’à la voiture puis je relance la conversation :
- Tiens, j’ai vu Jacob ce matin !
- Ah oui ? Où ça ?
- Au lycée. Il m’attendait.

Je guette une réponse de sa part mais rien. Surprise, je lui demande :
- Tu ne me demandes pas comment il va ?
- Euh… Ma belle, je le vois tout les 2 jours ton Jacob. Chez Billy.
- Oh oui, c’est vrai.
- Tu devrais voir ce qu’il retape chez lui. Un vrai petit génie de la bricole ce gamin.
- Ah oui ?
- Toujours fourré dans son garage à réparer des trucs. C’est lui d’ailleurs qui m’a réparé ma vitre qui ne s’ouvrait plus. Tu te souviens ? Il a dût démonter toute ma portière, mais il a trouvé ! Juste un problème avec les interrupteurs. J’aurais été chez un garagiste, j’en aurais eu pour une fortune.
- Tu … l’as payé au moins ?
- Bien sûr que oui ! Tu me prends pour qui ?

Je souris légèrement à son attitude puis je rajoute :
- Dommage que lui et Edward ne s’apprécient pas.

Soudain, je vois Charlie me dévisager :
- Quoi ? Qui n’aime pas qui ?
- Edward, il n’aime pas Jacob. Mais je crois que c’est réciproque.
- Rh mm, ça m’aurait étonné. De toutes façon, les gars de la réserve n’apprécient pas non plus les Cullen alors …

Pendant la suite du trajet, un silence a plané dans la voiture. Arrivée à la maison, je me pose quelques minutes dans la cuisine puis Charlie me demande :
- Qu’est-ce que tu as prévu ce soir ?
- Rien. Je crois que je vais profiter de ne rien avoir à faire pour traîner à la maison.
- Tu aurais pu voir tes amis …
- Un autre soir, dis-je en pensant à Edward qui va me rendre visite en entrant par ma fenêtre.
- Si tu veux traîner avec moi, tu peux. Je sors ce soir. Chez Billy ! … Match de baseball, me chuchote-t-il comme un aveu. Et puis comme ça, tu pourras revoir … Jacob. Enfin, si ça te chante.
- Edward ne sera pas ravi, me permis-je de lui dire.
- Il ne le saura pas.

Je fais une moue sachant qu’Edward le saura puis je vois Charlie se pencher sur moi :
- Juste ce soir, dit-il en insistant en voyant qu’il tient à ce que je l’accompagne.

Je soupire et je sais que je n’ai pas trop le choix si je ne veux pas le décevoir.



***

SCENE 2. SOIREE A LA RESERVE

*
[Bella]


La nuit est tombée lorsque j’arrive à la réserve avec Charlie. La maisonnette en bois rouge est toute illuminée et la porte d’entrée est entrouverte. J’entends des voix, des discussions à l’intérieur et Charlie me fait signe d’entrer. Un petit écran de télé est posé sur une commode et devant celui-ci se dresse une silhouette. Une jeune fille aux longs cheveux noirs est assise en tailleur sur deux coussins posés au sol. Harry Clearwater l’interpelle :
- Leah ! Viens donc dire bonjour !

Elle se lève, me dévisage et me regarde de la tête aux pieds avant de me saluer.

- Où est ton frère ?, lui demande son père.
- Il est avec Jacob au garage.

Charlie alors se tourne à moi :
- Tu peux y aller. Je suis sûr qu’il sera content de te voir ici. Il est dans l’autre bâtiment juste avant la maison.

J’acquiesce puis je marche dans la nuit jusqu’au garage. Quand je suis devant les deux rabattants de la porte, je me glisse timidement et je vois mon ami en train de discuter avec le frère de Leah.

- Salut !, lançais-je doucement.

Les deux visages se tournent à moi.

- Bella ?, me lance Jacob surpris de me voir ici.

A sa tête, je vois de suite que ma visite semble le ravir. Je lui réponds aussitôt :
- Tu vois ! Cette fois, c’est moi qui vient !
- Bella, je te présente Seth. Seth, Bella : la fille à Charlie.
- Salut !, me répond le jeune garçon souriant.
- Alors, tu t’intéresses au baseball ?, me demande Jacob amusé.
- Pas plus que ça.
- Allez viens ! On va aller voir si tout le monde est arrivé.
- Vous attendez du monde ?, fis-je curieuse.

Le jeune Seth me répond :
- Si la maison n’est pas blindée alors c’est qu’il manque encore du peuple.

Jacob me fait signe et on sort du garage. Il pose son bras amicalement dans mon dos pour m’entraîner jusqu’à la maison. Je suis au départ surprise par son geste puis je sens son bras se retirer. Seth accélère le pas et nous double pour courir jusqu’à la maison.

- Alors, tu avais peur de t’ennuyer ce soir, pour vouloir venir ici ?
- A vrai dire, je n’avais rien de prévu.

Soudain, un jeune homme brun vient à notre rencontre. Il doit bien avoir l’âge de Jacob. Il sourit en le voyant lui, et moi à ces côtés. Ces cheveux sont mi-longs et il vient au devant de nous en nous souriant amicalement. Il me salue avant de parler à Jacob :
- Hé Jake ! Tu ne m’avais pas dit que tu avais de la compagnie ce soir !
- Bella, je te présente Embry.
- Salut !, lui fis-je.
- Alors c’est toi qui sort avec Cullen ?
- Euh, oui. Edward, me permis-je de rectifier.
- Bon, je ne sais pas si vous avez faim, mais moi, oui !, dit Jacob en m’entraînant dans la pièce.

Leah est toujours devant sa télé et je la vois contempler Jacob à sa venue. Puis elle revient à son match aussitôt. J’entends Billy discuter avec Charlie autour d’un verre de bière. Je vois Harry et son épouse Sue que je n’avais pas vu depuis un moment. Elle semble toute discrète assise à écouter l’anecdote de Billy. Jacob se dirige dans le coin cuisine et me serre à boire. J’entends soudain la voix de Seth qui s’élève. Je me retourne sur lui et il semble en train de demander quelque chose à sa sœur. Mais celle-ci semble s’y opposer. Je vois Jacob les contempler un instant puis semble s’en amuser. Il me regarde :
- Ne fais pas attention à eux. Toujours en train de se chamailler. Ils ne savent pas se tenir, finit-il de dire en levant les yeux au ciel.

Il me fait signe de m’assoir à la table et il se place en face de moi. Je lui demande :
- Vous attendez combien de personnes ?
- On est une petite quinzaine en général.

Je le vois fureter la salle des yeux puis il finit sur moi en souriant.

- Ca doit être sympa ces petites soirées entre vous !
- Ca l’est ! Et ça pourrait l’être encore plus, si tu en faisais partie plus souvent.
- J’essaierais de revenir dans ce cas, lui fis-je prometteuse.

Non loin de nous, je vois Embry avec un autre garçon que je ne connais pas. Celui-ci me regarde puis lorsqu’il croise mes yeux, il tourne son attention sur autre chose. Jacob le remarque et il se penche sur la table à mon intention :
- C’est Quil, un ami ! On rigole bien ensemble avec Embry.
- Tu as d’autres amis à toi qui doivent venir ?

Soudain, je vois son visage qui semble se refroidir légèrement :
- Il y a d’autres personnes mais c’est … Enfin, c’est pas trop des amis en fait.
- Pas des amis ? Toi, tu as des ennemis ? Je ne peux pas le croire.
- Sam doit venir avec sa petite amie Emily. Et il vient avec deux autres de ces potes.
- Vous n’êtes pas amis pour quelles raisons ?, me permis-je de dire en le voyant un peu contrarié.
- Sam est quelqu’un de spécial on va dire. Il s’entend très bien avec mon père, avec Charlie … Mais … Je ne sais pas, je ne le sens pas ce gars. Et les deux autres … Ils sont bizarres aussi. Bref, ils ont changé voilà tout.
- Changés ? T’inquiètes, ça va peut être leur passer.
- J’en suis pas convaincu, me fait-il cette fois sérieux. Et toi ? Tes amis, ils sont cool ?
- Mes amis de lycée ? Ca va. J’ai pas à me plaindre.

Je souris et je le vois regagner une meilleur mine. Nous discutons un peu puis quelqu’un que je ne connais pas m’aborde. Un homme assez grand se tient debout à mes côtés. Les cheveux courts, noirs. Il lance un regard à Jacob et s’adresse à moi :
- Bonsoir ! Bella, c’est ça ?
- Oui, bonsoir !
- Sam !

Il me tend un léger sourire et s’éloigne de nous pour rejoindre une jeune femme. Elle a un joli visage halée, et de beaux cheveux longs noirs, raides. Je vois qu’elle a une grande cicatrice sur sa joue droite.

- C’est Emily, me glisse Jacob avant que je ne lui pose la question.

Non loin d’elle, j’aperçois deux nouveaux visages. Je vois deux jeunes hommes me regarder puis ils vont saluer Harry et son épouse.

- Et eux, qui c’est ?
- Paul et Jared. Les deux andouilles qui suivent Sam partout, dit-il avec peu d’intérêt mais légèrement amer.

Je le vois soupirer un coup :
- Ca te dit de prendre l’air ? Visiblement, on ne va pas manger tout de suite.
- Je te suis !, dis-je enthousiaste.

Nous marchons autour de la maison. La nuit est noire maintenant et il fait un peu frisquet.

- Qu’est-ce que tu aimes faire quand tu as du temps de libre ?
- Il y a tellement de choses à faire …
- Comme quoi ? Mon père m’a dit que tu aimais bricoler pas mal ?
- Ouai, j’aime ça ! Réparer des trucs. En ce moment, je retape une moto cross pour Embry.
- Ah oui ?
- J’ai plus qu’à lui donner un coup de peinture pour la rafraîchir. Je dois l’avoir fini pour son anniversaire. J’ai besoin d’un peintre, si ça te dit ?
- Quoi, moi ?, fis-je amusée.
- Oui. A moins que tu ais des projets plus intéressants pour le week-end ?
- Quelle couleur elle sera ?
- Embry a insisté pour qu’elle porte deux couleurs : du blanc et du vert. Je les peins au pistolet à peinture. Mais si ça te dis rien, tu peux toujours passer … et me regarder faire, dit-il en guettant ma réaction.
- Ce week-end, hein ?
- J’avais prévu de faire ça samedi matin.
- Ok, ça me va, fis-je ravie de cette invitation.

Après tout, je n’ai rien de prévu et puis c’est une façon de ne pas retomber dans la routine de ma première semaine de cours. Soudain, on entend quelqu’un nous appeler et nous tournons tout les deux notre visage vers la voix.

- On passe à table ! Vous venez ou quoi ?, nous hèle Leah.
- Hé ! Détends-toi ! On a le temps !, lâche Jacob agacé par son ton.
- Non, on a pas le temps ! Le match, je rate tout !, nous fait-elle impatiente en tournant déjà les talons. Avec toi, y’a toujours le temps, bougonne-t-elle en détalant.
- Pourquoi tu es venue nous voir si tu rates tout ?, lui crie Jacob à distance.
- Ton père m’a dit de vous appeler, figure-toi !

Jacob se tourne vers moi :
- Avec Leah ça rigole pas, fait-il amusé.
- Elle est gentille si non ?
- Oui. Pénible, souvent. Mais quand elle veut, elle est gentille.

A l’intérieur du salon, je me rassois en face de Jacob pour le repas. Je fais la connaissance de Quil par la même occasion. Les deux amis à Sam se font bruyants à table. Une fois que chacun a fini son repas, certains restent à table pour discuter ; d’autres sortent prendre l’air sur le perron pendant que d’autres squattent devant la télévision. Jacob me fait signe de le suivre jusqu’au fauteuil, puis il s’adresse à Leah en la contemplant toujours assise au sol sur ses coussins :
- Tu sais qu’il existe un meuble pour s’assoir, ça s’appelle un canapé.
- Lâche-moi !

Jacob se laisse tomber dans celui-ci et glisse ses bras derrière sa tête en me faisant signe de m’assoir à ces côtés, ce que je fais immédiatement. M’assoir devant un écran de télé pour visionner un match, d’ordinaire ça ne me ravi pas plus que ça. Mais cette soirée si tranquille et reposante m’ait plutôt agréable. Seth s’est joint à nous pour suivre la fin du match et Billy et Charlie l’ont suivi depuis la table du salon. Lorsqu’un générique apparaît, Charlie se tient debout près de moi prêt à rentrer.

- Alors on se voit samedi ?, me tend Jacob pour s’assurer que je serais bien au rendez-vous.
- J’espère bien !

Je suis Charlie qui est déjà devant la porte. Jacob me talonne puis il me souhaite une bonne nuit. Dans la voiture, Charlie me contemple.

- Quoi ?, fis-je intriguée.
- Tu semble avoir passé une bonne soirée, finalement.
- Oui, c’était sympa.
- Ca te change.
- C’est pas mal le changement, lui avouais-je. Je reviens samedi. J’ai promis à Jacob.
- Vraiment ? Alors ça c’est … cool !, lâche-t-il.

Je souris à sa remarque puis il démarre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 17 Nov - 17:38

Ah quand même que tu la postes !!!! LOL

Début très spécial, il fait très peur, on s'imagine déjà le pire, super bien décrit !

Citation :

- Oui, je vois. Mon vieux tas de ferrailles restera qu’un vieux tas de ferrailles …, soupire-t-il. Pas assez rapide …

- Mais moi je l’aime ton tas de ferraille !

Ah la Golf de Jacob !!!!


Citation :
Son visage à l’air toujours aussi sérieux mais lorsqu’il me voit, il se détend. Je contemple ces beaux yeux miels.

Je vois parfaitement son expression !!


Citation :
Je croise son regard et il semble être pris d’un rire nerveux :

- Gentil ? Il en pince pour toi, oui !

Eh oui, Edward sait tout…


Citation :

Tu devrais peut être lui faire comprendre qu’il n’y aura rien entre toi et lui. Enfin, si tu le revois un jour …, me fait-il mine de guetter ma réaction.

La jalousie est un vilain défaut Razz


Citation :

- Tu ne me demandes pas comment il va ?

- Euh… Ma belle, je le vois tout les 2 jours ton Jacob. Chez Billy.

LOL eh oui Bella, Charlie a des amis !


Charlie qui dévergonde sa fille lol Leah, Toujours aussi peste !


Citation :


Leah est toujours devant sa télé et je la vois contempler Jacob à sa venue. Puis elle revient à son match aussitôt.

Hum romance dans l’air ? Elle en pince aussi ? lol

Citation :


- Paul et Jared. Les deux andouilles qui suivent Sam partout, dit-il avec peu d’intérêt mais légèrement amer.
AHAHA Deux andouilles lol ça leur va bien tient


Citation :

- Oui. Pénible, souvent. Mais quand elle veut, elle est gentille.

Ouais quand elle veut …


Début très intéressant car tu refais NM dans une version bien différente, c'est marrant de découvrir d'autres approches entre les personnages, une autre façon de se rencontrer etc

J'adore trop ta créa ! J'aurai dû mettre aussi les miennes sur mes fics vu que j'en fait pour chacune de mes histoires Wink J'essayerai de prendre le temps de le faire Smile

Merci d'avoir enfin posté le début de ta fic !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Lun 22 Nov - 12:07

*Tititof :
Citation :
Ah la Golf de Jacob !!!!

Oh oui aussi lol Smile, à vrai dire Jacob compare la voiture d'Edward à la Chevrolet de Bella qu'il a lui-même bricolé. Mais il aurait aussi pu la comparer à sa voiture.

*
Citation :
Hum romance dans l’air ? Elle en pince aussi ? lol
Je sais pas ... tongue

*
Citation :
AHAHA Deux andouilles lol ça leur va bien tient
Et ce n'est que le début Razz



Le chapitre qui arrive est assez court donc je posterais la suite d'ici moins de 2 jours. Bonne lecture !


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SCENE 3. QUELQUE CHOSE S’EST PASSE

*
[Bella]


J’ouvre les yeux et je vois le jour pénétrer par la fenêtre. Je tourne mon visage vers lui, ces yeux dorés me contemplent ; son teint pâle me fait face.

- Tu as dormi comme une vraie marmotte, me fait-il en retenant un sourire.
- Je ne me suis pas couchée de bonne heure.
- Je sais, tu as sombré très exactement au bout de 5 minutes. Je n’ai jamais vu quelqu’un s’endormir aussi vite.
- Désolé, fis-je en pensant qu’il ait dût m' attendre pour que je m’endorme dans ses bras.

Il passe sa main glacée sur ma joue.

- Donc ce week-end, tu comptes passer à la réserve …
- Tu sais déjà, fis-je en pensant à Alice. J’ai promis à Jacob que je passerais le matin, on aura l’après midi pour nous comme ça.

Il approche son doux visage à moi et caresse mes cheveux :
- J’espère qu’il ne compte pas te garder toute la journée, dit-il pensif. Qu’est-ce que tu voudras faire ensuite ? Aller en ville ?
- J’aimerais bien aller faire un tour dans une librairie.
- Tu es à court de livres ?
- C’est surtout que je relis le même bouquin en boucle depuis cet été. Il faut vraiment que j’en change !
- Quel genre tu cherches ?
- Je ne sais pas … Quelque chose de nouveau.

Il semble réfléchir lorsqu’un bruit dans l’escalier se fait entendre. Aussitôt, Edward a disparu et la porte s’ouvre. Mon père jette un œil et voit que je suis réveillée.

- Hé ma belle ! Ca va ?
- Oui. Tu ne fais pas la grasse mat’ pour ton jour de repos ?, lui fis-je remarquer.
- Quand on a l’habitude de se lever tôt, il est difficile de modifier l’horloge interne. Et puis j’ai profité de ma matinée comme ça ! Tu as prévu quoi toi ?
- Je vais certainement aller voir Edward.
- Edward, bien sûr …, dit-il avec peu d’entrain. Bon, je pars faire une course en ville. A plus tard !

La porte se ferme et un courant d’air passe. Edward est assis près de moi à nouveau. Je passe mes bras autour de son cou en le contemplant et il me dit :
- Je sais déjà ce qu’on va faire cette après midi.
- Ah oui ? Et quoi ?
- On ne sera pas seul …

Je le regarde suspecte de sa remarque et impatiente de savoir.



*
[Bella]


A peine montée en voiture que j’entends une portière claquer derrière moi. Je me retourne et je vois le visage radieux d’Alice.

- Salut la compagnie !, fait-elle si pétillante.

Je vois Edward me regarder :
- Je t’avais dit qu’on ne serait pas seul.
- Mais en bonne compagnie, souligne sa sœur. Allez en ville sans moi ? Jamais de la vie !
- Jasper ne vient pas ?, lui demandais-je.
- Non, il est parti chasser avec les autres.
- Et vous ?

Je vois Edward lancer un regard amusé à sa sœur, puis celle-ci me répond :
- Ne t’inquiète pas, Bella. On a mangé tôt ce matin, me fait-elle remarquer dans une mimique.

Après avoir trainé dans plusieurs magasins, il a fallu que je fasse une pause déjeuner après qu’Alice et Edward aient insisté. Alice a chargé le coffre de plusieurs sacs de vêtements. Et elle a tenu à m’offrir plusieurs parures. Le soleil est incroyablement rayonnant aujourd’hui. Je m’absente deux minutes pour aller chercher à boire. Lorsque je me retourne, Alice a un ton sérieux et Edward aussi. Lorsque je m’approche jusqu’à eux, ils me sourient comme-ci tout allait bien. Pourtant, j’ai bien vu qu’il s’était passé quelque chose.

- Ca va ?, me permis-je d’avancer. Vous aviez l’air soucieux à l’instant ?
- Oui, tout va bien, me répond-t-elle radieuse. Tu as trouvé de quoi te rafraîchir ?
- Oui.

Alice glisse son bras dans le mien pour continuer notre balade puis elle me dit :
- Ca te dit une nouvelle paire de chaussures ? Tu n’as rien qui va avec tes nouveaux vêtements, et tu sais ce qu’on dit ? Nouveaux vêtements, nouvelles chaussures !

Je ne peux m’empêcher de sourire en la voyant si joyeuse et excitée à l’idée de me revêtir une nouvelle fois. Je fais impasse sur ce qui s’est passé juste avant, mais je n’oublie pas et je réglerais ça avec Edward plus tard. En attendant, il me tend un sourire :
- Aller ! Tu n’as plus le choix maintenant : aux chaussures !



*
[Bella]


La journée a vite passé et je n’ai pas vu le temps s’écouler. Assise sur le canapé dans le salon de la famille d’Edward, j’avale une dernière gorgée de thé.

- Il est bon ?, me demande Esmée toujours aussi attentionnée.
- Oui, très parfumé.
- Edward m’a dit que tu aimais les thés aromatisés. Alors comme ça, Alice t’a encore gâté ?
- Oui, j’ai été sa poupée du jour, fis-je amusée en repensant à son visage illuminé pendant nos achats.

Carlisle arrive auprès de moi avec toujours une certaine stature, droite et élégante. De ces yeux d’or il me regarde et avance un sourire en disant :
- Personne n’échappe aux doigts de fée d’Alice.
- Edward m’a dit que vous aviez développé votre association.

Je regarde Carlisle y compris Esmée, aussi investie dans ce projet et elle me répond :
- Oui, pouvoir aider des enfants dans le besoin nous touche.

Carlisle la contemple avant de me répondre :
- Elle ne te le dira pas, Bella mais Esmée a été élu à la majorité en tant que directrice du bureau.

Je le vois la contempler admiratif avec un regard doux et attentionné.

- C’est une très bonne nouvelle !, fis-je enthousiaste.
- Si j’étais humaine, je crois que je rougirais, me confie Esmée.

Alice arrive à son tour et appose une main sur son épaule :
- Esmée va devenir la nouvelle maman de Forks !
- Et on sait qu’elle se débrouille à merveille dans cette vocation, rajoute Carlisle.

Nous sommes interrompu par Emmett, Rosalie et Jasper qui arrivent.

- Je vous avez dit que je choperais cet ours avant vous !, se vente Emmett.
- Je l’avais mordu avant !, fait remarquer Rosalie.

Ils s’arrêtent tout les trois et Jasper me salue :
- Bella !
- Salut ! Visiblement la chasse a été … bonne …, dis-je en me donnant un ton désinvolte malgré la situation.

Emmett s’avance vers moi :
- Bonne ? Elle a été plus que ça oui ! On a fait un massacre !, fait-il en tapant du poing dans son autre main.

Edward passe près de lui et lui lance un regard sérieux mais j’interviens :
- C’est rien, Edward. Je … comprends. Et ça ne me choque pas.
- Tu devrais l’être pourtant !, me jette Rosalie au visage. En tant qu’humaine, la chasse, le sang ; les tueries : ça devrait te dégouter.
- Rosalie !, intervient Esmée autoritaire.

Aussitôt, Edward se propose pour me déposer chez moi et Esmée me serre dans ses bras :
- Au revoir, Bella. A bientôt !

Puis elle me chuchote :
- Tu es toujours la bienvenue dans la famille.
- Merci !, dis-je touchée par sa gentillesse.

Je vois Carlisle me contempler avant d’avancer :
- Reviens quand tu veux !

Je le remercie et Alice m’enlace telle une vraie amie, une sœur. Rosalie se contente de me regarder amer. Je salue Emmett et Jasper puis je sors aux côtés d’Edward.



*
[Bella]


La voiture garée devant ma maison, je ne veux pas gâcher cette journée mais j’ai besoin d’éclaircir certaines choses. Je vois ces yeux me fixer intensément puis je lui dit :
- Tu sais que je t’aime …

Il avance son visage en me regardant intensément et son front vient toucher le mien. Je continue sur ma lancée :
- Cette journée à été très agréable, vraiment ! Mais je sais que toi et Alice vous me cachez quelque chose. Au centre commercial, tu sais ?
- Tu ne dois pas t’en faire pour ça, me souffle-t-il doucement.
- Je sais qu’Alice a vu quelque chose et que tu ne veux rien me dire mais, ça m’inquiète. Je veux savoir !
- Si ça peut te rassurer : ça n’a rien d’inquiétant. Cela ne concerne que ma famille. Rien d’alarmant.
- Pourtant, le visage d’Alice n’avais pas l’air tranquille.
- Elle n’aime pas les imprévus.
- Un imprévu et rien de plus ?, fis-je suspicieuse.
- Rien de plus !
- Mais j’ai peur pour toi, lui soufflais-je dans le cou.
- Tu n’as rien à craindre.

Il finit sa phrase en m’embrassant le cou de ces lèvres froides :
- Je ne te rejoins pas ce soir. Tu as du sommeil à rattraper, et tu as cours demain.
- Alors embrasses-moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 30
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Lun 22 Nov - 21:44

Coooool, nouvelle fic!!!!!

Déjà, super intro!! Tu instaures vraiment très bien le suspense, tu l'as très très bien écrite!! Smile Ça promet une histoire pleine de rebondissements!! Wink

J'adore l'entrée en matière de Jacob dans cette nouvelle fic : chaleureux comme à son habitude!! Et il est adorable de venir voir Bella le dernier jour de ses vacances!!!!! Smile

J'ai adoré la réplique d'Edward : "Je ne peux pas stopper leurs pensées. Encore moins les siennes ..."!! C'est clair!! Ça me fait penser à sa réplique dans Eclipse : "Tu pourrais au moins contrôler tes pensées"!! Razz

Sinon, les motos sont de retour : voilà une belle occasion de retourner à la réserve!!!!! Very Happy Bella a tellement passé une bonne soirée qu'elle ne peut pas refuser... Wink

Alice, fidèle à elle-même : shopping forever!! lol!! J'adore!! Razz

Très très bon début de fic!! Je me demande ce qu'il se trame avec la nouvelle vision d'Alice... confu Hâte de lire la suite!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 23 Nov - 12:49

Une virée shopping avec Alice ? Pour moi le cauchemar !!! LOL Mais bon...

Par contre, qu'a-t-elle vu ??? La scène de début ? Tout a l'air bien tranquille.

C'est le calme avant la tempête ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 23 Nov - 23:46

* Merci Alice pour tes comm' Very Happy Et oui, miss Alice cullen et son shopping -surtout pour conseiller Bella-

Alice Cullen 57 :
Citation :
il est adorable de venir voir Bella le dernier jour de ses vacances!!!!!
Alors à vrai dire, c'est la rentrée, les vacances sont terminées lol.

*Tititof :
Citation :
Par contre, qu'a-t-elle vu ??? La scène de début ?
Il va falloir être patiente. silent



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SCENE 4. DISCUSSION

*
[Bella]



Je n’arrête pas de penser à ce qui a pu perturber Alice l’autre jour. Edward a beau me dire de ne pas m’en faire, mais je n’y arrive pas. Mon entêtement me dit qu'il faut qu’Edward soit honnête avec moi. C’est sûr, aujourd’hui j’attends des explications de sa part.

- Hé, Bella ! Salut !, me fait signe Angela. Ca va ?
- Oui et toi ?
- Bien. Dis, j’ai besoin d’un avis : ce week-end je vais à une fête de famille et j’hésite encore avec ma tenue. Ca te dit de me dire ce que tu en penses ?
- Oui, j’en serais ravi.
- Ce soir après les cours, passes chez moi ! Jessica y sera aussi.
- Ok, tu habites près de l‘hôpital c’est ça ?
- Oui sur la 5ième Avenue.

Nous parlons ensemble pour rejoindre la salle de cours. Pour la pause déjeuner, je m’installe à une table où Edward y est seul. Je lui fais part de ma visite chez Angela.

- Elle ne t’a pas invité à sa fête ?, me demande-t-il en me contemplant en train de siroter une canette.
- Non, c’est une fête de famille visiblement. Pourquoi tu voulais te débarrasser de moi ?, le titillais-je.
- J’aurais aimé te savoir chez ton amie ce week-end plutôt qu’à la réserve.
- Je ne resterais pas longtemps chez Jacob. Au fait, je peux te demander quelque chose ?

Je vois d’un seul coup son visage paisible devenir plus sérieux :
- Je t’écoute ?
- Ne dévies pas ma question. Je veux juste une réponse claire et pas de « ne t’inquiètes pas ».
- Vas-y !
- Qu’est-ce qu’Alice a vu ?
- Tu en es encore là ?, me sort-il avec un léger sourire.
- Sois sympa, Edward. Dis-moi !
- Très bien ! … Alice a vu d’autres …
- Vampires ?
- … Oui.
- Si ils passent dans le coin, ils vont sûrement partir … après avoir chassé, non ?
- Je crois qu’ils ne sont pas du genre à se déplacer.
- Des sédentaires ?
- Il y en a plus que tu ne crois.
- Mais il n’y a rien d’inquiétant, n’est-ce pas ?
- Tant qu’ils rangent leurs crocs, ça ira, dit-il pensif. Je ne voudrais pas que tu traînes ces temps-ci. Tu comprends ?, dit-il toujours sérieux.
- Tant que tu es là, il ne m’arrivera rien !
- Je ne peux pas toujours être avec toi, Bella. Regarde, samedi tu vas à la réserve et je ne pourrais pas y être. Tu sais quelles sont les lois des quileutes ...
- Je ne crains rien à la réserve.
- Ne va pas chez Jacob. Dis-lui que tu ne peux pas venir !
- Quoi ?, fis-je interloquée.
- N’y va pas je t’en prie !, me dit-il maintenant en cherchant à me convaincre.

Il englobe mon poignet de ces mains froides et plongent ces prunelles miels dans mes yeux. Son regard me déstabilise un instant puis je pense à Jacob. Même si j’annule cette fois-ci, je compte bien revenir à la réserve d’autres fois.

- J’ai promis à Jacob. Si je n’y vais pas, il m’en voudra.
- Mais ta vie est à quel prix ?, me fait-il encore plus insistant.
- Il ne m’arrivera rien.
- Alors promets-moi que tu n’iras pas ailleurs que chez lui ?
- Bien sûr !
- Ne t’engouffre pas dans la forêt seule !
- Je n’irais pas, c’est promis !
- Tu rentreras pour midi !
- Je vais voir, ça dépendra de Jacob.
- Appelles-le ! Et dis-lui que tu ne resteras pas.

L’inquiétude d’Edward me met mal à l’aise et je ne veux pas le froisser. Mais je ne veux pas décevoir Jacob par la même occasion alors je tente un compromis :
- Dans ce cas là, je t’appelle. Je te passe un coup de fil à midi !
- Promis ?
- Juré !, fis-je en noyant mes yeux dans son regard.



*
[Bella]


Le soir même, je me suis rendu chez Angela comme convenu. J’ai opté pour le joli ensemble de couleur ocre. Et Jessica a approuvé le même choix. Nous avons bu un verre ensemble puis j’ai raccompagné Jessica chez elle. A mon retour à la maison, je croise Charlie qui se sert un café avant d’aller se coucher.

- Ce week-end, tu penses rester la journée à la réserve ?
- Je ne pense pas. Avec Edward on va sûrement aller en ville.
- Mais tu y a été hier, non ?
- Oui. Pourquoi ?
- Rien. C’est juste que ça doit être lassant, à force.
- Je ne suis allée que dans des magasins de vêtements. Demain je vais à la librairie.
- Tu pourrais laisser Edward pour une après midi. Ca ne va pas le tuer.
- On a déjà prévu de se voir pour le déjeuner.
- Ah oui ? Pourtant, il a l’air d’avoir l’habitude de sauter des repas, ça ne l’aurais pas gêné de jeûner.
- Papa !, fis-je doucement pour qu’il cesse ses remarques.
- Fais comme tu veux ! Je veux juste m’assurer que tu ne coupes pas les ponts avec tes amis, et Jacob en fait parti.

Il se lève, pose sa tasse dans l’évier :
- Bonne nuit ! … Et tu sais ce qu’on dit : la nuit porte conseil.



*
[Bella]


Ma nuit a été agité. Pourtant, de l’été je n’avais fait aucun cauchemar. Quand je me suis relevée dans mon lit, le cœur battant ; j’ai eu besoin de repasser mentalement les images dans ma tête. Le souvenir des personnes qui m’entourent, l’ambiance que j’y ai ressenti ; les sensations que j’y ai éprouvé. Et puis ce déclic dans ma tête qui m’alerte que ce rêve était effrayant et angoissant.

Autour de moi, le ciel et voilé. Sombre. J’ai même la sensation qu’il n’y a aucune couleur. Un vent s’engouffre dans mes cheveux puis je vois une forêt se dresser devant moi. Puis des visages que je connais. Alice, les yeux terrifiés. Elle semble me parler mais je n’entends pas ce qu’elle me dit. Je m’approche d’elle en aillant l'impression que ma conscience me dit que tout ça est bien réel et je lui réponds :
- Alice ! Je ne t’entends pas ! … Quoi ? Qu’est-ce qui ce passe ?

Son visage continu de me parler, toujours sans aucun son. Puis Edward apparaît à ses côtés. Je l’appelle :
- Edward ! … Edward !

J’ai beau crier, il ne m’entend pas, il ne me voit pas. Il semble fixer quelque chose derrière mon dos. Inquiète, je me retourne et là j’entends enfin la voix d’Alice.

- Bella ! Fais attention !

J’ai beau voir le visage inquiet d’Alice, je ne vois rien :
- Où ? Qu’est-ce qui se passe ? Dis-moi, Alice ! Qu’est-ce qui se passe ?

Je commence à m’inquiéter de plus en plus, je sens mon être s’emballer sans raison. Je fouille du regard l’obscurité qui me fait face, mais rien. Qu’un amas de nuages noirs m’entourent toujours dans ce vent déchaîné. Puis soudain, j’aperçois une silhouette qui approche. Je repousse mes cheveux en arrière pour mieux la contempler. Une chose énorme m’arrive droit dessus dans un tohu-bohu incessant. Puis la chose est sur moi, je ne vois toujours rien mais j’entends un souffle. Un gros souffle comme une respiration impressionnante. Je suis bousculée violemment et je peux ressentir les coups donnés à mon corps inerte. J’entends la voix d’Edward crier mon nom. Puis plus rien. Je sens que je suis étalée sur le sol, toujours sous ce vent perpétuel. Je relève mon visage, et je vois Alice qui vient vers moi. Elle s’agenouille devant mon corps, toujours sous le choc je l’entends me dire cette phrase que je n’arrive pas à sortir de mon esprit :
- Nous ne les connaissons pas, ils sont dangereux, Bella !
- De qui tu parles ?, fis-je terrifiée.
- Ce ne sont pas des vampires.
- Qui sont-ils ?
- Ce sont …


[Un bruit]

La lumière est allumée et encore endormie, je contemple le visage de mon père droit devant moi.

- Papa ?
- Chérie, ça va ?

Je vois derrière les carreaux de la fenêtre que la nuit est toujours là et je laisse mes yeux trouver l’heure du réveil : 4 : 38. Là je prends conscience que tous ça n’était qu’un cauchemar et je laisse tomber mon corps sur mon matelas.

- Je t’ai réveillé ?, fis-je gênée pour mon père.
- Euh, oui, dit-il en se passant les doigts sur les tempes. Ca va aller ?
- Oui, un mauvais rêve. C’est rien.

Il referme la porte doucement puis je me repasse les images dans la tête. Je repense à ce que Alice m’a dit, et j’enregistre tout. A l’exception faite que je n’ai pas la fin de son dernier mot.



*
[Bella]


Un jour s’est écoulé et mon week-end est déjà là. J’arrive à la réserve et j’éteins mon moteur. Jacob sort aussitôt de son garage. Ravi et joyeux, il m’accueille :
- Mon peintre est prêt ?
- Prête !
- Tu veux … regarder ou tu te sens d’attaque pour la peinture ?
- Je ne suis pas venue pour me rouler les pouces.
- Ok, cool !

Je le vois me contempler de la tête aux pieds :
- Tu n’as pas peur de te salir ?
- Tu crois que je risque de me barbouiller ?
- Certainement. Mieux vaut pas prendre le risque. Attend ! J’ai ce qu’il te faut !

Il rentre dans son garage et fouille dans un meuble de rangement. Il en sort une cotte et il me la tend :
- Celle-ci devrait t’aller. Un peu grande, sûrement mais j’ai rien d’autre à te proposer.
- Elle fera l’affaire !

Je commence à l’enfiler par-dessus mes vêtements, remonte la fermeture éclaire. Et lorsque je relève la tête, Jacob s’approche et déchiffonne mon col :
- Une vraie pro ! Allez viens !, me fait-il toujours radieux.

Il tire un large carton à plat au sol sur lequel repose la mobylette d’Embry en pièce. Au même instant, au dehors des gouttes de pluies commencent à tomber. Je le vois contempler le ciel gris, puis il se tourne à moi :
- Tu devais m’amener le soleil.
- Désolé, je l’ai gardé pour notre prochain week-end.

Je le vois surpris par ma réponse et il se pince une lèvre puis il me répond avec léger sourire :
- Tu comptes revenir me voir ?
- Y’a des chances.
- Tu as raison, garde-moi le soleil pour la prochaine fois.

Il sourit puis il fait encore glisser le carton au sol pour mettre le matériel en place. Je remarque sa tenue :
- Tu ne mets pas de cotte ?
- Ces vêtements ne craignent plus grand-chose, me fait-il remarquer en me montrant sa chemise parée d’un trou.

Je remarque plusieurs bombes de couleurs sur un meuble.

- Tu peins à la bombe ?
- Dés fois, oui. Disons que ça coûte pas cher. Mais pour l’engin d’Embry, je compte faire ça comme un pro. On va la peindre au pistolet à peinture. Tu vas commencer cette couleur, et moi je ferais l’autre plus tard.
- Je mets du vert partout ?
- Oui ! Le blanc je dois le faire avec un pochoir. Embry veut des lignes blanches à certains endroits.

Il saisit le pistolet et appuie en se tenant à la parallèle du cadre métallique.
- Tu vois ? Tu fais ça partout. Ne te met pas trop près si non, ça coule. Vingt-cinq centimètres, c’est bien !

Il me cède le pistolet et je commence le travail. En attendant, je l’entends bricoler des choses dans mon dos. Curieuse, je lui demande :
- Qu’est-ce que tu fais de beau ?
- Je dois absolument réparer la grille de la hotte de cuisine, me fait-il en me montrant le couvercle métallique. La dernière fois, elle est tombée en plein ragout.
- Vraiment ?, gloussais-je amusée à la façon qu’il a de me dire ça.
- Ouai.

Je passe du temps à recouvrir toutes les parties de métal puis lorsque je constate ma tâche terminée je me relève et je me tourne vers lui :
- J’ai fini !

Il s’approche et vient contempler mon travail. Je le vois sérieux en train de faire le tour de tout les morceaux éparpillés sur le sol. Il regarde les différentes surfaces puis il me répond :
- Impeccable. Une pro de la peinture, je le savais !
- Ne me demande pas de te dessiner quelque chose, j’en suis incapable.
- Alors je pourrais t’apprendre.
- Tu … Tu dessines ?, fis-je surprise.
- Pas sur une feuille de papier. Je suis plus à l’aise sur un mur de béton.
- Tu tagues ?
- Ouai, à mon temps perdu j’aime bien.
- Sans blague ? Tu me montreras ?
- Ca dépend. Tu compte revenir quand ?
- Euh, je te l’ai dit, je reviens quand tu veux !
- Le week-end prochain ?

Là, je pense soudain à Edward et je me dis que deux week-ends d’affilé, il risque de mal le prendre :
- Non, plutôt un jour de semaine, lui répondis-je.
- Le soir ça va faire court.
- Mercredi ? Tu n’as pas cours à la réserve non plus n’est-ce pas ?
- Mmh, mercredi, ça me va !

Il sourit puis il tend sa main pour que je lui donne le pistolet. Lorsque je lui tends mon bras, ces doigts viennent effleurer ma peau. Je vois qu’il relève ses yeux sur moi. Gênée, je rabaisse mon regard puis il me dit :
- On va faire une pause. Il faut que ça sèche. Et une fois que j’aurais ajouté les lignes blanches, je pourrais passer la couche de vernis. Je dois passer voir un ami, si ça te dit ?
- Un que je connais ?

Je le vois esquisser une mimique puis il me répond :
- Non, j’aurais eu du mal à te le présenter la dernière fois. Surtout dans la maison …
- Quoi ?, fis-je souriante en le voyant s’amuser avec moi.

Nous partons derrière la maison puis nous marchons quelques minutes. Je repense soudain à ce que m’avais dit Edward « Ne t’engouffres pas dans la forêt seule ! ». Puis tel un nuage qui passe au-dessus de ma tête, je le chasse illico en pensant à cette matinée qui m’a l’air agréable malgré ses craintes. Je vois qu’on arrive sur un petit sentier qui borde la forêt puis je vois Jacob dévier de l’autre côté où aucun chemin ne s’y dessine.

- On doit passer par là ?, fis-je mal à l’idée de m’engouffrer entre les arbres sombres.

Cela me rappel alors l’image dans mon cauchemar.

- Oui, c’est par là que je vais. Pourquoi ? Tu as peur ?, me fait-il amusé.
- Non, lui répondis-je d’un ton assuré.

Je ne peux pas expliquer à Jacob qu’Edward ne veut pas que je m’aventure ici. Alors je laisse tomber, et puis dans la petite vie de Jacob, j’ai du mal à penser qu’il puisse y avoir du danger par ici. Je le lui rends son sourire puis il me saisit la main pour m’entrainer avec lui en riant :
- Allez viens !

Nous marchons dans de hautes herbes maintenant et Jacob me lâche la main. Il écarte un fil barbelé relié à un piquet en bois et me fait signe de rentrer avec lui. Il passe au-devant de moi et je le contemple. De dos, un légère brise se prend dans ces longs cheveux puis je le vois porter une main à sa bouche. Soudain, je l’entends siffler et un bruit vient à nous. Quelque chose tape le sol et une grande silhouette s’avance. Un magnifique cheval d‘une couleur cuivrée pointe son museau à nous. Je vois Jacob avancer doucement sa main et l’animal l’effleure. Je peux entendre l’air qui sort de ses naseaux puis je vois Jacob le chatouiller légèrement. Puis il tourne son visage vers moi et il me tend un large sourire. J’avance d’un pas timide :
- Est-ce que je peux ?
- Oui, bien sûr ! Vas-y, approche doucement. Il est du genre craintif.

Lorsque je tente un nouveau pas, je sens la main de Jacob me saisir le bras et il me dirige vers l’animal. Ces doigts chauds glissent sur ma main.

- Tu n’as pas peur des chevaux ?
- Non.
- Alors c’est déjà un bon point. Il faut que tu ais confiance en lui, et il aura la tienne.

Je tends alors mon bras et j’approche ma paume devant son museau. Je sens son souffle chaud sur ma peau et cette douceur de poils qu’il a sur les babines. Je plonge mon regard dans son bel œil qui me semble me toiser.

- Très bien, dit doucement Jacob. Maintenant, tu peux le caresser.

J'étends mon bras doucement et je passe le creux de ma main sur la face plate de son front et je redescends jusqu’à ses narines. Je souris et je me sens bien. Jacob le caresse avec moi.

- Tu vois ? Il te connaît maintenant. Bravo, tu as passé ton baptême ! Il ne se laisse pas approcher par tout le monde.
- Vraiment ?
- Non. Il est … spécial on va dire.
- J’y suis arrivée parce que tu es là.
- C’est pas dit, j’en connais un qui n’a pas eu cette chance.
- Qui ça ?
- Quil. Il doit avoir une foutue aura qui fait … fuir, dit-il en rigolant.
- Mais tu l’as aidé, non ?
- Ouai, mais visiblement mister Mahkah ne peut pas le voir.
- C’est son nom ?
- Oui.
- C’est beau. Il est à toi ?
- J’aurais aimé. Il est à un ami à mon père. Et je dois m’en occuper pendant son absence. C’est loin d’être une corvée pour moi.

Il tapote le flanc de l’animal et celui-ci repart en comprenant que la visite se termine.
Je vois une légère éclaircie dans le ciel et je suis contente que pour ce moment, la pluie a cessé. Je croise le regard de Jacob :
- Merci.
- Pour quoi ?, me fait-il.
- Pour tout ça. La peinture et la balade. J’aime ça !
- Et bien je suis content que ça te plaise. Petite apprentie, me taquine-t-il.
- Tu sais que je suis plus âgée que toi ?
- Peut être. Mais je ne tiens pas compte de l’âge : et puis ça sert à quoi ?
- Tu es mineur donc je suis plus responsable que toi.
- M’ouai, si tu veux … Mais apprentie quand même !

Nous nous sourions puis nous discutons un peu en nous baladant dans la forêt. Nous repartons tranquillement en direction de la maison. En chemin je repense à Edward et je m’inquiète soudainement de l’heure. Jacob le voit à mon visage :
- Qu’est-ce qu’il y a ?
- J’avais complètement oublié, il est quel heure ?
- Pourquoi ? Tu as un train à prendre ?, me charrie-t-il.
- Edward, je devais l’appeler pour midi !

Je fouille mes poches en cherchant mon portable :
- Mince, j’ai posé mon téléphone dans le garage.
- C’est pas grave, on va remonter. Tu devais l’appeler d’urgence ?, me fait-il inquiet soudainement de me voir un peu paniquée.
- Non, c’est juste que je … J’avais promis à Edward ! Et si ! C’était important !

Nous remontons rapidement jusqu’au hangar et je me jette sur mon portable. Je scrute l’écran pour apercevoir l’heure.

- Mince !

Je vois qu’Edward a essayé de me joindre plusieurs fois. Je m’aperçois que Jacob me regarder avec un drôle d’air :
- Euh c’est si grave que ça ?
- Ca ne devrais pas mais … Désolé, je dois vraiment y aller !
- Mais tu ne restes pas plus ?
- Non ! Désolé, je ne peux pas !

Je glisse mon portable dans ma poche de jean’s et je me dépêche de monter en voiture pour appeler Edward. Je m’excuse encore auprès de Jacob qui semble déçu de mon départ précipité. Il me tend ses bras pour me dire au revoir. Je grimpe rapidement dans la voiture en composant le numéro d‘Edward.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 25 Nov - 0:08

C'est vraiment super!Enfin une nouvelle fiction Jacob/Bella.
J'aime beaucoup ton commencement et surtout lache pas, cest super!
Stp disparait pas comme certains auteurs ses temps ci.
xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 25 Nov - 1:37

Salut à toi Renesmée Cullen Black ! bye

Ravie de te voir sur ma page et bonne lecture pour la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 25 Nov - 2:50

Oui!Vivement la suite, c'est vraiment super Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 30
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 25 Nov - 15:28

"J’aurais aimé te savoir chez ton amie ce week-end plutôt qu’à la réserve" : pas de bol Edward, c'est comme ça!! Bella préfère aller voir Jacob!!! Wink

"Ne t’engouffre pas dans la forêt seule" : je comprends qu'il soit inquiet, mais qu'est-ce qu'il est lourd!! lol!! On dirait qu'il parle à une gosse... confu C'est fidèle à Edward, tout ça... lol!!

Quel rêve, le rêve de Bella!! Enfin plutôt le cauchemar... J'ai l'impression que c'est une prémonition... Wink Et dommage que Bella n'ait pas eu la fin de phrase d'Alice!! confu

"Puis tel un nuage qui passe au-dessus de ma tête, je le chasse illico en pensant à cette matinée qui m’a l’air agréable malgré ses craintes" : t'as raison Bella, chasse Edward!! T'es avec Jacob, là!! Razz lol!!

Le nom du cheval (Mahkah), ça a une signification particulière?

En tout cas très bonne suite de fic!!! Wink
Tititof, tu n'aimerais pas une virée shopping avec Alice?? Razz Moi j'adorerais!! lol!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 25 Nov - 16:15

J'ai bien aimé la petite balade Bella/Jacob et le moment avec le cheval ils sont trop mignons. Je me demandais de quel "ami" Jacob parlait Wink mais le cheval, c'était sympa.

Le rêve de Bella est encore une fois flippant, comme tous ses rêves...tu nous fais venir des nouveaux monstres ??? trop cool Smile ça va changer un peu !

Hâte de savoir ce que c'est Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Lun 29 Nov - 20:02

Citation :
Alice Cullen 57 : je comprends qu'il soit inquiet, mais qu'est-ce qu'il est lourd!! lol!! On dirait qu'il parle à une gosse...
Razz c'est pas moi qui l'ai dit lol

Citation :
Alice Cullen 57 : t'as raison Bella, chasse Edward!! T'es avec Jacob, là!! Razz lol!!
ouai lol j'suis d'accord !

Citation :
Alice Cullen 57 : Mahkah), ça a une signification particulière?
C'est un mot indien qui je trouve allais bien pour l'animal.


*Titi, contente de voir que la balade t'a plu.

Citation :
Tititof : tu nous fais venir des nouveaux monstres ???
lol je ne dis rien je ne dis rien. (Eliott le dragon ??? lol!).


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SCENE 5. DES PERTURBATIONS SONT A VENIR

*
[Jacob]


Bella monte en voiture rapidement. Mais qu’est-ce qu’il lui prend ? Son Cullen la rend dans un état pas possible ! Je suis triste pour elle. A croire qu’il ne peut pas se passer d’elle une journée … En même temps quand j’y pense, si j’avais une petite amie comme Bella, j’aurais du mal à me passer d’elle. Elle est restée quoi ? Quelques heures et je suis déjà accro. J’aurais aimé qu’on se quitte sans empressement. Elle avait l’air bien et d’un seul coup, elle se rappelle qu’il l’attend et voilà que c’est visiblement la fin du monde. Pour ne pas rajouter une couche, je ne dis rien et je la laisse filer. Sa voiture quitte le chemin et elle disparait. Je soupire un coup et je rentre dans le garage. Je contemple les morceaux de tôles éparpillés sur le carton. Elle a bien travaillé. Dommage, j’aurais aimé qu’on finisse ensemble. Tant pis, je vais me coller à la suite, seul. Les bandes blanches et la couche de verni demain matin et le tour sera joué. J’aurais plus qu’à rassembler les pièces. Je me baisse pour ramasser un chiffon à la traine et je remarque un vêtement posé sur le capot de ma voiture en plein chantier. Je le saisis et je reconnais le sweet à Bella. Dans sa précipitation, elle l’a oublié. Cela me fera l’occasion de passer la voir en début de semaine.



*
[Bella]

Je quitte la limite de la réserve puis je freine légèrement lorsque je reconnais sa silhouette sur le bord de la route. Je m’arrête et j’ouvre ma vitre. Edward me scrute sérieux et appose une main sur le bord de la vitre.

- Alice m’a dit que tu allais bien.
- Désolé, je n’ai pas vu le temps passer. Tu vois ? Je ne me suis pas fait mordre.

Il esquisse un léger sourire et se retrouve rapidement assis à mes côtés. Je redémarre.

- Tu crois que les nouveaux vampires sont encore du côté de la réserve ?, lui demandais-je toujours soucieuse.
- C’est certain.
- Alice les a vu, lui répondis-je connaissant déjà sa réponse. Combien sont-ils ?
- Trois, peut-être plus …
- Mais ils … ils ne rôdent pas autour de chez Billy, n’est-ce pas ?, fis-je soudain inquiète.

Son silence ne me plait pas.

- Dis-moi, sileteplait !, insistais-je.
- Evite d’aller à la réserve ! Au moins, je serais plus tranquille.
- Je ne peux pas te le promettre, lui avouais-je en pensant aux visites de mon père là-bas et à Jacob à qui j’ai promis de revenir. Ce n’est pas Victoria ? Tu es sûr ?
- Victoria a quitté la ville. Alice l’aurait vu si elle avait décidé de revenir.

La conversation se finit là. Je continue de rouler, contrariée. Je sais qu’Edward espérait que j’allais abonder dans son sens. Peut-être en fait-il trop avec ma protection ? Peut-être devrais-je mettre mes principes de côtés pour qu’Edward n’ait pas à s’inquiéter pour moi, et à Jacob de se passer de mes visites …



*
[Jacob]


Je ne sais pas qu’elle heure il est, mais Embry vient me rejoindre au garage. Question de voir comment se passe les travaux. Quand je lui dis que Bella a repeint toute la coque de sa mob’, il ne me croit pas et pense que je me moque de lui. Nous discutons tranquille dehors, j’ai sorti deux tablettes sur lesquelles repose une caisse à outils. Embry m’aide à chercher les vis que je cherche depuis un bail. Puis une voix nous fais tourner la tête dans sa direction. J’aperçois alors Sam Uley en compagnie de sa suite, Paul et Jared. Je les regarde du coin de l’œil et je retourne concentré sur ma tâche lorsqu’ Embry me dit :
- Super, voilà la bande de zozo !
- Tu l’as dit ! Une vraie bande d’andouilles sur pattes. Qu’est-ce qu’ils foutent de leur journée à part se muscler les biceps ?, dis-je agacé.
- Ils s’occupent comme ils peuvent, rit Embry en se moquant.

Je saisis la bouteille de white spirit qui est sous mon nez, pour aller la ranger sur l’établi lorsqu’Embry me fait remarquer :
- Euh Jake ! Je crois qu’ils viennent par ici …

Surpris, je reviens près de la tablette en jetant un œil dans leur direction puis je les ignore à nouveau en continuant à fouiller ma boîte tout en rajoutant tout bas :
- Super, les scouts mister GI Joe rappliquent …

Puis une voix s’adresse à mon attention :
- Hé Jacob !

Je continue à fouiner mes outils tout en dévisageant Sam :
- Hé toi-même !
- Ton père n’est pas là ?
- Il est parti faire une course. Pourquoi ?
- Je devais le voir. Ca m’étonne qu’il ait oublié.
- Mon père a une vie en dehors de la réserve.

Une autre voix me parle et je sais déjà que ça m’agace, Paul :
- Ca t’arrive d’être aimable ?
- Donne-moi une raison de l’être ?, lui répondis-je en le fixant.

Je le vois grogner et je ne le lâche pas des yeux. Le froid est jeté et laisse planer un silence, il me donne l‘impression qu‘il va me répondre mais je vois la main de Sam lui faire signe de cesser. Puis Embry ose enfin l’ouvrir :
- Vous venez juste nous voir pour nous mettre en rogne ?
- Ils attendent que ça !, leur jetais-je au visage.

Je vois que ma remarque semble amuser Jared puis Sam s’avance :
- On ne te cherche pas d’ennuis, Jacob. On veut juste parler.
- Parler ?, lâchais-je en cognant un outil dans ma boîte métallique. C’est fou ça ! Maintenant vous voulez me parler ? Vous complotez je ne sais quoi, vous épiez le moindre geste autour de vous : c’est vraiment énervant ! Du jour au lendemain, toi Jared, et toi Paul : vous avez coupé les ponts je ne sais pour qu'elle raison ! On ne revient pas en arrière, pas après ça ! Ce qui est fait, est fait ! Point !, crachais-je en laissant sortir tout ce que je n’ai jamais osé leur sortir auparavant.

Mais voilà, c’est dit. Je pars en colère en laissant en plan Embry ici, seul avec ces gars là. Je marche rapidement jusqu’à la maison et je claque la porte sur les nerfs.



*
[Bella]


- Tu as trouvé ce que tu voulais à la bibliothèque ?, me demande Charlie en se sortant une bière du frigo.
- Oui, Edward m’a conseillé un ou deux livres.
- Edward te choisit tes livres ?
- Conseille !, rectifiais-je.
- Ouai, c’est pareil.

Je regarde mon père perplexe par sa délicatesse à l’égard d’Edward. Il s’appuie près de l’évier et me re-demande :
- Et si Bella avait choisi un livre, elle aurait pris quoi ?
- Arrête ça !
- Arrêter quoi ?
- Tu me juges et je n’aime pas ça !
- Je ne veux pas me fâcher avec toi, tu le sais ?
- Moi non plus !
- Très bien !Alors je me tais, fait-il en me faisant signe de la main.

Le téléphone sonne et il va décrocher. J’essaie de suivre sa conversation mais il ne dit pas grand-chose. Je vois son visage grave tout d’un coup. Il acquiesce deux fois avant de raccrocher. A sa démarche lente et son visage éteint je devine qu’il s’est passé quelque chose.

- Qu’est-ce qu’il y a ? Un accident ?
- Euh …
- Si tu as une urgence, vas-y ! C’est pas grave, je sais me débrouiller.
- Non, chérie. Ce n’est pas le travail. C’était Sue Clearwater.
- Sue ? … Il est arrivé quelque chose ?
- Billy. Il a eu … Il est à l‘hôpital. Il a eu un accident cérébrale.
- Oh … non ! … Comment … Comment il va ?, dis-je bêtement ne sachant pas du tout à quoi m’attendre.
- Heureusement, les secours sont arrivés vite. Mais il est … mal. Son état n’est pas … Il faut que j’y aille ! Visiblement les visites ne sont pas autorisées pour le moment. Je vais voir comment ils vont à la réserve et Harry m’en dira un peu plus.

Je me lève rapidement de ma chaise :
- Je viens avec toi !
- Non, tu devrais rester là. J’en ai pas pour longtemps, d’accord ?
- Mais Jacob ? Il doit être …
- Sue s’en occupe. Ne t’inquiète pas !
- Non, je ne peux pas rester là ! Il faut que je le vois !

Je sens la main de Charlie se poser sur mon avant bras :
- Je sais que tu t’inquiètes pour lui mais je ne pense pas qu’il ait très envie de parler ce soir. Sue m’a dit qu’il était encore sous le choc.

Je reste donc là, impuissante et Charlie part. Je m’assois un instant pour me remettre. Je pense à Billy … A Jacob … Je me recroqueville sur ma chaise. Lorsque je relève la tête, Edward est là à me contempler tristement. Je me blottie contre lui, malgré la froideur. Il est là et c’est le plus important.



*
[Bella]


Habillée, coiffée, je cherche Charlie. Je vois sa voiture garée devant la maison. Je sors alors dehors et je fais le tour de la maison. Je m’arrête soudain surprise de voir mon père assis là, sur un fauteuil de jardin. Le regard vague.

- Je te cherchais …, fis-je doucement pour ne pas le brusquer.
- Oh, Bella ! Ca va ?
- C’est plutôt à toi qu’il faut demander ça ?, lui dis-je en voyant sa petite mine.
- Je ne suis pas rentré de bonne heure hier soir, désolé.
- C’est pas grave. Tu as voulu resté là-bas et je le comprends.
- Les nouvelles ne sont pas fructueuses.

Je m’assois à ces côtés pour l’écouter.

- Pour l’instant, les médecins évaluent les dégâts. Billy a du mal à parler. Ils disent que ça peux être passager. Paralysie, tu vois le genre ? Il faut attendre. Il paraît que ça peut être long à revenir.
- Tu vas lui rendre visite ?
- La proche famille seulement est autorisée mais je me suis proposé pour emmener Jacob cette après midi. Je ne sais pas comment ça va se passer. Et je ne sais pas non plus quoi lui dire …
- Essaies juste d’être là. C’est tout ce qui compte ! Comment, il va ?, demandais-je en craignant la réponse.
- Je l’ai vu hier soir. Il est pas bien du tout. Il n’a pas dit un mot de la soirée. Ce gosse me rend malade …, m’avoue-t-il le regard triste. Tu devrais profiter de la fin du week-end pour sortir. Va voir Edward, changes-toi les idées.
- Je me vois mal sortir.
- Et moi j’insiste ! Regarde-moi ! Je ne veux pas te voir dans le même état. Passe la journée chez les Cullen, vois du monde, d’accord ?

J’acquiesce parce que je sais que mon père ne veut pas me voir traîner ici seule pendant son absence.



*
[Charlie]


J’attends dans ce long couloir puis je vais m’assoir, impatient. Je feuillette un de ces magazine en vogue : rien d’intéressant. Je le repose en soupirant. Je croise les bras, mon regard furte à gauche, à droite. Mes yeux tombent sur l’aiguille de l’horloge qui avance dans un cliquetis incessant, ce qui a le don de m’insupporter. D’avoir vu Billy quelques minutes auparavant dans cet état … je reste coincé sur cette image dérangeante. J’imagine son fils en cet instant à le voir couché dans ce lit, immobile, malade. L’odeur des hôpitaux a pour habitude de me mettre mal à l’aise. J’ai vraiment hâte de sortir dehors au grand air. Je guette plusieurs fois la porte entrouverte puis je vois Jacob sortir de la pièce. Tête baissée, les épaules courbées ; je le contemple silencieux sans savoir quoi lui dire. Puis d’un geste simple, je pose ma main sur son épaule. Il relève son visage vers moi. Je vois qu’il essaie de se donner une contenance face à moi, mais son regard reste triste, vide. Je pense soudain à Bella et je pense que ça lui ferait peut être du bien qu’il la voit. Même si ils ne se disent pas grand chose, je sais que Jacob l’apprécie. Nous redescendons le grand immeuble, toujours sans un mot puis nous montons dans la voiture. J’ai du mal à trouver les mots mais il faut que je lui parle :
- Je sais que je ne peux pas me mettre à ta place, Jacob. Et que rien que je puisse dire, te réconfortera mais avant de rentrer, je me demandais si tu voulais voir Bella ? Elle pense à toi, tu sais ?

Il relève son visage toujours aussi triste et n’éprouvant aucune autre émotion :
- Je ne suis pas sûr que Bella veuille me voir dans cet état. Je vais rentrer chez moi.
- Bien. Comme tu veux.

J’hésite un instant puis j’écris le numéro de Bella sur un papier et je lui tends. Il le saisit sans le regarder et le fourre dans sa poche de jean’s.

- N’hésite pas à l’appeler, insistais-je.

Je le raccompagne devant chez lui et il descend sous des trombes d’eaux. Malgré cela, il marche sans se presser sous la pluie. Je vois alors Sue qui arrive à la porte de la maison pour l’accueillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Lun 29 Nov - 23:25

Sad Pauvre Jacob, pauvre Bella, pauvre Charlie et surtout... pauvre Billyyyy Crying or Very sad

J'ai hate a la suite, tu t'en ai sortie comme un chef lors de ce chapitre et j'ai hate dans voir plus. J'aime que Charlie joue un peu les entremetteurs dans la relation Bella-Jacob. Vivement qu'il l'appel ou mieux, qu'elle aille le voir!
xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 30 Nov - 6:16

Sympa l'attitude de Charlie LOL je l'adore lui Very Happy

Pauvre Billy :'( j'espère que ça va aller ...et Jacob qui commence à être déjà accro lol
Edward a l'air vraiment très inquiet, comme toujours Razz


Citation :
- Super, voilà la bande de zozo !
- Tu l’as dit ! Une vraie bande d’andouilles sur pattes. Qu’est-ce qu’ils foutent de leur journée à part se muscler les biceps ?, dis-je agacé.
Mdrrr !!!! LOL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 30
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 1 Déc - 21:13

"Peut-être en fait-il trop avec ma protection ?" : Mais non, voyons!! Quelle idée!!!!! Razz

Moi aussi j'ai adoré les qualificatifs pour désigner Sam et sa bande!! lol!! Razz

"Ca t’arrive d’être aimable ?" : il n'est pas toujours très commode, lui non plus (j'adore!! lol)!! Alors il est mal placé pour dire quelque chose!! Wink

Première fois que tu écris dans la tête de Charlie, il me semble, non? Intéressant!! Very Happy

Pauvre Billy en tout cas... Sad Et pauvres Jacob et Charlie... Sad ... En espérant que tout ça s'arrange vite!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 1 Déc - 22:00

À quand la suite???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mer 1 Déc - 22:21


Citation :
Renesmée Cullen Black : J'aime que Charlie joue un peu les entremetteurs dans la relation Bella-Jacob.
Charlie a toujours été mal à l'aise avec Edward et il a toujours pensé que si Bella fréquentait Jacob, c'était une bonne gosse lol

Citation :
Tititof : et Jacob qui commence à être déjà accro lol
Et oui, depuis le jour où Bella est arrivé à Forks, ça va pas changer Very Happy

Citation :
Tititof : Edward a l'air vraiment très inquiet, comme toujours
Fidèle à Edward.

Citation :
Alice Cullen 57 : "Ca t’arrive d’être aimable ?" : il n'est pas toujours très commode, lui non plus (j'adore!! lol)!! Alors il est mal placé pour dire quelque chose!!
ouai mais Paul peut pas se tenir lol

Citation :
Alice Cullen 57 : Première fois que tu écris dans la tête de Charlie, il me semble, non? Intéressant!!
Je me souviens plus ... scratch dans l'autre fic' y'avait pas un moment ? p'têtre que non lol je m'emmêle toujours avec tout ça. En tout cas, de ce côté là, vous allez être servi car on va se balader dans plusieurs têtes pendant cette fic' Wink Je me souviens que Titi avait été surprise d'être dans la tête d'Edward -et oui j'avais osé lol-


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


SCENE 6. CE JOUR LA EST CENSE ETRE COMME LES AUTRES

*
[Bella]


Je suis assise dans le salon de la famille d’Edward. Lui est assis à mes côtés. Je raccroche et glisse mon portable dans la poche.

- C’était ton père ?, me demande-t-il.
- Oui. Il vient de revenir de l’hôpital.
- Comment va Billy ?
- Pas d’amélioration. Jacob va mal, je ne sais pas quoi faire. Mon père m’a dit qu’il ne voulait voir personne.
- Laisse-lui le temps …

Toujours l’estomac brouillé, je passe mes doigts sur mon front sans savoir ce que je dois faire. Ma tête me dit de l’appeler, d’aller le voir.

- Je te ramène, me dit-t-il affirmatif en passant son bras dans mon dos.

Je marche lentement jusqu’à la voiture et ma tête n’arrête pas de me faire penser à Jacob. C’est comme une mauvaise migraine qui ne s’arrête pas. A la maison, je vois Charlie toujours silencieux à ruminer. Je tente de lui parler mais cela ne le fait pas quitter sa tristesse. Je monte me coucher sans un mot de plus. Edward se tient tout contre moi.

- Je n’aime pas te voir comme ça, Bella.

Ces yeux miels plongent dans mon regard puis je lui réponds :
- Je suis désolé. Je … Ca ira mieux demain, il faut que je dorme.

Je me force à fermer les paupières en espérant sentir le sommeil me gagner rapidement.



*
[Jacob]


Des gouttes de pluie tombent doucement sur ma peau. Je lève les yeux et je vois le ciel chargé d’un banc gris nuageux. Super … pensais-je en pensant que tout fout le camp. Au moins ici, personne ne vient me casser les pieds. Assis sur ce rondin en bois, je contemple les alentours de la prairie et je me dis que je ne pourrais pas être mieux ailleurs. Je déplie ma sacoche avec mes outils de sculptage sur mes genoux. Et je continu d’aiguiser ce morceau de bois avec ma gouge et mon maillet pour tailler parfaitement le morceau comme je le souhaite. En attendant, ça semble me détendre un peu. Il est bientôt fini. Je suis concentré à entailler délicatement morceau par morceau. La brèche que je veux réaliser semble prendre forme petit à petit. Je change d’outils à plusieurs reprises puis je saisis enfin la râpe qui va clore mon travail. Soudain, j’entends une voix familière m’appeler. Je soupire car visiblement, on me cherche et pourtant j’aimerais qu’on m’oublie deux minutes. Depuis l’accident de mon père, tout le monde cherche à me faire la conversation et à me dire à quel point ils sont désolés. Pff, qu’est-ce que ça peut me faire ? Ca n’y changera rien de toutes manières.

- Jake ! Eh oh, t’es là vieux !, me fait Quil en s’approchant.

Je le regarde du coin de l’œil tout en continuant le polissage de mon bois.

- Tout le monde te cherche. Sue est inquiète tu sais !
- Le pauvre Jacob est bien là ! Il ne s’est pas envolé, crachais-je agacé en envoyant valser le morceau de bois.

Je vois Quil aller le ramasser et il le contemple en revenant sur moi.

- Mais tu te débrouilles bien !, fait-il en scrutant la pièce sous tout les angles.
- A d’autres !
- Je suis sérieux Jacob ! Tu manies ça comme personne. C’est super ! T’as intérêt à m’apprendre.

Mes yeux détaillent la pièce plate entre ses mains. La silhouette d’un ours taillée dans le bois. Je voulais l’offrir à Bella mais finalement maintenant je trouve ça stupide. Et je suis sûr qu’elle préfère un cadeau venant de son Cullen plutôt qu’un vieux bout de bois taillé par un gamin. Parce que c’est comme ça qu’elle me voit j‘en suis sûr. J’en ai marre de tout et j’ai envie d’envoyer tout valser. Quil vient s’assoir sur un rondin proche et je sens son regard sur moi. Je ne veux pas voir sa pitié jetée sur moi. Puis il me dit :
- Tu ne devrais pas t’isoler. C’est pas bon. Et puis ça ne te ressemble pas.
- J’ai le droit de changer si je veux !
- Euh, tu fais comme tu veux, vieux, mais ça serait dommage de finir comme … Sam, t’imagines ?, me fait-il souriant en guettant un réaction de ma part.

Lorsque nos regards se croisent, je ne peux m’empêcher de sourire nerveusement :
- Ca serait le monde à l’envers.

Nous tournons la tête vers la voix qui m’appelle :
- Jacob ?

Je reconnais ce timbre. Sue arrive auprès de nous, rassurée.

- Ne me refait plus jamais ça, tu veux !
- Désolé, j’avais besoin d’être seul, m’excusais-je en la voyant mal à l’aise de mon absence.

Elle s’assoit près de nous :
- J’ai eu tes sœurs au téléphone. Elles seront là demain matin. Ce n’est pas facile avec tout ces kilomètres qui vous séparent. Elles t’embrassent toutes les deux, j’ai dit que tu les rappellerais.
- Ouai, dis-je déçu d’avoir raté leur appel. Elles me manquent vraiment.

Sue pose une main rassurante sur mon épaule et elle me contemple tel qu’elle le fait avec Seth et Leah :
- Ca va s’arranger Jacob, dit-elle d’une voix rassurante.
- J’aimerais que tu ais raison …
- Il faut y croire fort.

L’atmosphère qui était électrique tout à l’heure devient soudainement plus calme, puis Sue se tourne vers Quil :
- Tu n’as pas cours toi, aujourd’hui ?

Je regarde Quil qui semble bafouiller puis il répond :
- Euh … si. Mais …

Surpris, je le toise :
- Quil sèche les cours ? Waouh ! C’est une première !, lâchais-je sans retenue.

Je vois Quil gêné vis-à-vis de Sue puis elle nous surprend à nous sourire :
- Bien, me voilà condamnée à mentir à tes parents pour aujourd’hui. Mais ça sera la dernière fois !, fait-elle maintenant plus sérieuse.



*
[Bella]


A la pause déjeuner à la cafète, j’ai délaissé mes amis pour manger à la table d’Edward. Dehors, je me suis isolée pour passer un coup de fil à Jacob, mais il ne m’a pas répondu. Déçue, je saisis mon sac que j’ai posé sur la table de pique nique et je le hisse sur mon épaule. Lorsque je m’apprête à partir, le visage d’Alice est face à moi. Elle sourit légèrement et j’aperçois Edward au loin qui nous regarde.

- Alice ?
- J’ai dit à Edward que tu ne serais pas là ce soir, tu peux y allez, Bella.
- Quoi ?, fis-je incrédule.
- Ton ami, il faut que tu ailles le voir.
- Mais je … Je n’ai encore rien décidé.
- Tu hésites encore, mais au fond de toi tu sais qu’il faut que tu y ailles.

Je reste là un peu bête en la contemplant et j’essaie de comprendre puis elle me dit :
- C’est de toi qu’il a besoin en ce moment. Je sais que ta visite lui fera du bien.
- Il paraît qu’il ne veut pas me voir …, dis-je triste.
- Entre ce qu’il dit et ce qu’il pense, il y a une marge. Il est … mal, Bella. Crois-moi !
- Edward n’aime pas que je traîne à la réserve, tu sais ? Les nouveaux vampires.
- Oui. Euh ne t’en fais pas si non j’aurais vu quelque chose. Tu peux partir tranquille.

Je vois dans son regard qu’elle a l’air d’y tenir et elle continue de me contempler pour guetter ma réponse.

- Tu m’as vu y aller ?
- C’est pour ça que j’en ai parlé à Edward.
- Merci !

Elle semble contente de m’avoir arrangé la situation puis elle me quitte là. Je la vois partir au bras de Jasper en jetant un dernier regard à son frère qui nous observe toujours. Je le rejoins et il me regarde en me disant :
- Faut toujours que ma sœur fourre son nez partout.
- Tu ne m’en veux pas si j’y vais ? Et puis si Alice a vu qu’il n’y a rien à craindre, alors je n’ai pas à m’en faire pour les nouveaux vampires.
- Ma sœur ne voit pas tout, tu sais !
- Mais ce genre de chose ne lui échappe pas.
- J’aimerais être aussi confiant que toi.

Nous continuons de nous dévisager puis il rajoute :
- Tu sais que je n’ai pas oublié. Ton anniversaire …
- Tu ne me l’as pas fêté et je t’en remercie.
- Tu ne voulais pas que je le fasse.
- Parce que ce n’est pas important.
- Pour toi peut-être.
- Tu te rends compte ? Je suis plus vieille que toi maintenant, dis-je en m’approchant de lui et en tripotant le col de son blouson en me disant qu’il a le visage le plus parfait du monde.
- 18 ans ! Tu as encore toute ta vie devant toi, Bella. Et rien que pour ça, je t’envie.
- Tu sors avec une … vieille.
- Chut !!! …, me fait-il en me berçant et en m’effleurant les lèvres.

Je sens son odeur enivrante et j’en perds tous mes autres sens. Il me donne un baiser sur le front.

- Demain soir.
- Quoi demain soir ?
- Demain soir, on va faire une fête en cette occasion. Et ne me dit rien, ce n’est pas moi qui invite.
- Qui ?
- Tu ne devines pas ?, me fait-il en souriant légèrement en regardant sa sœur au loin.
- Alice …, fis-je en soupirant un coup en sachant que je ne l’arrêterais pas dans sa lancée. Je suis surprise qu’elle ne m’ait rien dit !
- Pour une fois qu’elle m’écoute … Enfin, pour aujourd’hui.



*
[Bella]


Arrivée à la réserve, je me gare et je fouille du regard si j’aperçois quelqu’un dans les environs. Je vais frapper à la maison et la femme d’Harry m’ouvre.

- Bella ! Salut ma grande, comment tu vas ?, me fait-elle si souriante.
- Bonjour, ça peut aller. Je suis venue voir Jacob.
- Oui, dit-elle se retournant sur lui qui arrive dans le salon.

J’avance d’un pas de plus et je le vois avancer vers moi. De voir son visage neutre, cela me fait drôle. Je crois que je ne l’ai jamais vu ainsi. Je suis tellement habitué à voir son sourire habiller son visage. Il croise mon regard.

- Salut, fis-je doucement sans savoir quoi lui dire par la suite.

Il me salue à son tour toujours sur un ton éteint puis je lui demande aussitôt :
- On sort faire un tour ?

Il passe devant moi en acquiesçant toujours en silence. Je le suis et je le regarde marcher d’un pas lent. Je suis toujours impressionnée par sa grande taille. Nous marchons jusqu’au garage puis il s’assoit aussitôt sur une grosse malle en fer. Un silence s’installe puis il prend sur lui pour prendre la parole dans un langage peu enjoué :
- Ta journée au bahut s’est bien passée ?
- Euh, oui. Enfin, la routine.

Il me regarde et lorsque je vois ces yeux tristes je ne sais pas quoi ajouter. Je contemple son garage et mes yeux tombent sur les pièces de la mobylette d'Embry que j’ai peint ce week-end. Instinctivement, je lui demande en pointant mon menton dans la même direction :
- La peinture a bien séché ?
- C’est pas le temps qui a manqué puisque je n’ai pas avancé depuis.
- C’est pas grave, tu as le temps. L’anniversaire d’Embry c’est quand ?
- Dans deux semaines. Au fait, en parlant de ça : bon anniversaire !
- Merci !, fis-je étonnée de constater qu’il connait le jour.
- A l’heure qu’il est, tu devrais déjà être en train de te préparer pour ta fête.
- Je n’ai rien de prévu.
- Sérieux ?, semble-t-il perplexe.
- Sérieux ! Mais il paraît que la sœur d’Edward a prévu un petit quelque chose pour demain soir.
- C’est bien, me fait-il pensif.
- Je ne suis pas adepte de ce genre de fête.
- Ca te fait combien ? 18 ?
- Dans le mille !

Il fait un léger sourire et le silence regagne la pièce. Je me dis que je ne suis sûrement pas celle qui pourra lui faire oublier sa peine et encore moins douée pour la conversation puis sa voix chaude vient casser la froideur du silence :
- Je sais, ma compagnie n’est pas super, laisse-t-il échapper.
- Non, ne dis pas ça ! Je suis là et ça me fait plaisirs de te voir !, dis-je en tentant de le rassurer en m’asseyant à ses côtés. En fait, je ne sais pas si je suis la bonne personne qui puisse … te réconforter.
- Je ne te demande rien. Tu es là et c’est le principal. [un silence] Mes sœurs viennent demain.
- C’est bien. Elles vont rester quelques temps ?
- Je ne sais pas encore …

Son visage a changé, et il se fait plus triste qu’à mon arrivé. Après avoir laissé son regard flouter le sol, il porte ses yeux sur moi puis il me dit avec une sérieuse inquiétude :
- Je flippe, Bella.

Son aveu me touche et me rend triste à la fois. Si il devait arriver une chose similaire à Charlie, je ne sais pas dans quel état je serais. Pire que Jacob, c’est certain. Il a tant de courage en lui et cette aptitude à passer outre ces problèmes. J’aimerais avoir sa force.
Je le regarde intensément :
- Tu n’es pas seul, lui répondis-je émue.

Ces yeux ne me quittent plus et je les vois humides maintenant :
- Merci d’être là, me glisse-t-il doucement.

Son visage près du mien, je pose mon bras autour de lui et instinctivement il m’enlace tout contre lui. Il reste appuyé contre moi sans un mot. Je comprends sa peine, ses craintes et je sais que son cœur pleure en cet instant. Nous restons là quelques minutes à nous étreindre, tristes. Quand je regagne ma voiture, quelqu’un m’appelle et je me retourne sur Quil qui vient au-devant de moi en courant. Il arrive, essoufflé :
- J’ai bien cru que j’allais te rater !
- Salut, tu me cherchais ?
- Ouai, tiens !

Il me tend quelque chose dans sa main. Surprise, je le toise interrogée puis il me dit :
- Vas-y ouvre-le !

Je saisis le papier blanc froissé et je l’écarte d’un côté pour voir le contenu. Je sors un objet en bois. Je contemple un joli pendentif qui représente un animal.

- C’est superbe ! C’est toi qui l’a fait ?
- J’aurais aimé. C’est Jacob. Il m’a avoué l’avoir fait pour toi. Il devait te l’offrir pour ton anniversaire.
- C’est vraiment gentil de sa part, fis-je tout en regardant à nouveau le bel objet. Merci !
- C’est à lui qu’il faut dire ça ! Il ne sait pas que j’allais te le donner mais vu les circonstances, je ne crois pas qu’il te l’aurait offert.
- Dis-lui merci de ma part en attendant. Bonsoir !
- J’espère qu’on te reverra bientôt ?
- Je vais essayer de repasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 2 Déc - 14:46

Ah Rachel qui va arriver Very Happy

Citation :
- C’est de toi qu’il a besoin en ce moment. Je sais que ta visite lui fera du bien.
- Il paraît qu’il ne veut pas me voir …, dis-je triste.
- Entre ce qu’il dit et ce qu’il pense, il y a une marge. Il est … mal, Bella. Crois-moi !
Merci Alice Very Happy

Sympa que Quil ait donné l'ours en bois à Bella mais elle aurait pu y retourner pour lui dire merci elle-même ! Mad J'espère qu'elle le fera

Pauvre Jacob, il me fait de la peine :'( et Pauvre Billy, j'espère que ça va s'arranger vite Sad

Citation :
Son visage près du mien, je pose mon bras autour de lui et instinctivement il m’enlace tout contre lui. Il reste appuyé contre moi sans un mot. Je comprends sa peine, ses craintes et je sais que son cœur pleure en cet instant. Nous restons là quelques minutes à nous étreindre, tristes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Renesmée Cullen Black
Regarde son bien aimé demander sa main
Regarde son bien aimé demander sa main


Féminin
Nombre de messages : 1803
Age : 19
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Jeu 2 Déc - 20:25

WoW O.O

Voila, la bombe Alice est lancé pour une fête. Ce passera t-il des imprévu? :p

C'est vraiment chou moi je trouve.Quand ils se prennent dans leurs bras...Alahlah Même si c'est a cause de la crise cardiaque à Billy.

Rachel s'en vient effectivement va t-elle rencontré le brave toutou. MDR Paul qui la réconforte! Imagine Jacob!

C'est super de la part à Quil de lui donner le petit ours! Moi je trouve que ca vaut plus que toute les pacottile que pourrait lui offrir la sansgue.

J'ai hate à la suite avec plein de rebondicement et de scene romantique!

xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 30
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 3 Déc - 9:39

Pauvre Jake si triste à cause de l'état de son père... Sad Je le trouve un peu sur les nerfs (ce qui est compréhensif!!)... Mais n'y aurait-il un changement de prévu? Wink

"J’ai eu tes sœurs au téléphone. Elles seront là demain matin" : Ah ah, Rachel va débarquer!! Very Happy On aura droit à l'imprégnation de Paul??? Very Happy

Alice qui insiste pour que Bella aille à la réserve : il n'y aurait pas quelque chose de louche là dessous? scratch Les Cullen veulent peut-être en savoir plus sur les nouveaux vampires, et ils veulent donc éloigner Bella...

Rapprochement touchant entre Jake et Bella... Ce n'est pas dans les meilleures conditions, c'est sûr, mais ils se seraient rapproché quand même, à un moment ou à un autre... Ils s'entendent trop bien pour ne pas se rapprocher... Smile

Tititof, je me suis faite la même réflexion que toi : Bella aurait pu aller dire merci à Jake pour l'ours en bois!! lol!! Faut espérer qu'elle le fasse par la suite... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Ven 3 Déc - 13:54

coucou a y est j'ai tout lu d'un coup et je dois dire que j'adore une version de NM très originale !!! je l'adore !!
bien sur Edward toujours égal à lui-même toujours aussi protecteur et prévenant comme si il ne pouvait pas la laisser respirer !!! et puis les moments entre Jake et Bella ; la peinture dde la moto la rencontre avec le cheval !!! c'est trop bien j'aime ces moment entre eux c'est trop touchant
et les boutiques avec Alice sa devait etre géniale j'aurai bien aimé etre sa poupée moi !!!
et l'accident de Billy!! ho non !!! pauvre Jake il est dans un état pas possible je n'aime pas quand il est comme sa !! mais c'est tres compréhensible. Sad sa fait bizarre de le voir sans un sourire sur les levres, de le voir complètement démoraliser !! j'espère que sa va aller mieux pour Billy !!!
et puis franchement merci Alice !! grace a elle Edward laisse Bella aller voir Jake ce qui est une bonne chose !! Jacob commence à se livrer à elle . leur moment où ils sont enacés c'est trop mignon !!!
et les soeurs de Jake qui arrive c'est trop bien !!! au moins Jake sera moins seul même si jusque là il était bien entourer avec Sue et ses amis.

pour les soit disant vampires qui sont de coté de la réserve j'ai une petite idée mais j'attend les prochains chapitre pour la confirmer .

en tout cas ta fic est super Vanille !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 20
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Dim 5 Déc - 19:40

Super !!!!
je viens de lire tes premiers chapitre Vanille41 !
j'avais déjà lu une de tes fic qui m'avait bien plus et je suis sure que celle ci va me plaire encore plus !!
vivement la suite !!!!!
smack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 7 Déc - 12:44

Citation :
Tititof : Sympa que Quil ait donné l'ours en bois à Bella mais elle aurait pu y retourner pour lui dire merci elle-même ! Mad J'espère qu'elle le fera

Alors Alice et toi, vous vous êtes fait la même reflexion alors voilà, je voulais que cette partie se finisse sur l'enlacement de Bella et Jacob et puis à la fin je me suis aussi posé la question comment finir ce chapitre, j'ai donc pensé que Bella avait quitté Jacob triste et comme elle est sur le point de partir je voulais que Bella puisse le remercier dans de meilleurs conditions. J'avais hésité pour cette fin donc voilà, désolé si ça vous a marqué.

Renesmée Cullen Black, c'est un accident cérébrale qu'a fait Billy.

Citation :
Renesmée Cullen Black : Rachel s'en vient effectivement va t-elle rencontré le brave toutou.
je ne vois pas de qui tu veux parler lol!

Citation :
Alice Cullen 57 : Pauvre Jake si triste à cause de l'état de son père... Sad Je le trouve un peu sur les nerfs (ce qui est compréhensif!!)... Mais n'y aurait-il un changement de prévu? Wink Wink
Alors ce qui fait que Jacob soit un sur les nerfs, c'est surtout parce qu'il pense que le sort s'acharne sur lui et sa famille. Il n'a plus sa mère, et son père a déjà un handicap. Voilà pourquoi il est autant remonté.

Citation :
Alice Cullen 57 : On aura droit à l'imprégnation de Paul??? Very Happy
ah ça aurait pu être cool mais voilà, comme je l'ai déjà abordé dans mon autre fic' je n'ai pas voulu faire un déjà-vu.

Spoiler:
 

Je vois Alice que ça te creuse lol tu as plusieurs interrogations. Wink

Merci Fande Taylor et Florine de vous retrouver à nouveau sur ma page bye


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SCENE 7. 18 ANS

*
[Bella]


La fin des cours sonne et je franchis le portail avec Edward. Nous discutons lorsque je lève les yeux devant moi, surprise. Alice est là toute souriante ce qui semble illuminer son visage pâle. Je vois également Rosalie mais qui elle ne sourit pas et qui donne l’impression de se mordre la joue pour se contenir dans cette situation. Emmett me fait un large sourire béat quand à Jasper, je vois à son visage qu’il est ravi de me voir arriver même si il ne montre pas autant de jubilation qu’Alice. Intriguée de leur présence à m’attendre là, je me tourne vers Edward guettant une mimique de sa part ; une réponse. Ces beaux yeux miels me toisent et je vois un léger plissement au coin des lèvres :
- Je leur avais dit ne pas faire ça.

C’est à ce moment que je les vois tous s’écarter. Je découvre le véhicule derrière eux. Et quel véhicule ? Un énorme 4x4, carrosserie noire, suspension des roues ; option pick up ... Je n’arrive pas à y croire. Sur la portière, un grosse banderole blanche y est collée où il y est inscrit en gros « Joyeux Anniversaire ». Le tout enveloppé d’un gros nœud mauve en tissu. J’en reste sans voix au premier abord puis Alice arrive à moi en me serrant dans ses bras. Je l’entend rire puis elle me dit :
- Bon anniversaire, Bella !
- Alice, tu … Ce n’est pas possible vous ne pouvez pas m’offrir ça ! C’est trop … trop …
- Trop petit ?, m’arrête soudain Emmett en me lançant un petit sourire en coin.
- Beaucoup trop gros !, rectifiais-je en ayant retrouvé l’usage de la parole sans bafouiller. Enfin, pour moi c’est … c’est pas moi !, lâchais-je gênée de ce cadeau bien trop coûteux à mon goût.
- Elle est à toi maintenant, tu n’as pas le choix !, me fait Alice en me tendant les clés.

Rosalie me regarde toujours avec un sérieux inébranlable puis elle me répond :
- Si ça te gêne tant que ça, moi je serais ravie de la conduire !

Emmett la dévisage ahurit :
- Tu plaisantes ? C’est le cadeau de Bella et puis, elle va pouvoir frimer avec ce bijou !, me fait-il d’un coup de coude.

Il attrape en vol les clés des mains d’Alice et me les donne. Je vois Rosalie lui lancer un regard sévère mais Emmett se contente de garder sa bonne humeur tout en me rajoutant :
- Rien à voir comparé à ta tortue !
- Hé ! Ne te moque pas de ma voiture, sileteplait !, le taquinais-je.

Je vois qu’Alice me guetter et je lui dis :
- Edward ne t’avais pas dit que je ne voulais pas de cadeau ?
- Oui, en effet. Le jour de ton anniversaire. Mais c’était hier alors …

Je souris à son insinuation. Je n’arrête pas de penser que cette voiture est bien trop belle pour moi. Ce cadeau de leur part me met dans l’embarras. Elle a dût leur coûter une fortune. Mais visiblement, si je leur montre ma gêne, cela les met eux aussi mal. Alors je prends sur moi, je regarde le jeu de clés dans le creux de ma paume et me dirige vers le véhicule. Je les contemple un à un :
- Je vous remercie tous, c’est vraiment … Il ne fallait pas ! Mais merci, ça me touche !
- Allez Bella ! En voiture !, sort Alice toute pétillante à l’idée que j’essaie leur nouveau jouet.

Bizarrement, ma culpabilité s’envole d’une traite sans savoir pourquoi. Au moment où je m’assois sur le siège conducteur, je contemple le visage de Jasper et il sourit légèrement. Evidemment, il fallait s’en douter.

- Allez on vous laisse. A ce soir, Bella ! La fête est à 19 heures !, me fait remarquer Alice. Ah et j’oubliais, ta tenue je l’ai posé sur ton lit.

Edward s’assoit à mes côtés :
- Un détail qu’Alice a oublié de te préciser : ta porte d’entrée il va falloir changer le verrou.
- Pourquoi ?
- Disons qu’Alice n’a pas pu rentrer par la fenêtre alors elle … Elle est rentrée comme elle a pu.
- La prochaine fois, demande-moi la clé !
- Ca ne serait plus une surprise.
- De casser ma porte ?, plaisantais-je.

J‘arrive dans la ruelle devant chez moi, et je vois le véhicule de Charlie.

- Ton père est déjà là, je te laisse. Je passe te prendre tout à l’heure !
- Non, attends ! J’ai une nouvelle voiture à présent, laisse-moi m’en servir !

Je vois un sourire sur ces joues claires. Je sens ces lèvres froides se poser sur ma joue et il disparait de ma voiture. Je me gare derrière celle de mon père et je tourne mon visage sur la maison. Charlie est sur le perron et je le rejoins. Je le vois s’accroupir et regarder attentivement la serrure. Ces traits semblent durs.

- Salut !, lui fis-je en constatant que je l’ai fait sursauter.
- Je ne t’avais pas entendu arriver. Tu as passé une bonne journée ?
- Euh oui. Et toi ?

Son visage se tourne vers moi :
- Je croyais être dans un quartier tranquille, mais visiblement … non !
- Qu’est-ce qui se passe ?, dis-je innocemment en repensant à Alice.
- Quelqu’un a forcé la porte.

Il relève la tête vers le haut du montant en bois en essayant de comprendre :
- Tu peux le croire ça ?
- Tu crois que quelqu’un est entré ?
- C’est certain, t’as vu la serrure ? Il n’y ai pas allé de mains mortes celui-là ! J’ai appelé le bureau pour faire une déclaration d’infraction.
- Tu penses qu’on nous a volé des choses ?
- J’ai vérifié, il ne manque rien. Va voir dans ta chambre au cas où.

Je monte rapidement dans ma chambre simulant mon impatience à vérifier si il ne manque rien. Soudain, j’entends mon père m’appeler. Je redescends rapidement l’escalier et je le rejoins dehors. Il me contemple surpris puis il me fait signe de regarder dans la même direction que lui.

- Tu peux me dire ce que c’est que ça ?

Je vois alors ma nouvelle voiture en ligne de mire et je remarque aussi que la banderole « Joyeux Anniversaire » n’a pas été retiré. Aussitôt, je me sens rougissante. Je n’avais pas encore pensé de ce que pourrais en penser Charlie.

- C’est ma nouvelle voiture !
- Ta quoi ?, sors-t-il complètement ahurit. Attends ! Tu peux me dire avec quel argent tu as pu t’offrir ça ?
- Papa, tu le vois bien, c’est un cadeau.
- Un cadeau ? Ca un cadeau ? Et bah, c’est pas un p’ti ! C’est même plus une voiture, c’est un gros …
- Chut ! Je t’en prie, tu vas tout gâcher !
- Mais Bella, as-tu l’idée de ce que ça coûte ?
- Je sais …
- Ca vient d’Edward ?
- Oui.
- Et bah, il a dût bosser tout l’été pour te la payer !
- En fait, c’est un cadeau de sa famille.
- Ah ouai, le docteur Cullen. Maintenant je comprends tout.
- Papa …
- Bella, tu ne peux pas accepter un cadeau comme ça. Tu te rends compte ?
- Je sais. Je leur ai déjà dit mais tu les connais !
- M’ouai. Donc, tu vas … la garder ?

J’acquiesce en silence, gênée de contempler le visage de mon père mal à l’aise vis-à-vis de tout ça.

- Tu vas faire quoi de ton autre voiture ?
- Je compte la garder.

Silencieux il rentre dans la maison. Je le suis et je suis triste de l’avoir déçu car je sais que ma relation avec Edward lui déplaît. Il revient du salon et me tend un paquet cadeau.

- Tant qu’on est dans les cadeaux, tiens ! Je sais que j’ai du retard mais hier soir en revenant de chez Jacob tu n’avais pas l’air dans ton assiette alors j’ai préféré attendre : Bon anniversaire !

Tout en ouvrant le paquet, j’écoute mon père :
- Je ne veux pas que tu le prennes mal, Bella. Mais tout ça, la voiture et l’argent que ça représente ; enfin tu comprends ? Ta mère et moi on est loin de tout ça, tu vois ? Je ne voudrais pas que tu vives au dépend de quelqu’un parce qu’au final, ça ne t’aidera pas dans la vie. Crois-moi !
- Je comprends mais ne t’en fais pas pour ça. L’argent de fait pas le bonheur, je le sais !
- J’espère que tu t’y tiendras à cette raison.

Je retire le papier du paquet et je contemple le carton d’emballage :
- Un nouveau lecteur ?
- Je sais que tu aimes écouter ta musique alors comme le tiens t’a lâché … je pensais que ça serait une bonne idée.
- Merci ! C’est super !
- Je suis content que ça te plaise car le choix n’a pas été facile. Il y en a de toutes les couleurs.
- Celui-là est parfait, dis-je en déballant le lecteur MP3 de sa boîte.
- Ta mère n’a pas pu se libérer pour ton anniversaire mais elle espère passer te voir bientôt.
- Je sais, elle me manque aussi.
- Tu as prévu quelque chose ce soir ?
- Euh, oui en fait, Alice a organisé une fête chez elle.
- C’est une fête avec tes amis de lycée ou juste entre vous ?
- A vrai dire, je n’en sais rien.



*
[Bella]


Avant de me rendre à la fête, je me suis promise de passer voir Jacob. Il n’attend pas ma visite mais je tiens à lui montrer que je suis là si il a besoin de parler. A la maison, personne. Je marche jusqu’à la maison des Clearwater et je trouve Jacob en compagnie de Leah et Seth devant l’habitation.

- Hé Bella !, me lance-t-il visiblement content de ma visite surprise.
- Salut ! Je ne te dérange pas ?
- Pas du tout.
- Je ne vais pas rester longtemps, je suis invité chez Alice mais je voulais passer te voir avant.

Il se tourne vers Leah et Seth et leur fait signe qu’il s’absente puis nous marchons en direction de chez lui. Je le vois s’approcher de moi et il avance sa main sur mon cou intrigué. Il saisit mon collier entre ses doigts. Ces yeux se relèvent vers moi.

- C’est Quil qui me la donné. Il paraît que tu l’avais fait pour moi.
- Tu … aimes ce collier ?
- Bien sûr ! Je le trouve très beau !
- J’avais peur qu’il ne te plaise pas et que tu trouves ça stupide.
- Tu plaisantes ? Il est magnifique !
- Merci. Je suis content qu’il te plaise.
- Merci à toi. Tu en fait souvent ?
- De temps en temps.

Je le vois hésiter puis il me dit :
- J’ai choisis de faire un ours car c’est un symbole. Il est censé être ton animal totem.
- Vraiment ?
- Oui, c’est celui qui te ressemble le plus en fait.

Il se penche sur moi et me chuchote :
- Astrologie indienne.
- Oh ! Et toi alors ? De quel animal descends-tu ?
- L’oie des neiges.
- Avoir des ailes c’est pas mal !, lui répondis-je en souriant et en le voyant céder lui aussi.

Je suis contente de le voir avec une meilleur mine aujourd’hui. A peine arrivés devant la maisonnette rouge, je le vois fixer quelque chose au loin qui l’intrigue puis il me demande :
- A qui est ce gros bourrier ?

Je relève la tête et je ne vois que ma voiture se dessiner à l’horizon dans la nuit qui commence à tomber.

- Euh, c’est ma voiture, dis-je doucement en guettant sa réaction en me souvenant brutalement que ça risque de le blesser.

Il lève un sourcil étonné :
- T’es sérieuse ? Ta voiture est en panne ?
- Non, elle roule très bien. C’est juste que … En fait, c’est ma nouvelle voiture.
- T’as gagné au loto ou quoi ?
- C’est un cadeau d’Edward … et de sa famille.

Rien qu’à le regarder, je sais déjà ce qu’il pense puis je lui dis :
- Je sais. J’étais embarrassée quand ils me l’ont offerte.
- Y ‘a pas de mal. Tu as la chance d’avoir tout ce que tu veux. Ca serait dommage de t’en priver, me fait-il sans se montrer enjoué.
- Ne te forces pas à le dire. Je sais très bien ce que tu penses.
- Tu vas faire quoi de ton autre voiture ?
- Je la garde !
- Pour tes virées à la réserve ? C’est vrai c’est amplement suffisant, me fait-il comme-ci ça ne l’atteignait pas.
- Ne dis pas ça ! J’aime ma voiture et elle me va très bien !
- Elle te va si bien que tu t’es dit que tu allais accepter ce gros bourrier !
- C’est un cadeau, tu peux comprendre ?
- Un cadeau n’est pas censé venir d’un boîte à fric.
- Jake …, fis-je triste de constater que je l’ai blessé.

Je pose ma main sur son poignet, désolée. D’un signe quasi instinctif, il me la retire puis il s’approche de mon visage. Sa main vient saisir mon collier. Il tient le petit ours sculpté dans le creux de sa paume et son visage tendu et fixé sur moi. Ces yeux me toisent :
- Ca, c’est un cadeau qui vient du cœur, Bella. Ce tas de ferraille a-t-il plus de valeur parce qu’on lui colle une étiquette ?
- Je ne suis pas comme ça, tu le sais.
- Non, tu ne l’es pas. Mais pourtant tu es sur le chemin qui y ressemble.
- Ne dis pas de bêtises. Charlie m’a assez fait la leçon.
- J’espère bien !
- Je n’ai pas pu refuser.
- Tu es libre de dire non à ce que je sache !
- Mets-toi à ma place, dire non à toute sa famille …

Je le vois silencieux mais je sais qu’il n’approuve pas. Je le contemple un instant avant de lui demander :
- Alors, toi, comment tu vas ? Tu as l’air mieux, aujourd’hui.
- Je fais avec.
- Tes sœurs devaient passer, non ?
- Oui, elles sont chez Harry. Elles repartent dans quelques jours.

Je le regarde triste puis il me dit :
- Ne t’en fait pas pour moi. Vas à ta fête ! Si non, ils vont se demander où tu es passée.
- Alors bonne soirée, fis-je triste de le laisser là.

Il s’efforce de me sourire en me serrant dans ses bras et je pose ma tête dans le creux de son épaule. Sentir la chaleur du corps de Jacob me change de mes étreintes avec Edward. Sa peau me glace à chaque contact mais je m’y suis faite. Jacob me chuchote :
- Merci d’être passée.

Je me défais de son étreinte et je le quitte.



*
[Bella]


La belle maison de la famille d’Edward est joliment illuminée à l’extérieur. Les lumières tamisées des pièces donnent un joli aspect vu de dehors. Devant la porte d’entrée, une jolie guirlande blanche fait de petites lumières scintille doucement. Edward sort de nulle part et marche à mes côtés. Je commence à greloter par cette nuit fraîche, j’aimerais pourtant qu’il me tienne la main.

- Je leur ai dit d’allumer la cheminée, tu auras un peu moins froid.
- Merci.
- Tu grelottes comme une feuille. Allez viens !

Nous entrons et Alice m’accueille. Elle me détaille rapidement :
- T’as pas mis ma tenue ?
- Euh je l’ai, dis-je en tendant un sac à la main. Je n’ai pas eu le temps de la mettre.
- Ouf, tu m’as fait peur ! Vas dans ma chambre pour te changer.

J’entends une musique en fond sonore et je monte les escaliers jusqu’à la pièce. La robe enfilée je file à la salle de bain la plus proche et je me regarde dans le miroir. Soudain, je vois Alice arriver.

- Tu es resplendissante ! Pour la coiffure, laisse-moi faire !

Je laisse donc les doigts d’Alice arranger mes cheveux et nous arrivons enfin parmi les autres pour la petite soirée. Celle-ci s’est déroulée tranquillement. Les parents d’Edward m’ont accueillie comme-ci je faisais partie de la famille. Tout avait été arrangé pour mon arrivée : boisson, petits fours, apéritifs ; même un gâteau. Je n’en reviens pas de cet accueille si chaleureux, pour moi, intruse humaine dans leur vie si peu normale.



*
[Bella]


La soirée terminée, je suis allongée sur le tout nouveau lit d’Edward. Couché près de moi, il me regarde intensément. Il a glissé une couverture entre nous pour ne pas avoir plus froid que lorsque je suis arrivée.

- Tu n’es pas obligée de partir, me fait-il en me lançant son regard que j’aime tant briller sur moi.

Je me relève :
- Tu sais bien que je ne peux pas rester. Charlie risque d’arriver ici furax et ça, je doute que tu veuilles le voir.

Il reste silencieux puis je lui dis :
- Alors ça va être comme ça tout les ans ?
- Comment ça ?
- Et bien, je vais venir ici fêter mon anniversaire. Prendre un an de plus, me marquer de rides un peu plus chaque année … Et toi, un jour tu seras assis là à côté d’une grand-mère.
- Arrêtes-ça ! Tu resteras toujours ma Bella, tu m’entends ?
- Non, je ne serais pas la même et tu le sais ! Tu ne vas pas avoir le choix, il va falloir que tu me donnes ta réponses parce que si tu ne veux pas me transformer, je t’assure que je trouverais quelqu’un qui voudra bien le faire !
- Qui ?
- Euh, Alice par exemple.
- Ma sœur ? Alors là, sans mon accord ça m’étonnerait.
- Je t’en prie !

Je le fixe de ton mon âme, il doit comprendre que je ne peux pas passer ma vie à ces côtés en le voyant lui figé dans ces 17 ans et moi devenant plus vieille chaque jour. Ces yeux me contemplent doucement, sa main vient se poser sur ma tempe puis glisse le long de ma joue et de mon cou.

- Tu es si belle est fragile ma Bella. Pour rien au monde je ne voudrais que tu changes.
- Il le faut.
- Dis-toi une chose, est-ce que tu aimerais que moi je change ?
- Bien sûr que non ! Je t’aime comme tu es !
- Alors tu dois comprendre pourquoi je veux que tu restes humaine. Tu as tellement de choses à vivre. Renoncer à tous ça, ça serait du gâchis.

Je glisse ma main pour attraper ses doigts, mes yeux ne le quittent pas du regard :
- Si je suis avec toi, je ne pourrais jamais vivre comme quelqu’un de normal. Alors pour ça, je dois changer ! Je dois devenir comme toi. Si non, nous serons à jamais malheureux.
- Je suis heureux comme ça.
- Je suis heureuse aussi, mais je le serais un peu plus si je pouvais faire partie de ton monde.
- Tu en fais parti, tu gravites autour de moi. Tu es mon monde !
- Tu sais très bien ce que je veux dire, dis-je en roulant mon visage plus prés de lui.

Ces prunelles oranges je ne m’en lasserais jamais.

- Pour l’instant tu n’as que 18 ans. Alors profites un peu de la vie, Bella.
- Ma vie c’est toi.
- Et la mienne c’est avec toi, ma petite humaine.

Il se penche et m’embrasse. Mes mains sur son torse glissent et je sens la sienne descendre doucement dans mon dos. Puis il cesse son baiser en remontant sa main derrière mon cou et il m’y dépose un baiser sur le front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 7 Déc - 14:31

LOL j'imagine la tête de Charlie quand il a vu le 4x4, je le voyais parfaitement !


Citation :
- Astrologie indienne.
- Oh ! Et toi alors ? De quel animal descends-tu ?
- L’oie des neiges.
tu as trouvé ça sur un site ?

Citation :
- Ca, c’est un cadeau qui vient du cœur, Bella. Ce tas de ferraille a-t-il plus de valeur parce qu’on lui colle une étiquette ?
- Je ne suis pas comme ça, tu le sais.
- Non, tu ne l’es pas. Mais pourtant tu es sur le chemin qui y ressemble.

J'ai beaucoup aimé les deux réflexions de Jacob...

Citation :
Il s’efforce de me sourire en me serrant dans ses bras et je pose ma tête dans le creux de son épaule. Sentir la chaleur du corps de Jacob me change de mes étreintes avec Edward. Sa peau me glace à chaque contact mais je m’y suis faite.
brrrr tu me donnes froid LOL en plus, je suis gelée là, il neige à mort chez moi et en lisant ce passage, j'avais encore plus froid LOL

Bon, Edward a trouvé l'argument qui tue :"- Dis-toi une chose, est-ce que tu aimerais que moi je change ?" Bah oui...ça va dans les deux sens...

Pauvre Jacob, il est bien triste entre son père et Bella qui ne se rend pas trop compte de sa souffrance Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Mar 7 Déc - 14:41

j'adore !! Bella est retournée voir jake !!! je suis contente de voir qu'il va un peu mieux. c'est quoi le symbole de l'ours et de l'oie des neiges ??

j'espère qu'on aura bientot des nouvelles de Billy !!!
et la grosse voiture !! c'est les Cullens tout cracher sa et je suis sur qu'elle est blinder !!!
et Alice quelle délicatesse avec la porte !! elle n'y a pas été de main morte dis donc ! pauvre Charlie qui se pose tt ces questions !!!

ça ne m'étonnes pas que les étreintes de Jake change de celle avec Edward!! moi en tout cas je préfèrerais celle de Jake . Jake a aussi raison pour la voiture, Bella va sur la voix de la richesse ce qui n'est pas forcément une bonne chose. pas du tout même.
et elle a mit le collier de Jake je trouve sa super. je suis encore une fois d'accord avec Jake ça au moins c'est un cadeau du coeur et non un cadeau ou l'on dépense une fortune parce qu'il est beau.


Dernière édition par fande taylor le Mer 8 Déc - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fic' Twilight    Aujourd'hui à 14:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Fic' Twilight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 12Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Twilight [Stephenie Meyer]
» À propos de la saga Twilight
» Twilight, le film : nos petits détails favoris et autres clins d'oeil...
» HG Vs Twilight : Quand la saga essaie de rameuter du fan de vampires...
» Twilight ou The Host ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: