Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Jeu 5 Aoû - 0:16

-Gros gros retard mais j'arrive !-

* Touchante la discussion Sam Jacob.

* Quand Jacob trouve Leah ça m'a fait un choc ! Au début j'ai pensé qu'elle était morte dans cette grotte. Pendant que Jacob cherche du secours, on ressent bien sa panique.

* J'aime toujours autant les passages Paul- Rachel Et WOW ! La déclaration qu'il fait à Rachel ! Shocked Je ne m'attendais pas à ça ! Rachel lui donne vraiment des ailes !

* Concernant Rachel et sa subvention, je pense à un certain Carlisle, non ?

* J'ai bien aimé le moment où Bella et Jacob doivent se parler en sortant de l'hôpital. Et Jacob qui croit que tout est fini, le pauvre.

* Belle scène sous la douche avec Jacob et Bella ! Very Happy

* Quoi ? Shocked Jacob se fait attaquer ! confused
En tout cas j'ai beaucoup aimé la description de la scène dans la tête de Jacob qui essaie de sauver sa peau. Mais j'ai très peur de connaître la suite ...

* Cool de connaître toute la vérité sur Edward et ces cachoteries.

* Oh mon dieux ! Paul donne un coup à Carlisle ? ah non mais alors là déjà j'ai les boules pour Jacob car on sait pas la suite, mais désolé Titi mais après Paul m'a fait rire et je parle même pas du moment où Esmée sort qu'il faut le virer de chez elle lol -je dois être la seule qui a dût rire non ?- Mais à côté de ça j'étais en flippe avec Bella qui attend une réponse.

*Et Paul et Rosalie ! Razz Ah celle-là, on l'avait pas vu venir.

Bon et bien j'ai un peu les boules de connaître le sort de Jacob ... mais j'ai hâte de lire la suite. Là, tu nous fais flipper !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Jeu 5 Aoû - 0:18

contente de te revoir Vanille !!! pour la subvention je pensais aussi a Carlisle !!!
le sort de Jake m'inquiète beaucoup aussi!!! je suis surtout impatiente de savoir qui les a envoyer!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 8 Aoû - 7:54

Et bien, je vois que les méninges ont chauffé lol
Tout ce que j'espère, c'est que je ne vais pas vous décevoir !
J'ai écris le dernier chapitre pendant mes vacances et j'en suis l'épilogue donc préparez-vous tout doucement Wink

Je vous remercie toutes pour vos petits commentaires, Vanille, merci à toi d'avoir rattrapé ton retard Smile

Voici donc la suite ! Bonne lecture et bon dimanche Smile

(PS : Vanille...désolée mais j'avais ça en tête depuis le début et crois-moi, ça a été dur lol...disons qu'un passage similaire dans les livres m'avait bouleversé et cette image m'est toujours restée en tête)

* * * *

61 – Choc

Son mutisme m’a rendue folle et je lui ai tellement crié dessus lorsqu’il m’a laissé devant chez moi qu’il a fini par réagir et m’a secoué un peu pour que je me calme. Lorsque j’ai réussi à me concentrer sur lui, il m’a expliqué, retrouvant enfin pied avec la réalité qu’il avait perdue en entrant chez les Cullen :

- Il m’a demandé d’aller te chercher et de te ramener chez Charlie !
- Mais…
- Il ne veut pas te voir aujourd’hui !
- Non, ne me fais pas ça Paul ! L’avais-je supplié. Dis-moi ce qu’il s’est passé ? Pourquoi en voulais-tu aux Cullen ?
- Il m’a aussi interdit de faire quoique ce soit aux Cullen et j’ai eu beaucoup de mal à me maitriser ! Bandes de salopards…
- Paul, par pitié…dis-moi ce qu’il s’est passé !!!

J’avais l’impression d’exploser de partout.

- Ça non plus, il ne veut pas que je te le dise…en fait, je devais juste aller te chercher ! Voilà ! Je suis allé te chercher ! Maintenant, tu restes là et tu attends demain matin que je vienne. Je t’emmènerais à lui.
- Est-ce qu’il est à l’hôpital ?
- Non…

Mon cœur ne battait plus normalement, j’avais eu du mal à reprendre ma respiration. Mais je voulais savoir !

- Paul, je t’en prie…
- Lâche-moi Bella. J’ai des envies de meurtres ce soir… Qu’est-ce que je t’avais dit hein ? a-t-il sifflé les dents serrées. Toute cette histoire ne pouvait mener qu’à ça !
- Mais dis-moi ce qu’il s’est passé ! l’avais-je supplié, ne comprenant pas sa retenue. Il est blessé ?
- Je serais là demain matin…et je te préviens, si tu bouges avant…
- Non…je t’attendrais, avais-je répondu, résignée.


Et depuis, j’attends devant ma fenêtre en faisant tourner ma plume d’aigle entre mes doigts. Je me suis imaginée toutes sortes de choses, angoissant plus à chacune de mes idées. Je déteste Paul ! Pourquoi faut-il qu’il soit aussi à cheval sur les paroles ! Je n’en peux plus de ne rien savoir ! Même mon père est de mèche avec eux, il m’a interdit d’y aller mais ne semble pas avoir plus d’information. J’ai un énorme trou dans la poitrine, mon cœur bat une fois sur deux et j’ai ma tête qui me serre, prête à exploser.

Je perds patience quand soudain je vois le 4 X 4 gris métallisé se garer devant chez Charlie. Aussitôt, je quitte ma fenêtre et cours dans les escaliers pour quitter mon enfer. Paul ne descend même pas de la voiture et je grimpe dedans comme une furie.

- Salut…
- Salut ! Comment va-t-il ? Demande-je aussitôt, car je sais qu’il doit être blessé.
- Mieux…il a accepté de te voir, ce dont je n’étais pas vraiment sûr hier…, m’avoue-t-il.

Mon cœur s’accélère. Que s’était-il passé pour que Jacob refuse de me voir ?


Plus nous approchons de chez les Black, moins j’arrive à respirer. Je le sens, il s’est passé quelque chose de grave, quelque chose qui va changer notre relation ou changer Jacob. Depuis que nous avons quitté ma maison, je n’arrête pas de voir son image : le jour où nous avons pêché ensemble, lorsque le soleil faisant ressortir la couleur si particulière de sa peau puis sur la plage, lorsque je m’étais assoupie, hypnotisée par ses cheveux noirs que le vent fouettait et qui le rendait si beau. Son sourire, si radieux pendant tous ces moments heureux jusqu’au dernier (était-ce le dernier ?), le soir où j’avais dormi dans son lit et que je l’avais contemplé pendant des heures. Paul tourne dans la propriété et je retiens mon souffle. Lui, son visage est grave et tendu. Sombre aussi… Il semble hésiter mais descend de la voiture et du coup, je n’ose pas le suivre. Il fait le tour, m’ouvre la porte et me dit d’une voix que je ne lui connais pas, pleine de douceur et de tristesse :

- Allez viens …

Je me laisse glisser et il me rattrape. Puis, sentant que je suis incapable de marcher correctement, il me soutient par le bras mais, au lieu de m’emmener vers la maison, il me dirige vers le garage alors surprise, je demande :

- Mais ? Je croyais qu’il était blessé ?

Paul ne répond pas mais ses mâchoires se crispent. Il continue d’avancer et soudain, je reprends espoir. Mais malgré tout, une boule d’angoisse me plombe l’estomac et je le suis, les jambes flageolantes. Une fois devant les portes, il me retient et me dit doucement :

- Vas-y…il t’attend.
- Tu ne viens pas ?
- Non…mais je suis là, déclare-t-il en me faisant un geste bref vers la maison.

Alors il me lâche et je le regarde s’éloigner avec une furieuse envie de lui crier de revenir. J’ai peur, peur de ce qui m’attend. Peur d’avoir perdu Jacob…
Je souffle un grand coup et me décide à avancer dans le garage où il fait sombre. Au bout de quelques pas, je stoppe net ma marche au niveau de l’entrée, sentant aussitôt le sang quitter mon corps.
Il est assis, dans la pénombre…le soleil éclaire son dos. Ce sont ses vêtements, ce sont ses mains mais ce n'est pas lui. Je me sens descendre et je m'accroche à la porte que j’attrape pour ne pas tomber. Nos regards se croisent et Jacob doit comprendre que je ne pourrais pas faire un pas de plus car il se lève et avance lentement vers moi. Son visage est si grave, je ne le reconnais pas et pourtant, une voix au fond de moi me crie que c'est lui, que c'est toujours mon Jacob. J'entends un bruit claquant à mes oreilles et lorsqu’il pose ses mains si calmes sur les miennes, je comprends alors que c’est moi qui, en tremblant tellement, fait vibrer la porte.

- Bella…
- Oh Jacob, sanglote-je. Qu’est-ce qu’on t’a fait ?

La douleur est si forte. Comment a-t-on pu lui faire du mal ? Qui a osé le touché ? Lui qui est si pur et si doux. J’ose lever les yeux sur lui, cherchant à retrouver le visage de celui que j’aime tant. Ses cheveux courts un peu en bataille, sa profonde entaille sur la joue, son arcade sourcilière recousue…son visage est si dur à présent, ses yeux si noirs. Quelqu’un l’avait frappé et l’avait humilié en lui retirant ce que j’aimais le plus chez lui. Comme si on l’avait amputé d’une partie de lui-même. Je ferme les yeux, éclate en pleurs et il me prend contre lui en chuchotant :

- Tout va bien Bella…tout va bien.

Je n’arrive pas à répondre, ma gorge est trop serrée.

- Je t’aime, me dit-il avec force à l’oreille.

Il me berce quelques secondes puis m’oblige à le regarder. J’ai beaucoup de mal, je ne le reconnais pas, le choc est trop violent, Paul aurait du me prévenir ! Et comme si Jacob lisait dans mes pensées, il me dit :

- Je ne voulais pas te voir hier car j’étais encore très mal…mal physiquement et surtout mentalement.
- Oh Jacob…
- J’ai demandé à Paul de ne rien te dire car je savais que ça te bouleverserait. Je sais à quel point tu…

Il ne finit pas sa phrase et je lève la tête vers lui. Alors, je le vois enfin…mise ainsi, contre lui, je retrouve ses traits et je reprends ma respiration. Mais je vois une larme couler sur sa joue et son front se plisser, le regard porté vers la forêt. Il serre les lèvres et je demande dans un murmure :

- Tu as mal ?
- Non…Je ne pleure pas pour moi, je m’en tape de mon physique, répond-il. Je pleure parce que c’est ce que ma mère aimait le plus en moi, tout comme toi. Tous les soirs, elle me les brossait avec fierté, dit-il en me caressant les cheveux, elle les trouvait magnifique…si elle me voyait aujourd’hui, surtout si elle les avait vu faire…elle serait morte de chagrin.
- Jake…
- Mais je suis entier, c’est tout ce qui compte ! Même si je me suis pris une bonne raclée, murmure-t-il gravement en baissant les yeux vers le sol, comme s’il avait honte de lui.
- Combien étaient-ils ?
- Cinq…, répond-il en soupirant.

Ainsi, on ne lui avait laissé aucune chance. Je repense à l’attitude de Paul, au fait que Jacob lui avait demandé de venir immédiatement me chercher chez les Cullen et j’ose demander, le cœur battant :

- Et tu les connaissais ?
- Eux non…

Il hésite et plante son regard noir dans le mien. Je capte aussitôt le message qu’il me transmet et ma tête se met à bourdonner violemment. Ma poitrine me serre et les larmes coulent à nouveau. Alors je l’entends me dire :

- Pourquoi es-tu allée chez eux ?
- Edward m’avait demandé de passer hier soir…oh, Jacob, je suis tellement désolée ! C’est lui ? Ose-je demander.

Mais je ne peux pas y croire ! Et même lorsque Jacob hoche la tête, je ne le crois pas. C’est impossible.

- Edward ne ferait jamais ça, dis-je fermement.
- Pourtant, c’était lui…ils me l’ont dit, répond-il tristement. Bella…je ne veux pas le discréditer à tes yeux mais là, j’ai peur pour toi. Je préfère te dire la vérité. Ces types m’ont clairement fait savoir qu’ils venaient de sa part et Edward t’a fait venir chez lui hier soir…c’était calculé ! Qui sait ce qu’il serait capable de faire pour te garder ?
- Il ne veut pas me garder ! Riposte-je aussitôt. Il ne m’aime plus ! Il va partir en France ! Avec Eli…

Je m’accroche furieusement à cette idée ! Edward m’a peut-être trompée mais je sais qu’il n’est pas mauvais ! Cette fille est pour moi la seule preuve qu’il est innocent, son amour pour elle m’apparaît soudain comme quelque chose de bien ! Je sens à nouveau cette complicité entre lui et moi m’envahir, ce besoin de le protéger contre sa famille et maintenant contre ces folles accusations !
Jacob me dévisage et je vois dans ses yeux un éclair.

- Jacob…je t’assure…nous avons parlé longtemps hier et tout est clair entre nous. Il m’a même dit qu’il t’appréciait !
- Foutaise ! Lâche-t-il les dents serrées en se dégageant brusquement de moi.

Bon sang ! Il a l’air si amer et je comprends alors qu’il se retenait jusque maintenant d’exploser pour ne pas me bouleverser d’avantage. Son visage s’est tellement assombri. Mon soleil s’est éteint et moi, j’ai le cœur en miette. Il me regarde à nouveau et ajoute :

- Regarde-moi Bella ! Tu crois franchement qu’il m’apprécie ?
- Jacob, couine-je, bouleversée, je suis désolée, j’aurai du rester près de toi…
- Ça n’aurait rien changé ! Il voulait m’avoir, il m’a eu ! Et moi, je n’ai pas assuré ! S’écrie-t-il, soudain furieux et le regard noir. J’aurai dû les avoir ! Je n’ai même pas tenu deux minutes !!!
- Jacob, arrête !

Mais sans m’écouter, il me laisse en plan et s’éloigne rageusement vers le chemin qui mène à la plage…je le regarde partir, poings serrés, les muscles de ses bras tendus le long de son corps et je comprends alors quand il me disait souffrir mentalement : il avait été battu et il n’acceptait pas cette idée.

Les jambes flageolantes, complètement déboussolée, j’avance droit devant moi sans vraiment voir où je vais…mes larmes brouillent ma vue et je butte dans une pierre mais aussitôt, je sens qu’on m’enveloppe et je m'écroule dans les bras de Paul, anéantie, brisée.

- Il va mieux Bella, murmure-t-il à mon oreille en me redressant contre lui. L'état dans lequel je l'ai trouvé...je n'oublierais jamais cette image...il valait mieux que ça soit moi.
- Il a tellement changé, sanglote-je contre son tee-shirt. Je l’ai perdu…
- Mais non…Pour l’instant, il est en colère contre lui-même mais je vais m’en occupé, me promet-il. C’est surtout son amour propre qui est blessé.
Il inspire profondément et mon corps suit le mouvement du sien. Bizarrement, je me sens plus apaisée, comme s’il venait de me communiquer son calme et son optimisme.
- Ce geste…, déclare Rachel, que je n’avais pas entendue venir près de nous, c’est un geste d’humiliation. Chez les guerriers samouraïs, c’était le déshonneur ultime…dans la culture indienne, c’est un trophée quand on a vaincu son adversaire... Il a besoin de reprendre confiance en lui, c’est tout.

Je me dégage en reniflant pour faire face à la sœur de Jacob. Paul me tient toujours dans ses bras et Rachel pose sa main sur mes cheveux puis les caresse, le regard triste.

- Je vais m’en occuper, répète Paul. Là, il n’a qu’une envie, c’est se battre et je suis là pour ça.

Rachel tourne vivement la tête vers lui et répond :

- Il est hors de question qu’il se batte encore ! Il vient de subir un choc, c’est très humiliant ce qu’il vient de vivre !

Paul me lâche et Rachel en profite pour passer son bras autour de mes épaules et m’attire contre elle, comme pour me protéger. Je me sens soudain enveloppée par une amitié que je ne soupçonnais même pas. Par ce geste, je sens tout de suite qu’elle m’apprécie beaucoup et qu’elle veut me communiquer tout son soutien. Je lève les yeux vers elle et j’ai à nouveau l’impression d’être minuscule car elle est presque de la même taille que Jacob. Je remarque alors que Paul croise les bras et la défie du regard en répondant :

- Jacob est bien au-dessus de l'apparence ! Il n’est pas en colère pour ça ! Mais tu te rappelles ce que je t'avais dit ? Lui lance-t-il sèchement. Je vous avais tous prévenus ! Tu vas me répondre encore que j’avais tort de m’inquiéter et que ton frère n’avait pas besoin de protection ?
- Il est grand ! Riposte Rachel en me serrant plus fort, visiblement ennuyée que Paul ait élevé la voix. Il n’a pas besoin de nous ! Et même après ça, je te réponds la même chose ! Il doit se débrouiller seul !
- Il a besoin de reprendre confiance en lui, oui, mais pas pour son apparence ! Mais en tant qu’homme ! Pour ça, il a besoin de nous, répond-il plus calmement. Ton frère n’a pas su se défendre Rachel ! Et je ne veux plus jamais que ça se reproduise !
- Où est-il parti ? Marmonne-je en le coupant.
- Sur la plage…il m’attend, répond-il en baissant les yeux sur moi.
- Il avait l’air d’avoir envie d’être seul, déclare-je, surprise par son affirmation.
- Détrompe-toi, il est en train de bouillir là…

Je déglutis et Paul lit la peur sur mon visage.

- T’en fait pas ! M’assure-t-il. Je vais te le remettre d’aplomb rapidement. Mais il est surtout dégoûté car je l’avais prévenu…
- Très bien…je suppose qu’il vaut mieux que je rentre chez moi pour l’instant ? Demande-je espérant que Paul me dise de l’accompagner.
- Oui, il vaut mieux…

Et sur ces paroles, il nous laisse et se dirige vers le chemin que Jacob a emprunté quelques minutes plus tôt. Rachel le regarde partir en soupirant et m’enveloppe de son deuxième bras en déposant un baiser sur mes cheveux. Je me serre contre elle, l’entoure par la taille et me laisse aller, pleurant à nouveau toutes les larmes de mon corps. Elle me berce doucement en me chuchotant des « ça va aller », « Jacob est fort », et lorsqu’elle sent que je me calme, elle se dégage, me regarde en souriant avec douceur puis m’essuie mes larmes sur mon visage comme une mère. J’ai l’impression de la voir pour la première fois, je vois en elle la mère de Jacob que je n’ai pas connue, je vois dans ses yeux brillants un amour infini pour lui, pour Paul, et peut-être un peu pour moi ? Je vois en elle une alliée, une sœur, quelqu’un sur qui je pourrais toujours compter et je lui souris franchement au travers de mes larmes pour la remercier de tout ça. Elle me prend par les épaules et me dirige vers la maison rouge.
J’espère que Jacob va vite redevenir celui que j’ai connu, même si physiquement et mentalement, il semble diminué. Mon cœur a l’air d’avoir repris un rythme normal maintenant que la tempête est passée. Je pense à Edward et je n’arrive pas à imaginer une seule seconde qu’il puisse être derrière cette attaque mais je préfère écouter Jacob et rester à distance des Cullen pour l’instant. Je me rends compte que je n’ai pas de voiture, que ma camionnette est restée à la villa. Alors, je me laisse guider par Rachel vers la maison de Billy.


62 – Je me suis pris une belle leçon !

J’entends ses pas sur le sable derrière moi mais je ne veux pas me retourner pour croiser son regard. Il sait parfaitement pourquoi je suis là sinon il ne m’aurait pas rejoins et depuis hier, lui seul peut canaliser mon envie de tout casser.
Quand j’ai ouvert les yeux sur lui hier soir, j’étais soulagé, pensant que j’étais sauvé mais en voyant son expression de visage, j’ai tout de suite compris que j’étais encore plus mal que je ne le pensais. Je me souviens mettre accroché à ses épaules, complètement désorienté. Ma tête était atrocement douloureuse, mon visage me brulait et ainsi que mon dos. Ce qui m’avait le plus choqué et que je n’oublierais jamais, c’était que lorsque Paul m’avait aidé à me redresser, j’avais vu des larmes couler sur ses joues. Le visage fermé, secoué de brefs spasmes, il n’osait pas me regarder en face et j’ai vite compris pourquoi lorsque j’ai vu une mèche de mes cheveux tomber de mon épaule sur le sol. Mon sang s’était glacé d’un coup et j’avais passé ma main dans mon cou en tremblant. Puis, j’avais soupiré, m’en doutant un peu quelque part, lorsque j’avais vu la lame contre ma joue. En passant machinalement ma main sur mon visage, du sang avait recouvert mes doigts et en touchant, j’avais découvert une entaille à la joue. Mon œil droit était un peu collé et j’avais vite que compris que c’était du sang qui me le fermait. Paul n’avait toujours pas posé les yeux sur moi, le poing fermé contre sa bouche, ses yeux fixant le sol avec intensité, il était tendu à l’extrême. Rachel était entrée et avait aussitôt couru vers moi en poussant un cri de stupeur. Elle m’avait pris dans ses bras et avait passé ses mains dans les cheveux qu’il me restait. Son visage contre le mien, elle avait pleuré et m’avait demandé qui m’avait fait ça plusieurs fois mais je ne voulais pas répondre…pas à cet instant ! Je m’étais senti un peu en état de choc, me repassant la scène en boucle dans mon esprit et surtout, entendant leur dernière phrase comme un écho dans ma tête. Rachel avait supplié Paul de m’emmener à l’hôpital mais avant qu’il réponde, j’avais dit non. Alors, il était allé chercher des pansements et de l’alcool. J’avais sursauté lorsque j’avais reconnu la sacoche qui contient sa tondeuse qu’il a toujours dans le vide poche de son 4 x 4. Il avait tendu la trousse de soin à Rachel et était venu se placer derrière moi pour me soutenir, pendant qu’elle me nettoyait le visage avec d’infinies précautions en disant :

- Paul, il faut qu’il aille à l’hôpital pour son arcade sourcilière.
- Non, avait-il répondu d’une voix rauque. Je m’en occuperais…

Et Rachel avait hoché la tête, n’insistant plus face à deux refus, puis avait planté ses beaux yeux noirs pleins de larmes dans les miens en chuchotant :

- Je t’aime petit frère…ça va aller…on va s’occuper de toi.

Une fois terminé, Paul s’était lever pour prendre sa sacoche et j’avais fermé les yeux pendant qu’il mettait la tondeuse en marche et qu’il l’avait passée une première fois sur ma tête d’une main ferme.

- Il vaut mieux égaliser maintenant, avait murmuré Rachel entre deux sanglots tout en nettoyant ma joue avec un peu d’eau.

Je me souviens que je lui avais même souris car elle semblait si bouleversée que je voulais la rassurer sur mon état physique. Puis la colère avait commencé à gronder en moi pendant que je sentais la machine passer sur mon crâne. J’imaginais Bella face à moi, j’imaginais sa déception, sa peine et le choc qu’elle allait ressentir…peut-être que je lui plairais moins qu’avant ? Peut-être était-elle retournée avec lui ?! Elle qui était encore chez les Cullen ! Ma main avait stoppé le geste de Paul et d’une voix blanche que je n’avais même pas reconnue, je lui avais ordonné :

- Paul, va chercher Bella ! Mes cheveux et mon arcade attendront…
- Où est-elle ?
- Chez lui…

Sans répondre, il avait quand même remis la machine en marche, avait passé encore deux coups dans mes cheveux puis l’avait éteint définitivement. Pendant que Rachel finissait de me nettoyer, Paul avait cherché mes clefs de moto puis avait pris mon engin mais avant qu’il ne passe la porte, je l’avais interpellé :

- Paul, attends!

Il s’était retourné avec patience.

- Finalement, ne la ramène pas ici, pas maintenant…je dois me préparer…me préparer à sa réaction et là…
- Oui demain ça sera mieux, avait-il affirmé calmement.

Je me souviens avoir ressenti un profond déchirement en me rappelant un moment avec elle, sur la plage, lorsqu’elle avait passé sa main dans mes cheveux, puis encore sur la moto, quand j’avais senti ses doigts jouer avec ma queue de cheval …mais le souvenir qui m’avait littéralement détruit était lorsqu’elle m’avait avoué à la rivière qu’elle me trouvait beau. J’avais hésité devant le regard patient de Paul qui sentait que j’avais un truc à ajouté. Alors je lui avais murmuré :

- Tu sais, elle m’aimait vraiment comme ça….
- Ce n’est qu’une apparence Jacob…
- Je sais mais…elle les aimait vraiment…Ne lui dis rien…pour moi, ramène-la ici que demain matin…aujourd’hui, j’ai besoin d’être seul… et surtout, ne touche pas les Cullen !

Il avait fini par me regarder droit dans les yeux et m’avait répondu, sèchement :

- Je vais chercher Bella !

Rachel l’avait regardé partir, un peu anxieuse.


A son retour, elle avait poussé un soupir de soulagement et s’était jetée sur lui. Ça m’avait fait bizarre de les voir comme ça, ensemble, la voir l’embrasser avec autant d’amour et lui, la regarder avec autant d’adoration. Malgré mon état, j’avais pensé que leur couple était maintenant un roc que plus personne ne pourrait briser, même pas eux.
Paul m’avait vaguement raconté son escapade et j’avais soupiré à son histoire avec le docteur Cullen mais voilà, c’était fait. Bella était maintenant en sécurité chez Charlie, c’est tout ce qui comptait ! Puis, Paul avait demandé à Rachel de nous laisser et seuls tous les deux, je lui avais expliqué en détails mon agression, évitant de le regarder dans les yeux pour éviter son jugement sur la façon dont j’avais géré le combat. Il ne m’avait rien dit, il m’avait juste écouté sans broncher, les deux mains jointes en poing sur ses lèvres. Puis Sam et Leah étaient arrivés et ils avaient été bouleversés par mon état. Physiquement, je savais que ça devait être choquant et Paul avait profité de leur arrivée pour me recoudre avec l’aide de Leah, parfaitement remise maintenant et qui m’avait regardé avec beaucoup de tristesse. Puis, je leur avais tous demandés de me laisser. J’avais besoin d’être seul, seul avec ma conscience, seul avec ma colère.

Bella n’était pas triste ou furieuse…elle était détruite. Jamais je n’oublierais ses yeux, s’agrandirent de stupeur puis se remplirent de larmes…je la voyais encore s’accrocher à ma porte, ses jambes ne la portant plus. Mon état l’avait anéantie. Elle n’avait pas supporté qu’on me fasse du mal mais il valait mieux qu’elle sache la vérité et je n’avais pas pu me taire. Surtout que je craignais d’autant plus pour elle ! Et elle l’avait encore défendu ! Malgré ce que je venais de lui dire et dans l’état où j’étais…
Je n’avais plus supporté d’être près d’elle, à cet instant, je me sentais si honteux et si en colère contre les Cullen (et peut-être même contre elle) que j’avais préféré la laisser.


Maintenant, il fallait que je fasse le point sur tout ça, sur moi-même, sur ce que je comptais faire…j’entends les pas se rapprocher. Il se place à mes côtés et fixe l’océan en silence. Je tourne alors la tête vers lui et il ose me regarder. Après quelques secondes où nous nous dévisageons sans parler, je vois un léger sourire se dessiner sur ses lèvres puis il me dit :

- Ça te va bien…Ça te rend plus vieux, moins …
- Moins stupide et bouché ? Le coupe-je sèchement.
- Peut-être oui !

Il sourit plus franchement et tourne à nouveau son regard vers l’océan. Je l’imite, inspirant puis expirant un grand coup. Paul ferme et détend ses doigts, comme il fait toujours avant l’échauffement et par reflex, je retire l’élastique de mon poignet et passe ma main dans mon cou mais la laisse retomber aussitôt, dépité. Alors, de rage, je tends l’élastique vers le ciel et le lâche pour le regarder filer dans l’eau. Paul me regarde faire et finit par sourire en disant :

- Pollueur…

Il essaie de détendre l’atmosphère mais moi je suis au bord de l’explosion. Je ne réponds pas et me dirige vers le milieu de la plage, là où nous nous entrainons toujours. Il me rejoint et sans même que je m’y attende, il me met un grand coup entre les épaules. Surpris, je reprends mon équilibre et me retourne alors qu’il se place en position de défense sans me quitter des yeux.

- Tu ne m’as pas écouté Jacob ! Lâche-t-il sévèrement.
- Je sais…
- Tu n’as pas tenu compte de ton environnement ! Tu t’es focalisé sur une cible…
- Je sais ! Riposte-je, hargneux, sentant la colère à nouveau gronder en moi. J’aurai dû les avoir…, ajoute-je plus bas, me parlant à moi-même.
- Oui ! Affirme-t-il presque dans un claquement. Tu aurais dû les avoir ! Qu’est-ce qui t’a déstabilisé ?
- Rien ! Je suis mauvais c’est tout !
- Non, ça je n’y crois pas ! Ricane-t-il. Non…tu t’es laissé distancer Jacob ! Tu as oublié ton champ de vision pour te focaliser sur un mec qui a permis aux autres de te descendre…Alors, je répète : qu’est-ce qui t’a déstabilisé ?
- Rien ! M’écrie-je, agacé. Ils étaient plus forts, ok ? Et moi, je n’étais pas prêt !

Il se rapproche de moi, dents serrées, menaçant, et me dit d’une voix sifflante :

- ça non mon gars, tu n’étais pas prêt et tu sais pourquoi ? Parce que tu n’as jamais fait l’effort de te concentrer à cent pour cent !
- C’est faux !
- Ah oui ? Alors QU'EST-CE QUI T'A DESTABILISE ???!! Hurle-t-il.
- BELLA !!!! Lui aboie-je au visage. Bella m’a foutu en rogne parce qu’elle était avec lui ! J’ai vu rouge Paul, la jalousie m’a mordue comme un serpent hier soir ! Je n’avais jamais ressenti ça, j’ai cru que j’allais devenir fou !

Il se recule et hoche la tête, satisfait de m’avoir fait craquer, d’avoir dit ce qu’il attendait depuis le départ. Soudain, je sens une présence derrière moi et me retourne pour découvrir Sam qui, les mains dans les poches arrières de son jeans, me fixe calmement. Je suis vraiment surpris de le voir et ça doit se lire sur mon visage car il me dit sur un ton léger :

- Tu vois, tu ne m’as même pas entendu approcher…

Honteux, je baisse la tête face à mes deux mentors. Toutes ces années d’entrainement avec eux me reviennent à l’esprit comme un flash et je réalise alors que par rapport au début, j’avais pris leurs conseils moins au sérieux, que j’avais mis moins de volonté dans mes combats, que j’avais baissé ma garde et que si je les avais plus écouté, hier soir, j’aurai peut-être pu m’en sortir avec honneur.

- Dis-moi ce que tu ressens…, demande-t-il, avec ce calme qui le caractérise.
- Je ne sais pas si j’arriverais encore à me regarder dans une glace…pas pour mon apparence, marmonne-je, quand même touché parce qui m’était arrivé. J’ai honte de moi, avoue-je. Honte de ne pas avoir assuré, honte de m’être fait traité comme ça…honte de ne pas t’avoir écouté, avoue-je à mi-voix en regardant Paul. Et je suis en colère aussi…

Paul lève un œil vers moi mais ne parle pas, attendant la suite. J’hésite puis avoue ce que je ressens :

- Je suis en colère contre elle…je n’ai pas décoléré depuis hier. Je ne comprends pas ce qu’elle est partie faire là-bas et pourquoi elle le défend…
- Il va falloir que tu passes au-dessus de ça, déclare Sam. Tu ne peux pas garder cette colère en toi. C’est malsain et Bella n’est pas celle contre qui tu dois te décharger.
- Je sais…mais je le sens au fond de moi…je lui en veux…je ne la comprends pas…j’aimerai tellement que tout redevienne comme avant, finis-je dans un murmure brisé.
- Bien ! Claque Paul dans un demi-sourire. Maintenant, on va reprendre depuis le début !
- Tu ne vas pas me faire réciter à nouveau les principes de la capoeira ?
- Non ! On va reprendre les cours de karaté Jacob, déclare Sam.
- Quoi ?
- Oui, ça fait trop longtemps que je te fais danser au lieu de vraiment t’apprendre à te battre, ajoute Paul.


Nous marchons côte à côte vers la maison et je me sens vidé. Je suis trempé de sueur, Paul et Sam aussi. Nous n’échangeons pas une parole mais eux comme moi savons que cette lutte sans merci que nous avons livré m’a redonné des forces et que je me sens moins diminué. En entrant dans la maison, mon père me regarde en fronçant les sourcils, inquiet et surpris à la fois face à mon nouveau look. Bien sûr, il sait ce qu’il s’est passé mais je ne voulais pas qu’il vienne me voir hier soir ni cette nuit donc je me rends compte que j’apparais pour la première fois devant ses yeux seulement maintenant. Je le dévisage et capte de la peur en plus de l’inquiétude dans son regard alors je lui dis :

- C’est bon Papa…je ne ferais rien.
- Tu es sûr que c’était le fils Cullen ?
- Ils me l’ont dit oui…

Il pousse un profond soupir puis déclare :

- Alors je vais aller les voir !
- Quoi ? M’écrie-je, en même temps que Rachel.
- Oui, je vais aller dire à ce fumier de Cullen ce que je pense de sa famille !
- Tu ne vas nulle part ! Ordonne Rachel. On a déjà assez de Paul qui a frappé le docteur !

Mon père ricane en regardant Paul et répète :

- Tu as frappé Carlisle ?
- J’aurai préféré frapper la petite ordure…
- Ah bon sang ! Comme je t’envie…
- Papa ! S’indigne Rachel, visiblement pas au courant de la petite histoire entre eux.
- Regarde ton frère Rachel ! S’écrie soudain mon père, furieux. Tu as vu dans quel état il est !!!
- Je vais bien…je vais mieux, affirme-je en regardant Billy droit dans les yeux.
- Je sais que tu n’es pas du genre à te laisser démonter fiston ! Mais cette fois, ils ont dépassé les bornes !
- Nous n’avons aucune preuve, nous coupe Paul. C’est la parole de Jacob contre celle des Cullen…autant dire qu’elle ne vaut pas bien lourd. Surtout après ce que j’ai fait…
- Eux non plus n’ont aucune preuve ! S’écrie Billy.
- Tu parles…, ricane Paul.

Je me calle contre le meuble et soupire, soudain très las de tout ça. Il faudrait que j’ai une sérieuse conversation avec Bella, histoire de savoir où elle en est. Je m’éclipse de la cuisine et file en douce vers ma chambre pour m’isoler un peu. En ouvrant la porte, mon cœur fait un bond puissant lorsque je la trouve assise sur mon lit et qu’elle lève ses beaux yeux chocolat sur moi, remplis de tristesse.

- Oh, tu es là…, lui lance-je dans un murmure.
- Oui…

J’hésite puis m’approche d’elle doucement. Elle ne me quitte pas des yeux et je finis par m’asseoir à ses côtés. Elle me dévisage encore quelques secondes puis baisse la tête vers le sol. Je vois à son cou qu’elle déglutit puis elle me dit d’une voix rauque :

- Je suis désolée Jacob, tout est de ma faute. Je n’aurai jamais du y aller.
- Laisse tomber, soupire-je. Si ce n’était pas hier, ils auraient trouvé un autre moment.
- Je ne comprends pas…Edward…je ne comprends pas qu’il m’ait trompé à ce point ! Je ne le reconnais pas…

Je pose ma main tremblante sur son épaule, comprenant malgré moi son désarroi et espérant qu’elle voit enfin clair sur lui ! Bella tourne la tête vers moi et ose lever les yeux sur les miens. Elle m’observe plus attentivement, regarde ma nouvelle coupe. Je soupire et baisse la tête vers le sol. Alors elle se lève du lit et vient se mettre face à moi. Ainsi, elle me domine et je vois ses mains se lever et tremblante, elle les pose sur ma tête. Je me laisse faire, ferme les yeux et sens ses doigts passer doucement dans mes cheveux courts. Puis elle me les agrippe et attire ma tête contre sa poitrine. Je me laisse aller en poussant un profond soupir et elle me chuchote à l’oreille.

- Je t’aime tant Jacob, je t’aime si fort que ça fait mal et ça me tue de te voir comme ça…

Je relève la tête et elle ajoute aussitôt dans un petit sourire crispé:

- Ne t’inquiète pas, tu es toujours aussi beau, ça change mais tu es toujours mon Jacob…non, ce sont tes blessures sur ton visage…cette colère dans tes yeux…c’est insupportable !
- Je vais bien Bella, arrive-je à lui dire malgré l’émotion que je ressens à cet instant. Je vais mieux…je crois…
- Ne te venge pas, je t’en prie…je t’en supplie ! Laisse-moi régler ça avec Edward.
- C’est hors de question ! M’écrie-je brusquement ranimé par la colère en entendant son prénom.
- Jake…
- Non ! Répète-je en me dégageant et en me levant d’un bond. Je ne veux plus que tu retournes chez eux ! Je ne veux plus que tu le vois !
Je sais que je n’ai aucun ordre à lui donner mais je ne sais pas comment lui faire comprendre que je ne veux plus la voir avec lui, que j’ai peur pour elle, que j’ai peur pour nous.
- Je dois Jacob ! Je veux une explication…
- C’est non !!!

J’ai crié et je vois son regard peiné. Au même moment, la porte de la chambre s’ouvre et j’entends la voix de Paul demander :

- Tout va bien ?
- Oui…oui, marmonne Bella sans me quitter des yeux.

Paul passe la tête derrière la porte pour me regarder sévèrement puis il me dit :

- Ta sœur veut te voir…pour ta joue.
- J’arrive…

Il hoche la tête, lance un regard inquiet à Bella puis referme la porte. Nous nous dévisageons elle et moi, en silence. La tristesse dans ses yeux est une torture mais je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas à faire un pas pour la prendre dans mes bras. Elle doit lire dans mon âme ce qu’il s’y passe car elle demande d’une petite voix :

- Tu m’en veux n’est-ce pas ? Tu m’en veux parce que j’étais avec lui…
- Je ne sais pas Bella, finis-je par dire après une brève hésitation.

Et c’est vrai, je ne sais plus ce que je ressens…De la colère ? De la déception ? Un dégoût de moi-même face à cette humiliation ? De la jalousie ? De la tristesse ? De la peur ? Je ne sais pas ce que je ressens…Elle baisse la tête, se tortille les doigts et se mord la lèvre inférieur, retenant ses larmes. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à la prendre dans mes bras ? Furieux contre moi-même, j’avance rapidement vers la porte, passe près d’elle sans m’arrêter et lorsqu’elle me voit tourner la poignée, elle relève brusquement la tête, surprise et bouleversée par mon attitude revêche. Malgré moi, je sors de la chambre en la laissant en plan et traverse le couloir jusqu’à la cuisine où ma sœur m’attend. Sam me regarde entrer dans la pièce et mon visage doit exprimer à nouveau cette colère qui ne me quitte pas car il fronce les sourcils. Agacé qu’il capte aussi facilement mon état d’âme, je lance à ma sœur :

- Viens, on va sur la terrasse ! On étouffe ici !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 8 Aoû - 10:39

Olala!!! Ca va mal pour Bella et Jacob! J'espére qu'il ne lui en voudra pas trop longtemps!!! Quant à Edward, c'est un fin calculateur... Y a plus qu'a ésperer qu'il n'arrive pas à ses fins!
Deja bientot la fin??? Effectivement il faut que je me prepare!
Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becob85
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 374
Age : 31
Localisation : Dans les bras chauds de Jake...
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 8 Aoû - 12:24

Alors tout d'abord, un grand merci pour ta suite tu cartonnes L'attente a été dure Razz

Et en plus, Jake en "veut" à Bella, j'avais raison il l'a repousse même si il s'en veut par la suite, il le fait quand même No C'est ce dont j'avais le plus peur confused chiale

J'espère que ça ne durera pas longtemps et qu'il régleront vite leur problème prions Et aussi que Jacob reprendra confiance en lui et qu'il redeviendra vite lui-même cheers

J'attends impatiemment la suite en tout cas supercontent supercontent viiiiiiiiiiite happy happy happy Tu ne nous fera pas trop attendre hein Razz

Et quand tu dis que tu écris la fin de la fic pendant tes vacances, ça veut dire qu'il nous reste combien de chapitres à lire ??? pale Je veux pas que ça se finisse moi No Crying or Very sad Sad

En tout cas j'espère qu'après tu nous écriras une autre magnifique fic sur notre couple préféré supercontent prions prions prions

bisou bisou bisou bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jacoblemonfic.forumgratuit.org/forum.htm
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 8 Aoû - 19:16

bon comme tu le sais tu as encore réussit a me faire "partir" dans ce monde merveilleux!!!!

ça me fait de la peine de voir Jacob dans cet état là. sa m'a fait presque souffrir le voir en colère contre Bella sa fait bizarre car on en a pas l'habitude mais je la comprend. No

par contre je n'aime pas qu'il se dénigre comme il le fait ils étaient cinq contre un c'est normal qu'il s'est fait avoir .

je le savais que c'était Edward qui les avait envoyer!!! j'avais raison je suis dégouter!!! il me répugne!!! chaise sa se voit qu'il ne tiens oas a Bella autrement il n'aurait pas agit de la sorte!!!

en tout cas j'espère que Jake et Bella vont vite se réconcilier, je n'aime pas quand il se fache tout les deux!!! Sad

j'espère aussi que ses cheveux vont repousser.

Paul m'a beaucoup étonner aussi je ne pensait qu'il consolerait Bella comme sa qu'il resterait aussi patient et calme avec elle. Shocked

je pense aussi que Rachelle peut être quelqu'un sur qui elle peut compter.

c'est vrai que dans ce chapitre le soleil que représentait Jake est complètement effacer et il me manque. j'espère que les nuages partiront vite.


Ne me dit pas que la fin approche je ne suis pas du tout prête là et je ne le serait jamais!!!! je veux une suite mais pas une fin!!!! c'est trop triste!!! Sad Sad Sad Sad Sad


en tout cas merci j'adore!!! tu ne cesse de me faire évader de ce monde dans lequel je vit !!!! cette fois ma lecture était différente tu m'a fait évader mais je me suis carrément retrouver a la Push comme si j'étais là juste a côter de Jacob...

vivement la suite mais pas la fin!!!!!
je veux l'explication de Edward !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 8 Aoû - 22:30

* Très tendu entre Paul et Bella pale Je voit Paul élever la voix sur Bella, et c'est dur !

* Je le sens, il s’est passé quelque chose de grave, quelque chose qui va changer notre relation ou changer Jacob.
J'imagine que là ça s'annonce mal No

* Ses cheveux courts un peu en bataille
Euh il n'a plus ces longs cheveux ?
Je viens de lire la suite ... le choc des cheveux courts, ça me rappelle une conversation (ce qui fait Jacob).

* Mon soleil s’est éteint et moi, j’ai le cœur en miette.
C'est le mot ... Là, je sens que le Jacob en colère du début va revenir : la colère ...

* Je suis contente que Rachel et Paul soient là pour Bella. Elle a l'air très mal.

*Le passage où on apprend le moment où Paul trouve Jacob est poignant et j'imagine que lorsque tu l'as écrit, ça a dût être dur. On ressent vraiment l'ambiance.

* - Ça te va bien…Ça te rend plus vieux, moins …
- Moins stupide et bouché ? Le coupe-je sèchement.

ça me rappelle des commentaires sur Jacob aux cheveux longs. On en avait parlé une fois.

* - Pollueur… Very Happy c'est court mais j'aime !

* Pour la fin du chapitre je vois que Jacob a vraiment du mal, il en oublie sa Bella. J'ai peur qu'il fasse une bêtise ... Il est si en colère qu'il ne sais plus ce qu'il doit faire.
Et bien quel chapitre ! Ca a dût être dur moralement à écrire : bravo pour avoir su décrire si bien ces scènes pour nous transmettre le mal aise des personnages !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 9 Aoû - 20:38

que c'est triste Sad Sad tout sa j'espére que tout s'arrangera
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 10 Aoû - 11:40

Chapitres trop triste... J'espere de tt mon coeur que tt va s'arranger... Pauvre Jacob il est vraiment inquiet pour bella et pour son couple... Et Bella qui n'arrive pas a le rassurer... Tu as reussi a nous montrer toute l'emotion de ces chapitres. J'attend la suite avec grande impatiente
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 11 Aoû - 13:55

celine879 a écrit:
Deja bientot la fin??? Effectivement il faut que je me prepare!

Eh oui…enfin c’est une fic qui devait faire 70 pages et j’en suis presque à 300 donc bon…LOL Wink

Becob85 a écrit:


J'espère que ça ne durera pas longtemps et qu'il régleront vite leur problème prions Et aussi que Jacob reprendra confiance en lui et qu'il redeviendra vite lui-même cheers

Tu auras la réponse bientôt Wink

Becob85 a écrit:



Et quand tu dis que tu écris la fin de la fic pendant tes vacances, ça veut dire qu'il nous reste combien de chapitres à lire ??? pale Je veux pas que ça se finisse moi No Crying or Very sad Sad

Exactement, je ne sais pas, car parfois j’en écris un en plus qui n’est pas prévu mais moins de 10 en tous cas…

Becob85 a écrit:

En tout cas j'espère qu'après tu nous écriras une autre magnifique fic sur notre couple préféré supercontent prions prions prions

Désolée, pour l’instant rien n'est prévu…

fande taylor a écrit:

en tout cas j'espère que Jake et Bella vont vite se réconcilier, je n'aime pas quand il se fache tout les deux!!! Sad
Pourtant, dans mes autres histoires, ils se prenaient souvent la tête lol mais c’est vrai que ça m’a fait bizarre de les faire se disputer dans celle-ci Wink

fande taylor a écrit:


Paul m'a beaucoup étonner aussi je ne pensait qu'il consolerait Bella comme sa qu'il resterait aussi patient et calme avec elle. Shocked
Dans toutes mes histoires, mon Paul est un Protecteur. Dans Evolution, il l’était très fort avec Bella donc c’est normal que mes premiers instincts me reviennent Wink

Merci pour tes commentaires si chaleureux Smile

PS : Edward s’est déjà expliqué… et ça a été plutôt long non ? lol


Vanille41 a écrit:
* Très tendu entre Paul et Bella pale Je voit Paul élever la voix sur Bella, et c'est dur !
Ouais dans Evolution, il gueulait sur tout le monde sauf sur elle lol ça change ! Wink


Vanille41 a écrit:
* Ses cheveux courts un peu en bataille
Euh il n'a plus ces longs cheveux ?
Je viens de lire la suite ... le choc des cheveux courts, ça me rappelle une conversation (ce qui fait Jacob).
Et oui, désolée…mais je garde en tête la mutation de Jacob même si dans cette histoire, il est humain, je voulais garder ce qui fait de lui ce qu’il est dans la saga…

Vanille41 a écrit:
* Le passage où on apprend le moment où Paul trouve Jacob est poignant et j'imagine que lorsque tu l'as écrit, ça a dût être dur. On ressent vraiment l'ambiance.
Oui j’avais cette scène en tête avant même d’écrire cette histoire et d’habitude, j’écris tout ce qui me vient à l’esprit tout de suite pour ne rien oublier, là, je repoussais le moment lol j’ai vraiment pris sur moi pour écrire ce passage, comme celui où Jacob trouve son loup mort.

Vanille41 a écrit:
* - Ça te va bien…Ça te rend plus vieux, moins …
- Moins stupide et bouché ? Le coupe-je sèchement.

ça me rappelle des commentaires sur Jacob aux cheveux longs. On en avait parlé une fois.
Jacob reprend là une réflexion que Paul lui avait fait sous la colère et qu’il n’avait pas digéré Wink

Vanille41 a écrit:
Ca a dût être dur moralement à écrire : bravo pour avoir su décrire si bien ces scènes pour nous transmettre le mal aise des personnages !
Merci, c’est vrai que ce n’est jamais facile de faire souffrir ses personnages :/

bella55 a écrit:
que c'est triste Sad Sad tout sa j'espére que tout s'arrangera
Tu le sauras bientôt Wink

surie a écrit:
Chapitres trop triste... J'espere de tt mon coeur que tt va s'arranger... Pauvre Jacob il est vraiment inquiet pour bella et pour son couple... Et Bella qui n'arrive pas a le rassurer... Tu as reussi a nous montrer toute l'emotion de ces chapitres. J'attend la suite avec grande impatiente

Merci Smile et bien, voici donc la suite, j’espère que ça vous plaira ! Pour le premier chapitre qui suit, je me suis fait plaisir (ouais nostalgique la Titi :p) et le suivant devrait être intéressant Wink

Bonne lecture !

* * * * *



63 – L’ami de mon ami est mon ami

Son départ me laisse vide. Les jambes tremblantes, je m’assois sur son lit où j’aimerais m’enfoncer pour réapparaitre que lorsque la tempête serait calmée. Je n’ose plus faire un geste, même plus respirer tellement je me sens mal. J’ai l’impression d’avoir fait quelque chose de mauvais, d’avoir loupé un train, d’avoir perdu mes repères…d’avoir perdu Jacob. Mon dieu, ce qu’il a changé…pas seulement physiquement…je ne le reconnais plus et je ne sais même plus comment le prendre pour qu’il me regarde autrement qu’avec cette colère dans les yeux. Les larmes coulent silencieusement sur mes joues et viennent s’écraser sur mon jeans sans que je ne cherche à les arrêter. Edward m’aurait-il trahi à ce point ? Aurais-je tout faux depuis le début ? Est-il quelqu’un de mauvais, de calculateur ? Non…non…non, je me refuse à le croire ! C’est impossible que je me sois trompée à ce point depuis toutes ces années. Son amour pour Elisa était une chose mais il ne m’avait montré aucune haine contre Jacob, au contraire ! M’avait-il trompé pour que je ne le soupçonne pas ? Avait-il essayé de me séduire, de paraître gentil et compréhensif pour que je le défende ? Jacob avait-il raison ou était-ce moi ? En tous cas, ça nous sépare. Je le sens…et je ne sais pas comment rattraper ça…La porte s’ouvre doucement et je n’ose relever la tête pour ne pas qu’il voit mes larmes. Je ferme les yeux et, libérées de mes cils, elles coulent chaudement sur mes joues. Je sens alors quelque chose être posé sur mon genou et en ouvrant les yeux, je découvre un mouchoir blanc plié. Je tourne la tête et suis surprise de trouver Paul assis à mes côtés. Il fixe le sol et je prends donc le mouchoir pour m’essuyer le visage sans le quitter des yeux, me demandant ce qu’il veut. Il soupire alors et me dit :

- Je me suis trompé…
- A quel propos ? Demande-je, la gorge serrée.
- Il n’est pas en colère parce qu’il a été battu…enfin si, ajoute-t-il, mais il y a aussi autre chose.
- Oui, affirme-je. Il est en colère après moi.
- Oui…

J’aurai préféré qu’il me démente cette affirmation mais ce n’est pas le cas et mon cœur se déchire encore plus.

- Paul, sanglote-je soudain au bord de l’explosion, je veux retrouver mon Jacob ! Je veux retrouver mon ami ! Je veux mon Soleil de tous les jours ! Je ne peux pas vivre sans lui !
- Calme-toi ! Tu es soulante à la fin ! Me coupe-t-il sèchement, agacé.

Je retiens alors mes sanglots, essayant de paraître moins capricieuse mais je suis en train de devenir folle et j’ai l’impression que lui seul peut m’aider !

- Il va falloir du temps mais il va surtout falloir que tu fasses un choix ! Me déclare-t-il.
- Mais j’ai fait mon choix ! J’ai choisi Jacob, je l’aime de tout mon cœur. Et Edward ne m’en veut pas de le quitter…on se trompe Paul ! Je ne crois pas que ça soit lui ! Je t’assure, je le connais bien…enfin, je veux dire, il n’est pas mauvais, ajoute-je aussitôt car ses mensonges m’avaient prouvés que je ne le connaissais pas si bien que ça.
- Je t’avais prévenue, répète-t-il pour la énième fois aujourd’hui. Je t’avais dit qu’ils ne te laisseraient pas partir comme ça.

Je baisse la tête, ne sachant plus quoi répondre car les faits étaient là : Jacob avait été attaqué au nom d’Edward Cullen. C’était pour l’instant la seule vérité que nous avions. Je l’observe attentivement, repensant soudain à notre première rencontre et à son accueil plus que froid. Puis à l’aide qu’il m’avait offerte pour me ramener près de Jacob, s’opposant complètement à ses paroles de l’époque à mon intention. Il fixe toujours le sol, les épaules basses et je lui demande :

- Pourquoi tu me détestes ?

Il tourne brusquement la tête vers moi, me regarde bizarrement puis détourne son regard sur la porte, se disant sûrement qu’il serait temps qu’il parte. Alors j’insiste:

- Pourquoi ? Je ne suis pas une bourgeoise ! Je suis la fille de Charlie…et je suis votre amie. Je ne t’ai rien fait ! Pourquoi tu me mets dans le même panier que ceux qui ont brisé ta mère ?

Je me lève du lit et me plante face à lui en croisant les bras. Soudain, quelque chose que j’ai remarqué depuis quelques temps me vient en tête et je me sens d’attaque pour lui mettre dans le nez :

- Tu sais que tu me fais rire avec ton aversion envers les bourgeois de Forks !

Nos regards se croisent et je vois une lueur dans ses yeux. Mon attitude revêche doit sûrement l’amuser mais je ne me démonte pas et continue :

- Tu les critiques mais finalement, tu es comme eux ! Regarde, tu as le plus gros et le plus beau 4 X 4 de la bande ! Toutes options, clim’ et cinq places avec coffre à rallonge…je suis sûre que tu l’as acheté neuf !

A mes mots, il baisse la tête et je vois qu’il se mord l’intérieur de la joue.

- J’ai aussi appris que tu avais une maison ! Pas un appart ou une bicoque comme Jacob, non ! Une maison ! M’exclame-je soudain emportée. Sans parler des fringues de marque que tu portes les week-ends.

Surpris, il redresse la tête et ses yeux ronds me font sourire alors j’affirme :

- Oui, qu’est-ce que tu crois ! Avec mes bobos d’amis, j’avais l’habitude de faire les boutiques et je sais reconnaître un jeans de marque !

Après un moment où nous nous dévisageons, nous défiant mutuellement du regard, je finis par conclure :

- Tu travailles et tu as plus de fric que tout le monde ici réunis…donc tu es un bobo aussi finalement ! Le bourgeois des Quileute…, me moque-je, amusée moi-même par tous mes arguments.
- Bon, tu as fini ? Soupire-t-il.
- Oui…, dis-je en me rasseyant, soudain déstabilisée par son regard intimidant. Mais j’aimerai bien que tu répondes à ma question quand même !

Un petit silence s’installe pendant que je l’observe toujours.

- Peut-être parce que je suis un idiot, murmure-t-il enfin, en souriant à demi, les yeux à nouveau vers le sol.
- Non, ça je ne crois pas…
- Ah oui ? Ricane-t-il.
- Non, tu n’es pas un idiot…tu as juste un peu de mal à faire la part des choses, déclare-je, mais surtout, tu aimes Jacob comme un frère et cet amour fraternel t’aveugle parfois. Je crois que tu as compris dès le départ que lui et moi, ça allait coller mais que ça ne se ferait pas tout seul, tu as vu la tempête arrivée pendant que nous, nous avions la tête dans les étoiles, inconscient de l’hostilité qui nous entourait… tu as eu peur pour lui. Et tu avais raison…

Comme il ne répond pas, je continue :

- J’admire cette amitié que tu as pour Jacob, c’est très fort…et c’est très beau. Il a de la chance de t’avoir, affirme-je.
- Mais je n’étais pas là, murmure-t-il. Il m’a mis à l’écart, il ne voulait pas de ma protection. Rachel aussi m’a empêché de le protéger et au fond de moi, je sais qu’il est grand maintenant, qu’il doit savoir se protéger seul mais je m’en veux quand même de n’avoir pas été là…si tu avais vu dans quel état il était…Bella…

Sa voix se brise et il ferme les yeux. Instinctivement, je me rapproche, les larmes me brulant les paupières, et je passe mon bras en-dessous du sien en collant ma tête contre son épaule. Il me laisse faire et ne se dégage pas. Il passe sa main sur son visage, expire fortement puis attrape la mienne en la serrant avec force. Moi, je me laisse aller et mes larmes coulent de mes joues vers le long de son bras sans s’arrêter. Nous restons un petit moment comme ça, nos doigts emmêlés, chacun fixant le sol sans parler. Puis, je sens que je me calme. Mes larmes ont cessé de couler. Je redresse la tête, essuie le bras de Paul avec ma main libre ainsi que son épaule où ma tête était posée. Il tourne son visage vers moi pour voir ce que je fabrique et finit par rire doucement en voyant l’auréole que j’ai laissée sur la manche de son tee-shirt. Nos regards se croisent et il me sourit, comme pour me rassurer sur l’avenir. J’éclate nerveusement de rire car c’est bien la première fois qu’il me sourit et en s’en rendant compte, il semble soudain gêné d’avoir baissé sa garde et de m’offrir moins de froideur.
Je le dévisage, ayant soudain confiance en lui, remarquant pour la première fois une douceur infinie dans ses yeux, appuyant sa dévotion sans limite pour les gens qu’il aime et son attitude de la veille me revient en tête alors je demande en me moquant nerveusement:

- Tu as connu Rosalie ?

Il me lâche en soupirant mais je vois à ses yeux que cette question l’amuse :

- Quelques temps oui…si j’avais su !

Il fronce les sourcils et semble soudain très ennuyé.

- A quoi penses-tu ? Demande-je aussitôt, craignant un nouveau problème.
- J’ai encore déconné hier, soupire-t-il. J’ai frappé un médecin. Je voulais Edward mais lorsque j’ai frappé son père, je me suis rendu compte de ma connerie et de toutes les conséquences qui allaient avec…ça m’a déstabilisé. Du coup, je n’avais plus envie de frapper ton copain et puis…Jacob me l’avait interdit. Je ne l’ai pas vraiment écouté et je vais peut-être le payer.
- Non, je ne pense pas…
- Qu’est-ce que tu en sais ?! Riposte-t-il, septique.
- Je connais Carlisle. Il ne t’en tiendra pas rigueur, affirme-je.
- Alors ça tu vois, ça me ferait mal ! Ricane-t-il. Un bourgeois qui ne se sent pas offusqué de l’intrusion musclé d’un « sauvage »…

Il fait une petite moue à ce dernier mot, reprenant le terme employé par Esmée. Je le laisse dans ses pensées pendant quelques secondes puis lui affirme :

- Carlisle ne fera rien…j’irai lui parler s’il le faut.

Paul me sourit, amusé par mes propos puis il demande, étonné :

- Tu ferais ça ?
- Bien sûr !

Nous nous dévisageons quelques secondes, nous disant mutuellement qu’on s’était peut-être trompés l’un sur l’autre : moi pour l’avoir mal jugé dès le départ, lui pour m’avoir mis dans le même sac que ceux qu’il déteste. Nous sommes interrompus par Rachel qui entre dans la chambre avec une tasse à la main. Elle me sourit et me la tend. Je la prends en la remerciant, appréciant infiniment la chaleur qu’elle m’offre depuis ce matin, comme un baume apaisant. Puis elle tend la main à Paul qui se lève et la suit dans le couloir lorsqu’elle retourne à la cuisine. Je décide de me lever du lit et de les rejoindre pour m’imprégner de l’ambiance familiale de cette maison.

Billy est seul dans la cuisine lorsque nous arrivons. Comme Rachel est là, je me demande où est Jacob et elle capte aussitôt mon regard inquiet alors elle me dit :

- Il est avec Sam…Ils sont retournés sur la plage.

Je baisse la tête, soudain envahi par une profonde tristesse, m’imaginant mon Jacob si doux et si calme se battre et se battre encore, rageusement, indéfiniment, jusqu’à ce que sa colère s’apaise.


La journée passe et je me sens très seule. Il y a beaucoup de monde dans la petite maison rouge mais j’ai pourtant l’impression d’être complètement seule. En fait, je n’ai envie de parler à personne. Seule la voix de Jacob me manque. Il n’est pourtant pas loin, j’ai juste à traverser le champ, la forêt et la plage…et je peux le retrouver en quelques minutes mais je sais au fond de moi que pour l’instant, il ne veut pas me voir. De temps en temps, je vois Paul ou Rachel m’observer mais ils ont la délicatesse de me laisser tranquille, sachant l’un comme l’autre que pour l’instant, il n’y a rien à faire. Il faut attendre que l’orage passe. Sam est avec Jacob, à présent, tous mes espoirs reposent sur lui et plus rien d’autre ne compte.
Soudain, un bruit de moteur me fait relever la tête car je le reconnaitrais entre milles. C’est celui d’une sportive que je connais bien : la voiture de Rosalie. Mon cœur s’accélère à fond et mes jambes flageolent pendant que je me lève de ma chaise à bascule et qu’elle se gare devant le garage de Jacob. Je n’arrive pas à croire qu’elle ose venir ici ! Car je ne doute pas une seule seconde que si c’est bien Edward qui a organisé cette attaque, Rosalie doit être au courant. Aussitôt, mon regard se porte sur Paul qui l’observe tout comme moi, les sourcils froncés. Rachel vient de rentrer à l’intérieur avec Billy et Leah. Nous sommes donc tous les deux pour l’accueillir. Il avance vers elle avant moi et instinctivement, je ralentis ma marche, comprenant soudain qu’elle est venue pour lui en voyant son regard lorsqu’elle sort de la voiture, ainsi que son petit sourire en coin. Lorsqu’il se trouve face à elle, je m’arrête à quelques mètres, aussi tendue que lui. Elle ne me regarde même pas, comme hypnotisée par la présence de Paul. Je l’entends lui dire :

- Tu es difficile à trouver !
- Qu’est-ce que tu veux ? Riposte-t-il sèchement.
- Et bien…tu le sais non ? Je veux te parler !...je veux savoir pourquoi tu ne m’as pas donné de nouvelles ?

Curieusement, je ne reconnais pas la Rosalie avec qui j’ai vécu pendant toutes ses années. Comme la veille, je vois devant moi une fille au regard un peu fou, les lèvres tremblantes et surtout, d’une pâleur excessive comme si elle allait tomber là. Elle ne cache pas son trouble, elle en serait incapable je pense et je me rends compte alors que pour elle, Paul n’était pas un homme de passage dans sa vie…je me demande même comment elle gère sa relation avec Emmett et si elle l’aime vraiment ? Je reste clouée derrière eux, prête à intervenir mais surtout, curieuse de la tournure de cette conversation et scotchée par ce couple complètement improbable.

- Il n’y avait pas de nouvelles à donner ! Déclare froidement Paul, rendant les yeux de Rosalie encore plus troubles. Tu étais une fille comme les autres, une fille d’un soir !
- Un soir ? S’écrie-t-elle soudain, piquée au vif. Ça a duré plus d’un soir si je me souviens bien !

Malgré moi, je souris, me disant que Paul avait dû avoir une faiblesse pour elle pour que cette relation dure plus d’une nuit.

- Ouais bon admettons, marmonne-t-il, une semaine !
- Oui, une semaine, souffle-t-elle, à nouveau complètement bouleversée. Et tu m’as laissé tombée, du jour au lendemain, sans nouvelle !
- Il était temps que je parte en effet, assène-t-il sans même prendre de gant.
- Mais…pourquoi ? Couine-t-elle, les larmes aux yeux.

Je me demande alors de quand date cette relation car au plus loin que je me souvienne, Rosalie a toujours été avec Emmett.

- Il me semble que dès le départ, j’avais été très clair sur ce point ! Lui rappelle-t-il.

Rosalie se mord les lèvres, hésitante puis murmure quelque chose que je ne comprends pas en s’approchant de lui pour le toucher. Paul recule d’un pas et la main de Rosalie retombe mollement dans un soupir. Puis elle dit :

- Si j’avais su que tu vivais si près…je serais venue plus tôt.
- Et je t’aurai virée sur le champ ! Tout comme aujourd’hui ! Riposte Paul.

Surprise, elle lève ses yeux fous sur lui et les larmes coulent subitement sur ses belles joues fardées.

- Paul…
- Sors de cette propriété Amanda, Rosalie ou peut importe le nom que tu t’es donné !
- Alors tu m’en veux pour ça ? Demande-t-elle, les yeux brillants, au bord de l’explosion. Tu m’en veux parce que je ne t’ai pas dit la vérité sur moi ? Sur ma vie ? Sur qui je suis ?
- Non… je m’en tape complètement de qui tu es ! Mais une chose est sûre : si tu m’avais dit la vérité, je ne t’aurai même pas regardée ! Siffle-t-il mauvais.

Même si je ne suis pas concernée, même si je déteste Rosalie, je me sens soudain très mal pour elle. Paul n’a aucun tact et est très dur avec elle. Je vois alors devant moi la raison de sa mauvaise réputation. Je me demande aussi ce qui l’a rendu à ce point aussi amer envers les femmes ? Lui qui a l’air pourtant si bien avec Rachel…

Les larmes de Rosalie se calment et je la vois blanchir à nouveau mais cette fois, de colère. Elle lui lance en regard mauvais, sa fureur m’atteint au passage lorsque nos regards se croisent et rageusement, elle fait demi –tour et retourne dans sa voiture en claquant la portière. Je déglutis, connaissant le caractère bien trempé de cette dernière et me demandant de quoi elle pouvait être capable face à une telle humiliation. Elle démarre en trombe sa voiture et fait marche arrière pendant que Paul la regarde partir, comme pour s’assurer qu’elle quitte bien les lieux. Puis, il revient vers la maison, droit sur moi et au moment où il arrive à ma hauteur, j’entends la voix de Rachel à mes côtés qui lui dit :

- Qui était-ce ? J’ai l’impression de la connaître…
- Peu importe ! Claque Paul en passant près de nous sans s’arrêter. Elle n’avait pas à venir ici !
- Paul…, tente de l’arrêter Rachel. Paul, attends !
- Laisse-le Rachel, interviens-je. C’était Rosalie Cullen.

La sœur de Jacob me regarde bizarrement et semble soudain à milles lieux de moi. J’ai l’impression même qu’elle ne me voit plus puis soudain elle murmure :

- Rosalie…Rosalie…J’ai vraiment l’impression d’avoir déjà croisé sa route.
- Sûrement, elle vit ici, à Forks, explique-je. Et Paul est sorti avec...il y a quelques mois apparemment.

Autant qu’elle sache la vérité, qu’elle sache aussi que c’était terminé. Car Rosalie est très belle et je ne doutais pas qu’elle ait remarqué.

- Oh…mais qu’est-ce qu’elle voulait ? Demande-t-elle d’une petite voix.
- Lorsque Paul est venu me chercher, apparemment, elle a été bouleversée de le revoir.
- Ah…

Elle baisse la tête et son expression me fait soudain penser à Jacob lorsqu’il avait de la peine quand je repartais chez Edward. Mon cœur se serre à nouveau…Il me manque tant, j’aimerai tellement le prendre dans mes bras mais il n’est pas là…et pour cause. Le visage souriant d’Edward frappe à nouveau mon esprit et je me retiens de ne pas partir sur le champ pour lui demander des comptes ! Mais je me suis promis d’écouter Jacob et de rester ici. Je ne veux pas attiser plus sa colère…j’aimerai seulement le retrouver près de moi.

Rachel me laisse et rentre dans la maison sans ajouter un mot, la tête basse. J’espère qu’elle ne va en vouloir à Paul pour la venue plus que déplacée de Rosalie étant donné les circonstances ! Le vent agite mes cheveux brusquement et je lève la tête vers le ciel qui s’est assombrit. De lourds nuages approchent, un orage se prépare et je sens déjà l’odeur de la pluie qui doit tomber quelque part. Une bourrasque balaye à nouveau mes cheveux qui s’enroulent autour de mon cou et fouettent mon visage. Je n’arrive pas à détacher mon regard des nuages qui avancent très vite. Puis, un grondement se fait entendre au loin, me faisant sursauter. Paul sort sur la terrasse et me crie :

- Bella ! Bordel, tu veux bien rentrer immédiatement !!! Il fait un temps de chien !
- J’arrive…, murmure-je, pensant à Jacob qui est toujours sur la plage et dont l’esprit est aussi noir que ce ciel en colère.


64 – Retrouvailles et séparations

J’ouvre brusquement les yeux, le cœur battant et soudain, la petite chambre est éclairée par une vive lumière blanche. Je comprends alors que le tonnerre vient de gronder et que c’est ça qui m’a réveillée. Puis, un bruit éclatant fait trembler les vitres et je ferme les yeux, priant pour que la foudre ne soit pas tombée dans la forêt et cause de nouveaux dégâts. Je me mets sur le dos, fixe le plafond qui de temps en temps s’éclaire, comme dans une discothèque et soupire. En regardant ma montre, je vois qu’il est une heure du matin et que Jacob n’est toujours pas revenu. J’espère qu’il va bien…une profonde tristesse m’envahit à nouveau et je me pelotonne contre la couverture, en chien de fusil, serrant l’oreiller contre mon visage pour ne pas pleurer à nouveau. Au bout de quelques minutes, l’orage s’éloigne un peu, il tourne et je sais qu’il me réveillera à nouveau pendant la nuit. J’inspire profondément, essayant de retrouver l’odeur de Jacob dans ses draps puis m’assoupis, un peu calmée.

Une goutte d’eau mouille ma joue et j’ouvre subitement les yeux, surprise. Dehors, l’orage est à nouveau là car j’entends un grondement sourd. Je tourne vivement la tête et mon cœur bondit de joie lorsque je me trouve face au visage de Jacob, penché sur moi. Je comprends alors ce qui m’a mouillé. Son visage est trempé, de l’eau de pluie dégouline de ses cheveux ras et, son corps calé derrière le mien, il me regarde, les yeux noirs…un éclair illumine son visage, il ne sourit pas, il me fixe intensément et je plonge mon regard dans le sien, cherchant une lueur d’espoir, cherchant à retrouver mon Jacob. Heureuse de le voir près de moi, je m’apprête à lui demander si ça va lorsqu’il capture mes lèvres brusquement. Son baiser me surprend par sa dureté mais son contact me remplit de bonheur. Il force mes lèvres et m’embrasse d’une façon qu’il n’a encore jamais faite, presque avec violence. J’agrippe sa nuque, lui caresse…par la douceur, j’essaie de le calmer car je sens encore la rage en lui. Mais mes caresses lui font l’effet inverse car il me retourne contre lui et se cale sur moi, m’écrasant de tout son poids. Il continue son baiser, sauvage, mordant, passionné et je le laisse faire, sachant parfaitement dans quel état d’esprit il se trouve. Ainsi, il prend le dessus… sur moi, sur Edward, me rappelant que nous sommes ensemble, que je l’ai choisi lui et je lui rends son baiser avec autant de passion que lui. Soudain, il s’arrête et se redresse, me dominant de toute sa taille. Il retire son tee-shirt mouillé et vient se placer à nouveau au-dessus de moi, permettant ainsi aux dernières gouttes d’eau retenues par ses cheveux de venir s’écraser sur mon visage. Je ris doucement, lui caresse les épaules et les bras sans le quitter des yeux. Il reste grave, me fixant toujours avec intensité puis passe sa main sous mon tee-shirt pour le retirer. Je l’aide et me déshabille même complètement car j’étais restée avec mes vêtements de la veille. Il me contemple, toujours silencieux puis m’attrape la nuque et m’attire contre ses lèvres pour m’embrasser à nouveau. Je me laisse complètement griser par ses caresses brusques, appréciant bizarrement ce côté sauvage de lui que je ne connaissais pas. Je prends ça comme un jeu car je sais qu’il ne me ferait aucun mal. Il a juste envie de me secouer un peu, une douce punition pour l’avoir laisser seul hier soir au bénéfice d’Edward. Je passe mes mains dans ses cheveux, comme à chaque fois, ce contact me trouble, sa nouvelle apparence me donne par furtifs moments l’impression de faire l’amour avec un autre mais ses lèvres ne me trompent pas, ni son parfum qui me rend si folle. Ça au moins, il ne l’a pas perdu et je m’enivre au contact de sa peau.

* * *


Le soleil filtre à travers les interstices et un rayon m’éblouie doucement. J’ouvre les paupières et je sens tout de suite mon corps endolori, me rappelant aussitôt la nuit merveilleuse que je venais de passer dans ses bras. Je sens aussi le lourd bras de Jacob sur ma taille et je souris, heureuse de le trouver contre moi à mon réveil. Je tourne doucement la tête vers lui et le découvre encore endormi, les traits de son visage apaisés. Je le trouve si beau à cet instant que ça me fait mal dans toute la poitrine. Du bout des doigts, je caresse le contour de sa mâchoire puis descend dans son cou, là où je vois son pouls palpiter. Puis je remonte et ose toucher la cicatrice de son arcade sourcilière qui commence à dégonfler. Il fronce les sourcils dans son sommeil et je n’ose plus bouger de peur de le réveiller mais c’est trop tard, il ouvre les yeux en grand et plonge aussitôt son regard dans le mien. Je m’excuse d’une petite moue de l’avoir réveillé et à ma grande surprise, ses lèvres se fendent dans un large sourire qui semble venir de si loin qu’il me parait irréel. Je le contemple, émerveillée par sa beauté et son sourire s’évanouît un peu mais ses traits restent paisibles. Je m’approche doucement et dépose un léger baiser sur sa bouche. Il me le rend et me sourit à nouveau. Cette fois, mon cœur s’emballe de bonheur. Je n’ose pas lui parler, craignant de rompre cette si belle accalmie mais Jacob finit quand même par dire, d’une voix légère, comme avant :

- Encore pas d’école aujourd’hui ?
- Non !
- Nous allons finir par nous faire virer …, plaisante-t-il.
- Tant pis !

Il rit et je l’imite, trop heureuse de le retrouver. Car il a l’air vraiment d’être redevenu lui-même, la colère dans ses yeux a complètement disparu, il me regarde à nouveau avec cette petite étincelle et son sourire est franc, naturel…Je ne sais pas ce que Sam a fait mais ça a marché ! Son expérience, son calme et son autorité naturelle sur Jacob ont eu raison de sa rage. Je me redresse pour mieux le contempler, il me caresse le bras et soupire en demandant :

- Tu restes avec moi aujourd’hui ?
- Oui…
- Si tu veux, nous pouvons aller nous balader dans les bois ? Rechercher les bébés loups ?
- Oh oui ! Approuve-je, heureuse de cette perspective.

Et nous nous sommes levés, avons pris de quoi manger et nous sommes sauvés main dans la main dans les bois avant même que Billy se réveille. Nous avons écouté les chants des oiseaux qui saluent la fin de l’orage, respiré à plein poumon l’odeur des feuilles mouillées et surtout, apprécié tous les deux une intimité retrouvée.


A présent, nous atteignons la Flèche d’argent et le décor change brusquement. Ça me fait vraiment mal de voir ce petit paradis ressembler maintenant à un enfer. Ici, plus un chant d’oiseau, plus un bruit de feuillage, juste l’odeur encore forte du brûlé, accentué par la pluie qui a lavé les terres cette nuit. Jacob sert plus fort ma main mais ne dit rien. Il me conduit jusqu’à la grotte, regarde à l’intérieur rapidement puis ressort en soupirant :

- Je sais que c’est peine perdue, qu’ils ne reviendront pas ici mais je préfère vérifier…
- Oui, tu as raison…
- C’est ici que j’ai trouvé Leah…, m’explique-t-il. J’ai bien fait de venir là ce jour-là.
- Elle a l’air d’aller mieux, on dirait ?
- Oui, me confirme-t-il. Elle a enfin ce qu’elle voulait.
- Et Emily ? M’inquiète-je, consciente qu’avec tout ça, je ne m’étais même pas préoccupée de son état.
- Je ne sais pas…je compte aller la voir aujourd’hui ou demain. Mais Sam a fait son choix et entre nous, je crois qu’il a fait le bon. Il est…différent maintenant, comme si il avait trouvé aussi ce qu’il cherchait. Comme moi…, ajoute-t-il en levant les yeux vers le ciel pour regarder un aigle passer.
- Moi aussi j’ai trouvé ce que je cherchais, réplique-je aussitôt.

D’un mouvement de ma main, je le force à s’arrêter et me place face à lui. Les yeux dans les siens, je lui déclare lentement, pour que les mots pénètrent bien son esprit :

- Je t’aime Jacob, je t’aime et je suis heureuse avec toi. Tu es celui que je cherchais, celui que j’attendais…tu es mon âme sœur. Je regrette vraiment de ne pas avoir été près de toi pendant toutes ces années et j’aimerai vraiment rattraper ce temps perdu…ne plus te quitter…durant toute ma vie.

Il me sourit et j’ai peur qu’il ne comprenne pas à quel point je suis sérieuse alors, je m’approche plus près et répète :

- Je ne te quitterais jamais Jacob, jamais !

Son visage se fait plus grave, une forte intensité émane de ses yeux pendant que nous nous dévisageons et il finit par me répondre :

- Mais moi non plus Bella…moi je t’aime depuis si longtemps que j’ai dû naitre avec ton visage gravé dans mon cœur !

Il inspire et baisse les yeux vers le sol, je sens qu’il hésite, il sert plus fort mes doigts et avant même qu’il ne parle, je sais déjà ce qu’il va me dire :

- Tu m’as rendu dingue l’autre soir…je ne veux plus vivre ce genre de sentiment. C’est un vrai poison qui te pourri le cœur et ça peut te faire faire des conneries…
- Que veux-tu dire ? Demande-je, la gorge serrée.
- Je veux dire que j’étais si en colère après toi que j’aurai pu faire n’importe quoi et gâcher notre relation ! Je croyais que j’étais un mec super cool mais en fait, je peux être capable de faire des trucs violents parfois et je me fais peur à moi-même.

Il inspire à nouveau, lève les yeux sur un arbre derrière moi, il hésite puis continue malgré lui :

- Cette …rage qui m’a habitée pendant ces dernières heures est remontée de très profond…je l’ai senti…ça couvait je pense, ça couvait depuis des années…ça a toujours fait parti de moi…et je viens de le découvrir…c’est comme un animal, une bête sauvage qui serait restée tapie au fond de mon âme et qui aurait surgi de mon corps, comme une explosion…comme si je m’étais transformé.

Je l’invite du regard à continuer, souhaitant savoir l’origine de cette colère. Jacob comprend ma question muette et répond, tout en jouant avec le bracelet qu’il m’a offert:

- Mes parents Bella…la vie n’a pas épargné mes parents et nous non plus…ma sœur et moi je veux dire…Mon père a perdu ses jambes d’une manière stupide…il est tombé d’un toit qu’il réparait…ça aurait pu être pire tu vas me dire…
- Je ne savais pas, murmure-je. Tu avais quel âge ?
- Cinq ans je crois…mais je m’en souviens. Je me suis souvenu aussi de pas mal de trucs de mon enfance pendant que j’essayais de me retrouver cette nuit…ça a bouleversé beaucoup de choses dans notre vie à ce moment-là…il a mis du temps à admettre cette perte, il était diminué, dépendant et sa relation avec ma mère a forcément changée ! Je parle physiquement…Mais pourtant, leur couple s’est solidifié à ce moment-là. Il aurait pu éclater car ma mère n’était pas très sûre d’elle durant cette période mais je pense que cet accident les a définitivement unis.
- Ta mère n’était pas très sûre ? M’étonne-je.

Jacob soupire et sourit en répondant :

- Oui, c’est compliqué …mais sa maladie puis sa mort, la fuite de ma sœur, tout ça, je ne l’ai jamais accepté je pense mais j’ai toujours tout gardé au fond de moi…
- Tu as eu l’impression que je t’abandonnais aussi ? Que tu m’avais perdue ? Demande-je d’une petite voix.
- Oui…peut-être…la jalousie aussi m’a empoisonné l’esprit…un truc de fou que je n’avais jamais ressenti, pas aussi violemment en tous cas…
Il me dévisage, me caresse les cheveux avec tendresse puis me sourit doucement. Je ferme les yeux et enlace sa taille pour venir poser mon front contre son torse.
- Cette bête fait partie de moi à présent…je la sens toujours mais je pense que je suis parvenu à la contrôler, me chuchote-t-il. Pardonne-moi d’avoir réagis ainsi…
- Tu avais raison…je n’aurais jamais du aller voir Edward !
- Si…tu avais besoin de savoir pourquoi et lui seul pouvait te donner la réponse…j’espère qu’il était convainquant ?
- Nous avons beaucoup parlé oui, confirme-je.

Je relève la tête vers lui et je me lance :

- Je ne crois pas que ça soit lui Jacob ! Je n’y crois pas !

Je sens les larmes me monter aux yeux et je regrette aussitôt mes paroles car je sais que je vais gâcher ce moment de bonheur que nous vivions depuis ce matin. Je vois les mâchoires de Jacob se contracter pendant que ses yeux caressent mes lèvres tremblantes. Il les frôle avec son pouce, comme pour leur ordonner de se calmer.

- Je m’en fiche, finit-il par dire à mon grand étonnement, je passe l’éponge…j’ai gagné de toute façon et ça, il ne peut plus me le retirer.

Mon cœur me cogne les tempes avec force et m’oppresse la poitrine, prêt à exploser. Je me blottis contre lui, heureuse qu’il soit enfin redevenu lui-même et qu’il ait compris l’amour que j’avais pour lui.

- Oui, tu as gagné, murmure-je. Je suis à toi…
- Et je suis à toi, affirme-t-il en appuyant un baiser sur mon front.


Nous reprenons notre marche après quelques minutes, main dans la main et avançons sans but précis pendant plusieurs kilomètres. Le soleil est déjà haut quand nous atteignons la nationale qui longe la propriété des Black et lorsque nous arrivons à la petite maison rouge, nous retrouvons toute la bande presqu’au complet en train de préparer le dernier barbecue de l’automne. En nous voyant arriver, Embry nous crie :

- Eh dépêchez-vous ! Ils vont tout dévorer !!!

Jacob éclate de rire et je l’imite, trop heureuse de le retrouver ainsi. Nous rejoignons Quil et Jared qui s’occupe de faire cuire la viande. Pendant que Jacob dévore une cuisse de dinde avec ses doigts, je jette un regard circulaire à toute cette équipe que je considère maintenant comme des amis proches, voir comme des gens de ma famille. Je comprends alors pourquoi mon père se sent aussi bien avec eux, pourquoi il me parlait d’eux comme des frères et maintenant que mes relations avec Paul ont changé, je me sens complètement acceptée par eux. J’observe discrètement Leah et Sam qui, enlacés, se mettent des morceaux de pommes de terre à tour de rôle dans leurs bouches. Kim et Jared se chuchotent des mots tendres pendant que Quil et Jacob rient de bon cœur avec Embry. Un peu à l’écart, Paul tient Rachel par la taille et picore dans son assiette qu’elle tient en équilibre sur une main, pour eux deux. Paul capte mon regard et me fait un clin d’œil. Je souris et soupire de plaisir, savourant ce repas imprévu chargé de bonheur partagé.

Je prends l’assiette que Billy me tend et, en le voyant dans son fauteuil, je pense soudain à ce que m’a raconté Jacob à propos de la perte de ses jambes. J’imagine alors que ça n’a pas dû être facile et lui souris plus chaleureusement que d’habitude pour le remercier de son geste.
La voiture de police de mon père entre dans la propriété et je suis heureuse de le voir arriver pour partager avec moi ce moment. Billy lance alors :

- Ah, notre Charlie a senti l’odeur du bœuf grillé !

Les garçons éclatent de rire pendant que mon père se gare à quelques mètres de notre barbecue improvisé. Il sort de sa voiture, ainsi qu’un de ses collègues.

- Et il nous ramène des renforts ! Clame Quil. Vite, rangez avant qu’ils nous piquent tout !

Je ris mais m’arrête aussitôt en voyant la mine sérieuse de mon père, une expression que je lui connais bien et qui n’annonce jamais rien de bon.
Billy va à sa rencontre et Charlie lui murmure quelque chose. Je vois Billy pâlir et tourner la tête vers notre groupe…je remarque alors que son regard s’arrête sur Rachel, inquiet. Aussitôt mon cœur s’accélère car je sais déjà pourquoi mon père est là. Paul, qui riait, s’arrête aussitôt, l’instinct en éveil. Il se redresse et fixe gravement mon père qui s’avance vers lui. Tout le monde s’est arrêté de parler et sans réfléchir, je vais à sa rencontre en criant :

- Non ! Il n’a rien fait !
- Ne te mêle pas de ça Bella…, soupire mon père qui me connaît bien.

Il est maintenant face à Paul qui s’apprête déjà à le suivre. Rachel, près de lui, semble ne pas comprendre mon intervention et me fixe, bouche bée. J’attrape mon père par le bras et répète :

- Papa ! Je t’en prie ! J’étais là ! Il n’a fait que se défendre !
- Bella ! Par pitié ! S’impatiente Charlie en se tournant vers moi, laisse-moi faire mon boulot !

Je sens le bras de Jacob passer sur ma taille et m’attirer contre lui. Avec horreur, je vois Paul se retourner et laisser mon père lui mettre des menottes sans opposer de résistance.

- Je suis désolé Paul, j’ai reçu une plainte, s’excuse mon père.
- Pas de problème, tu fais ton boulot Charlie…
- Mais c’est quoi ce délire ? S’écrie Jared.
- Il a fait quoi ? Intervient Embry.

Ils encerclent mon père et je me surprends à espérer qu’ils interviennent, même par la force.

- Charlie, explique-nous, demande calmement Sam. Tu ne peux pas venir chercher l’un des nôtres comme ça !

Les garçons grondent et mon père répète :

- S’il vous plait les gars, je ne fais que mon travail ! J’ai reçu une plainte sérieuse de la part des Cullen. Je ne peux pas faire de sentiments…désolé. Et Jacob, si tu en as une aussi, passe à mon poste ! Ajoute-t-il en jetant un œil sur son arcade.
- Non, je n’ai rien à te dire, répond froidement Jake.
- Très bien…

Rachel n’a toujours pas bougé et regarde la scène comme moi, anéantie. Paul se penche sur elle et dépose un léger baiser sur ses lèvres avant que mon père l’entraine vers la voiture par le bras. Jacob me serre plus fort, sentant sûrement que j’étais prête à exploser.

C’est alors que Rachel réagit et le rattrape en criant un « non ! » déchirant. Elle s’accroche à son cou en pleurant :

- Non ! Non ! Tu ne me quittes pas ! Je ne peux pas vivre sans toi ! Je n’ai jamais pu…Paul, je t’en prie ! Tu es toute ma vie, tu es à moi ! Ne me quitte pas !
- Rachel…, intervient mon père.
- Non ! Crie-t-elle en le poussant avec tellement de force que mon père bascule légèrement. Non ! Tu ne vas pas l’emmener Charlie ! Tu le laisses ici ! Il n’a rien fait !

Jacob me lâche et va la prendre par la taille pour la retenir.

- Lâche-moi !!! Hurle-t-elle en se débattant avec rage pendant que Jacob tente de la maitriser. Paul, je t’en prie ! Défends-toi ! Tu ne peux pas partir ! Ne me laisse pas, ne me fais pas ça…, sanglote-t-elle.

Elle murmure quelque chose en Quileute. Mon cœur se serre de tristesse et les larmes me montent aussitôt aux yeux. Jacob la tient toujours pendant qu’elle se débat mais moins fort et Paul finit par ordonner :

- Rachel, calme-toi ! …Laisse-là Jacob.

Charlie approuve de la tête, le visage décomposé. Jacob ose la lâcher et je vois Rachel bondir sur Paul et l’enlacer par la nuque, le serrant de toutes ses forces. Il lui murmure quelque chose et je vois à sa respiration qu’elle se calme puis je l’entends lui dire en pleurant dans son cou:

- C’est oui…c’est oui…

Paul ferme les yeux, le visage crispé puis la pousse doucement avec son épaule en faisant un signe à Jacob qui vient la reprendre par les bras pour la forcer à se dégager. Impuissante, elle se laisse faire puis se laisse entrainer par son frère vers notre groupe pendant que je vois mon père installer Paul sur le siège arrière, aidé par son collègue.
J’avance alors vers eux en criant :

- Papa, ne ferme pas la porte !
- Bella…, soupire-t-il.
- Paul ! Je te promets que j’irai parler à Carlisle ! Lui lance-je, ignorant la remarque de Charlie. Je le ferais changer d’avis !

A l’intérieur de la voiture, Paul me sourit doucement mais son regard est noir et il me répond :

- Oublie-ça tout de suite ! Tu ne crois pas qu’il y a déjà eu assez de dégâts comme ça ?!
- Je ne te laisserais pas passer une nuit en prison !
- Retourne près de Jacob ! Déclare-t-il, amer. C’est ta place maintenant ! Fais en sorte que tout ça n’arrive pas pour rien !

Je déglutis, les larmes aux yeux…nous nous dévisageons quelques secondes avant que mon père claque la portière. Je retourne alors lentement près de Jacob et Rachel.
Avant d’entrer dans sa voiture, mon père lance à Billy :

- Désolé vieux…

Billy hoche la tête et nous regardons tous Charlie démarrer et faire sa manœuvre. Je vois Paul à travers la vitre, la tête tournée vers Rachel, comme pour s’imprégner de son image. Elle reste dans les bras de Jacob, les yeux remplis de larmes, la douleur défigurant son beau visage.
Je n’arrive pas à y croire ! Je n’arrive pas à comprendre jusqu’où nous sommes allés ! Jacob, maintenant Paul ! Les Cullen allaient trop loin ! Je ne pouvais pas les laisser continuer à détruire la vie des gens que j’aimais ! C’était décidé : je retournerais les voir et j’aurai une franche explication avec Edward ! Et je ne partirais pas de là sans avoir la vérité !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 11 Aoû - 15:52

ben sa s"arrange pas du tout pauvre jake, paul, rachel c'est triste mais j'adore toujours ta fic puisque j'attend la suite lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 11 Aoû - 17:41

bon encore une fois je suis partie!!! j'ai beaucoup aimer le moment Paul/Bella. sa m'a énormément toucher. La venue de Rosalie a été vraiment troublente. et Jacob est "revenu" sa me fait du bien de le retrouver comme avant et maintenant on sait d'où vient sa colère et leur moment dans la forêt c'est magnifique. et au barbecue quand Bella regarde tout le monde a tour de role et qu'elle s'arrete sur Paul on ressent bien que leur relation a énormément changer . on ressentait vraiment la chaleur du groupe leur joie de vivre et le bonheur du moment. jusqu'à ce que Charlie arrive . Je sais qu'il fait son boulot mais sa fait bizarre de le voir embarquer Paul. Et bella qui veux retourner voir les Cullen que va-t-il se passer!!! Merci Tititof de me faire voyager a chaque fois que tu écrit . vivement la suite!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becob85
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 374
Age : 31
Localisation : Dans les bras chauds de Jake...
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 11 Aoû - 19:21

Wahou merci pour ta suite enfin on retrouve notre JAKE il arrive à surpasser sa haine et se confie à Bella love
Ils sont trop choux ceux-là lit

La conversation avec Paul aussi est touchante Very Happy Mais j'espère que tout va s'arranger pour lui... Veux pas qu'il aille en prison moi No
J'espère que Bella arrivera à mettre les points sur les i avec les Cullen et que toutes ses histoires vont cesser, qu'ils vont laisser les Quileutes et les Swans tranquilles... ENFIN Mad

J'espère que tu nous posteras une suite très rapidement cheers cheers cheers
Et que tu écriras plein d'autres chapitres qui n'étaient pas prévus !!! Et oui l'espoir fait vivre, et je ne veux pas que cette fic se finisse Rolling Eyes

bisou bisou bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jacoblemonfic.forumgratuit.org/forum.htm
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 11 Aoû - 19:23

moi non plus je ne suis pas prete a subir une fin !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 11 Aoû - 22:10

Dans la première partie, le loup Jacob de retour d'une certaine manière et le sexe réconsiliateur, j'ai adoré! Lol!
Pour les Cullen c'est vraiment une belle bande de c****! Lol! Impatiente que Bella aille regler ses comptes... En éspérant que ça ne tourne pas mal.
En tout cas, super chapitre! J'attend la suite comme toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 14 Aoû - 0:01

-Je savais bien que j'avais loupé un morceau lol Je rattrape !-

* - Calme-toi ! Tu es soulante à la fin !
Lol j'aime cette réplique ! Égale à Paul.

* - Tu les critiques mais finalement, tu es comme eux ! Regarde, tu as le plus gros et le plus beau 4 X 4 de la bande ! Toutes options, clim’ et cinq places avec coffre à rallonge…je suis sûre que tu l’as acheté neuf ! Et VLAN dans les dents LOL

* Le bourgeois des Quileute… Razz

* [...] si tu avais vu dans quel état il était…Bella…
On sent que Paul en a beaucoup souffert là ! Et c'est dur de le dire.

* J’éclate nerveusement de rire car c’est bien la première fois qu’il me sourit et en s’en rendant compte, il semble soudain gêné d’avoir baissé sa garde et de m’offrir moins de froideur. Joli passage.

* et scotchée par ce couple complètement improbable.
Ah oui, carrément ! Pourvu que Rosalie ne sème pas la zizanie dans le couple Paul Rachel ...

* J'aime bien la description que fait Bella autour d'elle avant que Paul ne lui sorte ça :
- Bella ! Bordel, tu veux bien rentrer immédiatement !!! Il fait un temps de chien ! Smile

* Wow belle scène Bella Jacob ! Et belle déclaration de Bella de son amour pour lui.

* - Je ne crois pas que ça soit lui Jacob ! Je n’y crois pas ! Bah moi non plus ! siffle

* J'adore le moment du barbecue !!! On les voit tous et ça fait du bien de sentir ce bonheur !

* Oh mon dieu ! Le barbecue-bonheur vire au cauchemar ! Rachel me déchire le coeur.
confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 14 Aoû - 5:22

Merci à toutes pour vos commentaires Very Happy

Comme nous approchons à grands pas de la fin, je vous remercierais toutes plus longuement plus tard. Pour aujourd'hui, je vous mets la suite qui se compose d'un chapitre et d'un bonus. Ce bonus fait normalement 10 pages (ouais je sais c long mais vous comprendrez pourquoi en le lisant). Je ne vais mettre que la moitié pour aujourd'hui afin de faire durer le plaisir car sinon, on sera vite à la fin. Car je viens de revoir tout, après ce bonus, il reste un chapitre et l'Epilogue que je suis en train de finir....donc voilà...

Bonne lecture !

* * * *


65 –Meilleur ennemi


J’ai bien cru pendant un instant que ma sœur allait devenir folle. Je ne l’avais jamais vu dans cet état, même pas à la mort de notre mère. Je ne l’avais jamais vu autant pleurer ni autant crier de douleur. Je n’imagine même pas ce qu’elle deviendrait s’il venait à lui arriver quelque chose. J’avais eu beaucoup de mal à la maîtriser et heureusement que Paul avait gardé son sang-froid et lui avait ordonné de se calmer. Après avoir explosé, elle était maintenant dans un état atonique qui me faisait peur. Je sais qu’elle m’entend mais c’est comme si on avait retiré la prise. Je lui caresse les cheveux pendant qu’elle fixe son mouchoir. Bella vient près de nous avec une tasse de thé et la pose près d’elle. Je soupire et me lève, les laissant seules et va rejoindre Billy, Sam et les autres qui sont en grande discussion.

- Ils ne peuvent pas l’enfermer pour un coup de poing ! S’exclame Sam. C’est insensé !
- Ils ont beaucoup de pouvoir, crois-moi, assure mon père. Bien sûr, il y a une justice, ça n’ira pas jusque là mais Paul a un passé judiciaire…des bricoles mais malgré tout…
- C’est n’importe quoi ! S’écrie Embry. Je vais aller dire ce que j’en pense à Charlie !
- Tu ne feras rien du tout ! Ordonne mon père. On n’a pas besoin d’un autre en prison…
- Mais Billy !
- Embry, intervins-je, ça ne sert à rien de s’énerver. Paul ne va pas rester toute sa vie là-bas. Dans quelques heures, ils le relâcheront…peut-être avec des travaux d’intérêt généraux mais ça n’ira pas plus loin. Seulement, il risque de perdre son boulot…

Tout le monde baisse la tête, sauf Sam qui me regarde en réfléchissant.

- A quoi penses-tu ? Lui demande-je.
- Et si nous allions parler aux Cullen ?
- Je vais y aller, fait une voix derrière moi.

Je me retourne d’un bloc et fixe Bella durement. S’il y a bien une chose que je refuse, c’est ça ! Elle le voit dans mes yeux mais me toise, provocante. Alors je lui dis :

- C’est hors de question !
- En effet, assure mon père. Car c’est moi qui vais y aller…

Cette fois, je me tourne brusquement vers mon père, les yeux ronds et il continue :

- Jacob, emmène moi voir Carlisle Cullen…j’ai deux mots à lui dire !
- Mais…
- Tout de suite !

Ses yeux noirs corbeaux et sa bouche au pli amer m’empêchent d’objecter plus longtemps. En soupirant, je prends les clefs de ma voiture et sors dehors, suivi de Bella qui me lance :

- Attends ! Je viens avec vous ! Je les connais mieux que vous !
- Non, tu restes là …avec ma sœur, elle a besoin de compagnie.
- Jacob ! S’écrie-t-elle sèchement. Tu n’as pas d’ordres à me donner !

Je la regarde et aussitôt, je réalise à quel point je vais trop loin. Penaud, je baisse la tête puis lui réponds :

- En effet…excuse-moi…

Je soupire profondément, histoire qu’elle comprenne bien à quel point cette idée me pèse puis ajoute :

- Installe-toi, je vais chercher mon père.



Billy est déjà sur le perron et Sam le fait descendre avec douceur sur la pelouse. Son expression me fait peur car moi je sais ce qui l’anime à cet instant. Des années et des années de rancœur envers cette famille qu’il déteste tant pour avoir partagé ma mère avec celui qu’il s’apprête à affronter. Je prends le relais et le conduis jusqu’à notre voiture où Bella m’attend. Une fois qu’il est confortablement installé près d’elle, je plie son fauteuil et prends le volant en soupirant à nouveau un grand coup.

Comme je m’en doutais, la grille de la propriété est fermée et je m’apprête à appuyer sur l’interphone lorsque je vois Bella sortir de la voiture et se placer devant un muret. Je mets quelques secondes à comprendre qu’elle fait signe à une caméra et aussitôt, la grille s’ouvre lentement. J’attends qu’elle remonte dans la voiture et démarre pour pénétrer dans le domaine de cette famille si respectée de Forks, et si détestée de notre famille.

- Garde-toi là, me propose Bella.

Je l’écoute et mets le 4 X 4 sous un arbre de la cour. Je sens mon père extrêmement tendu, il n’a pas prononcé un mot durant tout le voyage et j’appréhende vraiment cette rencontre. Bella sort de la voiture à nouveau et je la suis. Je prépare le fauteuil de mon père quand j’entends une voix féminine s’écrier :

- Bella !!! Te voilà !

Je lève la tête tout en installant Billy et vois une gamine aux cheveux noirs en bataille sauter littéralement au cou de Bella. Cette dernière a l’air heureux de cet accueil et j’en conclue que c’est Alice, la petite sœur d’Edward que Bella apprécie.
Malgré moi, je souris devant l’enthousiasme de cette fille qui doit avoir mon âge mais il s’efface aussitôt lorsque, derrière elle, j’aperçois le docteur Cullen sur le perron qui nous observent gravement, les mains dans les poches. Aussitôt, je regarde mon père dont les yeux sont si noirs que sa peau semble presque transparente. Il donne un coup à la roue de son fauteuil et je l’aide à avancer. Je suis surpris de voir le docteur descendre lentement les marches de ses escaliers, prêt à nous accueillir. Mon père et lui ne se quittent pas du regard. La tension est palpable et je parviens même à ressentir toute la rancœur à travers les poignées du fauteuil, tellement mon père est tendu. Pourtant, Carlisle Cullen avance toujours et vient se poster devant nous, aussi blanc qu’un mort, ce qui fait ressortir le bleu qu’il a sur la joue…le souvenir cuisant de Paul.

- Bonjour Billy, finit-il par dire. Je m’attendais à ta visite. Bella, ajoute-il en hochant la tête dans sa direction.

Bella répond d’un coup de menton en silence.

- Fais relâcher Paul ! Ordonne mon père sans même répondre à la politesse de son ennemi.

Je vois Bella lancer un regard étonné à Billy puis à celui qu’elle croyait connaître, se demandant comment ils en étaient passés au « tu ».

- Je ne peux rien faire, soupire Carlisle à ma grande surprise.

Pendant une seconde, j’ai l’impression qu’il regrette son geste. Mais il reprend, plus dur :

- Paul Chayton a fait quelque chose de très grave et ce n’est pas de mon ressort.
- Un coup de poing ?!!! Explose mon père. Il a bien eu raison de t’en coller une ! Tu ne t’en es pas pris assez étant jeune ! Et j’aurai aimé le mettre à sa place ! Depuis longtemps !
- Oui…mais tu ne pouvais pas…, siffle le docteur en fixant froidement Billy. Elle te l’avait interdit. Et tu peux encore moins aujourd’hui…

Son regard se porte sur ses jambes et la colère me monte.

- Où est votre fils ?! Lui cries-je presque au visage. Où est Edward ?
- Jacob ! Intervient Bella qui n’avait encore rien dit mais qui semblait très bouleversée par ce qu’elle commençait à comprendre.
- Edward est parti, me répond Carlisle en plantant ses yeux dans les miens.
- Quoi ? S’étonne Bella. Quand ?
- Ce matin…
- Evidemment ! Réplique-je malgré moi.

Le docteur lève un sourcil étonné à ma remarque.

- Il est en France ? Insiste Bella. Il est parti avec Eli ?
- Oui, confirme doucement Alice que j’avais oubliée.

Une petite morsure se fait sentir à nouveau dans ma poitrine quand je vois l’air triste sur son visage. Mais je me ressaisis, comprenant qu’elle comptait sur lui pour avoir des explications me concernant …

- Je répète, reprend mon père durement, fais relâcher Paul !
- Je ne peux pas…Billy, il n’est pas en prison pour le coup qu’il m’a donné ! Explique Carlisle, jetant un souffle d’incompréhension sur notre groupe. Tu me connais pourtant ! Je ne m’arrête pas à ce genre de détail ! Surtout de la part d’un Quileute !

A ces mots, je vois les yeux de mon père papillonner. La remarque de Carlisle doit lui en rappeler une autre et je crois comprendre laquelle : Carlisle avait aimé ma mère et notre peuple restait un point sensible de sa vie. Il lui en faudrait plus pour en vouloir à un Quileute…alors que s’était-il passé ? Je commence à angoisser…

- Explique-toi, parvient alors à répondre Billy, en écho à mes pensées.
- Pas ici…

Mon père hoche la tête et je vois Carlisle se diriger derrière le fauteuil et le faire avancer. Je reste un moment à le regarder faire, soufflé, quand je vois Bella le suivre et lui dire :

- Carlisle ! Il faut qu’on parle ! Il n’y a pas que Paul, il y a Jacob ! Il a été attaqué et tout le monde pense que c’est Edward le responsable.

Il s’arrête et se retourne vers moi, les sourcils froncés. Nous nous dévisageons quelques secondes, je vois ses yeux s’arrêter sur ma nouvelle coupe, mon arcade, puis ma joue et encore une fois, j’ai le sentiment qu’il semble ennuyé…puis il regarde à nouveau Bella et déclare :

- Chaque chose en son temps. Je dois d’abord parler à Billy Black.

Sans vraiment tout comprendre, Bella revient vers moi, impuissante. La petite Alice lui prend le bras et lui caresse pendant que je regarde le dos de Carlisle Cullen emporter mon père vers une porte de la villa.
Bella lève la tête vers moi et me dit :

- Fais lui confiance Jacob. Je le connais. C’est un homme bien.
- Je sais, soupire-je en la serrant contre moi. Mais j’aimerai sortir de ce cauchemar.


Nous sommes restés dehors au moins une heure avant que je vois mon père réapparaitre dans la cour, poussé par Carlisle, l’air toujours aussi grave. A leur arrivée, Alice, qui n’avait pas quittée Bella d’une semelle, s’est levée du trottoir où elles s’étaient assises et est allée à leur rencontre, comme si elle rejoignait « son camp ». Bella est venue se blottir à nouveau contre moi et nous avons attendu que Billy et Carlisle soient près de nous pour reprendre chacun notre respiration. Le docteur a placé le fauteuil près de moi et l’a tourné pour faire face à mon père. Ils se sont toisés quelques secondes puis Carlisle a soupiré doucement en disant :

- Je vais prendre en compte tout ce que tu m’as dit et y réfléchir.
- Très bien, répond alors mon père, plus calme.

Je comprends alors que cette heure a dû être riche en émotion, que chacun a réussi à mettre à plat ce qu’ils avaient à se dire et qu’apparemment, leur colère est apaisée…pour l’instant.

- Mais je ne te promets rien ! Tu as vu comme moi …les faits.
- Oui…, murmure mon père, à mon grand étonnement.
- Quoi ? Demande-je aussitôt. Quels faits ?

Mon père ne me répond pas et je vois la gêne sur le visage du docteur Cullen. Je vois Billy baisser la tête, comme résigné et mon cœur s’accélère.

- Quels faits ? M’écrie-je. Paul n’a rien fait ! Alors que moi, par contre, j’ai subi une attaque ! De la part d’Edward Cullen ! Crache-je en pointant mon doigt sur le torse du docteur qui ne bronche pas.
- Jacob…

Je me retourne vers mon père d’un bloc.

- Rentrons…
- Quoi ? Crie-je.
- Tu m’as bien entendu ! Insiste-t-il.

J’ai l’impression de vivre un mauvais cauchemar alors j’explose :

- Tu ne vas pas les laisser s’en tirer comme ça ? Papa ! Après tout ce qu’ils nous ont fait ! Pour maman, pour moi ! Maintenant Paul ! Sans parler de Bella !
- Jacob, intervient cette dernière. Je vais rester ici…pour parler, précise-t-elle en regardant tour à tour Alice et Carlisle.
- Tu es toujours la bienvenue, répond le docteur.
- Très bien, siffle-je malgré moi, ayant du mal à retenir cette colère qui reste toujours tapie au fond de mon cœur. Mais je vous préviens, ajoute-je en tournant les yeux vers les Cullen, Paul n’ira pas en prison ! Quoiqu’il ait fait, je prouverais le contraire car il ne m’a pas quitté pendant deux jours !
- Il sait tout ça, me coupe Billy calmement.

Un peu déstabilisé, je le regarde puis Carlisle, qui hoche imperceptiblement la tête comme pour me confirmer qu’il a bien tous les éléments en sa possession. Du coup, je ne me sens plus le cœur à ajouter quoique ce soit, comprenant que je suis complètement impuissant face à la situation, que je ne dois plus que compter sur lui, son jugement et ses relations. Paul avait bien raison ! Ses gens-là dirigent le monde et peuvent faire de toi ce qu’ils veulent ! Et aujourd’hui, il subissait ce qu’il avait toujours craint : la destruction de sa vie.

Je remonte dans la voiture après avoir installé mon père. Bella s’approche et me dit :
- Je reste un peu avec Alice. Je te tiendrais au courant.
- Mon père va tout m’expliquer, ne t’en fais, réponds-je, calmement. Prends ton temps.

Elle me sourit, heureuse que je ne sois pas fâché cette fois. J’ai confiance en elle, j’ai confiance en son amour et j’ai confiance en moi. Je me penche par la fenêtre et dépose un doux baiser sur ses lèvres qu’elle accueille avec plaisir puis démarre la voiture.



* * * * La Cage * * * *


Je ne pensais pas revoir un jour ce béton et ces barreaux. Je pensais qu’en faisant tout ce qu’il fallait pour être bien, mon passé resterait derrière moi mais s’il y a bien une chose que j’ai compris aujourd’hui c‘est que le passé vous rattrape toujours, quoique vous fassiez. Et surtout, une fois qu’on t’a collé une étiquette, tu as beau la gratter, la passer à l’eau de javel ou la brûler, elle est toujours là, bien incrustée dans ta peau. Ma peau…bien différente de tous ces lascars qui me surveillent d’un œil en faisant semblant de travailler et qui n’ont jamais oublié leur racisme vis à vis des indigènes qui vivaient ici depuis la nuit des temps. Une plainte et le Quileute est forcément coupable ! Surtout un qui a déjà un casier et une réputation de mec à femme ! Je n’ai aucune chance face à ses salopards, aucun moyen de prouver le contraire et encore pire après avoir frappé le père de celle qui m’accuse. Je me demande quand même comment elle a pu convaincre les flics que je l’avais frappée…la porte en fer de ma cellule s’ouvre et Charlie entre dans la pièce en gardant les yeux plantés vers le sol. Je me redresse pour l’accueillir, bien décidé à garder la tête haute si je ne peux pas me battre !

- Salut mon vieux….
- Charlie…

Il ose enfin me regarder droit dans les yeux et je croise les bras, attendant qu’il m’annonce ce qu’il a à me dire. Il fronce les sourcils en jetant un coup d’œil à ses feuilles puis me propose :

- Asseyons-nous, tu veux ?

Je ne réponds pas mais ma gorge se serre en entendant le ton qu’il vient d’employer : professionnel, grave, trop calme…triste…je me racle la gorge et m’assois près de lui sur le matelas. Il passe ses feuilles l’une derrière l’autre, l’air très concentré sur elles mais je sais qu’il ne les voit pas. Il cherche juste ses mots, il cherche à gagner du temps…

- Bon allez vas-y, qu’on en finisse ! Déclare-je. Qu’est-ce que j’ai fait ?
- Et bien…ce n’est pas très bon…
- C’est à dire ?
- J’ai donc ici une première plainte de Rosalie Cullen…une plainte contre toi…comme quoi tu l’aurais donc violentée.
- Elle a fait comment pour prouver ça ?

En guise de réponse, Charlie me tend une photo sur laquelle je découvre le visage de la fille Cullen, légèrement tuméfié au niveau de la joue. Je hausse les épaules et lui rends mais en me la reprenant, il me tend une nouvelle photo en serrant les dents et là je vois son dos, un bleu au niveau de l’omoplate puis une autre où l’on voit des marques de doigts sur son bras. Bref…je suis cuit. Je soupire et lui rends les deux photos sans rien dire, soudain très las de tout ça. Je sens que Charlie m’observe et je lui murmure :

- C’est son père que j’ai frappé…pas elle. Tout ça parce que j’ai refusé de la revoir…
- En effet…satanée bonne femme, soupire Charlie, voulant brièvement détendre l’ambiance. Mais ça risque d’aller loin Paul…
- Elle ne peut rien prouver ! tout simplement parce que je ne l’ai pas touchée ! Annonce-je durement en tapant mon genou du doigt.
- Justement…elle dit qu’elle en a, murmure tristement Charlie.
- Quoi ????

Mon cœur s’arrête de battre quelques secondes puis reprend lentement alors que ma tête bourdonne fortement.

- Elle passe en ce moment même un examen…et tu vas en passer un aussi. Ensuite elle va faire une déposition complète avec soi-disant la preuve que tu t’es introduit chez eux…vidéo de surveillance, enregistrement… Je suis désolé, finit-il par dire.

Cette fois, ma colère me submerge complètement. Je sens que je suis en train de me tendre de partout et de perdre le contrôle. Je me lève d’un bond et fonce droit sur le mur que je retiens de frapper. Je pose lentement mon poing sur le béton et colle ma tête doucement en fermant les yeux. J’avais fait tout ça pour rien, tous ces efforts, tous ces compromis avec moi-même pour rien ! Je revenais à la case départ et là, je vais tout perdre ! Mon boulot, ma crédibilité et Rachel…il ne me reste plus que ma fierté, un peu, et la volonté de prouver qu’ils ont tort ! Mais je me connais, je ne lutterai pas longtemps dans le vide…je sais déjà que contre ce genre d’oiseaux c’est perdu d’avance…mais j’allais quand même essayer, histoire de ne pas sortir de là complètement détruit avec des regrets.
J’entends Charlie se lever du lit et ouvrir la porte de ma cellule.

- Je te tiens au courant de la suite…essaie de dormir.

Je ne réponds même pas et attends le déclic de la porte qui se ferme pour pousser un profond soupir de lassitude en murmurant, seul dans cette pièce froide :

- Je vais tout perdre…je vais tout perdre…Rachel…


En regardant à travers la minuscule fenêtre, je vois que le ciel s’assombrit et je souris en pensant aux dernières paroles de Bella : « Je ne te laisserais pas passer une nuit en prison ! » Pauvre gamine…parfois je ne sais pas si elle se rend bien compte du monde dans lequel elle vit ! Son arrivée parmi nous a fait des dégâts encore plus considérables que je le pressentais. Jacob n’avait pas voulu m’écouter, Bella non plus…Rachel encore moins ! Et voilà où nous en étions ! Jacob avait subi une profonde humiliation qui m’avait fait craindre le pire au niveau de son moral, j’avais frappé le médecin le plus réputé de Forks et avait retrouvé le Diable. Voilà à quoi m’avait mené mon existence libérale…ma punition avait mis du temps à arriver mais elle était bien là maintenant ! Je n’ai que ce que je mérite ! J’aurai dû être plus respectueux, moins révolté, plus sérieux et moins volage. Je pousse un profond soupir et ferme à nouveau les yeux pour ne voir que le doux visage de Rachel lorsqu’elle me sourit au réveil. Ses derniers mots sont une douce musique dans ma tête mais me martèlent le cœur, sachant que ça ne restera peut-être que des mots. J’ai hâte de la revoir, de savoir ce qu’elle pense de tout ça, si elle a confiance en moi ! Car c’est tout ce qui compte pour moi, qu’elle ait confiance en moi !


La porte s’ouvre et je me lève aussitôt, prêt à accueillir Charlie mais à sa place, je découvre avec stupeur quelqu’un auquel je ne m’attendais pas mais qui me devait finalement cette visite : Carlisle Cullen. Nous nous dévisageons une fraction de seconde puis il baisse les yeux en avançant vers moi, les mains dans les poches, les lèvres pincées…l’air ennuyé ou peut-être réfléchi ? Je ne sais pas trop…

- Bonsoir Paul.

Sa voix résonne comme dans un tombeau. Je ne réponds pas et croise les bras en me calant contre le mur froid.

- Comment te sens-tu ? Tu es …bien traité ?

Je desserre les dents, c’est plus fort que moi :

- Je suis en prison ! Comment voulez-vous que ça aille ! Mais oui…vous ne savez pas ce que c’est…, siffle-je, ne pouvant me retenir. Méfiez-vous, une erreur médicale est vite arrivée…votre argent ne vous protégera pas toute votre vie !

Il se racle la gorge et je vois un bref sourire amusé sur ses lèvres ce qui a le don de me foutre en rogne. Je me redresse brusquement et avance d’un pas vif vers lui. Nous sommes maintenant face à face et je le toise d’un air mauvais mais il soutient mon regard et cette fois, ne retient plus son sourire…révolté je lui crache au visage :

- Vous voulez quoi ?!!!

Il tourne la tête, jette un regard circulaire à ma cellule et déclare sur un ton léger :

- J’ai cru comprendre que tu faisais tout pour ne pas revenir ici…
- Comment…
- Et tu as presque bien réussi, me coupe-t-il dans ma stupéfaction.

Je le fixe, le souffle coupé parce qu’il vient de me dire. On dirait qu’il me connaît et ça me perturbe. Un mec comme lui peut payer n’importe qui pour se renseigner sur les gens, les faire suivre, entrer dans leur vie, leur intimité et je me demande soudain si c’est ce qu’il a fait avec moi, avec Rachel, avec nous tous !

Le docteur lit la surprise sur mon visage et aussi les questions que je me pose. Je le vois dans ses yeux. Alors il me contourne pour aller se planter face à la minuscule fenêtre, dos à moi. Je l’observe en silence, son dos droit, ses larges épaules sous sa chemise impeccable, la classe qu’il dégage, le raffinement et l’intelligence…lui et moi sommes complètement à l’opposé autant physique que mental et je me sens soudain très petit. Mais sa voix calme envahit à nouveau la pièce silencieuse :

- Je ne permettrais jamais qu’on s’en prenne à la famille de Tisha…

Tisha ? La mère de Jacob ? Je fronce les sourcils et il se retourne vers moi, captant mon incompréhension.

- J’aimais infiniment Tisha…mais ce que je respecte par-dessus tout c’est sa famille ! Car ça fait parti d’elle, de ce qu’elle était, de tout ce que j’aimais tant chez elle…

J’ai l’impression de rêver…ses paroles ont du mal à m’atteindre car je les trouve complètement irréalistes. Carlisle Cullen et la mère de Jacob ! Tisha, une Quileute !

- Ma fille m’a menti Paul et elle t’a piégé…heureusement, je m’en suis vite aperçu car son plan a été fait sous l’impulsivité et la colère. Elle n’a pas pu peaufiner les détails et c’est une chance pour toi car avec son nom, sa parole était difficile à mettre en doute…

Je reste sans voix, toujours à le fixer, me demandant si je rêve vraiment ou pas ?

- Rosalie a payé les mêmes hommes qui ont frappé Jacob pour simuler une attaque de ta part…

Cette fois, je réagis :

- C’est elle qui est à l’origine de l’attaque de Jacob ?!
- Oui…, soupire-t-il. Et crois-moi, je ne sais pas ce que je vais devoir faire pour que lui et toute ta famille nous pardonne un jour….
- Expliquez-vous !
- Rosalie n’a pas supporté que Bella et Edward soient encore amis, elle n’a pas supporté que leur amour, leur respect et leur amitié survivent à leur séparation. Elle voulait être sûre que Bella ne reviendrait jamais dans notre vie alors elle a fait battre Jacob au nom de mon fils, afin que Bella et tous les Quileute brisent définitivement leurs liens avec nous.

Je baisse la tête, essayant de réfléchir à cette explication, savoir si elle est plausible…

- Sauf qu’elle n’avait pas prévu te revoir, ajoute-t-il en ricanant doucement.

Je lève la tête vers lui et il continue :

- Et à partir de là, plus rien n’a compté ! …et malheureusement, je suis bien placé pour la comprendre…pour comprendre sa folie.

Je revois les yeux fous de Rosalie lorsque je suis venu chez eux puis lorsqu’elle est venue à la Réserve : oui, sa fille avait comme lui craqué pour un indigène ! Sauf qu’elle, au lieu de me protéger et de me respecter, essayait de me détruire. Comme je ne réponds pas, il continue :

- Elle était prête à tout pour te récupérer, nous nous sommes beaucoup affrontés à ce sujet, m’explique-t-il, et par défi, elle a quand même essayé de te revoir. Mais tu l’as rejeté…et s’il y a bien une chose que ma fille ne supporte pas, c’est qu’un homme ne la regarde pas, qu’il ne fantasme pas sur elle, qu’il ne soit pas sensible à sa beauté ou pire qu’il la rejette !

Nous nous dévisageons et je me sens soudain moins minable car dans ses yeux, j’entrevois des excuses et de la honte pour celle qui a osé salir le nom des Cullen mais je vois aussi quelque chose que je n’avais pas remarqué : une souffrance infinie, celle d’un homme dont le cœur s’est un jour brisé et qui a survécu après ça.

- La plainte est retirée, m’annonce-t-il. Et je suis venu te chercher…

La joie que je viens de ressentir à cette nouvelle se ternie aussitôt. Je me rends compte alors que mon ressentiment pour lui, sa famille, sa condition est si fort que ça parvient même à me gâcher le ciel bleu qui venait de se profiler à mon horizon. Je lui pose quand même bêtement la question :

- Je suis libre ?
- Oui ! Me confirme-t-il dans un léger sourire amical.

Mais je ne veux pas être pote avec ce type ! Même si c’est lui qui a tout fait pour me sortir de là ! Alors je reste de marbre et il insiste :

- Tu ne passeras pas la nuit en prison…

Ses mots me font sourire malgré moi et il continue, soudain plus à l’aise :

- Il n’y aura aucune trace dans ton casier, ni même aucune trace de ton passage ici…je ne peux malheureusement pas effacer ton arrestation de la mémoire de ta famille et de tes amis mais sache que si je le pouvais, je le ferais…
- Ça, je n’en doute pas, ricane-je. Votre supériorité vous donne presque tous les droits !
- Paul…

Mon regard noir le coupe et il n’insiste pas. Il baisse la tête, les mains toujours dans les poches puis, après une courte hésitation, avance vers la porte sans un mot. Soudain, une pensée furtive me traverse l’esprit et je saisis pleinement toutes ses paroles concernant Tisha, sa famille, ses enfants….Rachel et moi, comprenant alors la vraie raison qui l’a poussé à me sortir de là… Alors, je demande, stoppant sa marche :

- C’est vous qui donnez de l’argent à Rachel ! Pourquoi ?

Il se tourne lentement vers moi, les yeux soudain brillants puis, déclare d’une voix faible mais sûre :

- Parce qu’elle lui ressemble tant…parce qu’elle est Elle, parce que j’aurai tellement voulu qu’elle soit ma fille !

Ses derniers mots sont prononcés plus fortement et je sens alors ce qu’il a pu vivre pendant toutes ses années.

- Parce qu’elle, elle ne m’aurait jamais déçue, continue-t-il, parce que je suis fier de ce qu’elle fait et que c’est le seul moyen que j’ai de la soutenir…sans rejet.
- Qui vous dit qu’elle vous aurait rejeté ? Demande-je d’une voix calme, soudain touché par ce type.
- Elle ne me connaît pas, elle m’a oublié…et nous ne sommes pas tellement appréciés des Quileute.

J’ai une soudaine envie d’en savoir un peu plus sur sa relation avec Rachel alors je demande :

- Votre voiture est dans le parking ?

Il hoche la tête gravement, comprenant que j’ai baissé ma garde et je continue :

- On a deux trois mots à se dire vous et moi…je veux tout savoir !
- Suis-moi, répond-il dans un léger sourire satisfait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 14 Aoû - 8:42

j'adore !!!! ce chapitre m'a énormément toucher !!! la douleur de Rachel la colère de Billy l'indignation de Jacob, la comère Paul, le calme de Carlisle.
Rachel m'a fait beaucoup de peine elle faisait vraiment vide comme si son âme était éteinte. la discution Billy/Carlisle ja suis curieuse de savoir se qu'ils se sont dit en dehors de Paul.

le bonus est super Paul a failli me faire pleurer j'étais sur les nerfs. comment Rosalie a oser faire sa à Paul, a JACOB !!!! déja que je ne l'aimais pas beaucoup mais la c'est encore pire !! je m'excuse auprès de Edward je me suis trop emporter sur lui le pauvre. je savais que c'était Carlisle qui était le donnateur anonyme de Rachel. la façon dont il l'a décrit est super émouvante !!! j'aurais bian aimer connaitre Tisha!!

je suis pressée de lire la suite et surtout la discution dans le voiture !!!

NON pas déja la fin !!!!! je ne veux pas !!!! je veux que cette fic continue!!!!

je m'en vais pendant une petite semaine donc je lirais la suite quand je reviendrais !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 14 Aoû - 10:40

* Paul Chayton : tu as trouvé son vrai nom de famille ?

* Wow punaise, Billy est remonté lol

* Euh .... Bah alors là, entre Billy et Carlisle j'y comprends rien lol Mais que ce passe-t-il ? J'imagine Jacob bouillir là !

* Je ne pensais pas revoir un jour ce béton et ces barreaux. Pauvre Paul ... Lui qui avait réussi à surmonter son image et à commencer à se voir différemment depuis qu'il est avec Rachel : ça va le casser ça ! No
Spoiler:
 

* Shocked Rosalie ! Super, là Paul il est très mal ... pale

* Je vais tout perdre…je vais tout perdre…Rachel… Crying or Very sad

* - Je suis en prison ! Comment voulez-vous que ça aille ! taré Tu m'étonnes ! Allons Carlisle enfin !

* - Rosalie a payé les mêmes hommes qui ont frappé Jacob Twisted Evil et voilà le diable démasqué ! Ouf pour Paul ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 14 Aoû - 16:03

Oh la la la la!!!!! Très très bons chapitres!!! Ça sent la fin... Snif... Je suis contente que se soit arrangé entre Jack et Bella! Le passage de l'arestation de Paul, pauvre Rachel... Passage très émouvant. Je savais que rosalie avait manigancé l'arrestation de Paul, mais l'attaque de Jacob! Une vraie peste et plaie celle la! Pauvre Carlisle qui est très déçu de son comportement, il aurait tant voulou avoir Rachel comme fille! C'est carrément l'opposé de Rose! En tt cas même si je sais que nous approchons de la fin, j'ai hâte de lire la suite de ton histoire et de ton bonus que je trouve vraiment extraordinaire!!!!!!! A très bientot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 14 Aoû - 16:14

je suis contente sa s'arrange et j'attend la suite par contre je me demande se qui va se passer pour rosalie car elle a fait beaucoup de mal en vers les quileutes et en vers son pére qui est trés déçu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becob85
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 374
Age : 31
Localisation : Dans les bras chauds de Jake...
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 15 Aoû - 10:01

Comme d'habitude j'adore ta suite et ta fic va énormément me manquer quand elle touchera à sa fin No Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

J'ai hâte de savoir ce qu'ils vont se dire les Cullen et Bella et ce qu'il va se passer pour Paul....
Mais je veux encore une suite entre Jacob et Bella Oui je sais je suis accro à ce couple lol!

Vivement la suite happy happy happy happy happy

bisou bisou bisou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jacoblemonfic.forumgratuit.org/forum.htm
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 15 Aoû - 10:11

JE NE VEUX PAS QU'ELLE SE FINISSE!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becob85
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 374
Age : 31
Localisation : Dans les bras chauds de Jake...
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 15 Aoû - 10:15

MOI NON PLUS !!! Faisons une pétition Lol

J'espère que Tititof nous entendra et qu'elle continuera.... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jacoblemonfic.forumgratuit.org/forum.htm
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 15 Aoû - 10:17

j'espère qu'elle en fera une autre aussi j'adore ses fic!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pensez-vous que Bella aurait "survécue" sans l'aide de Jacob ?
» Discution sur la fin du 2ème tome et le debut du 3eme (Histoire Jacob Bella et Edward)
» Produits dérivés Jacob/Bella
» Cadeau d'anniversaire
» Amour Jacob/Bella, Edward/Bella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: