Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mar 25 Mai - 16:51

Ma fic sur Edward et Bella, elle est déjà bien avancé sur le forum interdit aux moins de 18 ans alors je la modifie légèrement pour la rendre accéssible à tous

Bonne lecture





Chapitre 1




Bella


Après le départ d’Edward, Bella cru que sa vie s’était arrêté jusqu’à son rapprochement avec Jacob. Les derniers évènements et sa presque noyade l’ont permis d’ouvrir les yeux sur ce qui était bien qu’évident, masqué à ses yeux.


Bella s’était rapproché de Jacob, elle avait décidé de ne plus souffrir, de ne plus penser à lui, de revivre. Aujourd’hui avait failli mourir encore une fois, juste pour entendre sa voix. Elle avait tant espéré le revoir, mais cette expérience lui avait montré, non, imposé quelque chose qu’elle se forçait à ignorer. Elle aimait Jacob, elle l’avait toujours aimé. Pas comme Edward, mais son amour était tout aussi fort, d’un amour égal tout en étant différent, à l’opposé l’un de l’autre. Edward était parti, il l’avait abandonné, emportant avec lui une partie de son cœur. Jacob lui était resté, veillant chaleureusement sur l’autre partie de son cœur, la faisant grandir, s’épanouir, essayant tant bien que mal de combler le vide laissé par l’autre.


Assise sur son lit, Bella se remémorait cette journée. Ses doigts effleuraient ses lèvres, ravivant le souvenir des lèvres chaudes et douces de Jacob. Ils s’étaient embrassé quand il l’avait raccompagné ce soir, elle s’était laissé aller, avait accepté de passer à autre chose. Bizarrement, elle avait aimé ce contact, et ne s’était nullement senti coupable d’une quelconque trahison envers l’autre. Il était parti, il avait tourné la page, il était temps qu’elle en fasse autant. Elle n’allait pas l’attendre toute sa vie, se morfondre, se laisser mourir à petit feu en espérant qu’il eut pitié d’elle et qu’il daigne revenir.


Il avait tout emporté avec lui, c’était comme si il n’avait jamais été là, son odeur avait disparut depuis un moment déjà de sa chambre. Elle n’avait plus que ses souvenirs comme preuve de son passage dans sa vie. Mais là aussi, d’autres souvenirs plus récent et plus heureux commençaient à supplanter les anciens. Il fallait qu’elle l’accepte maintenant, Edward était son passé, Jacob son présent et son futur. Elle imaginait très bien sa vie avec lui, elle pourrait continuer de voir René et Charlie, avoir des enfants, avoir une vie normale. C’était bien ce qu’il voulait non ? Alors soit.


Cette nuit là, elle ne fit pas de cauchemar, elle se réveilla en pleine forme, prête à commencer sa nouvelle vie, avec Jacob.






Jasper


Jasper était inquiet depuis quelques jours, Alice avait des visions qui apparemment lui causaient beaucoup de peine, mais elle ne voulait pas les partager avec lui, avec personne d’ailleurs. Il l’avait vu pleurer, à la manière des vampires bien sûr, des sanglots sans larmes. Il se demandait si ses visions concernaient Bella ou Edward. Depuis notre départ de Forks, Edward avait disparu, appelant trois fois en six mois pour dire qu’il allait bien et raccrochait presque aussi tôt. Alice nous disait ne pas savoir où il était, soit pour que nous n’essayons pas d’aller le chercher, soit parce qu’il bougeait tout le temps sans destination précise de manière à ne pas être repéré. Quoi qu’il en soit, Jasper était de plus en plus inquiet, tout était de sa faute, sa faiblesse avait précipité sa famille dans une tristesse telle que même Emmett ne souriait plus. . Il s’en voulait tellement, pourquoi cela mettait-il tant de temps ? Pourquoi avait-il toujours du mal à résister au sang humain ? Peut-être que finalement il n’était pas fait pour vivre ainsi, peut-être qu’il devait partir ?


- Je t’interdis de partir.

- Excuse-moi, c’était juste une idée comme ça.

- Je souffre déjà de ce qui arrive à Edward, je ne veux pas en plus te perdre ni perdre notre famille. Tout finira par s’arranger.

- Tu as vu quelque chose ?

- Oui.

- Qu’a tu vu Alice ?



Esmé s’était silencieusement approché, toute la famille avait les yeux rivés sur Alice, attendant, espérant une bonne nouvelle.


- Tout va s’arranger. Edward sera bientôt parmi nous.

- Et Bella ?

- Bella … je ne vois plus Bella.

- Comment ça tu ne la vois plus, elle n’est pas…

- Non, elle est bien en vie, je l’ai vu sauter d’une falaise hier, mais apparemment elle a survécu.

- Une falaise, Oh mon dieu, elle voulait …

- Je ne sais pas Esmé, je l’ai vu sauter pus elle a disparu et elle a réapparu cette nuit avant de disparaître à nouveau. Je crois qu’elle a choisit.

- Jacob ?
Pour une fois Carlisle s’exprimait.

- [i] Oui.

- Oh mon dieu pauvre Edward, comment a-t-elle pu lui faire ça ?

- Rosalie, il l’a quitté. Depuis six mois je surveille Bella, elle allait vraiment mal, tout le monde s’inquiétait pour elle. Charlie voulait l’envoyer dans un hôpital pour aliéné.

- Quand Edward sera-t-il parmi nous ?

- Je ne sais pas, il n’a pas encore arrêté sa décision. Il hésite entre venir ici et aller directement à Forks.

- Il ne faut pas qu’il y aille.

- Je sais. Je l’appelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 21
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mer 26 Mai - 6:25

Coucou !!
Ton chapitre 1 est vraiment bien !
J'attend une suite avec impatiente !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mer 26 Mai - 9:53

oui moi aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilou8085
Joue au strip base-ball avec emmett
Joue au strip base-ball avec emmett


Féminin
Nombre de messages : 11138
Age : 31
Localisation : Nounours Addict
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mer 26 Mai - 10:28

ah cool tu la poste ici aussi c bien !!

bella 55 sa fic est dans la partie lemon et bien avancé déja Wink




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mer 26 Mai - 13:12

lilou8085 a écrit:
ah cool tu la poste ici aussi c bien !!

Wè, je me suis dit qu'il valait mieux que j'en fasse profiter tout le monde. Je vais juste modifier les parties ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mer 26 Mai - 13:16

Chapitre 2




PDV Edward



Ça faisait si longtemps que je n’avais pas vu Bella, ma Bella. Je commençais à avoir des hallucinations (bizarre pour un vampire me direz-vous, mais en quoi mon amour pour elle était-il normal), je croyais l’apercevoir dans la rue, entendre sa voix m’appeler, sentir son odeur toujours aussi alléchante. Un vampire pouvait-il souffrir d’aliénation ? J’en avais bien l’impression, je devenais fou loi d’elle. Alice avait essayé de m’appeler plusieurs fois ces dernières semaines, elle avait sans doute vu ma décision, ils m’attendaient sûrement mais il fallait d’abord que je la voie. Je me disais que c’était juste pour m’assurer qu’elle allait bien, mais je savais au fond de moi qu’il n’en n’était rien, ce n’était qu’un prétexte pour pouvoir l’approcher. Je n’étais pas assez fort pour rester loin d’elle, je me rendais compte maintenant de mon erreur, je ne pouvais pas vivre sans elle, car oui, auprès d’elle je me sentais revivre. J’avais besoin d’elle, elle était mon souffle et mon oxygène.



J’avais couru presque toute la nuit, plus je me rapprochais de Forks, plus je me sentais Euphorique. Aux abords de la ville, je m’arrêtais pour vérifier ma tenue. Je faisais une grimace en remarquant un trou sur ma chemise. Il fallait que je me change avant d’aller la voir. J’espérais qu’Esmé avait laissé quelques vêtements à la villa, après tout, nous étions sensé partir le temps que Bella finisse sa dernière année de lycée et parte à la fac. Esmé aimait cette ville, cette région humide et sans soleil. La maison était étonnamment propre et je sentais l’odeur de certains membres de ma famille, comme si ils étaient passés ici récemment. Je me changeais rapidement et allais retrouver mon amour.



Je ne fus pas surpris de sentir l’odeur nauséabonde des loups dans la foret et autour de la maison de Bella. « Quand le chat n’est pas là, les souris dansent » disait le proverbe, et Jacob Black avait semble t-il bien dansé. Il avait profité de mon absence pour se rapprocher de Bella, comme presque tous les adolescents mâle de la région j’en suis sûr. J’imaginais facilement sa déconvenue quand il nous verrait Bella et moi, aussi proche qu’avant. Mais il fallait que je me calme, je ne savais pas comment Bella allait réagir en me voyant. Allait-elle ma sauter dans les bras ? Me repoussera t-elle ? Non, j’écartais immédiatement cette possibilité, bien que je méritais qu’elle me repousse pour l’avoir abandonné, je suis sûr qu’elle comprenait mes raisons. Et je savais qu’elle m’aimait, peut-être pas autant que moi, mais bien au-delà de ce dont étaient capable ses semblables.



Je n’entendais rien venant de sa maison, mais cela ne m’étonna, la voiture
de patrouille du chef de police n’était pas dans l’allée, il avait déjà du partir. Je n’entendais jamais Bella de toutes les façons donc pour le moment rien d’anormal. Que devais-je faire maintenant, sonner à la porte ou tout simplement grimper à sa fenêtre pour la rejoindre dans sa chambre ? La bienséance voulait que je sonne, alors soit. Au bout de trois sonneries je me dis que soit elle n’était pas là, ce qui m’étonnerait fortement vu l’heure matinale, soit elle était profondément endormi, dans quel cas je ne voulais pas la réveiller, peut-être rêvait-elle de moi. Cette pensée me fit sourire. Je décidais donc de grimper à sa fenêtre afin qu’elle me voit à son réveil.



Sa chambre était vide, et le plus surprenant était que je sentais l’odeur du cabot dans la pièce, mais je ne m’en inquiétait pas, Bella était si douce, si innocente qu’elle avait du l’inviter à monter dans sa chambre pour… discuter. Mais je sentais qu’il y avait autre chose, une odeur particulière que j’ai déjà senti mais en d’autres lieux et sur d’autres personnes, je fus un moment pris d’effroi. Non, ce n’était pas possible, pas elle. Il y avait sûrement une explication, mais peut-être que…non. Il fallait que j’appelle Alice, que je sache ce qu’elle avait vu.







Les Cullen


Les Cullen étaient tous rassemblé dans le grand salon de leur maison d’Alaska, ils l’avaient acheté en prévision des futures années de fac de Bella à l’époque où tout allait bien dans leur existence. Aujourd’hui, ils vivaient leur moment le plus sombre depuis bien longtemps. Tous angoissaient et ne savaient pas quoi faire. Alice avait mis toute la famille au courent des ses visions et de la décision d’Edward d’aller rejoindre Bella. Depuis deux jours qu’ils savaient, ils avaient essayé à mainte fois de joindre d’Edward pour le prévenir de ce qu’il se passait à Forks, sans aucun résultat.


- Nous devrions y aller. Dit Emmett. Nous devons l’intercepter avant qu’il ne la rejoigne, qu’i sache à quoi s’attendre.

- Il a raison Carlisle. Dit Jasper. Je connais l’ampleur des sentiments d’Edward envers Bella, sa décision risque de l’anéantir. Nous devons le rejoindre.

- Edward est resté seul si longtemps, je pensais qu’il allait enfin avoir droit au bonheur et je trouvais que Bella ferait une très bonne compagne pour lui. Comment les choses ont pu autant dégénéré ?

- C’est ma faut Esmé, si je n’étais pas si faible rien de tout cela ne serait arrivé, Edward et Bella seraient ensemble aujourd’hui. Je ne mérite pas de…

- Si l’histoire d’Edward et Bella a eu cette fin, c’est parce qu’elle n’était pas celle qui lui fallait. Une humaine, pffff

- Arrête de cracher ton venin Rosalie, Bella aimait Edward, et le fait qu’elle soit humaine n’interférait pas avec ses sentiments. Le fait qu’elle choisisse Jacob ne veut pas dire qu’elle ne l’aime plus. Et puis tout n’est pas fini.

- Tu les as vu se remettre ensemble ?

- Oui.

- Quand ?

- Je ne sais pas exactement, tout est confus, beaucoup de décisions doivent être prise et trop de personnes sont concernés. Mais plus le temps
passe, plus ma vision s’éclaircit, et je pense qu’elle est sur la bonne voie.


- Que devons nous faire alors ? Demanda Carlisle.

- Nous devons rejoindre Edward, et tu devrais acheter une maison pas loin de Dartmouth.

- Vous irez à la fac ?

- Je n’en suis pas sûr mais Bella si.

- D’accord, Esmé appelle tout de suite une agence immobilière. Emmett, Jasper, Alice et moi nous irons à Forks. Quand à toi Rosalie…aide Esmé, il faut préparer notre déménagement

- Ok. Répondirent-ils tous en chœur.






Forks



- Alice ?

" Oui Edward. "

- Je suis à Forks.

" Nous le savons. "

- Nous ?

"Toute la famille, j’y suis aussi avec Carlisle, Emmett et Jasper. Nous étions chassé quand tu es venu, je n’avais pas prévu que tu passerais à la maison. Nous sommes à la maison, viens et je te dirais tout ce que j’ai vu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mer 26 Mai - 20:41

hâte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Ven 4 Juin - 12:38

Chapitre 3



En se rapprochant de la villa, Edward comprit l’ampleur de la situation en entendant les pensées de sa famille. Ils essayaient tous de lui masquer leurs pensées en traduisant la bible dans différentes langues. Ils étaient installés autour de la table de la salle à manger, la situation n’était donc pas à prendre à la légère. Carlisle commença :


- Edward, nous savons tous pourquoi nous avons du quitter Forks. C’est même toi qui a demandé que nous partions pour que Bella Swan puisse avoir une vie d’humaine normale. Je sais que cette décision a été difficile pour toi, mais sache qu’elle n’a été facile pour personne et surtout pas pour Bella. Alice ?

- Je l’ai vue tous les jours Edward, sa peine… je pensais même qu’elle n’y survivrait pas. Je ne savais pas qu’un humain pouvait souffrir autant. Charlie était désorienté, elle ne se nourrissait plus, ne parlait à personne, s’était complètement renfermé sur elle-même. C’est Jacob Black qui la sorti de cet état.



En parlant, elle laissait Edward avoir accès à ses pensées pour qu’il voie combien Bella avait souffert. A chaque pensée, chaque image, son visage se décomposait, il voulait se détruire pour avoir autant fait souffrir Bella, sa Bella.


- Où est-elle ?

- J’ai demandé à Jacob Black de l’emmener dans la réserve Quileute, je ne voulais pas que tu la voies avant que nous ne t’ayons parlé.

- Comment va-t-elle ?

- Elle va mieux, enfin elle essai.



Edward ne savait pas quoi dire, ni quoi faire, il voulait voir Bella, la rassurer mais…l’odeur dans sa chambre. Il s’était forcément passé quelque chose.


- Ils sont…ensemble ? Je veux dire…

- Oui Edward, elle a fait ce choix pour sa famille, mais aussi pour trouver un semblant d’équilibre. Elle pensait que tu ne reviendrais jamais. Elle a fait le bon choix et tu le sais. Mais tout n’est pas encore perdu, j’ai vu quelque chose.



Il crut un moment que son cœur s’était remis à battre dans sa poitrine.


- Qu’est ce que tu as vu ?


Sans répondre elle lui fit voir sa vision. Bella et Edward assis devant un piano, lui jouant et elle caressant ses cheveux. L’image était assez floue mais elle lui redonna espoir.

- Quand ?

- Je ne sais pas, mais bientôt, elle n’avait pas encore vieillit comme tu as du t’en apercevoir. Ce peut être dans un mois, un an, dans cinq ans tout au plus.

- Cinq ans ?

- Au plus.

- Que dois-je faire ?

- Attendre.




Attendre. Depuis ce jour, il avait attendu, continuant de veiller sur Bella de loin. Maudissant le jour où il avait quitté Bella chaque fois qu’il voyait Jacob la toucher. Son monde s’était effondré, Bella l’avait remplacé, avait abandonné tout espoir de le revoir. Il ne pouvait plus la toucher, la regarder dormir. C’était le cabot qui avait se privilège, qui glissait ses doigts dans ses cheveux, embrassait ses lèvres si douces. Il était celui vers qui se tournaient ses pensées, ses rêves, celui à qui étaient destinés ses sourires. Elle ne prononçait plus son prénom dans son sommeil, mais plutôt celui de l’autre.





Deux ans plus tard


Depuis maintenant deux ans qu’il avait découvert la relation entre Bella et Jacob, Edward n’était plus que l’ombre de lui-même. Sa famille ne savait plus quoi faire pour le sortir de cet état. Carlisle avait pensé faire déménager sa famille mais Alice s’y était farouchement opposé. Bien que les enfants Cullen avaient pris deux années sabbatique déjà, ils étaient toujours installés à une dizaine de kilomètre de l’université de Dartmouth où, Bella et maintenant Jacob étudiaient. Ils essayaient par tous les moyens de ne pas se faire voir du petit couple mais savaient que Jacob les avait senti, surtout avait senti Edward. La vision d’alice ne s’était toujours pas concrétisé mais devenait de plus en plus claire, et d’autres dans le même genre avaient fait leurs apparitions. Elle ne savait pas quand ça arriverait, mais ça ne devrait plus tarder maintenant. C’est pourquoi malgré la présence (et surtout l’odeur) de Jacob, Edward suivait Belle, épiant chacun de ses gestes. Elle n’avait pas beaucoup changé, elle était toujours aussi maladroite et timide. Ses beaux yeux chocolat révélaient malgré tout une grande tristesse qui ne disparaissait que lorsque Jacob était auprès d’elle. Edward voulait tellement se rapprocher d’elle, lui parler, la toucher, mais il n’en avait pas le droit, pas encore. Alice lui dirait quand, elle s’était donnée pour mission d’étudier, d’analyser ses visions, afin de le tenir informé de tout changement, du moindre indice menant à la concrétisation de ses visions.





Edward


Un soir, après sa réunion journalière avec Alice (elle lui laissait voir ce qu’elle avait découvert sur son futur mais jusqu’à présent rien de concluant), il s’était changé et était parti voir Bella, c’était un soir de où Jacob était de service dans le petit resto où il travaillait deux soirs par semaine. Bella était déjà endormi et avait laissé la fenêtre ouverte, il pensait que c’était trop beau pour être vrai, jamais elle ne laissait sa fenêtre ouverte, peut-être était ce un coup du destin. Il était entrée, avait posé un léger baisé sur ses lèvres entrouvertes et était resté assis par terre, la regardant dormir, admirant son visage si paisible, et était sorti discrètement avant l’arrivé de Jacob. Il était sur un petit nuage en rentrant chez lui, et toute sa famille s’en rendit compte car il s’était directement installé sur son piano et avait commencé à jouer.


Emmett : Ben dis donc, il a passé une bonne nuit on dirait,

Esmé : Enfin, un petit peu de joie dans cette maison, ça faisait si longtemps

Alice : Oh Edward, tu n’aurais pas dû faire ça, il s’en rendra compte


Mais rien ne pouvait chasser sa bonne humeur, il avait décidé de prendre les devants, de forcer un peu le destin à accélérer les choses, il voulait plus que ce sale cabot pose ses mains sur Bella et la souille comme il l’a fait jusqu’à présent.

Edward Cullen est de retour et il comptait bien récupérer sa belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 21
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Sam 5 Juin - 17:56

Super chapitre j'adore vivement la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Jeu 17 Juin - 12:57

Désolé pour la longue attente, je vous poste la suite rapidement, bonne lecture

Chapitre 4


Jacob


En rentrant de son service vers quatre heures du matin, Jacob cru que son cœur allait cesser de battre. A peine avait-il ouvert la porte de leur appartement qu’il avait été assaillit par une forte odeur de vampire. Son corps s’était mis à trembler, il sentait qu’il risquait de se transformer s’il ne se calmait pas immédiatement. Il fallait qu’il sache à combien de sangsue il avait affaire et pourquoi ils étaient là. L’appartement était plongé dans la pénombre et se concentrant il reconnu cette odeur. Non, pas lui ! Il courut jusqu’à la chambre et trouva Bella profondément endormi. L’odeur était plus forte dans la chambre, malgré la fenêtre ouverte. Il fut assaillit d’un doute, Bella l’avait-elle invité à entrer ?


Depuis combien de temps se voyaient-ils ? Il n’avait rien vu venir, il avait cru que tout se passait bien entre eux, qu’elle avait fini par tomber amoureuse de lui, qu’elle l’avait oublié. Elle s’était bien moquée de lui.


Non, il ne pouvait pas croire cela, Bella n’était pas comme ça, elle ne savait peut-être pas qu’il était revenu. Il fallait qu’il sorte, qu’il aille se défouler, de toutes les façons il ne pourrait pas dormir dans cette puanteur.





Bella


Jacob était bizarre depuis ce matin, il avait dormi sur le canapé et la regardait comme si elle avait fait quelque chose de mal. Peut-être qu’elle avait de nouveau parlé durant son sommeil, cette nuit elle avait rêvé d’Edward, son rêve lui semblait si réel qu’elle avait eu l’impression de sentir ses lèvres froides sur les siennes. Peut-être qu’elle avait prononcé son prénom et que Jacob l’avait entendu. Elle était vraiment désolé de lui imposer ça, i avait tellement été bon avec elle. Il l’avait soutenu, l’avait aidé à sortir la tête de l’eau. Et elle l’aimait pour cela, elle aimait Jacob, mais de son côté ? Peut-être s’était-il imprégné, elle savait très bien que ça pouvait arriver après tout, elle n’était pas l’imprégnation de Jacob, elle n’était pas son âme sœur. Allait-elle encore être abandonnée par l’homme qu’elle aimait ? Elle ne savait pas si elle y survivra, elle ne pourrait pas y survivre, mais avait-elle le droit d’imposer ça à Jacob ?





Les Cullen


Edward avait changé, comme le phœnix il semblait renaitre de ses cendres. Tous les Cullen, à part Alice, était heureux de ce changement, il participa même à une partie de chasse avec jasper et Emmett. Alice quant-à elle continuait de surveiller leur avenir, elle n’arrivait toujours pas à voir l’avenir de Bella mais celle d’Edward n’avait pas changé, il la retrouvera, bientôt. Elle souriait à cette espoir mais avait peur des conséquences, elle ne pouvait pas voir les loups garou et ne savait donc pas comment réagirait Jacob. Elle savait que les loups étaient dangereux, instable, ils perdaient facilement le contrôle, et ne voulait pas que Bella soit dans les parages lorsque Jacob Black se rendrait compte de ce qui liait Bella à Edward, il risquait de lui faire du mal sans le vouloir. Il fallait trouver une solution. Foutu loups garou. Pourquoi n’arrivait-elle pas à les voir, les choses seraient tellement plus simples si elle y parvenait.


Peut-être qu’Edward avait eu raison après tout, elle ne e lui avait pas dit mais après sa petite aventure de cette nuit, ses visions étaient devenu un peu plus claire. Ce qu’elle n’arrivait pas à comprendre, c’était pourquoi elle ne voyait toujours pas l’avenir de Bella. Peut-être était-ce parce que Bella n’avait pas encore vu Edward, elle croyait peut-être encore qu’Edward était à l’autre bout du monde et l’avait oublié, elle essayait donc de se consoler comme elle le pouvait dans les bras de Jacob. Elle fit une grimace à cette pensée, heureusement qu’elle ne pouvait pas voir les loups, ça aurait été vraiment traumatisant de voir…certaines images de Bella et Jacob.



Une semaine plus tard, rien n’avait changé, Edward était toujours de bonne humeur, il continuait de suivre Bella. Et avec Alice ils faisaient un petit point sr ses visions pour voir si il y avait du changement. Il avait bien remarqué que Jacob était différent, il avait arrêté de travailler tard, Edward n’eut donc plus l’occasion d’aller regarder Bella dormir. De temps en temps, alors qu’il était caché dans des arbres ou des recoins sombre, il voyait Jacob regarder dans sa direction, il sentait son regard posé sur lui et entendait clairement ses pensées. "T’as pas intérêt à t’approcher d’elle, sinon je t’arrache la tête espèce de sangsue…" parfois il pensait simplement :" je sais que tu es là, fiche nous la paix, fiche lui la paix".


A ces moments là il voulait répondre à Jacob, il voulait que celui-ci puisse lire ses pensées et comprenne qu’il ne pourrait plus jamais s’éloigner de Bella.



Un matin, Edward était rentré se changer, quand il sorti de sa chambre, il trouva Alice devant sa porte.


- C’est aujourd’hui.

- Quoi ?

- Ben, tu sais…mes visions.

- …

- Pfffff, Edward, tu ne te souvins pas ? Les vêtements que tu portais, tu les as sur le dos en ce moment. C’est aujourd’hui que tout ce jouera.



Comment avait-il omis ce détail ? Effectivement dans un des visions d’Alice il portait une chemise noir sur un jeans bleu nuit, et le bracelet qu’Alice lui avait acheté lors de sa dernière journée shoping avec Bella. Il s’en souvenait comme si c’était hier. Il avait ce bracelet ce matin sans raison apparente. Il l’avait vu sur sa table de chevet et l’avait pris.


Etait-ce si facile ? Pourquoi n’avait-il pas pensé à ça plus tôt ? Il aurait pu mettre ce bracelet n’importe quand, il ne savait même pas depuis quand il trainait sur sa table de chevet. Il sentit son cœur mort se gonfler de joie et d’impatience, il allait enfin pouvoir parler à Bella.


- [i] Tu ne pourras pas la voir tout de suite, elle a cours toute la journée et il y aura du soleil aujourd’hui, mais ce soir elle sortira je crois, je l’ai vu se rendre dans un lieu qui ressemble à une boîte de nuit et elle était seule.

- Oui, je m’en souviens. Je me demande bien pourquoi elle a prévu d’aller dans ce genre d’endroit.

- Et surtout habillé de la sorte, ça ne lui ressemble tellement pas. Je pense qu’il va se passer quelque chose dans la journée qui la poussera à faire cette sortie. Ce sera à toi de jouer ensuite, ramène la nous Edward, elle me manque tellement.

- Je ne la laisserai pas…quand tu dis ramène la nous…tu penses à quoi ?

- Ah rien, juste…ne la laisse pas seule ce soir.

- Crois-moi Alice, après ce soir, je ne la lâcherai plus. Je serai comme son ombre, tant qu’elle voudra de moi.

- Oui, je sais mais, j’ai peur de ce que pourrait faire le loup.

- Qu’il vienne, je l’attendrais.

- Et nous aussi. Emmett, Jasper et Rosalie étaient venu les rejoindre.

- Je sais que je n’ai pas toujours été cool avec Bella, mais je veux me rattraper. Que devons nous faire ?

- Edward ira rejoindre Bella ce soir, ensuite il devra la ramener ici parce que si elle rentre chez elle, le loup sentirait son odeur et risquerait de lui faire du mal. Il faut donc acheter de la nourriture humaine et faire un peu de shoping pour elle.

- Du calme quand même avec le shooping.

- Eh Edward, tu me connais.

- Justement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 21
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Jeu 17 Juin - 16:25

Super suite !!
J'attend la suivante avec impatiente =) !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Jeu 17 Juin - 16:26

merci, la suite tout à l'heure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Ven 18 Juin - 20:49

Chapitre 5



Les Cullen


Cette journée fut la plus longue qu’ils aient eu, toutes la famille attendaient impatience qu’elle ce termine. Pour faire passer le temps plus vite ils s’organisèrent une partie de chasse familiale, tout le monde fut de la partie. Une fois rentrer, ils s’organisèrent afin d’accueillir Bella dans les meilleures conditions. Les hommes avaient été assignés à l’achat d’un lit, car Edward n’en disposait pas. Et tant que Bella serait humaine, elle avait besoin de dormir. Les femmes étaient allées faire du shoping pour Bella.


- Il lui faut tellement de chose. Ca va nous prendre beaucoup de temps, surtout si nous ne pouvons pas utiliser notre vitesse vampirique.

- Calme toi Alice, nous allons nous séparer, comme ça nous aurons fini rapidement.

- Esmé a raison. Je m’occupe de la lingerie…

- Ah non, c’est moi qui m’occupe de la lingerie. Pas la peine de discuter, je peux voir ce qu’Edward appréciera, pas toi.

- Ok, je m’occupe de quoi alors ?

- Des vêtements, elle en aura besoin après ce soir vu la tenue qu’elle portera. Esmé, tu te chargeras de la nourriture humaine, tu t’y connais mieux que nous.

- D’accord.



Esmé savait qu’il ne servait à rien de contredire le petit lupin. Et puis, elle connaissait un peu ce qu’aimait Bella et se ferait un plaisir de le cuisiner de délicieux petit plat. Ce serait sa façon à elle de participer au bonheur d’Edward.

- Et les accessoires ? Demanda Rosalie.

- Je m’en occupe, je verrai ce que tu choisiras et j’adapterai. On se retrouve à la voiture dans trois heures.

- Ok.
Dirent les deux autres.






Bella


Son cours de littérature anglaise avait été des plus ennuyeux aujourd’hui. Monsieur Kremer son prof, avait lu et commenter une œuvre de Shakespeare d’une voix endormi pendant deux heures. Elle n’en pouvait plus de l’entendre et profitait donc du fait que son prof était totalement absorbé par son récit, pour réfléchir sur sa situation. Jacob était étrange depuis une semaine, il lui avait demandé, voir même ordonné, de ne plus laissé ouverte la fenêtre e leur chambre ni aucune autre d’ailleurs. Il avait changé ses horaires de boulot de sorte qu’elle n’était plus jamais seule à la maison. Il s’était plaint d’une odeur bizarre dans leur chambre (qu’elle n’avait pas pu détecter et pourtant elle avait cherché) et avait brûlé leurs anciens rideaux et le tapis de leur chambre. Quand il marchait près d’elle, il n’arrêtait pas de jeter des regards furtifs sur les alentours, comme à l’affut d’un éventuel danger. Il n’avait rien voulut lui dire, mais elle savait que quelque chose le dérangeait. L’idée qu’il s’était imprégné et n’osait pas le lui dire de peur de la blesser lui venait de plus en plus ces derniers jours.


Sa voisine et occasionnellement meilleure amie, la tira de ses réflexions.


- He ho, la terre appelle Bella.

- Excuse-moi, tu disais ?

- Qu’est ce qui se passe Bella, un problème de cœur ?

- Ben, en fait c’est Jacob.

- Non, ne me dis pas qu’il te trompe.

- Pourquoi tu penses que c’est ça ?

- Franchement Bella, tu ne t’en rends peut-être plus compte, mais il est très canon ton mec, avec sa peau basané, ses muscles et son sourire éclatant. Je connais un paquet de fille sur le campus...

- Et pourquoi penses tu que c’est lui qui m’a trompé, c’est peut-être moi.

- Toi ? Laisses moi rire, je me demande bien comment tu ferais. Ce n’est pas qu’aucun garçon sur le campus ne rêve de t’avoir, mais tu ne lèves jamais les yeux de tes cours si ce n’est pour ton beau Jacob. Alors, qu’est ce qu’il a fait ?

- Rien, en fait c’est moi qui me fais des films, si ça se trouve il me prépare juste une surprise.

- Bon, en tout cas je te disais que ce soir Ethan nous invite à une soirée pour son anniv. Je me suis dit que pour une fois tu pourrais venir et essayer de t’amuser. Je te ramènerai.



Ce n’était pas une mauvaise idée, peut être que ça ferait du bien à Jacob de passer uns soirée seul, peut-être qu’il se sentira plus apte à lui dire ce qui lui passait par la tête.


- D’accord.

- Vraiment ?

- Ben oui, pourquoi ?

- Non, non. Je passe te chercher vers onze heures, ça te vas ?

- Oui, onze heures ce sera parfait.







Les Cullen


- Ca se précise Edward.

- Quand ?

- Hey, tu n’auras qu’à passer devant une horloge pour que je le sache. Mais ma vision est des plus claires. La machine est en marche.

- T’as pas intérêt à rater ton coup Edward.
Dit Emmett, récoltant ainsi un coup de coude de la part de sa chérie.

- Fais de ton mieux, écoute la et dis lui tout ce que tu as sur le cœur, elle t’aime et te croira. Nous vous attendons.

- Merci Esmé.

"Bonne chance Edward et fais de ton mieux"
. Pensa Carlisle.

- Merci à tous et encore désolé de vous avoir imposé de tels émotions...

- C’est bon, c’est bon, on a compris que tu étais content, mais maintenant file et ramène nous Bella sinon c’est moi qui vais te faire vivre des émotions
Dit Alice en rigolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Ven 18 Juin - 20:58

Chapitre 6



Pourquoi avais-je accepté d’y aller ce soir ? J’aurais préféré rester à la maison, bien au chaud, et lire un bon livre. Au lieu de cela, me voici entrain de chercher quoi me mettre sur le dos pour aller dans cet endroit plein de monde, avec de la musique trop forte, tout ce que je déteste. Je suis sûr que des mecs essaieront de me draguer ce soir, et je n’en avais nullement envie. Mais bon, je m’étais engagé à y aller, et il était trop tard pour reculer.


Je regardais mon reflet dans la glace, j’avais opté pour un shorty noir et un top dos nu rouge, sur des bottes noir, le tout faisant ressortir ma peau blanche. Il valait mieux que je me mette dans l’ambiance tout de suite, ce sera plus facile comme ça. Mes clavicules se voyaient trop, il fallait vraiment que je prenne un peu de poids, on allait finir par me croire anorexique, si ce n’était déjà fait. J’avais vraiment l’air malade, à l’article de la mort. Peut-être qu’avec un peu de maquillage je ferais un peu moins peur.


Avec une grimace, je sortais une boite que je n’avais jamais ouverte depuis que ma mère me l’avait offerte, et mettais un peu de rose sur mes pommettes. Ce n’était vraiment pas mon truc. Je décidais de lâcher mes épais cheveux châtain, j’avais passé l’après midi à les démêler alors autant les laisser respirer un peu. Un coup de klaxon me fit sursauter. Je crois que mon chauffeur est arrivé, onze heure, pas une seconde de retard, une vrai montre sur patte cette fille.



« J’arrive ! » Lui criais-je par la fenêtre. Je jetais un dernier regard sur mon reflet dans la glace, pris mon sac et sorti. Je ne savais pas à ce moment là qu’en fermant cette porte, c’était toute mon existence qui serait bouleversé et qu’enfin le soleil réapparaitrait dans ma vie. J’allais enfin renaître.










Edward



Une fois sur le campus, Edward se rendit compte qu’il ne savait pas du tout où il devait se rendre ni ce qu’il devait faire. Il n’allait quand même pas sonner à sa porte, le cabot en ferait tout un cirque, bien que ce sale cabot méritait une bonne raclé ne serait-ce que pour avoir osé poser ses pattes sur Bella, ce serait risqué pour Bella. Il faut qu’il se retienne encore un peu, une fois Bella à l’abri il règlerait ses comptes avec lui, il se souvenait encore de la rage qui l’avait submergé la fois où le cabot avait essayé pour la première fois de…consommer sa relation avec Bella. Il n’avait jamais rien tenté temps qu’ils étaient à Forks, mais dès leur emménagement sur le campus il avait voulu…marqué son territoire. Sale chien ! Edward s’en souvenait comme si c’était hier.





Flash back

Carlisle s’était arrangé pour qu’ils arrivent deux jours avant Bella, Edward pu à loisir faire des repérages sur le nouveau lieu de vie de Bella. Il avait obtenu facilement son emploi du temps, et avait trouvé les meilleurs postes d’observations de l’appartement de Bella. Il pensait qu’elle y habiterait seule, il ne savait pas que le clébard serait du voyage vu qu’il était à un niveau inférieur à celui de Bella. A peine les cartons déballés, cette ignominie s’était jeté sur Bella. Edward avait été pétrifié par la scène qui se déroulait sous ses yeux. Bella ne l’avait pas repoussé, mais avait eu un moment d’hésitation et ne répondait pas à ses caresses, elle semblait gêné, elle l’était. Bella était si pure et si douce qu’elle n’avait pas pu se résoudre à le repousser de peur de le blesser. Il avait alors comprit que c’était à lui d’intervenir, il avait alors ramassé une pierre et avait fracassé une fenêtre, détournant l’attention du clébard, Bella avait eu un souffle de soulagement. Depuis, Edward s’était assuré que cette situation ne se reproduise plus.

Fin du Flash back



Les visions d’Alice ne lui seront pas d’un grand secours ce soir, et son odorat non plus, on dirait que le cabot avait fait des rondes dans les parages récemment vu la puanteur des lieux. Impossible de détecter l’odeur de Bella dans toute cette puanteur, qu’à cela ne tienne, il savait qu’elle irait dans un club et il n’y en avait pas tellement en ville. Il fera le tour des clubs et cherchera dans les pensées des personnes qu’il croisera, comme il l’avait déjà fait à Port Angeles. Il se souvenait très bien de cette nuit là, de la peur qu’il avait ressenti d’arriver trop tard. Bella est un aimant à problème, la savoir dans ces endroits entouré d’hommes aux hormones en folies, sa peur revenait. Il fallait qu’il se dépêche. Il remonta dans sa voiture et pris la direction du centre ville.







Jacob



En rentrant ce soir là, ne trouvant pas Bella, Jacob commença à paniquer. Où était-elle ? Quand même pas allé rejoindre la sangsue ? Puis en voyant l’état de la penderie il comprit. Bella lui avait parlé au déjeuné d’une invitation à une soirée avec des camarades de son cours de littérature. Ca lui était complètement sorti de la tête. Il se dirigea vers la cuisine et commença à préparer son dîné, Bella ne risquait rien, elle ne sera pas seule ce soir, son amie devait venir la chercher et la ramener. Il eut un doute malgré tout, et si la sangsue essayait encore de l’approcher ? Il allait lui laisser un peu de temps pour qu’elle s’amuse, bien qu’il en doutait fortement, Bella n’aimait pas du tout danser, mais c’était bien qu’elle voit d’autres personnes, puis il ira la rejoindre. Il ne savait pas où se passait la fête mais il l’appellera sur son portable. Il ne faisait pas du tout confiance à la sangsue et ne voulait pas lui donner une seule occasion de parler à Bella. Il dîna soulagé de ça décision en regardant un match à la télé.







Les Cullen



On sentait la tension qui régnait dans la villa, tout le monde essayait de s’occuper comme il pouvait mais Alice sentait que tous lui lançaient des regards en coins, n’osant pas lui demander comment ça se passait pour Edward. Elle s’était assise sur les escaliers et essayait de se concentrer, guettant le moment où Bella réapparaitrait dans ses visions, mais pour le moment elle ne voyait rien et ça la frustrait. Jasper était posté derrière elle et lui massait les épaules et envoyait des ondes apaisantes à toute sa famille.



- Alors, comment ça se passe ? Emmett toujours aussi impatient avait décidé de dire haut la question que tous se posaient.

- Il n’est parti que depuis vingt minutes, attend une heure au moins. Il ne l’a même pas encore trouvé.

- Comment ça trouvé, il ne sait pas où elle est ?

- Non.

- …

- Je te signale que je n’ai aucun pouvoir sur mes visions, ce n’est pas comme si j’étais sur place. Pour l’instant je ne sais pas où ils vont se rencontrer, ni ce qu’ils vont se dire, mais je suis sûr qu’ils se parleront ce soir.

- Mais, est ce que tu sais comment elle réagira à la présence d’Edward ?
Rosalie c’était décidé à intervenir.

- Elle se réveillera dans la chambre d’Edward demain, alors je pense que ça se passera bien ce soir. Et maintenant laissez moi me concentrer.



Elle se dirigea vers la baie vitrée et ferma les yeux, essayant encore de détecter l’avenir de Bella. Au bout d’une heure, elle n’avait toujours rien vu et décida de se concentrer sur Edward, peut-être qu’une fois que Bella l’aura vue et aura pris une décision son avenir réapparaitra.







PDV EDWARD



J’avais déjà fouillé dans trois clubs et je commençais à craindre d’arriver trop tard, quand quelque chose attira mon attention. J’étais à un carrefour et attendais que le feu passe au vert quand je la vis dans les pensées d’un homme occupant la voiture derrière moi. J’étais soulagé d’avoir croisé quelqu’un la connaissant, puis mon cerveau bloqua sur la direction des pensées de l’homme. La haine m’envahit à une vitesse vertigineuse, je devais me concentrer pour ne pas briser le volant, il fallait que je men concentre sur ce qui était le plus important pour moi, Bella, et cet homme allait me conduire à elle. Je décidais donc de le suivre.



L’homme se gara devant un club appelé le « Pink paradise ». Une fois hors de la voiture, je fus assailli par un brouhaha de pensées, dont une bonne partie concernait Bella. Tous ces hommes qui fantasmaient sur sa Bella, toutes ses images qui l’assaillaient, comment osaient-ils l’imaginer dans de tels situations ? Je commençais à perdre le contrôle, le monstre en moi était entièrement réveillé et réclamait sa dose de sang. Je n’avais plus la force de le retenir, je ne voulais plus le retenir. Je déterminais la chronologie du massacre quand une silhouette attira mon attention. Elle était là, elle venait de descendre d’une voiture et se dirigeait vers l’arrière du bâtiment, elle était si belle et ses vêtements moulaient son corps à la perfection. Je n’avais pas l’habitude de la voir si court vêtu, bien que le bleu soit ma couleur préféré le rouge lui allait à merveille. Le monstre grogna mais n’insista pas, il savait qu’il n’avait aucune chance face à Bella.


Je la suivais donc et la vis disparaître dans ce qui semblait être une entrée de service. Mais que faisait-elle ici ? Et toute seule en plus ? Avait-elle perdu l’esprit, ne voyait-elle pas à quel danger elle se frottait en fréquentant ce genre d’endroit ? Je passais par l’entrée principale, je voulais la sortir de là au plus vite et la ramener à la maison où elle sera en sécurité.


J’eus du mal à garder mon calme, que faisait Bella dans un bar à strip-tease ? Pourquoi la majorité des hommes présents pensaient à elle comme s’ils la connaissaient, comme si elle ce n’était pas la première fois qu’elle y venait, je l’avais surveillé, je n’avais rien remarqué. Comment était-ce possible ? Il fallait que je la sorte de là, il fallait que…NON, NON, BELLA !!! Si mon cœur n’était pas déjà mort je suis sûr que la vision qui s’offrait à moi l’aurait achevée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Ven 18 Juin - 21:07

La suite



PDV Edward



J’étais sorti, je n’avais pas pu rester à l’intérieur, le monstre s’était à nouveau réveillé et seul le souvenir de mes moments avec Bella m’avaient donné la force de sortir sans verser une seule goutte de sang. J’essayais de bloquer les pensées qui m’assaillaient, mais elles étaient si fortes que je ne pouvais toutes les bloquer. J’étais derrière le bâtiment et essayais de me calmer afin de pouvoir parler avec Alice, avait-elle vu ça ?


Je tournais en rond et ravalais péniblement le venin qui coulait à lot dans ma bouche, et même l’odeur d’urine qui m’assaillait ne pouvait me dégouter au point de me calmer. Le monstre s’était un peu calmé, mais pas endormi. Je m’étais un peu éloigné du bâtiment, ne voulant pas attirer l’attention sur moi. Je prenais mon portable pour Alice quand j’entendis des pas, un homme venait se poster près de l’entrée de service. Je n’entendais pas ses pensées, je ne voulais pas les entendre, je composais le numéro d’Alice. Elle décrocha à la première sonnerie.



« Allo… Edward ? »



La porte s’ouvrit et une fille sortit. Sans même la regarder je sus que c’était Bella, toujours où il ne fallait pas. Je raccrochais.

- Heu…Salut ma Christal. Pourquoi l’appelait-il Christal ?

- Salut…mais…vous ne devriez pas être là. Sa voix tremblait, elle avait peur.

- Je voulais juste te dire que je te trouve très chouette, et sexy.
Il s’était rapproché d’elle.

- Merci mais vous ne devriez vraiment pas être là, vous ne devriez même pas essayer de nous parler.



Elle avait très peur. Cet homme lui faisait vraiment peur, un rapide coup d’œil dans les pensées de l’homme et le monstre se réveilla de nouveau, plus fort et plus assoiffé qu’avant. Je laissais tomber le téléphone et me jetais sur lui, il paiera pour ses comparses.









Les Cullen



Les visions d’Alice la frustraient de plus en plus, elle n’arrivait toujours pas à voir Bella pourtant elle était sûr qu’Edward l’avait déjà rejointe. Elle décidait de faire une pause et fouillait l’avenir de son amoureux, quand elle se figea. Jasper l’avait remarqué et vint se poster près d’elle pour la soutenir.



- Qu’as-tu vu ?

- Edward…oh mon dieu…tout ce sang…il faut l’en empêcher…mon téléphone vite.




Toute la famille s’était figé et Rosalie fulminait en pensant que tout ça était encore la faute de Bella. Décidément, cette humaine ne leur apportait que des problèmes. Non seulement elle avait envouté Edward mais en plus elle mettait leur famille en danger. Carlisle sortit son portable et composa le numéro d’Edward, il tomba sur son répondeur, grogna et se tourna vers Alice. Elle tenait son portable dans sa main comme si elle attendait qu’il sonne. Ce qu’il fit et elle le porta immédiatement à son oreille.


- Allo, Edward…surtout ne reste pas là…Ed… Elle raccroche et se tourne vers Carlisle. Il faut tout de suite aller le rejoindre, il se passe quelque chose avec Bella, je ne sais pas ce que c’est mais Edward est complètement hors de contrôle il…il va tuer un homme devant Bella.

- Ok, faut-il que nous y allions tous ?
Demande Carlisle.

- Non, juste Emmett et Jaz suffiront à l’arrêter, mais dépêchez vous. Il est en ville près d’un club appelé le « paradis rose » dans Richmond’s street.



Les deux Cullen partirent en courant rejoindre leur frère. Ils mirent moins de trois minutes pour rejoindre leur frère et à leur arrivé, trouvèrent Edward penché sur un homme inerte. Edward dégageait tellement de colère que Jasper intima à Emmett d’avancer prudemment. L’homme ne saignait pas mais les battements de son cœur étaient si faibles que s’il n’était pas immédiatement secouru, il ne passera pas la nuit.



- Edward, c’est nous. Edward, calme-toi, tu fais peur à Bella.



Il se redressa immédiatement, comme si il venait seulement de se rendre compte de sa présence et de la gravité du geste qu’il s’apprêtait à faire devant Bella. Il ne voulait pas qu’elle le voit comme ça, il ne voulait pas qu’elle voit le monstre le contrôler, il ne voulait pas être un monstre. Il n’osa pas lever les yeux vers elle. Il se recula et c’est Emmett qui s’avança vers elle tandis que Jasper examinait l’homme. Il sortit son portable et appelait une ambulance espérant qu’ils feraient vite. Emmett avait les mains levées afin de ne pas effrayer Bella plus qu’elle ne l’était déjà.



- Bella, c’est moi Emmett. Tu n’as rien à craindre, Edward à péter les plombs mais c’est passé maintenant. Il voulait juste monter à ce type qu’on ne pouvait pas s’approcher de la copine d’un vampire sans en subir les conséquences.

- Vampire ? Oh mon dieu…Je vous en supplie…je ne dirais rien… je… peux vous jurer que je ne dirais rien, mais laissez moi partir…s’il vous plaît.

- Je sais que tu ne diras rien Bella, mais… tu ne me reconnais pas ? C’est moi Emmett.



Emmett ne comprenait pas ce qu’il se passait, elle continuait de sangloter et le regardais comme si c’était la première fois qu’ils se rencontraient.



- …je vous en supplie… je ne dirais rien… laissez moi partir… s’il vous plait…



Il se tourna vers Edward, celui-ci s’était raidit.



« Ed, c’est quoi ce bordel, qu’est ce qu’elle raconte ? »

- Ce n’est pas Bella.

- Quoi !!!!!






Et voila, 3 suites d'un coup et demain 3 autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 21
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Sam 19 Juin - 14:45

super ces 3 suites !!
vraiment j'adore j'adore j'adore !!
et vivement les suites !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mer 23 Juin - 7:57

Désolé pour l'attente mais j'avais un texte à finir pour un concours.


Chapitre 7

PDV Bella



J’étais ravi de pouvoir sortir sans Jacob ce soir, j’avais du mal à supporter sa présence depuis quelque temps. Je me sentais épié, surveillé, comme s’il me reprochait quelque chose. J’en venais à vraiment me demander si je n’avais pas parler dans mon sommeil, dis quelque chose qui aurait pu le mettre dans cet état. Je n’y pouvais rien si je pensais encore à lui, j’avais essayé, de toutes mes forces d’aimer Jacob autant que je l’aimais lui. Mais ce n’est pas le genre qui peut arriver tout simplement en claquant des doigts. Il aura toujours une place dans mon cœur, même s’il était parti, si je ne le verrai jamais plus. Pourquoi Jacob ne pouvait-il pas comprendre ça ? Peut-être que son problème était tout autre, peut-être qu’il s’était juste imprégné et qu’il se sentait tiraillé entre d’une part, son imprégnation, son âme sœur, et d’autre part moi. Je ne lui dirais jamais ce qu’il devait faire, c’est un choix qu’il devra prendre seul et je pense qu’il avait besoin d’être un peu seul pour réfléchir. Je ne me souvenais pas de qui était cet Ethan, mais peut importe, j’avais là une bonne occasion de laisser Jacob souffler.



Tracy (ma meilleure amie pour ce soir) devait passer me chercher dans dix minutes et je ne m’étais pas encore préparé, quoique je n’aie aucune idée du genre de vêtement qu’il fallait porter pour ce genre de soirée, n’étant pas une folle de ce genre d’évènement. Au bout de cinq minutes de réflexion, je décidais de garder mon jean et changeait juste mon haut, optant pour un corsage bleu. Une fois de plus je pensais à lui, ça m’arrivait beaucoup en ce moment, je pensais à son sourire, ses yeux tristes, sa peau glacé. Il aimait que je porte du bleu, il trouvait que cette couleur m’allait bien. Réveille toi bon sang Bella, Edward est parti, il t’a quitté, il ne reviendra jamais alors passe à autre chose, Jacob est là lui, et il t’aime, enfin…je crois. Tracy vint heureusement me sortir de mes pensées.





- Alors, prête Bella ?



- Oui, on peut y aller.



- Cool, tu vas adorer, Ethan à changé ses plans, la fête se déroulera chez ses parents. Tu verras ils ont une superbe maison, j’espère que tu as pris ton maillot parce que ça va se passer au bord de la piscine. Moi je suis allé faire les boutiques cet aprèm…






Tracy me faisait penser à Jessica, le genre de personne qui pouvait tenir une discussion à elle toute seule. Pas besoin que quelque l’écoute attentivement, elle se suffisait à elle seule. Ce qui me convenait parfaitement, car j’étais souvent plongé dans mes pensées et je n’aurais pas voulu devoir participer et faire la discussion. Pendant le trajet jusque chez les parents d’Ethan (je ne me souvenais toujours pas de quel tête il avait), il me raconta sa journée, je crois même qu’à un moment elle m’avait détaillé le menu de son déjeuné.





- …et là il y avait cette fille qui était passé devant moi prendre la dernière paire de chaussure que je voulais, je suis sûr que ce n’était même pas pour elle, elle n’avait rien essayé et se servait dans les rayons comme une… je ne sais même pas comment la qualifier, le pire dans tous ça tu vois, c’est qu’elle était tellement belle que je ne savais plus pourquoi je devais la détester. Elle devait être mannequin, quoique pas assez grande pour ça, quoi qu’il en soit elle devait travailler dans la mode. Mais en tout cas elle vraiment belle, je te jure Bella. Quand je suis sorti du centre commercial, elle était adossé à une superbe décapotable rouge et parlait avec une fille qui j’en sûr était top model tellement elle était belle, avec ses long cheveux blond. Je tuerais pour avoir son styliste…





Je souriais en pensant à Rosalie, elle aussi était très belle et je pense que si j’avais dû la décrire, j’aurais utilisé les mêmes mots que mon amie, à part le truc avec le styliste.



- Ca y est, nous sommes arrivés. Que la fête commence !







PDV JACOB



Bon, il est temps que j’aille chercher Bella sinon je vais m’endormir, et il n’est pas question qu’elle soit toute seule dehors alors que cette sangsue trainait dans les parages. J’hésitais à tenir Sam informé de la situation, d’un côté je voulais mettre les choses au clair avec le chef de leur clan, le docteur Cullen, mais de l’autre je me dis que si Sam venait à apprendre que le fils Cullen avait osé pénétrer chez moi, la guerre serait déclaré (ce qui n’était peut-être pas une mauvaise chose, je serais enfin débarrassé d’eux une bonne fois pour toute) et ça ferait du mal à Bella. Elle n’était pas encore prête à les sortir de sa vie. Il fallait que j’attende encore un peu.



J’appelais Bella pour connaître le lieu de la fête et lui demander je pouvais aller la chercher. Elle avait hâte de rentrer, je n’en étais pas étonné, elle détestait les fêtes je me demande bien pourquoi elle avait accepté d’aller à celle –ci.



Il n’y avait pas d’odeur de sangsue près du lieu de la fête, étrange, j’avais cru qu’il aurait essayé de l’approcher sachant que je n’étais pas dans les parages. Il avait peut-être renoncé, j’en sauterais presque de joie. Bella me demanda pourquoi je souriais comme un imbécile heureux.



- C’est parce que je suis heureux, et je t’aime.



- Moi aussi je t’aime gros bêta.




Ouais, j’étais heureux, j’espérais juste que ça dure, qu’il ait vraiment renoncé.







Les Cullen



Emmett et Jasper n’en croyaient pas leurs oreilles. Ce n’était pas Bella, il avait perdu la tête ou quoi ?



Emmett : « Mon pauvre Edward, je crois ta rupture avec Bella t’a définitivement fait perdre la tête, comment peux tu dire que ce n’est pas Bella ? »



- Parce que j’entends ses pensées, et ce n’est pas Bella.

- Mais qui c’est alors ?


- Elle s’appelle Lili et elle a peur.


- Normal qu’elle ait peur, mais comment c’est possible ?


- Je…je ne sais pas.
Edward baissa la tête complètement abattu par ce qu’il venait de se passer, il avait cru pouvoir rentrer avec Bella ce soir et il s’était trompé de lieu et avait perdu le contrôle devant une pauvre humaine qui ressemblait étrangement à Bella. J’avais bloqué les pensées qui m’entouraient, parce que je ne pouvais plus les supporter. Elle ressemblait tellement à Bella que j’ai cru que c’était elle. Je n’ai pas senti son odeur.



Emmett : « Normal, ça pu ici, ils sont vraiment dégoutant ses humains, moi-même je n’ai rien remarqué mais c’est vrai qu’en la regardant de plus près, elle ne ressemble pas tellement à Bella, elle s’habille de manière plus sexy et a bien plus de formes… »



- Emmett.



- Quoi ? Je me pose des questions c’est tout, t’as qu’à pas entrer dans ma tête.




Jasper : « Il faut s’en débarrasser, elle a vu et entendu trop de chose, sa peur le prouve »



- Nous ne pouvons pas faire ça, elle est innocente, tout est de ma faute, j’aurais du faire attention au lieu de me convaincre que c’était Bella.



- Edward, elle sait pour nous et nous ne pouvons la laisser en parler à quiconque.



- Je sais mais nous devons réfléchir, peut-être qu’elle ne dira rien.



- Non Edward, je ne prendrais pas le risque d’exposer Alice. A Forks j’ai laissé faire après ce qu’il s’était passé avec Bella, parce que tu étais épris d’elle. Mais là, cette humaine pourrait nous mener à notre fin.



- Il n’est pas question que je la laisse payer pour mon erreur. Carlisle saura quoi faire.



- Bon, si j’ai bien comprit elle vient avec nous.
Emmett qui avait écouté ses frères discuter entre eux jusqu’à présent intervient pour les séparer avant que ça dégénère. Il faut vite filer d’ici avant que quelqu’un rapplique et se pose des questions. Il se tourne alors vers Lili qui n’avait toujours pas bougé et sanglotait dans son coin. Allez ma jolie, tu vas venir avec nous.



- Oh non…je vous en supplie…je ne dirais rien…laissez moi partir…je ne dirais rien.



- Désolé mais pour l’instant nous ne pouvons pas te laisser partir, ne t’inquiète pas, tu n’as rien à craindre…pour l’instant.



- Emmett.



- Tu vas arrêter à la fin ?




Sans attendre de réponse, il prit la jeune femme dans ses bras et la balança sur ses épaules.



- Ma voiture est garé de l’autre côté.



- Va la chercher, et rejoint nous un peu plus loin, et ne te fais pas remarquer cette fois.




Une fois à l’abri des regards indiscrets, les deux Cullen montèrent dans la voiture de leur frère et installèrent leur invité forcé sur le siège arrière entre eux. Edward se dirigea ensuite vers leur maison en se maudissant de s’être à nouveau mis dans une situation dangereuse pour sa famille. Surtout qu’il n’avait même pas pu parler à Bella et que maintenant il allait encore attendre que ce problème soit réglé avant de pouvoir à nouveau se concentrer sur Bella.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Mer 23 Juin - 8:03

Chapitre 8




PDV LILI



Comment en étais-je arrivé là ? Je sais que j’ai toujours eu la poisse, mais à ce point là ce n’est plus la poisse. Des vampires !!! Je me souvenais que quand j’étais petite, un soir ma baby-sitter pensant que j’étais endormi avait fait venir son petit ami et ils avaient regardé un film sur Dracula en se bécotant. J’avais tellement eu peur que de ma vie je n’avais plus regardé un seul film d’épouvante. Aujourd’hui encore, j’évitais de traîner dans les rues le soir d’Halloween. J’avais l’impression que ce soir mes pires cauchemars s’étaient matérialisés. Récapitulons : d’abord le fait que je doive remplacer Lynn, ma copine et collègue d’enfer (mon enfer étant de devoir m’exhiber dans cette boîte puante avec tous ces pervers qui vous matent en s’imaginant entrain de vous sauter) ; puis ce mec qui m’attendait à la porte de service espérant assouvir son fantasme écœurant et me sauter ; et enfin ce type sorti de nulle part que j’avais au départ pris pour un ange tellement il était beau et était apparu juste au bon moment, je m’étais senti comme une princesse sauvé du méchant dragon par mon beau prince. Mais bien sûr tout ça s’était avant que je vois mon prince se transformer en…je ne sais même pas comment le définir, il était resté le même tout en ayant quelque chose d’animal et d’effrayant. Il s’était jeté sur ce type…ses yeux…son regard me glaçait le sang…je crois que j’aurais eu une crise cardiaque si mon cœur n’était pas habitué aux sensations fortes. Je croyais avoir vécu le pire mais j’étais bien loin du compte, parce que à peine deux secondes plus tard, des autres mecs tout aussi beau que le premier avait apparu comme par magie et avait essayé de raisonner le premier, il m’avait apparemment pris pour quelqu’un d’autre, une certaine Bella je sais pas quoi, et là, le coup de grâce, je m’étais fait enlevé par des vampires et je me trouvais maintenant dans leur…antre…ou maison…je ne sais pas quel terme il faut utilisé. Je me suis fâché avec mes études depuis si longtemps que je ne connais que le strict minimum.





Donc, je me trouvais dans cette superbe maison et si je n’étais pas aussi terrorisé je me serais extasié devant tout ce luxe. Mais je ne pouvais pas, mon cerveau et mes pensées étaient concentré sur les sept apparitions (c’est clair que ce ne pouvait pas être des personnes normales vu comment ils étaient tous beau, et même le mot était faible, et effrayant à la fois). Je me demandais si tous les mannequins que l’on voyait dans les magazines étaient aussi des vampires. Ce qui expliquerait pourquoi malgré l’utilisation excessif des produits qu’ils vantaient, jamais une femme de devenait aussi magnifique que dans les pubs. Une autre question me traversait l’esprit et je pensais que j’aurais ma réponse bien assez tôt, comment allaient-ils me bouffer ? Allaient-ils me découper en morceaux, ou juste percer un trou et extraire mon sang qu’ils mettraient dans une bouteille comme du vin ? Bizarre que je m’intéresse à ce genre de chose en ce moment au lieu de chercher un moyen de me tirer de ce merdier. Concentre-toi Lili.





Bon, j’étais toute seule dans le salon et eux dans la cuisine, ils ne m’avaient pas attaché (avaient-ils oublié ou pensaient-ils que j’étais trop effrayé pour tenter quoi que ce soit ?) et j’avais remarqué qu’ils n’avaient pas verrouillé la porte d’entrée qui était à l’opposé de la cuisine. Je suis une bonne sportive, peut-être que j’arriverais à…





- Je ne ferai pas ça à ta place.



Oups, ange vampire numéro un venait de me griller, je n’aurais pas dû fixer la porte ainsi.



- Je me nomme Edward, et ce n’est pas comme ça que je l’ai su Lili.


Son regard était moins glacial que la dernière fois qu’il avait posé ses yeux sur moi, essayait-il de m’amadouer afin que je me laisse bouffer plus facilement ?



- Nous n’avons pas l’intention de te…bouffer… Lili.



- Parle pour toi, je suis sûr que Jasper ne se fera pas prier.



- Emmett !!!



- Ben quoi ?




Le grand vampire brun, que je trouvais pour ma part le plus craquant, essayait sans doute de me faire rire afin que je baisse ma garde, mais il n’y arrivera pas. Et il valait mieux qu’il le sache.





- Laissez-moi partir, je vous en pris. Je ne dirais rien à personne, je quitterai la ville, le pays et même le continent, mais pitié, laissez moi partir. Je ne suis pas assez…grasse pour satisfaire votre appétit, je suis sûr que vous pourrez trouver mieux que moi. Bon j’avoue que là je me sentais un peu bête d’avoir dit ça mais bon, qui ne tente rien n’a rien.



Mes ravisseurs avaient tous éclaté de rire, et le grand brun, Emmett apparemment (quel drôle de prénom, mais ça devait être courent chez eux, comme s’appeler Dracula ou je ne sais quelle autre bizarrerie), s’était écroulé tellement il était « mort » de rire. Je ne savais pas si je devais pleurer, rire avec eux ou commencer à prier pour le repos de mon âme. Edward fut le premier à retrouver son calme, suivi par celui qui semblait être leur chef, un blond aux cheveux gominés.





- Heu…Lili, le blond aux cheveux gominés se nomme Carlisle, et ce n’est pas notre chef, du moins dans le sens où tu l’entends.



- Je suis leur père, et voici Esmé ma femme. Tu connais déjà Edward, Emmett et Jasper, alors je te présente Alice la compagne de Jasper et Rosalie celle d’Emmett.






Déjà casé, dommage, je détestais déjà cette blonde au corps parfait mais là c’était le bouquet. Mais qu’est ce qui m’arrive ? Ce sont des vampires Lili, des VAMPIRES, et ils vont peut-être te bouffer alors qu’importe que la blonde se tape « super-mignon-craquant », pense à ta peau ou peut-être ton sang.





Edward retenait difficilement un rire, dommage qu’il ne veule pas partager ce qui le faisait autant marré, j’aimerai moi aussi pouvoir rire.



- C’est toi qui me fais…marrer. Nous n’avons pas l’intention de te vider de ton sang. Tu n’a rien à craindre de nous.



- Alors, pourquoi je suis ici, pourquoi vous ne me laissez pas partir ?



- Parce que tu sais ce que nous sommes.
Le père s’était approché de moi pour me répondre. Bizarre mais de près il ne me paraissait plus aussi effrayant, je me sentais même en confiance. Il y a eu une méprise ce soir, et malheureusement, tu ressembles à quelqu’un qui nous ait chère et qu’Edward pensait retrouver ce soir.



- Bella ?



- Oui. La connais-tu ?



- Non, mais c’est comme ça que…Emmett m’a appelé tout à l’heure.



- Je suis désolé Lili, tout ce qui t’arrive est ma faute, je t’ai prise pour Bella, tu lui ressemble…par certains points et comme elle avait prévu de…ce rendre à une fête ce soir, je t’ai prise pour elle.



- Mais qui est cette Bella ?



- La personne dont je me suis épris.



- Heu...



- Dont il est amoureux, raide dingue quoi.



- Merci Emmett pour cette précision.



- Ben quoi Carlisle, elle n’avait pas compris.



- Donc, je peux partir maintenant ?
Bon y avait peut de chance pour que ça marche aussi facilement mais bon.



- Désolé Lili, mais nous ne pouvons pas te laisser partir, du moins pour le moment, comprend moi je dois protéger ma famille. Je t’invite donc à passer la nuit chez nous afin que nous trouvions une solution qui ne nous mettrait pas en danger. Alice va te conduire dans la chambre d’Edward, tu y trouveras de quoi…te changer et te rafraîchir.



La petite brune aux cheveux brosse, m’avait conduite dans une chambre magnifique comme le reste de la maison, avec un immense lit. M’avait indiqué le dressing, waouh un dressing et plein de vêtement de femme de ma taille, cool. Elle était vraiment sympa avec moi et m’apprit qu’Edward lisait dans les pensées, c’est pourquoi ils avaient su que je comptais me sauver, et ça expliquait ses crises de fou rire. Elle était vraiment sympa cette Alice, elle m’apprit qu’elle avait le don de voir l’avenir et que nous deviendrons de grandes amies, je l’aimais déjà. Après une brève une douche je me couchais dans cet immense lit un peu plus rassuré sur mon sort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 21
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Sam 26 Juin - 9:44

J'adore !!
Vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Sam 26 Juin - 13:21

merki, la suite ce soir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Sam 26 Juin - 21:11

Chapitre 9



PDV EDWARD



Lili était dans ma chambre mais ne semblait pas prête à s’endormir, ce qui n’était pas étonnant étant donné la situation. Mais je n’avais pas suffisamment de patience ce soir pour laisser Morphée agir à sa guise, il fallait que Lili s’endorme assez rapidement pour nous finissions de délibérer sur son cas et que j’aille voir ma muse. La laisser si longtemps seul avec ce cabot me dérangeait, et s’il en profitait pour souiller son corps, jamais je ne pourrais le supporter. Bella était à moi, j’avais décidé de laisser mon égoïsme régenter ma vie, si on pouvait appeler ça une vie. Je voulais Bella près de moi et je ferais tout ce qu’il faut pour qu’il en aille ainsi, toutefois je devais prendre ma part de responsabilité dans ce qui arrivait à Lili, il n’était pas question qu’elle paie pour mes erreurs. Je ne laisserais pas Jasper ni Rosalie lui faire de mal, je me devais d’être juste et bon, pour Bella, pour qu’elle ne soit jamais dégouter de ma présence, je serai digne d’elle. J’avisais Carlisle de l’état de notre hôte.





- Carlisle, elle ne dort pas et ne semble pas prête à la faire d’elle-même, nous devions peut-être …



- Oui, tu as raison, je vais lui donner quelque chose pour qu’elle s’endorme.



- Donne le plutôt à Alice, elle lui fait confiance plus qu’aucun d’entre nous.



- Il est vrai que personne ne peut résister à notre chère Alice. J’y vais de ce pas.





Une fois Alice revenu, j’inspectais les pensées de Lili. Alice avait été parfaite dans son rôle d’amie de confiance, Lili avait bu ce qu’elle avait pris pour un verre d’eau et commençait à sombrer dans les bras de Morphée.





- C’est bon, elle s’est endormi. Dis-je à ma famille.





Nous nous dirigions alors vers la table de la salle à manger, qui bien entendu n’avait jamais tenu ce rôle. Jasper commença :





- Je reste sur ma position, elle représente un danger pour notre famille, nous devons nous en débarrasser.



- Mais ce n’est pas sa faute, c’est la mienne.



- Peut-être, mais ce qui est fait est fait, nous devons réagir et vite. Il n’ajouta pas « avant qu’Esmé ne s’attache à elle » bien qu’il le pense très fort.



- Jasper, je ne laisserai rien arriver à cette fille.



- Alors que proposes-tu ? Que nous la laissions partir au risque qu’elle divulgue notre secret ? Il n’en ait pas question Edward. Répliqua jasper.



- Edward, nous avons déjà pris des risques avec Bella et ce parce que tu t’étais épris d’elle. Mais cette humaine, ce n’est pas pareil, tu ne la connais pas, apparemment elle n’a personne dans sa vie, si ça se trouve sa disparition ne sera même pas remarqué. Que risquons-nous ? Siffla Rosalie.



- De devenir des monstres.



- Beaucoup d’humains meurent de part le monde, attaqué par ceux de notre espèce. Tu ne t’en offusque pas d’habitude, ou est-ce à cause de cette Bella que tu es devenu si attaché aux humains ?



- Ne parle pas d’elle ainsi. Je n’avais pas pu retenir un grognement devant l’intervention de Rosalie. J’en ai assez que tu crache ton venin sur elle.



- Elle est tellement banal, je ne comprendrais jamais ce qui t’attire autant chez elle au point de mettre notre famille en danger. Tu n’es qu’un égoïste.



- Il suffit Rosalie ma patience a des limites et tu commence à t’en approcher. c’est toi qui me parles d’égoïsme après ce que tu as fais à Emmett ? Crois-tu pouvoir me duper aussi facilement ? Rajoutais-je devant son air de total surprise, ainsi elle ne s’était jamais rendu que je l’avais démasqué. Ne sous estime pas l’étendu de mon don ma chère sœur.



- Qu’est ce qu’elle m’a fait ? Emmett avait été surpris par mes paroles. Edward de quoi tu parles ?



- Demande donc à ta chère dulcinée, je suis sûr qu’elle trouvera quelque chose pour t’apaiser.





Rosalie avait quitté la pièce en courant, me maudissant intérieurement. Emmett l’avait regardé partir sans même un geste pour la retenir, et c’était la première fois depuis qu’elle l’avait emmené auprès de Carlisle qu’Emmett n’essayait pas de la consoler. Ma famille se tournait alors vers moi attendant des explications.





- Je n’ai pas de temps pour le moment et Rosalie est la mieux placé pour vous répondre. De plus, nous avons plus urgent. Lili ne mourra pas ce soir, demain je lui parlerai et je verrais si nous pouvons lui faire confiance et puis de toutes les façons une fois Bella en sécurité parmi nous, nous partirons et Lili ne nous verra plus jamais.



- Partir ne règlera pas le problème Edward, si les Volturi ont vent de cette affaire ils nous le feront payer, tu sais très bien qu’ils cherchent une raison valable pour s’en prendre à nous, il déteste notre choix de vie, il n’est pas question que je mette la vie en danger, je ne le permettrai pas. Rosalie à raison, cette humaine doit disparaître.



- Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’en arriver là Jasper.





Alice avait enfin daigné donner son avis. Depuis notre retour elle était restée en retrait, fouillant l’avenir à la recherche de réponses à nos questions muettes. Ses visions étaient des plus effarantes, mais je ne voulais pas trop m’y fier après la confusion de ce soir. De plus elle n’était pas des plus claires étant donné que je ne pouvais pas affirmer avec assurance si ces visions concernaient Lili ou Bella. Pour une raison qui m’échappait totalement, les visions d’Alice n’étaient des plus précises comme si quelque chose masquait des détails permettant d’identifier clairement les acteurs.



- Peux-tu nous éclairer Alice ?



- Bien sûr Carlisle, disons que Lili est une personne de confiance et bien qu’elle soit…chambouler par ce qui lui arrivé ce soir, après une bonne discussion elle pardonnera à Edward et deviendra une très bonne allier pour le retour de Bella.



Mais Alice ne nous disait pas tout, je ne savais pas ce qu’elle nous cachait mais je savais qu’elle essayait de me dissimuler une partie de ses visions. J’avais été tellement absorbé par ma discussion avec Rosalie que j’avais raté une partie des visions d’Alice qui évidement renfermait des informations qu’elle essayait de me cacher.



- Que me caches-tu Alice ?



- Arrêtes ta parano Edward, toutes mes visions ne te concernent pas, j’ai une vie privée je te signale.



Mais je connaissais trop bien ma sœur pour sentir lorsqu’elle me mentait, toutefois je ne voulais pas m’y attarder pour le moment, il fallait que j’aille voir Bella.



- Bon, que faisons nous pour Lili, Carlisle ?



- Je pense que c’est claire pour tout le monde, Lili restera ici le temps d’avoir plus de précisions sur la marche à suivre, Alice nous tiendra au courent des évolutions possibles et nous aviserons le moment venu. Je pense comme Edward que cette fille n’y est pour rien dans ce qui lui ait arrivé ce soir, et il ne serait pas juste de lui faire payer pour une chose dont elle n’est pas responsable, cela va à l’encontre de tout ce que nous avons si difficilement mis en place. Est-ce claire pour tout le monde ?



- Oui.



- Bien, maintenant Edward tu peux partir, je sais que tu n’en peux plus.



- Merci Carlisle, Alice j’ai mon portable en cas de besoin.



- Ok, je veille t’inquiètes.



Sur ce, je quittais la demeure familiale afin de rejoindre ma muse, bien que rejoindre soit un bien grand mot.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Sam 26 Juin - 21:12

Chapitre 9 (suite)

PDV Edward



Je courais aussi vite que je pouvais, priant pour ne pas arriver trop tard. J’espérais ne pas avoir été trop longtemps absent et que le cabot avait su se retenir. S’il avait osé toucher à Bella…je ne pouvais même pas imaginer comment je réagirais.



Ils étaient endormi à mon arrivé. Je pouvais voir le rêve du cabot, sans surprise il rêvait de Bella, j’étais écœuré par son rêve mais espérais que ce n’était qu’un rêve et non un souvenir. Il fallait que j’en ai le cœur net, je m’approchais donc de la fenêtre et l’entrebâillais afin d’humer la pièce. Non, non, non !!! Je ne pu retenir un hoquet, si mon cœur n’était pas déjà mort je pense bien qu’il aurait cessé de battre. Je sentais le dégout et la déception envahir tout mon être, en plus de la profonde détresse qui y régnait déjà. Ma Bella avait été souillé, elle n’était plus cet être pur et innocent qui m’avait tant fasciné. Non ! Ce ne pouvait pas être arrivé, pas elle, pas lui. Fichu venin, pourquoi ne pouvais-je pas pleurer ? J’enviais en ce moment les humains qui eux pouvaient externaliser leur détresse. Comme j’aurais aimé pouvoir pleurer, me délester un peu de ma peine. Tout était de ma faute, si je n’avais pas quitté Bella elle serait aujourd’hui auprès de moi, mais d’un autre côté, peut-être était-ce mieux ainsi. Avec lui à ses côté elle ne risquait rien (du moment qu’il savait se maîtriser auprès d’elle), il la protégerait de sa malchance qui faisait d’elle un aimant à danger. Je l’aimais trop pour porter atteinte à son bonheur, si tant est que Jacob Black parvienne à assurer son bonheur. Si elle s’était donné à lui c’était qu’elle le désirait, il était ce qu’il lui fallait, elle aura une vie d’humaine normale. Elle se marierait et aurait des enfants, tout ce que je ne pourrais jamais lui donner. Ma Bella, si maladroite, si timide, au sang si alléchant. Je voulais humer son parfum si envoutant une dernière fois. Je me rapprochais de la fenêtre et inspirait profondément. Oh !!! Malgré la puanteur du cabot, et l’odeur de sa semence !?... J’imaginais aisément ce qui s’était passé dans cette chambre ce soir.







PDV Jacob



Le trajet jusqu’à notre petit chez nous c’était fait dans le silence. Bella était perdue dans ses pensées et je n’osais pas la déranger par mes questions, et pourtant j’en avais énormément. Je voulais savoir comment s’était passé sa soirée. Une fois dans notre appartement j’allais me coucher tandis que Bella se dirigeait vers la salle de bain. Elle vint me rejoindre dans notre lit. Elle était toujours aussi silencieuse, je sentais bien que quelque chose la dérangeait et ce, depuis quelque jours déjà. Mes craintes d’il y a quelque temps me revenaient, jusqu’où était allé la sangsue ? L’avait-elle revu ?





- Tu vas bien Bella ?



- Oui, pourquoi ?



- Je ne sais pas, j’ai l’impression que quelque chose te dérange.



- Disons que…je me prépare.



- A quoi ?



- Je ne sais pas, tu n’as rien à me dire ?



- Non. Mais qu’est ce qui pouvait bien se passer dans sa petite tête ?



- Tu sais Jacob, je ne suis pas si fragile que ça, et je sais comment ça marche, tu n’as pas besoin de chercher à m’épargner.



- Mais de quoi tu parles ?



- De ton imprégnation.



- …



C’était donc ça ? Elle craignait que je me sois imprégné. Nous savions tous les deux que ça pouvait arriver mais j’espérais que notre amour serait assez fort, de plus, il se pouvait aussi que ça n’arrive jamais, c’était quelque chose d’assez rare.



- Je sais que je t’ai donné l’impression d’être quelqu’un de faible après qu…mais je ne suis pas si faible et j’ai compris maintenant, j’ai muri. Je ne ferai jamais rien qui pourrait blesser Charlie…je ne veux pas que tu te sacrifies, tu sacrifies ton bonheur à cause de moi. Elle essuya une larme qui avait coulé sur sa joue. Je t’aime Jake et je ne veux que ton bonheur même si c’est avec quelqu’un d’autre…



- Arrêtes Bella, il n’y a pas eu d’imprégnation.



- Alors pourquoi es tu si…calme et distant depuis quelques temps ?



- Parce que…



Je n’allais quand même pas lui dire que j’avais senti son odeur dans notre chambre, sur elle. Je savais qu’elle était sincère lorsqu’elle disait m’aimer, mais je savais aussi que même si elle croyait le contraire, elle était encore amoureuse de lui. Il n’était pas question qu’elle sache qu’il rodait auteur d’elle, je ne voulais pas qu’elle tombe à nouveau dans son piège. Il était le mal personnifié et je ne le laisserai boire son sang.



- Parce que je t’aime et que…depuis quelques temps…enfin…je pensais à te demander de…devenir ma femme. Je sais ce que tu penses du mariage mais je voulais que notre relation devienne…disons un peu plus sérieuse, officiel pour nos familles et nos amis.



- Oh, Jake. Je t’aime moi aussi…mais le mariage…



- Je sais, je sais…



Sans me laisser finir elle m’embrassa, j’étais aux anges. Elle m’aimait et voulait mon bonheur, mais mon bonheur c’était elle. Son baisé était différent de ceux que nous avions partagés avant, il était plus profond, plein de promesse. Sa main dans mes cheveux me fit perdre la tête, je répondais à son baisé avec fougue. Je la désirais et ce soir plus que jamais je voulais la prendre afin de sceller notre amour, si nous le faisions peut-être qu’il laissera tomber définitivement. Du moins, elle ne retournerait plus jamais vers lui, elle serait mienne. Sa peau était si douce, son parfum m’enivrait, décuplait mon désir et provoquait des tremblements incontrôlés dans mon corps. Oh non, j’allais me transformer. J’eus une vision du visage d’Emily, Sam avait perdu le contrôle lui, il n’était pas question que la même chose arrive à Bella. Il fallait que je m’arrête, je demanderai à Sam comment faire pour me contenir afin de ne pas blesser ma belle. Je l’écartais de moi doucement, mais fermement.



- Il faut…qu’on s’arrête…



- Quoi ? Mais pourquoi ?



- Je risque de me transformer, je ne sais pas encore comment gérer… ça. Et tant que je ne le saurais pas…je ne veux pas prendre de risque. Elle semblait déçue.



- Heu…ok.



- Heu…je pense qu’une douche froide me ferra le plus grand bien. Dors…je ne sais pas…j’ai besoin de me calmer et ça risque d’être…long.



- D’accord, bonne nuit.



- Bonne nuit, je t’aime.



- Moi aussi.







PDV Edward



La providence se jouait-elle de moi ? Je n’arrivais pas à croire ce que je sentais et pourtant mon odorat ne m’avait jamais trahi. Et ce que je sentais ravivait un espoir dont je ne croyais plus. Il y avait bien eu un début de relation intime, mais elle avait été interrompue. Il fallait que j’agisse et vite, le cabot puant avait décidé de passer le niveau supérieur et je n’avais pas été là pour l’empêcher. Ca ne devait plus se reproduire dorénavant. Qu’avait dit Alice ? Lili m’aidera à ramener Bella ? Je décidait de rentrer, de toutes les façons plus rien ne se passera ce soir et il fallait que je trouve un moyen d’arrachait Bella de là rapidement.





Alice m’attendait assise sur les marches du perron.



- Alors ? Tu as raté quelque chose ?



- Oui, mais ce n’était pas si important. Il faut qu’on la sorte de là, qu’as-tu vu ?



- Tu sais bien que je ne vois pas Bella, et tant qu’elle ne t’aura pas choisi ça ne changera pas.



- Tout à l’heure tu as dit quelque chose à propos de Lili.



- Oui. Elle ferma les yeux et me fis partager sa vision. On y voyait Bella et Lili riant ensemble sur le campus. Tout porte à croire que ça arrivera cette semaine. Lili pourra approcher Bella, se lier d’amitié avec elle et…



- Es-tu sûr de toi cette fois ?



- Pff, je sais que je n’ai pas assuré pour ce soir mais dis toi que c’était pour une bonne raison. Fais-moi confiance sur ce coup là Edward.



- Elle a peur de nous pour le moment.



- Je sais, je lui parlerai à son réveil, je sais qu’elle me croira, de plus elle semble avoir un faible pour Emmett.



- Je crois aussi.



« Que voulais-tu dire tout à l’heure en parlant de ce que Rose aurait fait à Emmett ? »



- Ce n’est pas à moi d’en parle Alice. Aurais-tu vu quelque chose concernant Rose ou Emmett ?



- Oui mais…



« Ce n’est pas très claire pour le moment, mais je pense que leur relation est à la croisée des chemins »



- Nous verrons bien ce qui arrivera dans ce cas.



Dernière édition par sheer le Ven 2 Juil - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 21
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Dim 27 Juin - 16:06

Super !!
J'adore !!
Vivement la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sheer
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Féminin
Nombre de messages : 220
Age : 32
Localisation : france
Date d'inscription : 30/03/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Dim 27 Juin - 21:30

Chapitre 10


PDV Lili



Je n’arrivais pas à y croire, je m’étais endormi dans cette maison rempli de vampire. Bon, ils m’avaient dit que je n’avais rien à craindre d’eux, mais quand même delà à dormir ? De plus, je n’avais pas fait de cauchemar, chose étonnante après ce qui m’était arrivé la nuit précédente. On cogna à la porte.



- Oui ?



- Bonjour Lili, c’est Alice.



- …



- Je peux entrer ?



- Heu, oui bien sûr. Que pouvais-je dire d’autre ? j’étais chez eux après tout.



Elle entra en souriant de ses belles dents blanches digne d’une pub pour du dentifrice. Je n’arrivais pas à distinguer les canines leur permettant de se nourrir.



- As-tu passé une bonne nuit ?



- Heu, oui merci.



- Super, tu trouveras des vêtements dans la penderie. J’espère que tu as faim, Esmé a préparé un petit déjeuné qui pourrait nourrir tout un régiment.



- Ok, merci.



Elle sorti de sa démarche dansante, cette fille était vraiment surprenante et plutôt drôle. Elle me faisait penser à un lutin avec ses cheveux brosse. Dans la penderie il y avait des vêtements de neufs et de marques. Waouh, ils devaient être hors de prix, je me souvenais avoir vu certaines de ses tenues dans des magazines de modes. Jamais je n’avais cru, rêvé porter ce genre de vêtement. Une fois douché et habillé, je descendais au salon. Ils étaient tous là, figés comme des statues grecs, tellement beaux, si parfait.



- Bonjour Lili. Me dit le chef.



- Carlisle, il s’appelle Carlisle. Me dit le vampire aux cheveux cuivre.



Comment pouvait-il savoir que j’avais oublié leurs noms ?



- Alors Lili, j’espère que tu as passé une bonne nuit. Esmé, ma femme t’a préparé un petit déjeuné, manges puis nous aurons une petite discussion avec toi. Je m’étais figé. Non, ne t’inquiète pas nous ne te voulons aucun mal, c’est juste que, tu sais ce que nous sommes et pour notre tranquillité, nous devons mettre certaines choses au claire. Nous discuterons après ton repas. Il sorti et je me tournais vers les autres.



- Vous n’avez rien à craindre de moi, je veux juste rentrer chez moi (je n’en étais plus aussi certaine, ils étaient si gentil et je me sentais en sécurité avec eux, je n’avais même plus peur qu’ils me bouffent), une fois parti vous n’entendrez plus jamais parler de moi.



- Nous savons que nous pouvons te faire confiance, nous voulons juste de parler d’une autre chose…en fait …nous avons besoin de toi. Me dit le vampire aux cheveux cuivre. Il grimaça. Je m’appelle Edward.



- Heu, ok Edward, mais je ne sais pas en quoi je peux vous aider. A part vous servir de dessert.



- Nous allons te laisser déjeuner tranquillement.







La porte s’ouvrit et la superbe blonde entra, sans dire quoi que ce soit elle se dirigea vers les escaliers et monta vers les chambre, mon apollon la suivi. Qu’est ce que je pouvais détester cette fille, j’en avais des frissons. Non seulement elle était d’une beauté à vous couper le souffle, elle me regardait comme si j’étais de la merde, pas de la merde de cheval, non, c’était encore trop précieux pour elle. On dirait que j’étais de la merde de je ne sais quoi à ses yeux, sans importance, nuisible. Et pour couronner le tout, elle se tapait mon apollon.



Edward pouffa, retenant difficilement un rire. Qu’est ce qui pouvait bien le faire rire comme ça ? Je baissais les yeux et rejoignais Esmé dans la cuisine. Le lutin ne plaisantait pas quand elle m’a dit qu’elle avait cuisiné pour un régiment, ce n’était peut-être pas que pour moi. Attendez, les vampires peuvent-ils manger de la nourriture humaine ? D’après mes connaissances (très minces) en vampires, ils ne se nourrissaient que de sang. Du coup je me dis qu’il serait temps de faire un petit résumé de mes connaissances en termes de vampires.



Primo : les vampires se nourrissent de sang, n’importe qui le sait.



Deuxio : Ils ne sortent pas en plein soleil au risque de cramer. Il faisait jour et ma famille de vampire ne brulait pas, je pense que cette information est donc à foutre à la poubelle, quoique dans Van Helsing les vampires pouvaient sortir le jour lorsque les nuages les protégeaient des rayons du soleil et bien qu’il fasse jour, le ciel était couvert de nuage ce qui pouvait expliquer leur présence à mes côté en plein lumière du jour.



Tertio : Les vampires ont des canines. J’avais beau me contorsionner et guetter le moment où ils ouvraient la bouche, je n’avais toujours pas aperçu la moindre canine de longueur anormale. Mais ça ne voulait peut-être rien dire, peut-être que leurs canines poussaient à volonté.



Et…Ils sont sensé dormir dans des cercueils mais dans la chambre d’Edward il y avait un lit. De plus leur maison est si lumineuse et propre, je n’ai vu aucune toile d’araignée. C’est tout je crois, ah non, les vampires se transforment en chauve souris, enfin, je crois. Voila un truc que j’aimerai bien voir.



Le rire tonitruant d’Edward me sortit de mes réflexions, il était roulé affalé sur le canapé littéralement mort de rire. Tout le monde le regardait sans comprendre, décidément j’avais du mal à le comprendre.





- Qu’est ce qu’il se passe ? Mon apollon était de retour parmi nous, la blondasse de mes cauchemars derrière lui le tenant par la main.



- Mon dieu Lili, tu es surprenante. Edward avait du mal à retrouver son sérieux. Je ne devrais pourtant pas être surpris par ce genre de réflexion, mais tu as une manière si personnelle d’analyser les choses, c’est tout bonnement fascinant et drôle.



- Ah bon ? Mais je n’ai rien dit.



- Heu Lili, nous n’avons pas eu le temps de t’en parler mais Edward a un don. Me dit le petit lutin.



- Un don ?



- Oui, j’entends les pensées.



Ouais c’est ça.



- Et pourtant c’est vrai. Je comprends maintenant pourquoi tu n’a pas arrêté de nous dévisager depuis hier soir. Heu…nous n’avons pas de canine, en fait si, mais elles ne sont pas différentes des tiennes. Le soleil ne nous brûle pas. Nous ne nous changeons pas en chauve-souris, nous ne dormons pas dans des cercueils et Esmé déteste les araignées, alors il n’y a pas de risque que tu croise une de leur toile dans la maison.



Et merde, je me suis fait griller, ils vont maintenant me prendre pour une folle.



- Non, pour une humaine tout ce qu’il y a des plus normal.



- C’est vrai que Bella nous avait habitués à autre chose. Me dit mon apollon.



Et là, la lumière se fit dans ma tête.



- Bella était humaine ?



- Oui. Edward avait arrêté de rire et semblait même triste.



- Et…elle est morte ?



- Non, elle est juste…partie.



- Elle t’a quitté ?



- Non, c’est moi qui l’ais quitté.



- Mais alors pourquoi…Oh, tu veux la récupéré.



- Oui, et j’ai besoin d’aide, j’ai besoin de ton aide.



- Mais comment ? Je ne la connais pas. Elle ne me connaît pas.



- Bella est quelqu’un de très ouvert. Elle a bien réagi en apprenant ce que nous étions, Edward la quitté parce qu’il voulait la protégé, il voulait qu’elle ait une vie d’humaine normale. Mais ses sentiments pour elle sont trop fort, il ne peut plus rester loin d’elle. Nous devons absolument savoir si elle l’aime toujours et si elle lui pardonne. Me dit le petit lutin.



- Dans ce cas, pourquoi ne vas-tu pas la voir et lui parler ? Elle te dira ce qu’il en est.



- Le problème c’est que…elle n’est pas seule. Elle a commencé une relation il y a deux ans avec un autre. Me dit Esmé.



- Ouh la, dans ce cas c’est mort. Ah moins qu’elle ne soit allé vers lui par dépit.



- C’est le cas. Ça semblait être une certitude pour le lutin.



- Ben alors, il n’y a pas de problème, tu cognes à sa porte et tu la récupères.



- Le problème Lili c’est que…cet autre est plutôt du genre à se défendre. Encore le lutin.



- Bien qu’il n’aurait aucune chance face à nous ce sale clébard. Mon apollon avait raiment une voix magnifique, à chaque fois qu’il ouvrait la bouche je me sentais fondre. Il dégageait une telle joie de vivre…



- Si nous avons gardé nos distances, c’est parce qu’il est son meilleur ami et qu’elle ne voudrait pas qu’on lui fasse du mal. Je l’aime trop pour lui imposer ça.



- Dans ce cas, t’es dans la merde mon pote. Je ne vois pas en quoi je peux t’aider.



- Je pense qu’au contraire tu pourrais nous être d’une grande utilité. Tu vois, Edward n’est pas le seul de notre famille à avoir un don. Moi aussi j’ai un don, celui de voir l’avenir. Et j’ai eu une vision hier, une vision de Bella et toi, et d’après cette vision vous serez les meilleures amies du monde. Tu es humaine, tu pourrais facilement l’approcher sans que son… ami ne t’en empêche. Une fois près d’elle, tu l’informerais qu’Edward était de retour et n’avait jamais cessé de l’aimer, enfin, tout le tralala.



- Elle ne sait pas qu’Edward est là ?



- Non, elle ignore que nous sommes en ville depuis deux ans.



- Tu sais, tu n’es pas obligé de faire ça. Je comprendrais que tu veuille retrouver ta vie d’avant, ta tranquillité, mais je te serais éternellement reconnaissant de bien vouloir essayer. Eward a tellement souffert de cette séparation et je n’aime pas voir un de mes enfants malheureux.



- Vos enfants ?



- Oui, Carlisle et moi sommes les parents d’Emmett, Rosalie, Jasper, Alice et Edward. Pour les humains, nous les avons adoptés parce que je ne pouvais pas avoir d’enfant, ce qui est une partie seulement de la vérité.



- Esmé, je vais essayer mais je ne vous promets rien.



- Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice-Cullen19
Départ de Phoenix
Départ de Phoenix


Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   Lun 28 Juin - 15:21

VIVEMENT LA SUITE !!!!!!!!!!!!!![/u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une deuxième chance - Livre I : Edward (tout public)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [SC] Et cette fois, c'est tout public lol
» CSI NY- L'amour au bout du chemin -Don/Danny-tout public
» LE LIVRE DE SASKIA (Tome 2) L'EPREUVE de Marie Pavlenko
» DÉFENSE DE LIRE CE LIVRE de Pat Moon
» [Dolto, Françoise] Tout est langage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: