Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Lun 4 Jan - 12:21

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leyton
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 300
Age : 20
Localisation : gers
Date d'inscription : 02/11/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Lun 4 Jan - 17:22

oui moi ossi je VEUX une suite!!!
é je la trouve GENIALE celle-là ossi come suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob


Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Lun 4 Jan - 20:14

tres jolie suite
et j'ai hate de te lire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mow'18
Fait face à une terrible nouvelle
Fait face à une terrible nouvelle


Féminin
Nombre de messages : 1111
Age : 25
Localisation : Avec Rob sur un Canapé....En plein Fantasme !!!
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Lun 4 Jan - 20:23

La suite la suite la suite la suite....la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ticia
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 311
Age : 32
Localisation : Hummm...en chasse avec la famille Cullen
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mar 5 Jan - 4:55

ce soir promis^^ (si je suis encore vivante!)aujourd'hui je vais crapahuter dans la neige pffffff...

en tout cas merci pour vos commentaires, ca fait plaisir!!
Bonne journée à toutes!!(et tous!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ticia
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 311
Age : 32
Localisation : Hummm...en chasse avec la famille Cullen
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mar 5 Jan - 20:33

Comme promis voici ma petite suite!!



Chapitre 6

- Oui, bien sûr, pourquoi?
- Non, pour rien.


Je voyais bien que quelque chose le chiffonnait, et j'étais plutôt têtue quand je le voulais.

- Tu as quelque chose contre le Dr Cullen?
- Bella, juste une chose, ne restes jamais seule avec lui. Je ne peux rien t'apprendre d'autre, mais il a très mauvaise réputation à la réserve. Personne ne veut le voir.
- Oh. Hé bien écoutes, il m'a très bien soigné, et il prend soin de moi, donc je ne vois pas pourquoi je le repousserais.
- Ne reste pas seule avec lui, c'est tout.


Son visage s'était fermé, il ne souriait plus. Ses pensées semblaient l'avoir emmené à des lieues d'ici, et d'un coup je ressentis comme un froid, pas entre nous, mais dans l'air. La température venait de baisser. Une sorte de tension venait de naître entre Jacob et moi. Je ne voyais pas ce qui pouvait lui faire peur chez Carlisle.

- Pourquoi a-t-il mauvaise réputation? C'est un bon médecin.
- Bella, il est dangereux, tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais il ne vaut mieux pas rester avec lui, seul.


J' hochai la tête, Jacob ne s'en doutait pas, mais chez moi ce n'était pas un signe d'accord, mais plutôt que je ne lâcherais pas jusqu'à ce que quelqu'un m'explique ce qu'il en était. Et je savais déjà qui j'allais interroger en premier.

Jacob partit aussitôt qu'il m'eut ramenée, promettant de passer le weekend suivant et je ne restais pas longtemps seule. Edward arriva en vélo une petite heure plus tard. Je l'accueillis sur ma chaise. Il ouvrit de grands yeux.

- Hey! Tu as une chaise roulante! Mais c'est super tu peux bouger un peu, tu dois être contente!
- Bonjour Edward!
Je riais, il n'avais même pas pensé à nous saluer, emporté par sa découverte!
- Excuses moi je manque à tous les principes de bonne conduite! Il se pencha sur moi et déposa un baiser sur mon front. J'espère que tu es en forme, on a un devoir de littérature à rendre pour la semaine prochaine. Devines le thème: Roméo et Juliette... Il soupirait...J'exultais...
Facile, je l'ai lu une bonne cinquantaine de fois, je le connais pour ainsi dire...par cœur...
- Alors je crois que cette fois Bella, c'est toi qui va me faire travailler!
- Comment? Aurais-je découvert le point faible d'Edward Masen?


Je m'étais penchée vers lui au dessus de la table, histoire que ma mère n'entende pas, il se rapprocha un peu de moi, pour me souffler:

- Rêve! Tu ne connaitras jamais mes points faibles!

Nous fumes interrompus par un coup à la porte. Comme à son habitude, ce fut ma mère qui alla ouvrir. Placée comme je l'étais, je pus voir de suite qui c'était. Carlisle... Mon cœur se mit à battre à tout rompre. Je me souvenais de ma discussion d'avec Jacob, et en voyant Carlisle chez moi, je me demandais une nouvelle fois ce qu'avait bien pu sous-entendre Jacob.

- Carlisle quel plaisir de vous voir! Lui lança ma mère
- Madame Swan. Bella. Edward? Tu as élu domicile ici?


Je suivis Edward du regard, qui donna l'accolade à Carlisle, ces deux-la semblaient se connaître plus que ce que je ne pouvais penser.

- Carlisle! J'aide juste Bella à ne pas prendre de retard avec ses cours. On est au second semestre, il ne faut pas le rater!
- Bonsoir Carlisle.
J'avais parlé tout doucement, j'avais meme plutot soufflé ces deux mots. Il posa son regard percant sur moi, il me scrutait littéralement, et j'eus peur pendant une seconde qu'il sache lire dans mes pensées.
- Bella, comment vas-tu? Je... je passais pas loin et je me suis dit qu'il fallait que je m'arrete. Ho mais qu'est ce que je vois? Tu as trouvé une chaise roulante et des bequilles?
- Oui ce sont les Black, de la réserve Quileute, qui me les ont emmené.
- … Les Black? Tu veux dire Billy Black?
- Oui c'est cela. Enfin non, c'est son fils, Jacob, qui les a emmené.


Carlisle tourna la tête, je jurais qu'il était incommodé par quelque chose mais n'arrivais pas à mettre le doigt dessus.
Soudain, il parut pressé, s'excusa auprès de nous tous, promis à Edward de venir les voir, lui et sa mère, au plus tôt, et pris congé... Je fus déçue. Par deux fois. La première, il semblait lui aussi cacher quelque chose quand à ses relations avec les Quileutes, la seconde, il n'était pas resté assez longtemps pour que j'essaie d'avoir un semblant de réponses. Nous étions en train de travailler notre biologie, avec Edward, quand une question me vint sournoisement, je ne pus la retenir.

- Tu as l'air de bien connaître Carlisle, il est ici depuis longtemps?

Edward ne leva pas la tête de sa feuille. Il continua a écrire tout en me répondant.

- Il est la depuis quelques années, je ne me souviens pas exactement. C'est lui qui a tenté de soigner mon père, il y a quelques mois.
- Tenté? Il n'a donc pas réussi?
- Non.
- Navrée. Tu as l'air si proche de Carlisle.
- Je le suis. Il a pris la place de mon père, en quelque sorte, il est celui qui me conseille, sur tout ce que j'ai besoin de savoir. Nous sommes très proches.
- Et tu connais les Black de la réserve Quileute?
- Je les connais juste de nom, je ne vais pas souvent la-bas.
- Il paraît que leur plage est superbe.


Edward leva enfin la tête et me fixa de ses magnifiques prunelles.

- Je t'y emmènerais un jour. Quand tu iras mieux.

Ça sonnait comme une promesse, une invitation. Mais je n'avais pas eu mes réponses. Et je me demandais encore comment les obtenir.

- Carlisle a l'air d'être un bon médecin...
- Il l'est, c'est le meilleur! Ses diagnostics ne ratent jamais, il est tellement consciencieux!
- Il est apprécié à Forks? Si il est si bon, pourquoi ne s'installe-t-il pas dans une plus grande ville? Il serait mieux reconnu...
- Carlisle n'aime pas les grandes villes, et il aime Forks. Il est très apprécié ici, on sait toujours ce qu'on perd, mais jamais ce qu'on gagne...
- Oh. Pourtant les Quileutes ne lui font pas confiance...
- Qui t'a raconté ca?
- Jacob Black, il m'a dit que Carlisle avait mauvaise réputation.


Edward se redressa vivement, nous étions seuls dans la cuisine. Ses prunelles s'étaient obscurcies, il me dévisageait froidement.

- Et toi tu crois la première personne qui te dit ca?
- Non, non... Disons que ca m'interpelle un peu. C'est pour ca que je souhaitais en savoir un peu plus sur lui.
- Oh alors tout ca n'était qu'une enquête? Histoire de voir si le médecin est digne de confiance?
- Edward, je... Non! Je n'ai entendu que l'avis de Jacob, je souhaitais avoir d'autres avis avant de croire n'importe quoi justement!


Il sembla se calmer un peu, quant à moi je baissais les yeux, je l'avais vexé, et je m'en voulais. Je l'avais utilisé, de la façon la plus bête qui soit. Je retournais à ma biologie, non sans évaluer l'humeur d'Edward de temps en temps. Je surpris un regard et baissais aussitôt la tête.

- Allons, Bella, on ne va pas s'ignorer!J'ai réagi un peu durement, je m'en excuse. Je n'aime pas... je n'aime pas qu'on juge les gens, si vite... sans les connaître...
- Mmmh...
- Tu es vraiment têtue n'est-ce pas?


Je le fixai, le menton sur la paume de ma main.

- Pourquoi Jacob m'a interdit de me trouver seule avec Carlisle?
- Il t'a vraiment dit ca? Pffff il est vraiment prêt a tout pour répandre des rumeurs infondées sur Carlisle. Tu n'es pas la première a qui il fait le coup.


Je ne comprenais plus. Tout a l'heure il me disait qu'il ne connaissait les Black que de nom et la, la d'un coup il savait tout ca. C'est sur, il savait quelque chose, et ma curiosité s'attisa.

- Bonsoir les enfants!

Nous étions tellement concentrés dans notre discussion que nous n'avions pas entendus arriver le Chef Swan, il se débarrassait de son ceinturon dans l'entrée.

- Bonsoir papa! Merci d'avoir été voir les Black, Jacob m'a emmené la vieille chaise roulante de son père et une paire de béquilles cet après-midi.
- Déjà? Dieu qu'ils ont été vite!


Il tendit sa main à Edward, qui se leva afin de lui serrer.

- Edward.
- Chef Swan.
Il se pencha vers moi. Je vais y aller Bella. Tu dois être fatiguée, nous continuerons demain.

Edward prit congé à son tour, salua ma mère, mon père, et déposa un baiser sur mon front. Deux fois aujourd'hui. Mon père ne manqua pas de remarquer ce geste et suivit Edward du regard jusqu'à ce qu'il aie disparu de son champ de vision.

- Comment se passent tes cours, Bella?
- Très bien, Edward m'aide beaucoup, il m'apporte tout et il me ré-explique tout ce qu'il a fait dans la journée. Je l'aide aussi, en littérature.
- Hummm... Tu as l'air de bien t'entendre avec lui. Mais attention Bella!
- Papa... Je suis grande. Ne t'inquiete pas!


La soirée passa. Et la fin de la semaine aussi. Edward ne manquait jamais de passer une ou deux heures à me faire travailler, et je ne pris presque pas de retard. Quant à lui, il commençait à entrevoir les subtilités de Roméo et Juliette, et s'émouvait presque de leur histoire. Il me faisait rire, singeant Roméo... Lorsque nous étions seuls, il n'était plus le même. Envolée, sa retenue qu'il présentait devant ma mère ou mon père. Il était si naturel quand il était avec moi. Je riais. Je sentais que je ne pourrais bientôt plus me passer de lui. En effet, c'est lorsqu'il passait le seuil de la porte que mon cœur se mettait à cogner dans ma poitrine. Je n'identifiais pas cette émotion, pour ne l'avoir jamais connue. Je savais juste que ne pas le voir laissait un vide en moi, je savais juste que la journée durant, je n'attendais que ces deux heures ou je pouvais converser, rire, avec lui. Ou je pouvais échanger, ou je pouvais le questionner, le connaître, et faire partie de sa vie... Mais qu'en était-il de son coté? Essayait-il toujours de s'amender ou venait-il pour le plaisir de ma compagnie? J'avais conscience de l'affreux fossé nous séparant. Moi la Bella insignifiante, taciturne, et lui le Edward joyeux et si beau. Moi la Bella si jeune, si banale, et lui, Edward, gentleman prévenant et protecteur. Un fossé à combler. Un fossé profond. Je n'étais pas sure d'y arriver, mais était-il nécessaire? Après tout, Edward riait avec moi, ne
se souciant pas du reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mow'18
Fait face à une terrible nouvelle
Fait face à une terrible nouvelle


Féminin
Nombre de messages : 1111
Age : 25
Localisation : Avec Rob sur un Canapé....En plein Fantasme !!!
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mar 5 Jan - 21:34

Très belle suite !
Vivement la prochaine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob


Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mar 5 Jan - 22:21

TRES JOLIE SUITE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maetri
Ecoute les aveux d'Edward
Ecoute les aveux d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 433
Age : 37
Localisation : 1, 2, 3, Rob.... allons dans les bois...
Date d'inscription : 07/11/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 1:06

Je suis vraiment sous le charme de ta fiction, tu as vraiment bien repris les personnages pour les faire évoluer dans ton monde.

j'ai vraiment hate de savoir la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ticia
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 311
Age : 32
Localisation : Hummm...en chasse avec la famille Cullen
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 8:12

Merci de vos commentaires. Maetri, c'est ce que j'essaye de faire tout au long de cette histoire, je trouve ca dur de conserver les caracteres des personnages, je les change un peu pour le confort d'ecriture, Edward est un peu plus enjoué par exemple, et Bella a un peu plus de sauvagerie, ou de répondant.
La suite devrait arriver ce soir ou demain, elle est ecrite, mais je dois la revoir car elle ne me convient pas!!lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 9:39

hâte de la suite des événements
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leyton
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 300
Age : 20
Localisation : gers
Date d'inscription : 02/11/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 12:56

J'adore ta suite!!!!!!
me tarde vite la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella1986
Départ pour First Beach
Départ pour First Beach


Féminin
Nombre de messages : 200
Age : 30
Localisation : forks petite ville de phenix
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 13:48

bonjour je suis une nouvelle lectrice je viens de découvrir ta fanfic j'ai hâte de les voirs évolués.(les personnnages bien sur je ne suis pas tjr claire dsl) vivement la suite même si j'ai une petite idée de ça qu'il va arrivé;(autre que le faite je pense que édouard et bella finiront ensemble.)
j'espère qu'il y aura un peu de bagarre parce que je trouve que ça manque tjr dans les fanfics,tu sais entre deux personnes qui aime bella mais c'est ton histoire je te laisse voir.
pour le moment j'adore j'espère te relire bien vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ticia
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 311
Age : 32
Localisation : Hummm...en chasse avec la famille Cullen
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 13:54

salut bella1986!

Merci de ton commentaire, j'aime beaucoup avoir les idées de mes lecteurs. J'essaierais d'adapter pour avoir un peu plus de bagarre, mais ca ne sera pas pour BElla, l'enjeu sera un peu plus important je pense. Et oui, j'avais une ligne de conduite sur ma fic, et un commentaire qu'on m'a fait m'a completement fait changer d'avis, et le fil conducteur ne sera pas celui qu'il aurait du etre,il est plus captivant!!

Je suis justement en train de peaufiner tout ca, j'essaie de vous poster ca au plus tot!! et encore merci pour vos come, vous me donnez des idées pas mal!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ticia
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 311
Age : 32
Localisation : Hummm...en chasse avec la famille Cullen
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 20:23

Sorry pour le double post!!mais voici la suite!!et encore merci à ceux qui viennent lire, ravie que ma fic vous plaise;)


Chapitre 7

Jacob m'avais promis de passer, je me levais tôt, je voulais profiter un peu de ma journée avant son arrivée. Il arriva juste après le déjeuner, un air triomphant sur le visage.

- Que veux-tu faire?
- N'importe quoi. Tout ce que je peux faire avec ca.
J'indiquai mon plâtre.

Il réfléchit un dixième de seconde.

- Je t'emmène à la Push. Je vais te présenter mes amis.

J'acquiesçai. Et nous partîmes. Le trajet ne fut pas long. Je n'avais jamais visité la réserve Quileute mais je tombais sous le charme. Les maisons étaient sobres, celle de Jacob et de son père était en bois, peinte en rouge. Un cocon. On y était bien, et tout y était chaleureux. Je m'abandonnais à la contemplation de la vue, la plage n'était pas loin et on pouvait entendre de la maison les vagues se brisant sur le ressac. On pouvait aussi percevoir le vent s'engouffrant dans les conifères de la foret, proche. Doux compromis entre la mer et la foret, je me sentais à l'aise ici. Jacob me porta jusqu'à la plage. J'inspirais longuement, j'adorais ce genre de balades, simples, revigorantes.

- Alors tu te remets de ton accident?
- Oui, ca va déjà mieux, ma jambe ne me fait plus souffrir, il faut dire que les anti-douleurs de Carlisle font leur effet.


Je le vis plisser le nez à l'évocation de Carlisle et me retint de lui poser plus de questions, ce n'était pourtant pas l'envie qui m'en manquait.

- Tu penses vraiment qu'il est différent, hein?
- Jacob, je ne sais pas ce que tu veux dire par « différent », moi je ne le vois pas différent, je le vois comme un médecin normal. Mais j'aimerais que tu m'explique.
- Ce n'est rien. Ce n'est qu'une légende. Mais beaucoup de choses concordent.
- Dis m'en plus.
- Selon nos légendes, les Quileutes descendent des loups.


Je le laissais continuer, même si je trouvais cette idée farfelue.

- Et Carlisle ferait partie d'une espèce que nous combattons.
- De quelle espèce tu parles?
- Qu'as-tu remarqué chez le Dr Cullen que tu n'as jamais remarqué chez moi, ou chez ton père, ou chez Masen?
- Il est... Il semble tout comprendre, tout savoir. Et il est aussi...
je trébuchais sur le mot. Il est beau, très beau, c'en est presque... indécent.
- Tu n'as pas remarqué que sa peau est très pale? Que sa température corporelle semble glaciale?


Il avait mis le doigt sur ce qui m'avait intrigué chez Carlisle.

- Il est aussi très fort, et son odeur...
- Quelle odeur?
- Voyons Bella, il dégage une odeur très forte et repoussante!


Je n'étais pas d'accord. Carlisle avait l'odeur la plus douce que je n'avais jamais senti. Un mélange d'eucalyptus, et de miel, exquis...

- Viens-en au fait Jacob.
- Bella, Carlisle est un vampire. Certes il n'a pas les yeux rouges de ses ancêtres qui décimèrent notre village, mais il a tous les autres signes distinctifs.


J'esquissai un sourire. Un vampire? Cela n'était tout simplement pas possible, je me remémorais ce que nous savions des vampires, ils ne sortaient pas la journée, dormaient dans des cercueils et se nourrissaient de sang.

- Des vampires ont décimé votre village? Quand? C'est une de vos légendes?
- Oui, je te l'expliquerais un jour, mais pour l'instant, promets-moi de ne jamais rester seule avec lui.
- Je comprends. Je te le promets. Mais juste une chose, puisqu'il est un vampire, vous êtes sensés le combattre, mais que se passe-t-il? Vous n'y arrivez pas ou bien …
- Ce n'est pas ca. Il semble différent de ses congénères, nous avons donc décidé de lui donner une chance, mais on prévient quand même le maximum de visages pales...


Je savais tout. Et bizarrement je n'avais pas peur. J'avais su des le début que Carlisle ne pouvait être un simple humain. Il était trop... attirant...trop exceptionnel pour n'être qu'un simple humain. Mais une question s'insinuait dans mon esprit, Edward le savait-il? Lui qui considérait Carlisle comme son père savait à quelles pratiques s'adonnait son père de substitution quand il avait faim? Cet aspect était celui qui me rebutait le plus.

- Tu dis qu'il semble différent. En quoi?
- Il ne se nourrit pas d'humains. Il semble se nourrir d'animaux.


Je soupirais, ainsi c'était ca. Je fut rassurée, car il paraissait d'un coup un peu plus humain à mes yeux.
L'après midi passa tranquillement, les amis de Jacob nous rejoignirent, et nous restions à discuter jusque tôt dans la soirée, où je signalais à Jacob qu'il était temps qu'il me ramène si il ne voulait pas subir le courroux de mon paternel.

Le lendemain, ma mère m'informa qu'elle était invitée pour le thé chez des amis, mon père était à la pêche. Je me retrouvais donc seule pour quelques heures dans l'après-midi et décidais de mettre ce temps à profit pour avancer dans mon devoir de littérature. Je n'y avais pas touché depuis plusieurs jours et il fallait le rendre au plus vite. On était dimanche. Demain, Edward reprendrait ses visites régulières et j'avais hâte. J'étais toute à ma lecture lorsque trois coups furent frappés à la porte. Je me déplaçais avec ma chaise vers la fenêtre de la cuisine, qui permettait de voir qui était à la porte. Carlisle... Mon cœur se serra, eut quelques ratés. J'investissais quelques secondes pour me reprendre. Mon dieu, j'allais être seule avec lui. Ma promesse me revenait à l'esprit.

- Entrez Carlisle! Je suis là!

J'observais la porte s'ouvrir doucement, et il ne chercha pas, tournant la tête dans ma direction, comme s'il savait déjà ou j'étais.

- Je ne m'attendais pas à votre visite! Ravie de vous voir!
- Bella, je passe voir comment ta jambe se remet, j'espère que tu ne fais pas de folies!


Il me souriait, d'un sourire éclatant. Je m'attardais un millième de secondes sur ses dents, et ses yeux. Ils semblaient plus foncés que la dernière fois, d'un or terni.

- Asseyez-vous Carlisle! Vous voulez boire quelque chose?... Je venais de proposer à boire à un vampire. Quelle idiote j'étais... Enfin je veux dire... un thé? Du café? De l'eau? (du sang?)
- Non merci Bella, tout va bien.

Il me fixait de ses prunelles envoûtantes. Je n'osais pas soutenir son regard, baissais immédiatement la tête, regardais ailleurs.

- Tout va bien Bella?
- Je... Oui tout va bien. Enfin je veux dire mis à part ca!
J'indiquais mon plâtre d'un bref mouvement de la main.
- Tu sembles guérir vite, si tu ne fais pas d'efforts, d'ici le début de la semaine prochaine, tu pourrais peut-être commencer à marcher avec des béquilles. Je vais prendre ta tension pour voir, ainsi que ton pouls.

Mon souffle se coupa tandis qu'il sortait son matériel. Je le regardais faire sans dire un mot.
Il se rapprocha de moi, enroula ses doigts frais autour de mon poignet et jeta un œil sur sa montre.

- Je suis au courant Carlisle.
- Au courant de quoi Bella?
- Pour vous. Ce que vous êtes. Je sais.
- Hummm. Tu n'as pas mis longtemps alors. Tu dois être très perspicace. Est-ce que je te fais peur?
- Non. Vous avez toujours été correct avec moi, je ne vois aucune raison d'avoir peur.
- Tu devrais pourtant. Je ne suis pas ce qu'on appelle une créature foncièrement digne de confiance.
- Peu importe. Juste une chose: Edward est-il au courant?
- Non Bella, il n'y a que les Quileutes qui le sont, ainsi qu' Elizabeth, et toi maintenant. J'espère juste que je pourrais compter sur toi pour garder le secret Bella. Je me plait ici, je ne voudrais pas avoir à réaménager ailleurs.


Elizabeth. Elizabeth Masen le savait. Mais comment? Carlisle sembla avoir entendu mes interrogations puisqu'il y répondit à voix haute.

- Elizabeth est une femme très intelligente, très perspicace. Tu me fais penser à elle. Vous avez la même force de vie, vous ne montrez rien, même si vous êtes blessées, meurtries... C'est très difficile de se contenir à ce point. Elizabeth ne m'a jamais trahi, et je pense que je peux donc te faire confiance.
- Vous pouvez me faire confiance, Carlisle.
- Merci. As-tu vu Edward depuis vendredi?
- Non, il ne revient que demain, pourquoi?


Une moue inquiète se dépeignait sur son visage.

- Ce petit a parfois des idées qui me dépassent. Sa dernière lubie est de s'engager dans l'armée pour partir se battre en Europe. Enfin, ce n'est pas une lubie puisqu'il a toujours voulu s'engager dans l'armée, mais suite à la mort de son père, il avait promis qu'il resterait veiller sur sa mère. Et la...
- Et la il en reparle. Vous vous inquiétez pour lui? N'est-il pas un peu jeune pour partir?
- Concrètement, non. Il a eu 17 ans. Il peut donc être réserviste, il n'irait sur le front qu'à ses 18ans, mais en attendant il pourrait quand même lui arriver quelque chose.
- Vous l'aimez beaucoup n'est-ce pas?
Je n'attendis pas sa réponse, je la lisais dans ses yeux. Alors parlez-lui.
- Bella Swan, tu ne fais pas tes 17ans. Et je peux te dire que je connais la vie, j'ai quelques siècles derrière moi.


Carlisle prit congé, je me retrouvais donc seule avec mes questions, mes aveux.
Ainsi c'était vrai, Carlisle était un vampire. Mais pas un vampire comme ou pouvait en rencontrer dans les livres, non. Celui-ci avait des sentiments, il sauvait des vies, il ne se nourrissait pas d'humains et il me faisant confiance. Un être mythique m'accordait sa confiance, et j'accordais la mienne à un être mythique. Je soufflais, décidément, je n'avais jamais eu autant de surprises qu'en arrivant dans cette petite ville reculée.
Et Edward... Je l'avais à peine rencontré qu'il souhaitait partir. Je fus déçue, et me promettait de lui en parler dès le lendemain. Je finissais mon devoir de littérature, la moitié de mes pensées sur Roméo et l'autre moitié sur les trois hommes qui étaient entrés dans ma vie récemment, bousculant mes habitudes, mes préjugés, jusqu'à mes croyances...

Le lendemain, j'attendis l'arrivée d'Edward avec une joie non dissimulée. Ma mère m'observait à la dérobée, souriant quelque fois. Je me doutais de ce qu'elle pensait, ou du moins je me doutais de ce qu'elle espérait. Mais ce n'était pas ca. J'avais envie de rire. Je ne m'étais jamais sentie aussi proche d'un homme comme avec Edward. Son regard m'enflammait quand il était prêt de moi, mais pas encore de la façon que ma mère attendait. Près de lui j'avais envie de rire, de m'amuser, de... profiter! Moi qui avait toujours vécu repliée sur moi-même, je me sentais m'ouvrir, et je dois dire que ca me plaisait infiniment.

Juste avant qu'il n'arrive, je montais me changer. J'avais trouvé une technique pour monter assez marrante pour mes parents, je m'asseyais sur la marche du bas et me remontais à la force des bras. Je prenais encore un peu plus d'indépendance et ca me rassurait. J'enfilais une jupe beige qui m'allait en dessous des genoux, un corsage crème et des ballerines de la même couleur. Du moins, une seule ballerine. Je me recoiffais vite fait, préférant laisser mes cheveux libres. Je redescendis de la même façon et croisais le regard inquisiteur de ma mère.

- J'ai raté quelque chose? Tu sors ce soir?
- Non!
Je haussais les épaules. Je ne vais pas accueillir Edward habillée en guenilles!
- Hummm je vois. Si tu veux on pourra aller en ville pour t'acheter quelques nouveaux vêtements, dans la semaine, qu'en dis-tu?


Je détestais faire les magasins. Mais pour une fois, cette idée me séduit.

- D'accord! Ma mère ne feigna pas la surprise et me sauta au cou.
- Tu vas voir ma chérie, je vais faire de toi une vraie demoiselle!


Notre etreinte fut dérangée par un coup timide à la porte.

- Entre, Edward!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mow'18
Fait face à une terrible nouvelle
Fait face à une terrible nouvelle


Féminin
Nombre de messages : 1111
Age : 25
Localisation : Avec Rob sur un Canapé....En plein Fantasme !!!
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 20:43

Ouhhhh j'aime ta suite !
Surtout le faite qu'elle apprenne que Carlisle est un vampire et qu'elle ne réagisse pas !
A quand la prochaine ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ticia
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 311
Age : 32
Localisation : Hummm...en chasse avec la famille Cullen
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 20:44

Wow t'es rapide!!!mdr!!

La prochaine, demain soir normalement, mais il faudrait que je prenne un peu d'avance quand meme pour l'ecriture!!
Ravie que ca te plaise Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 20:53

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mow'18
Fait face à une terrible nouvelle
Fait face à une terrible nouvelle


Féminin
Nombre de messages : 1111
Age : 25
Localisation : Avec Rob sur un Canapé....En plein Fantasme !!!
Date d'inscription : 07/12/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 20:54

Très rapide xD

Mais prend ton temps je ne te presse en rien !
En même temps ta fic's est super !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maetri
Ecoute les aveux d'Edward
Ecoute les aveux d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 433
Age : 37
Localisation : 1, 2, 3, Rob.... allons dans les bois...
Date d'inscription : 07/11/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 21:20

Encore une fois, je suis sous le charme...
hate de voir ce que tu vas nous concocter, mais prend ton temps pour écrire, nous savons être patiente enfin un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob


Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Mer 6 Jan - 21:45

TRES TENDRE TES DEUX CHAPITRE
ET J4ATTEND LA SUITE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella1986
Départ pour First Beach
Départ pour First Beach


Féminin
Nombre de messages : 200
Age : 30
Localisation : forks petite ville de phenix
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Jeu 7 Jan - 12:39

bonjour,merci pour cette suite ça fait du répéter mais bon.
je suis contente que tu es déjà posté parce que je ne suis pas trés patiente vivement la suite.enfin prend le temps qu'il te faut pour écrire une bonne suite ça me plaît tjr au temps.
BRAVO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ticia
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward
Dîne au restaurant en compagnie d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 311
Age : 32
Localisation : Hummm...en chasse avec la famille Cullen
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Jeu 7 Jan - 14:33

Voila le chapitre 8, avec meme un peu d'avance!! Enjoy it!!

Chapitre 8

Son sourire éclaira la pièce, et mon cœur se mit à battre légèrement plus vite lorsqu'il le posa sur moi. Il écarquilla les yeux mais ne se permit aucune remarque, se contentant de me détailler d'un air appréciateur. Je me sentis rougir et baissais les yeux sur un petit panier qu'il tenait dans sa main gauche.

- Bonsoir Bella! Renée!
- Bonsoir Edward.
Ma mère l'embrassa sur la joue, je me sentis jalouse à cet instant. Moi je n'osais pas et restais au même endroit, attendant qu'il vienne jusqu'à moi.
- J'ai apporté des muffins, ma mère les a fait... Nous informa-t-il en secouant le panier.

Il posa le panier sur la table et vint déposer un baiser sur mon front. Troisième fois. Il allait falloir qu'on discute de ça!
Ma mère prétexta des courses à faire et s'éclipsa. Nous laissant seuls. Nous travaillions dans le silence depuis deja un moment lorsque j'entamais la discussion.

- Tu ne m'a jamais dit ce que tu souhaitais exercer comme métier? Je n'avais pas levé les yeux de ma feuille, mais au bout de quelques secondes sans réponse, je le dévisageais. Il semblait... réticent?
- Je veux être soldat. Enfin, je vais être soldat.
- Il y a une différence entre le vouloir et le faire, alors quelle est ta nuance à toi?
- Je viens de déposer une demande dans l'armée, pour être pilote de chasse.


J'étais estomaquée. Si vite! Carlisle ne m'en avait parlé qu'hier et je le voyais déjà limite en uniforme, me disant au revoir de la main. Je me voyais déjà savoir qu'il ne reviendrais jamais. Il dut s'apercevoir de mes réflexions, il reprit la parole.

- Je ne partirais que d'ici trois mois si tout va bien. Et je serais formé jusqu'à mes 18ans à la base de Port-Angeles.

Si jeune. On ne se connaissait que depuis peu de temps et je n'avais pas envie de perdre un de mes amis.

- Ce n'est pas juste Edward. Pourquoi souhaites-tu aller mourir? Tu ne penses donc pas à ta mère, à tes amis, ta famille? A Carlisle...? J'hésitais... A moi?

Il effleura ma joue de sa main si douce, je penchais la tête et fermais les yeux pour prolonger ce moment. Puis je plaçais ma main sur la sienne, pour sentir sa chaleur m'envahir. C'est à cet instant que je devinais qu'il n'était plus un simple ami. Je ne voulais pas le laisser partir. Ma main s'accrocha à la sienne, et la déplaça légèrement pour que je puisse déposer un baiser sur sa paume, je le sentis trembler.

- Bella...
- Chut... Je ne veux pas que tu partes.
- Bella... Si seulement tu m'avais dit ça plus tôt, jamais je n'aurais signé ce document...
- Alors il est trop tard?
- Oui, je ne peux plus reculer.


Je regrettais amèrement, je soupirais, il rapprocha sa chaise de la mienne, se colla contre moi, et plaqua sa main contre ma nuque, attirant mon visage près du sien. Je n'osais plus respirer, je n'avais... je n'avais jamais embrassé un homme. J'en avais envie, mais la peur s'empara de moi. Il dût s'en apercevoir puisqu'il embrassa ma tempe, d'un baiser doux et fiévreux, sa main se faisait moins implacable, plus douce, plus caressante, et il m'arracha un soupir. Je perdais la tête, je ne savais plus ou j'étais, je ne reconnaissais plus aucune odeur, à part la sienne. J'étais toute entière concentrée sur ce minuscule baiser, il détacha ses lèvres de ma tempe et les reposa un peu plus bas, sur ma joue, puis un autre en dessous de mon oreille, et il parcourut ma mâchoire de ses lèvres. Enfin, son nez vint effleurer le mien, dans un mouvement si doux, si sensuel... Et ses lèvres s'approchèrent des miennes, s'entrouvrant légèrement pour se poser sur les miennes...
C'est ce moment-la que choisit mon père pour monter les quelques marches du perron. Edward et moi nous reculâmes maladroitement, et la porte s'ouvrit lourdement sur un Charlie trempé par la pluie. Argh.........................Il fallait qu'il tombe aussi mal!

- Bonsoir les enfants!
- Papa!
Je sursautais. Oh mon dieu mais tu es trempé!
- Oui, il fait un temps de chien! Edward, c'est ton vélo que j'ai vu dehors?
- Oui Chef Swan.
- Je te raccompagnerais chez toi alors. Je ne voudrais pas que tu tombes malade! En attendant, je vais aller me changer! Travaillez bien!
- A tout à l'heure papa!


J'avais retenu ma respiration depuis presque une minute, ne la reprenant que pour parler à mon père. Nous avait-il vus? Avait-il soupçonné quoi que ce soit? Edward avait une moue narquoise, et m'adressait un sourire que j'identifiais comme...moqueur? Charmeur? Il se pencha vers moi, et sans en prendre conscience, je prenais la même position que lui.

- Ce n'est que partie remise, ma Bella... me susurra-t-il d'un ton plein de promesses, je cessais de respirer, mon cœur s'emballa une fois de plus.

Il avait dit «ma bella», j'étais donc à lui, mais est-ce que je lui appartenais vraiment? Et lui, m'appartenait-il? Alors qu'il allait partir dans trois mois? Alors que dans dix semaines, j'allais devoir faire une croix sur lui, sur mon espoir de bonheur avec lui... Ces questions tournaient encore dans ma tête quand il partit avec mon père, m'embrassant sur le front, et m'adressant un clin d'œil. Elles tournèrent encore, s'insinuant en moi, alors que je mangeais, alors que je me déshabillais, que je me mettais en tenue pour dormir, que je m'allongeais, et que je fixais le plafond de ma chambre. Et enfin, elles furent encore dans ma tête alors que je sombrais dans un sommeil agité, plein de cauchemars.

Je rêvais de lui, tombant sur le champ de bataille, son avion s'écrasant, je voyais sa mère venir m'annoncer sa mort, je voyais sa tombe... je me réveillais en sanglotant. Il fallait que je l'en empêche. A tout prix. Je devais aller voir Carlisle.

Un matin, le réveil fut dur, j'ouvrais un œil, fut éblouie par une clarté aveuglante, tellement rare que je n'en avais jamais vue de telle ici, à Forks. Je me relevais tant bien que mal sur le lit, passait ma main sur mon visage et mes cheveux, essayant de réveiller ma peau pour pouvoir bouger, et orientais mon regard vers la fenêtre. Soleil. Il y avait un grand soleil! Attendez... du soleil? Je me dirigeai vers la fenêtre a l'aide de mes béquilles et tombais émerveillée sur la plus belle journée depuis mon arrivée. Je réfléchissais à la date. On était le 21 Mars. Le premier jour de printemps.
Dans un mois Edward ne serait plus là. Et je n'avais toujours pas trouvé l'occasion de reprendre les choses où elles s'étaient arrêtées il y a quelques... jours... semaines... Je ne savais plus. Le temps avait défilé trop vite, j'avais été accaparée par mes réflexions, et n 'avais trouvé aucune réponse à mes peurs, mes inquiétudes. J'avais pourtant besoin d'y voir clair.

Jacob arriverait d'ici deux petites heures. Il avait informé mon père qu'il m'enlevait pour la journée, un pique-nique était prévu sur la plage, avec bavardages, rires et détente à la clé. Et j'attendais ce moment impatiemment, j'allais enfin pouvoir échapper à mes réflexions le temps d'une journée, même si je savais qu'elles me rattraperaient une fois la nuit venue...

- Bella, tu vas te décider à descendre ou je dois venir te chercher? Jacob savait être persuasif quand il le fallait...
- J'arrive, j'arrive! Laisses-moi juste prendre un gilet au cas où!!

J'attrapais ma béquille au passage, je ne l'utilisais plus par nécessité, mais par habitude, et par prudence. J'arrivais à marcher seule mais je craignais un mauvais geste, me connaissant parfaitement...
Je sortais de la chambre et inspectais Jacob, au rez de chaussée. Qui aurait crû qu'une simple chemise blanche et un pantalon de toile beige le mettrait à ce point en valeur? Son temps chocolat ressortait grâce à ce choix, et je ne reconnus pas tout de suite les traits adolescents de celui que je considérais comme mon ami, mon meilleur ami, mon confident. Ces derniers temps, il avait encore grandit, et s'était beaucoup épaissi, non pas en graisse, loin de là, il était tout en muscle. Je ne lui donnais plus ses seize ans, et d'ailleurs plus personne n'était sûr de son âge. Sa mâchoire était plus carrée, ses yeux plus expressifs, son sourire, plus ravageur. Il aurait fait craquer n'importe quelle jeune fille libre, et même certaines qui ne l'étaient pas. J'étais d'ailleurs persuadée que toutes les filles Quileutes n'avaient d'yeux que pour lui... Je sortais de ma rêverie à contre-cœur.

- Je suis prête!
- C'est pas trop tôt!


Je le toisais, à ma manière.
Lorsque nous arrivâmes à la plage, plusieurs personnes avaient eu la même idée que nous, et nous eûmes du mal à trouver un endroit suffisamment tranquille pour conserver notre bulle d'intimité.
Néanmoins, on réussit à s'isoler suffisamment.

- Jacob, lorsque tu sais quelle est l'issue d'une problématique, essaie-tu quand même de changer cette issue, où tu laisses faire ce que la vie a décidé?

Ma tête était posée sur son ventre, nous étions allongés. Je n'avais pas de pudeur avec Jacob, il était mon ami, et je n'avais pas à me sentir gênée par rapport à lui. Et j'avais besoin d'une réponse. Je le sentis torturé, en train de réfléchir.

- Tout dépend de la problématique. Si j'estime que ca vaut le coup, je fais tout pour changer les choses. Pourquoi tu me demandes ca? Il se releva d'un coup. Tu as un problème?
- Non Jacob. Disons que je suis... partagée...
- Partagée...
Il eut un léger sourire et sembla soudain rêveur.

Je ne comprenais pas tout de suite ce changement de comportement, il me fallut attendre la fin de l'après midi pour mieux cerner son expression de ce moment-la. Il me ramena chez mes parents. Et en guise d'adieux, il me serra contre lui, et s'empara de mon visage pour déposer un baiser sur mes lèvres.

- Je ne veux pas que tu sois partagée...

J'étais ahurie. Je ne m'attendais vraiment pas à ça. Je n'eus même pas la présence d'esprit de le repousser, puisque j'avais perdu la parole et toute notion de réalité. Se pouvait-il qu'il se soit trompé à ce point à propos de la torture mentale que je m'infligeais? Je rougis, pour ne pas dire que j'étais cramoisie, n'osait aucune parole, aucune remontrance, aucune explication. Je tournais les talons et refermais la porte derrière moi, face à un Jacob décontenancé, un sourire peiné figé sur son visage si froid à cet instant.

- Qu'est ce qu'il se passe Bella, tu as vu un fantôme?Mon père n'étais pas loin de la vérité...
- Tu ne crois pas si bien dire...

Je sentis qu'il m'observait tandis que je montais dans ma chambre, adressant un haussement d'épaule à ma mère, qui me regarda passer, elle aussi totalement perdue.

Je me couchais sur le dos. Posais mon regard sur le plafond. Jacob m'avait embrassée. Alors que j'aurais voulu que ce soit Edward, et il le savait. Il savait ce que je ressentais pour Edward. Il devait avoir pris le manque de prise de position d'Edward comme un combat gagné, une victoire à portée de main. Ou pour un abandon. Et il avait tenté sa chance. Alors que je l'aimais comme un ami. Je touchais mes lèvres, je pouvais encore sentir celles de Jacob, douces et chaudes. Je n'avais jamais senti celles d'Edward.
Je ne descendais pas manger, prétextant des crampes d'estomac.
Je ne voulais tout simplement pas bouger de mon lit, n'en avait pas la force.
Demain, Edward allait venir, il me l'avait promis.
Et...

Je me réveillais brutalement. Mon oreiller était inondé, mes larmes semblaient avoir coulé toute la nuit. Je ne me rappelais que quelques flashes. Edward... Jacob... Une clairière. Et moi qui leur hurle d'arrêter.
Je reprenais ma respiration, ce n'était qu'un rêve. Nous étions le matin, et le soleil semblait faire son nid, il promettait une seconde journée illuminée. Parfait pour une ballade avec mon Edward. Pleine d'entrain, je me levais, fit ma toilette, déjeunais, et aidais ma mère au repas. Il passerait me chercher à 13h, il fallait que je sois prête.

Lorsque je le vis à la porte, mon cœur s'arrêta soudain. Il me fixait de ses si magnifiques yeux verts, sans sourire, ténébreux. Je riais.

- Qu'y-a-t-il?
- Nous sommes habillés pareil!


Nous examinâmes chacun la tenue de l'autre. Il avait une chemise à manche courte bleue ciel, j'avais une chemisette à manches courtes bleue ciel.
J'avais une jupe marron, marron était son pantalon en toile.
Il m'adressa un sourire d'excuse et déposa un baiser sur mon front, approchant mon visage du sien.

- Je dois dire que ca te va beaucoup mieux à toi qu'à moi. Tu es magnifique, comme toujours.

Une fois de plus, je m'empourprais, baissais les yeux, cherchant mes mots. Il n'y en avait aucun qui exprime ce que je ressentais à ce moment. Nous expliquâmes à ma mère que nous allions nous promener en forêt, que nous ne rentrions pas tard.

- Ou m'emmènes-tu?
- Dans mon havre de paix.


Je haussais un sourcil, l'air dubitative.

- Ne t'inquiètes pas. Tu vas adorer!

Nous prenions la route de la Push, mais au lieu de ça nous bifurquâmes sur une falaise. La vue était magnifique, sur l'océan pacifique. Derrière nous, la forêt. Je m'avançais à quelques mètres, emplissant mes poumons de l'air chargé de sel, ce qui brûla ma gorge.
Soudain, je sentis les mains d'Edward se poser sur mes hanches, puis m'enlacer, et il posa sa tête sur mon épaule, tournée dans le même sens que mon regard.

- Je donnerais tout pour vivre des moments pareils à chaque heure qui passe. Si tu es avec moi.

Je me sentis défaillir. Je tournais légèrement la tête vers lui, il en profita pour frotter sa joue à la mienne, soupirant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
appaloosa
Au cinéma avec Mike et Jacob
Au cinéma avec Mike et Jacob


Féminin
Nombre de messages : 1226
Age : 26
Localisation : dans les bras de jacob
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Jeu 7 Jan - 19:14

elle est tres bien ta suite
ils decouvrent leur sentiments
et jacob qui s'imagine que bella est partage entre lui et edward
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat


Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Jeu 7 Jan - 19:18

trop bien ce chapitre et j'ai trés envie de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)   Aujourd'hui à 7:59

Revenir en haut Aller en bas
 
1918. Mon bouleversement personnel. (Chap 12 en ligne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soul Eater Chap 32 à 35
» FanFiction_The 22th Hunger Games. [CHAP.2 en Ligne]
» Cataloguer ses films en ligne
» LES TRAINS “DECAUVILLE” ET LA GUERRE 1914 - 1918
» La fiction sans nom - 66ème Hunger Games [DÉBUT Chap 5 EN LIGNE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: