Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prynce
1ère rencontre avec Edward Cullen
1ère rencontre avec Edward Cullen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 114
Age : 23
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.   Mer 11 Aoû - 21:57

Coucou à tous =)
Ceci est une ébauche de projet d'un roman que j'ai envie d'écrire. J'en suis encore à trouver toutes mes idées et j'ai très envie de faire naître mes personnages. Seulement j'ai du mal à me lancer. C'est la première fois que je dévoile ce texte sur Internet. C'est en fait la situation de départ de l'héroïne du roman. Ce n'est pas du tout basé sur Twilight. C'est même une histoire plutôt encrée dans la réalité puisqu'elle se déroule durant la Seconde Guerre Mondiale.
J'attends vos avis, vos critiques, vos réactions, vos questions avec plaisir.
D'avance, merci de m'avoir lue. ♥


Un bruit lointain parvint à mes oreilles. Comme une voix étouffée. Elle rit. D’un de ses rires qui vous réchauffe le cœur. Ça s’éclaircit et je reconnais Sa voix. Comme à chaque fois, le froid permanant de mon âme s’adoucit un peu au son de son magnifique ténor. Il fait glacial et je ne sens plus mes pieds. Ma couverture n’est pas très épaisse et aussi trop petite pour me couvrir toute entière. Je me recroqueville avec peine tant mes membres sont meurtris par le froid. Je n’ai plus la force de bouger. Tous mes sens sont enivrés, seule mon ouïe résiste. Le bel inconnu semble heureux lui. Il chantonne un air joyeux. Je rassemble toutes mes forces pour lever les yeux et faire basculer ma tête en arrière pour l’apercevoir. Comme à son habitude, il longe la barrière du pont et la frôle du bout de ses gants. Je l’envie. Il a l’air bien au chaud, lui. Il s’arrête, comme prévu. Il s’accoude à la palissade et fume une cigarette en regardant la Tour Eiffel se refléter dans la Seine. Son élégance est indescriptible dans son long manteau noir. Son chapeau légèrement posé sur le côté de sa tête lui donne une allure décalée des autres hommes que l’on rencontre dans Paris. Seulement, à chaque fois, il est seul. Jamais une femme en vélo, des enfants qui jouent ou un marchand vantant ses produits ne viennent gâcher cette scène que j’aime tant admirer, en secret. Le jeune homme se redresse, écrase sa cigarette encore flamboyante du bout de ses doigts fins et parfaits et, reprend sa route. Je dégage ma tête de la couverture encore un peu plus pour pouvoir le suivre encore du regard. D’ordinaire, tout s’arrête ici. Je n’arrive pas à en savoir plus sur Lui. Il semblerait que cette fois-ci, les choses se précisent. Au bout du pont, il s’arrête de nouveau. Il était trop loin pour que je voie son visage mais je lui devinais une moue de réflexion. Surprise ! Il fait demi-tour. Son allure est plus vive et il parvient bientôt à ma hauteur. Pour la première fois, je pense qu’il m’a remarquée. Pour la première fois depuis des mois, son visage me fait face, le découvrant ainsi dans les moindres détails. La pureté de sa peau et la qualité de ses vêtements dénoncent un équilibre de vie sain. Ses mains, en l’absence de blessures et défauts, montrent une activité plutôt intellectuelle. Il s’agenouille près de moi. Son parfum réveille mes sens et je me sens être quelqu’un, sentiment non éprouvé depuis tellement longtemps. Il pose délicatement sa main sur ma joue. Je reçus ce geste comme une agression pour ma peau tant j’étais transie par le froid. Je dois paraître inerte et pourtant je sens bien qu’il est là, près de moi. Je suis incapable de faire le moindre geste.

« Oh, j’vous cause, vous foutez quoi ici ! » D’un coup, je sortis de mon sommeil profond. Le visage parfait de celui que j’appelais mon Rêve se transforma en celui du vieux gardien de la Tour Eiffel. Depuis le jour où j’avais songé à mon bel inconnu pour la première fois, je venais me poser sur le pont, pour ne penser qu’à lui et oublier mes problèmes que j’avais accumulés depuis le jour de ma naissance. « Vous allez me répondre, mademoiselle, partez d’ici » Je me levai, sans riposter. Le seul point positif, si je pouvais dire, c’est que contrairement à mon rêve, il faisait bon ces temps-ci à Paris. Mais parfois, je me demande si je ne préfèrerais pas que le froid emporte mes dernières forces et que je meure, ici, où chaque jour, j’espérais –bêtement, voir apparaître mon inconnu. J’étais certainement devenue folle, après toutes les étapes de ma vie, où, à chaque fois, j’en étais ressortie un peu plus abîmée qu’avant. Le fait de croire en quelque chose -en Lui, me donnait au moins un espoir de vivre, même si, tant de questions se bousculaient dans ma tête. Existait-il vraiment ? Etais-je complètement folle ? Pourquoi toujours le même rêve qui s’arrêtait toujours au même instant ? Aujourd’hui, cela dit, il avait duré un peu plus longtemps, jusqu’à ce que le gardien ne me réveille. Je gardais l’espoir, qu’un jour, je connaîtrais la fin de ce rêve improbable. À moins qu’il valait mieux pour moi arrêter de croire à tout ça ? Etais-je trop naïve ? Qui était-il après tout ? Le fruit de mon imagination. Rien de plus. Deux possibilités s’offraient à moi à présent. Souffrir ou ne plus rien ressentir. À cet instant précis, je choisis le néant. Je me sentirais enfin vidée de tout et mon corps puiserait ses dernières ressources et je partirai ainsi, rejoindre mes parents. Enfin ça, c’était ce que ma mère m’avait dit en quittant ce monde. Lorsqu’elle m’avait confié la ferme et mes dix petits frères et sœurs, elle m’avait promis de veiller sur moi de là haut. Que mon père prendrait soin de nous et qu’elle le protègerait pour qu’il puisse nous voir grandir, ce qu’elle ne manquerait pas de l’haut delà. Seulement, une semaine plus tard, mon père succomba à son tour à la mort. Les médecins ne comprirent pas et conclurent donc par une mort causée par le chagrin. Qu’il avait été soit disant trop fragile pour supporter la douleur. Ma colère remplit tout mon cœur et il m’était alors impossible de ressentir quelconque autre émotion. Depuis ce jour, je me jurai de détester Dieu toute ma vie et de ne plus jamais prier. Je ne pouvais alors croire à un autre monde, celui qui nous attendait après notre passage sur Terre. Et si Dieu avait vraiment existé, il aurait fait en sorte que les évènements qui sont parvenus par la suite cessent.

FLASHBACK. Eté de mes onze ans, Ukraine, mon pays natal. « Romanov, amène les petits à l’intérieur. J’ai réussi à acheter du pain au village avec l’argent du lait que j’ai vendu ce matin. Je reste ici, il faut finir le labourage avant la tombée de la nuit.» ordonnai-je à mon jeune frère, le plus grand après moi. Lorsque je me retrouvai seule au milieu du champ, j’entendis le portail de l’entrée de la ferme grincer. Je levai la tête en m’essuyant le front. Un homme d’âge mûr s’avançait alors vers moi et je ne savais que faire. « Bonjour » dis-je poliment ne sachant si c’était le bon comportement à adopter face à un inconnu. Le nouveau venu me rendit mon salut par un geste bref de la main. «Pardonnez mon impolitesse, je sais que rentrer chez les gens de la sorte n’est pas un comportement appréciable mais j’ai été mis au courant de votre situation de détresse, à vous et votre famille, et je pense que… » ▬ « Je n’ai pas besoin d’aide » avais-je renchérit sur la défensive. ▬ « Je… Oui bien sûr. Je voulais juste vous informer, après, prenez mon offre comme vous le souhaiter » bluffa l’homme. « Je suis venu vous aider à sortir du gouffre mademoiselle. Vous êtes jeune, belle, et prometteuse. Votre caractère précoce ne pourra être que bénéfique pour percer dans le monde de la mode ou du théâtre. À Paris, nous manquons d’artiste. Je vous financerai le voyage et un logement là bas. Vous gagnerez beaucoup d’argent et pourrez ainsi financer un meilleur cadre de vie à vos frères et sœurs. Je sais que cela vous tient très à cœur. Le seul sacrifice que je vous demande est de partir seule, de les laisser ici, et vous pourrez revenir sur la terre de vos racines une fois enrichie… Je repasserai demain. Au revoir. » Il tournait déjà les talons. « Attendez ! Le voyage est pour quand ? Vous me proposez combien pour votre travail là bas, à Paris ? »▬ « Prenez vous affaires, un petit sac, ne vous chargez pas trop, vous aurez tout ce dont vous avez besoin en France. Je vous apporterai des réponses à toutes vos questions » Dans la détresse et le désarroi, je lui fis trop vite confiance et partis pour Paris, laissant mes « enfants » à Romanov. Je pensais avoir la possibilité de leur envoyer de temps à autre l’argent qui leur permettrait de vivre mieux. Mais, ce n’était pas du tout la gloire et les paillettes qui m’attendaient une fois arrivée en terre promise, si je puis dire. En effet, il ne fallait pas s’attendre à un miracle et lorsque celui qui avait refusé de me donner son nom disparu après que nous ayons passé la nuit chez de charmants gens. Ils étaient pauvres et la crise de 29 n’avait rien arrangé. Deux ans après, ils n’avaient pas le sou pour faire tourner leurs chambres d’hôtes comme avant. C’est malgré eux qu’ils me condamnèrent à passer le reste de mes jours dans la rue. FIN DU FLASHBACK.

C’est alors que je me mis à errer dans les quartiers de Paris où drogues et autres diffamations prennent place, dont la prostitution dans laquelle je fus obligée de plonger. Grâce à ça, il m’arrivait parfois de manger un vrai repas ou de prendre une douche bien chaude. Mais jamais je ne réussis à sortir de ce cauchemar. Je ne suis personne. Vendre mon corps m’a condamnée à ne plus me respecter moi-même. Je n’arrive plus à puiser ce qui pourrait m’aider à me reconstruire. Mon corps me dégoûte. Mon âme me dégoûte. JE me dégoûte. Mon être tout entier me répugne. C’est pour ça que je préfère choisir le néant. Vider mon esprit. Si même mes pensées sont dénuées de sens, je ne serai plus rien. Et je ne pourrai pas détester une chose « vide ». Je ne ressentirai plus rien. Je m’oublierai. Je marchai au hasard jusque sous le pont ou je voyais parfaitement le reflet de la Tour Eiffel. Je repensais distinctement à mon rêve. Le néant qui pénétrait en moi ne pouvait s’installer complètement tant que mon Rêve serait présent en moi. Contrairement à mon corps, ce rêve faisait partie de moi. C’était mon jardin secret. Personne ne pourrait y toucher. Mon cœur sauta dans ma poitrine et je compris alors que tant que mon Rêve restait un mystère, je ne pourrai succomber au Néant qui me ferait oublier l’existence.

Malgré tout ce qu’on pourra me dire et faire, on n’enlèvera pas en moi cette innocence et ce rêve que l’on a étant enfant. Mon enfance m’a été volée, tout comme mes racines. J’ai cette souffrance permanente en moi qui m’empêche d’avancer et de penser comme tout le monde. Je me méfie beaucoup trop. Surtout des hommes qui m’ont trop souvent regardée comme un jouet sans défense. Mon physique, avec eux, n’arrange pas les choses. Je le sens quand ils viennent. Un désir physique. Je dois certainement être de bon goût. Pourtant, j’ai en permanence le visage sale, mes cheveux emmêlés. Je ne trouve même plus la force de me plaindre pour dire que mes cheveux châtains, ondulés, parsemés de quelques mèches dorées, me manquent. Mes yeux bleus ressemblent à ceux de mon Rêve. J’aime regarder mon reflet dans les vitrines des boutiques pour trouver la ressemblance des siens, ses yeux. Il paraît qu’à travers un regard, on peut y lire la beauté de l’âme. J’ai entendu ça, déjà, quelque part. Si tel est le cas, vous pourrez y déceler mon imagination débordante. Il ne me reste plus que ça, vous allez me dire. Peut-être qu’en cherchant bien, ma tendance rieuse ressurgira le temps de l’apercevoir et disparaîtra aussi vite qu’elle n’est apparue. La protection et la méfiance risque de tout gâcher. Ces temps derniers, les sentiments qui nous procurent du plaisir ou de la joie ne se manifestent plus en moi. J’ai même du mal à me souvenir l’effet qu’ils produisaient autrefois en moi. Ma fragilité grandit chaque jour. Celle qui sert fait jaillir des douleurs dans le corps mais aussi celle qui fait pleurer le cœur, la pire… Je suis de taille moyenne pour une femme. Mes formes de femme sont dessinées dans de jolies courbes que je ne veux plus montrer. Les hommes en seraient bien trop satisfaits. De vivre dans la rue, au jour le jour, je perds du poids à l’œil. Mes côtes se voient et mes joues se creusent un peu, avec le temps. Je me dégoûte trop pour penser plus à moi-même. Je sombre pour oublier, encore. Mais son image se dessine sous mes paupières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
Keena
Soulagée
Soulagée


Féminin
Nombre de messages : 7008
Age : 28
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.   Mer 11 Aoû - 22:11

Toc Toc ...c 'est que moi ...mais bon ^^ * grosse déception * comme je te comprends ...^^

Bon alors ton premier commentaire ...je t'ai déjà "dis" l'essentiel sur MSN à l'instant ...

Un bon style d'écriture , une bonne histoire , une bonne tournure ...bref j'aime bien je sais que tu t'investis dans cette histoire j'espère que ça va marcher comme tu le souhaites .
Après tout qui ne tente rien n'a rien ...le principal c'est d'avoir essayer .

Continue comme ça ma belle c'est très prometteur ...je pense que sous peu tu auras des commentaires des autres Addicts lol!



Dernière édition par Keena le Mer 11 Aoû - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prynce
1ère rencontre avec Edward Cullen
1ère rencontre avec Edward Cullen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 114
Age : 23
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.   Mer 11 Aoû - 22:16

Merci beaucoup. ça me fait très plaisir que tu postes ici ♥
J'écris bientôt le roman... et pourquoi pas, peut-être que je posterais des extraits sur Twilighters Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.   Jeu 12 Aoû - 20:01

j'ai trouvé alors je lirais à ma pause demain au boulot (bah ooui faut bien occupé ces pauses Laughing)
Revenir en haut Aller en bas
Prynce
1ère rencontre avec Edward Cullen
1ère rencontre avec Edward Cullen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 114
Age : 23
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.   Jeu 12 Aoû - 20:07

Mdr Youtte Smile
d'accord :p ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.   Ven 13 Aoû - 8:28

bah oui j'suis la prochaine...chose promise chose mise ! Laughing

tu t'investies dans l'histoire, bcp de descriptions et de comparaisons, beau style d'écriure ! on sent que les mots ont été cherchés et posés justement à certains endroit de l'histoire !

en ce qui concerne l'histoire , c'est un beau début (j'me suis cru dans inception , je rêve ou pas?! ) disons que je me posais la question où j'allais dans la lecture et la situation !
pour le rôle de la jeune fille, je trouve que tu n'as pas besoin d'être si insistante sur la description du dégout et de la misère sur la fin.
Disons qu'une fois lu le flash back on comprend vite la suite...et pour ne pas tomber dans un cliché d'histoire à la "cosette", j'aurai préférer par exemple, découvrir au fil de la lecture : sa misère et son dégout, sa solitude ....
En résumé, belle histoire beau style ...il ne faut juste pas tomber dans l'histoire schématisé de la misérable et laisser quelques touches de suspens plus présent et de positivité (même si c'est la guerre et qu'elle est pauvrette, j'aurai aimé avoir plus de description sur son rêve "bleu")

Bref j'espère que tu m'as comprise sinon on en reparle !

continue comme dirait Jo, ça promet ma fille ! love bravo

smack smack smack
Revenir en haut Aller en bas
Prynce
1ère rencontre avec Edward Cullen
1ère rencontre avec Edward Cullen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 114
Age : 23
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/08/2010

MessageSujet: Re: ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.   Ven 13 Aoû - 10:04

Youtte, je vais aimer tes avis je sens ♥
Merci beaucoup. Pour Cosette, ma soeur m'a fait la même remarque, ça m'a fait rire en te lisant Very Happy
Oui d'accord, je vois tout à fait. Ce texte est le premier que j'ai écrit.. ça devait être début juin. Lol, dans Inception, c'est vrai O_o sauf que le film est sorti après XD mais quand j'ai relu le texte après avoir vu Inception j'y ai pensé lol
D'accord d'accord.. je vois ce que tu veux dire. De toute façon ce texte n'est pas le définitf. Quand je vais me mettre à vraiment rédiger l'histoire, je prendrais tes commentaires en compte !
Merci beaucoup, ils seront constructifs, j'adore ça!!!!!! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yellow-tricycle.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.   

Revenir en haut Aller en bas
 
■ L'espoir d'une vie meilleure, d'un rêve devenu obsession. } Ebauche de projet, décor: seconde guerre mondiale.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De la blessure naquit l'espoir (ship H/P)
» a chaque espèce de poisson, sa meilleure saison
» [Gavalda, Anna] 35 kilos d'espoir
» [News] Barres anti-roulis pour une meilleure tenue de route
» Meilleure saison pour aller en Inde?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: