Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 21 Mai - 20:26

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 22 Mai - 10:18

-Ah oui, la tête dans les étoiles ! -

* En ressortant, il était extrêmement tendu et absent,
Rhooo mais qu’est-ce qu’il cache bon sang - ça m’énerve de pas savoir lol -

* - Quoi ? Je t’assure, tu devrais te méfier ! Une « visage pâle » comme toi, ils vont te manger toute crue !
Ah sacré Eward, c’est vrai que ses remarques faut les prendre … Comment faut les prendre d’ailleurs ? Enfin on s’en fou, Bella va avoir l’autorisation qu’elle ne pensait pas ! pulp

* - Il vaut mieux que je dorme chez Charlie, ça sera plus simple !
Oui oui c’est plus simple, tu as raison [Yes ! ].

* J'aime bien la description de Bella quand elle arrive sur la plage et qu'elle voit tout le monde et qu'elle décrit Jacob. Ah Bella est atteinte c’est sûr !

* Je me crispe légèrement en arrivant devant Paul qui me tend la joue froidement en disant :
- Mademoiselle …

Ah j’adore quand il arrive celui-là !

* surprise de voir Leah placer ses bras autour du cou d’un Embry abasourdi avant même de venir embrasser Jacob.
Bella doit rien comprendre. […] Pourtant, Jacob retire ses mains et lui répond quelque chose sèchement que je ne comprends toujours pas.
Jake doit être super crispé là.

* - ça va chauffer chez les Clearwater !!!
Mdr Razz

* il me donne un autre petit coup de bâton sur la jambe.
Ah non mais Jake j’adore, il la connait trop bien et ferait tout pour la mettre à l’aise.

* avec une guitare sèche à la main.
Ah génial ! (j'adore quand quelqu'un joue de la guitare ). Merci pour le lien musique : c’est top on y est Cool !

* Je remarque que Rachel est très silencieuse et tendue
Ah oui c’est peut être la jalousie de Leah qui frime devant Paul, non ?

* - Avec ton short en jeans ?
- Oui ! il sèchera ou j’irai me changer après…je ne suis pas loin, me rappelle-t-il dans un clin d’œil.
J’essaie de m’imaginer ce moment : dans l’eau, avec lui et cette idée me séduit vraiment.
Ouai j’ai déjà des images dans la tête là !

* Jacob me tend la main et j’hésite une seconde avant de lui attraper. Puis, il m’attire vers lui et mon cœur commence à s’accélérer
Tu m’étonnes vu le décors et leur tenu hein, on imagine bien !

* mais son bras s’enroule autour de ma taille […] - On est bien là…
- Oui…

Magique !

* il tourne son regard noir vers moi en me souriant avec douceur.
Que dire ...

* Il m’enveloppe avec son autre bras et je ferme les yeux, savourant cet instant qui je sais, ne durera pas. Je sens que Jacob pose son menton sur ma tête et je me cale un peu plus contre lui, ah ...........


-Super chapitre magique chez les Quileutes ! Et j'aime beaucoup le petit passage sur les étoiles (la tête tournée vers le ciel pendant un moment je connais bien).-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 25 Mai - 7:32

Waouh waouh waouh! tu as réussi encore une fois a me transporter! On a tt comme eux la tete dans les étoiles magnifique chapitre! Bella se demande quand mm si Jacob se sent réellement détendu lors de le rapprochement, hum hum, si elle savait Laughing
Et Edward, monsieur Edward, qu'est ce qui nous cache celui la? scratch J'aimerai bien le savoir (même si je suis loin mais très loin d'être l'une de ses fan) surtout si c'est pour influencer les sentiments de bella! Toujours hâte de lire la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 25 Mai - 11:36

Vanille41 a écrit:

Rhooo mais qu’est-ce qu’il cache bon sang - ça m’énerve de pas savoir lol -
Et t'es pas prête de le savoir !!! lol

Vanille41 a écrit:
Enfin on s’en fou, Bella va avoir l’autorisation qu’elle ne pensait pas ! pulp
Qu'est-ce que tu m'as fait rire avec ton "enfin, on s'en fou" looool

Vanille41 a écrit:

Oui oui c’est plus simple, tu as raison [Yes ! ].

mdrrr


Vanille41 a écrit:
* J'aime bien la description de Bella quand elle arrive sur la plage et qu'elle voit tout le monde et qu'elle décrit Jacob. Ah Bella est atteinte c’est sûr !

Oui complètement lol

Vanille41 a écrit:

Ah j’adore quand il arrive celui-là !

Ouais j'ai un peu de mal à m'en passer lol


Vanille41 a écrit:
Ah génial ! (j'adore quand quelqu'un joue de la guitare ). Merci pour le lien musique : c’est top on y est Cool !

Tant mieux Smile c'était le but

Vanille41 a écrit:
Ah oui c’est peut être la jalousie de Leah qui frime devant Paul, non ?

Ah ça ... Wink réponse plus tard

Vanille41 a écrit:

* il tourne son regard noir vers moi en me souriant avec douceur.
Que dire ...

Qu'il est magnifique lol

Vanille41 a écrit:

-Super chapitre magique chez les Quileutes ! Et j'aime beaucoup le petit passage sur les étoiles (la tête tournée vers le ciel pendant un moment je connais bien).-
je savais qu'il te ferait rêver celui-là Wink

surie a écrit:

Waouh waouh waouh! tu as réussi encore une fois a me transporter! On a tt comme eux la tete dans les étoiles magnifique chapitre!
Ah moi je l'aime bien Edward...faut le connaitre Wink lol
Merci pour ton comm et ta fidélité. Je suis contente de t'avoir envoyé dans les étoiles Very Happy

Merci bella55

Voici la suite :
Bon alors je m'excuse déjà pour la conversation très masculine de la fin du 2ème chapitre... Wink
Bonne lecture !

* * * * *


25 – Unis à jamais

Un cri d’oiseau me réveille et pendant une seconde, je me demande où je suis. J’ouvre les yeux, remarque le ciel qui devient bleuté et soudain, je sens mes doigts engourdis et chauds. Je relève légèrement la tête pour voir ma main dans celle de Jacob qui dort profondément. Etonnée par ce nouveau rapprochement spontané, je le contemple, toujours aussi sensible à sa beauté et encore plus comme ça, sur le ventre, face à moi et son visage exprimant un total abandon. Il a l’air si bien que je regrette de devoir bientôt le réveiller car, je sais à la couleur du ciel que l’aube approche. Mais, je sais aussi que c’est peut-être la seule occasion pour moi d’être là aussi tôt et qu’il vaut mieux en profiter. Je baisse mon regard sur ma main emprisonnée par la sienne, posées toutes les deux sur le sable. Avec mon pouce, je caresse doucement ses phalanges puis, sans même réfléchir, je me rapproche et porte sa main à mes lèvres pour y déposer un baiser. Aussitôt, Jacob ouvre les yeux et je lui souris. Il tourne alors la tête vers l’horizon pour vérifier que c’est bien le moment puis me regarde en disant :

- On va y aller !
- Oui !
- Tu as assez dormi ? s’inquiète-t-il.

Je hoche la tête et il se relève, libérant ma main qui reste bouillante. Je remarque qu’il ne semble même pas perturbé d’avoir dormi ainsi, en me tenant et comprend alors que c’est lui qui a du provoquer ce geste pendant mon sommeil. En peu troublée mais heureuse, je sors de mon sac et me lève. Jacob replie sa couverture et j’en fais autant. Je remarque que tout le monde dort paisiblement et sur la pointe des pieds, nous quittons le « camp » pour rejoindre la maison des Black par le petit chemin.

La maison est silencieuse et Jacob prend quand même le temps de nous préparer un petit-déjeuner. Je le regarde faire et admire sa discrétion. Si je n’étais pas là, avec lui dans cette cuisine, je n’entendrais pas sa présence. Et pourtant, il s’affaire avec une rapidité incroyable. Moi, avec ma gaucherie, j’aurai déjà fait tinter les tasses ou claquer une porte d’armoire. Il me fait signe de m’asseoir et me sert un thé. Je souris au souvenir du dernier que j’ai bu avec lui et qui m’avait fait dormir. Il m’apporte ensuite du pain et de la confiture et finit par s’asseoir face à moi en me chuchotant :

- Bon ap’ !
- Merci !

Je savoure ce repas avec délice, m’imprégnant des parfums de cette cuisine et de la présence de Jacob face à moi.
Une fois terminé, nous nous levons sans faire de bruit mais je reste crispée, craignant un faux pas de ma part. Jacob pouffe en silence en me voyant marcher comme sur des œufs. Une fois dehors, je reprends ma voix normale et demande :

- Tu crois que nous allons les voir ?
- J’en suis sûr ! S’exclame-t-il tout joyeux. Tu es là donc nous les verrons !
- Mais Jacob…et si ce n’est pas le cas ? Demande-je, inquiète par son euphorie.

Il s’arrête et s’approche de moi le regard brillant. Pendant une seconde, mon cœur s’arrête et je reste hypnotisée par ses yeux qui me fixent.

- Bella…, déclare-t-il doucement.

Comme à chaque fois qu’il prononce mon prénom et encore plus, lorsqu’il le dit avec autant d’intensité, autant de chaleur, ma gorge se serre sous l’émotion et je sens mon palpitant s’accélérer. Pourtant, complètement inconscient de l’effet qu’il produit sur moi lorsqu’il est comme ça, Jacob continue :

- Tu es ma chance…tu es ma petite « mascotte écureuil », ajoute-t-il plus légèrement.

Je glousse, vraiment amusée par ce surnom qu’il me donne et il affirme, plus sérieusement :

- Ils seront là, crois-moi ! Ils ne peuvent pas ne pas être là…c’est notre seule chance !
- Oui…, confirme-je, la gorge à nouveau serrée.

Alors, il hoche la tête et monte dans la Chevrolet où je le rejoins, côté passager.


***

Nous venons d’atteindre le rocher près duquel j’avais trouvé Jacob la première fois que j’étais venue ici et je le vois soudain froncer les sourcils :

- Qu’est-ce qu’il se passe ?
- Rien…c’est bizarre…
- Qu’est-ce qui est bizarre ? M’inquiète-je aussitôt, alertée par sa mine soucieuse.
- D’habitude…elle est là…sur le rocher…elle m’attend tous les matins, elle sait à quelle heure j’arrive…

Sa voix trahit son anxiété. Alors, mon angoisse augmente et j’espère qu’il n’est pas arrivé quelque chose…

- Mais, elle a pu avoir un contre temps ? Propose-je pour essayer de le rassurer.
- Les loups, c’est un peu comme les chiens quand c’est légèrement domestiqué comme ça. Non…c’est vraiment bizarre, insiste-t-il.
- Jacob, tu m’inquiètes…

Sans répondre, il avance et contourne le rocher. Je le suis, monte une petite butte et nous voilà au-dessus du rocher, là où la louve se tient normalement. Je jette un œil en bas puis suis Jacob qui continue son chemin au travers des pins. Je le vois alors se diriger vers un petit sentier qui descend légèrement mais il s’arrête et semble hésiter. Je l’observe puis j’ose demander :

- Tu fais quoi ?
- Voici la Flèche d’argent…

Je tourne la tête vers un trou dont je devine être l’entrée de la caverne mais des racines recouvrent tellement cette ouverture que sans Jacob, je ne l’aurai jamais trouvée !

- Oh…Paul m’a parlé d’une flèche bloquée dans la roche, c’est vrai ? Demande-je, soudain excitée.
- Mais oui ! Tu ne connaissais pas cette histoire ?
- Non, marmonne-je gênée par ma grande ignorance sur beaucoup de points.
- Ouais, enfin, en même temps, c’est une histoire d’indiens !
- N’essaie pas de me rendre moins bête que je ne le suis, Jacob ! Ça doit sûrement être dans le guide touristique de Forks !
- Et bien, figure-toi que non ! Affirme-t-il en riant. C’est uniquement connu des Quileute et nous sommes encore sur la Réserve donc il n’y a pas de touristes par ici ! Enfin…moins…, murmure-t-il soudain, plus sombre.
- Il s’est passé quelque chose une fois non ? Demande-je à voix basse, pour le sortir doucement du mauvais souvenir qui était en train de défiler dans sa tête.
- Oui avec Patamon…je l’ai retrouvé avec la patte transpercée…une bouteille… oubliée par je ne sais qui !

Je l’observe pendant que ses mâchoires se crispent à nouveau, comme à chaque fois qu’il parle d’eux et que (je le sais maintenant) ce souvenir refait surface dans sa tête. Mais soudain, son visage s’éclaire et il s’écrie :

- Oh !
- Quoi ? Demande-je, surprise.
- Nous sommes surveillés…
- Ah oui ?

J’ose à peine tourner la tête, me demande « qui » peut bien nous surveiller quand Jacob déclare sur un ton très affectueux.

- Il est toujours aussi caméléon celui-là !

Je l’interroge du regard et il m’explique :

- Sur ta gauche, à neuf heures…Anoki, le loup gris sur la petite butte et derrière lui son frère, Patamon, que j’ai soigné et qui est le père des bébés loups…

Alors, je pose mon regard là où Jacob me l’a indiqué et je vois deux paires d’yeux jaunes pâles m’observer avec tellement d’intensité que j’en ai le souffle coupé. Mais surtout, c’est leur immense beauté qui me fascine. Plus gros et plus poilus que la femelle que j’ai déjà vue, ces deux mâles sont magnifiques et jamais je n’ai pu contempler un animal aussi majestueux et surtout d’aussi près, de toute ma vie. Celui au poil plus brun que gris descend un petit chemin et dépasse son frère, qui reste toujours sur la butte, pour venir près de Jacob qui, comme il me l’a appris, tend la main, paume vers le ciel. Un peu méfiant mais habitué, le dénommé Patamon approche sa truffe et finit par lécher les doigts tendus, sous mon regard émerveillé.

- D’où vient le nom Patamon ? Demande-je, rompant le silence du moment.

Jacob rit, sûrement chatouillé par la langue râpeuse de l’animal et me répond :

- Patamon signifie « en colère » chez les amérindiens. Je lui ai donné ce nom car sa blessure m’a foutu en boule, explique-t-il d’une voix pourtant très calme.
- Oh…et Anoki ?

Il rit à nouveau mais cette fois, c’est pour ma question et déclare :

- Lui, c’est le caméléon du groupe mais aussi le joueur, le comédien ! Il m’a fait souvent le coup d’être « blessé » quand je soignais Patamon. Il arrivait près de moi en levant la patte ou en boitant.
- Ah oui ? Dis-je en riant à mon tour. Je ne te crois pas !
- Si, il voulait se faire remarquer…jaloux que je ne m’occupe que de son frère. Alors, je l’ai appelé comme ça : Anoki…le « comédien », répète-il en caressant l’encolure du loup brun pendant que le loup gris, joueur, s’approche aussi.

Un mouvement m’interpelle dans mon champ de vision et Jacob tourne aussi brusquement la tête en s’écriant :

- J’avais raison, ils sont là !

Et c’est alors que je les vois ! Tout un petit groupe de bébés loups gris, brun et blanc, en train de se mordre et de jouer sans peur, devant l’entrée de la grotte. J’avance mais Jacob me retient avec un bras devant moi. Je lui lance un regard étonné et d’un doigt, il me montre la louve dans l’obscurité, juste à un mètre des louveteaux mais qui veille en maitresse des lieux. Son regard jaune est soutenu, ses oreilles bien droites et les poils de son encolure, légèrement hérissés. Jacob s’accroupit et j’en fais autant. Il attend un peu puis tend la main vers elle. Elle ne bouge pas mais ne grogne pas non plus. Alors, je vois le fameux Patamon s’approcher sur le côté gauche de Jacob et fourrer son museau dans ses cheveux puis lui lécher la joue. Jacob rit et j’en fais autant, réellement amusée par l’attitude de l’animal. Puis, toujours accroupis, il avance doucement vers l’entrée de la grotte, à quelques centimètres des louveteaux et l’un d’eux vient alors gaiement vers lui puis recule en sautant, effarouché.

- Oh bon sang ! Dis-je en riant, totalement émerveillée. Qu’ils sont beaux !
- Oui…, répond Jacob dans un souffle.

Je tourne la tête vers lui et remarque alors une lueur intense dans ses yeux pendant qu’il contemple un à un les bébés loups. Je pense alors que, enfin, il les voit ! Lui qui a attendu si longtemps ! Et il n’était pas déçu.

- Tu es heureux ? Lui demande-je à voix basse.
- Oh oui, murmure-t-il. Et c’est grâce à toi, ajoute-t-il en tournant ses yeux fiévreux vers moi. Je te l’avais dit...tu me portes chance ! Merci…

Son sourire me déstabilise et sa reconnaissance encore plus car je ne pense pas que ma présence joue beaucoup dans cette histoire mais le fait qu’il le croit …ça, c’est un sentiment si fort que je baisse la tête, gênée et heureuse à la fois. Il fait alors un mouvement vers moi et nous sommes toujours accroupis mais l’un contre l’autre. Il pose son bras autour de mes épaules et rit en regardant à nouveau les louveteaux s’amuser avec autant d’insouciance. La louve grise et blanche s’approche de son compagnon, nous autorisant donc à observer ses petits à cette distance, sans surveillance de sa part. Je les compte alors et déclare en chuchotant :

- Il y en a six !
- Oui, glousse Jacob. Maintenant, je vais devoir passer des heures à les observer pour savoir combien de mâles et combien de femelles…
- Ah oui ?

Je continue d’observer les louveteaux en silence quand Jacob murmure :

- Six, c’est bien ! J’espère qu’ils vont rester ici …
- Pourquoi partiraient-ils ? M’étonne-je en tournant vivement la tête vers lui.

Jacob soupire et son regard s’attriste aussitôt.

- Les loups gris sont en voie d’extinction, m’explique-t-il alors d’une voix rauque pendant que, abasourdie par cette nouvelle, je pose mon regard sur les petits animaux innocents et à peine arrivés dans ce monde.
- Ah oui…pourquoi ?

Il hausse les épaules, se pince les lèvres avant d’ajouter :

- Parce que l’homme a besoin de plus en plus de place…et que les loups en ont de moins en moins pour chasser…Ceux-là sont un peu comme nous, dans une Réserve mais ça ressemble aussi à une cage. Le loup gris a besoin de très grands territoires et aime les gros gibiers comme l’élan…il n’en reste plus beaucoup maintenant…, ajoute-t-il dans un murmure.

Je regarde les petits loups jouer et se mordre les oreilles, la queue ou la gorge…malgré la gravité de la nouvelle, je leur souris, savourant l’instant présent. Jacob presse mon bras et m’invite à reculer. Accroupis, j’ai un peu de mal mais le suis. Une fois que nous sommes à bonne distance, il se redresse et je l’imite, les jambes un peu soulagées. La louve blanche et grise retourne alors près de ses petits et lance un regard amical à Jacob qui hoche la tête, reconnaissant. Je les regarde tous les deux, admirant leur beauté respective et la magie du lien qui les unit. Soudain, une question me vient à l’esprit et je demande, intéressée :

- Et elle ? Quel nom lui as-tu donné ?

Le visage grave, Jacob semble soudain réfléchir sans quitter des yeux la louve puis il sourit à nouveau et répond :

- Bella …

Flattée, je ris doucement, pensant qu’il venait de lui donner ce prénom mais il se tourne vers moi et ajoute, en me fixant avec intensité :

- C’est le seul prénom que j’avais à l’esprit quand je l’ai rencontrée. Et c’est le seul que je n’aurai jamais…

Je sens alors mon sang quitter mon visage puis y revenir avec force, enflammant mes joues puis le reste de mon corps. Jacob me sourit doucement et je sens mon cœur qui s’emballe, comprenant alors ce qu’il est en train de m’avouer. Bêtement, je baisse la tête et je le vois faire demi-tour et repartir lentement vers le sentier. Je ne sais pas combien de temps je suis restée prostrée mais lorsqu’un des loups s’approche, je me secoue et me décide à rattraper Jacob. Nous marchons en silence… mais j’ai le cœur qui cogne avec violence ma poitrine et ma tête.


26 – Sale coup !

Si elle revient ici j’aurai de la chance ! Je suis vraiment un parfait abruti car comme d’habitude, je n’avais pas pu m’empêcher de la fermer ! Je ressentais encore ce profond malaise lorsque nous avions quitté la forêt puis pendant tout le retour en voiture jusqu’à ce qu’elle me dépose devant chez moi. Mais en même temps, elle aurait fini par le savoir. Avec un peu de chance, elle n’aura pas compris l’exacte nature de cette révélation ou alors, elle passera outre ou elle se moquera…de toute façon, je doute qu’elle me prenne vraiment au sérieux. J’espère même qu’elle prendra ça pour un caprice d’ado…et qu’elle reviendra près de moi, en amie, comme jusque maintenant.

Je me sens quand même super mal mais tant pis, maintenant c’est fait…on verra bien ! Au moins, j’avais partagé avec elle un moment magique, les louveteaux sont magnifiques et je vais pouvoir développer encore plus mes observations sur eux. Je suis quand même super fier que la louve me les ai présentés de cette façon, directement dans leur repaire alors que les deux fois précédentes, elle les avait ramenés à la butte. Ils avaient vraiment confiance en moi. Et en Bella ...

J’avais quand même pu profiter d’elle, maintenant elle est repartie dans sa tour d’ivoire et je me sens très seul…et très mal. D’ailleurs, heureusement que je n’ai pas son numéro finalement car je l’aurais déjà appelée pour la supplier d’oublier ce que j’avais dit. J’ai tellement peur qu’elle ne revienne pas….

Je n’arrive plus trop à penser correctement depuis que ce week-end passé avec elle et encore pire, je crois que mon esprit est resté bloqué au moment où je lui ai dit clairement qu’elle était très importante dans ma vie et depuis longtemps ! Bon…ce n’est pas si grave quand on y pense. Je n’ai fait que lui dire que son prénom me plaisait mais je ne pense pas qu’elle ait été dupe. Je suis vraiment un imbécile ! Si avec ça elle revient, je pourrais m’estimer heureux !

Pendant que je range un peu tout mon matériel, j’entends les cailloux crisser sous des pneus puis une porte s’ouvrir juste devant mon garage. Je pose ma clef et sors dehors en m’essuyant les mains avec mon torchon. Agréablement étonné, je vois une petite BMW Z4 coupée grise devant les portes et un type en costard sortir de la voiture avec un sourire poli. Je remarque aussitôt une éraflure sur la portière avant qu’il ne la claque et pense que c’est dommage que cette petite merveille soit déjà abimée. En m’approchant, le type me tend la main et je lui rends, un peu gêné par ma tenue.

- Bonjour ! Je suis bien chez Billy Black ?
- Ouais !
- Parfait ! Déclare-t-il, plein d’assurance. Un ami m’a dit qu’il pouvait m’aider.
- C’est à quel sujet ?
- Et bien…Vous êtes Billy Black ? Demande-t-il un peu suspicieux.
- Son fils …
- Ah…je souhaiterais vraiment parler à ton père.

Je note tout de suite l’usage du « tu » et me dis que son ton condescendant est limite agaçant. Je sais que je ne suis qu’un gamin mais bizarrement, son attitude m’énerve. Je vais finir par croire mon père, que Paul a vraiment une mauvaise influence sur moi ! Je croise les bras et le fixe en disant :

- Il est sorti…c’est à quel sujet ?

Il tapote sa voiture en me souriant légèrement, comme si je ne pouvais rien pour lui.

- Vous venez pour la griffe ? Demande-je aussitôt.
- Et bien…

Je m’avance, ne lui laissant pas le temps de continuer et remarque alors que le bas de caisse est complètement enfoncé, boueux et que les éraflures continuent jusqu’à l’arrière de la voiture où la tôle froissée couronne le tout.

- Nom d’un chien ! Tu t’es pris un fossé ou quoi ?

Sans vraiment le vouloir, je viens de le tutoyer mais me dis que ce mec ne doit pas avoir plus de cinq de plus que moi alors qu’il n’allait pas en mourir ! Et à ma grande surprise, il se détend aussitôt et répond sur un ton plus léger :

- Bien vu ! Il parait que Billy Black a des doigts de fée pour réparer les voitures en un rien de temps ! Ajoute-t-il en riant doucement mais je le sens un peu mal à l’aise.
- Et vous avez fait ça comment ? Demande-je sur un ton léger, en faisant le tour de la voiture. Perte de contrôle ? Bonne femme qui ne sait pas conduire ?
- Gibier…, répond-il sur un ton sans appel.

Je me retourne et lui souris franchement en disant :

- Un coup de baguette magique et on va vous arranger ça ! Pas de souci…
- D’accord …mais ce n’est pas tout..., continue-t-il, cette fois crispé.

Je l’invite du regard à terminer son explication.

- Il faut vraiment que ça soit fait rapidement…
- C'est-à-dire ?
- Deux jours maxi…

Je soupire, observe à nouveau la carrosserie, me disant que j’allais devoir me faire sérieusement aider…Paul serait aussi content que moi de toucher cette beauté ! Je souris et lui lance en caressant la courbe de son béquet arrière, tout en remarquant les sièges en cuir rouge à travers les vitres :

- Trois cent six chevaux…boîte six automatique avec commandes au volant…elle doit être très fougueuse !

Le type rit de bon cœur et me confirme :

- Oui, une vraie bombe ! Mais il faut savoir la conduire…

Je pense qu’il dit ça pour ne pas que je m’amuse avec s’il me la laisse mais je vois aussi dans cette remarque la confirmation que ce n’est pas un sanglier qui est à l’origine de ces blessures. A ce moment, je vois mon père sortir de la maison et faire rouler son fauteuil jusqu’à nous d’un air tendu. Le type le salue en lui tendant une main que mon père ne prend pas mais demande :

- Qu’est-ce que vous voulez ?
- Bonjour…euh, un ami de fac m’a dit de venir voir Billy Black si j’avais un jour besoin d’une réparation…enfin, vous voyez.
- Hum…

Je sens mon père très énervé et me demande pourquoi mais ajoute :

- Juste la carrosserie Pa’, rien de bien méchant !

Mon père jette un œil à l’herbe encore coincée à certains endroits et me lance un regard noir. Je reste toujours aussi surpris mais reste de marbre.

- Alors ? Me demande le gars qui a du comprendre que ça serait moi qui m’y collerait.
- Et bien…
- Ça fera mille dollars ! Me coupe mon père. Et dès que la voiture est prête, vous ne remettez plus les pieds ici !

Je manque de m’étrangler en entendant le ton et surtout le prix annoncé par mon père !!! Le type en costard est légèrement déstabilisé mais hoche la tête en disant :

- Parfait ! Je passe demain soir la chercher.

Il me jette les clefs et dans un bref salue, nous laisse et part vers la nationale en sortant son téléphone pour sûrement s’appeler un taxi.
Je l’observe deux minutes, puis jette un œil à la voiture avant de tourner mon regard sur mon père en disant :

- Bon, c’est quoi ton problème ?
- Je me demande ce qu’il fait ici ! Marmonne-t-il en le fixant au loin de son regard sévère.
- Mais ?! Tu le connais ?
- Evidemment idiot ! C’est Edward Cullen !

Mon cœur manque un battement lorsque je tourne vivement la tête vers celui qui attend patiemment à l’entrée de notre propriété, en faisant les cents pas, les mains dans les poches de son pantalon à cinq cent dollars. Mille pensées se bousculent alors dans ma tête quand j’entends Billy me dire :

- En tous cas, il n’est pas clair ! Pour oser venir ici, soit il venait vérifier avec qui sa future femme traine et ça, c’est mauvais pour toi…soit, il a vraiment des ennuis et c’est mauvais pour Bella !
- Comment ça c’est mauvais pour Bella ?

Mon père me toise et semble mesurer ses paroles avant de répondre :

- S’il est vraiment là pour sa voiture et qu’il ne te connaît pas, que c’est juste un hasard, alors ton amie a du souci à se faire car le fils Cullen lui cache des choses et pas des moindres ! Dans leur famille, ça ne se fait pas du tout de faire réparer sa voiture au noir, à la Réserve d’autant plus !!! Il n’est pas ici pour rien en tous cas !

Je déglutis tout en regardant Edward monter dans un taxi qui vient de s’arrêter devant notre route.


Moins d’une heure plus tard, je gare ma moto contre le petit muret du garage de Paul et entre dans son atelier, l’esprit encore un peu inquiet de la rencontre que je viens de faire. Pour ce coup-là, j’ai vraiment besoin de lui ! Pour la voiture mais aussi pour ce qu’il pense de tout ça…Mes yeux s’habituent lentement à l’obscurité de son local quand je l’aperçois dans le fond, occupé à ranger des outils et il semble très énervé. Je reconnais ça à la façon dont ses mâchoires se serrent et son regard noir qui fixe tout ce qu'il prend dans ses mains. Lorsqu’il ses yeux se posent sur moi, je ressens alors toute sa colère se décharger sur ma petite personne, comme un lance-flammes.

- Eh ! Qu'est-ce qu'il se passe ? Demande-je, inquiet par son attitude.

En guise de réponse, il balance une clef sur un établi près de moi, me manquant de quelques centimètres. Ok…je connais l’artiste, là, il est vraiment furax ! J’essaie de rassembler mes idée plus que confuses, cherchant où on en était resté lui et moi…et c’est alors que la lumière se fait ! Je reprends la clef pour la ranger correctement et demande, sur un ton léger :

- ça a été hier soir avec Leah ? Elle était …
- Tu aurais pu me le dire qu'elle était vierge ! Explose-t-il en claquant son chiffon contre sa voiture.
- Quoi ? euh…

Je déglutis, me sentant à nouveau très mal…

- Bordel mais Jake ! Vous avez fait quoi pendant tout ce temps ??? S’écrie-t-il, se retenant de me hurler dessus.

Mes souvenirs me montrent alors la Leah d’hier soir : aguicheuse, séductrice…téméraire. Je revois Paul l’embarquer et être tellement dégouté par son attitude à elle que son sort m’importait peu ! Même si au fond de moi, je savais ce que Paul avait en tête, même si finalement, je savais qu’elle allait le regretter, je n’avais rien fait…trop content de me retrouver seul avec Bella. Ma gorge se serre et je conclue plus que demande, en connaissant déjà la réponse :

- ça s'est mal passé...
- ça s'est mal passé ?!!! Répète Paul, au bord de l’explosion. Evidemment que ça s'est mal passé !!!

Il se rapproche de moi, furieux.

- Bordel Jake ! ça a été jusqu'à ce que je me rende compte qu'elle était en train de chialer ! Voilà comment ça s'est passé !!!!

Je ferme les yeux, imaginant déjà le drame d’ici. Ma colère contre Leah est un train de se raviver, je le sens !

Les mains sur les hanches, Paul soupire et semble se calmer. Je le vois secouer la tête puis se passer une main sur le visage, dépité. J’ose lever les yeux vers lui lorsqu’il me dit, d’une voix morne :

- Je lui ai gâché sa première fois ! J’ai déjà une sale réputation mais là, je lui ai fait mal et elle va s'en rappeler toute sa vie !!! Elle va me détester…

Soudain, le fait qu’il lui cherche encore des excuses me fout hors de moi.

- Eh ! Elle t'a cherché toute la soirée ! Elle a cherché à avoir mal sinon elle te l'aurait dit tu ne crois pas !

Comme il ne répond pas je continue :

- Elle s'est servie de toi Paul !

Il tourne alors des yeux un peu fous vers moi et marmonne :

- Qu’est-ce que tu racontes ?
- Elle voulait le faire ! Avec n’importe qui du moment qu’elle le fasse ! ça devenait une idée fixe chez elle ! Mais aussi, hier soir, elle voulait me provoquer, provoquer Bella et …Sam !
- Sam ?

La surprise marque vraiment son visage et je comprends qu’il demande une vraie explication.

- Leah aime Sam depuis la nuit des temps…je croyais que ce n’était pas une nouveauté ?
- Je ne pensais pas que c’était à ce point… Murmure-t-il. Au point de se martyriser corps et âme pour lui…
- Je pense qu’elle vit un sale moment, ajoute-je plus calmement. Je l’ai plaquée pour Bella, elle se retrouve à nouveau seule…Sam est heureux. Je le suis…
- Quoi ? S’étonne-t-il. Tu as conclu avec ta…Bella ?

J’apprécie qu’il se retienne de me sortir encore un de ses qualificatifs douteux ! Il me prouve ainsi qu’il a compris la nature de mes sentiments.

- Bien sûr que non ! Finis-je par rétorquer. Mais je suis heureux oui…

Paul secoue la tête dans un demi-sourire moqueur en répondant :

- Eh ben…il ne te faut pas grand-chose !

Je hausse les épaules et il continue :

- Bon alors ? Tu venais ici pour quoi ?
- Et bien justement …
- Je t’écoute ! Lance-t-il en soupirant.

Il s’assoit sur son établi, comprenant qu’on en avait pour un bout de temps.
Je lui explique donc rapidement où j’en suis avec Bella et ce que je lui ai avoué à demi-mots. Il éclate de rire et se ressaisit aussitôt en voyant ma mine furieuse. Alors, je continue jusqu’à la visite d’Edward Cullen, de sa voiture et surtout des réflexions de Billy.
Au fur et à mesure de mon récit, je sens Paul inquiet et son verdict ne m’étonne pas :

- Fais gaffe Jake ! Ce type a le bras long et qu’il te fréquente ne me plait pas du tout ! Même si c’est pour une histoire de voiture !
- Je suis sûr qu’il ne me connaît pas ! Riposte-je. Et puis même ? Je n’ai rien fait de mal et Bella non plus ! Elle vient juste me voir, de temps en temps …
- Ouais c’est ça ! Ricane Paul. Elle vient juste en amie, passer du bon temps avec un gamin de dix sept ans !

Il se relève de son établi et s’écrie :

- Mais il n’y a que vous pour croire que vous êtes l’innocence même !!!

Les mains dans les poches, je baisse la tête car je sais bien qu’il a raison. Moi, en tous cas, je ne suis pas innocent mais je ne sais pas du tout où Bella en est ! Et puis, si ça se trouve, elle ne reviendra pas …

- En admettant que ça soit un hasard ! Continue Paul en se ressayant sur son promontoire, Billy a raison sur une chose : ce type n’est pas clair !
- Ouais …mais tu veux que je fasse quoi ? Que je prévienne Bella ? Elle va croire que j’essaie de le discréditer à ses yeux et là, c’est sûr, je ne la reverrais plus !
- Bah…arrête de t’inquiéter pour ça ! Rétorque Paul dans un sourire. Dès qu’elle peut, elle sera là, crois-moi et comme vous aimez jouer à « nous sommes seulement des amis ! », elle fera comme si de rien était !

Au fond de moi, même si la réflexion de Paul me chiffonne un peu car elle est juste, j’espère qu’il a raison ! Qu’elle reviendra comme avant …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 25 Mai - 17:33

* Dés le début on voit bien que Bella est ancrée à Jacob.

* Moi, avec ma gaucherie, j’aurai déjà fait tinter les tasses ou claquer une porte d’armoire.
J'imagine Rolling Eyes

* - Tu es ma chance…tu es ma petite « mascotte écureuil »
Ah pas mal celle-là ! Very Happy

* - Oh…Paul m’a parlé d’une flèche bloquée dans la roche, c’est vrai ?
Je te retourne la question ?

* Anoki, le loup gris [...] Patamon, que j’ai soigné
C'est du language Quileute ou des mots indiens de certaines tribus ?

* tu me portes chance ! Merci…


* Le visage grave, Jacob semble soudain réfléchir sans quitter des yeux la louve puis il sourit à nouveau et répond :
- Bella …

Quand je lis le début de ta phrase j'avais un doute lol ça m'étonne pas ! Razz

* - C’est le seul prénom que j’avais à l’esprit quand je l’ai rencontrée. Et c’est le seul que je n’aurai jamais…
Oh punaise !

* J’espère même qu’elle prendra ça pour un caprice d’ado…et qu’elle reviendra près de moi, en amie, comme jusque maintenant.[...] Je suis vraiment un imbécile ! Si avec ça elle revient, je pourrais m’estimer heureux !
Jacob m'amuse trop là, la réaction qu'il a !

* Je vais finir par croire mon père, que Paul a vraiment une mauvaise influence sur moi ! Je croise les bras et le fixe en disant :
- Il est sorti…c’est à quel sujet ?
Rolling Eyes

* - Nom d’un chien ! Tu t’es pris un fossé ou quoi ?
Oh mon dieu, mais c'est pas un loup qu'il s'est pris ? Shocked Surprised

*Perte de contrôle ? Bonne femme qui ne sait pas conduire ?
- Gibier…, répond-il sur un ton sans appel.

J'adore les suppositions de Jacob mais le mec ils s'est pris quoi bon sang ?

* - Evidemment idiot ! C’est Edward Cullen !
Ah bah mince j'avais pas cru que c'était lui lol

* - S’il est vraiment là pour sa voiture et qu’il ne te connaît pas, que c’est juste un hasard, alors ton amie a du souci à se faire car le fils Cullen lui cache des choses et pas des moindres ! Dans leur famille, ça ne se fait pas du tout de faire réparer sa voiture au noir, à la Réserve d’autant plus !!! Il n’est pas ici pour rien en tous cas !
Oh là ! Bonjour l'embrouille ...

* - Bordel mais Jake ! Vous avez fait quoi pendant tout ce temps ???
MDR

* - ça s'est mal passé ?!!! Répète Paul, au bord de l’explosion. Evidemment que ça s'est mal passé !!!
Je sais pas pourquoi mais je vois trop Paul et là ça m'a fait rire !

* Dès qu’elle peut, elle sera là, crois-moi et comme vous aimez jouer à « nous sommes seulement des amis ! », elle fera comme si de rien était !
ah merci Paul pour tes bonnes paroles Smile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
angechance
Départ de Phoenix
Départ de Phoenix


Féminin
Nombre de messages : 9
Age : 25
Date d'inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 25 Mai - 18:32

salut bon sang je sens que je vais commençer à me ronger les ongles avec les mystères qui entourent le très et non moindre Edward Cullen
bizzarre bizzarre
en tous cas j'aime la relation de Bella et Jacob comme dit Paul ils sont les les seuls à croire qu'ils sont innocents et je l'adore lui
j'ai trouvé ça super beau pour les loups et triste en même temps car ils ne sont pas si libres et leurs noms ?? ce sont de vrais noms amérindiens ??
j'adddddddddorre je suis fan
superbe suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob


Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 25 Mai - 19:30

magnifique suite
j ai adore le passage des loups
elle est tres sympa la conversation entre paul et jacob sauf bemol pauvre leath
elle va souffrir de l'avoir fait de cette facon avec une personne s'en sentiments
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 25 Mai - 19:34

alors je répondrais à vos comms en détails plus tard mais pour la question sur les prénoms des loups, oui, ce sont de vrais prénoms amérindiens Very Happy

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tymologie_des_pr%C3%A9noms_nord-am%C3%A9rindiens#Exemples_de_pr.C3.A9noms_li.C3.A9s_aux_qualit.C3.A9s_des_personnes

Et pour ta question Vanille, non la Flèche d'argent est complètement inventée Wink

Merci !!!

appaloosa a écrit:

elle va souffrir de l'avoir fait de cette facon avec une personne s'en sentiments

Merci appaloosa. Oui, dans cette histoire, j'aborde des sujets qui touchent particulièrement les ados comme la première fois et d'autres sujets que vous verrez par la suite. J'y tenais beaucoup car je suis maman de deux garçons et je compte bien leur faire passer le message quand ils seront ados ! On peut s'amuser, profiter mais il faut faire gaffe. Et pour les filles, la première fois est un sujet très sensible qui peut bouleverser une femme à vie Crying or Very sad ce n'est heureusement pas mon cas mais j'ai des personnes proches qui ont fait comme Leah et qui l'ont regretté toute leur vie.
Comme tu dis, il faut le faire avec un minimum de sentiments !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 26 Mai - 9:46

j'adore le passage avec les loups c'est trop beau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sinsé
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Jeu 27 Mai - 8:36

Magnifique suite!
J'ai adoré le passage avec les loups et la révélation de Jacob concernant Bella. Le pauvre, il se sent mal après...
Par contre, j'en peux plus, je veux savoir ce que fabrique Edward! Il est trop louche et ça m'énerve! ^^
Plus qu'à attendre pour savoir! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 29 Mai - 3:40

Vanille41 a écrit:


* Le visage grave, Jacob semble soudain réfléchir sans quitter des yeux la louve puis il sourit à nouveau et répond :

- Bella …

Quand je lis le début de ta phrase j'avais un doute lol ça m'étonne pas !

[…]

* - C’est le seul prénom que j’avais à l’esprit quand je l’ai rencontrée. Et c’est le seul que je n’aurai jamais…

Oh punaise !

Alors j’avais quand même laissé deux indices avant Wink

Je me cite :
Chap 17, Mais tout a une fin …
"Mais, seule la mère est apparue et pendant que je la regarde, je suis en train de me dire qu’elle ne vient que lorsque Bella est avec moi…cette idée me fait sourire étant donné leur point en commun "

Et plus loin dans le chapitre, Bella :
"- Tu lui as donné un nom ? Demande-t-elle en me regardant.
Je déglutis, réfléchis deux secondes puis réponds, malgré moi :
- Non…
Bella semble un peu déçue mais n’insiste pas. Je ferme deux secondes les yeux, maudissant ma stupidité. "

Chap 22, Pire que mon père, Paul
"- Depuis mes treize ans…, marmonne-je.
- Depuis tes…ok ! Soupire-t-il, dépité. Bella… Je comprends mieux maintenant ! Pourquoi tu ne m’en as jamais parlé ? "

Dans les deux cas, personne ne s'est demandé de quoi je parlais loool mais bon, je comprends que ça puisse passer inaperçu Wink

Vanille41 a écrit:


* - Evidemment idiot ! C’est Edward Cullen !

Ah bah mince j'avais pas cru que c'était lui lol

Loool Etonnée que tu ne l’ais pas vu venir


angechance a écrit:


salut bon sang je sens que je vais commençer à me ronger les ongles avec les mystères qui entourent le très et non moindre Edward Cullen

Et tu n’as pas fini lol gardes-en !

angechance a écrit:


en tous cas j'aime la relation de Bella et Jacob comme dit Paul ils sont les les seuls à croire qu'ils sont innocents et je l'adore lui

Merci Very Happy je suis contente que tu l’apprécies car je tiens beaucoup à ce personnage

bella55 a écrit:


j'adore le passage avec les loups c'est trop beau

Merci, c’est un passage que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire car on les attendait ces p’tits loups !!!

sinsé a écrit:


Par contre, j'en peux plus, je veux savoir ce que fabrique Edward! Il est trop louche et ça m'énerve! ^^

Plus qu'à attendre pour savoir!

LOOL Coool sinsé…ça va aller Wink

Voici la suite :

* * * *

27 – Je ne me suis pas brûlé, je suis grillé.

Et Paul avait raison, Bella était revenue ! Je l’avais regardée franchement lorsqu’elle était en train de descendre de sa voiture, histoire de voir si elle était gênée vis à vis de moi, mais non…elle m’avait rendu un regard tout aussi franc et j’y avais lu le message suivant : « On oublie ! ». En s’approchant dans un petit sourire, elle m’avait lancé :

- On va à la pêche ?

C’est vrai que le temps s’y prêtait mais vu l’heure, je savais déjà qu’on ne choperait rien. Pourtant, j’avais accepté, prêt à tout pour passer le maximum de temps seul avec elle et là, pendant qu’elle essaie de lancer son fil à une certaine distance, je ne peux m’empêcher de sourire face à sa maladresse.

- Un petit coup de poignet Bella ! Sec au départ…
- Oui, murmure-t-elle, un peu embêtée.

Je ris doucement mais regarde ailleurs, histoire qu’elle ne se sente pas observée. Elle a vraiment une allure terrible avec son jeans relevé et son débardeur. Je constate que c’est la première fois que je la vois les cheveux attachés et que comme ça, elle semble vraiment décontractée. Si son gars la voyait, il ne la reconnaitrait pas. Je l’entends rire et vois qu’elle a emmêlé son fil. J’avance donc vers elle doucement car le courant est quand même assez fort à cet endroit. Une fois que je suis près d’elle, je lui donne mon fouet pour prendre le sien et démêler sa ligne.

- Ah le carnage ! Dis-je en riant, constatant les dégâts.
- Je suis désolée, murmure-t-elle un peu rouge.

Je lui lance un petit regard amusé tout en tenant le fil entre mes dents pour avoir une meilleure prise. Bella m’observe de tout près, les sourcils froncés et je finis par rire de la tête qu’elle fait.

- Quoi ? Demande-t-elle.
- Rien…tu prends ça très au sérieux !
- J’aimerai vraiment savoir pêcher ! Assure-t-elle dans une petite moue adorable.

Je sens que cette fois, c’est moi qu’elle observe et je lui jette un regard. Alors elle me demande sans détour :

- Leah et toi, c’est fini ?
- Eh bien…oui, je crois.
- C’est à cause de Paul ! Affirme-t-elle sur un ton légèrement agressif.
- Non…Paul n’y est pour rien.

Elle fronce à nouveau les sourcils, surprise et intriguée.

- Mais…mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? Je croyais que vous vous entendiez bien ?
- Oui…nous sommes même fiancés depuis la naissance ! Dis-je en rigolant.

Mais je la vois blanchir et regrette aussitôt ma remarque stupide.

- Ouais, tu sais…enfin, je vais t’expliquer, ajoute-je en soupirant, me maudissant vraiment.

Elle hoche la tête, le visage grave. Je lui raconte donc notre vieille tradition indienne sur les enfants promis l’un à l’autre par les parents puis conclue en voyant qu’elle est de plus en plus pâle.

- Eh, on n’est pas au moyen âge hein ! On a encore le droit de faire ce qu’on veut.
- Mais donc, vous êtes toujours ensemble et pour toujours ? Demande-t-elle.
- Mais non ! Dis-je en riant, histoire de détendre l’atmosphère. Leah aime Sam de toute façon.
- Sam ? Mais elle était avec toi et elle est partie avec Paul…
- Ouais, Leah est très instable.
- Mais et toi dans tout ça ? Demande-t-elle, tristement.
- Moi ? Et bien…c’est moi qui aie rompu donc je vais bien.
- Quand ? Murmure-t-elle, toujours aussi tendue.
- Ça fait un moment déjà…l’autre soir, sur la plage, elle avait le droit de partir avec lui si c’est ce que tu veux savoir !

Elle remarque tout de suite mon changement de ton car je n’ai pas réussi à dissimuler ma colère contre Leah dans cette remarque et je me sens donc obligé de préciser :

- Leah a joué un peu à la mauvaise fille ce soir là…je suis assez furax contre elle.
- Ça se sent oui…, confirme Bella, inquiète. Et je l’ai trouvée très provocante et limite …

Elle ne finit pas sa phrase mais nous pensons tous les deux à la même chose alors je réponds en soupirant :

- Oui je sais…et elle l’a payée, crois-moi. Seulement maintenant, elle n’a plus que ses yeux pour pleurer !
- Quoi ?

Je soupire, me disant que je ne dois peut-être pas aborder ce sujet mais qu’après tout, j’aurai bien besoin d’un avis féminin sur ce coup-là. Je lui explique donc à demi-mots et un peu maladroitement ce qu’il s’est passé avec Paul et elle réfléchit un instant avant de répondre :

- C’est drôle, elle a l’air si sure d’elle et pourtant, derrière cette façade se cache une fille très malheureuse.
- Tu crois ?
- Mais elle s’est brûlée les ailes…, ajoute-t-elle, le regard un peu perdu.

Je comprends alors qu’on ne parle plus de Leah là et n’ose plus ajouter quoique ce soit, espérant qu’elle se confie plus. Mais à mon grand regret, elle se rend compte aussi qu’elle a bifurqué et continue :

- Tu devrais quand même lui parler, histoire de voir comment elle se sent depuis ça…elle a besoin d’un ami car vous l’êtes je crois ?
- Elle s’est mal comportée avec Paul et lui est plus mon ami qu’elle. Leah ne m’a jamais vraiment comprise, lui si…il a toujours été là, tout comme Sam. Et aujourd’hui, elle a peut-être eu mal, elle regrette peut-être son attitude, elle est peut-être malheureuse mais Paul, il se sent très mal !
- Ah oui ? S’étonne-t-elle.
- Je sais que tu ne l’apprécies pas et je comprends car il t’a plutôt mal accueillie mais c’est un type bien derrière son côté bourru, provocant et agressif.
- Oui…je vais peut-être devoir passer derrière tout ça pour apprendre à le connaître, affirme-t-elle en riant à demi. Mais je sais que c’est ton ami et rien que pour ça, je l’apprécie déjà. Tu sais ce qu’on dit ? Demande-t-elle sur un ton très léger.
- Les amis de mes amis sont mes amis ! Déclarons-nous en riant.

Je finis donc par la laisser continuer à pêcher. Parfois, nous nous lançons des regards amusés et je parviens même à prendre un saumon, à ma grande surprise car il est déjà presque midi et le soleil est bien haut dans le ciel. A cette heure-là, les poissons préfèrent se rafraichir dans le fond plutôt que de venir se promener à la surface.
Malgré ça, je continue à pêcher, sentant que Bella apprécie beaucoup ce moment et qu’elle ne semble pas avoir envie d’arrêter. Quand soudain, je l’entends crier et vois son fil tendu.

- Relève doucement ! Lui conseille-je de loin.
- Oui…ah lala ! Je ne vais pas y arriver !
- Mais si…

Cependant, je la vois se débattre et avoir du mal à tenir sa canne. J’hésite mais c’est trop tard. Je la vois basculer et lâcher prise, pendant que sa tête disparaît une seconde sous l’eau et qu’elle remonte aussitôt, complètement déboussolée.

- Attends, j’arrive ! Lui crie-je.

J’avance rapidement vers elle et la rattrape par le bras avant qu’elle ne bascule encore, les cheveux mouillés plein le visage. Elle s’écrie alors :

- Ah bon sang, tu vas finir par croire que je le fais exprès !
- Oui ..., confirme-je en rigolant.
- Ah bon sang…, répète-t-elle en reprenant sa respiration.
- Oui, tu n’es vraiment pas douée…
- Et la ligne ? S’inquiète-t-elle.

Je vois le fouet être emporté par le courant et répond :

- Je vais la chercher…vas te sécher !

Je l’aide à revenir vers le bord, pose ma canne et retourne à l’eau pour nager jusqu’au fouet que je vois bloqué par une branche. Puis, je reviens sur la berge où Bella m’attend, assise sur l’herbe en tordant son jeans comme elle peut. Je m’assois à ses côtés et elle s’écrie :

- Oh mais te voilà trempé aussi !
- Pas grave…
- Je suis vraiment stupide ! Insiste-t-elle.
- Mais non ! ça m’est déjà arrivé, t’inquiète !

C’est faux mais elle a l’air tellement catastrophé. Je sens qu’elle m’observe et tourne la tête vers elle. Elle rougit, comme prise sur le fait et je me demande pourquoi. Elle comprend que je m’interroge sur son attitude et me dit doucement :

- Ils sont magnifiques tes cheveux.
- Merci…

Je la fixe, me demandant pourquoi elle semble soudain si mal à l’aise et elle finit par dire :

- Quoi ?
- Tu me fais beaucoup de compliments ! Affirme-je, en pensant à la fois où elle m’avait sorti qu’elle me trouvait beau.
- Je dis ce que je pense …, murmure-t-elle, un peu gênée.
- Ouais mais quand même ! Je vais finir par croire que tu m’aimes bien…

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai une soudaine envie de la provoquer, histoire de voir si Paul a raison ou pas. Elle semble réfléchir puis répond sur un ton léger :

- Mais je t’aime bien, comme un ami !
- Hum…

Sa réponse m’embête et elle le voit tout de suite. Mais j’ai envie d’aller jusqu’au bout ! Oui, nous sommes amis mais la remarque de Paul m’a fait réfléchir : nous sommes peut-être amis mais je ne suis pas sincère avec elle. Il faut arrêter de jouer la comédie et surtout de se voiler la face ! Je suis son ami mais j’ai autre chose en tête et j’ai soudain envie qu’elle le sache. Et puis, elle a parfois des réactions qui m’encouragent à aller plus loin.

- Quoi ? Demande-t-elle, voyant ma mine renfrognée.
- C’est parce que je suis plus jeune que toi que tu ne t’intéresses pas à moi ?

Elle sait que je lui rappelle sa réflexion faite au restaurant et qui m’avait choqué. Mais j’ai vraiment envie de savoir. Je la vois déglutir et elle me répond, la voix un peu rauque :

- Tu sais que je suis avec Edward.
- Ça ne répond pas à ma question !
- Tu es jeune oui, deux ans de moins que moi…, murmure-t-elle, embêtée.
- Tu parles ! M’écris-je. À tes cinquante ans, j’en aurais quarante huit ! Voilà la différence tiens !
- Oui vu comme ça …, marmonne-t-elle en baissant la tête.
- Mais c’est la réalité Bella ! Mon âge n’est qu’une excuse !

Je me rends compte que je suis peut-être en train de tout gâcher mais elle ne s’est pas encore sauvée, c’est donc que notre conversation l’intéresse autant que moi.

- Non, je le pense que tu es jeune, affirme-t-elle au bout d’une minute. Tu n’es même pas majeur ! Je suis responsable de toi là ! Rigole-t-elle à demi.
- N’importe quoi…tu ne fais que des conneries que je rattrape. Sans moi, tu te serais déjà brisée la nuque, cassée une jambe et tu te serais même noyée !!!!
- Oui, heureusement que tu es là…, confirme-t-elle plus sérieusement.

Je la dévisage, elle ne baisse pas les yeux, consciente comme moi que quelque chose vient de basculer entre nous mais j’en ai assez qu’elle ne sache pas ou qu’elle fasse semblant de ne pas savoir. Après tout, j’avais déjà lancé un premier pavé près des louveteaux, autant aller jusqu’au bout ! Si Paul avait vu juste, elle reviendrait !

- Tu n’as toujours pas répondu à ma question, lui rappelle-je en souriant.

Elle ne sourit pas, blanchit à nouveau et finit par murmurer :

- Si…

Pas convaincu, j’insiste :

- Bon alors, je reformule : pourquoi tu ne t’intéresses pas à moi ?

Elle ne répond pas alors je lui demande en riant nerveusement :

- Tu bloques ?
- Non, je ne veux pas te blesser…, répond-elle d’une voix blanche, comme si elle vivait un drame.
- T’inquiètes, ça c’est mon problème ! Rétorque-je, comprenant que j’allais avoir ma réponse et qu’elle n’allait pas être celle que j’attends.

Mais tant pis pour moi, je l’ai cherché, maintenant, je suis fixé ! Je sens cette douleur dans ma poitrine qui me tord et me compresse à la fois. Je l’entends alors me dire :

- Parce que je suis avec Edward….et que je suis fiancée. Je ne suis pas libre Jacob, je n’ai pas à m’intéresser à toi.
- Je ne vois pas de sentiments dans ta phrase, riposte-je froidement.
- Et que j’aime Edward, infiniment, ajoute-t-elle.
- Très bien, si tu le penses…oublie ce que j’ai dit ! Réplique-je hargneusement.
- Jacob…

Je me relève et la laisse par terre pour ranger mes affaires. Je la sens derrière moi qui me regarde faire et de là, je sens quand même une profonde tristesse. Tout comme moi, elle doit penser que quelque chose entre nous vient de se briser. Pourtant, je reste optimiste car je sais que je ferais tout pour la « récupérer » même en amie s’il lui prenait l’envie de prendre ses distances. La douleur me compresse toujours le cœur mais je me dis que c’est comme ça ! Je le sais depuis le début de toute façon que ça va faire mal alors …va falloir que je m’y fasse !

En silence, nous retournons à la voiture et je me dis que nous ne sommes même pas encore secs. Mais voilà, j’ai tout gâché et elle comme moi avons envie de partir maintenant. Je commence quand même à douter mais comme la dernière fois, me dis que voilà, c’est fait et que l’avenir me dira si j’ai eu raison ou pas de lui dire où moi j’en suis.

28 – Pire qu’un cauchemar

Calmé, je gare la voiture dans le garage et Bella en descend. Je remarque alors sa tête surprise mélangé à quelque chose d’autre d’indéfinissable lorsqu’elle voit la voiture sur calles que Paul et moi avons oublié de recouvrir.

- Qu’est-ce que tu fais avec cette voiture ? Demande-t-elle d’une voix blanche.
- Hein ? Ah …Euh…

Je me crispe, sachant que cette fois, je suis grillé pour de bon.

- C’est la voiture de …Esmée, affirme-t-elle sans vraiment y croire.
- Esmée ? M’étonne-je.
- La mère d’Edward, m’explique-t-elle en plantant un regard noir sur moi.
- Ah …
- Je me répète : qu’est-ce que tu fais avec cette voiture dans ton garage ?

Son ton est froid, cassant, menaçant. J’ai l’impression de voir une autre Bella face à moi, une Bella en colère.

- Et bien…on me l’a apportée, avoue-je, sachant que ça ne sert à rien de lui mentir.
- On ?
- Un type oui…
- Quel genre de type ? Insiste-t-elle, les lèvres pincées.
- Bella…
- Dis-moi s’il te plait…, demande-t-elle en tentant de contrôler sa voix.
- Ok ! Je ne le connais pas donc je ne l’ai pas reconnu mais…mon père si.

Elle commence à trépigner, se passe la main dans les cheveux avec des doigts tremblants et j’ajoute doucement :

- Et c’était Edward Cullen…

Elle le savait déjà mais pourtant, sa réaction est comme si elle n’y avait pas cru tant que je n’avais pas prononcé son nom. Elle est toute tendue, je vois sa poitrine se soulever rapidement.

- Edward ? Tu connais Edward ? Demande-t-elle en arquant un sourcil, le visage grave.
- Non, je viens de te le dire !
- Mais maintenant si ! Tu…tu vas traiter avec lui ! Bégaie-t-elle, au bord de l’explosion.
- Juste pour cette voiture…oui, confirme-je à voix basse, comme un gosse pris sur le fait de sa bêtise.

Elle fait maintenant les cents pas devant la BMW, la regarde encore comme si elle n’y croit pas de la voir là puis se retourne brusquement en disant :

- Mais, il y a quelque chose que je ne comprends pas ? Pourquoi toi ? Pourquoi ici ?
- Et bien…c’est une adresse ici…de bouche à oreille tu vois ? Marmonne-je.
- Non…

Soit elle fait semblant de ne pas comprendre, soit elle veut me pousser à dire clairement les choses mais l’un dans l’autre, elle semble tellement fâchée que je continue, sur ce même ton embêté :

- Certaines personnes de Forks savent qu’ici, on peut réparer les voitures …moins cher et dans la discrétion si besoin. Et apparemment, ton copain le sait aussi ! ajoute-je, plus piquant.
- Edward n’a pas besoin de faire des économies ! S’écrie-t-elle.
- Alors c’est pour la discrétion… qu’il est venu.
- Qu’est-ce que tu essaies de me dire Jacob ?

Elle se rapproche et son regard noir me fait baisser les yeux. C’est la première fois que je la vois comme ça mais je n’aime pas ça. Depuis tout à l’heure, je sens vraiment un virage dans notre relation, comme un gros nuage qui vient de se placer entre nous et j’ai peur de ce qui va suivre. Je pèse mes mots puis réponds :

- Rien, seulement que Edward n’est pas venu ici pour le travail au noir.
- Tu travailles dans l’illégalité ! Me lance-t-elle à la figure.
- Eh tout le monde n’a pas la chance de naître riche Bella ou de disposer d’argent en claquant des doigts ! Riposte-je, soudain énervé par son attitude.

Elle devient pâle et répond d’une voix sourde :

- Je ne profite pas de la fortune des Cullen…
- Je n’ai jamais rien dit de tel ! M’écris-je.
- Mais je sais que tu le penses !
- Non !

J’ai crié et je le regrette aussitôt mais elle est en train de me conduire dans un endroit noir que je déteste et elle continue :

- En tous cas, beaucoup ici le pense !
- Je ne fais pas parti de ces gens-là !

Elle doit remarquer que je suis très affecté par ses remarques car je la vois baisser les yeux, aussi ennuyée que moi de cette altercation. Je m’approche alors mais n’ose pas poser mes mains sur elle. Pourtant, j’aimerai qu’elle se calme et pour ça, je voudrais la prendre dans mes bras. Alors je murmure :

- Bella, s’il te plait…pourquoi te mets-tu en colère ?
- Je ne veux pas qu’Edward et toi vous fréquentiez ! S’écrie-t-elle.

Mon cœur s’accélère car je vois derrière ce reproche une petite lueur d’espoir qui avait disparue depuis quelques heures.

- On ne se fréquente pas, il a fait appel à mes services, c’est tout.
- Comment te connaît-il ? Demande-t-elle, les yeux plissés, suspicieuse.
- Je te l’ai dit…et il m’a parlé d’amis de fac…il n’avait pas l’air de me connaître personnellement, explique-je. Il a demandé mon père au départ. On me protège ici…il ne faut pas que mon nom circule, je suis mineur.

Elle lève les yeux au ciel, n’admettant pas que je puisse être de « ceux-là », de ceux qui risquent tous les jours de se faire prendre à ne pas respecter la loi. En l’observant, je me dis alors que ce qui l’ennuie aussi est peut-être autre chose et je lui dis doucement :

- Edward ne venait pas contrôler ce que tu faisais ici, si c’est ce que tu crois …

Surprise, elle lève les yeux vers moi et je vois à son expression de « prise sur le fait » que j’ai vu juste ! Elle est en colère car elle pense qu’il l’a surveille, qu’il la suivit ! Et là…ma lueur d’espoir grandit.

- Qu’est-ce qu’elle a eu cette voiture ? Marmonne-t-elle en retournant près de la BMW.
- Sortie de route. Un fossé d’après les marques, explique-je.
- Donc rien de répréhensible ! S’écrie-t-elle à nouveau.
- A priori non…
- Alors pourquoi l’a-t-il amenée ici discrètement ?
- Je ne sais pas Bella …

Ma réponse l’agace et je la sens frustrée. Son esprit a l’air de bouillir et si mes suppositions sont justes, j’imagine son angoisse. Elle fait encore les cents pas puis revient vers moi en disant :

- Mais tu es habitué à ce genre de situations ! Les types qui te ramènent leur voiture pour ta discrétion ont toujours une raison valable ! Alors dis-moi ! Tu as bien une idée non ? S’énerve-t-elle, réellement à bout de nerfs. Pourquoi ne l’a-t-il pas emmenée dans un garage ?

Je soupire, sachant qu’elle m’amène là où je ne veux pas : discréditer Edward. Mais elle attend et a confiance en moi. Je ne veux pas lui mentir et honteusement, je sais aussi qu’en lui mettant le doute, elle va peut-être se rapprocher plus de moi. Je lui fais donc part de mes suppositions :

- Il y a plusieurs raisons possibles …il ne veut pas que sa mère sache qu’il a eu un accident : un garage aurait fait une facture, aurait gardé la voiture longtemps… moi je lui rends ce soir. Je l’ai faite en deux jours...Avec Paul, on a bossé aussi la nuit. Edward ne m’a pas donné son nom…en gros, je lui ai réparé et on ne se connaît pas : pas de facture, pas de discussion.
- Mais Billy l’a reconnu ! Insiste-t-elle.
- Ouais ça je pense qu’il ne s’y attendait pas mais ça ne change rien, affirme-je. Il va payer et nous n’avons aucune preuve contre lui !

Bella tourne la tête vers la voiture, l’observe avec un pli amer sur ses lèvres. Je comprends que pour elle, quelque chose vient encore de basculer et je continue, histoire d’aller encore une fois jusqu’au bout :

- Il y a aussi peut-être d’autres raisons …
- Lesquelles ? Demande-t-elle en tournant la tête vers moi.

Je vois un éclat dans son regard et constate avec tristesse qu’elle croit encore que je vais donner une explication plausible à cette histoire. Mais, ce n’est pas le cas et ce que je m’apprête à lui dire est pire. Pourtant, après avoir pris une profonde inspiration, je m’entends lui annoncer :

- Quand on subit un accident, on doit contacter l’assurance, voir faire une déclaration…je pense que ce n’était pas lui qui conduisait, ni sa mère ….il ne pouvait peut-être pas justifier l’accident à sa famille car les heures n’auraient pas correspondues, ni le lieu …, finis-je d’expliquer dans un murmure.

Bella se rapproche et plante son beau regard dans le mien, cherchant encore une faible issue. Puis elle demande :

- C’est le sentiment que tu as ?
- Oui mon instinct me souffle ça en effet.

Nous nous dévisageons une minute puis je la vois filer vers sa voiture et revenir au bout de quelques secondes avec son portable ouvert. Je comprends trop tard ce qu’elle fait lorsque je vois un flash jaillir de l’appareil et m’écrie :

- Bella, qu’est-ce que tu fais ???
- Je prends juste une preuve…au cas où…, déclare-t-elle froidement.
- Non c’est hors de question !!!

Surprise, elle tourne la tête vers moi et demande, le visage grave :

- Tu es de quel côté Jacob ?
- Dans ce cas-là, du mien ! Je refuse même l’idée que cette photo existe ! En faisant ça, tu risques de me toucher moi !

A ma tête, elle doit alors comprendre qu’elle n’avait pas tout saisi et marmonne, gênée :

- Je voulais une preuve…un moyen de pression…

J’hallucine ! Comprenant alors tout ce qu’il lui avait traversé l’esprit depuis qu’elle a vu cette voiture. Je soupire et lui lance tristement :

- Bella, bon sang ! Mais c’est à ce point là ?

Ma remarque la bouleverse, balayant tout ce qu’elle m’a dit sur la berge, je le vois à la façon dont elle gigote en rangeant le téléphone dans sa poche puis en se passant la main dans les cheveux, nerveuse.

- Non, tu as raison … je pense que je vais rentrer, déclare-t-elle.

J’ai l’impression que mon sang quitte mon corps.

- Oh non Bella ! Reste, je t’en prie …
- Non, tu as encore du travail et je ne voudrais pas te retarder…
- Bella, je ne veux pas qu’on se dispute, je ne veux pas que tu partes !

Je me sens au bord de craquer là, avec l’impression de vivre un cauchemar. Pourtant, elle vient près de moi et me répond vivement, les larmes aux yeux :

- Mais tu ne comprends pas Jacob ! Je refuse que mes deux univers se rencontrent ! Je refuse que vos routes se croisent ! Je refuse même l’idée qu’il te parle !

Elle est en train de m’avouer ouvertement qu’elle veut me garder secret, qu’elle ment à Edward pour me voir et je sens alors mon cœur s’accélérer à fond. Je suis pourtant déchiré à l’idée qu’elle parte déjà et propose d’une petite voix :

- Je peux travailler et tu restes près de moi…
- Non…il va venir. Il ne doit pas me trouver là …si tu penses vraiment qu’il ne te connaît pas.

Nous comprenons tous les deux dans cette phrase « qu’il ne sait pas que je suis celui qu’elle voit en cachette ».

- Il ne me connaît pas, j’en suis sûr, affirme-je.

Elle hoche la tête en se mordant les lèvres et là, je ne me retiens plus. Je la prends contre moi, la serre avec force et lui chuchote à l’oreille :

- Reviens vite, s’il te plait…ne me laisse pas.
- Je t’appelle ce soir.

Puis, je sens ses lèvres se presser sur mon cou et je la serre plus fort en enfouissant mon visage dans ses cheveux, respirant son doux parfum à plein poumon et profitant de mes derniers instants dans ses bras. Je lui rends son baiser dans le cou, avec une furieuse envie d’aller plus loin mais elle se dégage, tremblante et les yeux brillants. Je me recule donc pour mettre une distance mais je vois que nous nous tenons les mains, sans même y réfléchir. Je souris en les regardant et elle voit pourquoi. Alors elle me les serre et me lâche dans une caresse avant de me laisser pour rejoindre sa voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 29 Mai - 17:53

* - Ah bon sang, tu vas finir par croire que je le fais exprès !
- Oui ..., confirme-je en rigolant.

Razz

* - Mais non ! ça m’est déjà arrivé, t’inquiète !
C’est faux mais elle a l’air tellement catastrophé.

C'est trop gentil de sa part. Smile

* - Tu me fais beaucoup de compliments ! Affirme-je, en pensant à la fois où elle m’avait sorti qu’elle me trouvait beau.


* - Ouais mais quand même ! Je vais finir par croire que tu m’aimes bien…
Je ne sais pas pourquoi mais j’ai une soudaine envie de la provoquer, histoire de voir si Paul a raison ou pas.

Ah la suite la suite !

* - C’est parce que je suis plus jeune que toi que tu ne t’intéresses pas à moi ?
Ah nous y voilà encore avec cette histoire d'âge !

* - Non, je le pense que tu es jeune, affirme-t-elle au bout d’une minute. Tu n’es même pas majeur ! Je suis responsable de toi là ! Rigole-t-elle à demi.
- N’importe quoi…

Ca me rappelle beaucoup le moment du film où Jacob apprend que Bella lui donne un âge plus jeune et qu'il sort : "Sans blague". Very Happy J'aime beaucoup ce moment.

* - Parce que je suis avec Edward….et que je suis fiancée. Je ne suis pas libre Jacob, je n’ai pas à m’intéresser à toi.
Et pourtant ... siffle Je la vois très triste là Bella, je me trompe ?

* Elle fait maintenant les cents pas devant la BMW, la regarde encore comme si elle n’y croit pas de la voir
Elle panique grave là Bella ! scratch

* - Eh tout le monde n’a pas la chance de naître riche Bella ou de disposer d’argent en claquant des doigts ! Riposte-je, soudain énervé par son attitude.
Bien dit ! Mais là Bella pourquoi elle s'emballe autant ? Qu'est-ce que ça peut faire qu'Edward vienne là ? Mais l'accident ? Je me demande si il n'y a pas un truc de louche et c'est pour ça qu'il vient réparer la voiture ici ... scratch (je suis en train de me faire un film si ça se trouve Razz ).

* - Bella, qu’est-ce que tu fais ???
- Je prends juste une preuve…au cas où…, déclare-t-elle froidement.
- Non c’est hors de question !!!

Surprised Bella mène son enquête lol trop marrant !

* Puis, je sens ses lèvres se presser sur mon cou et je la serre plus fort en enfouissant mon visage dans ses cheveux, respirant son doux parfum à plein poumon et profitant de mes derniers instants dans ses bras. Je lui rends son baiser dans le cou, avec une furieuse envie d’aller plus loin mais elle se dégage, tremblante et les yeux brillants. Je me recule donc pour mettre une distance mais je vois que nous nous tenons les mains, sans même y réfléchir. Je souris en les regardant et elle voit pourquoi. Alors elle me les serre et me lâche dans une caresse
Moment très ... j'ai adoré ce passage. J'ai ressenti un moment très fort entre eux.

(*Et bien, quand Bella reconnaît la voiture : on sent tout de suite la tension qui s'y dégage. Et le fait qu'elle s'emporte avec Jacob, on se sent bien dans l'ambiance. Moment délicat. - Bravo ! C'est un passage un peu moins ensoleillé (lol) mais y'a de l'intrigue dans l'air !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 29 Mai - 19:36

j'attend la suite avec patience et envie de savoir le mystére d' édward
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob


Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 29 Mai - 20:14

ils sont une relation tres emouvante pourvu que edwards ne viennent pas tout gache
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 29 Mai - 22:55

Salut!!!
J'avais adoré tes 2 fic précédentes et celle ci est génial aussi!!!! Je trouve que c'est vraiment prenant et en bonne membre de la team Jacob, j'adore la manière dont tu développe ce personnage. L'accent sur le coté humain et tout et tou!Je suis trop impatiente de connaitre la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 31
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 31 Mai - 21:41

Ahhhhhhhh!! Sacrée Leah qui embrasse Jacob au moment où Bella arrive!! La teigne!! lol!! Je l'adore!! Razz

Qu'est-ce que j'ai adoré la balade en moto de Bella et Jake!! Very Happy Ce fut un rapprochement significatif, là, pour moi!! Et Jacob lui permet tellement de se libérer, elle respire avec lui...

Cool, petit moment de capoeira entre Paul et Jake!!!! Wink Jake qui n'arrive pas à se concentrer et Paul qui lui remonte les bretelles!! lol!! Trop fort!! Very Happy

Franchement, je n'ai pas pu m'empêcher de rire lorsque j'ai lu que Rachel avait insulté Paul de "sale type instable et colérique"!! C'est tellement vrai!!!!!! Razz Et ça lui va tellement bien!! loool!!

"Une soirée d’indiens ! Ils veulent te rôtir sur leur feu de camp…Tu feras attention !" : Tssssssssss... Pauvre type!! lol!!

Quelle ambiance chaleureuse à ce feu de camp!!
Et tu as vraiment abusé d'inclure "Lady d'Arbanville" à cette scène!! lol!! J'ai été littéralement transportée!! J'ai vraiment adoré ce moment, il est tout simplement magique!!!!!!!! Je crois que tout le monde aurait aimé être à la place de Bella!! Wink
Vraiment superbe, c'est mon passage préféré pour le moment!! Very Happy Bravo!!

Et voilà un autre rapprochement Bella/Jake, lorsqu'ils sont dans l'eau, puis avant de dormir!!! Wink

Ohhhhhh les bébés loups!! Very Happy Les voilà enfin!! Ils ont l'air vraiment mignons!! Surtout lorsqu'ils jouent ensemble!!!!! Very Happy

Purée, Edward qui vient "voir" Jacob (même s'il ne vient pas pour lui... Enfin quoique? confu) : je ne l'avais pas vu venir, celle-là!! loool!! Sérieusement, je ne m'étais pas imaginé une seconde qu'il s'agissait d'Edward, jusqu'à ce que Billy dise son nom...
Qu'est-ce qu'il trafique encore?????? scratch

Ah la vache!! confu Quelle horrible relation entre Paul et Leah!!! Leah qui pleure carrément... Paul qui ne sait pas comment agir... Oh purée... confu Je pense que Leah est vraiment mal, psychologiquement...

Jake qui parle franchement à Bella, lorsqu'ils sont à la pêche : au début j'ai été choquée!! lol!! Je me suis dit "Vache, il y va franco dans ses paroles!!"!! lol!! Et puis finalement il a bien fait de jouer franc jeu, au moins il a crevé l'abcès!! Wink Et ce qui dit Bella est très révélateur...

Bon, bin... Rien ne change, j'ai vraiment adoré!! lol!! Super suite!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sinsé
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 28
Date d'inscription : 07/03/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 1 Juin - 7:14

Encore une suite comme je les aime!
Jacob s'est fait du soucis pour rien puisque Bella est revenue à la Push! De plus, elle prend des initiatives puisqu'elle lui propose d'aller à la pêche! (Enfin, elle s'affirme un peu...Il était temps!)
Puis, par la suite, Bella dit à Jacob qu'elle l'aime comme un ami. Elle a intérêt de changer d'avis car là, ça ne me plaît pas! ^^
Enfin, ils rentrent et Bella découvre la voiture d'Esmée! Aïe! Elle n'approuve pas que ses deux univers se rencontrent. Elle n'a qu'à larguer Edward comme ça elle se sentira moins mal!
Vivement la suite! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 2 Juin - 3:34

Alors, ça m'ennuie de ne pas toutes vous répondre personnellement mais soit je vous mets la suite, soit je dois encore attendre car je suis un peu prise depuis quelques jours et là, je dois aller bosser confu

Je vous remercie toutes en tous cas pour vos commentaires que j'adore lire. C'est toujours motivant d'avoir autant de retours quand on écrit Very Happy Merci Celine879 d'avoir lu mes deux précédentes fics et de mettre un petit mot sur celle-ci Very Happy
Merci Alice d'être passée malgré ton emploi du temps plus que chargé !

Voici donc la suite, bonne lecture !

* * * *

29 – Égarée

C’est marrant comme une chose, même la plus infime peut parfois vous faire voir les choses autrement ou les personnes différemment, comme si une lampe éclairait une autre partie de leur visage, sous un autre angle…avec une autre clarté.
C’est comme si quelqu’un vous allumait la lumière au bout d’une longue journée de travail dans une pièce sombre et que soudain, on distingue mieux les lignes du livre qu’on lit. C’est comme si quelqu’un peignait en couleur les yeux d’un modèle en noir et blanc. C’est comme si quelqu’un appuie avec son doigt sur l’endroit où on a le plus mal dans notre corps alors qu’on essaie de le cacher.

Mon père m’a déposé devant la villa des Cullen avant de rejoindre Sue chez elle pour la soirée et en entrant dans cette immense maison vitrée, où toute la lumière possible du soleil peut entrer, je ne peux m’empêcher de frissonner devant tant de froideur. Rien ne vit dans cette demeure… même pas l’amour.
Je referme derrière moi la grande porte en verre avec douceur comme si le bruit allait soudain les faire tous apparaître devant moi alors que je n’ai aucune envie de les voir, tous autant qu’ils sont ! Sauf peut-être la jeune Alice, qui vit dans son monde d’ado et n’a rien à voir avec tout ça.
Toutes ces cachoteries, tous ces faux-semblants…l’image d’Edward et Esmée en train de parler à voix basse dans la salle à manger, puis celle de Carlisle qui me jette un regard pour me mettre à distance de sa conversation avec Edward, toutes ces images (et il y en a qui remonte encore plus loin dans mes souvenirs !) flashent mon esprit avec force depuis que j’ai quitté Jacob.

Sans même réfléchir, je file tout droit vers la porte qui mène au garage et descend les escaliers carrelés sans bruit. Une fois en bas, j’allume les lampes qui éclairent une à une les voitures et constate avec amertume que je n’ai pas rêvé : la BMW d’Esmée manque bien à l’appel ! J’éteins les lampes en claquant l’interrupteur qui plongent aussitôt les véhicules dans le noir et remonte presque en courant jusqu’au hall d’entrée. Mais en fermant la porte qui mène au sous-sol, je tombe nez-à-nez avec Rosalie qui me toise avec suspicion.

- D’où est-ce que tu sors ? Demande-t-elle d’un air mauvais.
- Je…J’avais entendu un bruit en bas. Je pensais qu’Edward rentrait.
- Il vient de partir !

Je ne sais pas pourquoi mais je pense aussitôt qu’il est parti récupérer sa voiture. Je l’imagine alors, face à Jacob et la colère gronde en moi. C’est vraiment une étrange sensation mais elle est si forte que je ne peux l’ignorer. Mon esprit…mon cœur refuse que même les yeux d’Edward se posent sur Jacob ! Qu’il lui parle…qu’il regarde même ce qu’il regarde. Je vois Jacob comme un diamant à l’état brut, quelque chose d’unique, de merveilleux et de trop rare. Mais surtout, je le sais, je suis très possessive avec lui et très égoïste. Je le veux pour moi seule, et maintenant que je sais qu’il n’est plus avec Leah, ce sentiment est décuplé. Au fond de moi, depuis que nous nous sommes quittés, j’ai l’impression qu’il m’appartient entièrement, et ses révélations depuis quelques temps renforcent ce sentiment. Il ne me voit pas comme une amie, il veut plus ! Et encore maintenant, j’ai du mal à y croire. J’avais encore un doute après sa révélation près des bébés loups, je ne sais même pas d’ailleurs si j’ai tout compris mais sa question près de la rivière était claire ! Est-ce qu’il a des sentiments ou est-ce seulement une idée passagère ? En attendant, moi je suis bouleversée et heureuse à la fois. Quand je pense à lui, à ce qu’il m’a dit, j’ai l’impression que les oiseaux chantent. Mais cette découverte dans son garage ternie un peu ma joie. Pourtant, si Edward me cache quelque chose, ça serait peut-être l’occasion de mettre les choses à plat entre nous et que je réfléchisse clairement à ce que je veux. Est-ce que j’ai encore des sentiments pour Edward ? Je pense que oui mais son attitude est plus que contestable. Est-ce que j’ai des sentiments pour Jacob ? Ça, je ne sais pas encore mais ce que je sais, c’est que lorsque j’y pense, je sens un fourmillement dans mon ventre, une telle chaleur m’envahir…ça monte de l’intérieur jusqu’aux joues et je sens que je m’enflamme puis mes jambes deviennent molles et en général, je dois m’asseoir. Et encore pire, lorsqu’il me chuchote des mots à l’oreille…sa voix est si chaude, si…tendre que je ne sens plus mon corps. Alors est-ce que ce sentiment amoureux est passager ? Dû au fait que je me sente délaissée ou est-ce que je ressens vraiment quelque chose pour lui ? En tous cas, j’ai l’impression de ne plus toucher terre depuis quelques temps et j’aimerai vraiment être capable de faire le point. Cependant, cette histoire de voiture obscurcit mon esprit car je sens que je passe à côté de quelque chose d’important, quelque chose de grave que mon côté euphorique du moment m’empêche de discerner correctement. Que me cache Edward ? Ou que cache-t-il à sa famille ? Car je garde quand même l’espoir qu’un jour, il se confiera à moi. J’aimerai vraiment aborder ce sujet avec lui mais comment sans trahir Jacob ? Et surtout, sans me trahir moi ?

Avec amertume, je me dis que je vais tout de même essayer mais que ça sera la dernière fois. Si Edward ne me dit rien ou pire, si je trouve quelque chose de mal, je le quitterais ! Je m’en sens soudain capable ! Comment peut-on oser parler mariage si nous ne connaissons pas nos vies respectives ? Nos envies, nos rêves ? Notre vraie personnalité … Edward me met à l’écart de sa vie, les Cullen me mettent à l’écart de leur famille, je ne me sens pas du tout intégrée et je ne suis plus vraiment la bienvenue chez mon père…le seul endroit où je me sens vraiment bien c’est à la Push, chez Jacob, dans son garage, dans sa cuisine, dans les bois…dans ses bras. Encore une fois, mon esprit divague…depuis son aveu, ça m’arrive souvent. Pourtant, je sais que je ne devrais pas…je ne devrais pas penser autant à lui. Il est si jeune…et même si maintenant il est libre, je ne le suis pas !

Je dois me marier, je suis avec Edward depuis si longtemps…est-ce que je vais un jour trouver le courage de me regarder en face ? Avec lui, tout est tracé, tout est décidé…tout est facile …mais il n’y a plus de confiance…d’où a surgi l’attaque invisible ? Où est-ce que ça a dérapé ? Depuis quand ? Avec Edward, je pensais que c’était « pour la vie », je me voyais déjà en Madame Cullen respectable et bien « dressée ».
Mais là, je me regarde dans le miroir et je me dis : « et si… ».

* * *

La porte de la chambre claque et je le vois retirer sa veste d’un geste las puis la poser sur le porte manteau de la pièce. De notre lit où je lis, sans retenir une seule ligne de ce livre dont je ne connais même pas le titre, je l’observe discrètement, le cœur battant. En regardant l’heure, je me pose mille questions : était-il avec Jacob pendant tout ce temps ? Ou a-t-il récupéré sa voiture rapidement et filé vers un endroit inconnu avec des personnes inconnues ? Je m’imagine tous les scénarios…une autre femme, un groupe de financiers véreux…la mafia ! Ou une grande conversation avec Jacob ? Des menaces ? Une dénonciation ? Soudain, j’ai envie d’attraper mon téléphone tout de suite. Mais je me suis promis d’attendre une éventuelle explication avant d’appeler mon ami. Edward passe par la salle de bain et j’entends l’eau de la douche couler. Je vais devoir être patiente. Je pose le livre sur ma table de chevet et enfuie ma tête dans l’oreiller tout en fixant la grande baie vitrée où reflètent les lumières de la pièce. Au bout d’une minute, je vois celle de la salle de bain s’éteindre et la porte s’ouvrir. Edward me rejoint alors dans le lit en soupirant, pensant sûrement que je dors. Je laisse passer une minute, le temps que les battements de mon cœur ralentissent puis je me retourne et le trouve en train de fixer le plafond, un bras derrière la tête.

- Edward ?

Il tourne alors doucement son visage vers moi et me sourit avec tendresse.

- Tu es réveillée ? Demande-t-il.
- Oui…je t’attendais.
- Pardon, j’ai eu une journée très chargée.
- Ah oui ?

Je laisse passer un temps puis ose demander :

- Tu veux m’en parler ?

Il secoue la tête et s’apprête à fermer la lampe lorsque je m’entends lui dire :

- Esmée a vendu la Z4 ?

Edward se retourne brusquement vers moi, surpris mais aussi inquiet. Je me dis alors qu’il pensait vraiment que son plan était sans faille et que je n’aurais peut-être pas dû aborder le sujet. Mais, sa réaction me confirme aussi que Jacob a vu juste : Edward a eu réellement un problème avec cette voiture.

- Je suis descendue deux fois cette semaine dans le garage, pensant que tu y étais et la voiture d’Esmée n’était pas là, explique-je, en retenant presque ma respiration. Or, cette voiture quitte rarement le garage… tu ne m’avais pas dit qu’elle voulait en changer ? Elle veut prendre quoi cette fois ?
- Euh…non, elle ne l’a pas vendue, bredouille Edward en se remettant assis. Tu es sûre qu’elle n’y était pas ?
- J’ai peut-être mal regardé…il y en a tellement, ajoute-je en riant bêtement mais furieusement outrée par son mensonge.
- Ou alors Alice l’a empruntée…, déclare Edward les sourcils froncés.
- Elle fait ça ? M’étonne-je, me disant que finalement, il avait peut-être couvert sa sœur.
- Et bien…elle sort beaucoup en ce moment…surtout depuis que Jasper essaie de monter son groupe, explique-t-il. Elle sort parfois même très tard.
- Mais, elle a sa voiture…
- Oui…mais tu sais bien qu’elle a toujours aimé celle de ma mère, dit-il dans un clin d’œil amusé.
- Hum…

Je l’observe pendant qu’il se recouche. Il semble soudain très détendu.

- Tu rentres tard…, constate-je dans un murmure.
- Oui, je suis navré Bella…je suis allé régler une affaire puis j’ai du passer à l’entreprise voir Victor. Je n’ai rien manqué au diner ?
- Non…parfait, comme d’habitude, affirme-je avec une pointe de lassitude.

« Régler une affaire »…et pendant ce temps, il était avec Jacob. Je regarde Edward s’installer pour la nuit et me dis que je n’en saurais de toute façon pas plus ce soir. Par contre, j’ai une folle envie de respecter ma promesse et me lève aussitôt en disant :

- J’ai la migraine, je vais me chercher quelque chose à la salle de bain principale.
- Oui, marmonne Edward.

En passant près de mon sac, je chope mon téléphone portable et sors de la chambre en douce. Comme d’habitude, pieds nus, je cours presque dans le couloir feutré pour atteindre la salle de bain et m’enferme aussitôt, le cœur battant. J’ouvre le robinet et me place au fond de la pièce, laissant le bruit de l’eau s’interposer entre la porte et moi. Fébrilement, je fais le numéro que je connais par cœur et attends avec impatience la première sonnerie. Au bout de la seconde, j’entends sa voix endormie me dire :

- Salut mon « inconnue »…je n’espérais plus ton appel.
- Désolée…un contretemps, réponds-je, occultant sa remarque sur mon numéro caché.
- Tout va bien ? S’inquiète-t-il aussitôt.
- Oui…c’est plutôt à toi qu’il faut demander ça.
- Super !
- Mais…avec…, insiste-je, n’osant pas prononcer son nom à voix haute.
- Ah…oui, impeccable…rapide ! Et content…, ajoute-t-il.
- Ah oui…
- Ne t’inquiète pas Bella, me rassure Jacob. Il ne sait pas qui je suis.

A ces mots, mon cœur accélère ses battements. Sa façon de dire ça ne laisse aucun doute à notre relation quand on y réfléchit. Mais, ne pas en parler ouvertement me convient pour l’instant car je ne me sens pas encore capable de tout remettre en question, même si depuis l’aveu de Jacob, je sais que nous avons abordé un virage. Mais je ne suis pas très sûre de bien comprendre, j’ai peur de me faire des idées alors je préfère attendre encore un peu pour mieux analyser la situation. Je l’entends bailler et l’imagine dans son lit, une petite lumière éclairant son doux visage. Je souris et demande :

- Tu dormais ?
- Non, rigole-t-il, mais ça n’allait pas tarder !
- Excuse-moi, il est tard.
- Tu comptes revenir ? Demande-t-il sans détour.

Je crois déceler une pointe d’espoir dans sa voix mais me dis que je déforme peut-être ses réactions alors j’essaie de garder la tête froide en répondant :

- J’essaierai le week-end prochain oui.
- Ah oui ? C’est la fête de Forks le week-end prochain ! On pourra aller y faire un tour ? Propose-t-il joyeusement.

Je tente de réfléchir si ça peut être possible quand il ajoute, suite à mon silence :

- On ira en bande, avec Sam, Emily, Jared, Kim et Paul…peut-être Leah…
- Oui…ça peut-être sympa.

Jacob sent que je me suis crispée. Il est clair que pour moi, ça risque d’être difficile de sortir avec eux en pleine ville sans qu’Edward le sache. Et même si j’y vais, je sais que je ne serais pas à l’aise, craignant de tomber sur des amis ou connaissances des Cullen. Mais après tout, je ne ferais rien de mal ? Cependant, j’avais un certain « rang » à tenir et « trainer » avec des Quileute de la réserve est loin d’être une attitude distinguée dans le monde où je vis.

- Enfin, on en reparlera ! Lance Jacob.
- Oui … je dois te laisser.
- Ok…, répond-il doucement, déçu.

Je lui souhaite donc bonne nuit et raccroche. Sa voix me manque déjà. Je me rends compte alors que pendant tout ce temps, l’eau du robinet coulait et ferme aussitôt le jet. Je prends un médicament dans l’armoire, le glisse dans ma poche et ouvre la porte, les doigts tremblants encore légèrement. Mais mon cœur bondit quand je me retrouve à nouveau face à Rosalie qui attend dans le couloir, les bras croisés.

- Tu appelais qui ? Demande-t-elle soupçonneuse.

Je déglutis, hésite une seconde et répond de ma voix la plus sûre :

- Mon père.
- A cette heure-ci ?
- Oui…

Comme elle reste plantée à me fixer, je juge bon d’expliquer :

- Il rentre seulement de sa soirée…

Je ne la quitte pas des yeux, essayant de me remémorer ma conversation avec Jacob pour savoir si j’avais dit quelque chose qui pourrait m’être nuisible. Mais son regard me glace et j’ai du mal à remettre mes idées en place. Je sais que ma peur doit se lire sur mon visage et que je dois être rouge. Nerveusement, je me passe la main dans les cheveux et réponds en soupirant :

- Edward m’attend.

Elle me lance alors un regard moqueur et passe devant moi pour entrer dans la salle de bain. Je reste une seconde à regarder le téléphone dans mes mains puis me décide à rejoindre ma chambre quand Rosalie me lance depuis la porte :

- La prochaine fois, laisse couler l’eau moins longtemps ! On voit bien que ce n’est pas toi qui paie !

Je hoche la tête sans la regarder puis entre dans notre chambre. Edward dort déjà et je me couche près de lui, le cœur battant.


Bonnie me sert mon thé et mes tartines puis fait le tour de la table pour servir Carlisle qui semble d’humeur maussade ce matin. Encore une fois, j’ai laissé filler les jours, incapable de trouver le courage de parler à Edward. Mais j’ai quand même réfléchi à cette histoire de voiture et l’explication donnée peut être plausible. Seulement, je veux d’abord en avoir le cœur net. Alors, depuis quelques jours, j’observe Alice, la suis discrètement dans la maison, reste dans une pièce voisine de la sienne, écoute ses conversations au téléphone lorsqu’elle appelle du poste fixe du salon mais pour l’instant, rien ne me dit qu’elle s’amuse à partir la nuit avec la voiture de sa mère pour rejoindre Jasper. Ce que je trouve inconcevable dans cette explication, c’est le fait qu’Alice a sa propre voiture. Qu’à la limite, Edward suppose qu’elle file en douce la nuit, admettons…et encore, je trouve qu’à dix sept ans, elle peut déjà passer la nuit chez Jasper ! Seulement, d’après ce que j’ai compris, ce ne serait pas au goût de monsieur et madame Cullen. Mais qu’elle prenne la voiture de sa mère ? A moins d’être prise d’une furieuse envie de rébellion, je ne vois pas l’intérêt ? Mais en admettant qu’Edward ait récupéré cette voiture dans un sale état à cause d’Alice, ça expliquerait qu’il ait voulu cacher sa réparation et qu’il demande à ce que ça soit fait vite ! Car en effet, (je n’avais rien su car je croise rarement les Cullen père et mère hors du week-end) mais Esmée s’était absentée durant trois jours la semaine passée pour se rendre chez sa mère à Seattle. Elle y était allée en taxi car elle déteste conduire en ville.

Depuis l’autre bout de la table, je remarque soudain que Carlisle nous observe Edward et moi et, instinctivement, je déglutis, comme s’il pouvait savoir à quoi je pensais en ce moment. Mais son regard est froid, sérieux et …calculateur ? Je ne sais pas si c’est le cas mais c’est le premier mot qui me vient à l’esprit en déchiffrant son regard. J’ose lever les yeux vers Edward qui lit attentivement le journal tout en buvant son café et murmure :

- Que faisons-nous aujourd’hui ?

J’ai une soudaine envie de passer la journée avec Alice, histoire de la sonder et j’espère au fond de moi qu’Edward n’a rien prévu qui compromettrait mon plan. Il relève la tête et répond, un peu absent :

- Je dois finir un rapport, et passer à l’université déposer un papier qu’il manque pour ma réinscription puis je comptais travailler un peu. Ce soir, tu sais que nous allons au restaurant avec Victor et sa femme.

J’ai complètement oublié cette soirée et me dis alors avec tristesse que je ne pourrais vraiment pas rejoindre Jacob à la fête. Surtout que maintenant, je sais qu’Edward sera à Forks même puisque je me souviens que nous allons toujours au restaurant sur la place principale avec Victor. De plus, la fête battra son plein ce soir et je ne peux pas me défiler.
Et bien, si je ne vois pas Jacob aujourd’hui, je peux au moins essayer de ne pas perdre complètement cette journée et demande :

- J’aimerai aller faire du shopping avec Alice, ça ne te dérange pas ?

Au même moment, l’intéressée relève la tête et me regarde avec ses grands yeux brillants de joie en s’écriant :

- Oh oui !!!! ça fait longtemps !

Edward sourit et répond, amusé :

- Comme ça, je pourrais travailler au calme et tu ne t’ennuieras pas !
- Oui voilà, ponctues-je, contente de sa réponse mais aussi agacée par son « travailler au calme ».

Je lance quand même un clin d’œil à Alice qui me rend un grand sourire. Esmée ajoute de sa voix douce, quasi inaudible :

- Profites-en pour passer à la boutique de Pasquier si vous allez par là et me prendre leur nouveau catalogue de décoration, tu seras un ange. Je pourrais alors commencer à réfléchir au thème que nous afficherons pour le mariage, ajoute-t-elle en jetant un regard en biais à Edward, accompagné d’un sourire radieux.

Sa demande me fait l’effet d’une douche froide, comme si tout à coup, tout le monde autour de cette table se liguait contre moi…
Tout le monde, sauf Alice qui est visiblement aux anges et me lance des regards heureux en pensant à cet événement. Elle jubile littéralement.
Sa réaction me secoue alors comme une décharge électrique, me rappelant au passage ce que je fais ici parmi eux.

Je regarde Edward et le vois alors comme avant, comme le jour où je lui ai dis « oui » à sa demande en mariage. Je lui prends la main et pense au fond de moi que je devrais arrêter tout de suite de me laisser aller avec Jacob. Que ça ne mènera nulle part, que je ne peux pas quitter Edward comme ça, du jour au lendemain ! Que je me suis engagée vis-à-vis de lui et qu’il croit à notre futur mariage, qu’il prépare d’ailleurs déjà un an à l’avance ! Même si je suis clairement mise à l’écart, tout le monde ici ne pense qu’à ça, pendant que moi je rêve à Jacob !

Mais repenser à Jacob me provoque à nouveau un fourmillement dans le bas du ventre et je sais que je viens de m’enflammer. Aussitôt, je retire ma main de celle d’Edward qui lève la tête, surpris. Je lui souris et quitte la table en m’excusant, le cœur cognant ma tête si fort que j’ai l’impression d’être sourde. Je sors sur la terrasse inondée de soleil et respire un grand coup. Un aigle crie dans le ciel et je me dis que Jacob le voit peut-être aussi ? Aussitôt, je souris et son image vient hanter mon esprit.

Non…je ne peux pas arrêter de le voir, je ne peux pas me passer de lui, c’est trop tard. Ce que je ressens est beaucoup trop fort et me fait tellement de bien, comme une drogue…je ne pourrais plus vivre sans lui.
Alors les larmes me montent aux yeux car je me sens soudain comme prise au piège, me maudissant d’avoir acceptée trop vite la demande d’Edward, de m’être engluée dans cette vie chez les Cullen sans broncher, d’être aussi dépendante, de me sentir aussi redevable suite à mon accident…je sais même qu’au fond de moi, je regrette d’avoir rendu cette relation trop sérieuse dès le départ ! Je n’avais que seize ans ! Mon père m’avait pourtant prévenue, il n’avait pas aimé ce soudain attachement à Edward, cette amour aveugle et sans borne que je lui vouais alors que nous étions si jeunes. Par défi, je m’étais accrochée et surtout, j’étais complètement amoureuse et folle de lui ! Mais maintenant ? Qu’est-ce que je ressens vraiment ? A l’aube de mon engagement le plus important de ma vie, où en suis-je ? Perdue…je suis perdue.


30 – Chacun sa petite histoire

J’entends Paul et mon père dans la cuisine pendant que j’enfile mon jeans et leurs rires m’agacent soudain. Je ne suis pas de bonne humeur, je le sens …je suis frustré, énervé, déçu…Bella ne m’a pas donné de nouvelles depuis des jours et je sais qu’elle ne le fera plus aujourd’hui, qu’elle ne viendra pas non plus à la soirée ni à la fête de tout le week-end ! Je n’avais pas envie d’y aller mais les gars ont insisté, surtout Sam. Emily et lui voient bien depuis quelques temps que je suis sur les nerfs et tous savent pourquoi. Et puis, il y a aussi des tensions suite aux histoires avec Leah, que je n’ai toujours pas eu le courage d’aller voir. Rachel et Kim l’ont revue vendredi, elle revenait du marché avec sa mère mais d’après ce qu’elles m’ont dit, elle semble « bien », « en forme » mais n’a pas voulu discuter longtemps. J’entends à nouveau Paul rire et me demande où il en est lui depuis la dernière fois où je l’ai vu ? Je me dis alors que pour ce soir, je vais essayer de laisser Bella dans un coin de ma tête et reprendre pied dans la réalité pour discuter un peu avec mes amis. Je les rejoins dans la cuisine et lance un regard à Paul, lui indiquant que nous pouvons y aller, que je suis prêt. Billy le salue et je fais un bref signe à mon père avant de quitter la maison pour le garage.

- On prend ma bagnole ! Me lance Paul pendant que je m’apprête à ouvrir les portes de mon local.
- Ok…

Je monte dans son 4 x 4 et il démarre aussitôt. Au bout de quelques kilomètres, je lui demande :

- Qui vient ce soir ?
- Tout le monde, répond-il froidement.

Je connais cet air fermé et insiste :

- Leah vient aussi ?
- Aucune idée ! Rétorque-t-il hargneusement. Et franchement, moins je la vois, mieux je porte ! Ajoute-t-il en me jetant un regard noir.

Ses yeux sont si durs que je prie pour qu’elle ne se décide pas à venir…la connaissant, je pense qu’elle préfèrera rester isolée ce soir mais comme je ne sais pas dans quel état d’esprit elle est, je ne peux pas juger clairement la situation. Et puis, ma colère n’est pas encore passée, je le sens…je serais peut-être plus énervé que Paul si je la croisais ce soir.

Paul se gare devant chez Sam et aussitôt, Emily nous ouvre sa porte. Je remarque que Jared et Kim sont déjà là ainsi que Embry, Quil et ma sœur. En entrant dans leur cuisine, je vois des verres sur la table et surpris, je demande :

- C’est quoi ça ?

Jared, Embry et Quil éclatent de rire, sûrement à cause de ma tête d’ahuri, pendant que Sam serre Emily contre lui sous le regard émerveillé de Kim. Paul arrive derrière moi et siffle en voyant les verres et les bouteilles puis lance :

- Wouah ! C’est vraiment la fiesta ce soir ! Que nous vaut cet honneur ?

Tout le monde semble au courant car Paul et moi sommes les seuls à attendre la réponse de Sam qui tient toujours fortement Emily par les épaules. Je comprends alors ce qu’il s’apprête à nous annoncer quand Paul s’écrie à côté de moi :

- Bon, tu comptes nous faire mariner comme ça longtemps ?
- Non, rigole Sam. Je viens de demander Emily en mariage. Et elle a dit oui.

Emily enlace Sam en levant les yeux vers lui, dans un sourire radieux. Je hoche la tête, soudain très heureux, pendant que les gars m’explosent les oreilles en criant des « bravo vieux ! », « félicitations ! » et des « c’est pour quand ? ». Malgré ma joie et l’euphorie de tous, j’ai quand même une pensée pour Leah et me dis que c’est bien qu’elle ne soit pas là ce soir. En même temps, je pense qu’avec son incapacité à accepter la situation, elle se met à l’écart de nous et qu’elle finira par en souffrir plus qu’elle ne souffre déjà. Je ne sais pas si elle se doutait de cela le jour où elle a provoqué Paul mais je ressens soudain une sorte de tristesse mélangé à de la pitié. Je me promets alors de passer la voir demain. Je vois Sam qui me fixe, heureux et je vais vers lui en souriant franchement.

- Félicitations Sam ! Je suis content pour toi.
- Merci Jake !

Sam me serre la main dans un grand sourire mais m’attire en même temps un peu plus loin. Je fronce les sourcils, surpris de son geste.

- Tu as parlé à Leah depuis … ? Murmure-t-il, réellement inquiet.
- Non, mais les filles l’ont vue hier matin. Ça avait l’air d’aller…

Il semble réfléchir, toujours aussi anxieux et je lui demande :

- Qu’est-ce qu’il se passe ?
- J’ai peur de sa réaction…tu sais…pour le mariage, m’avoue-t-il. C’est une fille très impulsive.

Je suis étonné de sa prévenance et de son inquiétude vis à vis de Leah et constate qu’en fait, nous n’en avons jamais parlé ouvertement mais que tout le monde « sait » tout sur tout le monde ! Tout le monde sait que Leah est folle de Sam, tout le monde sait que Leah a couché avec Paul…tout le monde sait que j’aime Bella depuis la nuit des temps ! Mais personne ne parle jamais de rien.

- J’irai lui parler demain, lui affirme-je pour le rassurer.
- Merci Jake. Et tu pourras … ?
- Lui annoncer la nouvelle ? Le coupe-je. Oui, je le ferais…
- Bien…tu sais, je l’aime bien cette petite. J’ai toujours pris très au sérieux sa dévotion à mon égard et je ne veux pas lui faire de mal…
- Elle se fait du mal elle-même tu sais, lui déclare-je.


Dans le coin, je remarque alors Rachel encore très isolée et déconnectée du groupe, pour changer. Pourtant, elle n’a jamais été mise à l’écart, même lorsqu’elle s’est éloignée de la maison pendant la maladie de notre mère. Personne ne lui a jamais fait aucun reproche, même pas moi…toutefois, j’aurai bien eu besoin d’aide parfois mais j’avais compris qu’elle voulait se protéger, qu’elle ne supportait pas le déclin de notre mère et visiblement, j’étais plus fort qu’elle pour encaisser. Elle sourit en regardant le groupe autour de Sam et Emily et je capte une certaine tristesse dans son regard. Je m’étonne sur son origine quand je comprends alors ce qu’elle observait vraiment en voyant ses yeux suivre Paul qui quitte la pièce pour retourner chercher quelque chose dans sa voiture. Décidemment, je ne comprendrais jamais les femmes et ma sœur est l’exemple même de la fille mystérieuse et compliquée par excellence ! Je soupire et m’approche d’elle. Elle lève les yeux sur moi et me sourit avec tendresse.

- Eh p’tit frère !
- Salut Rachel. Je ne savais pas que tu comptais venir ce soir ?
- Je travaille non stop sur mon livre depuis trois mois alors une petite pause de temps en temps, répond-elle.

Rachel va devenir professeur des écoles, elle vient d’ailleurs de passer un concours pour lequel elle attend impatiemment un résultat et si c’est gagné, elle entrera à l’école primaire de Forks en septembre, en tant que professeur d’histoire. Mais surtout, elle est très douée pour le dessin et elle s’est associée à une amie à l’imagination débordante pour écrire un livre pour enfants sur la maladie dans les familles. Je sais que c’est une façon à elle de gérer sa douleur suite à la mort de notre mère et surtout une sorte de thérapie afin de se pardonner son manque d’implication. Donc je l’encourage toujours et demande régulièrement où elle en est, lui donnant mon avis sur tel ou tel dessin qu’elle me montre et parfois, lui soufflant même des idées.

J’admire vraiment sa passion mais déteste ce que ça engendre : solitude, isolement, déconnectée de la réalité. Rachel est quelqu’un qui aime le merveilleux, l’incroyable et qui adorait jouer à la princesse des contes de fées quand elle était gamine. Elle avait déjà la tête dans les nuages quand elle était enfant, se réfugiant dans ses livres et ses histoires de princes charmants dès que quelque chose n’allait pas et je me moquais souvent d’elle. Adolescente, ces idées d’enfants ne l’ont pas quitté. Elle s’était déjà fixé un idéal de vie complètement utopique qui lui a valu une quasi-solitude durant toutes ses études : pas d’ami, surtout pas de petit-ami car pas assez parfait… A la faculté, c’était encore pire. Et à ce moment là, elle avait déjà en tête d’écrire des livres et donc, s’isolait régulièrement des autres pour penser à ses petites histoires de lutins, de farfadets et de nounours dans le placard. C’est là qu’elle a rencontré son associée et unique amie de sa vie : Kate. Cette dernière est aussi déconnectée que ma sœur et crois encore plus à des gens et une vie qui n’existent pas. Mais elles se sont trouvées et ensemble, comptent bien se faire entendre dans le monde innocent qu’elles n’ont jamais quittées.

Paul revient de sa voiture et nous lance un regard de travers. Il faut vraiment que je lui parle à lui ! Je tourne la tête vers ma sœur et vois qu’elle a baissé les yeux.
Je me dis alors qu’elle est peut-être en train de remettre en question son idéal ou alors qu’elle lutte ou encore pire…qu’elle aime beaucoup Paul mais qu’elle le rejette parce qu’il ne correspond pas moralement à l’idée du prince charmant qu’elle s’est faite.
J’ai une soudaine envie de l’asticoter et lui dis :

- Alors sœurette ! On s’intéresse au mauvais garçon ?

Elle relève brusquement les yeux vers moi et j’y vois un éclat alors qu’elle me répond froidement :

- Quoi ? Tu plaisantes ! D’ailleurs, je suis très inquiète de te voir trainer avec ce type !
- Allez arrête, la taquine-je. Il n’est pas si mauvais.
- Ah oui ? Et bien je n’en reviens pas que tu acceptes qu'il dévergonde Leah !

Soudain, j’ai moins envie de rire et rétorque, agacé.

- Quoi Leah ? Est-ce que tu sais au moins ce qu'il s'est passé ?
- J'en ai vu assez l'autre soir ! ce mec est un ...
- Un quoi ? Un « sale type », « instable » et « colérique » ! La coupe-je, sèchement.

Je vois qu’elle est surprise et gênée à la fois que je sois au courant de cette histoire alors je continue :

- Oui je sais que tu l'as mis à la porte de chez toi! Sur ce coup-là, excuse-moi tu ne vaux pas mieux que lui !
- Je te demande pardon ? S’écrie-t-elle, outrée.
- Tu as été malpolie Rachel ! Et tu juges sans savoir !
- Ce que je sais c'est qu'il a une sale réputation et que mon petit frère traine avec !
- Mais n'importe quoi ! Tu es fatigante Rachel ! Décoince-toi un peu ! Siffle-je en me levant pour rejoindre les autres.
- Jacob…

Je me retourne et vois ma sœur, les larmes aux yeux. Je regrette aussitôt mon emportement et elle me dit, d’une voix brisée.

- Tu vois…jamais avant tu ne m’aurais parlé comme ça...
- Avant quoi ? Réponds-je, les dents serrées. Avant je n’avais pas le temps de parler, pas le temps de m’amuser, même pas le temps d’étudier parfois ! Paul était là lui ! Comme Sam ! Grâce à eux, je vois la vie du bon côté !

Malgré moi, je suis en train de lui foutre dans le nez des vieilles rancœurs que je croyais pourtant ne pas ressentir. Je vois qu’elle devient blanche et baisse les yeux. Son attitude et ses accusations me révoltent, et plus encore : ce côté dépressif qui la rend transparente ! A ce rythme, elle allait finir vieille fille. Alors, je lui claque pour la secouer :

- Et réveille-toi ! Les princes charmants, ça n’existent pas !
- Si…, murmure-t-elle. Toi…tu es un modèle Jacob et je ne veux pas que tu changes.

Un peu déstabilisé par tout l’amour et l’admiration que je lis dans ses yeux, je ne trouve rien à répondre et la laisse en plan pour sortir prendre l’air. En passant, je croise le regard de Paul, indéchiffrable. Assis sur le rebord de la fenêtre, il a apparemment assisté à notre conversation et lorsque je suis dehors, je vois qu’il se lève pour rejoindre ma sœur. Mais deux secondes après, je la vois passer à côté de moi telle une furie et monter dans sa voiture en claquant la porte. Je reste un moment planté là, à la regarder faire sa manœuvre et quitter la propriété de Sam. Puis, je sens une présence à mes côtés et j’entends Paul me dire d’une voix lasse :

- Je laisse tomber … Elle me verra toujours comme un …
- Ah vous me fatiguez tous avec ça ! Riposte-je en le coupant, énervé. Bon sang mais qu’est-ce que tu as fait ? !

Paul regarde le sol en soupirant. J’attends patiemment une réponse pendant qu’il joue avec la terre à ses pieds. Puis, il relève la tête vers moi et répond :

- Au lycée…je suis sorti avec pas mal de filles et je suis tombé sur celle qui ne fallait pas…
- C’est à dire ?

Il soupire à nouveau et je vois à ses yeux qu’il plonge dans le passé en me répondant :

- Une qui a raconté partout que j’avais couché avec sa mère…
- Quoi ? M’écrie-je, ne m’attendant pas à ce genre de révélation.
- Ouais enfin bref…je m’en tape ! Ajoute-t-il en tapant du pied dans un caillou. Mais disons qu’après ça, c’était à celle qui inventait le plus de délires me concernant. Je faisais ça avec plusieurs, dans des bars malfamés, à l’arrière des voitures …
- Et tu le faisais ? M’inquiète-je un peu.
- Disons que j’ai fait des trucs ouais, mais pas tout ce qui a été dit, m’avoue-t-il. Et tu sais ce que c’est, après pour démêler le faux du vrai…je n’ai pas discuté, je n’ai jamais confirmé…ni démenti.
- Quoi ?!

Je l’observe, l’imaginant à cette époque. Pour ce point, je ne sais pas trop ce que j’aurai fait à sa place ? Paul soupire pour la troisième fois et continue :

- Et puis, pendant une période, je me suis un peu servi de cette mauvaise réputation…

Mon regard l’invite à s’expliquer.

- Il m’est arrivé d’entrer dans un bal et d’emballer une fille qui me plaisait, directement, je ne cherchais même plus à plaire…et si ça marchait tant mieux, sinon je me prenais une gifle en public et là…ça alimentait encore plus les ragots ! Rigole-t-il amèrement.

Il marque une pause puis ajoute, plus sérieux :

- J’ai aussi été dénoncé pour avoir volé une moto, pour avoir mis le feu à la cabane à volailles du père Whitebird et casser les vitres de la voiture d’un bobo qui m’avait chauffé dans une soirée.
- Ouais donc t’étais vraiment un sale type !
- Oui … et c’est à cause de tout ça que j’ai commencé la capoeira, pour combattre mon agressivité.

Je le regarde et demande en riant :

- Pourquoi tu as mis le feu à cette cabane ?
- Il m’avait énervé, répond-il en haussant les épaules.

Mais je vois qu’il n’a pas envie de rire. Il réfléchit et je n’ose pas l’interrompre. Au bout d’une minute, il regarde le ciel, bien sombre déjà, et déclare :

- Ta sœur, c’est différent…ça a toujours été différent. Je l’ai toujours vu comme quelqu’un auquel il ne faut pas toucher. Vous vous ressemblez beaucoup sur ce point…, ajoute-t-il dans un demi-sourire vers moi. Vous avez un truc…quelque chose de précieux…je la respecte vachement tu sais, j’y vais à pas de loup avec elle mais ça n’a jamais marché.
- Oui, je vois ça … ça fait combien de temps que tu essaies ?
- Depuis le lycée…
- Tu plaisantes ? M’esclaffe-je, amusé et surpris à la fois.
- Non…, répond-il très sérieusement.

Je le dévisage une seconde puis secoue la tête en disant :

- Tu pouvais bien te foutre de moi !
- Ouais je sais…sauf que moi, je ne suis pas amoureux comme toi. C’est juste qu’elle…m’attire je dirais, m’explique-t-il, hésitant. Elle est tellement différente des autres filles. C’est comme quelque chose d’interdit tu sais…tu as envie d’y toucher mais tu sais que tu n’as pas le droit.
- Ouais…je sais ce que c’est !
- Je te l’ai dit, c’est différent, me rappelle Paul.
- Je ne crois pas non !

Il semble surpris de ma réponse et je le vois serrer les mâchoires puis réfléchir à nouveau.

- Et Leah ? Demande-je, pensant soudain à elle et à leur mésaventure.
- Leah, elle m’attire aussi ! Rigole-t-il. Mais elle, c’est pour autre chose…quoique maintenant, non ! J’aimerai n’être jamais venu à cette soirée !

Je n’arrive encore pas à croire à ce qu’il vient de me dire. Je savais qu’il aimait bien Rachel, qu’il voulait sortir avec elle, je l’avais compris depuis quelque temps. Mais penser que ça dure depuis le lycée !
J’essaie d’imaginer à quoi pouvait ressembler leur époque au lycée…lorsqu’ils avaient mon âge. Je vois parfaitement ma sœur, habillée avec ses vêtements déjà trop sérieux, croisant Paul dans les couloirs, fringué comme maintenant, tee-shirt sans manche, jeans délavé craqué et tatouage dans le dos. Elle, toujours aussi seule, lui entouré de nanas, toutes aussi aguicheuses les unes que les autres. Elle a se dire que c’est vraiment un sale mec à filles, qui se bat de temps en temps dans la cour et qui déteste l’école. Lui a se dire que ma sœur est vraiment trop classe, qu’il lui arracherait bien ses vêtements trop guindés et qu’il voit toujours au premier rang…Elle a le trouvé très beau mais décidément très loin du prince charmant idéal. Lui a la trouver très belle mais trop froide. Et pendant toutes ces années, d’un côté, Paul qui accumule les déboires et finit par arrêter les études…et de l’autre, ma sœur, intelligente, futur professeur et si…seule.

Je repense à l’époque où Paul est arrivé dans ma vie, un moment où Sam était très présent et que je ne voyais que par lui. Je me souviens que Paul essayait de l’évincer, de me demander avant Sam pour passer des journées avec moi…à ce moment là, Paul m’attirait plus, justement pour son côté un peu frappé qui ne me ressemblait pas. Beaucoup de gens n’avaient pas aimé que je « traine » avec lui mais Sam était d’accord et si Sam me donnait son accord, alors rien d’autre n’avait d’importance. Je tourne la tête vers lui et le pique, faussement vexé :

- Donc en gros, si j'ai bien compris, quand tu m'as pris sous ton aile, c'était pour te rapprocher de ma sœur ?

Paul éclate de rire et répond :

- Ouais...désolé vieux. je t'assure, j'étais dégouté quand elle a quitté la maison... Mais comme je t'aimais bien, je suis quand même resté pour m'occuper de toi...fallait bien que quelqu'un le fasse..., ajoute-t-il dans un murmure, amer.
- Ouais...génial...j'étais juste l'appât quoi, marmonne-je.
- Eh tu ne vas pas faire la gueule ? S’écrie Paul, croyant à mon petit numéro. j'ai toujours été sincère avec toi ! Je voulais vraiment t'apprendre ce que je t'ai appris !

Il ricane et secoue la tête, dépité. Je lui demande :

- Quoi?
- Mais regarde-nous ! On dirait deux gonzesses !

J’éclate de rire et lui colle une tape sur l’épaule. Alors il déclare :

- Bon, on y va à cette soirée ? J'ai une réputation à tenir moi : faut que j'aille chasser !

Nous rions ensemble et je ne peux m’empêcher de penser que voilà, j’ai voulu savoir où en était mes amis et que finalement, c’est le bordel partout, tout le monde est confus et personne n’est heureux…mis à part peut-être Emily ce soir.

Nous voici donc en route pour cette fameuse fête, à laquelle je vais avec les pieds de plomb. En fait, le souci, c’est qu’il a fallu qu’on boive un verre avant de partir et moi et l’alcool, nous ne sommes pas super potes. A chaque fois, ça me fait le même effet : je me sens mélancolique et pessimiste alors que je suis d’une nature contraire. Et lorsque Paul se gare sur la place de Forks, je n’ai plus qu’une envie : rentrer chez moi, éteindre ce foutu portable et dormir jusqu’à pas d’heure. Mais Paul me traine et les autres sont tellement joyeux devant nous que je ne veux pas faire office de boulet alors en deux coups de jambes, je le rejoins alors qu’il marche déjà dans la ruelle qui mène à la place principale. Les trottoirs sont inaccessibles car toutes les voitures de Forks sont garées dessus et nous avançons donc en groupe, dans une ruelle très animée. De là, j’entends déjà la musique qui anime la place qui sert de piste de danse pour ce soir. Juste avant d’y arriver, Sam puis Paul sifflent en remarquant une belle Porsche jaune garée tout près de l’entrée, comme si la place était réservée. J’admire le bolide puis remarque une Volvo XC90 noire et mon instinct se met en éveil.

Je sais que je vais la voir avant même de la voir vraiment. Cette terrasse de restaurant est bondée de gens d'un autre monde, le genre de personnes qui rend Paul nerveux dès qu'on s'approche. Je cherche un peu et nos regards se croisent. Mon cœur fait un bond tellement elle est magnifique. Ses cheveux sont bouclés, elle porte une robe de soirée bleue et satinée attachée derrière le cou, comme les filles à la télé. Je ne la quitte pas des yeux tout en avançant. Je remarque qu'elle semble très tendue. Je jette un œil à côté d'elle et je le vois lui, raconter un truc sûrement inintéressant au couple face à eux. Bella rit et je comprends qu'elle le fait parce qu'ils rient tous mais elle ne me quitte toujours pas du regard et je sais qu'elle ne me fera aucun signe, rien...parce qu’il est là, qu’elle est avec lui et qu’elle ne veut pas que ses deux mondes se croisent. La colère me monte, car j'aurai aimé bêtement qu'elle m'appelle ou du moins, qu'elle n'ait pas honte de me dire bonsoir, même de loin car en jeans et baskets, c'est clair que je n'aurai même pas droit à la terrasse ! Je continue de suivre Paul, nos yeux semblent liés par un fil d’acier mais une fois à sa hauteur, je détache mon regard d'elle et fixe droit devant moi, l'ignorant complètement. Je sais sans me retourner qu'elle me suit des yeux et qu'elle va ensuite se retourner vers lui et se replonger dans son univers. Je sais aussi que je viens d’être très froid, voir provoquant mais voilà…je suis de mauvaise humeur, pessimiste et la souffrance amoureuse me tord la poitrine et les tripes avec une telle force que ça me donne un gout amer dans la bouche.

Nous atteignons la piste où les autres sont déjà en train de se dandiner ou de commander des bières. La musique est forte, l'ambiance est celle d'une soirée d'ados. Tout le monde se trémousse ou boit un verre. Paul observe la piste, à la recherche d'une proie pour la soirée. Je bois un peu de ma bière mais le cœur n'y est pas.
Soudain, je déglutis lorsque je le vois lui, puis derrière lui, tenue par la main, Bella, dans sa robe bleue qui la rend si femme. Je les regarde mieux tous les deux, ils sourient, parlent avec tout le monde, et je comprends alors que non, nous ne sommes et ne seront jamais du même monde. Je ne comprends même pas la femme en face de moi car comme ça, je ne la vois pas autrement : c'est une Cullen. Elle est parfaite pour lui ! Et bien dressée avec ça ! Elle le suit, sans le quitter d'une semelle et je ne la reconnais plus. Elle semble si hypocrite ! A nouveau, nos regards se croisent et son sourire s'efface aussitôt. Je le sais, je dois avoir le regard noir mais là, je n’ai pas envie de faire d’effort…l’alcool sans doute. Je sais que, encore une fois, elle ne fera rien, qu'elle va se contenter de me fixer, peut-être de me sourire mais elle ne me présentera pas car même s’il me connaît, elle pourrait avoir le courage de lui dire que nous sommes amis ! Mais voilà…Elle ne viendra pas vers moi et elle finira même par m'ignorer. Je pose alors ma bière et quitte la place. J'entends juste Paul qui me lance avant de partir :

- Eh mais ! Tu te casses ?

Je ne réponds même pas et file de cette satanée soirée pour rentrer chez moi, à pieds !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 2 Juin - 9:09

hâte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 2 Juin - 11:01

AAAAaaaaaa!!! Terrible la rencontre à la fête, quand ils se regarde au resto, je voyais trés bien la scéne! Encore une fois, ta manière d'écrire les choses m'épatte!!!! Lol! Trop impatiente de lire la suite... A bientot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob


Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 2 Juin - 18:04

et bien quel discution a coeur ouvert entre jacob et rachel et jacob et bella
je trouve bella mechante part rapport a jacob
pauvre jacob il souffre de l'indifference de bella
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Jeu 3 Juin - 12:26

Coucou! Je tiens avant tt encore a te dire bravo! La encore j'ai était complètement transporté par ton histoire, magnifique histoire!! On voit bien la bella ressentir des sentiments de plus en plus fort vis a vis de notre Jacob! C'est vrai que leur relation a pris un sacré tournant hi hi! Pauvre Jacob qd il aperçoit sa belle a la fête! Mais je pense que Bella n'en menè pas large non plus elle avait l'air de chercher le contact vusiuel coûte que coûte! J'aime j'aime j'aime! Très très hâte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake


Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 4 Juin - 14:39

Je vais essayer de faire court (c'est trop dur) :

* J'ai bien aimé la description de Bella quand elle pense à Jacob et ce qu'elle ressent

* Mais là, je me regarde dans le miroir et je me dis : « et si… ». Very Happy

* Si Edward ne me dit rien ou pire, si je trouve quelque chose de mal, je le quitterais !Wow ! Je ne pensais pas que Bella allait sortir ça si vite ! L’effet Jacob ça déteint grave !

* - Esmée a vendu la Z4 ?Chopé le Edward !

* Tu es sûre qu’elle n’y était pas ?
Oh le c** ! Si il lui ment c'est pas cool ... Ah moins que ce soit vraiment Alice qui l'ai prise ? scratch

* - Salut mon « inconnue »…je n’espérais plus ton appel. Razz Je le vois bien là ! Et Rosalie la chope confu

* Voilà le personnage qui dessine, Rachel ! Very Happy J'aime beaucoup que tu détailles la vie des autres perso, tu le fais très bien ! Ouai, Rachel est dans un monde imaginaire (c'est bien dés fois ...).

* -Alors sœurette ! On s’intéresse au mauvais garçon ?
MDR ouai bad boy Paul lol !

* - Ouais...génial...j'étais juste l'appât quoi, marmonne-je. Jacob doit être dégouté lol

* J’ai une réputation à tenir moi : faut que j'aille chasser ! Titi t’es trop forte lol Paul me fait trop rire dans ta fic' !

* A nouveau, nos regards se croisent et son sourire s'efface aussitôt. Je le sais, je dois avoir le regard noir mais là, je n’ai pas envie de faire d’effort…Le pauvre. confu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 5 Juin - 5:29

celine879 a écrit:

AAAAaaaaaa!!! Terrible la rencontre à la fête, quand ils se regarde au resto, je voyais trés bien la scéne! Encore une fois, ta manière d'écrire les choses m'épatte!!!! Lol! Trop impatiente de lire la suite... A bientôt
Merci celine879 Very Happy c’est une scène très intense que je voyais parfaitement dans ma tête et je suis contente que vous l’ayez vue comme je la voyais


appaloosa a écrit:
et bien quel discution a coeur ouvert entre jacob et rachel et jacob et bella
je trouve bella mechante part rapport a jacob
pauvre jacob il souffre de l'indifference de bella
Méchante ? Disons qu’elle a peur de changer de vie et qu’elle hésite, c’est clair. C’est vrai que Jacob souffre, mais il le savait que ça serait difficile

Surie a écrit:

Coucou! Je tiens avant tt encore a te dire bravo! La encore j'ai était complètement transporté par ton histoire, magnifique histoire!! On voit bien la bella ressentir des sentiments de plus en plus fort vis a vis de notre Jacob! C'est vrai que leur relation a pris un sacré tournant hi hi! Pauvre Jacob qd il aperçoit sa belle a la fête! Mais je pense que Bella n'en menè pas large non plus elle avait l'air de chercher le contact vusiuel coûte que coûte! J'aime j'aime j'aime! Très très hâte de lire la suite
Merci Surie Smile Oui elle cherchait le contact et pas facile avec Edward à côté …son cœur battait très fort quand elle l’a vu dans la rue passer avec ses copains et elle a été submerger par des tas d’émotions : la joie de le voir, la peur qu’Edward remarque son trouble et l’envie de courir vers Jacob mais elle est restée clouée à sa chaise…


Vanille a écrit:

* Mais là, je me regarde dans le miroir et je me dis : « et si… ». Very Happy
Oui nous voilà au point de départ Wink

Vanille a écrit:

* Si Edward ne me dit rien ou pire, si je trouve quelque chose de mal, je le quitterais !Wow ! Je ne pensais pas que Bella allait sortir ça si vite ! L’effet Jacob ça déteint grave !
Elle parle aussi sous l’effet de la colère car elle vient de découvrir l’histoire avec la voiture…

Vanille a écrit:

* - Salut mon « inconnue »…je n’espérais plus ton appel. Razz Je le vois bien là ! Et Rosalie la chope confu
Oui calée notre Bella Razz

Vanille a écrit:

* Voilà le personnage qui dessine, Rachel ! Very Happy J'aime beaucoup que tu détailles la vie des autres perso, tu le fais très bien ! Ouai, Rachel est dans un monde imaginaire (c'est bien dés fois ...).
J’ai développé Paul dans Evolution, maintenant je développe Rachel et encore un ou deux autres persos que vous verrez par la suite mais c’est vrai que j’ai pris beaucoup de plaisir à imaginer la vie de Rachel car je l’avais un peu mal menée dans Evolution la pauvre lol

Vanille a écrit:

-Alors sœurette ! On s’intéresse au mauvais garçon ?
MDR ouai bad boy Paul lol !
Sur ce coup là ouais lol

Vanille a écrit:

* - Ouais...génial...j'étais juste l'appât quoi, marmonne-je. Jacob doit être dégouté lol
Bah un peu ouais >< lol

Vanille a écrit:

* J’ai une réputation à tenir moi : faut que j'aille chasser ! Titi t’es trop forte lol Paul me fait trop rire dans ta fic' !
Merci Very Happy j’adore mon perso…je l’ai déjà dit non ? lol

Bella55 a écrit:

hâte de lire la suite
Merci Very Happy la voici

* * * *

31 – Révélations

Je contemple le plafond pendant qu’Edward s’endort à mes côtés. Encore une fois, il n’a fait aucun effort et heureusement pour moi, c’était rapide. Je me sens très brouillée, ma tête me tourne un peu et j’ai la nausée. Mais je sais déjà d’où me vient ce malaise…ce n’est pas les verres de vin que j’ai bu ce soir, non…c’est que depuis des heures, je ne cesse de revoir son regard si noir qui me fixe puis m’ignore, comme si nous étions de parfaits inconnus. Je me sens si mal…comme si je l’avais trahi…j’aurai tellement préférer passer cette soirée avec lui ! Au lieu de ça, je m’étais ennuyée à mourir, à entendre parler chiffres durant des heures et la copine de Victor qui ne parlait pas notre langue…tout avait été un fiasco aujourd’hui ! Alice n’avait rien à m’avouer, je commence à me demander pourquoi je l’ai même envisagé…quelle excuse je vais encore lui trouver ?…ma tête me tourne, je me sens si seule, les larmes me montent aux yeux alors que le doux visage de Jacob, noirci par la colère sans doute, envahi mon esprit et me martèle le cœur. Je tourne la tête vers la baie vitrée et soudain, mon regard se pose sur mon téléphone portable que je n’ai pas rangé dans mon sac. Je bascule et d’une main mal assurée, je le prends. J’ouvre le menu, à la recherche de cette option qui met une barrière entre nous et change les paramètres des appels. J’ai besoin de me faire pardonner et lui transmettre mon numéro est pour moi une façon simpliste mais symbolique de le faire. Une fois les changements enregistrés, je compose le numéro, le cœur battant. J’appréhende sa réponse car je sais qu’il m’en veut. Je ne lui ai pas donné de nouvelles depuis plusieurs jours, je ne suis pas venue à la soirée avec lui et j’ai fait comme si je ne le connaissais pas…j’aurai pu lui faire au moins un signe ? Les sonneries retentissent dans le vide et ma gorge se serre. Je l’imagine, surpris de voir mon numéro s’afficher et hésiter à décrocher…peut-être trop fâché contre moi ? Quand soudain, j’entends sa voix répondre sèchement :

- Allo !

J’essaie d’occulter la froideur que je sens même d’ici et murmure :

- C’est moi…
- ça ne va pas ? Demande-t-il après une seconde d’hésitation.
- Je n’arrive pas à dormir…et je me demandais ce que tu faisais ?

Je le sais, ma voix est très câline mais ce soir, j’ai une furieuse envie d’être franche avec lui.

- Bah, là, je dormais…, répond-il, curieusement plus détendu.
- Je vais te laisser, il est tard…, murmure-je à contrecœur.
- Ah non, il est tôt tu veux dire ! Rigole-t-il.
- Oui…, confirme-je en vérifiant l’heure à ma montre.

Je l’imagine allongé dans son lit, un bras derrière la tête, en train de contempler son plafond lorsqu’il me demande :

- Tu viens de te coucher ?
- Il n’y a pas longtemps que nous sommes rentrés oui…
- Quelle vie ! Soupire-t-il. M’étonne pas que tu sois aussi blanche tiens ! Tu manques de tout : de sommeil, de soleil…
- Non, je ne manque plus de soleil…, déclare-je. Il m’éclaire à chaque fois que je suis avec toi, quand je pense à toi…

Jacob reste silencieux et mon cœur s’accélère.

- Excuse-moi, je ne devrais pas te dire ce genre de choses, marmonne-je, gênée par mon audace.
- Si…c’est gentil, répond-il avec douceur. Je me disais juste que si je te fais autant de bien que ça, on devrait se voir plus souvent…je veux dire, en amis !
- Oui…mais là, ça va être difficile, dis-je en pensant soudain à Edward à côté de moi, à la préparation du mariage même si ce n’est pas pour tout de suite.
- Pourquoi ? Insiste-t-il.
- Je vais être très occupée…je…je dois aider Alice pour certaines choses.
- Pourquoi tu me mens Bella ? Riposte-t-il. Je sais que tu ne peux pas t’échapper de ta tour de cristal sans devoir rendre des comptes.
- Non, ne crois pas ça, il n’est pas comme ça …
- Mais tu ne veux pas qu’il apprenne que nous sommes amis ? Me rappelle-t-il.
- Je veux te garder pour moi, ose-je lui avouer dans un souffle.
- Ouais…
- Je t’en prie Jacob, ne te fâche pas, demande-je soudain les larmes aux yeux, sans savoir ce qui me les provoque.
- Est-ce que je me suis déjà fâché contre toi Bella ? Demande-t-il doucement.
- Non …non tu es toujours si…calme, si…patient…

Je ferme les yeux et son image lorsqu’il m’a demandé pourquoi je ne m’intéressais pas à lui, puis sa frustration en me quittant, flashe mon esprit.

- Je m’inquiète pour toi Bella, je ne te sens pas bien là, déclare-t-il soudain.
- Je vais bien…je vais mieux disons…maintenant que je t’entends, que je sais ce que tu fais…parfois, je t’imagine faire des tas de choses extraordinaires et ça m’aide, explique-je d’une petite voix.
- Bella, habille-toi, je viens te chercher ! M’annonce-t-il, inquiet.
- Non…non ! Non…ça va…j’ai juste envie de te dire des choses que j’ai sur le cœur…que je veux que tu saches…par téléphone, c’est plus facile. Et puis…j’ai bu un verre ou deux…, avoue-je.
- Oh Bella…

Je le sens déçu ou encore inquiet, alors j’ajoute pour le rassurer et surtout, pour aller jusqu’au bout de ma pensée :

- Mais ça va…je me sens plus courageuse ! J’ai tellement de choses à te dire Jacob…
- Si tu as bu, tu vas sûrement regretter tes paroles, je vais raccrocher.

Mon sang se glace et je m’écrie d’une voix étouffée :

- Non ! S’il te plait, ne me laisse pas ! Je…je vais arrêter. Tu as raison, c’est mal.

Il hésite encore puis répond, embêté :

- Ce n’est pas que c’est mal, surtout si tu les penses vraiment mais je sais que tu vas te réveiller demain matin et que tu vas regretter. Ensuite, je n’aurai plus de nouvelle de toi parce que tu auras honte et ça, je ne veux pas !

Je ferme à nouveau les yeux, laissant sa chaude voix envahir ma tête puis le contempler mentalement, car son visage est gravé dans mon esprit dans les moindres détails. Et cette nouvelle envie de briser les barrières me reprend lorsque je m’entends lui chuchoter :

- Je ne peux plus me passer de toi alors tu auras toujours de mes nouvelles.
- Bella…tu devrais dormir, murmure-t-il d’une voix rauque.
- Oui tu as raison…je vais dormir.

Sans même lui dire bonne nuit, je ferme mon téléphone, laissant les larmes couler sur mes joues et mouiller mon oreiller. Je prends soudain conscience de ce que je viens de faire et mon cœur s’accélère de plus belle…trouant ma poitrine. Je ne vois aucune issue à mon problème, je me sens si prisonnière. Mais mon esprit est bizarrement beaucoup plus clair. Je pense que le regard noir de Jacob m’a fait l’effet d’un électrochoc car je connais maintenant la réponse à la question que je me posais ce matin, sur la terrasse et ma souffrance est encore plus grande.

32 – Je vais me battre !

J’ouvre les yeux et mon rêve s’évapore aussitôt, me laissant juste une sensation agréable car je sais que je rêvais de Bella. Je ne bouge pas, essayant de me souvenir mais rien. Pourtant, je me sens bien et soudain, ses paroles prononcées au téléphone cette nuit me reviennent en tête comme une belle musique. Une douce chaleur m’envahit et surtout, une joie immense ! Après ces mots, mes espoirs se transforment de plus en plus en certitude. Je ne lui suis pas indifférent et je pense même que je suis plus qu’un bon copain ou qu’un ami. «Je ne peux plus me passer de toi… », Je souris en me mettant sur le dos, les yeux perdus dans le plafond mais c’est surtout le « Tu as raison, c’est mal » qui me rend le plus euphorique. « C’est mal », ça veut dire que ses pensées ne sont pas du tout celles d’une fille qui ressent juste de l’amitié pour un garçon. Non, elle ressent sûrement autre chose et lutte contre ça…et si elle lutte, ça veut dire qu’il y a une grosse faille dans son amour pour Edward et que je vais bien finir par m’y faufiler ! Car ma décision est prise. Je vais jouer franc jeu avec elle. Fini de faire le mec insensible pour ne pas qu’elle se sauve ! Dès qu’elle sera à nouveau en face de moi, je lui montrerais mes sentiments. Et mon instinct me souffle, que je dois le faire. Depuis cette nuit, j’en ai la conviction ! Je me sens tout léger, un peu dingue, je sais que j’ai à nouveau la tête à l’envers et que je perds pied. Mais autant jusque là, le fait de me battre contre sa vie de paillettes et son amour pour Edward me paraissaient presque insurmontable, autant ce matin, tout me semble possible ! Ma colère est passée, elle est passée à l’instant même où j’ai entendu sa voix au téléphone. Maintenant, je n’ai qu’une envie, la revoir vite ! Et j’espère qu’elle ne va pas tarder à venir, même si elle m’a dit le contraire cette nuit.

Je prends mon téléphone qui se trouve sous mon oreiller et regarde le numéro avec lequel elle m’a appelé. Je souris car je sais que celui-ci, c’est le bon ! Je l’enregistre tout en me promettant de ne pas abuser, voir de ne pas appeler du tout, afin qu’elle comprenne qu’elle peut vraiment me faire confiance. Pourtant, maintenant, je me sens complètement connecté à elle, comme si plus rien ne pouvait nous séparer. C’est gamin comme réaction mais c’est ce que je ressens et c’est très fort. Sa voix résonne encore dans ma tête mais plus encore, certaines image d’elle où j’avais un doute sur ce qu’elle pensait et qui maintenant sont beaucoup plus claires : quand elle tremblait en me demandant mon numéro de téléphone, quand nous nous sommes rapprochés sur la plage et qu’elle s’est laissée faire, quand elle m’a dit ne pas supporter qu’Edward sache mon existence dans le garage et maintenant, ses belles paroles…prononcées dans un moment de faiblesse mais qui semblaient si sincères. Oui, je suis décidé, je vais maintenant abaisser chaque barrière une à une, en douceur, et je verrais comment elle réagit. En tous cas, il est hors de question que je laisse couler, plus maintenant !

D’un bond, je me lève alors et enfile mon jeans. Puis, j’ouvre la porte de ma chambre et entre dans la cuisine. Mon sourire s’évapore lorsque je vois Leah assise à table avec mon père, une tasse de café à la main. Elle me sourit faiblement et même si je pensais encore hier que j’étais calmé, que je pourrais lui parler, le fait de la voir me fout les nerfs et je lui lance un regard noir sans répondre. J’entends le fauteuil de mon père qui bouge et il dit :

- Bon, je vous laisse…
- A plus tard Billy, répond Leah d’une voix toute gentille.

J’avale une gorgée brulante de mon thé et reste dos à elle pendant quelques secondes. Puis, je me retourne et me calle bras croisé contre le meuble en la toisant sévèrement. Son visage se crispe et elle baisse la tête sur sa tasse. Je remarque des cernes sous ses yeux mais elle ne semble pas détruite comme je le craignais. Je me rappelle la promesse que j’ai faite à Sam et moi, contrairement à lui, je n’ai pas envie de la ménager alors je lui lance sur un ton léger mais sec :

- Sam se marie ! C’est pour le printemps prochain…On a bien fêté ça hier soir !

Elle relève brusquement la tête sur moi, les larmes immédiatement aux yeux.

- Quoi ?

Ma pitié revient mais je garde mon air froid et distant en répondant :

- Sam m’a demandé de te prévenir.
- Sam t’a demandé …, marmonne-t-elle sans finir sa phrase.

Je soupire, car je sais que je suis déjà en train de me ramollir. Je finis ma tasse et la pose dans l’évier. En passant près d’elle, je vois une larme couler le long de sa joue.

Ah nom d’un chien ! Alors, j’hésite deux secondes mais finis par mettre ma main sur son épaule. Aussitôt, un spasme la secoue et je sens qu’elle craque. Je m’accroupis près d’elle et relève ses cheveux qui pendent pendant qu’elle me cache son visage dans ses mains.

- Leah …
- Oh Jacob, je ne vais pas y arriver…, sanglote-telle.
- Leah, enfin…il faut que tu l’acceptes bon sang ! Sam aime Emily…il va l’épouser !
- Non…, pleure-t-elle de plus belle. Je ne pourrais pas l’accepter, je ne peux pas…

Je me relève et la prend contre moi. Elle m’enlace la taille et pleure contre mon ventre toutes les larmes de son corps. Je me dis que c’est une bonne chose qu’elle réagisse tout de suite. J’avais peur qu’elle se contienne et qu’elle explose plus tard. Je ne peux pas m’empêcher de penser que mon tour arrivera peut-être aussi. Qu’un jour Bella viendra m’annoncer son mariage, que je n’aurais pas réussi à lui voler et que je serais moi aussi en train de pleurer dans les bras de quelqu’un. Cette image me donne encore plus l’envie de me battre pour elle ! Si Leah n’a jamais osé avec Sam à cause de leur grosse différence d’âge, moi je n’allais pas rester comme ça à cause de notre différence de classe sociale ou parce qu’elle était promise à un autre !

Leah ne se calme pas et je passe ma main dans ses cheveux, la berçant doucement. Alors elle se lève de sa chaise et vient se blottir contre moi. Je la serre tout en déposant un baiser sur son front en murmurant :

- Un jour, tu trouveras quelqu’un Leah…aussi bien que Sam.
- Non, répond-elle d’une voix étouffée dans mon tee-shirt. Personne ne peut le remplacer…
- Mais si…un jour, Leah…soit patiente…

Elle relève son visage inondé vers moi et plante ses yeux rougis dans les miens, scrutant quelque chose dans mon âme que je ne saisis pas. Puis elle déclare :

- Toi seul aurais pu le remplacer…

Je la regarde, surpris par sa déclaration quand elle se soulève sur la pointe de pieds et pose ses lèvres sur les miennes. Je reste de marbre, soudain agacé qu’elle en profite encore alors que j’avais été clair. Je la revois alors le soir de son petit numéro avec Paul et la repousse plus brusquement que je ne le voulais. Ses yeux m’envoient un éclair pendant qu’elle me fixe en mettant ses cheveux derrière ses oreilles d’une main tremblante.

- Ecoute Jacob…, commence-t-elle.
- Non ! C’est toi qui va m’écouter ! Explose-je. Ça t’a amusée de te servir de Paul ? A quoi tu jouais ? Tu sais à quoi tu ressemblais l’autre soir ?
- Jacob…, murmure-t-elle en fronçant les sourcils, le visage crispé.
- Si tu voulais tant que ça le faire, si tu voulais à ce point coucher avec un mec, siffle-je, et qu’il n’y avait que ça qui comptait, tu n’avais qu’à le dire !
- Je te l’ai dit, répond-elle froidement dans un regard noir et accusateur.

Je revois notre discussion le jour où elle voulait profiter de l’absence de mon père et son attitude, déjà révoltante ce jour-là, me fait sortir de mes gons :

- Mais enfin Leah ! C’était juste pour ça ? Pour le faire ?
- Je voulais passer le cap oui, je viens d’avoir dix huit ans, déclare-t-elle hautainement.
- Et alors ??!! Crie-je.
- Et alors, j’en avais marre d’être celle qui…, riposte-t-elle, hargneuse.
- Mais ça change quoi, Leah ? Tu te sens plus vieille maintenant ? Plus femme ? Tu pensais peut être que Sam te verrait autrement ? La pique-je, comprenant soudain où elle voulait en venir.
- Je ne suis plus une gamine ! Crache-t-elle.
- Bah si tu vois…en agissant comme ça tu ressembles à une gamine écervelée…sans scrupule en plus !

Elle lève les yeux au ciel en s’écriant :

- Ah…comme si Paul avait des scrupules !
- C’est peut-être un mec à femmes ouais ! Mais à vraies femmes ! Toi, tu es minable et une vraie…

Je m’arrête là, conscient que je suis clairement en train de dépasser les bornes. Quand Leah me hurle:

- OSE LE DIRE JACOB !!! Dis vraiment ce que tu penses de moi !

Je me tends aussitôt…s’il y a bien une chose dont j’ai horreur, c’est qu’on me hurle dessus. Je revois alors par flash le doux visage de Bella qui me sourit avec tendresse, elle est si différente de Leah…puis celui de Paul en train de rire, insouciant… je revois ensuite Leah quand nous étions enfant et ensuite en couple. J’étais si fier d’elle, j’aimais vraiment la fille qu’elle était devenue, si sérieuse et impulsive à la fois, je la considérais comme ma sœur. Mais son image en train d’aguicher Paul était plus forte que les autres, puis toute sa colère à lui le jour où j’étais allé le voir et qu’il s’était senti manipulé et très mal…

Au sein de notre groupe, j’entends sans qu’ils ne parlent leurs critiques, je vois sans qu’elle ne soit là leurs regards sur elle et je sens alors toute cette honte, la honte de son comportement, l’incompréhension aussi, comme si c’était une autre fille ! Une fille facile. Mais surtout, une fille prête à tout pour atteindre un homme par n’importe quel moyen ! Alors toute ma rancœur remonte à la vitesse du lait qui déborde. Je la regarde, en train d’attendre que je lui réponde et j’ai une violente envie de la secouer. Je déglutis, ravalant ma colère et lui lance avant de quitter la pièce :

- Tu m’as déçu Leah !

Son regard surpris et blessé reste dans ma tête un moment pendant que je claque la porte de la maison. En passant devant sa voiture, je ne peux m’empêcher de frapper violemment sur son capot, libérant ainsi le restant de colère qui m’habitait et je continue ma route vers la forêt, sachant qu’il n’y a que là je me calmerais.

Mes doigts dans la fourrure d’Anoki, je sens déjà que la colère est retombée aussi vite qu’elle est montée, et comme à chaque fois que je me mets dans cet état, je regrette mon attitude survoltée. Je constate aussi que je m’énerve de plus en plus souvent en ce moment et me demande si c’est ça l’amour ? Etre heureux, dans les nuages et dans un état de béatitude profond quand on est avec la femme de sa vie puis la souffrance, la frustration et parfois la colère quand elle n’est pas là ? Je comprends aussi que seule Bella me met dans cet état car je me souviens avoir ressenti le même genre de sentiments quand j’avais treize ans, lorsque j’avais compris qu’elle n’était pas pour moi. Seulement là, c’est plus fort, plus intense car il y a une tension qui n’existait pas à l’époque. Celle d’avoir constamment envie de l’avoir dans mes bras, de l’embrasser, de la caresser et plus encore ! Des choses auxquelles je ne pensais pas du tout gamin (j’avais juste envie d’être avec elle et de l’embrasser mais je ne savais même pas comment faire !) et qui maintenant bouillonnent dans ma tête comme un volcan en ébullition. Je vois les oreilles d’Anoki se tendre et Patamon tourne la tête dans la même direction. J’écoute et entends des voix au loin. Des promeneurs sans doute. J’enfuie plus mes doigts dans la fourrure du loup, lui caresse au-dessus de la tête, entre les oreilles, en lui chuchotant des mots pour l’apaiser. Sur ma gauche, les louveteaux jouent ensemble à se mordre et à se mettre en position de soumission ou de domination. J’en remarque un qui semble plus fort que les autres, un petit gris et je souris, imaginant son pouvoir d’Alpha plus tard sur une autre meute qui se formerait grâce à eux. Le visage de Leah s’impose soudain à moi et mon estomac se contracte.

Oui, elle m’avait déçue…mais en même temps, je sais au fond de moi que je comprends un peu son attitude…même si je la juge mauvaise. Comment allais-je réagir si un jour Bella quittait encore ma vie ? Est-ce que je deviendrais fou ? Méchant ? Capable du pire ? Leah voit le couple de Sam comme je vois celui de Bella et Edward…presque impossible à briser vu leurs engagements. Et si je me mets à sa place, je ressens une telle frustration et une telle douleur que je ne peux que comprendre son ressentiment. Seulement, dans mon cas, il y avait maintenant une lueur d’espoir que Leah n’avait pas du tout. Elle avait voulu atteindre Sam, elle essayait par tous les moyens…je la voyais encore plus jeune, quand elle s’habillait « en femme » avec des talons pour paraître plus vieille, quand elle se maquillait et avait l’air d’un clown, quand elle était toute folle lorsque Sam la prenait en voiture parfois pour l’emmener quelque part, à la demande de Sue…d’ailleurs, un souvenir me revient en tête et me fait sourire. Une fois, elle avait essayé de l’embrasser dans sa voiture et il avait éclaté de rire…il devait avoir dix huit ans à l’époque et elle voulait s’offrir comme cadeau d’anniversaire mais elle n’avait que douze ans et Sam n’avait pas pris au sérieux son adoration. Après, quand elle a commencé à se « former », et qu’il a compris que son amour était « pour la vie », il ne se moquait plus.

Je soupire, tout en me disant que j’allais m’excuser auprès de Leah. Que je n’avais pas à juger ce qu’elle avait fait, qui après tout, ne la concernait qu’elle. Paul s’en remettrait, il s’en était déjà remis je pense…
J’entends à nouveau des voix qui se rapprochent et jette un œil aux petits loups qui entrent précipitamment dans la grotte quasi invisible. Je me relève et Anoki se sauve avec Patamon, sûrement pour surveiller le territoire. Après un petit coup de tête vers Bella, je quitte les lieux. En sortant du bois, je tombe sur un groupe de jeunes d’environs treize ou quatorze ans qui rient et crient à la fois. J’en vois un avec une cigarette et lui rappelle en passant :

- Fais gaffe, les bois sont secs à cette époque ! Ne balance pas ton mégot !
- Ouais ! T’inquiète pas vieux !

Je m’arrête, agacé par son attitude désinvolte et m’approche de lui, menaçant, les dents serrées, puis siffle sur un ton sec en remarquant une bière dans sa main:

- Je te préviens, si je trouve une de ces saletés dans les bois, je fonce chez toi et je te le fais bouffer devant ta mère !
- Eh c’est bon ! S’écrie-t-il. Calme-toi ! Je ne vais pas le jeter !
- Ouais c’est bon m’sieur ! On fait que se balader ! Ajoute une fille avec eux.

Je recule tout en lui jetant un regard mauvais. Je ne supporte pas ces jeunes qui n’ont aucune conscience du mal qu’ils font à la nature qui les entourent, trop occupés à se pavaner, à faire les malins et à picoler comme des idiots dans les bois. Je sais que ce sont des ignorants comme eux qui ont blessé Anoki et ma colère se ravive toujours quand je tombe sur une bouteille ou un truc tranchant. Même le papier me fout en rogne ! Et s’il y a bien un truc que je déteste par-dessus tout et qui m’angoisse, ce sont les cigarettes ! Mais, aujourd’hui, je ne peux que les prévenir ou les menacer car je sais que je ne pourrais jamais en prendre un sur le fait. Je les laisse et rejoins ma voiture, encore plus en colère qu’à mon arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 5 Juin - 11:26

comme toujours j'attend la suite et je suis contente que bella a donner son numéro a jacob
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Aujourd'hui à 14:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pensez-vous que Bella aurait "survécue" sans l'aide de Jacob ?
» Discution sur la fin du 2ème tome et le debut du 3eme (Histoire Jacob Bella et Edward)
» Produits dérivés Jacob/Bella
» Cadeau d'anniversaire
» Amour Jacob/Bella, Edward/Bella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: