Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Jeu 17 Juin - 15:41

Waou le bonus j'adore!!!!
Trés bon chapitre pour" l'histoire régulière", je ne sais plus quoi penser d'Edward. Il cache encore quelque chose ce ptit filou! Je suis impatiente de découvrir la prochaine rencontre da Bella et Jacob...
Bref, vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Jeu 17 Juin - 16:03

* C’est mignon ce que Rachel dit à propos des cadeaux que lui fait Paul, elle lui prouve que ça la touche.

* Je mets cinq secondes à comprendre sa question et réponds :Perturbé Rolling Eyes . Très beau moment du baiser !

*Et Paul qui tombe des nus lol -Faut dire merci Jacob...-

* - Alors ? Ce n’est pas mieux comme ça ? Plutôt que de toujours venir comme un voleur ?
- Mais je suis un voleur, madame ! riposte-je avec une folle envie de rire. Je suis venu voler son cœur.
- Oh ! Rigole-t-elle. Et poète avec ça ! Elle en a bien de la chance !
Mdr ! bravo

* - Oui, je lui ai répondu qu’il devait faire erreur mais il a insisté en disant que c’était lui-même qui l’avait sorti du fossé !
Oh oh ! Shocked

* - Tu n’es pas mon ami Jacob…
- Ah oui ? Je suis quoi alors ? Répond-il un peu sur la défensive.

Jacob qui part direct Razz !

* Mais c’est trop tard, une autre image de mes mains sur son corps afflue et je ferme les yeux, des milliers de papillons envahissant le mien.Oh pauvre Bella, là elle est carrément accro quoi ! Faut qu’elle fasse quelque chose. Je suis triste qu’ils ne se soient pas revu depuis leur calin.

* Bon et bien très beau moment Rachel Paul je le redis c'était très bien, très beau Very Happy Et Paul est plutôt classe là Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Jeu 17 Juin - 21:38

j ai adore le moment rachet et paul

trop mignon le momebt a la fenetre avec le papier et la phrase
[/spoiler]Appelle-moi tous les soirs s’il te plait ! Juste pour me dire que tout va bien.[spoiler]

edxard cache des chose meme a ses parents en plus de bella
bella et jacob j adore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 18 Juin - 6:57

J'aime j'aime j'aime! L'histoire de Rachel/Paul est tt aussi magnifique!!! Edward qui va etre grillé... mais maintenant je me dit est ce que Carlisle n'est pas au courant de quelques choses??? En tt cas j'ai plus que hâte de voir les retrouvailles de Jacob /Bella qui sont de plus en plus touchant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 20 Juin - 5:05

celine879 a écrit:
Waou le bonus j'adore!!!!
Merci Very Happy
celine879 a écrit:
Trés bon chapitre pour" l'histoire régulière", je ne sais plus quoi penser d'Edward. Il cache encore quelque chose ce ptit filou!
Bref, vivement la suite!
C’est ça le but…ne pas savoir quoi penser d’Edward Wink

Vanille41 a écrit:
* C’est mignon ce que Rachel dit à propos des cadeaux que lui fait Paul, elle lui prouve que ça la touche.
Ouais Paul pour Rachel, c’est plus que être touchée


Vanille41 a écrit:
* Mais c’est trop tard, une autre image de mes mains sur son corps afflue et je ferme les yeux, des milliers de papillons envahissant le mien.Oh pauvre Bella, là elle est carrément accro quoi ! Faut qu’elle fasse quelque chose. Je suis triste qu’ils ne se soient pas revu depuis leur calin.
LOL oui elle est très très accro

Vanille41 a écrit:
* Bon et bien très beau moment Rachel Paul je le redis c'était très bien, très beau Very Happy Et Paul est plutôt classe là Wink
Merci, contente que ça t’ait plu Very Happy

appaloosa a écrit:
j ai adore le moment rachet et paul
Cool, merci Very Happy J’avais un peu peur qu’en sortant de l’histoire principale, ça ne plaise pas

surie a écrit:
J'aime j'aime j'aime! L'histoire de Rachel/Paul est tt aussi magnifique!!!
Merci Very Happy

surie a écrit:
Edward qui va etre grillé... mais maintenant je me dit est ce que Carlisle n'est pas au courant de quelques choses??? En tt cas j'ai plus que hâte de voir les retrouvailles de Jacob /Bella qui sont de plus en plus touchant

Ça vient, ça vient …

Ça me fait vraiment plaisir de lire que mon bonus vous a plu, car Paul est un personnage que je développe à côté et votre opinion sur sa vie compte beaucoup pour moi, j’ai bien fait de le mettre à la suite finalement

Voici donc la suite ! Le premier chapitre est un des premiers que j’ai imaginé

Bonne lecture !!!


* * * *




40 – Surprise

Dans la cour de la villa, j’attends qu’Edward sorte la Volvo pour me conduire à la fac avant de rejoindre la sienne. Je grimpe près de lui, Alice est à l’arrière et me lance un large sourire. Pour elle, la rentrée est le moment le plus excitant de l’année ! Moi je soupire car j’aimerai être clairement ailleurs, j’avais passé un été bouleversant, j’avais fait une rencontre qui a fait de moi quelqu’un de différent et j’avais déjà du mal avec mes amis de fac mais là, je sais que ça va être pire !

Je descends de la voiture et le regard des autres posés sur moi parce que je viens avec les Cullen m’agace fortement. Avant, j’en étais très fier et cette constatation me confirme que j’ai changé et que cette année va être difficile. Edward démarre pour emmener Alice au lycée. J’avance lentement jusqu’à la grille quand je vois la voiture de mon amie Angela se garer. Je me rends compte que je n’ai donné aucune nouvelle durant les vacances, trop obnubilée par Jacob et je sais déjà avant même de voir son regard accusateur qu’elle va m’en faire la réflexion.

- Bonjour madame Cullen ! Me lance-t-elle mi-moqueuse, mi-piquante.

Sa remarque me fait l’effet d’une douche froide mais je ne riposte pas, n’étant pas vraiment prête à partager mes problèmes avec elle, surtout que je ne sais pas encore ce que je compte faire.

- Salut Angie…
- Alors, tu as passé de bonnes vacances j’espère !
- Désolée…tu sais ce que c’est avec Edward…toujours partis.
- Oui, marmonne-t-elle, mais un coup de fil, ça prend deux secondes.
- Toi aussi tu pouvais m’appeler, riposte-je.
- Je n’osais pas ! Tu ne donnais pas de nouvelle, j’avais l’impression que j’aurai dérangée. Et puis appeler chez les Cullen…
- N’importe quoi ! Réfute-je aussitôt.
- Enfin bref ! Lance-t-elle en balayant notre discussion d’un mouvement de la main. J’ai pas mal bougé aussi pendant ces vacances.
- Ah oui ? Qu’as-tu fait ?
- Nous sommes partis en vacances au Mexique, trois semaines ! Et j’ai rencontré un garçon adorable…mais bon, voilà…, conclue-t-elle avec une pointe de nostalgie.
- Quoi ? Vous n’avez pas gardé le contact ?
- Non !
- Mais pourquoi ?
- Tu sais bien…loin des yeux, loin du cœur !

Sa remarque me fait penser que si je laisse Edward partir seul en France, notre couple n’aura à l’évidence aucun avenir. Il me reste donc que deux solutions : soit je le suis, sois je le quitte et reste ici.
Nous avançons quand soudain, je sens un bras sur mes épaules et une voix que je connais bien me déclarer :

- Mon dieu mais on t’a jamais dit qu’il fallait aller à la plage pour bronzer !
- Salut Mike ! Réponds-je en riant. Wouah, tu as bonne mine !
- Eh ouais ! Surf, surf et encore surf !
- Ouais, s’exclame soudain Eric près de nous, le surf et encore le surf !

Je ris devant leurs mimiques en train de se voir encore sur leurs planches. Je les imagine à la Push pendant que moi je me promenais main dans la main avec Jacob. Aussitôt, mon esprit se met à vagabonder à nouveau et le manque se fait ressentir, mordant.


Les cours débutent et je m’ennuie déjà. Pourtant j’aime vraiment ce que j’apprends mais j’ai un peu mis ça de côté depuis ma rencontre avec Jacob car la nature, avec lui, c’est plus que de la photosynthèse ou des greffes pour renforcer une plante ou la faire changer de couleur…Avec Jacob, la nature c’est les aigles, les loups, la forêt, la pêche et surtout le soleil. Mais c’est aussi le vent, le sel marin, l’océan qui frappe les rochers, se baigner avec lui dans ses bras, se coucher avec lui sur le sol…ah bon sang…je ferme les yeux et j’entends :

- Tu n’as rien fait alors ?

Je sursaute et vois Mike qui me regarde, intrigué et attendant visiblement une réponse. Tout le monde a sorti un livre sauf moi et je vois qu’ils s’affairent tous avec le microscope.

- Quoi ?
- Tu as fait quoi pendant tes vacances ? Répète-t-il en préparant l’appareil entre nous.
- Euh…plein de choses !
- Ah oui ? Vas-y, raconte …
- S’il vous plait, nous rappelle la professeur, éviter de parler trop fort sinon, si tout le monde fait ça pendant nos travaux, on ne s’entendra plus !
- Ouais madame, répond Mike, se sentant visé.

Mike me secoue un peu et chuchote :

- Alors ? Tennis, golf, course de voiture ?
- Euh…oui, à peu près tout ça, confirme-je dans un sourire crispé.
- Quelle chance quand même ! Avec les Cullen, il ne doit pas y avoir de limite ? Ils veulent faire un truc, ils le font !
- Oui…

Et je me plonge la tête dans le livret que la prof vient de nous distribuer pour me concentrer un peu sur le cours.


La journée avance très lentement, surtout pendant la pause-déjeuner. Lorsque la sonnerie de fin de journée retentie, je pousse un gros soupir de soulagement. C’est décidé, ce week-end, j’irai voir Jacob ! Je ne peux pas rester comme ça indéfiniment. Il faudra juste que je me retienne.

Nous avançons tous vers la grille, là où doit me récupérer Edward (s’il n’est pas déjà là) quand soudain, mon cœur fait un bond lorsque je le vois, un pied contre une rambarde à vélo, les bras croisés et le visage très sérieux. Je ralentis, le cœur battant pendant que les voix de mes amis discutant à mes côtés s’estompent pour laisser place au bruit assourdissant qui me martèle les tempes. Je remarque son sac sur l’épaule et comprend qu’il revient directement de son lycée. Je ne peux pas l’ignorer, surtout qu’il vient de tourner la tête vers notre groupe et que son regard se vrille au mien en quelques secondes. J’ai l’impression que je viens de recevoir une flèche en pleine poitrine mais je continue à avancer, les jambes flageolantes.

- Bon salut Bella ! Me lance Mike pendant que je me détache du groupe pour le rejoindre.

Je ne réponds pas, hypnotisée par sa présence. Une fois près de lui, il se redresse et me sourit faiblement en disant :

- Salut Bella…
- Salut…

A côté de tous les étudiants qui passent près de nous, il ressemble clairement à un type venu d’un autre monde. Je trouve sa peau plus mate, ses cheveux plus noir et il est tellement plus beau que tous ceux qui nous entourent. Comme un personnage de conte de fée ou plutôt, d’un monde fantastique avec des flèches et des loups dans lequel j’aimerai le rejoindre et ne plus jamais en revenir.
Il semble gêner et déclare nerveusement :

- Désolé de débarquer dans ton univers mais je voulais te revoir…
- Oui, moi aussi, réponds-je faiblement.

C’est clair qu’il a raison, sa présence ici risque d’avoir des conséquences mais les indiens Quileute vivent à Forks et tout le monde sait que mon père est leur ami. Il n’est donc pas si étrange que ça que je sois amie avec l’un d’eux.

- Tu ne m’en veux pas ? Demande-t-il, inquiet.
- Non…

Je n’arrive pas à détacher mon regard de son visage…de sa bouche. Je dois avoir l’air d’une abrutie car je le vois rougir en se passant furtivement la langue sur ses lèvres et je me ressaisis aussitôt.

- Désolée de ne pas être revenue, déclare-je.
- Pas grave…je suis patient.
- Oui…très patient, confirme-je. Je suis contente de te revoir. Je voulais venir ce week-end, j’étais justement en train de me le dire.
- Ah oui ?

Son large sourire me réchauffe le cœur. J’ai l’impression qu’une lumière vient de nous éclairer aussitôt. Je reprends un peu mes esprits et jette un regard circulaire pour vérifier qu’Edward n’est pas encore là. Je pense soudain qu’il le connaît et qu’il ne faudrait pas qu’il s’attarde. Je le vois hésiter, froncer les sourcils puis m’annoncer :

- Je…je suis venu pour t’apporter quelque chose.
- Ah oui ?

Tremblant, il me prend le poignet et me glisse un bracelet autour puis me lâche, avec la sensation que le temps vient de s’arrêter. Fébrilement, je l’approche de mes yeux pour mieux le détailler. Il est fait d’une lanière en cuir et de petites perles de bois. A la fermeture, je remarque une petite griffe et de l’autre côté, un petit loup en bois.

- Jacob…il est magnifique !

Je suis époustouflée par la délicatesse du bijou mais surtout par le fait qu’il me l’offre. Je me sens soudain bêtement liée à lui.

- Je l’ai fait après ton départ…c’est pour que tu ne m’oublies pas…

Je lève des yeux sur lui que je sais brillants et réponds :

- Comment puis-je t’oublier ? Je pense à toi tous les jours.

Mon visage s’empourpre et il me prend la main. Malgré le fait que je sais qu’il y a du monde autour de nous, je le laisse faire, incapable de résister et me fichant des ragots à cet instant.

- C’est une griffe de faucon…c’est pour t’aider à affronter l’inconnu.
- Oh…merci, souffle-je, mon regard planté dans le sien.

J’hésite puis ajoute en souriant :

- C’est toi l’inconnu ?
- Non, rigole-t-il en rougissant, enfin…je ne sais pas…

Aussitôt une nouvelle image de nous me frappe avec force, encore plus violente puisqu’il est face à moi. Mes jambes flageolent et je lui caresse le dos de la main avec mon pouce pour me rappeler que nous sommes ici, au milieu de tout le monde et qu’il faut que j’arrête de rêver. Il continue en souriant, rougissant de plus belle :

- Oui, une part de moi reste encore inconnue pour toi mais …si je t’offre ça, c’est surtout parce que je sais que tu te sens un peu perdue en ce moment, dit-il plus sérieusement, et que je veux te rappeler que tu n’es pas dans le noir total, que je suis là, pour te guider ou te soutenir.
- Je sais, tu es mon ami, mon soleil…et tu me guides déjà.

Il baisse les yeux, rouge de plaisir et me lâche la main pour mettre les siennes dans ses poches arrière. Gênée, j’engouffre mes mains dans les poches de ma veste en jeans et il me dit alors :

- Samedi, nous fêtons l’anniversaire de ma sœur chez moi. Il y aura du monde…

Je comprends dans cette précision que nous ne serons pas seuls et que je n’ai donc rien à craindre. Je hoche la tête en souriant et il répond :

- Super ! Ton père est aussi invité.
- Ok…

Nous rions, amusés par le fait qu’avec la présence de mon père, il est clair qu’il n’est pas question de se laisser aller ! Nous nous dévisageons soudain avec intensité puis il déclare, rompant le premier ce lien qui nous unit avec une telle force :

- Je te laisse…
- Oui…
- A samedi ? Demande-t-il à nouveau, plein d’espoir.
- A samedi.

Il hésite encore un peu puis, dans un regard entendu, me laisse. Je sens son baiser imaginaire sur ma joue qui me brûle immédiatement et dans un petit signe, je recule pour aller me placer à l’endroit où Edward me récupère d’habitude. Je le regarde encore s’éloigner puis me retourne pour marcher jusqu’au muret. En levant la tête, mon sang se glace quand je vois Rosalie, les bras croisés, qui me fixe depuis sa voiture sur laquelle elle est appuyée. Son léger sourire amusé me confirme qu’elle nous observe depuis un bout de temps et aussitôt, la peur me submerge. J’essaie de me ressaisir et reprends ma marche jusqu’à elle. A sa hauteur, je lance d’une voix assurée :

- Edward ne pouvait pas venir ?
- Non ! Et comme il te faut toujours un taxi, pique-t-elle.

Sans répondre, je fais le tour de la voiture et m’installe côté passager, le cœur battant.
Rosalie prend sa place et me lance à coup d’œil à la dérobée mais je ne bronche pas, essayant d’avoir l’air le plus normal possible. Pourtant, je me sens très mal car je la connais, ses conclusions seront immédiates et sans appel ! Et hélas, sur ce coup-là, elle a raison…


41 – Ensemble


En descendant de ma Chevrolet, je constate avec un certain amusement que ça fait longtemps que je n’ai pas failli me casser quelque chose. Est-ce que Jacob aurait un effet encore plus puissant que je ne le pense déjà sur mon inconscient ? En tous cas, je me sens tellement plus belle et tellement plus appréciée quand je suis avec lui que mon assurance s’est considérablement développée. J’avance vers la maison quand Jacob sort au même moment. Il descend rapidement les quatre marches du perron et court à ma rencontre. Il écarte les bras et je m’y jette aussitôt, le serrant par la taille, blottis contre sa poitrine. Il m’embrasse le dessus des cheveux puis se dégage, ayant bien compris que pour l’instant, entre nous, il ne fallait pas plus. Il remarque que je porte toujours son bracelet (que je retire évidement dès que je suis à la villa) et me sourit avec chaleur. Je suis contente d’avoir eu le courage de revenir ici, même si je sais que je vais devoir me retenir pour ne pas succomber encore une fois. Nous nous apprêtons à rentrer quand Jacob m’arrête en disant :

- Attends…

Je suis son regard et vois Leah qui descend de sa voiture, toujours aussi belle et sexy même avec un jeans et un top à bretelles noir. Jacob me fait signe qu’il revient et s’approche d’elle, l’interceptant avant son arrivée à la maison. Je reste sur le perron, les observant depuis ma place. Seulement je perçois leur discussion grâce au vent qui me porte leurs voix :

- Tu étais où ? ça fait un bail que j’essaie de te joindre !
- Qu’est-ce que ça peut te faire, siffle Leah, le visage fermé.

Jacob baisse la tête et lui prend l’avant-bras en murmurant quelque chose. Mon cœur commence à battre et je sens la morsure de la jalousie à nouveau dans le fond de ma gorge. Leah le fixe, les yeux noirs de colère. Je me demande ce qu’il se passe quand je la vois soupirer puis baisser la tête, pendant que Jacob continue de lui parler à voix basse. Elle relève brusquement les yeux et je vois des larmes qu’elle retient pour ne pas que son maquillage coule. Soudain, elle me regarde et semble gênée. J’ai même l’impression qu’elle s’excuse mais je dois rêver. Je la vois ensuite se blottir contre Jacob qui la prend dans ses bras et je l’envie de pouvoir poser sa tête sur son épaule comme elle le fait…oui, ils forment vraiment un beau couple et je me souviens soudain de ce que j’avais espéré en les voyant la première fois : que Jacob m’appartienne !

Derrière eux, je vois le 4 x 4 de Paul se garer et je soupire. Puis deux autres voitures le suivent. Jacob lâche Leah qui se dépêche de rentrer avant que Paul n’arrive. Lorsqu’elle passe près de moi, elle marmonne :

- Salut Bella…
- Salut …

Mais elle s’est déjà engouffrée dans la maison de Billy avant que je puisse ajouter quoique ce soit. Paul rejoint Jacob et derrière eux, je vois Sam et Emily sortirent de leur voiture puis près d’eux, Rachel qui semble encore une fois très tendue. Pourtant, c’est son anniversaire, mais cette fille est vraiment très bizarre. J’ai vraiment du mal à imaginer qu’elle est la sœur de Jacob !
Sam et Emily saluent Jacob et Paul en passant puis viennent sur moi, tout sourire. Je leur dis bonjour et ils rentrent aussi dans la maison. Paul discute toujours avec Jacob et lorsque Rachel arrive à leur hauteur, je vois Paul la saluer brièvement puis venir vers moi pendant qu’elle prend son frère par le cou en riant. Leur image me fait sourire mais je me mets aussitôt sur la défensive lorsque Paul passe près de moi. Pourtant, à mon grand étonnement, il me salue de la tête et entre dans la maison à son tour, sans remarque ni regard noir. Perplexe, je reste une seconde à me demander s’il m’a bien vue mais Embry interrompt ma réflexion en arrivant derrière moi en disant :

- Ah ! Tu es là avec nous tout le temps maintenant ! Jacob doit être content !
- Oui…, réponds-je, un peu gênée.
- Allez, viens! Disent-ils en m’entrainant à l’intérieur.

Je les suis tout en m’assurant que Jacob nous rejoint en enlaçant Rachel que je trouve finalement très belle aujourd’hui, surtout quand elle est en train de lui sourire comme elle fait.
Près de la porte, elle passe près de moi et je lui dis :

- Joyeux anniversaire Rachel.
- Merci Bella, me répond-elle avec chaleur.

Je suis surprise par son ton affectueux alors que nous ne nous sommes jamais parlé. Jacob s’approche de moi et me dit :

- Passe au vert…
- Quoi ?
- Tu es rouge Bella, ma sœur t’impressionne ? Demande-t-il en se mordant les lèvres, se retenant d'éclater de rire mais affichant un large sourire.

Il est si beau quand il fait cette tête là que j'en oublie toujours qu'il se moque de moi.

- Non ! Riposte-je, sur la défensive, mais …
- Mais quoi ? Murmure-t-il tout près de moi, me coinçant contre le chambranle de la porte.
- Je veux qu’elle pense du bien de moi, avoue-je, me rendant compte en disant cette phrase que je le pense vraiment.
- Ne t’inquiète pas, répond-il dans un clin d’œil. Tout le monde t’adore ici.

Il dégage le passage de la porte et me laisse seule et pas très convaincue par sa dernière remarque mais peu importe ! Le principal est que Jacob apprécie ma présence…et qu’il m’adore.


Dans la salle à manger, tout le monde est un peu serré et encore plus lorsque mon père arrive avec Sue et Seth. Charlie vient près de moi et demande :

- Eh bien ! Je ne pensais pas te revoir ici ! Se moque-t-il. Tu es sûre que tu ne vas pas mourir sur place ?
- Allez c’est bon papa…, réplique-je, agacée.
- Et Edward ? Demande-t-il plus sérieusement.
- Il va bien !

Mais je regrette aussitôt ma sècheresse et ajoute, plus calme :

- Nous avons discuté…et je passerais te voir dans la semaine pour qu’on en parle.

Sans même y réfléchir, je me dis que ça serait quand même mieux si j’avais son avis sur tout ça.

Tout le monde se place autour de la table et je vais me choisir une chaise. Aussitôt, Jacob prend celle près de moi et nous nous asseyons vite, craignant que quelqu’un vienne se mettre entre nous. Les discussions vont bon train et j’apprécie vraiment cette ambiance chaleureuse qu’ils mettent tous quand ils sont réunis. Je lance un petit regard en biais à Jacob qui semble absorbé. Je remarque ses yeux plissés, dirigés vers sa sœur et demande :

- Qu’est-ce qu’il se passe ?
- Rien…, répond-il, un peu absent.
- Tu es sûr ? Insiste-je.
- Je ne sais pas…Paul vient de s’asseoir à côté de ma sœur.

Je ris doucement puis demande, perplexe :

- Et alors ? Ce n’est pas normal ?
- Disons que ce qui n’est pas normal c’est qu’elle ne se soit pas encore sauvée !
- Ah oui ? Rigole-je, cette fois réellement amusée.

Paul est quelqu’un de désagréable quand il veut mais de là à se sauver ! Même moi, je pense que je supporterais de manger à côté de lui. Je continue d’observer Jacob qui a l’air vraiment surpris, inquiet et…soupçonneux. Alors je regarde Paul puis Rachel et ne voit rien d’anormal dans leur comportement. Mise à part peut-être que Paul est bien silencieux depuis que je suis arrivée et qu’il ne m’a pas encore jeté de regard noir.
Emily me coupe dans mon observation en m’apportant un verre qu’elle pose près de moi. Jacob discute avec Jared et Kim. Quil se met près de moi et déclare :

- Attention à ce tord boyaux ! Sinon tu vas encore tomber dans les vapes comme l’autre jour …

J’éclate de rire à ce souvenir avec mon thé et répond :

- Je commence à m’habituer à tous vos trucs doux en apparence mais destructeur en profondeur.
- Tu m’étonnes ! S’esclaffe-t-il.

Billy approche son fauteuil de la table et s’installe près de Rachel. Mon père se met près de lui avec Sue et me lance un clin d’œil, visiblement content que je participe de plus en plus à ses repas « familiaux ». Quil reste près de moi pendant que Leah s’assoit à sa droite.

- Bon, ce n’est pas tout ça mais on a soif ! S’écrie Embry en s’asseyant entre Paul et Jared.
- Exact mon garçon ! Répond Billy en prenant son verre.

J’en fais autant pendant que Jacob me fait un petit sourire en prenant le sien et en se levant. Alors tout le monde se met debout et Billy déclare, en regardant Rachel qui est rouge de timidité mais aussi de plaisir devant tant d’attention:

- A ta santé Rachel ! En espérant que cette année t’apporte tout ce que tu souhaites : un travail, la réussite pour ton livre et pourquoi pas plus ? Merci pour tout l’amour que tu me donnes chaque jour. Bon anniversaire ma fille ! Finit-il en levant son verre vers elle.
- Bon anniversaire !!! Déclarons-nous tous en écho à Billy pendant que Rachel l’embrasse.
- Merci ! Répond-elle, encore plus rouge et gênée.

Tout le monde se rassoit et je vois que, à nouveau, Jacob fixe sa sœur qui est en grande discussion avec son père mais dont on ne comprend pas les mots tellement les garçons font du bruit en discutant ou en faisant tinter leurs assiettes et leurs couverts. Amusée, je suis son regard et quand elle se rassoit, je vois qu’elle jette un petit regard à Paul qui baisse les yeux. Puis il la sert et je le trouve très attentionné. Je souris et tourne la tête vers Jacob qui lui, affiche un large sourire en secouant doucement la tête. Etonnée, je lui demande :

- Mais enfin, qu’est-ce qui t’amuse autant ?
- Ah je te jure, murmure-t-il entre ses dents, se retenant de rire.
- Quoi ?

Il reprend son sérieux, réfléchis puis me chuchote, en tendant sa tête vers moi :

- Tu vois…Paul et ma sœur, c’est un peu comme toi et moi…ça dure depuis la nuit des temps.

Je ne suis pas sûre de bien comprendre mais l’invite du regard à m’en dire plus, le cœur s’accélérant fortement.

- Et bien…disons qu’ils s’aiment mais ne veulent ni le dire, ni l’avouer et surtout pas le montrer !
- Ah oui ? Murmure-je, surprise par cette révélation.
- Oui…et là tu vois, je suis sûr qu’il s’est passé un truc parce que d’habitude ma sœur ne supporte pas la présence de Paul à moins de deux mètres, et encore !

Je ris et demande :

- A ce point là ? Je veux dire…c’est aussi fort que ça ?
- Oui…ses sentiments sont si forts qu’elle les rejette et Paul avec…elle a peur de leur violence, précise-t-il en parlant des sentiments.
- Et Paul ?
- Alors lui ! C’est encore pire ! S’exclame-t-il en pouffant.
- Ah oui ?
- Lui, il me fait la morale en me disant qu’il ne faut pas être aux pieds des filles, que l’amour n’existe pas et blablabla…et récemment, j’ai appris qu’entre eux, ça durait depuis le collège !
- Depuis le collège ?! Répète-je, cette fois complètement soufflée par cette nouvelle.
- Ouais, ou même avant si ça se trouve ! Ils cachent bien leurs jeux tous les deux !

Je ne m’imaginais pas Paul amoureux et encore moins d’une fille aussi sérieuse et effacée que Rachel. Je l’aurais plutôt vu avec une fille comme Leah mais en les observant mieux, je trouve que Paul a l’air très sage à côté d’elle et surtout, très détendu.

- Oui et c’est là que leur histoire nous rejoint, murmure-t-il en s’approchant à nouveau. Moi aussi je t’ai rencontré lorsque j’étais au collège…et depuis, tu n’as plus jamais quitté ma tête, ni mon cœur.

Je le dévisage pendant qu’il me sourit doucement et me fixe avec intensité. Mes lèvres me brûlent et mon cœur cogne si fort que j’ai l’impression que tout le monde peut l’entendre. Alors, ce que j’avais cru comprendre près des loups était juste. Jacob avait appelé la louve Bella parce qu’il m’aimait déjà petit. Je repense alors à sa plume et vois les choses avec un angle nouveau. Comme il avait du souffrir de me voir partir chez Edward pendant toutes ses années. Je m’en veux encore plus qu’avant en comprenant ça et regrette encore pour la millième fois de n’avoir pas été plus attentive et aussi enfermée dans ma bulle.

Quil me tape le bras et notre lien se brise. Jacob prend le plat que Jared lui tend et je me tourne vers Quil pour écouter ce qu’il a à me dire :

- Eh ! Tu savais que la semaine dernière, nous avons pêché une carpe de presque huit kilos !
- Ah oui…, murmure-je soudain complètement absorbée par autre chose qui me choque littéralement.

De ma place, sous la table, je viens d’apercevoir Leah poser sa main sur la jambe de Sam et ce dernier lui serrer les doigts avant de les retirer aussitôt. Je lève les yeux sur Leah qui affiche un petit sourire satisfait sans bouger sa main qu’elle fait maintenant glisser à l’intérieur de sa cuisse et enveloppe son genou. Je parviens à détacher mon regard, n’entendant plus du tout ce que me raconte Quil et cherche Emily que je trouve entre Rachel et Billy, c'est-à-dire, à l’autre bout de la table. Je déglutis en la voyant rire puis regarde à nouveau discrètement la main de Leah qui n’a toujours pas bouger ! Quil rit et je souris pour paraître intéressée mais je suis littéralement sous le choc! Emily revient vers nous et Leah retire sa main aussitôt pendant que Sam accueille sa future femme dans un large sourire. Aussitôt, Emily lui plaque un baiser sonore sur les lèvres et s’assoit près de lui. J’observe à nouveau Leah et découvre un léger sourire sur sa bouche qui me fait peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florine39
Assiste au match de base-ball
Assiste au match de base-ball
avatar

Féminin
Nombre de messages : 571
Age : 21
Localisation : 39
Date d'inscription : 30/01/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 20 Juin - 8:04

J'adore !!
Vivement la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 20 Juin - 9:08

Ca avance!!! Bella trop accro pour se passer de Jacob!!
Je suis impatiente d'avaoir l'avis de Charlie sur la question même si j'ai ma petite idée.
Sam et Leah sous la table? Mais qu'est ce que c'est que ça???? trop louche tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Dim 20 Juin - 13:40

Coucou

hola la la! Leah et Sam! qué passa???

Rachel et Paul sont trop chou!

La visite surprise de Jacob à la sortie de la fac de bella! géniale! bravo Je m'y attendait pas, ni quand il lui offre le bracelet! ils sont chou! gaga
Rosalie qui a tt vu, peut etre que cela va peut etre aidé et faire avancer le choix de Bella??? J'espère! happy
Et a la soirée Jacob en parlant des sentiments de Paul envers Rachel et vice versa et entrain d'avouer ouvertement ses sentiments envers Bella et lui faire prendre conscience qu'elle aussi l'aime tt autant que lui!!! c'est beau!
La suite viteeeeeeee!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 21 Juin - 10:21

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 21 Juin - 13:28

* mon cœur fait un bond lorsque je le vois, un pied contre une rambarde à vélo, les bras croisés et le visage très sérieux.Ah ! Jacob ! (soupire).

*Je n’arrive pas à détacher mon regard de son visage…de sa bouche. Je dois avoir l’air d’une abrutie car je le vois rougir en se passant furtivement la langue sur ses lèvres et je me ressaisis aussitôt.
Bella hypnotisée par Jacob. Very Happy

*Son large sourire me réchauffe le cœur. J’ai l’impression qu’une lumière vient de nous éclairer aussitôtTrès belle image !

* Tremblant, il me prend le poignet et me glisse un bracelet Le fameux bracelet !

* - Je sais, tu es mon ami, mon soleil…et tu me guides déjà.

* Perplexe, je reste une seconde à me demander s’il m’a bien vueJe vois Paul passer sous les yeux ahurit de Bella : c’est l’effet Rachel ça, non ?

* - Passe au vert…
- Quoi ?
- Tu es rouge Bella, ma sœur t’impressionne ?
Ah trop bien ! Je me demandais pourquoi il disait ça lol

* - Tu vois…Paul et ma sœur, c’est un peu comme toi et moi…ça dure depuis la nuit des temps. J’adore ! […] et depuis, tu n’as plus jamais quitté ma tête, ni mon cœur.

*soudain complètement absorbée par autre chose qui me choque littéralement. Oh mon dieu, Leah ! Shocked Pas bien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice_Cullen_57
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1469
Age : 31
Localisation : A la Push, avec Jake
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 22 Juin - 20:00

Idem que pour la fic de Vanille41 : quel plaisir de lire autant de chapitres d'un coup!! Very Happy

Tout d'abord : quelle teigne, cette Rosalie!!!!!!! Peux pas la voir!! confu Toujours à fouiner et à être là au mauvais moment, comme lorsque Bella remonte du garage pour vérifier que la voiture d'Esmée n'est pas là, qu'elle appelle Jacob depuis la salle de bains, ou qu'elle est avec Jacob devant le lycée... Rosalie ne va sûrement pas boucler son clapet très longtemps... confu

Quelle soirée, cette "fête au village"!! Pauvre Jacob qui est ignoré par Bella... Sad Mais en même temps on comprend le point de vue de Bella, la situation est super délicate...

J'ai adoré la discussion Jake-Rachel!!!!! Very Happy On comprend enfin pourquoi Rachel agit si bizarrement en présence de Paul... Wink

Quel premier baiser Jake-Bella!! Je ne m'y attendais absolument pas!! lol!! On souffle enfin!!!!!!! Very Happy Bella ne peut plus se voiler la face, là...

J'ai trouvé Charlie super attentionné de garder la plume que Jacob avait offert à Bella!! Evidemment, il ne savait pas qu'elle tomberait amoureuse de Jake, mais là il lui a rendu un sacré service!! Wink

Le chapitre Paul-Rachel : un pur plaisir de lire ce chapitre!!!!!!!! Quels personnages attachants!! (surtout un... loool!! Razz) Ils vont trop bien ensemble, ils sont super mignons les deux-là!! Very Happy J'ai très hâte de lire la suite, je sens que ces chapitres vont bien me plaire!!!!!

Je parlais du fait que Rosalie avait surpris Bella et Jake devant le lycée... Mais en attendant, quel joli moment entre eux!! Very Happy Sont pas très discrets, certes... Mais ils vont super bien ensemble!! Et le bracelet a l'air d'être très joli!! Very Happy

J'ai bien aimé aussi le repas d'anniversaire de Rachel!! Very Happy Jake qui cale sa soeur et Paul!! lol!! Trop fort!! Very Happy Mais alors Leah qui a l'air bien proche de Sam... confu Ca veut dire quoi, ça????? confu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 25 Juin - 4:47

Ah je vous ai choquées avec Leah et Sam lol Dans Evolution, j'avais égratigné le couple Paul/Rachel, là c'est leur tour lol
Merci pour tous vos commentaires que j'adore lire et votre fidélité
Merci Alice d'avoir pris le temps de lire les chapitres suivants Smile

Voici la suite !

* * * *


42 – L’enfer

Je me tourne vers Jacob, hésitant à lui raconter ce que je viens de voir quand brusquement, toutes les conversations se taisent et tous se regardent, les yeux exorbités. Je ne comprends pas tout de suite ce qu’il se passe lorsque j’entends un coup de fusil qui retentit au loin. Aussitôt, Jacob se lève, suivit par Paul et Sam pendant qu’Embry reste avec sa fourchette en suspens, écoutant le silence. Je quitte ma chaise et les suis dehors où je sens aussitôt une odeur entêtante. Je me place près de Jacob en disant :

- Ça sent le brûler non ?
- Oh bon sang ! Jake ! S’écrie Paul en changeant de visage.

Jacob lève la tête vers le ciel et vois, comme moi, une épaisse fumée noire sortir des bois à quelques kilomètres de là. Je le vois blanchir et il crie en courant, me laissant sur le perron :

- Oh non !!!! Paul !!! La moto !

Et en quelques secondes, je vois Jacob sauter sur sa moto près du garage et démarrer en trombe. Je reste abasourdie par la vitesse à laquelle il a réagit et vois soudain Paul sortir du garage avec une autre moto. Je cours vers lui sans réfléchir et saute sur la selle quand il démarre l’engin.

- Dégage de là ! Siffle-t-il.
- Non !

Je l’entends pester mais je m’accroche de toutes mes forces à sa taille, sachant que le démarrage va être violent. J’ai juste le temps de voir Rachel et Leah nous regarder partir, apeurées pendant que Sam court à sa voiture.

J’ai eu plusieurs fois la sensation que j’allais m’envoler. Mon corps était attiré vers le vide mais je resserrais plus fort mon étreinte, bien décidée à rester là ! Lorsque nous arrivons là où je suis déjà venue avec Jacob, mon palpitant s’accélère car je comprends enfin pourquoi ils se sont tous affolés. Je me laisse dégringoler de la moto pendant que Paul en saute littéralement et s’engouffre en courant dans les bois. Je vois la moto de Jacob par terre, laisser comme celle de Paul, à l’abandon. Je me décide donc à les rejoindre et commence à courir entre les pins. Au bout d’une minute, je constate que je ne vois pas Jacob. Paul court devant moi et je le vois grimper la butte pour rejoindre le rocher. Mon genou me brûle, je crie, désemparée :

- Paul ! Attends-moi !

Mais il ne s'arrête pas et je dois reprendre mon souffle. Le feu fait crépiter les branches autour de nous, l'odeur me prend au nez et la visibilité se réduit de plus en plus. J’étouffe, je suis un peu désorientée. Soudain, je vois Paul revenir en dégringolant vers moi à toute vitesse, sûrement rattrapé par sa conscience de m’avoir laissé là. Je l’entends grogner :

- Tu ne pouvais pas rester là bas !

A son approche, il tend son bras droit et me chope au dessous du mien. Je capte aussitôt son intention et saute pendant qu'il me fait presque voler sur son dos. Je m'accroche à son cou et enroule mes jambes autour de sa taille pendant qu'il reprend sa course folle. Il grimpe à une vitesse hallucinante la butte derrière le rocher. Je me sens presque essoufflée à sa place quand il me dépose comme un paquet sur la plate forme.
J'entends crier, un cri déchirant qui me transperce et Paul reprend sa course. Malgré le manque de visibilité, je le suis, oubliant la douleur.

Une fois que je suis sur le plat, je cherche partout et vois des formes dans la fumée plus loin, là où Jacob descend pour rejoindre la Flèche d'argent. En m'approchant, mon cœur bondit de joie car je le vois, à genoux et les mains posées à terre. Seulement, je vois son dos secoué par des spasmes et Paul qui l'entoure de ses bras par les épaules. Quelques mèches de ses cheveux couvrent son visage mais je comprends le cri poussé lorsque je remarque sous lui, entre ses bras, des pattes étendues puis le corps d'un loup inerte. A son pelage gris, je reconnais Anoki et j'étouffe un cri lorsque Jacob se dégage un peu et que je vois du sang qui recouvre ses avant-bras et le poitrail de l’animal. Je vois les larmes tombées de ses cils directement sur la fourrure du loup. Il se redresse, le visage mouillé et s'essuie avec son tee-shirt en tentant de reprendre sa respiration.
Ses traits sont marqués par la souffrance. Il éclate à nouveau en sanglot et tente de reprendre son souffle mais n'y parvient pas. J'ose m'approcher et j'entends alors Paul, qui le tient toujours par les épaules lui murmurer des mots d'apaisement en Quileute.
Je n'ai pas besoin de comprendre sa langue pour savoir ce qu'il lui dit et mes larmes coulent d'elle-même, mon cœur souffrant autant pour le loup que pour Jacob.
Je me mets à genou près d'eux et regarde le loup gris. Du regard, je cherche où sont les autres et constate leur absence.

- Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pleure Jacob la voix brisée.
- Je ne sais pas..., murmure Paul
- Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ? Répète-t-il, anéanti.

Sa souffrance et sa peine me font si mal.

- Qui lui a tiré dessus ? Qui ?
- Je ne sais pas...
- Oh bon sang Paul ! Comment est-ce possible ? J'y crois pas ...
- Je sais ...

Il se dégage de Paul et s'écroule presque sur le loup, enfouissant son visage dans son encolure, caressant son corps avec ses mains pleines de sang. Mes larmes ne s'arrêtent pas et je jette un regard à Paul qui affiche une mine extrêmement tendue, crispée, retenant ses larmes.
Il ne quitte pas des yeux Jacob et je vois soudain un éclair traversé ses pupilles lorsque Jacob sanglote de plus belle. Alors, il se relève d'un bond, se passe la main sur le visage et nous tourne le dos. Il fait chaud, je sens ma gorge qui me gratte, le feu est dans le contrebas et commence à remonter.

D'un doigt tremblant, j'ose toucher la patte du loup et je joue avec ses coussinets râpeux qui ne se poseront plus jamais sur le sol. Jacob se dégage de Anoki et je cherche son regard mais à cet instant, plus rien n’existe à ses yeux. J’aimerai tellement le consoler, le prendre dans mes bras, soulager sa peine. La douleur marque tellement ses traits que mon cœur se serre. Paul s’est mis à l’écart, le regard dans le vide mais soudain, je le vois réagir et regarder autour de nous. Il s’approche rapidement et déclare :

- Jake, il faut qu’on sorte de là ! Le vent tourne !
- Oui…mais je ne comprends pas …Paul, je voudrais rester pour comprendre.
- C’est simple ! S’écrie-t-il. Le feu ne s’est pas déclenché tout seul ! Celui qui a fait ça s’est retrouvé face à ton loup qui a du vouloir protéger la meute. Et il s’est défendu !

Jacob semble réfléchir à ce scénario et je comprends qu’il doit lui paraître plausible car il hoche la tête, le regard posé sur Anoki chargé d’une tristesse infinie.

- Jacob, si tu ne bouges pas, moi je dois au moins emmener Bella hors d’ici ! Le prévient Paul, à mon grand étonnement.

Mon nom doit le secouer car il tourne brusquement la tête vers moi et ses yeux s'agrandissent lorsqu'il aperçoit les flammes au loin et toute la fumée qui nous entoure.
Il se redresse, les genoux pliés et passe ses bras sous le corps de Anoki. Paul le contourne et s'accroupit face à lui en murmurant :

- Occupe-toi de Bella, je le prends...

Jacob hoche la tête en se mordant les lèvres. Des larmes coulent immédiatement sur ses joues et cette fois, j'ose m'approcher de lui. Je pose ma main sur son bras pendant qu'il regarde Paul soulever l'animal et le caler contre lui.
Sam arrive à ce moment là et je vois sa tête se décomposer lorsqu'il voit le loup dans les bras de Paul. Il regarde Anoki, les sourcils froncés quand ce dernier passe près de lui puis il tourne immédiatement la tête vers Jacob, inquiet.
Il nous observe puis il ose nous rejoindre. Je tiens fermement le bras de Jake pendant que les mains sur les hanches, il se retient de ne pas craquer à nouveau. Je tousse et il tourne la tête vers moi quand Sam nous lance :

- Jake, il ne faut pas rester là ! La brigade arrive, je les ai appelés ! Et Charlie s’occupe des Rangers !
- Oui..., murmure-t-il, anéanti.
- Jacob !!! Hurle Sam. Il faut sortir de là !

Un crac me fait sursauter et je vois un pin s'abattre lourdement sur le sol qui tremble sous l'impact. Sam me prend par le bras et je crie aussitôt :

- Non ! Non je reste avec lui !
- Bella, tu me suis !
- Non !!! Hurle-je.

Jacob me prend contre lui et Sam me lâche. Par son regard, Sam comprend que Jacob va bouger et il hoche la tête pour rejoindre Paul.
Je l'enlace en relevant la tête vers lui et il abaisse enfin ses yeux sur moi. Il me dévisage et me sourit faiblement en murmurant :

- Merci d’être là ...
- Allons-y ...
- Une minute, je dois aller vérifier s'ils sont tous partis.

Je le suis jusqu'à la caverne et entre avec lui à l'intérieur. Je vois aussitôt des petites brindilles mordillées et des poils qui devaient appartenir aux louveteaux. Jake s'enfonce jusqu'au fond et je le rejoins. Alors j'aperçois la fameuse flèche d'argent, noircie avec les années, mais bien plantée dans la roche. Après un bref tour, il me prend la main et me guide vers l’extérieur où la fumée est encore plus dense. Malgré la situation dramatique, j’apprécie énormément ce contact, la chaleur de ses doigts, de sa paume contre la mienne. A nouveau, je sens sa force et je me colle contre lui en marchant. Il accélère le pas et je le suis, en boitillant légèrement mais bien déterminée à sortir de cette fournaise. Jacob tourne la tête vers moi et remarque ma grimace. Il s’arrête et me prend dans ses bras où je me blottis aussitôt puis cours en dégringolant la butte qui nous mène jusqu’aux motos. Une fois sortis de la forêt, je respire un peu mieux mais ma peine me compresse la poitrine, surtout lorsque je vois Jacob s’approcher en tremblant du loup mort posé dans le coffre de Sam. Au loin, j’entends les sirènes et la voiture de Charlie se gare près de nous. Aussitôt mon père m’ordonne :

- Tu rentres !
- Oui papa…
- Je la ramène Charlie, déclare Sam, je les ramène tous les deux.

Jacob n’a toujours pas bougé du coffre et mes larmes coulent à nouveau devant sa tristesse. Je le rejoins et m’installe près de lui lorsque Sam démarre sa camionnette pour nous ramener à la Push.


43 – Dernier hommage

Jacob n’a pas voulu que Sam sorte Anoki de sa voiture. Cette fois, il a voulu le porter lui-même et l’a emmené jusqu’au pied d’un pin. Embry, Jared et Quil sortent de la maison et leurs yeux s’agrandissent de stupeur lorsqu’ils voient le loup. Sam observe Jacob avec attention, très soucieux et, bien que je le connaisse et que je ne le vois pas devenir violent ou dépressif suite à la mort de son loup, je commence à m’inquiéter aussi face au silence pesant qu’il m’impose depuis notre retour. Je sens en lui une sourde colère qui n’est pas prête de s’éteindre, une hargne qui avait déjà commencé il y a longtemps lorsqu’il a soigné Patamon et qui vient de s’amplifier d’un coup, tel un brasier. L’âme de Jacob brûle comme la forêt de la Push et mon cœur se serre lorsque je vois son visage crispé à travers ses mèches qui retombent négligemment pendant qu’il reste pencher sur le corps de l’animal, accroupis par terre. Je vois ses lèvres bouger et je ne sais pas s’il prie ou s’il lui parle une dernière fois…je me demande ce que nous allons faire quand Paul gare sa moto près de moi et que ce dernier descend en fixant Jacob, le visage affichant la même inquiétude que Sam. Ils restent tous les deux plantés, les mains sur les hanches et je comprends qu’ils attendent que Jacob se relève ou qu’il finisse ce qu’il est en train de faire. Leur attitude me confirme donc qu’il lui rend un dernier hommage et une boule se forme dans ma gorge, dure et si douloureuse que ça m’empêche de déglutir correctement. Puis, avec une sorte de soulagement, je le vois se redresser puis lever un genou et se mettre debout. Sam et Paul s’agitent à côté de moi. Du coin de l’œil, je vois les filles sortirent et derrière elles, le fauteuil de Billy. Jacob avance droit sur les gars sans quitter le sol des yeux. Mon pouls s’accélère car le masque qui recouvre son visage me fait peur.

- Tu veux faire quoi Jacob ? Demande Sam.
- Je vais préparer le bûcher, déclare Paul sans lui laisser le temps de répondre.
- Quoi ! Hors de question ! Tu m’entends ! réagit-il en hurlant. Alors autant le laisser cramer là-bas !
- Jacob…on n’a pas le droit de l’enterrer, c’est interdit ! Lui rappelle Paul.
- Qu’est-ce que tu en as à foutre des interdits toi d’habitude !
- Jacob, calme-toi, demande Sam. Paul a raison…
- Non ! Crie-t-il en bousculant son ami en passant pour filer dans son garage.

Je suis pétrifiée, je ne l’ai jamais vu comme ça. Je reste dans la cour, un peu perdue quand une main se pose sur mon épaule.

- Bella, tu devrais rentrer chez toi, murmure Emily.
- Quoi ? Non… Je reste près de Jacob.
- Il ne s’occupera pas de toi aujourd’hui, insiste-t-elle. Et si ça continue, les garçons vont se battre.
- Quoi ? Non …Jacob ne fera pas ça. Il a de la peine c’est normal.

Mais la vérité est qu’Emily a raison et que je ne sais pas quoi faire. Pourtant, une petite voix au fond de moi me dit qu’il a besoin de moi plus que jamais, que je dois le soutenir, le consoler. Alors, comme propulsée, je rejoins rapidement le garage et lorsque je le vois par terre, sa tête entre ses mains, le dos secoué de spasmes, je m’approche plus près et l’enlace par les épaules, autant que mes bras peuvent me le permettre. Ses soubresauts se font alors plus violent et je m’assois contre lui puis l’attire sur mon épaule. Il m’enlace et nous restons comme ça, à nous bercer jusqu’à ce qu’il se calme. Son regard remplit de larmes semble si lointain…
Au bout de longues minutes, il se redresse, les yeux hagards et la bouche formant un pli amer. Je suis si impuissante face à sa douleur que la colère commence à me submerger. J’aimerai tellement revenir en arrière, arrêter tout ça, arrêter celui qui a eu l’imprudence ou la bêtise de déclencher ce feu ! J’imagine la détresse de la meute et Patamon conduire les louveteaux à l’abri pendant qu’Anoki, plus indiscipliné fonce vers les criminels pour les attaquer ou peut-être pour protéger les autres pendant qu’ils se sauvent ? D’après ce que j’avais vu, il s’était pris deux balles, correspondant aux deux coups de feu que nous avions entendus. Une dans la poitrine sûrement pendant qu’il s’approchait et une dans l’arrière train alors qu’il devait chanceler, grièvement blessé. Je me demande où sont les bébés ? Où sont Bella et Patamon ? En observant Jacob, je me doute qu’il doit se poser les mêmes questions. Il a l’air si anéanti…ces grands loups gris sont des espèces protégées, cette meute était un espoir pour Jacob. Maintenant, nous ne savons pas où ils sont ni même s’ils vont bien…Ma poitrine me fait si mal que j’attrape spontanément les doigts de Jacob pour y puiser le réconfort qu’il m’apporte à son contact. Il lève les yeux sur moi et je vois encore un remerciement muet qui me bouleverse. Nous nous dévisageons une minute puis il murmure :

- Paul a raison…
- Non …
- Si, je préfère…, avoue-t-il. Je ne supporterais pas de l’imaginer dépérir chaque jour sous cette terre…autant que son corps disparaisse tout de suite.
- Jacob …

Je me jette à son cou et il m’enlace très fort. Comme à chaque fois et malgré les circonstances, sa chaleur me chamboule. Il est bouillant et la moiteur de sa peau provoque en moi une vague brûlante dont j’ai honte tout de suite étant donné sa souffrance.

- Oh ma Bella ! Je suis tellement content que tu sois là…, chuchote-t-il à mon oreille.

Je me blottis plus fort, comme si je pouvais entrer dans son corps. J’essaie de lui apporter tout ce que je peux et j’espère qu’il le ressent. Puis, il me lâche et se dégage. Il se relève et m’aide d’une main à me mettre debout. Nous sortons, enlacés alors que tout le monde est dehors à attendre la décision de Jacob. Ce dernier avance droit sur Sam et lui dit :

- Allons-y…

Sam hoche la tête puis tourne les yeux vers Paul qui semble l’avoir mauvaise mais qui acquiesce à son tour. Il nous laisse et file vers le chemin qui mène à la plage. Je comprends alors qu’il va préparer le bûcher comme il l’avait dit dès le départ.


Nous rentrons dans la maison. Billy nous regarde passer, inquiet. Jacob ne dit toujours rien et me guide vers une pièce qui se trouve être sa chambre. Elle est telle que je me l’imaginais et je suis soudain très heureuse de la voir car je sais déjà que mes douces rêveries seront maintenant plus claires. Aussitôt je regrette cette pensée et me rends compte qu’elles sont de plus en plus fréquentes. Jacob s’assoit sur son lit, penaud et je viens près de lui. Il passe son bras autour de mes épaules et sans même réfléchir, je le pousse doucement pour qu’il se couche. Il se laisse faire et je me blottis contre lui, le cœur battant. En posant ma tête sur sa poitrine, j’entends le sien qui cogne violemment et je souris de plaisir. Je l’enlace encore plus fortement et soupire, savourant ce silence avec lui, dans cette intimité qui n’appartient qu’à nous.

Deux heures plus tard, j’entends toquer doucement à la porte et je me rends compte que nous nous sommes assoupis. Je tourne la tête et vois Emily dans l’encadrement, le regard triste. Je comprends alors que c’est prêt et regarde Jacob qui dort mais dont le visage crispé m’indique qu’il doit revivre ce cauchemar même dans son sommeil. Je m’approche en douceur et dépose un baiser sur le coin de ses lèvres, me retenant furieusement d’aller plus loin. Il ouvre les yeux, un peu perdu et aussitôt, une barre marque son front car il doit se rappeler des événements de la journée et comprendre que tout est réel. Il se redresse et je lui dis :

- Jacob…je suis avec toi, je resterais près de toi…
- Je sais…

Je suis rassurée qu’il sache à quel point je tiens à lui et qu’il peut compter sur moi.

- Est-ce que tu as une idée de l’endroit où ils sont allés ?
- Non…je ne sais pas, déclare-t-il faiblement.

Je me lève du lit et va près de la fenêtre où je vois Paul revenir de la plage, le visage fermé. Je me retourne vers Jacob qui lui, a toujours son air absent et m’approche en disant :

- Ils nous attendent…il t’attend.

Jacob hoche la tête en se mordant les lèvres et je lui prends la main pour qu’il se lève. Il me suit et je le tracte jusqu’à l’extérieur, la gorge serrée. Sans même s’arrêter, il prend les devants et emprunte le chemin qui mène à la plage. Derrière nous, les autres nous suivent silencieux, Billy poussé par Rachel. Au loin je vois encore la fumée qui s’échappe de la forêt et j’entends des cris qui doivent être ceux des pompiers qui tentent d’éteindre le feu encore après toutes ces heures. Lorsque nous arrivons sur la plage, je vois aussitôt le tas de bois et dessus, le loup inerte. Il fait presque nuit et le bruit de l’océan est le seul que nous entendons à cet instant. Une fois près du bûcher, Jacob s’arrête et me lâche la main. Il se met à genou et nous le laissons tous quelques instants, silencieux et respectueux de son amour pour ces animaux. Les loups sont sacrés chez les indiens Quileute et Jacob est dignement leur plus beau représentant. Ici, tout le monde le sait et l’honore pour ça.

Il se relève et je vois Paul prendre un bout de bois sur lequel il a enroulé un morceau de chiffon. Il le trempe dans un sceau et sort un briquet de sa poche. Le regard dur, il place le bâton face à lui et hésite une seconde avant d’allumer la torche. Il baisse ensuite les yeux et je le vois tendre le bâton à Sam. Ce dernier comprend le problème de Paul et donc, prend la flamme et s’approche lentement pour le transmettre à Jacob. Il lui prend des mains, tremblant puis je vois ses mâchoires se contracter et d’un geste plus déterminé, il place la torche sous le tas de bois qui s’enflamme aussitôt. Alors j’éclate en sanglot pendant que le feu commence à envahir tout le monticule. Quand les premières flammes touchent les poils du loup, j’ai une soudaine envie de tout arrêter pour conserver son pelage intacte mais le sang séché sur sa poitrine me ramène à la dure réalité. Jacob se recule et me prend à nouveau la main mais je le prends par la taille pour me blottir contre lui. Je lève les yeux vers lui et vois qu’il ne pleure plus. Les flammes dansent dans ses yeux noircis par la colère et la souffrance…et les miens pleurent sans retenu contre son torse. J’ose regarder une dernière fois Anoki et pense aussitôt à la première fois où je l’ai vu…Anoki, le comédien…oui, il venait de jouer pour la dernière fois et il avait peut-être sauvé tous les bébés loups.


Nous restons tous un moment à distance respectable du bûcher, hypnotisés par ce feu qui illumine toute la plage. Je vois des étincelles voler vers le ciel et je m’imagine pendant quelques secondes que c’est l’âme du loup qui se transforme en étoiles. Jacob pousse un profond soupir et soudain, se dégage de moi pour se diriger vers l’océan, seul. Je le regarde marcher lentement, ses épaules et la tête basses. J’essuie mes joues sans le quitter des yeux quand soudain, je sens une main agripper fortement mon bras et Paul qui me siffle entre les dents, tout en m’emmenant à l’écart :

- Viens un peu là toi !
- Qu’est-ce que tu me veux ? Lâche-moi !

Je me dégage et lui lance un regard noir rempli de défi. Il me fixe sans se démonter.

- J’aimerai savoir ce que tu fous avec Jacob !
- Tu n’es pas son père, tu n’as pas à te mêler de ça ! Réponds-je le plus durement possible malgré le trouble qui vient de m’envahir.
- Bon, je repose ma question, soupire-t-il. Tu comptes faire quoi avec lui ?

Il s’approche tout près de moi, les yeux remplis d’une colère contenue et me déclare :

- Je te préviens, si jamais ça commence à poser problème à tes bourgeois, tu vas m’entendre et le premier qui touche à lui, je l’éclate !
- J’avais cru comprendre oui que tu tiens beaucoup à lui…

Je le revois complètement anéanti par la souffrance de Jacob lorsqu’il pleurait près du loup. Son avertissement m’interpelle et je comprends qu’il pense au Cullen pour cet incendie criminel. Hors, je sais qu’ils sont ce qu’ils sont mais je les sais incapables de commettre un acte aussi horrible. Ma remarque l’a troublée et je le vois gigoter nerveusement pendant qu’il marmonne :

- Ouais enfin bon…
- Ecoute, je suis dans une mauvaise passe, explique-je, plus calmement. Je dois régler certaines choses, faire le point…
- Et bien décide-toi et vite ! Parce que j’en ai marre de le voir comme ça !
- Comment ça ? M’inquiète-je.
- Préoccupé, soucieux, triste … un peu trop souvent en colère. Jake c’est un mec très cool à la base et surtout toujours joyeux. Là il commence un peu trop à me ressembler…

Je lève un sourcil en souriant doucement et réponds :

- Oui en effet…ça serait vraiment affreux s’il finissait par te ressembler.

Ses lèvres frémissent et je vois qu’il se retient de rire. Alors je lui affiche un large sourire, toujours en le défiant du regard et il finit par sourire à son tour en secouant la tête, dépité par ma remarque. Puis, il soupire et s’éloigne, me laissant pensive face à ses avertissements.


Tout le monde reprend le chemin de la maison des Black et je tourne la tête vers Jacob, toujours seul face à l’océan. J’hésite puis me dis que s’il s’est mis à l’écart c’est qu’il en a besoin. Je suis donc les autres jusqu’à la maison rouge. En entrant pour récupérer mes clefs, je croise Leah qui me sourit sans me regarder franchement dans les yeux. Je sens vraiment une gêne profonde, comme si elle se sentait coupable de quelque chose. Déjà à son arrivée, j’avais eu la sensation bizarre qu’elle s’était excusée. Mais, même si ce que j’avais vu sous la table me choquait, je n’ai rien à voir avec ça et à la limite, ça ne me regardait pas car je suis quand même assez mal placée pour juger de ce que j’avais cru comprendre. D’ailleurs oui…je suis vraiment mal placée ! Je soupire et retourne à ma voiture quand mon père gare sa voiture devant moi. Il en sort, le visage grave et s’avance vers moi. Je remarque du noir sur ses mains et me doute qu’il a voulu un peu aider les pompiers. Il soupire et me dit :

- Sale journée !
- Oui…ils ont stoppé le feu ?
- Oui…ça a mis du temps mais ils y sont arrivés, déclare-t-il tristement. Ça aurait pu être pire…
- On sait ce qui l’a déclenché ? Demande-je, espérant que mon père en sache plus.
- Non…par encore…Mais l’entreprise de Paul va venir déblayer dès demain et ils trouveront peut-être quelque chose. J’y retourne aussi demain matin, m’annonce-t-il.
- Tu penses à quoi ?
- Accident …

Ce qui me soulage car la théorie non exprimée mais fortement supposée de Paul danse dans ma tête depuis tout à l’heure. Sûrement parce que je n’ai pas la conscience tranquille et qu’il a mis le doigt dessus. Non, si les Cullen devaient s’en prendre à Jacob ou à moi, ils s’y prendraient autrement…Mon père semble ailleurs, épuisé et je lui prends la main en disant :

- Je rentre à la villa mais je reviendrais te voir le week-end prochain.
- Oui…, acquiesce-t-il sans me regarder, toujours perdu dans ses pensées. Comment va Jacob ? Demande-t-il soudain.
- Je vais bien…

Je sursaute et me retourne pour le voir arriver derrière nous, l’air plus serein. Je lui souris, soulagée qu’il revienne doucement à la surface. Sans me quitter des yeux, il s’approche et pose son bras sur mes épaules. Gênée, je n’ose regarder mon père mais Jacob lui, ne le lâche pas des yeux et demande :

- Tu as trouvé quelque chose ?
- Non… des jeunes sûrement, avoue Charlie. ça ressemble à un feu accidentel…
- Comme provoqué par une cigarette ? demande Jacob, à nouveau très tendu.
- Peut-être bien…

Je lève les yeux vers lui et vois encore ses mâchoires se contracter, je sens même qu’il retient sa respiration. Puis, tout à coup, il devient très calme et sourit en me disant avec douceur:

- Tu devrais rentrer Bella…
- Oui…j’y allais…

Son changement d’attitude m’inquiète car j’ai soudain la vague impression qu’il veut m’éloigner au plus vite. De plus, j’entends mon père me dire pendant que je scrute les yeux de Jacob :

- Oui ma puce, il est tard ! On y va …

Il me prend même le bras et je finis par détacher mon regard. Je tourne alors la tête vers lui et Charlie me fixe avec insistance. Je comprends que je n’ai pas le choix, que je dois partir pour laisser Jacob faire ce qu’il a à faire et que mon père cautionne visiblement…
Je me décide donc à rejoindre ma voiture pendant que Jacob m’accompagne et que Charlie remonte dans sa voiture. Je m’installe au volant et déclare la gorge serrée :

- Sois prudent …

Il se pince les lèvres, hésite puis me dis :

- Promis !

Je démarre, comprenant que je n’ai plus rien à faire là pour aujourd’hui et suis mon père qui quitte la propriété. Dans mon rétroviseur, je vois Jacob retourner d’un pas vif vers son garage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Ven 25 Juin - 10:11

Super chapitre! Trés intense et riche en émotions.
Pauvre Anoki, et Jacob qui pleure j'ai failli m'y mettre avec lui! Crying or Very sad
Paul qui enguirlande Bella... Pas mal! Lol! Very Happy

Vivement la suite pour voir Jacob en super justicier! Lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 28 Juin - 9:44

Pauvre Anoki... Et la foret....Qui a fait ca???? Jacob complètement retourner et prêt a commetre un acte répréhensible et soutenu par Charlie?
Dommage, pr les circonstances, mais on sent encore que les sentiments de Bella augmente! J'ai hâte de lire la suite et de voir Jacob en superhero!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 28 Juin - 9:53

* Ah trop bien Jake, Paul et Bella en moto : j'avais pas imaginé ça possible lol Et Bella dans les bras de Paul Very Happy

* A son pelage gris, je reconnais AnokiC'est trop triste Sad

* L’âme de Jacob brûle comme la forêt de la Push
J'ai bien aimé cette phrase.

* Jacob avance droit sur les gars sans quitter le sol des yeux. Mon pouls s’accélère car le masque qui recouvre son visage me fait peur.Oula il va se passer quoi là ? Neutral

* On ressent bien dans que état est Jacob, et le malaise de Bella.

* Je l’enlace encore plus fortement et soupire, savourant ce silence avec lui, dans cette intimité qui n’appartient qu’à nous.

* - Je te préviens, si jamais ça commence à poser problème à tes bourgeois, tu vas m’entendre et le premier qui touche à lui, je l’éclate ! Paul pense que ça pourraît être un Cullen ? ça m'a traversé l'esprit aussi avec un Edward louche, on peut se méfier du reste de la famille...

* - Oui en effet…ça serait vraiment affreux s’il finissait par te ressembler. Razz

* Je sens vraiment une gêne profonde, comme si elle se sentait coupable de quelque chose. scratch Leah aurait-elle cafardée ce que vit Bella et Jacob ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tititof
Perd connaissance
Perd connaissance
avatar

Féminin
Nombre de messages : 831
Age : 39
Localisation : garde la main chaude de Jacob dans la sienne
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 29 Juin - 12:13

celine879 a écrit:
Super chapitre! Trés intense et riche en émotions.
Pauvre Anoki, et Jacob qui pleure j'ai failli m'y mettre avec lui! Crying or Very sad
Paul qui enguirlande Bella... Pas mal! Lol! Very Happy

Vivement la suite pour voir Jacob en super justicier! Lol!

Bah écoute, tu n’aurais pas été la première a pleurer en lisant mes histoires Wink lol

surie a écrit:
Pauvre Anoki... Et la foret....Qui a fait ca???? Jacob complètement retourner et prêt a commetre un acte répréhensible et soutenu par Charlie?
Dommage, pr les circonstances, mais on sent encore que les sentiments de Bella augmente! J'ai hâte de lire la suite et de voir Jacob en superhero!
Justicier, super héro, j’ai toujours dit que si on prenait Edward et Jacob réunis, avec leurs capacités, ça pourrait donner un Superman Razz


Vanille41 a écrit:
* Ah trop bien Jake, Paul et Bella en moto : j'avais pas imaginé ça possible lol Et Bella dans les bras de Paul Very Happy

Avec moi tout est possible Wink surtout quand il s’agit de Paul

Vanille41 a écrit:
* L’âme de Jacob brûle comme la forêt de la Push
J'ai bien aimé cette phrase.
Merci Smile

Vanille41 a écrit:
* Je sens vraiment une gêne profonde, comme si elle se sentait coupable de quelque chose. scratch Leah aurait-elle cafardée ce que vit Bella et Jacob ?

Comment peux-tu penser une chose pareille de Leah, notre funny girl favorite Wink

Voici un chapitre très spécial dans sa structure car il reprend différents jours d'une semaine interminable (comme l'indique le titre du chapitre Wink ) mais aussi parce que vous avez un bonus en plein milieu. Donc, autrement dit, vous avez un bon morceau de lecture pour cette fois-ci Wink

* * * *

44 – Interminable semaine

En rentrant dans la villa, j’ai soudain la désagréable sensation que tout ici est vraiment beaucoup trop beau, trop lisse, trop …protégé, trop en sécurité…après la journée que je viens de vivre, une seule pensée me vient en tête : rien n’est acquis. Même pas le droit de vivre librement. J’ai reçu des tas d’images choquantes aujourd’hui, des images qui passent en boucle et repassent …Leah et Sam, Jacob qui s’enfuit sans moi, le feu, Jacob qui pleure, Anoki plein de sang, encore le feu…et les poussières qui s’envolent vers le ciel, les flammes qui dansent dans les yeux de Jacob. Mais la dernière qui frappe mon esprit avec plus de violence est le visage soudain apaisé de Jacob, qui ressemble à un masque de comédie alors que derrière, c’est la rage qui couve. Son pas déterminé dans mon rétro, avec cette terrible sensation qu’il va faire quelque chose de mal. Mon Jacob n’existe plus depuis ce matin, enfin si…il est là mais Paul a raison : il est quelqu’un d’autre en ce moment. Il est en colère, il est frustré et je le sens si seul. Je sais que j’ai une part de responsabilité dans tout ça. Je l’ai rejeté, j’ai mis un frein à notre relation, je ne me décide pas à quitter Edward…pourtant, là, à cet instant précis, je suis soudain sûre de moi ! Je veux retrouver le garçon que j’ai connu, celui qui sourit tout le temps, qui est si calme et en paix avec tout ce qu’il l’entoure. Je sais qu’il a quand même un caractère impulsif mais jusque là, il le gérait bien. Là, sa façon de parler à Paul puis de le bousculer, son silence, ses mâchoires crispées, sa sourde colère…non, il fallait que je le soutienne mieux que ça, que je sois plus présente. J’essaierai d’y passer en semaine et surtout, je l’appellerais tous les soirs de la semaine !

J’entre dans la chambre et découvre Edward plongé dans son ordinateur portable, assis en tailleur sur le lit. A mon entrée, il relève la tête et je vois comme un soulagement dans ses yeux. Lui aurais-je manqué ? Je m’approche alors qu’il me sourit en disant :

- Je m’inquiétais !
- Ah oui ? M’étonne-je.
- Oui…tu as vu le feu ?
- Oui…
- J’ai pensé que tu étais peut-être à la Réserve avec Charlie et j’avais hâte d’avoir de tes nouvelles, déclare-t-il.

Je déglutis sans le quitter des yeux alors qu’il attend clairement une réponse. Mes vêtements sont imprégnés de l’odeur du bois brûlé, je ne peux pas mentir ce soir.

- Oui, soupire-je. J’étais à la Réserve. Et le feu est apparemment d’origine criminelle.

Je guette sa réaction en me maudissant d’être aussi influencée par Paul mais il ne fait que hocher la tête, intéressé et soucieux. Je pose mon sac et ma veste puis le rejoins sur le lit. Alors je lui demande :

- Et toi ? Tu as fait quoi pendant mon absence ?
- Comme tu vois, j’ai travaillé !

Je le scrute pendant qu’il se replonge dans son ordinateur. Je lui laisse un peu de temps puis demande :

- Que voulait ton père l’autre jour ?
- Oh…tu sais…les affaires.
- Hum…tu ne comptes pas lui dire pour nous ?

Il tourne brusquement la tête vers moi et j’ajoute :

- Pour le fait que nous ne sommes plus très sûrs…

Il inspire, regarde le plafond d’un air absent puis répond :

- Je nous laisse encore un peu de temps.
- Ok …tu as raison…mais à un moment donné, il faudra quand même qu’on réfléchisse sérieusement à ce que nous voulons vraiment.

Edward m’observe, soudain inquiet et demande :

- Tu as pris ta décision ?
- Non…, murmure-je aussitôt.

Si seulement j’avais plus de cran !

Alors il hoche la tête et tourne à nouveau les yeux sur son écran. Je soupire doucement puis me relève du lit pour prendre une douche et retirer cette odeur de fumée qui me rappelle trop la souffrance de Jacob.

* * *


Lundi et les cours reprennent. La mort dans l’âme, j’avance dans les couloirs quand soudain Mike, accompagné de Ben, m’interpelle en me disant :

- Eh tu as vu ça samedi ! La Push a brûlé !
- Oui Mike…
- Ton père a des nouvelles ? On sait ce que c’est ? Demande-t-il très intéressé.
- Un accident apparemment…
- Ah oui ? On se disait avec Ben que c’était peut-être un feu de camp indien qui avait mal tourné ! Rigole-t-il.
Je le fusille du regard au moment où Angela nous rejoint et s’inquiète aussitôt de mon expression.
- Oh la ! Rit Mike de plus belle. Ah oui c’est vrai ! Tu as des fréquentations Quileute ! On t’a vu l’autre jour, ajoute-t-il dans un clin d’œil.
- Qu’est-ce que tu veux dire ? Demande-je d’une voix blanche.
- Ouais tu fais dans le jeunisme Bella ! Se moque Ben. Je le connais ce type ! Il est au lycée de la Réserve.

Je déglutis, je sais que je dois être rouge ou blanche mais je me sens si mal que j’ai envie de les planter là. Seulement, ils seraient trop contents et je serre les mâchoires quand Mike ajoute :

- Eh détournement de mineur ma belle ! C’est ton copain qui ne doit pas être content.
- Fichez-lui la paix, intervient Angela. Ça ne vous regarde pas ! Bella peut très bien avoir les amis qu’elle veut.
- Ah oui les gamins qui en pincent « grave » pour elle ! Riposte Ben. Bella, ce n’est pas sérieux ça !

J’ai du encore changer de couleur car Angela me prend soudain par le bras en murmurant :

- Laissons ses idiots ! Ce ne sont que des jaloux !

Je ne réponds pas mais me laisse entrainer jusqu’à la cour où le grand air me fait beaucoup de bien.
Nous avançons jusqu’au parc, silencieuses…je n’arrive pas à oublier ce qu’ils viennent de me dire. J’aurai du être plus prudente la semaine dernière. Qu’est-ce que je croyais ? Que ça ne se voyait pas que j’étais amoureuse ? Angela soupire et je tourne la tête vers elle. Alors, voyant qu’elle a enfin réussi à capter mon attention, elle demande :

- Tu en es où avec Edward ?
- Nous allons nous marier !
- Bella…, murmure-t-elle, blessée par le ton cassant que je viens d’employer.

Nous continuons notre marche et elle reprend :

- J’ai vu comme tu le regardais…qui est-ce ?
- Un ami…
- C’est tout ? S’étonne-t-elle.

Je vois alors qu’elle ne me juge pas et m’en veux d’être aussi agressive, lui faisant payer l’indélicatesse de Mike et Ben.

- Un très bon ami, ajoute-je plus calmement.
- Il a quel âge ?

Mon hésitation m’agace mais je finis par répondre :

- Dix sept…

Comme elle ne répond pas, je la regarde et je vois que cette information ne la perturbe pas outre mesure. Alors je continue :

- Je le connais depuis qu’il est petit mais là, nous passons un peu plus de temps ensemble…il est très intéressant, il connaît énormément de choses et m’apprend des tas de trucs.
- Il est très beau en tous cas, répond-elle dans un large sourire en me regardant franchement.

Mon sourire répond à ma place et je sais qu’elle n’est pas dupe.


* * *

A table, tout le monde est silencieux, chacun perdu dans ses pensées, dans sa journée passée ou dans celle à venir…et moi, ce genre d’ambiance est tout ce qu’il me faut pour que mon esprit vagabonde.
Je sais que je ne dois pas, je le sais c’est mal…il est si jeune, je ne suis pas libre…je suis en train de tromper mentalement Edward mais j’en ai tellement envie. J’ai envie de lui montrer, je le sais, il n’a jamais connu de femmes, je veux dire, dans le sens où il n’a jamais couché avec une fille. Il me l’avait plus ou moins avoué en me parlant de Leah et avant, je sais qu’il avait consacré tout son temps à sa mère. Je vais le faire, un jour ou l’autre, je succomberais, je le sais… Ça devient une obsession, j’y pense tout le temps. Le jour, la nuit, en mangeant, en me douchant, pendant les cours, en parlant avec Charlie…en parlant avec Edward…il envahit ma tête et je sens sans arrêt ces papillons dans mon ventre lorsque je pense à lui, lorsque je nous imagine ensemble, lorsque j’imagine son regard émerveillé devant mon corps nu, lorsque je m’imagine le toucher, lorsque je sens presque déjà sa peau, ses cheveux dans lesquels j’allais me perdre…sa douceur, sa chaleur, sa force…
Le repas se termine et je vois qu’Edward est intéressé par un programme à la télévision, tout comme ses parents. Alors, je monte dans notre chambre, la tête encore à l’envers et lorsque j’allume la lumière de la salle de bain, bizarrement, je me sens attirée par un des tiroirs de la commande principale. Je tombe sur une boite qui date de longtemps et aussitôt, je sens le sang me monter au visage. Je l'ouvre et compte sans compter ce qu'il reste. D'une main tremblante, j'en prends une et la fourre dans la poche de mon jeans. J'ai honte de ce que je viens de faire mais en même temps, j'ai ainsi l'assurance que au cas où, je ne serais pas arrêtée, ce qui en dit long sur mon état d’esprit. Je me fais peur et honteuse, je range la boite là où je l’ai trouvée. J’ai l'impression que ça me brûle les doigts. Je sors précipitamment de la salle de bain et mon regard se pose sur ma veste en jeans. Alors d’une main tremblante, je sors le sachet et le place dans une de mes poches fermées. Je reprends ma respiration, essaie d’oublier ce que je viens de faire et me déshabille pour enfiler une de mes chemises de nuit légères. Avant de rejoindre le lit, j’ouvre mon sac pour regarder, comme tous les soirs, le bracelet que Jacob m’a offert et que je trouve si beau. Mais je cherche et ne le trouve pas. Brusquement, je retourne tout le contenu sur le fauteuil et fouille en poussant chaque objet d’un geste rageur quand soudain j’entends derrière moi :

- C’est ça que tu cherches ?

Je me retourne, le cœur battant et fixe froidement Rosalie qui balance mon bracelet du bout de ses doigts, près de son visage. Je m’approche vivement d’elle, avec une furieuse envie de la frapper !

- Rends-le-moi espèce de sal…
- Oh...je serais curieuse de savoir ce que Edward va penser de ça ..., me coupe-t-elle dans un sourire vicieux et moqueur.
- Rends-le-moi! Siffle-je, me sentant soudain prête à tout.
- Non et je vais garder ça aussi, dit-elle en me tendant la plume d’aigle que je dissimule dans un de mes livres et qu’elle n’a apparemment eu aucun mal à trouver.

Dépitée, je reste un moment à regarder la plume pendant qu’elle ricane en disant :

- J’ai toujours su que tu avais des mauvaises fréquentations ! Edward va être enchanté d’apprendre ça !
- Non…, murmure-je presqu’en la suppliant.

Je ne veux pas qu’Edward l’apprenne de cette manière ! Je voulais qu’on parle, je voulais le préparer…

- Non ? Répète-t-elle. Alors là ma belle, c’est bien mal me connaître !
- Rosalie tu sors immédiatement de cette chambre !

La voix d’Edward me transperce comme dans une lame.

- Ah justement, tu tombes bien petit frère ! Déclare Rosalie sans me quitter des yeux.

Je la supplie du regard mais ma surprise est très grande lorsque je vois les doigts d’Edward chopper mon bracelet ainsi que ma plume en passant la porte et me les remettre dans les mains en disant à sa sœur :

- Je ne le redis pas deux fois ! Tu sors de cette chambre !
- Mais ! Elle te trompe Edward !!! Déclare Rosalie, hors d’elle.
- Bella a des amis Quileute oui ! Ce n’est pas un scoop puisque Charlie a un ami Quileute. Maintenant, c’est la dernière fois ! Répète-t-il plus menaçant.
- Ok ! Fais-toi berner ! Elle se fout de toi !

En réponse, je vois Edward claquer la porte au nez de sa sœur. Je suis stupéfiée par son attitude, bien que je sache qu’ils ne s’entendent pas à merveille. Il vient quand même clairement de me défendre et d’une façon qu’il n’avait encore jamais fait, malgré toutes les fois où elle m’avait attaquée. Je reste plantée, abasourdie pendant que je l’entends aller dans la salle de bain et retirer ses vêtements. Je regarde alors le bracelet et la plume, me disant maintenant que ce n’est plus la peine que je les cache. Lorsqu’il revient dans la chambre, je me retourne et demande :

- ça ne t’ennuie pas ? Que je fréquente des indiens ?

Il rigole doucement et dit :

- Nous vivons dans la même ville qu’eux et ils étaient là avant nous non ?
- Oui…
- C’est un peuple que je respecte, déclare-t-il en se couchant.
- Ah oui ? M’étonne-je.
- Désolé Bella mais je suis épuisé…
- Oui…

Je range quand même tout dans mon sac et vais le rejoindre sous la couverture. Il me tourne le dos et j’ai soudain envie de poser ma main sur lui. Curieusement, il sursaute et sa réaction me fait beaucoup de peine, comme s’il ressentait de la répulsion.

* * *


Déploie tes ailes
(Pour Alex)


J’ai du mal à croire que c’est sa voiture qui se gare et pourtant, c’est le cas. Lorsqu’elle descend, je remarque tout de suite sa longue robe émeraude fluide qui caresse ses jambes et sa beauté me provoque une grosse vague dans l’estomac qui me coupe presque la respiration. Pourtant, je reste maitre de moi-même et me décolle du muret sur lequel je suis appuyé depuis que je l’attends. D’un pas assuré, elle vient vers moi mais baisse la tête vers le sol. Presque à ma hauteur, elle se décide enfin à lever les yeux et son sourire tendu se transforme soudain en sourire franc, laissant exprimer une joie que je partage avec elle. Je m’approche et enlace sa taille en lui déposant un baiser sur la joue qu’elle me tend tout en lui soufflant à l’oreille :

- Tu es magnifique !

Je capte en passant son regard et comprends qu’elle a hésité à me proposer ses lèvres mais je me dis que ça sera pour plus tard, que nous avons de toute façon la soirée devant nous. Le ciel s’assombrit et tous les restaurants du port ont allumé leurs terrasses. Il fait encore tiède et j’ai déjà chaud avec ma veste mais en découvrant le dos nu de Rachel, je renonce tout de suite à me débrailler, histoire que j’ai l’air aussi présentable qu’elle, au moins le temps que nous sommes ici. Je lui ouvre la porte de l’établissement dans lequel j’ai réservé (une première pour moi !) et elle entre en hochant la tête, satisfaite de ma galanterie.

Mais une fois que nous sommes l’un près de l’autre à cette table, un silence gêné s’installe et je sens même une certaine tension qui ressemble trop à celle que je vivais près d’elle avant. Alors je lui prends la main avec douceur, elle sursaute à mon contact mais ne la retire pas. Je prends ça pour un encouragement et lui dis :

- Désolé pour samedi dernier, je ne pouvais pas …
- Je sais, me coupe-t-elle en baissant la tête tristement, je voulais rester aussi avec lui.

Elle plante à nouveau ses beaux yeux noirs dans les miens, me regarde attentivement puis me dit :

- Tu as l’air fatigué…
- La journée a été longue…oui…, soupire-je.
- Tu as encore aidé les pompiers ? Demande-t-elle, le visage crispé.
- Oui…mon entreprise a été appelée en renfort pour aider à déblayer…Et j’ai vraiment regretté notre soirée tout le week-end, ajoute-je, histoire de savoir un peu où nous en sommes.
- Moi aussi…, murmure-t-elle, me provoquant immédiatement un bond dans la poitrine.
- Mais nous n’étions plus à quelques jours près…
- Non, en effet…

Je lui souris tout en caressant ses doigts. Elle se laisse faire mais ne quitte pas nos mains des yeux. Je me demande à quoi elle pense ? Cherche-t-elle le bon moment pour la retirer ou apprécie-t-elle mon contact ?

- J’étais content que tu m’aies appelé hier soir.
- J’étais contente que tu acceptes malgré que ça soit en semaine et que tu dois être épuisé de tes journées…
- Je ne pouvais pas rater ça, déclare-je en la fixant intensément.

Je voudrais vraiment qu’elle comprenne à quel point je tiens à elle. Mais elle baisse à nouveau les yeux, gênée.
Le serveur nous interrompt et malgré le fait que je n’ai absolument pas faim (sauf de sa présence et de ses lèvres), je commande un plat unique comme Rachel et une bouteille de vin. Je me rends compte que je ne sais même pas si elle en boira mais trop tard, le type est déjà parti !

Ça commence…, pense-je en moi-même.

J’ai tellement peur de faire un truc de travers, de la voir se lever et me planter là comme elle l’a déjà fait des milliers de fois dans d’autres contextes, comme l’autre soir chez Sam ! Je m’étais encore bien ridiculisé ce jour-là, devant tous les autres en plus qui ne se gênaient pas pour se foutre de moi dès qu’ils le pouvaient…
Je remarque alors qu’elle me sourit et semble hésiter puis elle se décide à me dire :

- Hier matin, j’ai reçu mes résultats du concours…j’ai réussi !

Son sourire spontané est si magnifique que j’en oublie de réagir et c’est lorsque je vois qu’il s’efface de ses lèvres que je réponds :

- Oh ! Super ! Félicitations !

Elle sourit à nouveau, soulagée que je partage sa bonne nouvelle puis continue :

- Tu es le premier à le savoir …Je n’ai pas encore appelé Jacob.
- Merci…

Je suis tellement ému qu’elle me fasse cet honneur que je ne trouve rien de mieux à dire mais j’espère qu’elle voit sur mon visage à quel point ça me touche.

- Donc tu vas pouvoir commencer les cours ?
- Oui ! Déclare-t-elle, très heureuse. Avec une semaine de retard mais oui…

Je serre sa main plus fort et demande :

- C’est ce que tu voulais ? L’école de Forks ?
- Oui…je suis juste à côté. A cinq minutes à pieds…J’aurai bien sûr préféré l’école de la Réserve mais il n’y a pas de place.
- Tu es sur la liste ? Demande-je, intéressé.
- Oui, m’avoue-t-elle. Mais tu sais, il faut être recommandé de nos jours pour entrer dans les écoles privées.

Je hoche la tête, amer, car je sais très bien comment fonctionne ce monde pourri ! Il n’y a que le piston qui marche et encore ! Pourtant Rachel est Quileute, elle devrait transmettre son intelligence et son savoir à nos enfants et j’espère sincèrement au fond de moi qu’elle pourra un jour venir travailler à la Réserve, surtout qu’elle serait moins loin de moi. Même si Forks n’est qu’à dix minutes, parfois j’ai l’impression que c’est le bout du monde !

- Et toi ? Demande-t-elle soudain, le visage si grave que ça me surprend.
- Quoi moi ?
- Ton travail ?…il te plait ?
- Oui ! Il est très bien payé, j’ai pas mal de jour de repos et je travaille toujours dehors…l’idéal.

Elle retire sa main et je me demande encore ce que j’ai fait. A la place, elle prend sa serviette et commence à la triturer en la fixant intensément. Pendant quelques secondes, je ne sais plus quoi faire mais elle relève la tête et je remarque que ses yeux sont plus noirs quand elle me dit :

- Tu sais que ce que tu fais est considéré comme très dangereux…

Je hausse les épaules et déclare :

- Il faut bien que quelqu’un le fasse !
- Mais tu as l’intention de faire ça toute ta vie ?

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que sa voix vient de se faire suppliante et ça m’interpelle. Elle ne me parle pas de mon boulot par hasard. Elle a un truc à me dire et pour comprendre le message caché, j’allais devoir me concentrer très fort…
J’inspire un coup, essaie de bien trouver mes mots et réponds :

- Tu sais, je n’ai aucune qualification à la base, je ne suis rien…et ce boulot me permet de vivre et de faire vivre ma famille en même temps !
- Comment ça ? Me coupe-t-elle, étonnée.
- Les frais médicaux de ma mère ont mis mes parents sur la paille et ils ont galéré pendant des années, jusqu’à ce que je sois en âge de faire ce boulot ! La moitié de mon salaire part tous les mois sur le compte de ma mère.., explique-je en essayant de garder mon calme. Si j’arrête de faire ça, je ne suis pas le seul concerné dans l’histoire !
- Mais…mais ton père touche une pension, s’indigne-t-elle. Ils n’ont plus d’enfant à charge, ils peuvent s’en sortir.
- C’est comme ça ! Claque-je, mettant fin à toute réfutation de sa part.

J’attrape le verre de vin que vient de me servir le serveur et boit une gorgée pour me calmer. Ce sujet là me fout toujours en boule, même après toutes ces années et j’aurai préféré qu’on ne l’aborde pas ce soir mais voilà…je venais encore de me montrer sous mon meilleur jour et si elle se lève maintenant, je l’aurai peut-être bien mérité.
Mais au lieu de ça, elle me prend la main et me sourit en murmurant :

- C’est bien ce que tu fais mais…
- Mais quoi ? Demande-je, encore sur la défensive.
- Mais j’ai peur pour toi…j’ai si peur que tu tombes…ne te brise jamais les ailes Paul, je t’en prie.

Aussitôt, je sens le sang quitter mon corps et ma respiration qui se coupe. Son doux visage est face au mien, plus proche il me semble …et sans même réfléchir, je pose mon verre et me penche vers elle pour poser mes lèvres sur les siennes. Elle soupire légèrement et je sens sa main dans mon cou. Alors je l’attrape par la nuque et la serre plus fort contre moi. Comme la première fois, je me sens partir, savourant sa douceur et sa chaleur. J’entends soudain quelqu’un toussoter et je me dégage pour voir le serveur qui attend pour déposer nos assiettes. Rachel est rouge et gênée, ce qui me fait rire ainsi que le jeune serveur qui n’ose pas la regarder.
Je la laisse se reprendre puis lui propose :

- Tu sais, tu devrais venir avec moi une fois, tu verrais que je suis en sécurité et surtout, tu verrais à quel point c’est beau.
- Tu plaisantes, rigole-t-elle. J’ai le vertige !
- Moi aussi…

Elle rit de plus belle et je la contemple, submergé de plaisir devant sa beauté.


J’ai réussi à passer la soirée sans faire d’autres impairs et je suis assez fier de moi lorsque nous marchons lentement dans la ruelle qui mène à son appartement et qu’elle me tient la main avec fermeté. Pourtant, plus on avance, plus je la sens se crisper et son visage est même complètement fermé lorsque nous stoppons notre marche devant sa porte où filtre les lumières de l’appartement de madame Flower. Elle baisse la tête vers le sol et je comprends alors son problème :

- Rachel, détends-toi…je ne compte pas rentrer.
- Non ? S’étonne-t-elle. Tu ne restes pas ?
- Non. Je ne préfère pas non.

Mais je vois de la déception dans ses yeux et même une certaine tristesse qui me déstabilise.

- Mais pourquoi ? Demande-t-elle alors.
- Parce qu’il ne faut pas trop d’un coup…

Nous nous dévisageons et j’ai l’impression qu’elle ne comprend pas ma réaction. Pourtant, j’essaie vraiment de paraître raisonnable.

- Au moins un thé ? Insiste-t-elle.
- Juste un alors …, réponds-je, laissant tomber mes résolutions.

Elle hoche la tête et ouvre la porte. Je la suis avec l’impression que je vais me réveiller bientôt mais lorsque la lampe de son couloir m’explose la tête par son intensité, je réalise alors que je ne rêve pas et que je viens bien d’entrer pour la deuxième fois dans son appartement, seul avec elle. Elle me laisse et je retire ma veste, content de pouvoir enfin m’en débarrasser. Comme la dernière fois, j’avance lentement dans cette pièce où elle doit passer le plus clair de son temps. Je remarque sa chaine Hi-Fi et choisi un disque que je place dans son lecteur. Je repère aussitôt Broken Wings des Alter Bridge et je repense en souriant à sa recommandation au restaurant. Elle revient de la cuisine avec deux tasses et je vois son air surpris lorsqu’elle entend les premières notes de guitare. Une fois qu’elle a posé les thés, je l’attire d’un bras ferme par la taille contre moi et elle se colle, sans me quitter des yeux. Je lui prends une main et la mets contre mon cœur, espérant qu’elle capte les battements qui sont très violents à cet instant. Alors, elle pose sa tête contre mon épaule et nous dansons lentement, l’un contre l’autre durant toute la mélodie qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.

Lorsque la musique se termine, je l’enveloppe complètement et nous restons un moment comme ça, à nous bercer mutuellement. Le parfum de ses cheveux envahit ma tête et je suis presque sourd à force que mon cœur me martèle avec autant de force. Soudain, Rachel se dégage et d'une main tremblante, elle essaie de retirer ma cravate, je la regarde faire mais remarque son angoisse qui grandit dans le fond de ses yeux. Alors j'attrape sa main fermement et lui dit :

- Eh…on a le temps…
- Oui…, répond-elle en déglutissant difficilement.
- Viens là …

Je la guide vers le canapé, retire ma cravate par la tête et la jette sur son fauteuil. Puis, je la prends contre moi en lui donnant sa tasse puis la mienne et trinque avec elle en riant doucement.

- A notre première soirée et aux futures, peut-être …
- A notre soirée, rigole-t-elle, soulagée mais sans relevé ma remarque.

Ce qui ne me présage rien de bon…

Nous restons alors l’un contre l’autre, à écouter la mélodie qui continue et à boire notre thé. Au bout d’une demi-heure, je vois à sa pendule qu’il est tard et déclare en me dégageant un peu :

- Bon, je vais te laisser…
- Pourquoi tu ne restes pas ? Demande-t-elle timidement.
- C’est ce que tu veux ?

Elle semble hésiter, on dirait qu’elle se bat contre elle-même puis me demande d’une voix faible :

- Pas toi ?

Je soupire, repensant à toutes mes résolutions avant cette soirée puis déclare :

- Je ne veux pas faire de conneries avec toi Rachel. Je ne veux pas de regret.

A nouveau, elle réfléchit ou discute avec sa conscience puis m’avoue:

- Si tu pars, c’est là que j’en aurai... Je suis sûre que tu ne fais jamais comme ça d’habitude.

La légère pointe d’amertume qui ponctue ses paroles me surprend.

- Non, en effet, déclare-je. Mais toi, tu n’es pas comme les filles que je vois d’habitude…

Elle me dévisage, cherchant dans mes yeux si je suis sincère, mais je me suis juré d’être correct avec elle. Pourtant, ma détermination en prend un coup lorsqu’elle murmure :

- Embrasse-moi…

Je ne sais plus trop ce que je dois faire pour la suite mais, pour l’instant, je lui obéis avec un plaisir non dissimulé. Au bout de longues minutes où j’ai eu la sensation de l’avoir dévoré jusqu’à l’âme, je réussis à me dégager et déclare d’une voix rauque qui ne semble même pas m’appartenir :

- Je devrais partir Rachel.
- Non…restes, s’il te plait, souffle-t-elle contre mon cou.
- Ne me tente pas ! Riposte-je, mi-amusé, mi-agacé.
- Restes ici, précise-t-elle. Là, sur ce canapé, contre moi.

Je pose ma tête contre la sienne pendant qu’elle se blottit dans mes bras. Je me sens soudain épuisé et je ferme les yeux. Le disque est terminé et je n’entends plus que sa respiration. Elle me caresse doucement le bras et je capture sa main, soudain très heureux.


Lorsque j’ouvre à nouveau les yeux, je remarque à la lueur de la pièce qu’il fait jour. Je sursaute, me disant que je vais être en retard quand je constate que je suis sur un lit que je ne connais pas. Je sens alors un corps chaud contre moi et baisse la tête pour découvrir Rachel dans le creux de mon bras. Je souris, me disant que c’était bien la première fois que je me réveille près d’une femme encore habillée et moi aussi ! Je réfléchis et me souviens alors qu’elle m’avait murmuré des « Allons nous coucher », « tu es épuisé », « restes près de moi » et que je l’avais suivi comme un zombi jusqu’à sa chambre. Je me dégage avec précaution et vois alors sur son réveil que j’ai encore le temps. Mais il faut quand même que je rentre chez moi me changer alors, avec tous les regrets du monde, je me décide à me lever puis à quitter sa chambre sur la pointe des pieds. Avant de fermer sa porte, je la contemple : elle est si belle comme ça, sur le ventre, son dos nu et sa robe de soirée remontée jusqu’aux genoux, toute fripée à force de se coller contre moi. Avec un pincement au cœur, je quitte mon merveilleux tableau et une fois dans la cuisine, je cherche quelque chose pour lui écrire un mot. Comme je ne trouve rien dans les tiroirs, je file jusqu’à sa planche à dessins où il n’y a aucun dessin qui traine. Alors je fouille un peu en marmonnant, me disant que c’est quand même fou que je ne trouve rien pour écrire à cet endroit ! J’ouvre alors une armoire basse, sous la planche et trouve un dossier avec une feuille blanche qui dépasse :

- Super !

J’attrape le dossier et l’ouvre mais mon cœur s’arrête de battre aussitôt de stupeur pour s’accélérer de plus belle en découvrant la quantité de portraits et de dessins de moi dans toutes les situations où nous nous étions trouvés ensemble. Les doigts tremblants, je les passe un par un et me vois à différents âges, dans différents endroits comme chez Billy, à la pêche, lors de pique-niques que nous avions fait jusqu’à des portraits de moi à l’école, en train de regarder par la fenêtre ou de réfléchir, de jouer au foot ou d’enlacer une fille dont je ne me souvenais même pas mais que Rachel avait photographié dans son esprit. Je reprends alors ma respiration mais hallucine encore devant tout ce que je vois. Je réfléchis un instant à notre histoire et finalement, tout ça ne me surprend pas vraiment. Entre Rachel et moi, ça a toujours été une tension immense, quelque chose d’indéfinissable qui remonte si loin que je ne m’en souviens pas, comme si nous étions liés depuis notre naissance…je me retourne pour vérifier qu’elle n’est pas là. Je repose donc le dossier dans l’armoire et prend une autre feuille pour lui écrire un mot. Mais au moment où je commence, je revois ces portraits dans ma tête et me dis que c’est quand même malsain qu’elle garde tout ça pour elle. Alors j’ouvre à nouveau son armoire et prend le tas de dessins. Je les passe à nouveau un par un pour trouver celui qui m’a le plus marqué : celui où je joue de la guitare sur la plage le soir de l’anniversaire de Leah. Je pose le dessin sur la planche, hésite encore deux secondes puis écris :

« C’est pour toi que je jouais ce soir là…Je t’aime. »

Je fixe ma phrase puis me dis que c’est bien la première fois que j’écris ces trois mots là et que ça me fait un drôle d’effet. Satisfait, je range le stylo et tous autres dessins mais laisse celui-ci en évidence sur la planche. Puis, je reprends ma veste et quitte l’appartement, le cœur au bord de l’explosion.



* * *

Depuis cet incident, je me sens très mal, honteuse et j’essaie de me faire si petite que parfois j’ai l’impression que je rase les murs de la villa. J’aurai dû être plus prudente, j’aurai du tout laissé chez Charlie puisque j’y passe toujours avant d’aller voir Jacob pour prendre ma voiture. Et j’aurai aussi dû être plus prudente devant l’école ! Si Rosalie ne m’avait pas vu avec Jacob, elle ne m’aurait pas soupçonnée. C’est pour elle maintenant la meilleure occasion qu’elle ait trouvé pour me discréditer aux yeux de tous et surtout d’Edward, dont elle ne supporte pas l’attitude depuis qu’elle pense lui avoir ouvert les yeux ! Pour elle, il aurait dû me virer sur le champ or, il ne dit rien, il est même très naturel et très prévenant avec moi et ça me déstabilise. Depuis ce soir là, je ne l’ai pas vu beaucoup en fait. Nous nous voyons le matin pour aller dans nos facultés respectives mais Alice est toujours avec nous. Le soir, j’ai parfois l’impression qu’il m’évite et j’avoue que je ne fais rien non plus pour me retrouver seule avec lui. En fait, j’ai envie de crever l’abcès mais j’ai en même temps très peur. Peur de sa réaction, peur des conséquences… pour moi, pour Jacob, pour nous tous.

Par contre, même si j’essaie de me faire discrète et de ne pas revenir sur ce sujet, Rosalie, elle, ne me loupe pas ! Encore hier soir, elle a ouvertement sous-entendu à table que « si un jour la villa se faisait cambriolée par des moins que rien de Forks, il ne faudrait pas s’étonner », que « le monde était petit », que « tout ce sait » etc. Ce à quoi avait fini par demander Esmée, très inquiétée :

- Y a–t-il eu des vols commis à Forks cette semaine ?
- Non, avait répondu Rosalie dans un sourire vicieux, mais ça risque bien d’arriver un jour…avec tous les vauriens qu’il y a dans les alentours !

Carlisle avait quand même arrêté de manger pour la remettre à sa place en disant :

- Rosalie, tu es priée de surveiller ton langage…si tu deviens avocate dans quelques mois, tu devras peut-être défendre ces « vauriens » que tu détestes tant et qui te feront gagner ta vie !
- Oui Papa…, avait-elle marmonné en balançant d’un geste brusque un morceau de viande avec sa fourchette, sur le côté de son assiette.
- De plus, avait ajouté Alice assez sèchement, ce ne sont pas des « vauriens » mais des indiens ! N’est-ce pas Bella ?
- Quoi ? Avais-je bégayé, soudain très mal à l’aise.

Cependant, le regard franc d’Alice m’avait indiqué qu’elle ne me tendait pas un piège et elle avait même précisé pour me rassurer :

- Oui ton père, Charlie, a plus souvent du fil à retordre avec des personnes de Forks que de la Réserve !
- Oui…c’est vrai. Enfin…je ne sais pas trop…
- C’est évident ! Avait ponctué Carlisle, à ma grande surprise. Je vous prie de croire que je vois plus de personnes dites « respectables » venir aux urgences pour des histoires de mœurs douteuses que des indiens Quileute.
- C’est normal ! S’était écrié Alice. Ils ont leur propre médecine ! Ils ne viendront jamais à l’hôpital !
- C’est vrai que tu n’en vois pas souvent, avait constaté Esmée en tournant la tête vers son mari.

J’avais souhaité que cette conversation se finisse au plus vite ! Je déteste tellement lorsque mes « deux mondes » se croisent, même là, dans une conversation anodine. Seul Edward avait gardé le silence pour le plus grand plaisir de Rosalie qui a vu en cela une jalousie ou une colère contenue.

* * *

Cette longue semaine se termine avec une lenteur déprimante. Angela est malade et je préfère éviter la compagnie de Mike ou de Ben pour le moment. Je n’ai toujours pas digéré leurs remarques sur mon amitié avec Jacob et je suis beaucoup préoccupée pour le moment par ce qu’il s’est passé avec Rosalie et surtout par la tragédie de la semaine passée pour supporter sans broncher leur attitude immature.

J’appelle Jacob tous les jours et je compte bien aller le voir ce week-end. Au début de la semaine, j’étais très inquiète pour lui, surtout après la façon dont on s’est quitté, mais au téléphone, il semble serein, un peu résigné même… mais le plus important, il n’est pas en colère comme je le craignais. Cependant, j’ai peur que ce ne soit qu’une façade comme la première fois où j’avais senti une tension lorsqu’il parlait de la forêt… là mon instinct me souffle que sa blessure ne va pas se refermer comme ça. Seulement pour l’instant, tout a l’air d’aller.

* * *

Je me réveille seule dans le lit avec la désagréable sensation que c’est une mauvaise journée. En fait, je pense que c’est parce que je viens de rêver de ma dernière visite à la Push, lorsque je mangeais près de Jacob, heureuse et que tout avait basculé en un coup de fusil. J’aimerai revenir à ce repas, huit jours plus tôt et que tout redevienne comme avant ! Que je n’ai plus cette sensation que Jacob m’échappe, que Rosalie me traque et qu’Edward me ménage pour je ne sais qu’elle raison. Je me lève et entend des voix dans le bas de l’escalier. Je m’habille et descends d’un pas trainant, redoutant toujours ces petits-déjeuners trop guindés. La voix d’Alice se fait plus haute et je m’inquiète quand même car ce n’est pas dans son habitude de se rebeller ouvertement. En entrant dans la salle à manger, j’y trouve Edward et Esmée face à une Alice survoltée, dont même les cheveux déjà indisciplinés semblent complètement électriques ce matin.

- Tu le savais depuis un mois ! Crie-t-elle après sa mère. Je te l’avais dit que je devais y aller !
- Alice, calme-toi, demande Edward de sa voix posée.
- Ma chérie, je suis désolée mais j’avais prévu ce rendez-vous d’entretien depuis longtemps.
- Mais ce n’est pas vrai ! Soupire-t-elle, désespérée. J’en ai absolument besoin ! Je devrais déjà être partie !
- Et bien, appelle un taxi, propose Esmée avec douceur.
- Je ne veux pas de taxi ! Je veux MA voiture ! J’avais besoin de MA voiture ! Je dois bouger quand je serais là bas…et Jasper comptait sur moi ! Je devais emmener sa sœur avec moi !
- Et bien je paierais pour sa sœur, déclare Esmée, appelle un taxi pour deux.
- Mais j’aurai besoin de ma voiture là-bas !!!! Répète Alice, hors d’elle.

Elle regarde son frère, anéantie et je vois qu’il réfléchit puis il annonce :

- Désolée Alice mais je ne peux pas t’emmener jusque là-bas et encore moins te laisser ma voiture. J’ai un rendez-vous ce matin…
- Moi tu sais que je ne veux plus que la BM sorte du garage pour l’instant…

Je me demande pourquoi mais Alice me coupe dans mes pensées en s’écriant :

- Et Rose ne me prêtera jamais la sienne non plus ! Ah bon sang ! Je suis dégoûtée !

Elle se prend la tête entre les mains puis elle se les passe dans les cheveux, ce qui les rend encore plus fous. J’entre complètement dans la pièce, les bras croisés, n’osant pas interrompre leur discussion. Esmée regarde sa fille encore un peu puis dans un soupir désolé, la laisse pour rejoindre son bureau où je sais qu’elle va peindre ses toiles, comme tous les samedis matins. Edward reste planté près de sa sœur et j’ose alors m’approcher pour consoler Alice comme je peux.

- Eh ma puce…tu devais faire quoi avec Jasper ?
- Oh Bella ! Couine-t-elle en tapant du pied. Jasper est à un festival de musique depuis hier, je devais le rejoindre et camper sur place avec sa sœur. Ça dure tout le week-end donc j’avais besoin d’une voiture sur place et j’avais tellement hâte de le voir jouer ! C’est son premier concert ! Et je ne serais même pas là !!! Sanglote-t-elle en se jetant dans mes bras.

Je lance un regard à Edward, cherchant son soutien ou s’il n’aurait pas une solution là, maintenant ! A-t-il toujours besoin d’aller à ses rendez-vous les week-ends ? Ne pourrait-il pas faire une exception ?
Alice relève la tête en reniflant et déclare la voix brisée :

- Pourquoi est-ce qu’il faut toujours qu’elle décide de mettre ma voiture au garage sans me demander !
- Alice, c’est normal, réponds-je. Tu ne voudrais pas que ta voiture devienne une vieille caisse rouillée.

Je vois les yeux d’Edward s’agrandir comme si je venais de lui donner LA solution et il déclare :

- Mais oui ! Pourquoi Bella ne t’emmènerait pas à ce festival ?

Il me jette un bref regard puis se focalise sur sa sœur en ajoutant :

- Elle pourrait même vous prendre toutes les deux. N’est-ce pas Bella ?

Cette fois, il plante ses yeux miel dans les miens et je déglutis, incapable de répondre, comme transpercée.

- Quoi ? Murmure Alice. Tu as une voiture ?

Je n’arrive pas à détacher mes yeux de ceux d’Edward qui répond à sa sœur, un léger sourire aux lèvres :

- Oui…et il y aura même de la place dans le coffre pour mettre toutes vos affaires ! Seulement je ne sais pas si Bella voudra rester avec vous ? Qu’est-ce que tu en dis Bella ? Répète-t-il à mon intention.
- Oui…bien sûr, arrive-je à répondre, les jambes coupées.
- Mais tu n’avais pas dit que tu avais une voiture ?! Insiste Alice.
- Non…c’est parce qu’elle est si vieille que je ne la sors jamais pratiquement.
- Où est-elle ? Demande-t-elle, le regard plein d’espoir.
- Va chercher tes affaires sœurette, je vous conduis chez Charlie et je file à mon rendez-vous ! Annonce Edward sans aucune gêne, nous laissant toutes les deux, Alice poussant un cri de joie, moi complètement dépitée.

Je finis quand même par arriver à bouger et monter dans la chambre pour m’habiller. A mon entrée, je trouve Edward au téléphone avec Victor qui s’excuse pour son retard mais l’assure qu’il sera là vite. Je fonce donc à la salle de bain et enfile des vêtements propres. En sortant de la pièce, Edward prépare son ordinateur portable et je m’approche, prête à aborder le sujet de ma Chevrolet quand il me dit :

- Merci de rendre service à Alice ! J’avais beaucoup de peine pour elle, je ne peux vraiment pas me décommander.
- Oui…
- Si tu ne veux pas rester avec elle, libre à toi de lui laisser ta voiture mais sache que je ne suis pas là ce soir donc tu devrais …rester chez Charlie, me propose-t-il d’une voix un peu tendue.
- Edward, écoute…pour la voiture…
- Tu aurais dû me dire que tu souhaitais un moyen de transport, me coupe-t-il, je t’aurai offert la voiture que tu voulais…
- Celle-ci me plait, réponds-je, un peu sur la défensive, me demandant quand même comment il le savait !
- On en reparlera demain ! Je suis pressé…
- Ok…
Au même moment, Alice entre dans notre chambre en s’écriant, l’air radieux :
- Je suis prête !!!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
celine879
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 31
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 29 Juin - 13:55

Super chapitre!
Edward sais beaucoup de choses finalement : le bracelet, la plume, la voiture. Quelque chose me dit qu'il n'a pas été faire reparer la BM chez Jacob par hassard...
Le bonus était super, Paul et Rachel sont vraiment attachant et je suit leur histoire avec autant d'empressement que l'histoire générale!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 29 Juin - 19:20

La suite, la suite!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 29 Juin - 20:31

geniale ton chapitre
edwards cache son jeu ,il sait tout depuis le debut lol
le passage entre rachel et paul est splendide tendre et tres romantique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille41
Retour fracassant de Jake
Retour fracassant de Jake
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1945
Age : 33
Localisation : dans les bois en compagnie d'une bande de ... loups
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 30 Juin - 0:12

* - Ouais tu fais dans le jeunisme Bella ! Se moque Ben. Je le connais ce type ! Il est au lycée de la Réserve. [...] - Eh détournement de mineur ma belle ! C’est ton copain qui ne doit pas être content.
J'aime bien ce passage Razz

* - Il est très beau en tous cas, répond-elle dans un large sourire en me regardant franchement. Moi aussi je souris là lol

* - J’ai toujours su que tu avais des mauvaises fréquentations !Oh chopé encore la Bella Laughing

* Ça commence…, pense-je en moi-même.Faut positiver Paul voyons !

* Rachel est rouge et gênée, ce qui me fait rire ainsi que le jeune serveur qui n’ose pas la regarder. J'vois bien la scène, pauvre Rachel Embarassed

* - Tu plaisantes, rigole-t-elle. J’ai le vertige !
- Moi aussi
Ah celui-là il est trop !

* Wow punaise, Paul est romantique avec la musique et la danse c'est mignon - Eh…on a le temps… Very Happy

* Je souris, me disant que c’était bien la première fois que je me réveille près d’une femme encore habillée et moi aussi ! Je réfléchis et me souviens alors qu’elle m’avait murmuré des « Allons nous coucher », « tu es épuisé », « restes près de moi » et que je l’avais suivi comme un zombi jusqu’à sa chambre. Very Happy

* mon cœur s’arrête de battre aussitôt de stupeur pour s’accélérer de plus belle en découvrant la quantité de portraits et de dessins de moiEn fouinant j'en été sûr qu'il allait tomber dessus ! J'adore ce qu'il fait, le dessin et le petit mot.

* - De plus, avait ajouté Alice assez sèchement, ce ne sont pas des « vauriens » mais des indiens ! N’est-ce pas Bella ?
Pas mal, Alice qui décrypte les phrases.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mer 30 Juin - 12:10

trop triste le passage avec le loup il faut dire que j'adore les loups ils sont trop beau et sinon vivement la suite et je me pose beaucoup de question pour edward
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sinsé
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 29
Date d'inscription : 07/03/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Lun 5 Juil - 15:46

Hey! ça y est je suis revenue parmi vous! J'ai rattrapé mon retard (accumulé par mes derniers examens mais aussi à cause de ma semaine de vacances que je me suis octroyée! ^^) . Ton histoire me plaît toujours autant et j'avoue que je suis impatiente de lire la suite...J'ai remarqué que tu postais moins souvent qu'avant...
En tout cas bravo pour les suites que tu as posté et vivement la suite! =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 6 Juil - 12:05

super ta fics mais ou est la suite???

POURQUOI les loups ont été tuer ce n'est pas juste ils ne faisait de mal à personne!!!
c'est une fics magique sans magie c'est géniale on retrouve biuen le Jacob d'avant toujours joyeux, chaleureux, comme le dit Bella il est un soleil, il est comme l'air pur qu'on respire!!!
Et puis j'aime ce côté secret que Bella fait pour garder Jacob cacher d'Edward!!

a quand la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surie
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 30
Age : 31
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 6 Juil - 19:07

tjr pas de suite Crying or Very sad lol! bientot la suite j'espère!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fande taylor
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 23
Localisation : sur la plage, en sécurité dans les bras de Taylor au coucher du soleil
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   Mar 6 Juil - 19:11

oui j'espère parce que la on reste sur notre faim!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon Ami, mon Soleil - Jacob/Bella - Paul/Rachel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pensez-vous que Bella aurait "survécue" sans l'aide de Jacob ?
» Discution sur la fin du 2ème tome et le debut du 3eme (Histoire Jacob Bella et Edward)
» Produits dérivés Jacob/Bella
» Cadeau d'anniversaire
» Amour Jacob/Bella, Edward/Bella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: