Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 30 Nov - 12:52

Bon allé je me relance dans le post de fics sur le forum, même si là je me concentre complètement sur celle-ci Wink

Voilà de quoi introduire l'histoire, et en espérant que ça vous plaise, et si c'est le cas je vous mettrais la suite Wink

bizz Bonne lecture Wink study



Introduction






14 juillet 2009, 7 451ème jour depuis ma naissance.
Je suis le "candidat" 38, surnommé Oméga par mes frères.

Avec quatre de mes compagnons nous vivons...euh pardon, nous survivons dans les ruines de ce qui était il y a quelques années une ville artificielle créée spécialement pour l'entraînement de soldats du programme expérimental HGM 1 (Humains Génétiquement Modifiés), une cité qu’ils avaient fini par appeler City of Hell.
Mes camarades se prénomment :
- Alpha (ex numéro Deux-neuf), créé il y a 17 ans, plus exactement le 31 décembre 1992.
- Delta (ex numéro Quatre-six-un), créée il y a 21 ans, le 14 juillet 1989.
- Lambda (ex numéro Un-cinq-huit), créée il y a 15 ans, le 3 mai 1994.
- Enfin il y a elle, Sigma (ex numéro Un-sept), créée elle aussi il y a 20 ans, le 13 janvier 1989 précisément.

Notre...éducation fut, bien sûr, complètement axée sur le combat, tous les sentiments ne s’y « prêtant pas » étant refoulés au plus profond de nous par des séances de « contrôle de soi », et parfois même des lavages de cerveau lorsque cela ne suffisait pas.

Si nous devions comparer notre enfance, cela aurait été sans hésitation celle des spartiates dans l’antiquité grecque, mais poussée à son paroxysme. Nous avions été élevés comme des animaux, et parfois je me demandais même si leur sort n’était pas mieux que le notre…


Ah, par contre ne croyez pas que nous ne sommes que cinq.

Au départ le programme comptait 3 257 embryons triés sur le volée, appelés « candidats », mais plus de la moitié ne survécut pas au premier stade de développement.

Environ un bon millier parvint à naître dans les cuves du complexe, mais du fait d’incidents techniques, humains, et d’une trop faible…« résistance » pour certains n’en laissa qu’environ
500 lorsque nous eûmes l’âge de commencer l’entraînement, soit aux alentours de nos quatre ans.

Du fait de l’extrême dureté des traitements qui nous étaient infligés, une révolte éclata en 1997, l’année de mes 8 ans. Je me souvenais de la date exacte, et même de l’instant où elle avait débutée, tout cela resterait à jamais gravé dans ma mémoire…le 19 septembre 1997 à 6h43 retentissait le premier coup de feu qui allait déclencher cette guerre qui, aujourd’hui, durait depuis bientôt 12 ans.

Sous la conduite d’un dénommé Corr, nous nous battîmes des années durant contre vous, les humains « normaux », perdant de nombreux frères et sœurs, mais c’était pour notre liberté que nous faisions ça.

Mais au fil du temps, son "fils" Aslam devint de plus en plus…avide de sang et de vengeance, n’hésitant parfois pas à tuer tout blessé sans aucun état d’âme, c’est donc pour ça que Gamma et Théta, nos « parents » avaient fait sécession en nous emmenant avec eux, j'avais alors 10 ans...
Mais Aslam n'accepta pas notre départ et il envoya ses meilleurs éléments, ceux que nous appelions "les tueurs", à nos trousses.
Mais ils ne connaissaient pas la ville comme Théta et moi la connaissions, et nous parvinmes à nous cacher pendant quelques temps sans qu'ils ne nous trouvent, nous permettant alors d'aménager à peu près convenablement l'ancien quartier du personnel spécialisé,à une trentaine de mètres sous ce qui restait de l'hôpital...

Malheureusement, le jour de mes 12 ans ils ont fait ce que nous appelons "une descente", vingt cinq d'entre eux contre nous six....autant de dire que nous n'avions aucune chance de résister, sauf peut être...ce jour là j'ai eu une explosion de fureur, c'est-à-dire que j'ai perdu tout contrôle, libérant toute la rage et la haine contenue en moi, et ce n'était pas beau à voir, je peux vous l'assurer...

Aujourd'hui j'ai survécu à bien des choses, mais une de celles que je n'ai jamais véritablement connue pourrait bien me tuer....


Dernière édition par Vador le Sam 24 Avr - 19:02, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malycia
Découvre la clairière
Découvre la clairière


Féminin
Nombre de messages : 409
Age : 35
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 30 Nov - 16:32

Début intéressant Vador! Wink ça change, et j'ai envie de savoir la suite!!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 30 Nov - 17:46

Merci malycia c'est gentil Wink

Je pense mettre la suite demain ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malycia
Découvre la clairière
Découvre la clairière


Féminin
Nombre de messages : 409
Age : 35
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 30 Nov - 17:58

Je te suis alors!! Wink je serais là demain!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuDeLiciOus*
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer


Féminin
Nombre de messages : 2657
Age : 32
Localisation : Manoir Paradis - Avenue des enfers 666 - 0000 Perver'sLand
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 30 Nov - 19:27

Ohhhh mais c est notre fics a Jumelle et moi !!!!!! Trop bien ^^
Tu t ai decider a la poster finalement !!! c est chouette....

D ailleur j attend toujours la suite du chapitre 4 cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-so-lemon-world.bbactif.com/forum
kristen addict
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Masculin
Nombre de messages : 39
Age : 27
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 30 Nov - 19:34

ca commence bien, ze veux voir aussi la suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silly.
Inscription au lycée de Forks
Inscription au lycée de Forks


Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 22
Localisation : Morocco ^^
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 30 Nov - 19:55

Début super intéressant, l'histoire est bien travaillée, les chiffres, les dates ,tout... Hâte de lire la suite =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Mar 1 Déc - 7:07

Merci beaucoup ça me fait super plaisir que ça vous plaise !! Wink

Ewolya => En fait c'est pas tout à fait celle-là, celle avec ta jumelle je suis en train de l'avancer ^^

Bon allé voici comme convenu la suite Smile


Chapitre 1






Elles étaient là, à une vingtaine de mètres de moi, me fixant de leurs regards noirs.
- As tu peur ? Demanda celle de gauche, l'aînée d'après moi.
Son ton était à la fois calme et sec, mais je savais que sa pseudo zénitude n'était qu'une façade.
Une légère crispation de sa lèvre supérieure m'alerta sur sa frustration et son énervement plus que compréhensibles.
- Jamais je n'aurais peur de vous.
La cadette fit un pas vers moi mais je ne bougeais pas, gardant toutefois une certaine marge de manoeuvre en cas de problème.
- Viens avec nous, nous ne sommes qu'une seule et unique famille et tu le sais.
- Tu me hais mais moi je t'aime, murmurai-je à la plus jeune des deux.
Sa réaction fut celle à laquelle je m'attendais,c'est-à-dire qu'elle recula légèrement, troublée par ce que je venais de dire.
- Il ment !! S'écria sa soeur en bondissant vers moi.
L'instant de doute passé, la plus jeune suivie son aînée alors que je sautais sur une carcasse de voiture laissée là.
- Il ne faut pas qu'il s'échappe cette fois !!
Le bruit du choc de mes rangers sur la carlingue résonna plusieurs secondes après mon passage, mais j'entendis trois respirations "s'ajouter" aux leurs.
Je bifurquais alors vers l'entrée sud du parc mais un crissement de pneus m'obligea à filer vers la porte ouest, la plus propice pour une embuscade mais je n'avais plus le choix...
- Il est là, il est là !! Second groupe avec moi !!
Des aboiements se firent entendre, suivis de cris...

Les chiens, ils ont amenés les chiens, ils me traquent comme une bête...

- Vous ne m'aurez pas !!
Plusieurs coups secs claquèrent et les branches autour de moi furent déchiquetés, mais je ne m'arrêtais pas pour autant.
J'aperçus alors la porte ouest mais trois gros véhicules la bloquèrent aussitôt en effectuant des dérapages plus ou moins contrôlés.
Les portes arrières s'ouvrirent à la volée en des dizaines de silhouettes casquées en cliquetant en descendirent et se placèrent en embuscade derrière les grilles et tout ce qui pouvait leur apporter une certaine protection.
Feu à volonté !! Neutralisez le !! Beugla une voix.
Immédiatement, des centaines de balles de tous calibres explosèrent tout ce qui se trouvait autour de moi, mais avec un retard de quelques dixièmes de seconde, j'étais trop rapide pour eux.
J'attrapais mon couteau à ma ceinture et pris appui sur un arbre, qui plia sous le choc, avant de bondir sur l'homme armé le plus proche.
- Attention !! Cria un de ses collègues.
Je lui plantais mon arme dans le bras droit puis me jetais sur celui qui semblait commander leur groupe.
- Trois-huit, arrête toi !! Hurla une voix que j'identifiais aussitôt comme étant celle de d'un des scientifiques de l’Agence chargé du programme dont nous étions issues...
La majorité des soldats s'arrêtèrent une fraction de seconde, certains allant même jusqu'à se retourner, et j'en profitais alors pour filer en assommant tous ceux qui se trouvaient sur mon passage.
- Je m'appelle Oméga ! Lui criai-je.

Mais alors que j'arrivais sur le cours central, une explosion, un obus d'après moi, pulvérisa une boutique à quelques mètres sur ma gauche, et le souffle me projeta dans une vitrine de l'autre côté de la rue.
- Bordel ils ont sortis l'artillerie lourde cette fois, grognai-je en m'extrayant des décombres.
De la fumée s'élevait de la boutique où avait explosé l'obus et j'entendis le bruit caractéristique des chenilles d'un char sur le bitume avant de défoncer une cloison.
Je m'y faufilais alors et grimpais à toute vitesse ce qui restait des escaliers jusqu'au toit.

Mais alors que j'arrivais au 7e étage, l'immeuble en comptait 9, des gémissements et des sanglots se firent entendre depuis la chambre au fond du couloir.
- Ah...à l'aide..!!
Une nouvelle explosion ébranla l'édifice et je me précipitais vers la pièce d'où provenaient les cris, ouvrant aussitôt la porte.
Ma surprise fut totale lorsque je trouvais deux adolescents serrés l'un contre l'autre sous un bureau, de la poussière tombait depuis le plafond, une couche de plusieurs centimètres s'étant déjà formée par terre, sauf à l'endroit où....où je pensais qu'ils avaient dus...s'occuper dirons-nous.
- Par pitié, nous faites pas de mal, dit le garçon entre deux sanglots.
- A l'abri, grommelai-je en m'avançant vers eux.
La jeune file se mit alors à sangloter de plus belle et je m'agenouillais en face d'eux mais l'immeuble fut secoué par de nouvelles explosions.
- Bordel !
Je les attrapais, mis la fille sur mon dos et prenant le garçon sous mon bras, puis me précipitais vers les escaliers, mieux valait ne pas leur flanquer la frousse de leur vie en sautant par la fenêtre pour fuir.
- Lâcher moi !! Au secours !! Hurlait l'adolescent en se débattant de toutes ses forces.
- Si je vous lâche vous êtes morts ! Rétorquai-je en défonçant la porte menant au toit.
Ma réponse lui cloua le bec et il arrêta subitement de se débattre.
- Où nous emmenez-vous ??!!
- En sécurité !
Je prenais de l'élan puis me ruais vers le rebord à toute vitesse en leur criant de s'accrocher.
- On va mourir !!
J'effectuais un saut périlleux à peine contrôlé, des tirs provenant de la rue tissant un épais réseau mortel.
« L’atterrissage » fut moins chaotique que je ne l’aurais imaginé mais un point, puis deux, puis trois, apparurent à l’horizon.
- La poisse ! Grognai-je. Ils m’en veulent un max aujourd’hui.
- C’est mon père, il vient nous sauver ! s’écria le jeune homme. Tiens bon
- Ils tirent à vue !! lui lançai-je en me précipitant vers le toit de l’immeuble de la Royal Bank.
De cet immeuble nous pouvions rejoindre notre planque par un souterrain, mais j’avais encore 300 mètres à parcourir sur les toits, et avec une escadrille aux trousses ça serait pas de la tarte.
- Lâchez moi !! Je vous ordonne de me lâcher !!
- Je ne reçois pas d’ordres d’un morveux !! Alors boucle la !! Lui criai-je en courant sur une passerelle composée de planches mises côte à côte.
Mais c’est alors que je vis mon frère qui chargeait un SAM (un lance missile portable).
- Oméga, bouge toi bordel !! Cria-t-il alors qu’une roquette filait vers les chasseurs.

Je bondis sur le toit de la Royal Bank et me jetais dans la première pièce venue, suivi par Alpha.
Nous nous relevâmes et dévalâmes à toute vitesse les escaliers, les deux adolescents s'accrochant à moi de toutes leurs forces, tétanisés par la peur.
- Qu'est ce qui t'as pris de les ramener ?! Tu sais bien qu'on ne prend pas d'otages !
Cinq explosions ébranlèrent l'immeuble et nous descendîmes rapidement dans les égouts, mon frère verrouillant la trappe derrière nous.
- Vous vous sentez capable de marcher ? Leur demandai-je.
L'adolescent sauta sur le sol et aida sa copine.
- Viens, on va rentrer, lui murmura-t-il.
- Je suis désolé mais ce n'est pas possible, dis-je.
Il se retourna aussitôt et me fusilla du regard tout en soutenant la jeune fille.
- Et pourquoi hein ?! Parce que nous connaissons l'entrée de votre repaire ?!! (il déglutit) Si ce n'est que ça, nous ne dirons rien.
Je m'approchais doucement d'eux.
- Alors primo vous ne sortirez pas d'ici comme si vous ne nous aviez jamais vus, nous le savons bien.
Leurs regards étaient apeurés, mélangés à de la tristesse.
- Nous ne vous interdirons pas de partir, de vous débrouiller par vous même. Mais vu qu'aucun de leurs appareils ne fonctionne ici, ils vos prendront pour l'un des nôtres, et votre retour chez vous ne sera pas celui auquel vous vous attendez.
Je leur tendis mon couteau de combat et fis signe à Alpha de leur passer une de armes qu'il portait, ce fut un pistolet avec lunette infrarouge.
Il nous ls arracha littéralement des mains, mit le couteau à sa ceinture et braqua le revolver vers nous.
- Ne bougez pas ou je tire ! Dit-il avec force en reculant avec sa copine.

Mais soudain, le bruit d'une bouche d'égout raclant le sol résonna dans le tunnel et je saisis un fusil d'assaut que portait mon frère.
- Y en a quatre !! Cria une silhouette en émergeant dans la galerie.
-Je suis le...!!
L'adolescent fut coupé dans sa phrase lorsque les soldats ouvrirent le feu avec des balles traçantes.
- A terre !!
Je visais l'homme le plus exposé et pressais la détente, puis décalais mon tir sur les autres.
- Alpha !! Évacue les !!
- Venez !!
Je shootais dans une caisse abandonnée là puis me remis à tirer pour couvrir leur fuite, mon projectile percutant deux agents, qui furent jetés au sol.
- Le plafond !! Hurlai-je en reculant précipitamment sous une grêle de balles.
Alpha fourra une grenade dans son fusil, visa la voûte et tira.
L'explosion se répercuta sur plus d'une centaine de mètres et une épaisse fumée âcre envahie l'air alors que des tonnes de gravats s'accumulaient dans un grondement sourd mais discontinu.
- On dégage !! Ordonnai-je en prenant l'adolescente sur mon dos.
Mon camarade prit le garçon sur ses épaules et nous filâmes vers ce qui nous servait de refuge, ce qui nous prit une dizaine de minutes.

Lorsque j'émergeais du conduit, Delta garda son arme braquée sur ma tête pendant une fraction de seconde puis la remise à épaule.
- J'ai eu si peur qu'il t'arrive quelque chose, dit-elle en me serrant dans ses bras.
- Ils ne font pas le poids. Enfin sans leurs avions et leurs chars....
Son visage se décomposa alors que j'aidais la jeune femme à tenir sur ses jambes.
- Des chars ? Des avions ??!! S'écria-t-elle. Non Oméga mais tu te rends compte de ce que tu fais ??!! Nous ne sommes pas des surhommes, et tu le sais aussi bien que nous tous ici présents !!
- Ils ont trop confiance en leur technologie. Je peux leur faire bien plus de mal qu'ils ne le pensent.
Elle souffla de résignation.
- Venez, dis-je aux deux adolescents en leur faisant signe de me suivre.
Il y avait de l'appréhension dans leurs yeux mais ils me suivirent tout de même alors que Lambda s'appuyait contre l'embrasure de la porte de la cuisine.
- Bonjour, murmura-t-elle en esquissant un sourire.
- Et voilà, dis-je en ouvrant la porte de la chambre que je partageais avec Alpha.
Ils jetèrent un coup d'oeil un peu partout, puis la jeune femme s'affala sur le lit, véritablement exténuée par ce qui c'était passé...
- Je vais vous chercher à manger, d'accord ?
- M...merci, hoqueta-t-elle en s'adossant au mur, son compagnon s'asseyant à côté d'elle.
Je lui souris puis filais dans la cuisine mais Delta me barra le passage.
- Oméga. Tu te rends compte de la merde dans laquelle on est ?
- Ils n'auraient pas supportés une arrestation, je ne pouvais pas les laisser subir ça. Je les ramènerais chez eux dès qu'ils auront repris des forces.
Elle se décala pour me laisser passer et je me dépêchais de faire cuire deux steaks et ce qui restait de riz, puis sortis une bouteille d'eau du réfrigérateur que nous avions rafistolés.
- Comment comptes-tu t'y prendre ? Demanda-t-elle. L'agence cherchera à tout savoir d'eux s'ils tombent dans leurs griffes, ça détruira leurs vies.
- Je simulerais une tentative d'enlèvements à leurs domiciles, ça pourrait paraître plausible, non ?
Elle soupira et posa sa main sur mon épaule.
- Oméga...Jamais je ne te contredirais lorsqu'il s'agira de protéger des innocents, tu le sais bien. Mais là...cette situation est d'autant plus dangereuse pour eux que pour nous.

Une violente secousse, suivie de deux autres encore plus puissantes, fit trembler tout l'édifice, et je me précipitais dans la chambre en entendant les "cris" des deux adolescents.
De la poussière tombait du plafond, accentuant encore plus leur peur, et je "sentais" leurs rythmes cardiaques s'emballer.
- Calmez vous. Calmez vous ça va aller, leur murmurai-je.
Ils me serrèrent dans leurs bras, la jeune fille hoquetant pour arrêter de sangloter.
- Voilà de quoi vous restaurer, dit ma "soeur" en entrant dans la pièce, un plateau garni dans les mains.
Elle le posa sur la table alors que je me relevais, et ils s'approchèrent doucement en nous jetant des regards quelque peu inquiets.
- Ne vous inquiétez pas, vous ne risquez rien. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, nous serons à côté.
- Euh...où sont les toilettes s'il vous plait...?
Je lui montrais la porte derrière moi.
- Juste là.
- Merci...
Il y eut un instant de flottement puis nous sortîmes en refermant la porte.
- L'irrigation déconne !! "Cria" Lambda, sa voix provenant des "réserves".
Alpha passa en trombe devant nous.
- Attends, j'arrive !! (il attrapa la caisse à outils posée sur un meuble) Ça arrête pas de déconner, faut vraiment qu'on le répare !
Je le regardais disparaître dans le conduit puis m'assis sur une chaise dans la cuisine et me mis à rédiger notre "carnet de bord" sur l'ordinateur installé là.
- Ça fait déjà 4 ans, marmonnai-je en ouvrant une nouvelle page texte.
- Et ouai....mais on est arrivés à survivre, c'est déjà une victoire. Une victoire dans la défaite, mais une victoire quand même.
- Je ne crois pas que nous ayons perdus, nous avons réussis à stabiliser la situation...
Elle hocha la tête en signe d'acquiescement alors que je me mettais à transcrire ce qui c'était passé sur l'ordinateur à l'aide du micro.
- Deux-six est revenu, me souffla-t-elle. Il a bravé l'interdiction d'Aslam pour prendre de nos nouvelles, mais je lui ai demandé de ne plus faire cela, il risque beaucoup trop de choses en faisant ça.
- J'irais le voir cette nuit ou demain, quand je les aurait raccompagnés.
Elle jeta un coup d'oeil sur l'écran qui nous retransmettait les images des caméras placées à la surface, même si elle savait qu'elle allait voir.
- Ils ont mis le paquet, dit-elle alors que nous voyions une salve d'artillerie pulvériser une aile entière d'un bâtiment résidentiel, et enflammer tout ce qui pouvait encore l'être.
J'entendis la porte de la chambre s'ouvrir et la respiration de l'adolescente se fit beaucoup plus "claire".
- Chacun devrait choisir de vivre dans un tel enfer, grognai-je en éteignant "violemment" l'écran.
- Pourquoi n'acceptent-ils pas que vous viviez normalement ? demanda-t-elle.
Je m'approchais d'elle sans vraiment la voir.
- Parce qu'ils nous ont créés et qu'ils pensent que nous leurs appartenons. C'est comme ça qu'ils nous considèrent, comme des bêtes obéissantes mais impulsives.
Elle me regarda comme si ce que je venais de lui dire l'avait embrouillée, puis elle baissa les yeux.
- Je...

Une nouvelle explosion ébranla tout notre repaire, suivit d'une seconde, beaucoup moins forte, mais celle-ci provenait d'en dessous....
- Alpha !! Lambda !! Criai-je en me ruant dans les sous-sols.
- On a une canalisation pétée !!
J'attrapais ma soeur et lui ordonnait de remonter couper l'eau.
- Je t'ai déjà dis, pas d'explosif comme tire-bouchon !
Nous éclatâmes de rire tout en tentant de colmater le plus rapidement possible la brèche dans la conduite avec du mastic et tout ce que nous avions sous la main.
- Eau coupée !
Le débit se réduisit à une vitesse fulgurante, et seul un mince filet de liquide continua de s'écouler dans la fissure qui était apparue.
- Mets une plaque de tôle là s'il te plait, dis-je en me saisissant d'une "pointeuse".
- Tu penses les ramener quand ?
Il la plaqua contre la conduite.
- Demain.
Il déglutit et acquiesça, mais j'étais mal à l'aise de sa réaction, j'avais l'impression qu'il ne me disait pas tout.
- Tu ressens quelque chose de bizarre ? Lui demandai-je.
- J'ai l'impression que lorsqu'elle va partir je vais me mettre à pleurer. Comme si nous étions liés par...par quelque chose d'encore plus fort que nous...
Je finis de fixer la tôle puis m'assis sur un sac de riz.
- Ils ont peut être raison, nous ne sommes pas comme eux, parce qu'ils nous ont endosctrinés comme des soldats....
- Nous sommes des soldats expérimentés, et pourtant nous ne connaissons pas notre humanité....
Delta passa la tête par la trappe.
- Et ben les garçons, vous venez ou pas ?
- On arrive. (je lui soufflais à l'oreille) Allé mon frère, viens.
Il me regarda un instant, une expression de vide se lisant dans ses yeux, puis hocha la tête et nous nous levâmes pour rejoindre les autres.

Mais alors que, à la suite d'Alpha, j'émergeais dans le...le salon...Lambda sortit un appareil photo et le braqua sur nous.
- Alpha et Oméga contre le l'eau, le combat du millénaire ! s'esclaffa-t-elle.
Nous sourîmes du mieux que nous pouvions et le flash immortalisa ce moment, nous étions trempés de la tête aux pieds, de l'eau dégoulinant sur nos cheveux et nos vêtements.
La jeune fille sorti de la chambre, le plateau à la main et demanda où elle devait le poser.
- Oh c'est gentil mais je vais le faire, dit Delta en le lui prenant doucement des mains. Merci beaucoup.
L'adolescente lui sourit mais j'entendis son copain grogner son mécontentement alors qu'Alpha s'avançait légèrement vers elle.
- Euh...(il se retourna brusquement vers moi) Comment je dois lui dire pour faire une photo avec elle ? Comme souvenir....
Elle avait remarquée que nous parlions d'elle et elle s'approcha presque imperceptiblement, mais il se tourna à nouveau vers elle, visiblement embarrassé...
- Tu...euh vous voudriez bien faire une photo avec moi ?? Enfin si ça vous dérange pas ! s'empressat-il d'ajouter, la peur au ventre.
Elle paraissait encore plus mal à l'aise que lui, mais pour mon frère c'était pasqu'il n'avait jamais demandé cela à une jeune femme, et encore moins à une....une humaine normale....
- A...avec plaisir.
L'adolescent bondit du lit sur lequel il était avachi et nous fusilla du regard en s'approchant.
- Sarah !
- Quoi ?! S'écria-t-elle en se plantant devant lui. Tu veux m'interdire de prendre une photo avec lui ? Hein ?!
Je sentais la tension monter mais je ne pouvais, enfin je ne devais pas intervenir, c'était leur couple, leurs problèmes, interférer ne ferait qu'envenimer la situation.
- Lache la, dit Alpha. C'est qu'une photo.
La "réponse" de mon frère le fit littéralement exploser.
- Qu'une photo ?! Tu crois vraiment que je vais te croire ??!! (il attrapa violement la jeune femme par le bras)
- Aie ! Lache moi Clark ! S'écriai-t-elle en le frappant au ventre.
Il ne broncha pas et continua de nous toiser du regard, s'arrêtant longuement sur celui qu'il venait de "choisir" comme rival.
- Tu la regardes comme si tu voulais lui sauter dessus ! Tu baves d'envie rien qu'en pensant à elle !
Mon frère recula, comme "interloqué"...
- Alpha...
- Laisse Oméga, il a raison....ce n'est que la stricte vérité....
La jeune femme se débattit pour s'extirper des bras de son compagnon, et il la lâcha quelques instants après en jetant un regard raillard à mon frère.
- Je ne comprends pas comment j'ai pus ne pas voir ça ! S'écria-t-elle. Tu es un monstre !!
- Ce sont eux les monstres !! répliqua-t-il en nous désignant du doigt.
En temps normal je l'aurais frappé, c'était la pire insulte que l'on pouvait nous dire, mais là je ne bougeais pas, même si tout mon corps me hurlait de lui rentrer dedans.
- Ils nous ont sauvés !!! Ils méritent bien plus de respect que tu ne le penses !
- Tu veux rentrer chez toi ? Dis-je au garçon. Puisque c'est ton vœu le plus cher je vais l'exaucer maintenant, même si c'est au delà de tout bon sens.
Je l'attrapais par le col et prenais doucement l'adolescente par le bras.
- Non !


Dernière édition par Vador le Jeu 3 Déc - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flavie60
Se fait sucer le venin par Edward (lol)
Se fait sucer le  venin par Edward (lol)


Féminin
Nombre de messages : 858
Age : 23
Localisation : Chantilly
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Mar 1 Déc - 10:26

j'aime bien bientot la suite j'espére
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malycia
Découvre la clairière
Découvre la clairière


Féminin
Nombre de messages : 409
Age : 35
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Mar 1 Déc - 14:04

Bonne suite Vador!! ça change comme histoire, j'accroche bien moi! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Mar 1 Déc - 14:17

Embarassed Merci beaucoup les filles!! Wink

Je pense vous poster la suite....bon ce soir ou demain vu que j'en ai quelques unes d'avance ^^

bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silly.
Inscription au lycée de Forks
Inscription au lycée de Forks


Féminin
Nombre de messages : 59
Age : 22
Localisation : Morocco ^^
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Mar 1 Déc - 18:20

Vador a écrit:

Je les attrapais, mis la fille sur mon dos et prenant le garçon sous mon bras, puis me précipitais vers les escaliers, mieux valait ne pas leur flanquer la frousse de leur * en sautant par la fenêtre pour fuir.

T'as oublié le mot vie Wink
J'accroche aussi :d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Jeu 3 Déc - 11:36

Oublie corrigé ^^ xD

Merci Wink

Bon ben voilà la suite comme convenue ^^

Bonne lecture et j'espère que ça vous plaira study


Chapitre 2






- S’il vous plait ne commencez pas, dis-je.
Elle soutint mon regard et son compagnon tenta de la « raisonner »…
- Sarah, on va rentrer chez nous.
- Non !! Toi tu vas rentrer chez toi retrouver a famille !! Mais moi je n’en ai plus et ce n’est certainement pas après ce que tu viens de dire que je vais t’écouter.
- Mademoiselle, vos amis vont se faire un sang d’encre pour vous…
Elle nous regarda, les larmes aux yeux.
- Vous êtes bien tous les mêmes ! Vous ne comprenez pas ce qu’on peut ressentir quand on perd sa famille ! (elle tenta d’ouvrir la trappe, mais en vain) Mais je ne peux pas repartir, plus maintenant…

Oh si nous le savions, mais tu n'en as aucune idée....

Lambda s’approcha d’elle et posa une main sur son épaule.
- Je voudrais te montrer quelque chose, tu veux bien ? Dit-elle.
- Sarah non !! S’écria le jeune homme.
- Je n’ai pas à t’obéir !! S’offusqua-t-elle. Je fais ce que je veux, comme je le veux.
Elle tremblait imperceptiblement , ses yeux d’un bleu sublime nous jetant des regards « noirs » .
- J’ai l’impression de vous connaître depuis que je suis née, c’est assez bizarre…
- Ma chérie ne les laissent pas te bourrer par leurs mensonges ! Ils t’utilisent…ce n’est qu’un odieux stratagème pour te soutirer des informations !
Je soufflais pour me retenir de le frapper, il avait été endoctriné sans s’en rendre compte, mais là ça devenait vraiment…

Comme nous…mais après il avait continué à écouter leurs histoires par lui-même, alors que nous non…

- Tu peux pas te taire un instant…? Soupirai-je en le fusillant du regard.
- Je parle à ma copine ça te concerne ?!
Là il dépassait les bornes, et je le jetais dans la chambre.
- Écoute moi bien toi !! Je me fous de savoir que tu es le fils de je ne sais qu’elle personnalité ou que tu es son petit copain ! Ici tu es chez nous, alors tu respectes nos règles !….
Il recula précipitamment alors que je rentrais brutalement dans la pièce.
-…et la première est de respecter chaque personne qui se trouve ici ! Alors tu vas aller t’excuser auprès d’elle….et plus vite que ça !!
Il bondit sur ses pieds et revint, penaud dans le salon.
- Je…
Je lui donnais une tape dans le dos et il faillit se retourner, mais se retint.
- Je suis désolé Sarah…
La sincérité n’était pas son fort, et ça se voyait, mais il ne fallait pas trop lui en demander trop pour aujourd’hui…
- Je vais vous reposer la question, quoique je ne devrais pas je pense….Est-ce que je vous ramène maintenant ?
L’adolescent observa son amie mais celle-ci ne lui adressa pas un regard, et il tenta alors de lui prendre la main en s’approchant subrepticement.
- Je reste. Enfin…si vous acceptez une pauvre petite humaine normale…
Je crus que le garçon allait se jeter sur elle pour l’emmener de force mais Alpha se décala légèrement de façon à se placer entre eux, et le dénommé Clark renonça.
- Traîtresse, grogna-t-il en serrant les poings. Je me demande bien comment j'ai pu m'imaginer sortir avec toi !
Cette fois elle craqua, c'était la phrase de trop.
- Vas t'en Clark Sanlog !! Sors d'ici !! (elle le pointa du doigt, la "rage" se lisant dans ses yeux) Tes beaux discours ne sont qu'une multitude de mensonges et de monstruosités !!
Je m'avançais doucement.
- Alors là avec plaisir ! Je vais enfin pouvoir me tirer d’ici, et SANS TOI !! (il mit les pieds sur les premiers barreaux de l’échelle) De toute façon, vous êtes des Hommes morts !! Retenez le bien !!
Ce n’était que des mots, mais il n’en fallut pas plus pour que mon frère bondisse sur lui.
- Écoute moi bien, grogna-t-il en l’attrapant par le col. Je peux te tuer avant même que tu ne puisses ouvrir la bouche, alors si tu continues à nous insulter, je te jure que je n’hésiterais pas !
Il le força à descendre nous le suivîmes.
- Que tu le veuilles ou non on te ramène, donc maintenant tu la boucles et tu restes entre nous.
Je le vis remuer les lèvres mais aucun son ne sorti de sa bouche, et Alpha se plaça juste derrière lui tandis que je me plaçais à l’avant.
- Attendez !
Nous nous retournâmes et la jeune femme s’approcha.
- Signe de notre amour, et ben voilà mon cadeau de rupture !
Elle lui jeta ce qui ressemblait à un dauphin en argent accroché à une chaînette, et il tomba à ses pieds.
J’observais sa réaction, mais vu qu’il ne bougeait pas, je décidais d’y aller, mais j’entendis mon frère ramasser ce quelle avait jetée.
- Laisse ça !

Là tu commences vraiment à me les briser toi !

- Bon maintenant tu arrêtes de donner des ordres !
Je le plaquais au sol et lui attachais les mains, puis lui mis du scotch sur la bouche pour l’empêcher de crier.
Il se démena et je faillis lui en remettre une deuxième couche tellement il se débattait.
- Et un paquet ficelé, un. Maintenant on bouge, la poste n’est pas ouverte jusqu’à point d’heure.
- Quoique je crois qu’elle faisait une exception aujourd’hui. Quelle chance !

Je devais avouer que nos blagues ne volaient pas bien haut, mais nous avions été « endoctrinés comme des machines » pour être de parfait soldats, et non pas pour faire la conversation et être les parfaits fiancés de demain….
- Rentres à la maison s’il te plait. Je vais m’en occuper.
- Oméga, tu me traites comme ton frère, mais aussi comme un gamin…
Je le regardais sans vraiment savoir quoi répondre, c’était vrai…
- Je tiens trop à vous pour vous perdre…allé s’il te plait.
Il fourra sa main dans la poche où il avait mis la chaîne de l’adolescente, puis soupira.
- Je ne suis pas fait pour ça.
- Tu vas apprendre, ne t'inquiète pas.
Il hocha la tête comme pour s'en persuader.
- Qu'est ce qui me dis qu'elle ressent la même chose que moi ? Elle a perdue sa famille, elle croit peut être arriver à en retrouver une auprès de nous.
- Une famille ce n'est pas que nos parents et nos frères et soeurs. (je le "frappais" du coude) Allé, retournes y, je serais pas long.
- Je te couvre, répondit-il. Maintenant on y va.
J'esquissais un sourire puis nous nous enfonçâmes dans le dédale de galeries, à plusieurs dizaine de mètres sous la ville.
- Nous vivons dans l'obscurité et elle nous a rejoints....

La phrase de mon frère était à double sens : Tout d'abord, parce que nous étions considérés comme des monstres, comme la pire menace que l'Humanité ait connue ; mais aussi parce que nous vivions....à moitié sous terre. Lorsque nos....lorsque Gamma et Théta étaient....(malgré toutes ces années à apprendre à refouler nos sentiments, ma gorge se noua)....morts....Pendant plus de deux mois nous étions restés dans notre repaire, vivant reclus de tout, n'ayant plus aucun contact avec "l'extérieur", avec ce monde qui nous rejetaient alors qu'il nous avait créés.


Mais au bout de cinq minutes de "course effrénée" j'entendis le frottement d'une veste contre un mur et une fraction de seconde après un laser "se balada" autour de nous.
- Soutien !! hurla une voix d'homme.
- Et merde, grognai-je. On passe en force.
- Avec grand plaisir, répondit-il en faisant craquer ses phalanges. Ils vont dérouiller.
Des bruits de bottes et d'armes claquant contre des plastrons résonnèrent alors j'attrapais le fusil d'assaut accrochés à mon épaule, mon frère se saisissant d'un pistolet mitrailleur.
"J'harnachais" l'adolescent dans mon dos alors qu'Alpha lançait une flashball dans l'espace nous séparant de nos assaillants.
- Ils ont un otage !! Attention !!
Je bondis sur l'un des murs et l'utilisais pour sauter derrière les soldats.
- Derrière !! Me cria Alpha en ouvrant le feu sur les agents qui braquaient leurs fusils sur moi.
Je tournais sur moi-même et envoyais un violent coup de crosse sur l’homme le plus proche de moi, puis fis un roulé-boulé jusqu’à un amoncellement de caisses à quelques mètres de là.
Une idée me traversa l’esprit et je la mis aussitôt en pratique.
- Adieu !! Murmurai-je en jetant l’adolescent contre les marines.
- Oméga ! Qu’est-ce que tu fous ??
- On se tire !! Lui rétorquai-je en me précipitant vers une des trappes menant à l’extérieur.
Repris de leur « surprise », les soldats déclenchèrent un feu d’enfer sur mon frère et moi, mais nous étions trop rap…

Outch !
Une rafale me scia l’épaule et je faillis retomber dans les égouts.
- Ça va ?? S’enquit aussitôt Alpha.
- Oui oui, allez on bouge.
Je sentais mon sang s’écouler sous mon treillis, mais il en fallait bien plus que ça pour m’empêcher de courir, beaucoup plus….

Je revis alors ce jour….

Flashback

Jour 2 759 : Entraînement au corps à corps entre nous, déjà 7 heures que là journée avait débutée….
- Trois-huit, attaque le !! Hurlait l’instructeur. Bats toi !!
L’attaquer, attaquer mon frère ??
- Non !!
En un instant trois gardiens furent sur moi et me rouèrent de coups alors que je me roulais en boule tellement j’avais peur…l’instructeur s’approcha alors et sa matraque abattit sur mon crâne.
- Défends toi !! Criaient-ils en intensifiant leurs coups. Bats toi morveux !!
La pression montait, la haine, la rage…
Les coups pleuvaient sur tout mon corps, je sentais mes côtes se briser, mon foie exploser, la douleur m ‘atteignait au plus profond de mon être…
Ils s’échinaient à me faire sortir de mes gonds, mais j’avais peur qu’ensuite je m’en prenne à mes frères, j’étais d’une instabilité plus que dangereuse.
- Aaaaahhhh !!!!
J’explosais.
Mes poings les envoyèrent valser au loin et je me relevais malgré la douleur, les yeux injectés de sang.
- Et ben voilà, tu sais te défendre, dit l’instructeur en se relevant, le sourire aux lèves.
Plus personne ne bougeait, leurs yeux étaient rivés sur moi.
- Vous aller crever, grognai-je en serrant les poings.
L’homme parut surpris de ma réaction, mais avant qu’il n’ait pu faire un geste j’attrapais une matraque et me jetais sur lui, la bave aux lèvres.
- A l’aide !! Cria-t-il une fraction de seconde avant que mon poing ne s’écrase sur sa joue.
Du sang et plusieurs de ses dents « volèrent », mais je ne m’arrêtais pas, il allait payer, il fallait qu’il paye !
- Arrêtez le !!
J’avais atteins un tel degré de rage que ma peau semblait prête à s’enflammer, et ma vue s’était rougie sous l’afflux de sang dans mes yeux.
- Trois-huit !! Beugla une voix avant que quelque chose ne percute mon épaule droite.
Le choc raviva mes plaies sur le reste de mon corps et je me relevais en lui jetant un regard dépourvu de la moindre parcelle de sentiment de pitié.
- A terre !! Tout le monde à terre !! Hurlaient les agents de la sécurité en accourant, leurs armes braquées sur moi.
Je titubais en m’avançant vers eux, du sang perlant de mon front sur mon treillis, mais aussi sur mes jambes, en fait tout mon corps était recouvert de sang, et en grande majorité du mien.
Le premier soldat à tenter de s’interposer reçu un coup de matraque en pleine figure et il « vrilla » en s’effondrant au sol.
- Neutralisez le !! Ordonna un sergent en accourant suivit par une nouvelle escouade armée jusqu’aux dents.
Je ramassais l’arme de l’homme que je venais de frapper et vis près d’une vingtaine d’agents m’entourer, leurs armes visant ma poitrine et ma tête, tandis que d’autres faisaient rentrer mes « frères » dans les baraquements.
- Pose ton arme tout de suite, fiston, grogna un des officiers.
J’essayais de trouver une échappatoire en scrutant la moindre faille dans leur dispositif, mais je ne trouvais rien, leur encerclement était parfait.
- Obéis !!
Je ne bougeais pas, de toute façon je ne pouvais plus reculer, maintenant j’étais seul face à mon destin, des dizaines d’armes prêtes à déchiqueter mon corps en une fraction de seconde.
Ce fut alors que le chef du programme accourut avec ses gardes du corps.
- Trois-huit !!
Sa voix me fit sursauter et je me retournais, tenant toujours l’arme à la main.
- Attention !
Quatre des agents « perdirent leur sang froid » et ouvrirent le feu sur moi.
Des cris se firent entendre tout autour de moi mais chaque impact m’arrachait encore plus ce qui me restait de force et de « conscience »…
- Non !!!
Ce cri aussi perçant me fit rouvrir brusquement les yeux, et j’aperçus alors Un-sept qui se précipitait vers moi en envoyant valser tous les gardes sur son chemin.
- Stop !!
Elle n’obtempéra pas et…
J’aurais voulus leur hurler de ne pas le faire mais mes forces me quittaient à une vitesse fulgurante et garder les yeux ouverts m’était de plus en plus difficile et douloureux…
- Feu !!
Elle tressaillit à chaque impact de balle mais continua malgré tout d’avancer, laissant une « traînée » sanguinolente derrière elle.
Je voulais fermer les yeux, comme si en les rouvrant je me rendrais compte que ce n’était qu’un cauchemar, mais ce n’en était pas un…
Elle parvint jusqu’à l’endroit où je me trouvais et s’écroula à mes côtés, sa bouche à quelques centimètres de la mienne.
- Je t’aime…, murmura-t-elle. Je t’en pris, tiens bon, pour moi…
Ses paupières s’abaissèrent et tout mon corps hurla ma souffrance, alors que des médecins nous soulevaient et nous déposaient sur des brancards.

Fin du FlashBack



- Oméga ! Dépêche, ils ont appelé du renfort !
Le retour à la réalité fut brusque mais je ne perdis pas mon temps à comprendre ce que je venais de « voir », je savais déjà tout, enfin…
- Rentre !
Il me regarda, « interloqué »…
- Fais ce que je te dis !! Pour une fois fais le.
Il semblait prêt à me répondre, mais baissa légèrement les yeux et plongea la main dans son sac avant d’en ressortir ce qu‘il appelait, son enfant…
- J’en prendrais soin, dis-je en attrapant au vol le revolver « tout poussiéreux » qu’il me lançait. Maintenant file. Je serais de retour dans pas longtemps.
- Reviens nous, ça sera le principal.
J’hochais la tête et lui fis un clin d’œil, puis il fila à toute vitesse vers le sud de la ville.

Dès qu’il eut disparut de mon champ de vision, je chargeais mes armes et me retournais vers le boulevard d’où provenaient des cliquetis confirmant la présence d’un de leurs groupes d’assaut.
- Allez ! Ramenez vous !! Criai-je en marchant vers eux alors qu’un véhicule blindé tournait à l’angle de la rue.
Je visais l’écoutille avant, apercevant la tête d’un homme, puis pressais la détente.
Les balles ricochèrent tout autour, comme je l’avais voulus, et ils la fermèrent brusquement tandis que des soldats et d’autres véhicules entraient dans mon champ de vision.
- Ça y est, entrons dans la danse, marmonnai-je en me mettant à courir.
L’instant de surprise passé, les véhicules ouvrirent le feu sur moi tandis que les agents à pied se précipitaient vers des murs en ruine ou tout ce qui pouvait leur apporter un semblant d’abris.
- Je t’aimais, je t’aime, et je t’aimerais toujours mon amour, murmurai-je. J’ai survécu, pour toi…
Je les pris de vitesse et tirais sur un cinq soldats qui s’étaient abrités dans un cratère d’obus à une trentaine de mètres sur ma droite.
Ils se plaquèrent au sol et j’en profitais alors pour faire tomber les restes d’un mur derrière lequel plusieurs autres de mes assaillants s’étaient réfugiés, sous les tirs croisés des tourelles des VAB (Véhicules de l’Avant Blindés) qui faisaient rougir leurs canons pour tenter de m’atteindre.

Mais alors que j’allais sauter sur un monticule de terre, le « sifflement » strident de la turbine d’un chasseur se fit entendre et j’en aperçus cinq qui semblaient fondre sur notre position.
- Oula, j’ai intérêt à bouger, et plus vite que ça.
Je vidais mes derniers chargeurs sur les deux véhicules les plus proches puis bondis dans une fenêtre à moitié détruite, ma blessure à l’épaule faisant « gicler » encore du sang « sur ma route ».
- Feu à volonté !! Le laissez pas s’échapper !! Cria un homme.
J’arrachais la goupille d’une grenade avec mes dents puis la lançais derrière moi tout en me précipitant vers les étages supérieurs, des dizaines de balles impactant tout autour de moi.
Pour la première fois depuis plusieurs mois, peut être même un an, la peur de ne pas revenir m’étreignit, et je secouais la tête comme si cela allait m’en débarrasser.
Quatre explosions secouèrent l’immeuble alors que j’arrivais au deuxième étage, et une cinquième pulvérisa la pièce voisine à celle où je me trouvais, et je fus projeté contre une cloison, des tonnes de débris volant autour de moi.
- Trois-huit !!
Je m’extirpais aussi vite que je le pouvais des gravats mais une main se posa sur mon épaule.
Son visage ne m'était pas inconnu, mais après toutes ces années, il avait quand même bien changé.
- Viens, dit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flavie60
Se fait sucer le venin par Edward (lol)
Se fait sucer le  venin par Edward (lol)


Féminin
Nombre de messages : 858
Age : 23
Localisation : Chantilly
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Jeu 3 Déc - 18:46

je veux la suite^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Ven 4 Déc - 17:42

Demain si tu veux Wink

bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flavie60
Se fait sucer le venin par Edward (lol)
Se fait sucer le  venin par Edward (lol)


Féminin
Nombre de messages : 858
Age : 23
Localisation : Chantilly
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Ven 4 Déc - 18:26

oui!!
tu cartonnes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 7 Déc - 13:03

Embarassed Merci Wink

Désolé du retard mais j'ai eu d'assez gaves problèmes personnels on va dire (psychologique), mais voilà la suite Wink

Bonne lecture study



Chapitre 3






Il "m'aida" à me relever alors que de nouvelles secousses dues à des explosions ébranlaient tout l'édifice.
- Aslam veut te voir.
- Moi pas, répondis-je en lui tournant le dos.
Il m'attrapa le bras.
- Je lui ai promis que tu m'écouterais, pour que tu viennes. Il souhaite te parler.
Je le fusillais du regard, c'était pour ça que c'était lui et non les soeurs, parce qu'ils savaient tous qu'il avait été mon mentor, mon modèle pendant toutes ces années, sauf depuis deux ans...
- Il sait que je ne reviendrais pas, même si il m'offrait ce que je désire le plus au monde !
Il baissa légèrement les yeux.
- Même si il pouvait ramener Sigma parmi nous ?
Je me retournais et l'attrapais brutalement à la gorge.
- Si vous croyez que je vais vous laisser la charcuter pour ensuite l'utiliser comme arme, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os ! Grondai-je.
Sa respiration se fit plus saccadée, et je le lâchais au bout de quelques secondes, il s'écroulait alors au sol.
- Tu...tu penses que...que je suis comme eux ?! Hein ?!
Je le fixais sans broncher puis lui tendis la main pour qui se relève, et dit :
- Excuse moi. Je suis un peu à cran depuis quelques temps.
- Comment vont les autres ? Demanda-t-il en me tapant sur l'épaule.
Je lui fis signe que nous devrions bouger de là, l'immeuble risquant à tout moment de s'effrondrer, et il hocha la tête avant que nous ne sautions par une fenêtre à moitié carbonisée.
Lorsque nous atterrîmes dans l'édifice d'en face, je sortis mon "portable".
- Tu pourras les prévenir là bas.
- Mouai, grommelai-je en le remettant dans ma poche. Allons y, plus je le verrais, plus tôt je partirais.
Il esquissa un sourire moqueur puis nous dévalâmes les escaliers pour descendre aux sous-sols, et filâmes vers vers ce que nous appelions, "La Cité".
- Nous avons eus une nouvelle naissance tu sais.
- Ah bon ? De qui ? C'est une super nouvelle, non ?
- Lisan et Sartis. Mais Aslam a ordonné qu'il soit placé au sein de la communauté pour être éduqué.
Son visage se décomposa alors que je laissais échapper un grognement de colère.
- Il va m'entendre celui là !
- On ne s'est pas laissés faire, mais il avait des arguments convaincants et nous avons dus céder...
J'imginais ses arguments, un fusil braqué sur la tempe, ou même pire...

L'image de Lisan ou Sartis "jeté" devant les humains traversa mon esprit et je mettais brusquement mes mains devant ma bouche, je sentais que j'allais vomir...
- Eh, souffle un coup. Ne t'inquiète pas ça va aller.
Je relevais la tête.
- Ce n'est pas juste pour qu'il me parle que c'est toi qui y est venu, hein ? Tu veux qu'on le prenne avec nous ?
Il baissa les yeux et déglutit.
- Elle ne veut pas l'avouer mais je sens que Lisan en a marre.
- Tu veux qu'ils viennent avec nous ? (je le dévisageais) Ou alors je vais m'occuper d'Aslam...
- Non !! Je te l'interdis ! Il te tueras sans autre forme de procès !
Je m'esclaffais.
- Pas si je le tue avant.
- Oméga ! Non mais tu es fou ou quoi ?! Il a plus d'une cinquantaine d'entre nous acquis à sa cause et lui obéissant aveuglement.
- Je n'ai pas peur, répondis-je en chargeant mon revolver.
Il me l'arracha des mains et je le fusillais du regard.
- Ce n'est pas une question de peur ! C'est du bon-sens nom de Dieu.
- Ecoute, dis-je en lui reprenant l'arme. Je vais lui parler, mais si j'ai la possibilité de lui faire entendre raison je n'hésiterais pas une seconde. Même si ça doit me coûter la Vie !
Il m'écoutait sans broncher mais des rictus m'interpelaient sur la pertinence de mes paroles.
- Tu peux dire ce que tu veux, je ferais ce que j'ai à faire ! C'est-à-dire vous protéger, même si c'est à mes dépends !
- Tu es incorrigible, dit-il en souriant. Allé viens, il t'attend.
Je souris malgré l'accès de colère qui venait de ma parcourir.
- Il faudrait que je te parle de quelque chose...plus tard si tu veux bien.
Il me jeta un regard suspicieux alors que nous entrions dans l'enceinte de La Cité.

-Oh, le petit Oméga est de retour au berceau ! S'esclaffa une jeune femme rousse du haut d'une passerelle.
- Tu me manquais tellement, je n'en pouvais plus, rétorquai-je avec ironie.
Elle glissa le long d'un cable, se réceptionna en douceur et s'approcha de moi en souriant. Mais ce sourire n'était pas amical, enfin pas complètement...
- Tu ne sais pas ce que tu as perdu quand tu m'as repoussée, me souffla-t-elle à l'oreille en me caressant sensuellement la joue.
- C'est vrai, je ne sais pas....mais ça ne devait pas être extra.
J'avais fait mouche en lui répondant cela car elle me fusilla du regard, ses poings serrés tremblant de rage.
- Nous en reparlerons, grogna-t-elle. Enfin si tu ressors vivant de cette salle.
Le sourire sarcastique qu'elle me lança m'hérissa le poil mais Darco me tira légèrement par le bras et je le suivis sous les regards du reste de la population de la Cité, certains "apeurés", d'autres presque heureux de me voir, ou encore me prenant de haut.
- Vous avez fait du beau boulot, lui murmurai-je en regardant aux alentours.
Il esquissa un vague sourire, mais celui-ci s'éteignit aussitôt alors que nous atteignions les portes du Sanctuaire, là où Aslam nous recevait.
Les gardes nous dévisagèrent avec des regards sombres puis la grande porte s'ouvrit dans un grincement qui se transforma en grondement, et nous avançâmes.
- Ah, te voilà enfin, dit une voix que je reconnaissais sans aucune difficulté.
- Tu m'as donné cinq heures, il m'en reste encore trois, répondit-il en s'agenouillant et en baissant légèrement la tête.

S'agenouiller ?? Il les forçait à se prosterner devant lui ?! Comme un roi !
Je sentis la colère monter en moi.
- Prosterne toi, me souffla mon compagnon.
- Je vois que tu n'as rien perdu de ton arrogance. Dit Aslam, sa voix se répercutant sur les murs et la faisant résonner. (il attendit un instant, pensant que j'allais m'agenouiller, puis me fit signe d'approcher)
Je fis quelques pas jusqu'à me retrouver à une dizaine de mètres de lui.
Je sentis les personnes présentes retenir leurs souffles alors qu'il se levait de son...trône (ce terme me fit imperceptiblement sourire) et descendait les quelques marches, le sourire aux lèvres.
- Tu as bien changé mon frère, dit-il en me serrant dans ses bras.
Le fait qu'il me prenne dans ses bras et qu'en plus il m'appelle "mon frère" faillit me faire craquer, sa désinvolture envers moi était la dernière chose que je pourrais supporter.
- Toi aussi, répondis-je en me dégageant.
Il ne parut aucunement surpris de ma réaction et dit :
- Tu sais que nous avons vraiment besoin de toi ici Oméga....
- Je ne reviendrais pas, rétorquai-je, et tu le sais bien.
Son visage s'assombrit alors qu'il se tournait vers l'assistance.
- Vous entendez ça vous autres ?! Il refuse de revenir parmi nous ! Nous, sa famille, son foyer !
Des murmures se firent entendre et certains, ceux que j'appelais les loups du fait qu'ils étaient toujours derrière Aslam, se mirent à m'insulter.
- Sale traître !! Tu fais honte à ta race !! Cria un homme d'une trentaine d'années.
- Tu ne respectes rien ni personne !! Beugla un autre.

L'ambiance s'était tendue en même pas une minute, des cris et des jurons fusant de toutes parts, mais ni les gardes ni Aslam lui même ne faisait de zèle pour les arrêter.
- Aslam, je m'incline devant la puissance de tes esclaves, il n'y a qu'eux pour que je m'agenouille devant toi.
Ma remarque lui fit tellement drôle qu'il bégaya quelques secondes avant de parvenir à dire une phrase cohérente.
- Nous sommes tous frères et soeur, dit-il en me tendant la main. Relève toi mon frère.
Mais au lieu de prendre sa main dans la mienne, je lui attrapais le bras et me relevais en dégainant mon revolver et en le braquant sur eux.
- Le premier qui bouge je le tue !
- Et ben vas y tue moi, qu'est-ce que tu attends ?? grogna-t-il tandis que je reculais vers le trône, seul endroit d'où j'aurais une visée parfaite.
Darco me regardait sans rien dire, de la résignation se lisant toutefois dans ses yeux.
- Vous ne vous rendez pas compte qu'il vous rabaisse ??!! M'exclamai-je alors que neuf gardes s'avançaient avec leurs armes braquée sur moi.
- Tu as trois secondes, gronda Alves, le bras droit d'Aslam. Pose ton arme...tout de suite !!
Je voyais certains d'entre eux s'approcher subrepticement en longeant les murs, mais je n'étais pas dupe et braquais ma seconde arme sur eux.
- Il vous obligent à vous agenouiller devant lui !! Et vous pensez vraiment qu'ils nous considèrent comme ses frères ?!
- C'est grâce à lui que nous sommes encore en vie ! S'écria une femme.
Je jetais un coup d'oeil dans sa direction, elle avait environ la trentaine, cheveux bruns coupés courts et ses yeux d'un noir presque irréel.
- Non !! C'est nous tous qui nous sommes battus !! Pas seulement lui !!
- Tu ne respectes pas nos coutumes et tu te permets en plus de te comporter comme le dernier des humains !! Beugla un homme beaucoup plus âgé cette fois.

Sa remarque me fit l'effet d'un coup de couteau en plein coeur et je lâchais Aslam, qui courut se "réfugier" derrière ses gardes.
- Très bien.
Je descendis les quelques marches puis m'avançait vers la porte, tous se reculant comme abasourdis par ma réaction, et créant une...une sorte de haie d'honneur...
Mais Lisan sorti de la foule, son bébé sans ses bras, et suivit par Sartis, entourés par quelques..amis...
- Il serait mieux avec ses parents, non ? dis-je.
- S'il te plait, me supplia-t-elle.
Une larme glissa sur sa joue droite et elle me le tendit.
- Il ne l'acceptera pas....
- ça c'est notre problème, dit-elle en me le posant dans les bras. Maintenant pars, et ne te retourne pas !
Je le...la pris délicatement, et Sartis me souffla son prénom à l'oreille alors que je réprimais une larme.
- Tu feras un très bon père...
Je partis avant qu'elle ne finisse sa phrase, il m'était trop dur de rester une fraction de seconde de plus, sinon j'allais me ruer sur Aslam pour le tuer...
- Je reviendrais !! Hurlai-je. Et ce jour là vous pourrez tous vivre en paix !!
Deux gardes tentèrent de m'intercepter sous une injonction d'Aslam mais je bondis contre un mur puis atterris au sol et filais dans les galeries, des cris retentissant derrière moi, mais aucun coup de feu...

Alors que je courais, des larmes coulèrent sur mes joues et je m’essuyais brusquement sans toutefois ralentir.
Je jetais un rapide coup d’œil au bébé pour vérifier qu’elle allait bien, puis grimpais à toute vitesse une échelle jusqu’à la surface.
- P…papa, hoqueta-t-elle en me souriant.
Je faillis percuter un mur tellement cela me surpris, et je l’évitais d’extrême justesse alors que Lisis mordillait une des poches de mon treillis.
- Lisis…, murmurai-je. J’aime bien comme prénom…
Elle balbutia de façon incompréhensible tandis que je tournais au niveau de la 4e avenue, vide de tout être vivant, ce que je trouvais bien anormal…
- On est bientôt arrivés petit puce, dis-je.

Mais alors que j’allais descendre dans les galeries, deux bruits de respiration troublèrent le pseudo silence de la ville et je me retournais aussitôt, elles provenaient de derrière moi.
Les deux sœurs s’arrêtèrent à quelques mètres de moi, et leurs regards se posèrent sur l’enfant…
- Nous venons la ramener à ses parents, dit l’aînée. Donne la nous.
- Non ! Ils ont fait leur choix et je le respecterais ! Même si ça ne me plait pas…
Je gardais la tête haute même si cela m'était de plus en plus difficile, et une nouvelle silhouette apparut au loin, alors que je sentais deux autres présences s'approcher.
- Que vient-elle faire ici ? Gronda la plus âgée des "jumelles".
- Aucune idée, répondit l'autre. Aslam l'a peut être envoyée nous délivrer un message.
Delta et lambda se placèrent à mes côtés sans dire un mot alors qu'Elia, la rouquine, faisait de même en face de nous.
- Aslam te défis pour sa place. la rencontre aura lieu dans une semaine, au complexe Iris.

Le dernier défi lancé par l'un des notres avait été Corr à celui qu'il considérait comme son fils, c'est-à-dire Aslam.
ça avait été une horreur, le challenger avait mutilé son aîné avec une hargne hors du commun...et c'est ce jour là, malgré mon jeune âge, j'avais compris que nous ne valions pas mieux que les humains...
- j'y serais.
A peine avais-je finis ma phrase que mon estomac se noua sans que je ne sache vraiment pourquoi, mais je ne laissais rien paraître, enfion j'essayais...
Les trois jeunes femmes attendirent un instant puis se retournèrent et s'éloignèrent sans bruit, nous les regardions disparaître dans la brume qui tombait sur la ville.
- Oméga, non mais tu es devenu fou ou quoi ?! Il est le plus vicieu d'entre nous, c'est du suicide !!
Nous repartîmes vers la planque.
- Delta, je dois le faire...
- Pourquoi ??!! Pour leur...pour nous montrer que tu es le plus fort ! Ou parce que sinon ta fierté en prendrait un coup !
Je faisais tout pour garder mon calme, elle avait...juste...peur pour moi...
Je me fous d'être le plus, je veux juste vous protégert ! Et si je refuse de me battre contre lui, alors j'aurais lamentablement échoué !...
Lambda me prit délicatement le bébé des bras et demanda :
- Qui sont ses parents ?
- Lisan et Sartis, répondis-je machinalement.
- Elle a les yeux de sa mère, dit Delta en lui caressant les cheveux.

J'étais soulagé qu'elle ait changé de sujet, je n'aimais que nous nous prenions la tête, et surtout pour de telles futilités...
- Tu y es allé ? Demanda-t-elle.
- Oui, avec Darco.
Elle soupira en baissant les yeux alors que nous nous apprétions à redescendre dans les égouts.
Je l'embrassais sur le front et elle sourit.
- Elle parait bien s'entendre avec Alpha, dès qu'il est rentré ils se sont mis à discuter. Mais le...départ...de son compagnon l'a quand même pas mal déboussolée...
- Il lui faudra un peu de temps, mais ça passera.
je fus alors surpris de constater que nous étions déjà arrivés, et je grimpais avant d'ouvrir la trappe.
Des éclats de rire me parvenaient de notre chambre, à Alpha et moi, alors que nous nous retrouvions dans le salon avec mes soeurs.
- Je vais lui préparer à manger, dis-je en filant dans la cuisine.
- La famille s'agrandit ? Demanda mon frère en sortant de la chambre.
J'entraperçus la jeune fille allongée sur le lit de mon frère, et lui répondis affirmativement d'un hochement de tête.
- C'est la fille de Lisan et Sartis.
Il acquiesça mais l'adolescente bailla et il "sursauta"...
- Destresse frérot, ça va, lui dis-je en posant la main sur son épaule. (je me tournais vers...Sarah) Vous devriez vous reposer.
- Non non ça va aller, répondit-elle en se relevant brusquement.
Je m'approchais d'elle, elle avait des cernes sous les yeux comme je n'en avais jamais vu et semblait prête à s'écrouler.
- C'est pour vous que je dis ça...
Elle leva la main pour me stopper.
- Euh...vous pouvez me tutoyer quand même...
- D'accord...Bon, c'est pour toi que je dis ça. Il vaudrait mieux te reposer, sinon tu vas t'effondrer tellement tu seras fatiguée.
Alpha entra dans à son tour dans la chambre.
- Tu peux dormir là, dit-il en désignant son lit. Ce n'est pas le grand luxe mais on peut dormir dedans sans se casser les reins.
Elle esquissa un sourire, il était vrai que nos matelas n'étaient pas ceux...du Ritz, enfin si c'était bien un hotel, mais ils étaient assez confortables pour se reposer et se réveiller avec le corps en un seul morceau...
- Mais où vas-tu dormir ? Lui demanda-t-elle.
- Il dormira dans le mien, et moi je verrais, répondis-je. Ne te fais pas de souci.
Elle me dévisagea.
- La table du salon est très confortable, continuai-je, je la connais bien. (son expression se transforma instantanément en grimace) Je rigole, repris-je. Ne t'inquiète pas, je dormirais avec Sigma.

Oh non, le boulet !

- Sigma ? (elle comprit aussitôt) Euh, oublie. Ce ne sont pas mes affaires.
- Je t'expliquerais quand tu te seras reposée.
Elle soutint mon regard.
- Je ne suis pas fatiguée. Mais si tu ne veux pas m'expliquer, je comprendrais.

Allé, maintenant que tu as commencé finis. Dis lui !

- Viens, je dois te...présenter quelqu'un, dis-je en lui faisant signe de me suivre.
Je l'emmenais jusqu'à la trappe menant à l'endroit où se trouvait Sigma, et l'ouvris avant de me retourner, face à elle.
- Tu es sûre ?
- Oui.
Nous descendîmes et nous retrouvâmes alors dans la pièce "hyper éclairée" où elle se trouvait...
- Oh mon dieu !!
La jeune fille s'aggripa aussitôt à moi et fourra sa tête dans mon treillis.
- Co....ce n'est pas possible !
- Je n'aurais pas du, grognai-je. Allé on remonte.
Elle se recula et la regarda à nouveau, un haut-le-coeur la secouant.
- Ils l'ont....
- Il n'y a pas de mot assez fort pour exprimer ce qu'ils lui ont fait....
Elle tourna autour du lit sur lequel était allongée ma troisième soeur, enfin...bon passons ! Des dizaines de tuyaux plus ou moins gros la maintenaient en vie depuis...depuis un peu plus de 13 ans.
- 13 ans..., marmonnai-je.
- Mais euh...comment se fait-il que...? Elle va s'en sortir ?
Un rictus barra son visage, elle devait penser qu'avec des blessures pareils, même nous ne pouvions pas survivre....ce qui n'était pas totalement faux....
- Ils ont créés des organes de régénération, et nous les ont implantés....(en repensant à cela, je revis son corps meurtri qui s'écroulait, sanguinolant, à côté de moi....) Lorsqu'ils l'ont...mutilé...tous ces organes ont explosés, et ceux là ont en grande majorité perdus une grande partie de leur potentiel régénérateur...ce qui explique qu'elle ne soit toujours pas complètement rétablie...
Son visage se crispa et elle se rapprocha instinctivement de mon frère qui venait de nous rejoindre.
- Elle est si jolie, et apaisée...

Jolie et apaisée ? Il fallait bien avouer qu'en 13 ans son visage et tout le reste de son corps avait le temps de se décrisper, car ce jour là....
Je m'arrêtais brusquement car mon oeil droit perçu une légère "vibration" et je me retournais alors.
- Seigneur...
Sa bouche...elle venait de remuer les lèvres ! Je n'avais pas rêvé !
- Sigma...tu...tu m'entends ??
Je m'approchais à pas de loups du lit où elle était allongée, mais aucune réaction ne vint de sa part.
- Je suis un idiot...comme aurait-elle pu m'entendre...
La jeune fille déglutit et posa sa tête sur mon épaule en passant son bras autour de moi.
- Je...je vais remonter je crois.
- Ok....
Elle m'embrassa sur la joue, et ce simple contact de sa peau contre la mienne "m'arracha" un sourire, mais je ressentis...comme une douleur lancinante dans mon coeur...
- Je suis sûr qu'elle a bougée..., murmurai-je dans un souffle.
Je sentis Lambda descendre après que Sarah soit remontée, et elle s'approcha, à pas feutrés, de moi.
- Elle reviendra...
Une légère respiration se fit entendre et je vis alors sa poitrine se relever imperceptiblement.
- Je ne rêve pas là.
- Je ne pense pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malycia
Découvre la clairière
Découvre la clairière


Féminin
Nombre de messages : 409
Age : 35
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 7 Déc - 15:59

Je viens de finir le deuxième chap, et il est tres bien!!! Je suis à la bourre pour le 3eme, surtout que quand tu écris..... tu écris!!!

Je le lirais ce soir! Wink

J'espere que ça va mieux en tous cas! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 7 Déc - 16:03

lol! Désolé mais là j'écris vraiment "du lourd" xD par contre je mets du temps à les écrire ^^

Tu préfères la suite dans combien de temps ? ^^

Ok =)

Oui ça va mieux, merci Wink

bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malycia
Découvre la clairière
Découvre la clairière


Féminin
Nombre de messages : 409
Age : 35
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 7 Déc - 16:11

Pitié, pas avant ce soir!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Lun 7 Déc - 16:32

lol!

T'inquiète, je pensais pas la poster avant demain ^^

bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Mer 9 Déc - 19:49

Et voilà la suite ^^

J'espère que ça vous plaira Wink

Bonne lecture study

bizz



Chapitre 4



Cette fois il n'y avait plus de doute, elle venait, après plus de 13 ans de coma, de "revivre"....
- Non, c'est pas possible...je rêve...
Mon coeur se mit à battre de plus en plus vite et ma respiration s'accéléra, une sensation bizarre me parcourut, comme si....
Je posais ma main sur son front, une des rares parties de son corps qui avait été...épargnée...
- ça va aller, lui murmurai-je.
Son souffle était pratiquement nul, mais pas complètement et c’était le principal à cet instant précis.
Delta descendit dans la pièce et s’approcha.
- Tu veux manger ici ?
Je voulais rester là, ne pas la laisser, la garder auprès de moi…

Auprès de moi ?? Je ne voulais plus seulement la voir, je voulais être à ses côtés…
Etait-ce un sentiment normal parce que nous étions malgré tout des humains, ou alors étais-je vraiment si différent des autres… ?


- Je reviendrais la voir après.
Je caressais une dernière fois son visage puis remontais.
- Le repas est servi, dit Alpha en sortant de la cuisine, à table.
Nous nous y rendîmes et nous assîmes autour de la table qui ployait sous les denrées amassées là pour apaiser nos estomacs qui criaient famine.
- Sers toi je t’en prie, dis-je à l’adolescente.
Elle jeta un furtif coup d’œil à Alpha et il lui fit signe de commencer.
- Merci…
Je me rendis alors compte que personne ne parlait, enfin n’osait parler, et j’engageais la conversation avec mon frère, pour…détendre l’atmosphère.
- Comment pourrais-je vous aider ? Demanda-t-elle alors. Dans les taches quotidiennes…
Delta posa une main sur son épaule et dit :
- C’es très gentil mais pour l’instant tu dois reprendre des forces. Tu pourras nous aider, je te le promets.
- B…euh comment dites-vous déjà ? Dis-je. Bonne à marier, non ?

Elle gloussa et Lambda fit de même alors qu’Alpha manquait de s’étouffer en ne pouvant réprimer un rire.
- C’est pas comme ça que vous dites ?? M’empressai-je de demander.
- Si si…hoqueta-t-elle en essayant de s’arrêter. C’est juste que…
J’esquissais un sourire mais un bruit, en provenance de la pièce où se trouvait Sigma, m’alerte et je m’y précipitais, suivis par mon frère.
Je bondis dans la trappe et la vis qui se démenait dans tous les sens en poussant des cris.
- Sigma ! M’écriai-je. Calme toi, ça va aller.
Ses yeux paraissaient vide, comme si elle était…morte !
Alpha la saisit aussitôt et nous parvînmes, difficilement à la rallonger sur le lit, malgré les coups qu’elle tentait de nous asséner.
- Faut l’anesthésier ! Grogna-t-il en la « plaquant ».

Mais avant que je ne puisse répondre, elle poussa un cri horriblement strident et « retomba » sur le lit, inerte…
- Non !!
Je vérifiais immédiatement son pouls, et fus…soulagé si l’on veut, de voir qu’il était correct, aux alentours de 100 pulsations par minute.
- Elle est plus dans le coma, on dirait qu’elle a fait une sorte de cauchemar….
- Ouai…(je pris une seringue et lui injectais un calmant, mais à très faible dose)
Elle n’eut aucune réaction et j’eus alors une bouffée de stress en imaginant que cela ne ferait qu’empirer les choses, mais mon frère me donna une « bourrade » dans l’épaule.
- Elle est forte, c’est pas ça qui va….bon allé mon frère.

Qui va la tuer ? Et si c’était ça ? Il suffit parfois d’une brique de trop pour que tout l’édifice ne s’effondre…
Non, elle allait survivre !


- Je reviens, lui dis-je en remontant. (Delta se tenait dans l’embrasure du couloir) Elle revient parmi nous, difficilement mais elle revient.
Elle s’approcha de moi et me serra dans ses bras, nos joues se frôlant, et une sensation bizarre me parcourut…
- Je t’en prie n’y va pas. Pour nous, pour Sigma….je t’en supplie…
- Il ne vous laissera jamais en paix.
Pendant plusieurs secondes nous restâmes ainsi, puis Lambda sorti d’une des chambres.
- Elle va se reposer un peu, mais elle voudrait te parler avant…
J’acquiesçais d’un hochement de tête.
- Vous êtes sûr que ça ne vous dérange pas ? Demanda-t-elle alors que je rabattais la porte. Vous avez peut être d’autres choses à faire…
- Tu ne me déranges pas, ne t’inquiète pas. (je m’assis sur mon lit, face à elle)
Elle déglutit et dit :
- Je ne voudrais pas détruire tout ce que vous avez si difficilement créés en…
- Pourquoi dis-tu ça ? Tu éprouves des sentiments pour Alpha, c’est ça ?
Elle parut…choquée ?....que je lui demande ça, et se leva brusquement, puis se mit à « à faire les cents pas » tout en parlant.
- Ben…en fait je crois que….bon, il me plait bien mais j’ai peur que si je lui avouais il…
- Nous n’avons pratiquement aucune connaissance dans ce domaine, mais ça ne veut pas dire que nous n’éprouvons rien….Si tu lui en parles il n’y a pas de raisons que…
Son visage « s’éclaira » d’une lueur d’espoir mais retomba aussitôt dans l’ombre, elle ne semblait pas convaincue par ce que je venais de lui dire….
- Mais si c’est pas réciproque… ?
- La nuit porte conseil, lui dis-je. Mais pour vous deux c'est surtout d'un petit coup de pouce dont vous auriez besoin.
Elle bailla et esquissa un sourire alors que je me levais.
- Demain nous te ferons...visiter on va dire, notre planque et la ville, d'accord ? (je l'embrassais sur le front) Repose toi ptite soeur, tu en as besoin.
Elle me regarda d'un air incrédule.
- Je te considère comme telle...
- Merci grand frère, dit-elle en me serrant dans ses bras avant de s'emmitoufler dans sa couverture.
J'éteignis alors la lumière et lui murmurait.
- Fais attention, il ronfle.
Elle laisse échapper un petit rire alors que mon frère émergeait de la trappe.
- Alors comme ça je ronfle ? Dit-il. Pourtant j'ai toujours cru que c'était tes propres ronflements que entendaient, mais je dois avoir des problèmes d'audition...
- Je pense aussi, répondis-je en lui donnant une tape amicale sur l'épaule.
Nous nous fîmes "l'accolade" puis il rentra dans la chambre tandis que je redescendais auprès de Sigma.
- Elle va se réveiller, ne t'inquiète pas, me dit Lambda. Le retour parmi nous est peut être plus difficile que nous le présagions.
- Je vais rester auprès d'elle cette nuit, c'est préférable.
Elle m'embrassa sur la joue.
- Elle a besoin de toi, murmura-t-elle, et nous aussi...
- Moi aussi j'ai besoin de vous...

Mais alors qu'elle remontait, une question me revint en tête, cette interrogation que j'aurais du résoudre avant qu'elle ne reste parmi nous.
Comment sont-ils arrivés là ?
- Je peux te parler un instant ? Dit une voix que j'identifiais aussitôt comme étant celle de Delta.
- Bien sûr, dis-je en me retourant?
Elle descendit l'échelle et s'assit à côté de moi.
- Je n'ai pas voulu m'alarmer trop vite mais là....comment ont-ils pu venir jusqu'ici ?
- Je me posais justement la question....sûrement pas par leurs propres moyens.
Pendant un temps qui me parut durer qu'une minute nous ne parlâmes pas, puis je me levais.
- Tu penses à la même chose que moi ? Demanda-t-elle.
- Oui...mais j'aimerais avoir tort. (je l'embrassais sur la joue) Je vais retourner là où je les aient trouvés, ça devrait peut être nous éclairer.
Elle acquiesça d'un hochement de tête et dit :
- Tu veux bien que je t'accompagne ?...
Je jetais un coup d'oeil à Sigma et elle s'empressa d'ajouter :
-...il vaut mieux que je reste ici...
- ça sera avec plaisir, et puis je garderais un oeil sur son état, lui répondis-je en attrapant une unité portable (un ordinateur miniaturisé si vous préféré) Et puis ça ne sera pas long, une heure à tout casser je dirais.

Elle se leva à son tour et je me penchais alors au dessus de Sigma.
- On revient....je t'aime.
Mes lèvres se posèrent délicatement sur les siennes et le contact de sa peau contre la mienne électrisa toute ma chair.
Je perçus alors un très léger tressaillement sur tout son corps tandis que je relevais la tête, mais ce fut tout...
- A toute ma soeur, lui souffla Delta.
Nous remontâmes et je mis un fusil mitrailleur à l'épaule tandis qu'elle prévenait Alpha et Lambda, avant de faire de même.
Je mis aussi ma sacoche en bandoulière puis enfilais ma cagoule.
- Quelle classe, s'esclaffa ma soeur en attrapant la sienne. Allé on y va.
J'ouvris la trappe de sortie et la verrouillais dès que nous fûmes descendus.
La cagoule lui faisant office de bonnet nous nous mîmes à courir dans les galleries à moitié détrempées creusées sous la ville.
- A gauche ! Lui lançais-je alors que nous arrivions à un croisement.
Je dégainais alors mon arme et bondis jusqu'à une bouche d'égout, que je soulevais prudemment avant de m'extirper.
- RAS.
- C'est quel immeuble ?
Je me tournais vers la 4e avenue et lui désignais un bâtiment dans les façades visibles étaient noircies par tous types d'impacts, et par endroits il ne restait rien des murs, sans nul doute du fait d'obus.
- Celui là. Allé viens, ne traînons pas.
Nous nous précipitâmes alors jusque là et grimpâmes au 7e étage, mais j'entendis alors un léger grincement au fond d'un couloir du 5e.
- Les jumelles, ça m'aurait étonné...
- Que faites-vous là ? grogna une voix.
"L'aînée" sorti alors d'une pièce et nous fusilla du regard alors que sa soeur la rejoignait.
- Alors comme ça vous hébergez une taupe ?! Gronda la première.
- Alors primo on n'héberge pas une taupe, et deuxio c'est pas vos affaires.
J'avais ponctué ces deux points d'un pas pour chaque, bien décidé à ne la laisser prendre le dessus sur moi.
- Tu penses que c'est pas nos affaires ? Vous connaissez la majeure partie de nos installations !

La raison la plus minable que j'ai entendue, il fallait vraiment...
- Et alors ?! Qu'est-ce que je dois faire, tu peux me le dire, quoi ??!!!
-....nous nous en occuperons.
Je bondis sur elle et l'attrapais violemment à la gorge avant qu'elle ne fasse un geste, et la plaquait contre le mur.
- Ose me répéter ça !
Sa soeur s'apprêtait à dégainer son arme mais Delta lui posa la main sur l'épaule en signe d'apaisement, et elle s'exécuta après quelques instants.
- Ecoute moi bien, grondai-je, je vais régler cette affaire, c'est clair ?! (elle me regardait sans broncher) J'en prends la responsabilité, t'auras qu'à dire ça à Aslam !
Je la lâchais et elle resta une seconde contre le mur pour "reprendre ses esprits".
- Tu frapperais n'importe qui, dès qu'il se placerait en travers de ton chemin et de tes idées.
Je soufflais puis dis :
- Peut être que je suis ultra violent, mais je ne vais pas vous laisser vous, "occuper d'elle" comme vous dîtes, sans la laisser s'expliquer !
- Comment sais-tu qu'elle dira la vérité ? Cette une espionne, elle ne dira rien, même sous la torture !
Je baissais les yeux, et vis alors une flaque de sang qui se trouvait sous mes pieds, mon visage se reflétant dedans.
- Je ne pense pas qu'elle ait acceptée d'être une espionne, elle pourrait même être de notre côté.
Elles s'esclaffèrent et j'attendis patiemment qu'elles aient fini pour continuer.
- Tu es bien trop naïf Oméga.
- Vous voulez venir quand elle m'expliquera ?
- Oméga non ! Intervint aussitôt ma soeur.
Elle m’agrippa aussitôt le bras mais me lâcha dès que l’aînée posa son regard sur elle.
- Vous pourrez dire témoigner à Aslam que je prends la responsabilité de la véracité de ses paroles, ça vous va ?

Un silence de mort s’installa pendant plusieurs instants puis je répondis.
- Pourquoi pensez-vous qu'elle est l'une des leurs ?
la cadette sorti un petit cube de sa poche, d'environ 2 mm de côtéet me le tendit.
- Pour ça.
je le fis tourner entre mes doigts et soufflais mon désappointement, une de mes pires craintes venant de se confirmer.

Comment avais-je pu être aussi naïf ? Elle paraissait si fragile...

- Delta, on rentre, dis-je. Des explications s'imposent.
- Je viens avec vous, déclara aussitôt la plus jeune des jumelles.
Sa soeur la retint immédiatement mais elle s'en défit, le regard noir.
- Aslam veut qu'on la lui ramène.
- Seulement si elle en est un, rétorqua-t-elle.
Mon pouls s'accéléra subitement lorsque la main droite de l'aînée descendit vers son holster et je me jetais sur elle, mais son gneou gauche remonta brusquement et percuta violemment mon entre-jambe...
J'émettais un grognement rauque tout en m'écroulant tellement que la douleur à cet endroit m'était insoutenable....elle me les aurait arrachées que ça ne m'aurait pas été pire....
Des larmes coulèrent sur le tissu d ema cagoule alors que le bruit de leurs armes se faisant entendre autour de moi.
- ça...ça va ! Hoquetai-je en levant le bras. On...on se calme !
Une main se glissa sous mon aisselle droite et m'aida à me relever, et je me retrouvais alors "entouré" par Delta et la cadette.
- Nous ne piuvons pas la condamner sans savoir, grogna cette dernière.
- C'est pourtant ce qu'ils font ! S'emporta l'autre. Et nous devons leur rendre coup pour coup si nous voulons qu'ils nous respectent !
Je me retournais et fis quelque spas avant de m'asseoir sur les restes calcinés de ce qui ressemblait à une commode.
- Alors nous ne valons pas mieux qu'eux, marmmonai-je.
Ma réaction les surprit tellement qu'elles arrêtèrent de se toiser et se tournèrent vers moi.
- Delta tu viens ? On rentre. (elle acquiesça tandis que je posais mon regard sur les jumelles) Vous pouvez venir, mais juste pour observer.
Ma soeur s'approcha et après quelques instants "d'hésitation" les deux autres nous suivîmes, l'aînée fusillant malgré tout sa benjamine, mais celle-ci l'ignorait.

- Je redoute la réaction d'Alpha, me souffla-t-elle Tu ne penses pas qu'il vaudrait mieux l'éloigner, le temps que....et puis peut être que Lambda aussi, non ?
J'ouvris une trappe et leur fis signe de descendre tandis que je jetais un coup d'oeil aux alentours, mais le seule chose qui attira mon attention fut l'envol d'un groupe de corbeaux à cause de l'écroulement d'un pan de mur.

Voilà qui pouvait assez bien résumer l'état de la ville, détruite par zones entières, dans laquelle les fantômes de nos "frères" nous exortaient à continuer cette lutte sans fin...

Le Soleil n'était plus qu'un minuscule point à l'horizon que les montagnes avoisinantes n'allaient pas tarder à cacher à notre vue.
- Héberger une taupe....il devient de plus en plus dingue, grommela l'aînée des jumelles, mais pas assez doucement pour que je ne l'entende pas.
- Je te prierais d'arrêter tes remarques désobligeants tant qu'on n'aura pas réglé cette affaire...(elle grogna et je lui jetais un coup d’œil)

Jusqu’à ce que nous n’arrivions, aucun de nous ne parla, et lorsque je soulevais la trappe je vis Lambda qui allaitait la petite Lisis.
- Que font-elles là ? Gronda-t-elle en voyant les jumelles émerger derrière moi.
Elle recula subitement d’un pas mais je lui fis signe de ne pas s’inquiéter, tout en m’approchant de notre chambre à Alpha et à moi.
J’ouvris doucement la porte et trouvais l’adolescente allongée à côté de mon frère, ce dernier tournant la tête vers moi, Sarah ayant posée sa tête sur sa poitrine.
- Il faut que je lui parle, dis-je dans un souffle.
Il grimaça et soupira.
- Oméga…
- J’aimerais pouvoir attendre mais là c’est pas possible.
Son regard se posa sur elle et il lui murmura :
- Sarah….
Elle bailla et se frotta les yeux avant de se relever.
- Il fait déjà jour ? Grommela-t-elle.
- Oméga veut te parler, répondit-il. Ça doit être important…

Une certaine rancœur se faisait sentir dans sa voix et je tressaillis tellement cela me toucha, mais je me résignais à ne pas broncher, c’était légitime d’après moi…
- Suis moi, lui dis-je poliment.
Mon frère se leva en même temps qu’elle et me souffla :
- Oméga…je crois que je suis…amoureux, d’elle…
- ça va aller, lui murmurai-je.
Son regard s’empreint alors d’une lueur d’anxiété mais elle disparut lorsque la jeune fille lui adressa un sourire radieux.
Je l’emmenais dans la chambre au fond du couloir et refermais la porte tout en l’invitant à s’asseoir.
- Je suis vraiment désolé de t’avoir réveillé mais il le fallait.
- C’est pas grave je vous….euh pardon, je t’assure.
Elle paraissait si innocente, le sourire qu’elle avait lancée à Alpha et le fait de s’être endormie à côté de lui montraient bien qu’ils avaient noués plus que des liens d’amitié…
Mais ce n’était peut être qu’une façade qui dissimulait terriblement bien sa véritable personnalité.
- Comment êtes-vous arrivés jusque dans la ville ? Demandai-je en me retournant.
Son semblant de sourire s’effaça aussitôt et son expression se mua en un mélange de tristesse et de profond dégoût, mais aussi de….peur ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuDeLiciOus*
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer


Féminin
Nombre de messages : 2657
Age : 32
Localisation : Manoir Paradis - Avenue des enfers 666 - 0000 Perver'sLand
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Jeu 14 Jan - 15:06

Waaaaoouuuuuuu ..... J'ai deja lu jusque là, alors j'attend la suite avec impatience ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-so-lemon-world.bbactif.com/forum
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Jeu 14 Jan - 15:07

Coucou Eowylia Smile

Tu as eu jusqu'à où stp ? Je t'enverrais la suite Wink

smack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuDeLiciOus*
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer


Féminin
Nombre de messages : 2657
Age : 32
Localisation : Manoir Paradis - Avenue des enfers 666 - 0000 Perver'sLand
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Jeu 14 Jan - 15:15

Hi hi, je t'ai repondu en mp Razz

J'ai hâte, j'adore vraiment tes écrits Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-so-lemon-world.bbactif.com/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS   Aujourd'hui à 0:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 11 page 8 LES TUEURS MORTS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Reborn :)
» Bleach 443 - Dirty Boots Dangers
» Scan 567
» Bleach - Chapitre 375 BKT
» Bleach - Chapitre 321 BKT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: