Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Sam 24 Juil - 23:41

Suite génialeeeeeee! Première dispute Jacob/bella??? Jalouse bella du rapprochement de Jacob et leah, je parie qu'elle croit qu'il a des sentiments autre que fraternels envers leah! Mais leur"Debut de dispute" mais du piment dans ta fic! En tt cas j'espère vraiment que c'est vraiment fini avec Edward!!!! Bonus tjr aussi génial! Paul de plus en plus touchant, Rachel de plus en plus attachante...j'aime. J'ai hâte de connaitre la suite et aussi l'histoire de la connaissance carslile/TIsha (la mère de jacob) j'avoue que cela m'intrigue! A
très très très vite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 25 Juil - 14:21

hâte de lire la suite mais envie de savoir également se que bella cache
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 25 Juil - 14:26

moi je ne suis pas sur qu'elle cache quelque chose mais je pense plutot qu'elle pense que jacob est encore amoureux de Léah!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 26 Juil - 16:56

Je pense aussi que Bella est inquiete, pas qu'elle cache quelque chose... On verra!
Carlisle et la mére de Jacob ca m'intrigue! Si Billy lui pique des crise, il doit y avoir quelque chose de louche la dessous!!
Sam a choisit Leah!!!! Super, comme je le disais j'étais 100 % pour!!
Comme d'habitude, je suis impatiente de lire la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 26 Juil - 17:15

je suis comme toi céline Carlisle et Tisha sa m'intrigue beaucoup que c'est il passer entre eux !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 27 Juil - 6:24

Merci les filles et je suis contente que mon option Sam/Leah ne vous dérange pas parce que bon...je touche quand même au couple le plus solide de la saga.
En ce qui concerne la réaction de Bella, elle va être expliquée dans le chapitre qui suit Wink
Merci pour tous vos comms !

Dans Evolution, on m'avait reproché de ne pas assez parler de protection (vous comprendrez en lisant Wink ) Cette fois, je pense que je leur fais un sacré hommage !! LOL Chikita, si tu passes par là (je sais pas tout de suite Wink ) ...le chapitre 56 est pour toi

Voici la suite, bonne lecture Very Happy

* * * * *

56 – Je déteste les quiproquos …

Nous atteignons le parking sans prononcer un mot et j’ai le sentiment que je vais vivre la vraie douleur de la rupture. Je m’y prépare déjà lorsque je m’arrête près d’une fontaine et m’assois sur le bord en retenant ma respiration. Bella reste debout face à moi mais je n’ose pas croiser son regard. Je me contente de lui dire assez amèrement :

- Bon allez, vas-y… qu’on en finisse !
- Quoi ? Murmure-t-elle, surprise.

Je lève alors les yeux sur elle et répète sèchement:

- Vas-y ! Dis-moi ce que tu as à me dire !
- C’est toi qui voulais me parler d’abord ! Riposte-t-elle, un peu outrée.

Je me mets alors debout si vite qu’elle sursaute. Les dents serrées, je tente de me calmer, dégoûté, mais ses yeux tristes me déstabilisent. Alors je demande en soupirant doucement :

- Je voulais juste savoir pourquoi tu étais si distante…mais je pense que j’ai compris.
- Quoi ? Tu as compris quoi ? Marmonne-t-elle d’une voix rauque.
- Tu ne veux pas que ça dure ! Entre nous …, ajoute-je en la défiant dans un petit coup de menton. Je n’étais juste qu’une soirée !

Je la sens soudain très peinée et elle s’assoit sur le bord de la fontaine. J’hésite puis l’imite. Je n’ose pas passer mon bras autour de ses épaules, craignant un rejet physique. Elle se met alors à sangloter et ma réserve s’évapore aussitôt. Je me rapproche et l’entoure de mes bras. Alors, elle se blottit contre moi et murmure :

- Excuse-moi …
- Pourquoi ? C’est moi l’imbécile, soupire-je.
- Non, tout vient de moi, je…je vois le mal en toi alors que tu es si…pur, finit-elle sur le ton de quelqu’un qui a trouvé le mot juste.

Je la force à me regarder en chuchotant :

- Qu’est-ce que tu as ?
- Il a eu pitié de moi Jacob, sanglote-t-elle. Il est resté avec moi par pitié !

Son ton est soudain plus dur, plus amer. Je lui caresse la joue sans la quitter des yeux, essuyant ses larmes au passage, attendant qu’elle continue sa confession.

- Quand je me suis brisé le genou, il s’est senti responsable mais il n’avait pas prévu que ma rééducation durerait si longtemps ! Il en aime une autre…il devait la rejoindre mais il a eu pitié, répète-t-elle en secouant la tête.

Elle lève alors ses yeux mouillés sur moi et se mord les lèvres. Puis, elle murmure, honteuse :

- Je t’ai vu comme Edward…A culpabiliser et à revenir avec Leah, la reprendre près de toi et me laisser tomber !
- Jamais je ne ferais ça…, marmonne-je, dépité et surpris qu’elle puisse s’imaginer ça après la nuit qu’on avait passé.
- Mais tu lui as dit que tu l’aimais ? S’écrie-t-elle la voix brisée.
- Mais comme une sœur !!! Riposte-je en me rappelant avoir dit ça à Leah au moment où Bella était entrée dans la chambre le matin.

Je la dévisage et je vois qu’elle se détend un peu, regrettant soudain ce malentendu. Je lui souris et déclare doucement :

- Bella, je t’aime TOI… Leah, je ne l’ai jamais aimée comme toi je t’aime ! Je t’aime depuis si longtemps ! Tu ne te rends pas compte ?

Je la prends alors brutalement contre moi mais lui caresse aussitôt la nuque pour m’excuser de ma brusquerie. Elle soupire et me dit à nouveau :

- Excuse-moi Jacob…je ne devrais pas douter de toi ! Si quelqu’un ici doit douter, c’est toi ! Car je ne t’avais rien expliqué, tu ne sais pas tout ce que j’ai vécu avec lui…tu me fais tellement confiance !
- Eh mais j’ai douté de toi toute la journée ! Réponds-je en riant doucement.

Elle relève la tête et attend une explication.

- Eh bien oui…j’ai pensé pendant quelques secondes…non, heures ! Que tu ne l’avais pas vraiment quitté et qu’entre nous, enfin tu vois…la nuit dernière, c’était juste…
- Oui ? Demande-t-elle, tristement.

Je regrette aussitôt mon embrouillement. Je regrette surtout d’avoir encore été influencé par les suppositions de Paul ! Sa légère paranoïa et son pessimisme déteignent beaucoup trop sur moi.

- Laisse tomber, bredouille-je, gêné.

Elle me caresse alors la joue puis plonge ses deux mains dans mes cheveux en me serrant la tête avec force et déclare en venant coller son front au mien :

- Je t’aime Jacob ! Je trouve même que ce mot n’est pas assez fort pour que tu comprennes à quel point je t’aime !

Je dois être complètement rouge car la chaleur a envahi mon corps en entier. J’ai même l’impression qu’à cet instant, il s’embrase. Nous nous dévisageons et j’ai l’impression que malgré la nuit, tout est illuminé autour de nous. J’ai envie soudain d’être ailleurs ! ça fait presque deux jours que je suis dans cet hôpital et Leah va mieux maintenant…
Alors je lui dis :

- Attends-moi deux secondes, je reviens !

Et je la laisse pour foncer jusqu’à la chambre de Leah. Sue est près d’elle et je m’approche pour lui annoncer :

- Leah, je rentre…
- Le docteur vient de me dire que je sors demain matin ! Répond-elle. Et Sam vient passer la nuit ici, ajoute-elle les yeux brillants.
- Super !

Elle doit capter mon impatience car elle me dit :

- Rentre chez toi Jacob, tu as ta vie maintenant…merci de m’avoir sauvée, murmure-t-elle la gorge serrée.

Emu, je la prends contre moi et chuchote dans ses cheveux :

- Je te l’ai déjà dit, tu n’étais pas là par hasard…je devais te sauver !
- Oui, merci…, répond-elle simplement dans un souffle.

Je sors discrètement le tube vide de valium de ma poche et lui montre de façon à ce que Sue ne le voit pas.

- Où as-tu eu ça ? Chuchote-je.

Leah fixe le tube en fronçant les sourcils, hésite puis ose me regarder dans les yeux en murmurant :

- Chez toi…c’était à ta mère. Je l’ai pris un jour, pour au cas où…
- Tu avais vraiment ça en tête depuis longtemps ? Demande-je surpris et le cœur serré.
- Oui…sans Sam, je ne peux pas vivre…quand j’ai su qu’il allait se marier…et c’était le jour où tu t’es mis en colère…pour Paul, avoue-t-elle, la voix brisée.

Je l’avais laissée seule chez moi, j’étais parti en claquant la porte et elle avait déraillé. En rentrant à la maison, je virerais tous les médicaments qui appartenaient à ma mère, comme ça, il n’y aurait plus d’accident de ce genre !

- Allez, sauve-toi ! Souffle-t-elle.
- Oui…j’y vais.

Après un baiser sur sa joue, je me dégage et sors de la chambre en adressant un bref sourire à Sue.


Bella m’attend toujours sur le parking, les bras croisés. Je la chope en passant et elle rit lorsque je la fais presque voler dans mes bras. Je décide de l’emmener chez moi mais pas dans le garage cette fois. Tant pis, on verra bien ce que Billy dira demain mais pour le moment, rien d’autre ne compte que ce moment retrouvé avec Bella.
Nous entrons dans la petite maison sur la pointe des pieds. Mon père est déjà couché et je guide Bella jusqu’à ma chambre au fond du couloir. En entrant, je remarque que mon lit n’est pas fait et que c’est un peu le désordre alors je m’excuse aussitôt, gêné :

- Ne regarde pas ! Je n’ai pas mis les pieds ici depuis des lustres…
- Où est ton lit ? Se moque-t-elle en jetant un regard circulaire sur mes fringues et livres qui trainent sur la couverture presqu’en boule sur le matelas.

Cette chambre est minuscule et pour un peu que tu ne fais pas le ménage, ça fait tout de suite placard à balais. J’attrape tout ce que je trouve et mets ça en tas sur le bureau. Bella me regarde faire, les bras croisés, un léger sourire aux lèvres. Je soupire et lui dis :

- Bon…je vais prendre une douche parce que j’en ai vraiment besoin ! Et je t’arrangerais ça mieux après …
- Oui, file ! Dit-elle en prenant son portable dans la poche de son blouson.

Je la vois taper un message et lui demande bêtement :

- Tu écris à qui ?

Elle lève les yeux sur moi, un sourcil relevé et je regrette aussitôt ma question stupide. Je ne devrais pas être jaloux ou suspicieux ! Faut vraiment que je retire cette idée de ma tête ! Et heureusement pour moi, Bella me pardonne beaucoup en ce moment et elle me répond, amusée par ma jalousie :

- A mon père ! Qui doit avoir rejoint Sue ou devant la télé en ce moment…je le préviens que je dors avec toi, précise-t-elle.
- Ah…
- Tu es encore là ? Demande-t-elle sur un ton léger.
- Ouais non, je file !


Cette eau qui m’asperge le visage me fait un bien fou et au bout de quelques secondes, je plonge la tête complètement sous le jet, laissant l’eau dégouliner le long de mon corps, me lavant de ces deux jours de cauchemar en même temps. J’essaie de me concentrer uniquement sur l’eau et de ne plus penser à rien d’autre qu’au plaisir que ça me procure. J’ai l’impression que ma tête se vide petit à petit, ne me laissant plus qu’une seule idée en tête : Bella qui m’attend dans ma chambre. Une violente chaleur me brûle alors le ventre tout entier et mon cœur s’accélère. Je l’aime tellement, j’ai encore parfois du mal à réaliser que nous sommes ensemble et cette dernière journée m’a vraiment fait prendre conscience de deux choses : quand on veut quelque chose, il faut se battre pour l’avoir mais rien n’est jamais définitivement acquis !
Je passe mes mains dans les cheveux pour faire glisser l’eau et ferme les yeux, l’esprit soudain complètement vide. Je me laisse aller contre la paroi en bois, colle mon front et laisse encore l’eau couler sur ma tête et le long de mon dos. Mais soudain, je sens une main caresser mes épaules et me retourne, pas vraiment surpris mais heureux de la voir devant moi, si blanche et si désirable. Elle ne me quitte pas des yeux et entre doucement dans la douche, ses bras m’enlaçant par la taille en même temps. Collés l’un contre l’autre, l’eau nous asperge ensemble et Bella ferme les yeux pour laisser les gouttes dégouliner sur son visage. Elle est si belle…je passe mes mains sur ses cheveux et les lisse jusqu’en bas de ses reins. Je la caresse comme ça plusieurs fois, essayant de lui donner la sensation que les soucis de ces derniers jours coulent avec mes doigts le long de son corps jusqu’à disparaître à nos pieds. Elle soupire et pose son front sur mon torse. J’enroule mes bras autour d’elle et nous restons un moment comme ça, enlacés sous l’eau chaude. Elle est si petite, ça me fait rire mais ça me rappelle aussi qu’elle est fragile et j’ai beaucoup de mal à imaginer qu’on puisse lui faire du mal. Je la serre encore plus fort contre mon cœur pendant qu’elle me caresse le dos en mouvements lents, puis je lui chuchote contre son front :

- Je t’aime pour l’éternité Bella, je serais toujours ton protecteur, avec moi, tu n’auras rien à craindre. Jamais je ne te ferais de mal, jamais je ne te trahirais…je serais toujours là. Je suis ton ami et je serais même plus si tu le veux…pour toute la vie.
- Je sais, répond-elle dans un souffle.

Elle lève la tête et me tend ses lèvres que je capture aussitôt. Notre baiser est chargé de promesses et ça ne vient pas que de moi, des mots que je viens de lui dire, je le sens aussi en elle. Elle se donne complètement à moi, elle semble si amoureuse à cet instant que je regrette vraiment d’avoir douté d’elle, même une seconde ! Je passe ma main dans le dos et ferme le robinet. Puis, je tors mes cheveux avec ma main pour me débarrasser de toute l’eau et la prends dans mes bras pour l’emporter jusqu’à ma chambre sans bruit. Bella glousse lorsque je la dépose sur le lit (qu’elle a refait) et que nous sommes tous les deux trempés. Mais je m’en fiche. Lentement, je viens me poser sur elle et l’embrasse pendant qu’elle me sert fort contre elle, nos corps glissant un peu l’un contre l’autre à cause de l’eau. Soudain, je réalise encore que je n’ai rien et m’arrête, ennuyé. Bella me fait un grand sourire et pointe son doigt vers sa veste en me disant :

- J’en ai pris tout un stock en revenant de l’école !
- Ah oui, rigole-je. Et bien heureusement que tu y penses parce que moi…
- Oui, je vois ça…, répond-elle en se mordant les lèvres, le regard chargé de tendresse.

Je me dégage et attrape sa veste. Je trouve la boite dans sa poche et soupire. Ce truc est un vrai tue l’amour mais bon…pas le choix ! Bella rit en voyant ma tête et déclare :

- C’est comme ça…
- Ouais, je sais…mais sérieusement, avoue que ça casse l’ambiance ! Et si tu n’as pas, et bien voilà, tu es coincé ! Bougonne-je, faisant encore plus rire Bella.
- Oui mais c’est comme ça…, répète-t-elle doucement en m’embrassant avec soudain plus de chaleur en m’attirant contre elle.

Mais au bout de quelques minutes, elle s’arrête et me regarde l’air grave. Je m’inquiète et elle le voit alors explique tristement :

- Jacob…ce n’est pas pour toi…c’est pour moi. Il m’a trompé avec cette fille …et peut-être avec d’autres ! Et lui et moi, tu vois…ça fait des années maintenant…on ne prenait aucune protection, j’avais confiance.
- Je sais Bella…
- Alors je ne veux prendre aucun risque ! J’irai d’ailleurs faire un test ce week-end, ajoute-elle durement.

Je reste un moment à lire dans son âme au travers de ses yeux qui ne se détachent pas des miens. Je mesure alors tout ce qui doit lui passer par la tête depuis cette rupture : la honte, le dégoût, l’angoisse, la colère…
Mais elle me sourit avec douceur et m’embrasse à nouveau. Et pour la deuxième fois, je me laisse emporter dans le tourbillon merveilleux de ses bras.


57 – Promesses

Je me suis installée au pied de son lit pour mieux le contempler. Il est si magnifique. Jamais je ne me lasserais de le regarder et l’image qu’il me donne depuis mon réveil restera à jamais gravée dans ma mémoire. A travers les interstices de ses volets en bois, le soleil d’hiver vient caresser la peau cuivrée de son dos, faisant ressortir le dessin si parfait de ses muscles et la noirceur si particulière de ses longs cheveux, typique à la race indienne que j’aime tant à présent. Je me rends compte que je l’observe en retenant mon souffle et j’expire doucement, craignant de le réveiller et que la magie se brise. Ce que je ressens pour lui est si fort que ça en est douloureux. Le contraste qu’il m’offre avec Edward est si violent que j’ai parfois l’impression de rêver, qu’il n’existe que dans ma tête tellement je le trouve parfait. Je vois ses lèvres bouger et son front sourciller. Je souris, essayant de m’imaginer à quoi il peut bien rêver ? Je l’aime tant, je le trouve si beau, si merveilleux que je me surprends à m’imaginer toute ma vie à ses côtés. Mais je ne veux pas lui gâcher sa jeunesse comme moi je l’ai gâchée ! Il n’est même pas encore majeur, je ne vais pas commencer à lui faire peur avec ça ! Pourtant, hier soir, dans la douche, il m’avait fait comprendre qu’il voulait de moi pour tout la vie…ses mots resteront à jamais gravés dans mon cœur car ils étaient si sincères, si emprunt d’amour que je ne pourrais jamais oublier ce que j’ai ressenti à cet instant. Comme si l’avenir s’ouvrait clairement devant moi, tout tracé mais si merveilleux. Je ne ressens pas cette angoisse comme avec Edward où je me trouvais trop jeune, pas très sûre de ce que je voulais, pas sûre de ce que j’allais devenir…là, si Jacob veut bien de moi pour la vie, je sais déjà qui je serais, ce que je ferais et surtout, je sais que je serais parfaitement heureuse. Depuis le premier jour, je l’avais voulu pour moi, l’espoir était d’abord resté tapis au fond de mon cœur puis avait grandi au fur et à mesure que nous nous voyions. Lorsque j’avais appris sa séparation avec Leah, l’espoir était devenu une obsession. Je l’avais désiré, de toutes mes forces et maintenant, il était à moi.
Jacob bouge son bras et relève la tête, encore un peu endormi. Il me cherche et je souris de le voir paniquer légèrement jusqu’à ce que nos regards se croisent.
Alors il me sourit à son tour, soulagé de me voir là, coller contre le mur, à ses pieds. Je rampe jusqu’à lui et il m’accueille dans ses bras en soupirant :

- Tu faisais quoi ? Demande-t-il sur un ton coquin.
- Je te matais !
- Hum hum…

Je l’embrasse avec douceur, savourant le délice de ses lèvres. Puis, je me retire à regret en lui rappelant :

- Il faut se lever…
- Ouais je sais, soupire-t-il. Je vais me faire allumer pour mes deux jours d’absence.
- Je te ferais un mot d’excuse, plaisante-je.
- Génial…

Il se dégage et se lève. Une fois de plus j’admire sa grâce naturelle et la perfection de son corps. Même ses mollets je les trouve parfait ! Je ne fais que ça, m’émerveiller devant sa beauté et je dois avoir l’air clairement d’une abrutie car il rit en disant :

- Ferme ta bouche Bella ! On dirait que ton cerveau a grillé là !!!

Il se rapproche et continue :

- Qu’est-ce qu’il t’arrive ?
- Rien, marmonne-je, rouge de confusion. Rien du tout ! Tu es si beau…, ajoute-je dans un souffle, craignant de paraître ridicule.

Il me caresse les cheveux puis le visage et dépose un baiser sur mes lèvres. Je soupire de plaisir et il me sourit.

- Toi aussi tu es magnifique mon amour.

Nous nous dévisageons gravement quelques secondes puis il déclare, rompant l’intensité du moment :

- Bon, allez !
- Oui, bougeons-nous !


C’est la première fois que j’ose venir à la faculté avec ma voiture. En la garant près des autres, j’en vois beaucoup qui me regardent avec des yeux ronds. C’est clair que ça change de la Volvo d’Edward ! Mais je m’en fiche ! Je suis très fière de ma voiture et je vais même la ménager. Je ne la prendrais que deux fois par semaine. Le lundi, car je dormirais sûrement les dimanches soirs chez Jacob et pour prendre le bus, ça serait difficile …et le vendredi soir, pour rejoindre Jacob au plus vite à la Réserve. Les autres jours de la semaine, je prendrais le bus et resterais chez Charlie. Je descends de la Chevrolet en manquant encore de me tordre la cheville. Ça faisait longtemps ! En même temps, je constate que, en effet, ça fait longtemps que je ne manque plus de me casser quelque chose ou de tomber ou pire encore…Jacob me rend-il vraiment plus sûre de moi ? Je sens un changement en moi depuis que je le connais, comme si il m’aidait à m’élever, à être plus adulte alors que c’est un comble, puisqu’il est plus jeune que moi ! Mais, malgré tout, je me sens vraiment différente, libérée et sereine. Je claque la portière puis ferme à clef mais sursaute violemment en me retournant, découvrant Edward face à moi, les mains dans les poches de son blouson.

- Excuse-moi mon…Bella, je t’ai fait peur.
- Oui, soupire-je, en remarquant sa retenue sur le petit nom qu’il me donnait.

Nous nous dévisageons, tendus et je finis par demander :

- Qu’est-ce que tu veux ?
- Je voulais te parler…je ne reste pas longtemps.

Son petit coup de tête me fait alors remarquer une voiture derrière lui dans laquelle attendent patiemment Rosalie et Alice à l’arrière. Cette dernière me lance des regards d’envie. J’imagine qu’Edward a du interdire à l’une comme à l’autre de descendre et je lui souris de loin, me promettant de la contacter rapidement pour qu’on puisse parler un peu, juste elle et moi.

- Vas-y…, invite-je Edward à parler.
- Je voudrais qu’on se voie…qu’on se parle. J’ai…j’ai beaucoup de choses à te dire Bella…, déclare-t-il.
- Je crois que j’en sais déjà beaucoup ! Rétorque-je en le défiant du menton.
- Oui, sûrement …Rosalie a dû t’en raconter pas mal et elle t’a dit la vérité mais elle ne sait pas tout…
- Il n’y a pas à s’étaler ! Tu m’as trompé ! C’est tout ce qu’il y a à retenir ! Riposte-je, hargneuse.
- Non…justement…

Une profonde tristesse se peint sur son visage et je vois qu’il se crispe puis il continue :

- Ce soir, après les cours, est-ce que tu pourrais passer à la villa ? On pourra discuter et tu reprendras tes affaires…ensuite, ça serait terminé, tu ne me reverras plus, explique-t-il aussitôt en voyant que je venais de me tendre comme un arc. Mais je ne voudrais pas qu’on se quitte en mauvais termes…s’il te plait.
- Je ne sais pas Edward…
- Une dernière fois Bella, insiste-t-il. Qu’on puisse mettre à plat tout ce qu’on a à se dire. Je te promets de répondre à toutes tes questions et de tout t’expliquer.
- Et tu crois que tu vas me convaincre de te pardonner ? Demande-je d’une voix plus brisée que je ne le voudrais.
- Non…je n’attends rien. Je veux juste que tu saches tout.
- Je vais réfléchir, annonce-je, en me demandant comment j’allais justifier ça à Jacob.

Je ne demanderais pas sa permission, ça non, ce temps-là est fini ! Mais je ne veux pas non plus le faire souffrir surtout pour quelqu’un qui n’en valait pas la peine ! Je me sens très sûre de moi devant lui, ce qui est très nouveau… l’effet Jacob sûrement. Je le défie du regard puis répond :

- Je te donnerais ma réponse cet après-midi.
- Très bien, répond-il dans un demi-sourire satisfait. J’attends ta réponse.

Il me regarde une dernière fois puis rejoint sa voiture. Pendant qu’il s’installe, je vois ses lèvres bouger et aussitôt, la porte arrière s’ouvre pour laisser Alice dégringoler de la voiture et courir vers moi. Je ne peux pas m’en empêcher, j’ouvre les bras pour l’accueillir et elle se jette dedans. Elle me serre fort contre elle et son parfum remplit mes narines avec nostalgie.

- Oh Bella, tu me manques tellement !
- On se verra toujours, la rassure-je.
- Tu crois ? Couine-t-elle dans mon cou.
- Bien sûr !

Elle se dégage et la tristesse dans ses yeux me brise le cœur. Elle me manquera vraiment ! Je l’aimais comme une sœur.

- C’est la folie à la maison ! Déclare-t-elle.
- Ah oui ?
- Oui, Rosalie jubile sans arrêt, clamant partout qu’elle t’a enfin fait partir, maman se dispute beaucoup avec Edward qui pourtant reste très calme, ce qui énerve beaucoup Rosalie en passant car elle dit qu’on ne sait pas ce qu’il a dans la tête ! Papa rentre tard en ce moment et il est très froid avec Rosalie. J’ai même entendu les parents se disputer ! ça n’est JAMAIS arrivé depuis le plus loin que je puisse me rappeler…
- Je suis désolée Alice…ça va passer.
- Ouais…
- Et Jasper et toi ? Demande-je pour changer de sujet.
- Oh c’est génial ! Il est si adorable, répond-elle les yeux brillant d’amour. Il fait un concert ce samedi, tu viendras ?

Elle voit aussitôt mon trouble et ajoute précipitamment :

- Enfin, avec ton nouveau copain !...ça me ferait plaisir de le rencontrer…
- Je vais voir Alice, réponds-je en me demandant si Jacob accepterait de m’accompagner.
- Super !

Ça en faisait des choses pour lesquelles je devais donner une réponse aux Cullen ! Moi qui voulais les rayer de ma vie, c’était déjà mal parti ! Pourtant, je me suis promis de continuer à voir Alice. Reste à savoir si Jacob aime la musique de Jasper ? Je souris à cette idée.

- Bon, je dois te laisser, murmure Alice tristement.
- Je t’envoie un mail ou un texto !
- Ok… au revoir Bella, dit-elle en me serrant dans ses bras.
- Bonne journée ma jolie.

Et elle se dégage pour rejoindre la voiture où Edward reste prostré sur la route devant lui mais dans laquelle Rosalie me fixe avec une intensité si forte que je sens sa haine m’atteindre de plein fouet. Mon amitié avec Alice et le fait qu’Edward me parle encore doit la rendre folle.

La Volvo démarre et je vois alors mes « amis » sur le trottoir d’en face, en pleine discussion animée déguisée en attente incognito devant l’entrée du bâtiment. Je soupire et avance droit sur eux, me fixant dans la tête l’endroit où se trouve Angela car c’est la seule qui ne me juge pas. Mais au lieu d’un accueil critique sur le fait que je ne suis pas venue avec Edward, j’entends Mike s’écrier :

- Wouah Bella, elle est trop géniale ta caisse !
- Ouais trop top !!! S’écrie Eric.

Je relève la tête et je vois dans leurs yeux qu’ils sont vraiment sincères. Je leur souris, amusée par leur enthousiasme pendant qu’Angela me dit :

- Ils ont déjà prévu que tu nous emmènes tous à la Push dès que c’est possible !
- Ah oui ? Rigole-je. Ok, quand vous voulez !
- Waouh ! S’écrient-ils ensemble en se claquant main contre main. On va pouvoir mettre nos planches là-dedans. La fourgonnette commence à être juste !
- Eh ! Une minute, les arrête-je aussitôt. Je ne compte pas passer ma vie avec vous, ça sera qu’une fois de temps en temps !
- Ouais ok Bella…mais maintenant que tu as l’air d’être plus libre, on se disait…
- Bella n’est pas libre ! Intervient Angela.
- Mais je le serais plus pour mes amis qu’avant, confirme-je, en leur souriant timidement.
- Ça c’est une bonne nouvelle ! Déclare Mike soudain plus sérieux. Bienvenue dans le monde réel Bella.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bibilolo49
Sauvée par Adonis
Sauvée par Adonis


Féminin
Nombre de messages : 178
Age : 27
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 27 Juil - 9:39

tres gentil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 27 Juil - 9:50

bon encore une fois tu as su me faire evader de la réalité !!! en faite la froideur de Bella n'était qu'un mal entendu !!! sa me rassure! j'ai adorer quand Jake la porte de la douche jusque sur son lit. et le matin quand elle le comtemple en train de dormir j'aime la façon dont elle le décrit avec la lumière du soleil!
la phrase de Jacob m'a beaucoup fait rire : Ferme la bouche! ton cerveau va griller !!!
que veut dire Edward a Bella !!!! comment sa va se passer!!! enfin Bella a retrouver vraiment ses amis!!!

vite la suite!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball


Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 20
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 27 Juil - 14:32

J'adooooore !!!
Vivement la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 27 Juil - 16:01

Super! J'ai bien aimer la jalousie de Jacob et le coup du texto... Je suis impatiente de savoir si Bella va aller parler a Edward (j'espere que oui pour savoir ce qu'il a dire!!!). Vite vite!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 27 Juil - 19:19

La suite, la suite!!! J'ai hâte de lire les escuses d'edward, parce que oui il doit des escuse le petit menteur! En tt cas très beau moment que tu nous a décrit qd Bella contemple Jacob... Contente d'avoir revu Alice! Moins Rosalie mais sans elle, Bella aurait encore laisser du temps avant de quitter Edward! Donc ont lui dit merci! Et j'ai l'impression qu'on a pas finit d'entendre parler d'elle! Sacrée Rosalie! A très très très très vite!!!! La suiiiiiiiiite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 28 Juil - 7:28

c'est vrai que sans rose Bella ne serait toujours pas avec Jake !!! moi aussi j'ai adorer quand Bella le regarde dormir c'est trop touchant la façon qu'elle le décrit; on y ressent tellement d'amour de tendresse !!!
vie la suite j'en suis trop fan de cette fic !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 13:26

Merci les filles Smile Le passage où Bella contemple Jacob, lorsque je l'ai écrit, je beuguais aussi LOL Je me souviens m''être aperçue que je fixais le vide depuis quelques minutes et que j'avais arrêter de taper sur mon clavier LOL Enfin voilà ...je pars en vacances pour 1 semaine donc je vous mets une bonne suite maintenant Smile

Le passage qui va suivre est ce que j'appelle la "cassure" de cette histoire et c'est aussi le "pic" c'est à dire que j'avais ça en tête depuis le début Wink
Bref !

Bonne lecture et à bientôt !



* * * * *


58 – J’aurai du l’écouter…

Je balance mon sac à dos dans l’entrée et crie à mon père que je suis rentré. Quelques secondes après, j’entends son fauteuil rouler dans le couloir et il apparaît devant moi.

- Salut fiston ! Des nouvelles de Leah ?
- J’allais te demander la même chose ! rétorque-je.
- Sam m’a dit qu’il me l’amènerait ici en sortant de l’hôpital.
- Tu me fais penser que je dois virer tous les médicaments de maman qu’il y a encore dans la salle de bain !
- Pourquoi ? Demande mon père en fronçant les sourcils pendant que je fonce jusqu’à l’armoire.

Je reviens avec les trois dernières boites de Valium qu’il restait et les lance sur la table en expliquant :

- Elle nous en a pris une boite un jour que je l’ai laissée seule ici !

Mon père regarde les médicaments avec des yeux ronds dans lesquels je vois passer une lueur de tristesse. Ses pensées doivent être avec ma mère à cet instant.

- Oui...mets-les à la poubelle fiston…

Sa mélancolie me rappelle alors celle d’un autre et je déclare sans détour :

- Tu as le bonjour du Docteur Cullen !

Aussitôt, mon père lève ses yeux noirs sur moi et la tristesse fait place à la fureur en un éclair. Je le fixe les bras croisés, l’air d’un mec qui attend des explications et il finit par soupirer :

- Bon, qu’est-ce qu’il t’a dit ! Rétorque-t-il.
- Je ne savais pas que vous étiez de vieilles connaissances…
- Pas à moi…à ta mère, précise-t-il, l’air pincé.
- Oui, c’est ce que j’ai cru comprendre…il l’a soignée pendant son séjour aux urgences, le jour où elle est tombée dans la cuisine. D’après lui, ils sont devenus de bons amis !
- Ça a été beaucoup plus loin que ça Jacob !

D’un geste rageur, il fait avancer son fauteuil vers la fenêtre et se borne à regarder au travers en silence. Je le laisse mariner deux minutes puis je demande avec une pointe d’impatience :

- Y en a marre des messes basses et des secrets Papa ! Tout le monde a sa petite histoire secrète ici ! Et apparemment, il y en a qui sont plus croustillantes que d’autres…sauf que là, il s’agit de maman !!! Claque-je un peu plus fort que je ne le voulais.

Mais au moins, je vois mon père s’agiter et je pense que ça a eu le mérite de le faire réagir.

- Ne t’énerve pas, l’entends-je me dire doucement. Je vais t’expliquer. A un bal de fin d’été, au tout début de notre relation, ta mère est sortie avec Carlisle Cullen pour me défier. Mais elle s’est prise à son propre jeu et a ressenti des sentiments pour lui.
- Maman avait une liaison ?! M’écrie-je, choqué.
- Non, nous étions séparés quand elle est sortie avec lui. Elle est revenue ensuite… il lui a fait la cour pendant des années, même après notre mariage ! Même encore quelques années après le sien ! Et elle a longtemps hésité entre lui et moi… lui aussi hésitait entre sa femme actuelle et ta mère. Quand j’ai su que c’était lui qu’il l’avait soignée, j’ai vu rouge !

Il laisse passer un temps de réflexion puis continue :

- Je sais aussi que c’est lui qui a envoyé son fils ici pour la voiture ! Juste pour que je n’oublie pas qu’il peut me détruire du jour au lendemain ! Qu’il est plus puissant que moi.

Surpris par cette description du docteur qui ne correspond pas du tout avec l’image que j’ai de lui, je secoue légèrement la tête et réponds en m’approchant de mon père :

- Je n’ai pas l’impression qu’il soit comme ça papa…mais pourquoi a-t-elle voulu te défier au départ ?

Honteux mon père baisse la tête et répond :

- Pour une bêtise…j’ai accepté d’accompagner Sue Clearwater à un bal parce qu’Harry n ‘était pas là et ne voulait pas qu’elle s’ennuie. Il ne savait pas que je sortais avec ta mère, c’était tout frais… je n’ai pas osé lui dire non mais ta mère n’a pas compris que mon amitié passait au-dessus de tout à l’époque et que j’avais donné ma parole. Elle m’a donc plaqué et est sortie avec ce type…juste devant mes yeux.

Je suis tellement abasourdi que je dois m’asseoir sur le rebord de la fenêtre pour digérer toute cette histoire. J’observe mon père qui semble à des milliers de kilomètres de moi, revivant sûrement des souvenirs qui ne devaient pas être heureux pour lui. Je revois encore la tristesse dans les yeux du docteur Cullen et me dis que, décidemment, la vie amoureuse à Forks est un vrai sac de nœuds ! J’imagine ma mère, revoir ce type en cachette…avec Rachel, puisqu’il semble l’avoir connue…et peut-être avec moi ? J’essaie de me rappeler si je n’ai pas un souvenir où il y serait mais ça ne me dit rien. Il faudrait que je parle à Rachel !

Mon père lève soudain les yeux sur moi et demande, un demi-sourire aux lèvres :

- Tu étais où depuis toutes ces nuits ?
- Euh…cette nuit, j’étais là ! Réplique-je aussitôt, surpris par sa question directe.
- Oui…et pas seul ! Rigole-t-il.
- Tu nous as entendus ? M’inquiète-je aussitôt, le feu aux joues.
- Il ne manquerait plus que ça ! Non mais imagine ma tête quand Charlie m’a demandé ce matin en buvant son café si ça ne me dérangeait pas que sa fille dorme ici ?!
- Ah…tu sais, on s’est décidé en rentrant de l’hôpital. Ça n’arrivera plus en semaine…
- Je m’en fiche mon garçon. J’aurai juste voulu être au courant de cette relation depuis le début. Bella n’était pas avec n’importe qui avant toi ! Maintenant que tu connais cette histoire, tu comprends ma réticence quand au fait qu’elle semblait se plaire avec toi ! Et que je restais très septique…
- Oui, je sais, soupire-je. Mais si tu m’avais tout dit depuis le début aussi !
- Alors, c’est officiel ? Demande-t-il les yeux brillants. Tu sors avec la fille de tes rêves ? Avec la fille de Charlie ?
- On dirait ouais…
- C’est bien. J’aime beaucoup cette petite ! Déclare-t-il. Charlie me faisait de la peine depuis toutes ces années où elle trainait là-bas. Et elle ne semblait pas heureuse.
- Elle ne l’était pas, confirme-je. Et Charlie ? Il prend ça comment pour moi ? Demande-je, crispé.
- Il est fou de joie, répond-il. Crois-moi, pour qu’il ne dise rien qu’elle soit ici la nuit, c’est qu’il est content !

Je lui souris, un peu soulagé bien qu’il ne m’avait jamais montré d’animosité.


Le repas terminé, je débarrasse la table et file dans ma chambre pour attendre l’appel de Bella. A l’heure qu’elle m’avait donnée, le téléphone fixe sonne et je décroche aussitôt :

- Salut ma belle !
- Salut mon ange…

Je sens une légère hésitation dans sa voix, comme si elle était ennuyée alors je demande aussitôt :

- Quelque chose ne va pas ?
- Je suis chez Edward.
- Quoi ?! M’écrie-je aussitôt.
- Juste ce soir ! Ajoute-t-elle précipitamment.

Je sens une vague de colère déferler dans mon corps avec une force qui me surprend moi-même. Ma main tremble et je sers plus fort mon téléphone en demandant, les dents serrées :

- Je croyais que c’était fini ?
- C’est fini Jacob ! Appuie-t-elle. Je suis juste venue chercher mes affaires après les cours mais aussi pour discuter avec lui…mettre les choses à plat. Tu comprends ?

Furieux, je ne réponds pas et elle continue :

- Il le fallait Jacob…et je voulais que tu saches où je suis. Je te rappelle quand je suis chez Charlie.
- Pas la peine ! Rétorque-je. Passe une bonne soirée !

Et sans me contrôler, je raccroche le téléphone en le serrant si fort que j’ai l’impression que je vais l’éclater entre mes doigts. Je crois que jamais de ma vie je n’ai ressenti une telle fureur ! Même à la mort de ma mère, même à la mort de Anoki, même après la tentative de Leah…je me sens si…jaloux, si frustré, si trahi ! Une toute petite voix me crie qu’il faut que j’arrête ! Qu’elle ne m’aurait pas appelé si elle voulait me tromper mais la savoir avec lui ! Elle qui pleurait encore dans mes bras la veille en disant se sentir honteuse d’avoir été trompée ! Et elle était encore avec lui ! Pourquoi ? Une explication ? Mais qu’avait-il donc à dire de si important qu’elle décide de retourner à la villa ??? Il espérait quoi ? Qu’elle tombe dans le panneau ? Il voulait la récupérer ? C’était ça ! Il voulait la faire changer d’avis ! Mais elle m’aime…il ne peut plus la récupérer ! Son image dans mes bras pendant la nuit me flashe l’esprit et ma fureur se calme quelques secondes. Oui, elle m’aime…elle me l’avait dit des dizaines de fois contre mon visage, je sens encore ses caresses, j’entends encore ses soupirs, je vois encore ses yeux troublés, briller par cet amour qu’elle ressent pour moi.

- Il faut que tu te calmes Jacob, murmure-je, seul dans cette chambre. Elle va revenir … Elle va revenir…

Mais j’ai beau me le répéter, je crève de peur. Je m’assois sur le lit, celui où nous étions encore il y a quelques heures. Je fixe l’oreiller, sentant petit à petit la colère diminuer et laisser place à la torpeur. Son sourire me manque déjà, son parfum encore plus…je ne vais pas pouvoir rester dans cette pièce ! Pas sans elle, pas en la sachant là-bas ! Il faut que je m’occupe l’esprit !

Je me lève d’un bond et sors de la maison pour atteindre mon garage. Il fait déjà nuit, je ne sais même pas quelle heure il est mais tant pis ! Je préfère bosser sur mes voitures plutôt que de rester prostré seul dans cette chambre !


Je dois travailler depuis une bonne demi-heure quand j’entends des pneus faire craquer les graviers à l’extérieur. Une portière qui claque : ça doit être Sam et Leah…ou peut-être Paul ? Quoiqu’il en soit, je n’ai pas envie de discuter, pas ce soir ! Je serais de très mauvaise compagnie, ce n’est pas la peine. Je reste donc sous ma voiture, à resserrer un boulon du moteur quand je vois trois paires de rangers s’approcher. Etonné, je me fais glisser pour me relever et les types qui me font face ne me saluent pas, ce qui me met aussitôt en alerte. Surtout que j’en vois un quatrième qui est resté près des portes et qui semble faire le guet. Leur style est celui des mecs qui se prennent pour des soldats mais ils ne doivent pas en être, vu les tatouages sur la gorge de l’un d’eux et les boucles d’oreille d’un autre. Ils ne doivent pas avoir plus de vingt ans mais ils sont assez balaises. Tendu, je demande sèchement :

- Vous voulez quoi ?
- Toi…, répond aussitôt celui qui est le plus près de moi.

Blond, cheveux ras, une profonde cicatrice sur la joue droite, le type me défie méchamment du regard et sors doucement une matraque de sa veste. Le cœur qui cogne à fond, je déglutis doucement, histoire qu’ils ne captent pas ma peur. J’ai l’impression de jouer dans un mauvais film et eux seraient de très mauvais acteurs ! Pourtant, ils sont bien réels et tout mon corps est en alerte maximale. Alors, je pense à Paul et à un des principes fondamentaux de la capoeira qu’il m’a fait réciter des milliers de fois mais que je n’ai jamais vraiment pu appliquer : « Imaginez-vous dans une situation difficile et essayez de trouver le meilleur moyen de vous en tirer. Quand vous rencontrerez cette situation dans la réalité, vous aurez plus de chances de vous en sortir. »

Et voilà ! J’y suis ! Pense-je pendant que les trois types m’encerclent. Et il avait raison, je ne suis pas prêt ! Je le sens, je panique alors que je ne devrais pas !

Paul serait là, il m’engueulerait ou me hurlerait dessus les principes trente huit et trente neuf : Ne vous battez que si vous avez à 100% raison ! …Si vous ne pouvez pas … cherchez à vous défendre !… Restez calme…reste calme Jacob…faut pas être pressé de donner un coup !… Donne-le que lorsque tes probabilités de faille sont quasi-nulles !…. Profites de tout ce que l’ambiance et ton environnement peuvent te procurer…
Je me rends compte que je suis en train de réciter à voix basse ces principes qui sont incrustés dans mon esprit au fer blanc, comme si Paul était là, près de moi, à me les faire répéter et répéter encore… Les gars autour de moi ont l’air de tout sauf de mecs cool et je me mets en position d’attaque. L’un d’eux ricane, se disant sûrement que je n’avais aucune chance contre eux mais je compte bien me défendre ! Mes cours de karaté et de capoeira allaient m’aider ! Même si j’étais loin d’être au top, ils ne doivent pas s’attendre à ce que je sache tout ça. Ils me tournent autour, lentement et je me demande ce qu’ils attendent alors je leur lance :

- Qui vous envoie ?
- Tu ne le sais pas ? Siffle celui derrière moi. Tu as la mémoire courte !

Je réfléchis, mais mon esprit est un peu embrouillé. Je pense alors au jeune que j’ai dénoncé à Charlie pour le feu de forêt et en les regardant mieux, je me dis que ça doit être ça, qu’ils ont le même style ! Celui sur ma gauche profite de ma réflexion pour attaquer le premier et je prends un coup de botte dans les reins. La douleur est immédiate mais j’en ai pris d’autre ! Paul et Sam n’ont jamais été tendres avec moi, Paul plus encore ! Alors d’un coup de jambe rapide, j’atteins celui face à moi au visage qui surpris, recule de deux pas. Mais il est costaud et se lance sur moi, poing tendu. Au début, je réussis à donner un coup à chacun, mes mouvements de ginga me permettent d’être très rapide et ma souplesse les surprend plus d’une fois mais ils sont très forts et surtout ils sont trois ! Après quelques coups de pieds reçus alors qu’ils ne s’y attendaient pas, ils décident de se mettre tous sur moi mais j’arrive à me dégager. Je leur rends encore deux ou trois attaques, j’en fauche un qui tombe lourdement sur le sol poussiéreux mais lorsque je pense avoir le dessus, un que je n’avais pas vu, et plus grand que moi, m’attrape par l’arrière en encerclant ma gorge et la puissance de ses bras me coupe le souffle. De mes deux mains, j’essaie de le faire dégager, je donne des coups de reins, des coups de jambes mais les autres semblent plus s’amuser qu’autre chose, ce qui me confirme que celui-ci, que je ne vois pas, est plus fort encore et était leur carte atout ! Il serre de plus en plus fort, l’air me manque et mes oreilles bourdonnent. J’entends alors l’un d’eux dire :

- Eh lâche un peu la fillette, qu’on s’amuse !

Aussitôt, le géant desserre son étreinte et je me dégage en me tenant la gorge qui me brûle. Je donne encore deux coups qu’ils accusent, surpris que je sois encore aussi alerte. Mais cette fois, je suis complètement encerclé et je vois le visage de celui qui me tenait. C’est un Quileute, ce qui me confirme qu’ils sont amis avec le jeune de mon lycée qui a mis le feu à ma forêt. La rage m’envahit et je me jette sur lui, bien décidé à ne pas me laisser faire ! Aussitôt, les trois autres m’attrapent et au lieu de me frapper, ils me maintiennent les bras dans le dos en me forçant à me plier. Je pose un genou à terre, essayant de me servir du sol pour développer ma force mais avec terreur, je vois quelque chose briller dans mon champ de vision. Je tourne la tête pour revoir cette lame mais l’un d’eux me chope par les cheveux et me force à garder la tête baissée. Mon cœur s’accélère violemment pendant que celui qui a parlé tout à l’heure répète :

- Oui…on va s’amuser ! C’est de la part d’Edward Cullen ! Siffle-t-il à mon oreille en posant la lame froide dessus.

Et là, je le sais…je suis foutu !


59 – Éclaircissements

Je claque la portière de ma voiture et pousse un gros et profond soupir en levant les yeux sur la villa. J’avais quand même espérer ne pas revenir si vite mais Charlie avait raison : plus vite réglé, plus vite tranquille ! Et depuis ce matin, le visage d’Edward ne me quitte plus : sa tristesse, son besoin de se justifier et surtout, j’avais le sentiment qu’il allait bientôt partir d’ici, que si je voulais des explications, c’est maintenant ou jamais. Bizarrement, je ne me sens pas en colère. Déçue, dégoutée mais pas en colère. Et j’ai hâte d’en finir et de retrouver Jacob ! Je frappe à la porte en bois et quelques secondes après, Alice m’ouvre, un large sourire aux lèvres mais le regard triste.

- Eh Bella !!!
- Salut Alice…

Edward apparaît aussitôt derrière. Le soulagement se lit sur son visage et je comprends qu’il ne pensait pas que je viendrais et qu’il était content de pouvoir avoir ce moment avec moi. Alice se pousse pour me laisser entrer. J’entends Esmée parler dans la cuisine au fond et je tends le dos à l’idée de revoir Rosalie. Mais Edward pose sa main sur mon épaule pour m’entrainer à l’étage en me disant :

- Merci d’être venue…viens.
- On se voit avant de partir ! Me lance Alice.
- Oui, je passerais te dire au revoir dans ta chambre, réponds-je en suivant Edward dans les escaliers.

Une fois dans sa chambre, je me sens un peu bizarre de me retrouver là, comme si ce n’était plus du tout ma place. Je jette un regard circulaire à la pièce, mais rien n’a changé depuis mon départ. Je ne sais pas à quoi je m’attendais, je ne suis partie que depuis deux jours…peut-être à voir des affaires d’Eli ?

- Assis-toi, me propose Edward en me montrant le fauteuil.
- Oui…
- Tu n’enlèves pas ta veste ?
- Non…

Il hoche la tête, comprenant ma froideur et un petit sourire crispé se dessine sur ses lèvres…du regret ? Il baisse les yeux et je m’installe, les mains toujours dans les poches de ma veste. Je l’observe et mon cœur se serre car un souvenir vient de me revenir. Celui du jour où, pour la première fois, j’ai posé mes yeux sur lui. Je l’avais trouvé si beau et si sûr de lui. Il avait vraiment quelque chose en plus de tous les garçons que j’avais pu rencontrer jusque là et surtout, j’avais lu dans ses yeux un intérêt que je n’avais jamais vu avant. Je m’étais sentie soudain jolie et intéressante…et une semaine après, Edward m’embrassait à l’arrière du bâtiment du lycée, alors que tout le monde rentrait pour aller en cours, lui il m’avait attiré à l’écart et m’avait embrassé. Je me souviens avoir ressenti quelque chose de très fort, me disant que celui-ci, il était différent ! Que notre histoire allait me marquer car sa personnalité était hors du commun, que j’étais déjà complètement amoureuse, que je ne pensais qu’à lui et que j’étais très fière qu’un gars comme lui puisse s’intéresser à moi. Edward Cullen…le mec le plus sexy et le plus désiré du lycée. Et c’était moi, la quelconque Bella Swan qu’il embrassait !
Edward lève ses beaux yeux miel sur moi et je le sens, je suis moins réticente. Il me sourit et je lui rends. Cet étrange sentiment de complicité s’installe à nouveau, comme le jour où ses parents parlaient de la voiture à table. Pourquoi je ne ressens pas plus de haine ? Edward me contemple quelques secondes puis déclare timidement :

- Tu me laisses t’expliquer ?
- Oui…
- Sans m’interrompre ? Insiste-t-il.
- Vas-y.

Il se racle la gorge, baisse la tête et les yeux dans le vide, commence à parler d’une voix triste :

- Quand j’étais petit, j’allais souvent en vacances chez ma grand-mère et je passais donc tous mes étés avec la famille qui vivait près de chez elle : les Devilliers. Le père de famille dirige l’entreprise de ma grand-mère, encore aujourd’hui, tant que je ne suis pas là-bas, explique-t-il. Il a deux enfants : Elisa et Pierre.
- Elisa…, murmure-je.
- Oui…, me confirme-t-il. Comme tu l’as compris, c’est Eli. Mais laisse-moi t’expliquer toute l’histoire.
- Je t’écoute…, réponds-je en retenant un soupir.
- Nous sommes tombés amoureux dès notre enfance, nous étions inséparables, déclare-t-il dans un léger sourire. Mes parents étaient ravis car ils l’apprécient beaucoup et pendant des années, nous étions vus toujours ensemble, comme deux âmes sœurs. Seulement ma grand-mère ne le voyait pas du même œil que nous ou mes parents. Un jour, j’ai surpris une dispute entre mon père et elle. Je n’ai rien compris à l’époque, je n’avais que quatorze ans, seule Eli comptait, je ne voulais rien savoir d’autre ! Mais quand il est ressorti de son bureau, il avait le visage décomposé et le regard qu’il a posé sur moi, je ne l’oublierais jamais.

Il marque une pause, ses yeux se posent sur ses mains que je vois se crisper. Ce souvenir semble être très douloureux pour lui. Il soupire puis continue :

- Nous avons repris l’avion, j’ai dit au revoir à Eli comme d’habitude mais une fois que nous sommes arrivés à la maison, mon père m’a pris à part et m’a expliqué certaines choses. Tout d’abord, il m’a annoncé que ma grand-mère me donnait son entreprise et tu ne connais pas tellement ma famille, mais chez les Cullen, on ne discute pas ce genre de décision ! Elle avait décidé que je reprendrais cette société, que je viendrais en France, que mes parents soient d’accord ou non. Ma mère a eu beaucoup de mal avec cette idée. Mais surtout, mon père m’a expliqué que je ne devais plus revoir Elisa. Ou du moins, ne plus envisager un avenir avec elle car même si nous étions très jeunes, ils avaient bien compris que nous étions inséparables. J’ai failli tout casser ce jour-là, se rappelle-t-il en secouant la tête. Je ne comprenais pas…alors mon père m’a expliqué qu’Eli était déjà « promise » à un autre fils d’industriel de la région et que cette union engendrait également un agrandissement de notre société puisqu’Eli est la fille Devilliers, celui qui s’occupe de tout le côté productif et qui sera mon bras-droit. En épousant le fils de cet industriel, nos deux sociétés seront liées. Et je serais le grand patron des deux : celle d’Eli et celle de son futur mari.

Il me regarde, cherchant sur mon visage si j’ai bien tout compris à son histoire et je hoche doucement la tête pour qu’il continue. Alors il sourit faiblement et murmure :

- J’ai eu beaucoup de mal à accepter Bella…il m’a fallu une année pour reparler à mes parents sans leur en vouloir. Je suis retourné en France, bien sûr ! La première fois, je me fichais de ce qu’avait dit ma grand-mère ! Je la défiais ouvertement, embrassant même Eli devant elle. Et puis un jour, ma mère m’a parlé. Elle m’a demandé de stopper tout ça car ma grand-mère leur avait annoncé que si je ne me calmais pas, elle licenciait le père d’Elisa et détruirait sa vie, jusqu’à la fin. La connaissant, je ne doutais pas une seule seconde qu’elle en serait capable ! ricane-t-il.
Ensuite, elle avait décidé qu’Eli irait faire ses études ailleurs et ça n’a pas fait un pli. Elle a été envoyée dans une école à l’autre bout du pays, si bien que je ne la voyais plus quand je retournais en France. Alors j’ai décidé de ne plus y aller ! Et lorsque j’ai revu ma grand-mère, elle était dans son cercueil, déclare-t-il amèrement.

A nouveau, son regard se perd dans ce souvenir. Je n’ose pas l’interrompre mais le pli sur son front me confirme qu’Edward souffre vraiment de toute cette histoire. Au bout d’une minute, il reprend :

- Lorsque je suis retourné en France pour son enterrement, j’ai revu Elisa. Elle venait d’avoir dix-huit ans et sa majorité lui permettait de prendre ses décisions elle-même. Elle est donc revenue finir ses études à Belfort. Quand je l’ai revue, je sais que nous étions ensemble Bella…mais mon cœur s’est à nouveau emballé et j’ai paniqué. Je suis donc rentré plus vite pour te retrouver, pour la fuir…je refusais de briser ce que nous avions construit, je m’étais engagé vis-à-vis de toi ! Je ne voulais pas te faire souffrir.

Je revois Edward dans ma cuisine, chez mon père, lorsqu’il m’avait annoncé qu’il était rentré avant sa famille. Je m’apprête à lui demander si ses parents étaient au courant mais il m’interrompt :

- Laisse-moi juste finir, et je répondrais à ta question.
- Très bien…
- Je ne voulais plus la revoir, reprend-il. J’avais trop peur de succomber mais comme tu le sais, je devais encore signer d’autres papiers en France et je n’ai pas eu le choix, j’ai du y retourner. Une fois là bas, Eli ne m’a plus lâchée et …je me suis laissé aller, je n’ai pas résisté et mon cœur s’est mis à battre un peu plus fort à chaque fois que nous étions ensemble, déclare-t-il tristement, provoquant en moi une vague de douleur car pendant ce temps, moi, je ne me doutais de rien. Mais Bella…je ne t’ai pas trompé ! Affirme-t-il soudain avec force. Je sais que je ne peux pas te le prouver mais c’est la vérité. Je ne l’ai même pas embrassée !

Je lève un sourcil, septique mais ne le contredis pas. Ma gorge me serre de trop, je suis en train de retenir mes larmes et je veux le fin mot de cette histoire. Alors en voyant mes yeux briller, il hésite puis continue, malgré tout :

- Lorsque je suis reparti, j’avais pourtant pris une décision ! Je m’en tiendrais à mes engagements vis-à-vis de toi. Je lui ai expliqué. J’étais fiancé et elle aussi en quelques sortes. Il fallait qu’on se dise au revoir. Mais elle n’a pas supporté que les ordres de ma grand-mère soient toujours appliqués, même après sa mort et encore pire, elle n’a pas compris que je ne profitais pas de la mort de ma grand-mère pour la récupérer et contrer tout ça ! …Mais elle n’avait surtout pas compris que je n’étais plus libre, que je t’aimais même si tu en doutes Bella…

Cette fois, les larmes coulent chaudement sur mes joues et je n’arrive plus à le regarder. Je ne sais même pas ce que je ressens à cet instant à part une profonde douleur. Je l’entends pousser un soupir étouffé. Lui aussi semble affecté et il continue d’une voix rauque :

- Elisa a pris le premier avion pour Forks quelques jours après mon départ. Lorsqu’elle est arrivée, elle m’a envoyé un texto et j’ai failli mourir d’angoisse ce jour-là. Pour plusieurs raisons : j’allais devoir la laisser se débrouiller dans un pays qu’elle ne connaissait pas car il était hors de question que mes parents sachent qu’elle était là ! La deuxième, c’était que je sentais que notre couple n’allait pas survivre à ça. Quoique je fasse, elle était revenue dans ma vie et je n’avais pas la force de la rejeter.

Nous nous dévisageons, je lis sur son visage toute sa désolation et son impuissance face à ce qu’il s’est passé. Quelque part, je le comprends. Moi non plus, je n’avais pas su résister à Jacob. Pourtant j’avais lutté…

- C’était le fameux week-end où tu es allée à ta soirée chez les Quileute, reprend-il. J’avais contacté Victor pour qu’il s’occupe d’elle mais finalement, j’ai pu la récupérer moi-même car tu n’étais pas là ce jour-là, annonce-t-il timidement, comme un enfant pris en faute. Je ne savais pas quoi faire d’elle ! Je ne voulais pas qu’elle soit trop proche de moi et je ne voulais pas non plus la renvoyer ! J’avais besoin de prendre du recul et ça a été très difficile. Je l’ai quand même emmenée chez Victor. Je ne voyais pas d’autres endroits où la laisser. Et là-bas, je pouvais la voir sans que ça éveille les soupçons.
- La voiture ? Demande-je, repensant au jour où, après cette fameuse soirée sur la plage, j’avais retrouvé la BMW d’Esmée dans le garage de Jacob.
- Oui…la voiture…, soupire-t-il un léger sourire en coin. J’ai voulu lui prêter, car elle devait se rendre à l’ambassade de France à Seattle. Et au lieu de rester avec Victor comme je le devais, j’ai laissé ma voiture chez lui et je suis parti avec elle. Comme ça, tout le monde pensait que j’étais encore chez Victor mais j’étais avec elle.
- Qui tout le monde ? Le coupe-je. Je ne me doutais de rien ! Pourquoi as-tu pris ces précautions ?
- Rosalie avait des doutes, ricane-t-il, et je savais qu’elle se servirait d’Eli pour briser notre couple. Ce jour-là, pendant le retour, nous nous sommes disputés…à ton propos, me dit-il dans un sourire tendre.

Etonnée, je l’invite du regard à continuer :

- Elle ne comprenait pas que malgré l’amour que j’avais pour elle, je restais avec toi. J’ai essayé de lui expliquer que je t’aimais, à ma façon peut-être…peut-être pas comme elle mais tu n’étais pas n’importe qui, que nous devions nous marier…et surtout, que toi, tu m’aimais…enfin c’est ce que je croyais…, ajoute-t-il aussitôt.

Il me regarde tristement et je baisse la tête, le rouge aux joues. Non, je ne l’aimais déjà plus à cet instant…

- Je refusais de te faire souffrir, de briser tes rêves, nos projets et notre couple ! Elle est parfois très impulsive, dit-il dans un sourire, et de colère, elle a attrapé mon volant pour nous tuer tous les deux, afin de me garder avec elle mais j’ai réussi à maitriser la voiture. Seulement, nous avons fini dans un fossé et je n’ai pas eu le choix, j’ai du contacter une société de Forks pour nous sortir de là. La malchance a voulu que ce jour-là, mon père a emprunté cette route et a assisté au remorquage en passant avec sa voiture. Nos regards se sont croisés mais il ne s’est pas arrêté. Seulement, c’était trop tard, il avait vu Eli et les dégâts sur la BM. Le soir, il m’a attendu et m’a demandé de faire un choix. J’ai refusé ! Même s’il m’autorisait à choisir Elisa, même si cette fois, je pouvais partir avec le consentement de mes parents, je ne pouvais pas t’abandonner ! C’est mon père qui m’a donné l’adresse de ton ami…je ne savais pas qui je rencontrais ce jour-là, déclare-t-il amusé.

Malgré moi, je souris à mon tour, étonnée par l’ironie de la situation. Mais, je repense aussi à cette fameuse Elisa, à notre rencontre au restaurant, puis au ranch.

- Tu n’as pas hésité à me la présenter comme la petite amie de Victor, déclare-je froidement, à l’intégrer dans notre vie, en espérant que je ne verrais rien. Tu as abusé de moi Edward.
- Oui, je sais…, soupire-t-il. Je vous voulais toutes les deux près de moi.
J’étais incapable de te dire la vérité et j’étais incapable de la rejeter. Excuse-moi de t’avoir menti…
- De m’avoir prise pour une idiote surtout ! J’ai vraiment cru à ton histoire la concernant !
- Je sais …

Je n’ai même pas envie de crier, d’aller plus loin…je pense juste à toutes ces années perdues, autant pour lui que pour moi ! Alors je lui pose la question :

- Edward, j’aimerai savoir pourquoi tu m’as demandé en mariage ?
- Parce que je t’aimais, déclare-t-il en me regardant droit dans les yeux.
- Non…Rosalie m’a dit que tu te sentais responsable et que tu voulais m’épouser par pitié en quelque sorte…
- Je ne vois pas les choses de cette façon, répond-il en secouant la tête doucement. Je vais essayer de t’expliquer et j’espère que tu vas me comprendre.
- Je ne suis pas une idiote ! M’écrie-je aussitôt. Ça aussi j’aimerai que tu le comprennes ! Tu m’as toujours prise pour une incapable !
- Non Bella…je ne voulais pas t’ennuyer avec mes histoires compliquées, se défend-il.

Je hausse les épaules, mes larmes coulent de plus belle et il continue :

- Quand je t’ai vue au lycée, tu m’as vraiment plu mais je dois t’avouer que tu étais la première fille que j’osais regarder depuis Eli. J’ai voulu essayer et tu me plaisais vraiment. Je me sentais bien avec toi mais tu le sais maintenant, j’aimais toujours Elisa.
- Rosalie m’a parlé d’un projet, qu’à dix huit ans, tu comptais la rejoindre…
- Oui, c’est vrai, confirme-t-il. Mais laisse-moi continuer. Quand tu t’es blessée, c’était vraiment de ma faute. Tu ne voulais pas monter sur ce cheval et je t’y ai poussée ! Ta rééducation a été longue c’est vrai et c’est vrai qu’avant cette blessure, j’avais dans l’idée de prendre un peu mes distances pour te préparer à la rupture…avant que je ne parte l’année suivante. Mais tout a été remis en question avec cette blessure. Je m’en voulais énormément et surtout, ce fut une vraie épreuve pour toi. Tu as beaucoup souffert, à cause de moi, je ne pouvais plus te quitter !

Mon cœur se serre, une vague de profonde tristesse m’envahit à nouveau et je réponds :

- Mais donc, tu es bien resté par pitié, ou si tu ne le vois pas comme ça, par sacrifice !
- Non, je ne l’ai pas vu comme ça…je faisais ce que je devais faire : assurer ta protection, te donner une vie de rêve, te respecter. Je t’aimais…je t’aime toujours mais d’une autre façon.
- Je n’ai pas du tout vécu ça Edward ! M’écrie-je en larmes. Je suis devenue une sorte d’esclave dans l’impossibilité de prendre une décision. Tu m’as rendue dépendante de toi !
- Oui, je l’ai compris par la suite, répond-il tristement, quand je t’ai vue si heureuse avec lui. Car, il y a une chose pour laquelle je ne peux pas donner tort à Rosalie, c’est que tu as profité de la première occasion pour filer, dit il en souriant tendrement. Tu es tombée amoureuse de lui et tu as vu une porte de sortie.
- Oui j’aime Jacob ! Déclare-je avec force en le fixant pour le défier.

Mais la douleur qui traverse son visage me calme aussitôt et c’est d’une voix plus calme que je lui demande :

- Comment l’as-tu su ?
- Une fille m’a appelée…une Quileute…je l’ai reconnu à sa façon de parler. Elle m’a raconté tes petites escapades…

Cette nouvelle me surprend et je ne sais pas pourquoi mais, aussitôt, je pense à Leah.

- Quand je l’ai su, ça a été un véritable soulagement ! Tu ne peux pas savoir ! Je voyais enfin un espoir au cauchemar dans lequel je nous entrainais tous ! Je croyais vraiment que tu serais perdue sans moi Bella, aujourd’hui, je sais que j’ai eu complètement tord ! Cette révélation…c’était un jour très heureux pour moi. Et j’ai tout fait pour que tu te sentes capable de me quitter…
- Oui…je ne te comprenais plus, confirme-je.
- Pourtant, je ne voulais que ton bonheur. Je me suis renseigné sur lui. Quand j’ai su qui il était, j’étais rassuré. Les Black sont une famille très respectable et Jacob est un type bien. J’ai pu m’en rendre compte par moi-même, sans même savoir que ton cœur lui appartenait déjà, m’avoue-t-il doucement.


60 – A vif

Je suis un peu bouleversée, même complètement bouleversée ! Je ne sais plus si je ressens de la tristesse ou de la joie, de la frustration ou du soulagement, de la haine ou de l’amitié…tout est confus et Edward le voit car il se penche vers moi en me tendant la main doucement. J’hésite puis lui prends et il me sourit tendrement. Nos regards se croisent et je sens soudain une drôle de sensation, comme si on venait d’écrire le mot FIN. Je comprends alors le message dans ses yeux :

- Quand pars-tu ? Demande-je.
- Samedi…
- Elisa est chez Victor ?

Ça me fait bizarre de parler d’elle aussi facilement mais pourtant, c’est le cas. Je ne ressens rien. Est-ce que j’aimais encore autant Edward que je le pensais ou notre relation était-elle déjà devenue de l’amitié depuis longtemps ?

- Oui, affirme-t-il. Elle m’attend. Elle voulait te dire au revoir mais je ne pense pas que ça soit une bonne idée…peut-être viendrez-vous nous voir en France ? Demande-t-il timidement.

Je ne réponds pas, incapable de me projeter pour l’instant aussi loin et surtout, incapable d’imaginer cette possibilité avec Jacob. Il faudrait que je lui explique tout, tout ce que je ressens, toutes mes contradictions…j’avais besoin de prendre du recul par rapport à cette histoire et j’avais surtout envie, pour l’instant, de vivre pleinement ma relation avec Jacob. De penser à lui aussi fort me donne envie d’entendre sa voix. Je lâche la main d’Edward et me lève sous son regard surpris.

- Je dois passer un coup de fil, m’explique-je.
- Je t’en prie…

Je sors mon portable de mon blouson et m’éloigne vers la fenêtre en composant le numéro de chez Billy Black puisque Jacob n’a plus de téléphone sur lui. Sa chaude voix provoque en moi une vague de bonheur :

- Salut ma belle !
- Salut mon ange…
- Quelque chose ne va pas ?

Je ferme les yeux…évidemment, Jacob a capté la tension dans ma voix. Alors je décide de lui dire la vérité :

- Je suis chez Edward.
- Quoi ?!
- Juste ce soir ! Ajoute-je précipitamment en entendant le ton qu’il vient d’employer.

Même de là, je sens sa colère et regrette aussitôt mon appel. J’aurai du lui expliquer ma visite de ce soir en face !

- Je croyais que c’était fini ?
- C’est fini Jacob ! Tente-je de le rassurer. Je suis juste venue chercher mes affaires après les cours mais aussi pour discuter avec lui…mettre les choses à plat. Tu comprends ?

Il est furieux, je le sens alors j’insiste:

- Il le fallait Jacob…et je voulais que tu saches où je suis. Je te rappelle quand je suis chez Charlie.
- Pas la peine ! Claque-t-il. Passe une bonne soirée !

Je mets quelques secondes à comprendre qu’il m’a raccroché au nez…aussitôt, un spasme de tristesse me secoue et les larmes me montent aux yeux. Il faut que je quitte cette villa ! Je ne veux pas blesser Jacob ! Je me retourne et Edward s’approche vivement en voyant mon visage.

- Que se passe-t-il ?
- Je dois rentrer !
- Très bien…, murmure-t-il. Mais tu dois reprendre tes affaires Bella. Une fois que je serais parti, tu ne pourras plus revenir ici.
- Oui, oui…

Je me sens troublée, déboussolée, avec une furieuse envie d’être près de Jacob maintenant. Je me fiche de mes affaires mais je ne peux pas les imposer aux Cullen alors je fonce vers les armoires et sors tout ce que je trouve qui m’appartient. Edward m’aide et me sors une valise dans laquelle il dispose tout. Une fois les vêtements triés, je file dans la salle de bain et d’une main tremblante, fourre dans un sachet tout ce qui doit être à moi. Je sens une présence derrière moi et pensant que c’est Edward, je ne me retourne pas mais soudain, je sens une main sur mon épaule et j’entends renifler. Alors mon cœur se serre et je stoppe ce que je fais pour prendre Alice dans mes bras.

- Tu reviendras dis…tu continueras à venir me voir ?
- Non, pas ici ma chérie…mais je te promets, non… je te le jure, affirme-je avec force, qu’on se verra de temps en temps ! on se fera des sorties avec Jasper et Jacob.
- Ok…, répond-elle en reniflant de plus belle dans mon cou. Viens voir dans ma chambre, je veux te montrer quelque chose.

Je la suis, remarquant en passant par la chambre qu’Edward a bouclé ma valise. En arrivant dans la chambre d’Alice, je la vois sautiller jusqu’à son bureau. Elle prend dans ses mains un petit livre et va s’asseoir sur son lit. Je la rejoins et elle me fait un large sourire en me le tendant.

- C’est pour toi…pour que tu te souviennes que nous avons eu aussi des bons moments ensemble.
- Oh Alice…

Emue, j’ouvre le carnet pour y trouver des photos commentées par elle-même, retraçant un peu toutes les vacances que nous avons passé ensemble, toutes nos sorties…des moments importants, des fêtes, des soirées…elle n’avait pas mis beaucoup de photos de moi avec Edward mais plutôt des photos d’elle et moi, ou de moi seule, parfois souriante, parfois moins et je me souvenais de ces instants où j’avais l’impression de ne pas être à ma place. Mais Alice n’avait pas dû capter ce sentiment car elle regarde les photos près de moi avec ravissement. Alors, je décide de rester un petit moment avec elle pour parler de tout ça et je me plonge avec elle dans ses souvenirs qui resteront joyeux à ses yeux.

Au bout d’une bonne demi-heure, Edward vient nous rejoindre discrètement. Il reste en retrait mais je le vois sourire à l’évocation de certains moments relatés par sa sœur. Soudain, nous sursautons tous en entendant hurler :

- Edwaaaard !!!!

Je me lève d’un bond et suis Edward dans le couloir qui mène aux escaliers, Alice sur nos talons. En atteignant la balustrade, j’entends encore crier :

- Edward Cullen !

Je me penche et en bas dans l’entrée, je vois Paul menaçant et cherchant autour de lui. A mes côtés, Edward se tend comme un arc et je le vois descendre la première marche avec lenteur. J’ai l’impression que tout tourne au ralenti. Je vois Carlisle sortir de son bureau et s’approcher en demandant à Paul de se calmer. Mais ce dernier n’hésite même pas et lui donne un violent coup de poing.

- Oh bon sang ! Crie-je en réagissant cette fois.

Esmée pousse un cri pendant que je dégringole les escaliers.

- Paul ! Paul, mais qu’est-ce que tu fous là. Arrête !!!! Hurle-je pendant qu’il se retient de mettre un deuxième coup à Carlisle qui reprend pied en se tenant la joue.

Mais il m’ignore complètement et jette un regard circulaire. Quand il se pose sur Edward qui se tient sur la dernière marche des escaliers, immobile, il siffle, menaçant :

- Viens ici Cullen…

Je me jette sur lui en lui disant :

- Mais qu’est-ce que tu fais !!! Je suis juste venue discuter !
- Demande-lui ce que LUI a fait ! Espèce de salopard !!! Crie-t-il en le pointant du doigt.

Mon sang se glace et je marmonne :

- Quoi ? Mais de quoi parles-tu ?
- Jacob ! Je l’ai retrouvé …, dit-il plus doucement en me fixant cette fois et ce que je lis sur son visage me pétrifie.
- Quoi…tu l’as retrouvé comment ? Arrive-je à demander en déglutissant.
- Mais qui êtes-vous ? Que nous voulez-vous ? crie Esmée en tenant Carlisle, qui semble avoir perdu la parole.
- Paul ?

Tout le monde se retourne vers celle qui vient de prononcer son nom dans un murmure.
Etonnée, je regarde Paul et le vois hésiter puis plisser les yeux, cherchant dans sa mémoire d’où il la connaissait. Rosalie a une tête d’ahurie, les lèvres tremblantes, elle avance vers nous comme un fantôme. Je comprends alors avec stupeur ce qu’il se passe en elle.

- Tu connais cet homme…Rosalie ? demande faiblement Esmée lorsque sa fille passe près d’elle.
- Oui…Paul Chayton, dit-elle dans un faible murmure.

Ce dernier réagit et s’esclaffe en disant :

- Content que tu te souviennes de moi tiens ! Parce que dans mon cas, tu n’es qu’Amanda ! Et je me doutais bien que tu ne m’avais pas donné ton vrai nom !
- Rosalie ? Tu peux nous expliquer ? Demande Esmée qui semble complètement bouleversée.

Rosalie vient se planter face à Paul qui la toise, ne semblant pas encore croire à ce qu’il voit. Moi j’ai le cœur qui va exploser et je le secoue en disant, désespérée :

- Jacob ! Où est-il ?

Il baisse alors les yeux sur moi et répond, les dents serrées :

- Demande d’abord à ton mec ce qu’il lui a fait ! Je t’avais prévenu Bella qu’il serait en danger avec toi !
- Quoi ?
- Je n’ai rien fait ! Répond enfin Edward derrière moi. Bella, crois-moi, je ne sais pas de quoi il parle.
- Sortez de chez nous ! Ordonne Carlisle qui a repris ses esprits. Ou j’appelle la police !
- Papa, s’il te plait…n’appelles pas la police, demande Rosalie fébrilement.

Mais Paul se fout des ordres de Carlisle et fixe méchamment Edward. Je suis entre eux d’eux et je pose ma main sur le torse de Paul en le suppliant :

- Je t’en prie, dis-moi ce qu’il s’est passé …Paul ! Emmène-moi près de Jacob.
- Oh mon dieu, chéri, fais sortir ce sauvage de chez nous ! Je ne veux pas qu’il reste là, entends-je Esmée gémir derrière moi.
- Bella, je te jure que je ne sais pas de quoi il parle ! Répète Edward.

Mais ma tête bourdonne, je fixe le visage de Paul qui ne semble plus vouloir bouger. Je sais qu’il hésite à s’attaquer à Edward mais la panique m’envahit. Je le frappe alors en hurlant :

- Je veux voir Jacob !!! Où est-il ?
- Viens…, dit Paul simplement en relâchant son regard et en m’attrapant par le bras.

Il me traine vers la sortie mais Rosalie se plante devant nous comme une furie et lui dit, complètement bouleversée:

- Tu ne m’as jamais rappelé ! Espèce de vaurien ! Tu m’as laissée en plan !
- Vire de là ! Répond Paul en la poussant de sa main libre pendant qu’il me tient de l’autre.
- Non ! Crie-t-elle en nous barrant la porte. J’ai vécu un enfer ! Il m’a fallu des mois pour m’en remettre !
- Eh bien désolé de l’apprendre ma jolie…maintenant, pousses-toi ! Répète Paul plus menaçant.

Pendant une seconde, je vois le moment où il va la frapper et paniquée, je me retourne vers Carlisle. Mais je suis surprise de le voir se passer la main sur le visage, comme dépité tout en retenant un sourire. A ses côtés, Esmée semble pétrifiée et regarde sa fille comme si elle voyait quelqu’un d’autre. Edward me fixe et n’a pas bougé. Derrière lui, Alice semble aussi stupéfiée que sa mère. Cependant, cette dernière réagit et crie à Rosalie :

- Laisse cet homme partir ! Il n’a rien à faire ici ! Il a frappé ton père !
- Non !

Alors Paul me lâche et va se coller tout contre Rosalie qui le toise mais ne bouge pas. Ses yeux lui lancent des éclairs pendant qu’elle lui dit d’une voix rauque :

- Je ne pensais jamais te revoir…tu m’as laissée espèce de …

Je sens alors Paul frémir puis je l’entends lui dire à voix basse mais fermement :

- Ou tu te bouges ou je prends ta belle tignasse blonde et je la coupe au rasoir !

Je vois les yeux de Rosalie s’agrandirent de frayeur. Paul continue de la fixer méchamment et tremblante, elle finit par se bouger. D’un geste vif, il m’attrape à nouveau par le bras et m’entraine dehors. Je vois alors la moto de Jacob et ma panique s’amplifie.

- Où est Jacob ? Est-ce qu’il va bien ? Paul ? Où est-il ?

Sans me répondre, il enfourche la moto. Son visage est tendu et ses yeux sont noirs de colère. Je comprends qu’il ne me répondra pas, que je le verrais par moi-même. Le souffle court, je grimpe derrière lui et m’accroche à sa taille pendant qu’il démarre en trombe. Je jette un dernier regard noir à Edward qui est sur le perron. Mais la tristesse dans ses yeux me fait soudain douter. Cependant, je n’ai pas le temps de chercher plus d’explications car Paul m’emporte déjà loin de la villa à toute vitesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 13:32

trop hâte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 14:05

comment Edward a oser faire sa!!!!! je vais le tuer je te jure je vais le tuer!! je suis avec Paul a fond !!!! j'espère qu'il va s'en sortir!!! ya intéret!!!! si il a ue seule séquelle je tue Edward de mes propres mains!!! et que c'est il passer entre paul et rose???
et l'histoire de Carlisle avec la mère de Jacob!!! c'est une histoire de ouf!!! mais je te jure Edward... (je ne vais pas m'en remettre) je vais le trucider!!!! pendu
franchement quatre contre un !!!!! bravo!! quel imbécile !!! et évidemment fallait que Jacob soit seul! ni Paul ni Sam n'était là pour l'aider autrement je suis sur que les mecs se serait pris une belle raclée!!!
j'ai failli en pleurer!! je suis sur qu'il a demander a Bella de venir a la villa pour l'éloigner pendant que Jacob se faisait tabasser!!! c'est vraiment un c******!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 14:27

@ fande taylor tu devrais bien relire ce passage et surtout mon tout premier message de cette histoire ... Wink

Sur ce, bonne semaine à toutes et à la prochaine ! Je vais normalement avoir le temps d'écrire la fin pendant mes vacances. Vous n'y êtes pas encore mais ça approche ...
Encore merci pour votre fidélité


bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 14:32

excuse moi . en effet Edward n'a pas l'air au courant!! dans ce cas pourquoi les gars ont dit qu'il venait de la part d'Edward!!! la j'avoue que je suis un peu perdue en faite!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 14:39

Allez...je te laisse ruminer LOL
A plus Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 14:41

c'est pas drole je vais me ruiner le cerveau pendant une semaine!! LOL Passe de bonne vacances!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 14:48

Ho la la! Merveuilleuse suite pleine de rebondissement! Notre pauvre Jacob!!!!! Et l'histoire entre la mère de Jacob et Carlisle! Et notre Rosalie, il semblerait qu'elle n'a pa su resister au charme de Paul hi hi! Mais c'est trop tard ma fille!!! En tt cas j'espère que notre Jake n'est trop mal en point:-( J'ai hâte de lire ta suite et je te souhaite de bonnes vacances! A la semaine prochaine!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 30 Juil - 14:50

oui moi aussi j'espère qu'il n'est pas trop mal en point et je suis surtout presser de découvrir qui sont ces mecs!! et par qui ils ont été envoyer!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becob85
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 374
Age : 31
Localisation : Dans les bras chauds de Jake...
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 3 Aoû - 16:15

Ca y est j'ai fini de lire ta nouvelle fic bravo et nooooooooooooooon tu peux pas nous laisser comme ça ????!!!!!!!!!!

Vite que tu reviennes de tes vacances (qui j'espère ce seront bien passées ?) avec DES suiteS Razz Lol

J'espère que Jake n'a rien de grave et je veux que ces gars payent pour ce qu'ils lui ont fait pan
Je veux vite lire les retrouvailles avec Bella hug
Et j'espère aussi qu'il ne lui en voudra pas d'être allé chez les Cullen confu
Pauvre Jacob Crying or Very sad chiale

En tout cas tu cartonnes vraiment !!! Tes fics sont tout simplement géniales et ta manière d'écrire est tout simplement magnifique donc un grand merci à toi !!!

tay

Viiiiiiiiiiiiite une suite STP

bisou bisou bisou bye bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jacoblemonfic.forumgratuit.org/forum.htm
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 3 Aoû - 16:19

tu m'as donner de faux espoirs je croyais que c'était une suite!!! Sad
j'espère moi aussi que ces mecs vont payer et surtout je veux savoir qui les a envoyer pour que j'étripe le mec!!! pan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Becob85
Entretien avec un vampire
Entretien avec un vampire


Féminin
Nombre de messages : 374
Age : 31
Localisation : Dans les bras chauds de Jake...
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 3 Aoû - 16:24

arf désolé fande taylor Very Happy Je t'ai fais une fausse joie lol!

Viiiiiiite une suite !!!
Je vais avoir du mal à patienter moi scratch happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jacoblemonfic.forumgratuit.org/forum.htm
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 3 Aoû - 16:26

moi aussi sa fait une semaine que je l'attend j'en peux plus de ester deans l'ignorance sans avoir de nouvelles de jacob!!! sans savoir si Edward est vraiment derrière tout sa !!

Viiiiiiiiiiiiite une suitee!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Aujourd'hui à 20:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pensez-vous que Bella aurait "survécue" sans l'aide de Jacob ?
» Discution sur la fin du 2ème tome et le debut du 3eme (Histoire Jacob Bella et Edward)
» Produits dérivés Jacob/Bella
» Cadeau d'anniversaire
» Amour Jacob/Bella, Edward/Bella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: