Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aimez-vous ma fic ?
Oui
27%
 27% [ 3 ]
Un peu
9%
 9% [ 1 ]
Pas du tous
0%
 0% [ 0 ]
Tu peux faire mieux
0%
 0% [ 0 ]
Bof bof
0%
 0% [ 0 ]
Elle est super génial
64%
 64% [ 7 ]
Total des votes : 11
 

AuteurMessage
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Ven 9 Oct - 22:26

Bonjour cher Twilighteurs et Twilighteuse.

J'aimerais poster mon histoire, enfin le début et je vous voudrais connaitre votre point de vue, vos critiques et vos ressentiments envers ce texte.

Je voudrais aussi que personne ne la prenne parce que j'ai mis tout mon coeur et mon énergie à l'intérieur et que je n'aime pas que l'on me prenne mes affaires !!!!

Bon et bien au plaisir d'avoir de vos nouvelles, Bisouss !!!

Attention, il y a un lemon au chap 8, alors vous êtes prévenus !!!


Dernière édition par Kristianna le Sam 28 Nov - 13:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Ven 9 Oct - 22:30

Alors, voici le premier chapitre !!!!

J'espère qu'il vous plaira !!!!

----------------------------
I
Réveil





« Au-delà de toute chose, il y a une force qui nous guide. »


C’est ce que je me disais en allant me coucher. J’avais passé une journée

exécrable et bien que ce soit habituellement quotidien pour moi, je ne

savais pas quoi faire pour me débarrassé de ça. Tous les jours, je devais

subir les railleries et les moqueries pour des choses futiles et inutiles. La

plupart était lancé par un élève qui était dans ma classe depuis des

années. Je me demandais parfois ce qui le poussait à agir de la sorte, mais

ne trouvais aucun évènement déclencheur à cette perversité qu’il avait de

m’humilier et de me rabaisser de la sorte. Peut-être était-ce parce que

j’étais plus grande ou plus attachante, ou alors pour un truc qui n’était

pas de ma faute une fois encore. J’avais détesté ce garçon depuis des

années, et maintenant, j’en avais plutôt pitié. Pitié, parce qu’il n’arrivait

pas à ce mettre dans la tête que je n’en avais rien à faire de ces

moqueries incessantes, car j’avais ce qu’il y avait de plus précieux sur

Terre. Une famille aimante et une bande d’amis qui était toujours là pour

moi et sur qui je pouvais compter. C’était peut-être cela. Le fait que j’ai

des amis alors que je n’avais rien fait pour, alors que lui devait être une

autre personne pour en avoir.


Cette nuit là, je dormis d’un sommeil plus agité que d’ordinaire. Mes rêves

étaient très étranges car je n’en avais jamais fait de la sorte. Au début, il

commençait comme n’importe quel rêve que j’aurais fait. J’étais seule sur

la plage, celle dont je rêvais tous les soirs. Immense à en perdre le fils,

avec une belle mer bleu saphir. La plage dont je rêvais et qui apparaissait

parfois dans la réalité sur la plage d’une de mes villes natales, d’où venait

ma mère. Son sable, par contre, était plus froid que d’habitude dans ce

rêve-ci. D’ordinaire, il était chaud mais pas trop, juste ce qu’il faut pour

me réchauffer, mais pas me brûler. Mais aujourd’hui, il était glacial à

mesure que j’avançais sur cette plage sans fin, puis tout à coup, le décors

se modifia et devint une forêt luxuriante avec ce même sol froid qui était

devenue un lit de pétale de rose blanche. Douce, était les pétales et

fraiche était leur texture. Je m’étendis sur ce matelas à même le sol. Très

lentement, je sentis quelque chose monter sur elle. Tous d’abord, je

pensais que c’était le vent qui lui caressait la peau. Mais, je me rendis

compte que ce n’était pas le vent qui lui était monté dessus. Mais une

personne. Un jeune homme, qui devait avoir mon âge, mais dans lequel on

voyait dans son regard, une grande expérience et beaucoup de

souffrance. J’aurais voulu le faire descendre mais je n’arrivais pas le quitter

du regard. Ses yeux étaient gris et ses cheveux étaient noirs de jais. Je

n’avais jamais vu un si bel inconnu de toute ma vie et je ne crois pas que

j’en verrais d’autre, que ce soit en rêve ou en réalité. Je ne sais pas

combien de temps nous restâmes ainsi, l’un sur l’autre, ou plutôt lui sur

moi. Il n’empêche que je sentis, ni pression, ni engourdissement au niveau

de mes jambes. Je m’absorbais dans le gris de ces yeux, y découvrant les

méandres de son âme. Il faut dire aussi que j’étais dans un rêve, mais

dans les miens, je sentais toutes les choses que je sentais quand j’étais

dans la réalité.


Le lendemain matin, mon réveil sonna comme à l’accoutumé, mais je

m’éveillai en douceur ce qui me changeait de mes habitudes.

Généralement, je me réveillai en sursaut d’un cauchemar horrible, mais

aujourd’hui, il avait paru une impression de douceur et de calme. Cela

m’étonna car j’étais d’une nature assez vive et impulsive, qui m’attirait

beaucoup d’ennuis avec mes camarades et mes parents en ce qui

concernait certains sujets un peu épineux. Cependant, ce jour-ci, je me

sentais heureuse et libre, légère et pleine de vie. Une nouvelle Gaëlle. Je

savais pertinemment que cela ne durerais pas, mais j’en profiterais

aujourd’hui, et le vivrais comme il viendrait.



En prenant ma douche, je me demandais si ce calme intérieur était lié au

rêve que j’avais fait et que pour une fois je me souvenais. Rien qu’au

souvenir de ce songe, je sentis une immense paix m’envahir tous entier. Je

compris alors d’où provenait cette plénitude. La pensé de ces magnifiques

yeux gris argent, de la couleur de ses cheveux noirs de jais. Comment une

personne aussi superbe aurait-il pu voir le jour dans mon esprit ? D’où lui

venais la courbe de ses lèvres, la couleur de ses yeux, l’arc de ses

sourcils ? De sa mère, de son père, de ses ancêtres ? Je me devais de

savoir et de connaître cette personne car je savais au fond de moi que je

le rencontrerais bientôt. Je ne savais pas d’où me venais ce

pressentiment, amis j’y croyais. Et je suis très buté. C’est un trait de

caractère qui me singularise par sa force et son entêtement. Je suis

entêtée d’être buté, Quel mélange !!!


Sur le chemin du lycée, d’étranges rumeurs me parvinrent. Certaines

disaient qu’un nouvel élève allait arriver au lycée, d’autres qu’ils étaient

indiens, et d’autres rumeurs encore. Mais le seul lien qui les unissait toutes

ces rumeurs étaient qu’elles tournaient tous autours du mystérieux

inconnu. Cela m’intrigua pendant une dizaine de minutes avant de voir ma

bande d’amis assis à l’endroit habituel.


Depuis que j’étais arrivé dans cette ville, je me suis attachée à beaucoup

de personne. Il y avait Céleste, qui était arrivé en même temps, ou du

moins la même année que moi, ici. Elle était un peu comme ma petite

sœur, bien qu’elle soit née 6 mois avant moi. Louise, qui avait débarqué

l’année précédente dans notre pays, et à laquelle je me suis pris d’amitié

dès l’instant où je l’ai vu. Sa crinière brune avait toute les convoitises,

mais elle voulait les notre en échange de la sienne. Ce dont je n’ai

toujours pas compris la motivation. Elena, une grande perche elle aussi,

tous comme moi. Malgré qu’elle porte des lunettes, elle voyait très bien ce

qui se passe autours d’elle. Elle est toujours là pour me tenir au courant

des dernières infos. Je la connais depuis maintenant 6 ans, et elle a

toujours été la même. Aussi joyeuse et ouverte d’esprit qu’elle l’est

maintenant. Il y avait aussi Elisa, celle qui avait été ma première meilleure

amie. Elle était aussi délurée que moi et même plus d’ailleurs. Nous étions

ensemble dans la même école primaire avant que je ne vienne dans cette

ville. S’il fallait la décrire en un mot, je dirais « folle ». Pas du sens

péjoratif, bien au contraire. Comme une personne pleine de vie et

d’entrain, qui croque la vie à pleine dent et sans retenue. Et à présent

passons à mon amie que j’adore. Solange. Depuis 9 ans, que l’on se

connaît et nous sommes toujours pareil. Toujours aussi déluré, toujours

aussi extravertie, toujours aussi susceptible et à fleur de peau. Pas

étonnant que l’on soit meilleure amie. Elle est comme ma jumelle, mon

double en ce qui concerne nos caractères. J’ai toujours dit que l’on peut

trouver son double chez une personne sur Terre et que nous la trouverions

au moment voulu. Je crois bien que je l’ai trouvé moi. Solange, est ma

meilleure amie, non seulement parce que nous nous ressemblons mais aussi

à cause de nos différences. Alors que moi je suis très imaginative et pleine

de suspicion, elle, n’a aucun sens de la créativité et est d’une naïveté

sans égale. On se complète l’une et l’autre. Un peu comme l’eau et le feu.

Et en même temps, comme le chocolat et la vanille.


Bref c’était vers cette merveilleuse famille que j’avais là que je me dirigeai.

Bien sur, il y avait cet horrible individu que je n’aimais pas. Enfin, ce n’est

pas que je le détestais, mais sa manière de traiter les gens me dépassait.

Comme s’il fallait à tous pris qu’il les rabaisse pour ce sentir mieux dans sa

peau. Ce genre de comportement me m’était en rogne. Seulement, c’était

sans compter sur l’aura de paix qui m’entourait depuis mon réveil.


- Salut les copines, lançait-je au loin.

- Enfin arrivé, tu t’es levé plus tard ou tu as veillé plus tard hier soir ? me demanda ma « bestah » comme on s’appelait toutes les deux.

- Ni l’un, ni l’autre. C’est juste que j’ai pris mon temps ce matin, ris-je.

- Mi bestah, como esta ?

- S’il te plait, So, pas d’espagnol si tôt le matin, m’exclamai-je ne la serrant dans mes bras.

- « Dsl », fit-elle. Alors ta entendu parler de ce nouveau qui va arriver au lycée ? s’enquit-elle tout de suite après.

- Oui, je me demande dans quelle classe il va aller. Ce serait bien s’il était dans la mienne, m’enthousiasmais-je.

Il était de notoriété commune que So (comme je l’appelai) et moi étions

dans la même classe depuis la primaire, mais lorsque nous sommes arrivé

en 4èm, nous nous sommes séparé à cause de nos options. Ca nous avait

fait beaucoup de peine à l’époque mais aujourd’hui, nous nous étions

habituées. Et cela avait renforcée notre amitié. Certaines de mes amies, à

vrai dire une seule en avait une meilleure amie comme moi, mais c’est

bizarre, je ne pense pas que le lien qui les unisse soit aussi forte que

l’amitié que So et moi nous portions. Enfin, c’est mon avis.


En arrivant en classe, je m’assis à ma place habituelle en cours de

français, près de la porte au deuxième rang. Le cours commença comme

tous les jours, tranquillement avec des remarques à mon propos fusant de

tous les côtés. A force, j’étais une habituée de ces quolibets. Tout d’un

coup, le professeur arrêta sa tirade et fixa son regard sur la porte. Des

petits coups avaient attiré son attention. La proviseur entra dans la salle

de classe et s’adressa au professeur. Mais ce n’est pas ce qui attira mon

attention, ni celle de tous les autres élèves de la classe. Derrière la

proviseure se tenais le centre de toutes les rumeurs que j’avais entendu

ce matin. Un jeune homme de notre âge sans doute, malgré que l’on lise

sur son visage les ravages d’une perturbé par des désagréments d’une vie

bien remplis. Si je devais le définir en un mot, je dirais torturé. Cependant,

ce n’est pas son visage que je regardais, mais ces yeux. Des yeux gris. Du

même gris-argenté que celui de mon rêve de la nuit dernière. Soudain,

sans crier gare, il me fixa de l’argent de ses yeux. Mes yeux à moi étaient

chocolat, se reflétant de noir dans l’ombre. Il parut s’engluer dans le

cacao de mon esprit. Et moi je m’enfonçai dans les pierreries de son âme.

Je ne parvins à me détacher de son regard que lorsque Myriam me pris une

natte et la tira en arrière.

- Alors, on tombe amoureuse du nouveau ? lança-t-elle méchamment.

- Non, pas du tous, ripostai-je en me libérant de son emprise. Pourquoi tu me poses cette question d’ailleurs ? Ce ne serait pas tes affaires que je sois avec lui ou pas ?

- Si justement, ce serait mes affaires, s’exclama-t-elle. Parce que ce nouveau, il est à moi et à personne d’autres.

Le regard de Myriam était de glace et affirmait ce qu’elle venait de dire.

Son expression était si effrayante que je ne pus que hocher de la tête

pour lui faire comprendre que j’avais compris.


Le nouveau, quand a lui ne me quittai pas du regard. Son regard posé sur

moi ne me gênait en aucun cas. Au contraire, il était très agréable, comme

la paix qui m’avait en envahie ce matin, je me retrouvai dans un état de

plénitude absolu. Les remarques intéressées de Myriam ne me faisait plus

rien à présent, car je savais qu’il ne voulait pas d’elle, mais qu’il me voulait

moi. Comment je savais-je à ce moment là que j’avais rencontré la

personne qui aurait changé ma vie tout entière ? Je ne saurais le dire,

mais j’y croyais déjà à cette époque.


- Bonjours cher élève, nous salua la proviseure.

- Bonjours professeur, répondis la classe.

- Comme vous pouvez le constatez, nous avons un nouvel élève dans l’établissement. Certains d’entre vous le savaient même avant que les professeurs soit au courant, nous dit-elle. Et bien je vous présente Marco Sopra. Marco vient du sud de l’Espagne, mais ces parents sont originaires de notre pays. Marco sera dans votre classe cette année. J’espère que vous l’accueillerez bien dans notre merveilleux lycée. Bien je crois que j’ai tout dit. Et bien professeur Farner, je crois que je vous ai assez importuné de ma présence et je vous laisse poursuivre votre cours.

- Merci madame Dosige, répondit messieurs Farner.

- Bien, je vous laisse.

La proviseure sortit de la classe et le professeur de français invita Marco à

s’assoir à une place libre. Il vint près de moi.


Durant toute l’heure qui suivit, j’eu du mal à ne pas le regarder, c’était

comme ci une force sur laquelle je ne pouvais pas avoir le dessus que très

difficilement m’y forçais et à des moments je lui cédai volontairement.

Dans ces moments de faiblesse, je me sentais envahir d’un immense

sentiment de plénitude et de calme. Il fallait que je me fasse violence pour

détourner le regard. Le cours passa et mon envie augmenta. Pour faire

passer le temps plus vite, j’essayai de penser à autre chose, de tenir mon

esprit loin du sien. Je pensai à la plus et au beau temps, à mon île, à mes

amies auxquelles je pourrais décrire Marco dans les moindres détails. Ah,

Marco était revenu hanter mon esprit. Je ne pouvais plus passer une

minute sans penser à lui, à la couleur gris-argent de ses yeux, à la

noirceur de ses cheveux, au caramel de sa peau, à la courbe de ses

lèvres, à ses bras puissants. Tous dans son être me fascinait et m’attirais.

Il n’avait pas encore une fois ouvert la bouche depuis qu’il était assis et

même avant. Je me laissai à imaginer le son de sa voix pendant le reste de

la tirade du professeur en prenant des notes à tors et hasard.


Enfin, la cloche sonna la fin de ce cours interminable. Je me levai en ayant

hâte de sortir de ce puis de tentation. Mais, c’était sans compter sur mon

prince charmant.

- Attends, je peux te parler une minute.


Dernière édition par Kristianna le Sam 10 Oct - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
Angel*
Réunie avec les siens
Réunie avec les siens


Féminin
Nombre de messages : 8551
Age : 23
Localisation : Dans nos souvenirs, avec lui, quand il me l'a demandé, où je dis et redis oui pour la vie ♥
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 16:00

Hé bien c'est un début très prometteur !!
Ta façon d'écrire est facile à lire et on se laisse emporter Wink
J'attend la suite maintenant Razz
Bisous smack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsangel.skyrock.com/
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 16:09

Merci beaucoup Legens.

Sa me fait très plaisir.

J'ai déjà la suite, mais j'attend que plus de gens la lise, mais c'est promis, je la poste avant lundi ou mardi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
PaP's *
JouJou SenSuel de DarK-EdwArd
JouJou SenSuel de DarK-EdwArd


Féminin
Nombre de messages : 3437
Age : 43
Localisation : Dans la play-room d'Edward ...
Date d'inscription : 14/10/2008

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 16:50

J'arriveuhhh j'arriveuhhhh
Le pap's est débordé XD
Alorsssssss ....

Tu écris bien Miss , un joli style on se laisse prendre dans ton histoire
MAIS
(ben oui quand même Razz )

C'est trop grand ta police de caractère ... rétrécie ma bichette et aussi essaye d'aérer ton texte , de prendre des pauses , de la ponctuation .
(bon ça c un avis tout personnel , c'est ce que j'aime dans la lecture )
lol!

Contine !! je viendrais te lire avec plaisir hug


*-._.-* *-._.-* No rules... No regrets... No return *-._.-* *-._.-*


http://mamzellepaps.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mamzellepap-s.skyrock.com/
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 17:01

Merci Pap's, et j'aére tinkiete pas pour sa . C'est parce que jai fait un copier coller c pour sa .
Sinon, merci, et la suite arrive pour lundi ou mardi selon mes devoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
salhima
Dit au revoir à Edward
Dit au revoir à Edward


Féminin
Nombre de messages : 635
Age : 25
Localisation : POITIERS
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 17:11

Salut, ton début est vraiment pas mal, c'set intéressant et tu as un style d'écriture assez simple, il est agréable de te lire, c'est vrai... J'ai hâte d'avoir la suite...


BIZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 17:12

Merci, et la suite c pour lundi ou mardi .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
salhima
Dit au revoir à Edward
Dit au revoir à Edward


Féminin
Nombre de messages : 635
Age : 25
Localisation : POITIERS
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 17:20

C'est super, j'ai hâte... quoique...


Biz, à bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 17:22

Merci,

et le koike veut dire koi Salhima?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
fanany
Fait connaissance avec un petit bout
Fait connaissance avec un petit bout


Féminin
Nombre de messages : 3259
Age : 31
Localisation : joue avec la surprise de son kinder !!!!!
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 19:06

hum tu as titillé mon interet, j'en demande plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 19:08

Tu vas en avoir, ne t'inquiète pas !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 20:03

Alors comme je suis gentil, j'ai décidé de vous mettre le 2èm chapitre aujourd'hui !!


-----------------

II
Changement






Sa voix. Je l’avais enfin entendu. Elle était la même que je m’étais imaginé

dans mon rêves et à laquelle je venais de penser. Dans mon rêve, il n’avait

parlé qu’une seule fois en me disant « je t’aime ». Deux mots qui m’avait

transporté et que j’avais oubliés. Et voilà que je réentendais cette même

voix, de la même personne qui m’avait dit ces deux mots. Je ne pus

empêcher mes yeux libérer leurs larmes et je devins aussitôt une fontaine.

Il me prit alors dans ces bras chauds et me serra contre son cœur. Un

instant, je me demandai si il y avait quelqu’un dans la pièce, mais me

rendit vite compte que cela m’importais peu. La chaleur que dégageai son

corps était tous simplement réconfortante et me permit de sécher mes

larmes. Brusquement, je me rendis compte de la situation. Moi dans ses

bras dans une salle de classe déserte. Je m’écartai trop brusquement et

faillis tomber s’il ne m’avait pas rattrapé juste à temps.


- Heureusement que j’ai de bon réflexe, fit-il très simplement.

- Oui, heureusement, dis-je d’une petite voix haute perchée.

- Je suis sur que tu as une plus jolie voix, dit-il en me remettant sur mes pieds.

- Désolé, fis-je en reprenant ma voix normale. C’est juste que je n’aie pas pour habitude de me laisser fondre en larmes dans les bras d’un inconnu.

- Ce n’est pas grave, je n’ai pas pour habitude, moi non plus, de prendre dans mes bras une belle inconnue en pleur.

- Je crois que tu devrais porter des lunettes, m’exclamais-je un peu violement.

- Et pourquoi devrais-je porter des lunettes, heu, désolé, mais je ne connais pas ton nom.

- Gaëlle, Gaëlle Topera, lui répondis-je.

- Et bien Gaëlle, pourquoi devrais-je porter des lunettes à ton avis ? me demanda-t-il.

- Si tu écoutes attentivement ce que l’on va me dire à l’interclasse, tu sauras.

- D’accord, j’écouterais bien attentivement ce l’on va dire de toi.

Je sortis alors de la salle de classe à grand pas et me dirigea vers ma

prochaine salle de cours. Pendant le trajet, il y avait mes insultes

personnelles qui m’étaient envoyé en plein visage. Derrière moi, Marco

commençai à comprendre ce que je lui avais en ce qui concernait

l’interclasse. Moi qui pensait qu’il allait prendre par à ces quolibets

m’étonna en se mettant à mon niveau, près de moi et passa un bras

autours de mes épaules. Aussitôt, les méchancetés lancées par les élèves

cessèrent. Il y eut un calme plat dans les couloirs. Tout le monde nous

dévisageait d’un air ahuri, surtout Myriam. Un grand sourire s’étendit sur

les lèvres de mon sauveur. Il se tourna vers moi, et serra encore plus son

bras. Signe que lui ne me voyait pas comme les autres. Et qu’il ne le ferait

jamais.


La salle de math ne se trouvait pas loin de celle de français. Nous y

étions arrivés bien avant les autres élèves alors que nous étions partie

après les autres. Le cours ne commençait qu’à 9h et il était 8 heures 45.

Nous eûmes tous le temps de discuter Marco et moi.



C’était un interlocuteur très plaisant, toujours prompte à rire et à faire

des blagues. Je crois que j’avais plus ris que pendant une journée normale.

Et c’est avec le sourire aux lèvres que j’entrai dans la salle, mon bon

samaritain sur mes talons.

Le cours commença et les commérages aussi. Tout le monde se

demandait ce que le nouveau avait pour trainer ainsi avec moi. J’étais

comme une punaise au lycée. La faute à un passé assez tumultueux

lorsque je suis arrivée dans cette ville. En primaire, je suis fait un peu

rejeté, à part de mes amies. Je les avais parfois rencontrées vraiment par

hasard, mais nous étions inséparables maintenant.


A présent, il a fallu qu’un nouvel élève arrive et me parle pour que tout le

monde se dise qu’il fallait bien parler de moi afin de s’attiré les faveurs de

Marco. Quel changement !


La leçon du jour était très facile pour moi, car j’avais révisé la veille ce

que nous devions faire. Ce qui n’était pas le cas du reste de la classe. Ils

étaient tous le nez rivé dans leurs bouquins ce qui était plutôt très rare

pour cette classe.

Encore une fois Marco s’était assis à côté de moi. Un petit sourire sur les

lèvres, comme s’il se sentait comme moi, calme et posé. C’était bizarre, on

aurait dit que lorsque l’on était côte à côte, on se sentait « zen » comme

le disait ma prof de latin.

*************





La journée passa et j’étais toujours avec Marco. A midi, par contre nous

dûmes nous séparé. Lui mangeait chez lui et moi à la cafétéria du lycée.

En m’éloignant de lui, le calme et la paix que j’avais depuis lors, disparu. Et

je me retrouvais dans le même état que tous les jours. Maussade et

énervé après tout le monde.

C’est dans cet état d’esprit que je me rendis au réfectoire. Mes amies

étaient déjà installées et m’avaient laissé une place. Je pris mon plateau

et me dirigea vers les plats. Je n’avais plus faim avant même d’avoir

regardé les mets. Je ne pris alors qu’un soda à la grenadine, mon préférer.


- Tu ne manges rien aujourd’hui ? s’enquit Solange d’un air quand je m’assis à la table.

- Non, je n’ai pas trop faim ce midi, répondis-je d’un air las.

- Ca n’aurait un rapport avec ce nouveau ? dit Elisa d’un air entendu.

Il fallait toujours qu’elle sache ce que je pensais celle là.

- Non, du tout, répliquai-je un peu férocement comme toujours lorsque j’étais exaspérer.

- Elisa, laisse Gaëlle un peu tranquille s’il te plait.

- Très bien, je la laisse tranquille, mais je connais Gaëlle depuis assez longtemps pour savoir que lorsqu’elle ne mange rien, c’est qu’elle st déprimé. Et c’est très rare que Gaëlle soit déprimée, tu le sais aussi bien que moi Solange, répliqua Elisa.

- C’est vrai, mais je sais aussi que lorsqu’elle est dans cet état, elle ne veut pas qu’on la dérange. Elle est assez grande pour régler ses affaires elle-même, répliqua à son tour Solange.

- Solange a raison Elisa, intervins-je d’une voix monotone. Mais Elisa a aussi raison Solange. Vous avez toutes les deux raisons en faite. Mais je ne veux pas en parler aujourd’hui. Peut-être ce soir, au quartier général.

- D’accord, on en reparlera ce soir au Q.G., dit-Elena d’une voix qui laissait paraître que la discutions était fini.

- Merci les filles.

Durant tout cet échange, Louise, Céleste et Elena n’avait dit un mot,

mais lorsque Elena, qui avait senti que la discutions tournait au vinaigre,

l’avait interrompu, elles se joignirent à nous avec entrain.


C’est avec patience, et dans le mutisme le plus complet que le déjeuner

se passa pour moi. Pour passer le temps, je pensai à celui qui avait fait les

autres nous dévisager pendant l’interclasse, au bonheur que j’avais eu de

me laisser allez dans ses bras chauds. Je ne savais pas ce qui ce passait

dans mon esprit, mais mon cœur me disait que ce Marco allait changer ma

vie.

*************





14h arriva et je me dirigeai vers ma classe de latin. Marco n’avait pas

cette matière, malheureusement. Je ne le reverrais pas avant deux heures

dans ce cas. Deux heures qui me paraîtront extrêmement longue, comme

celle du déjeuner. Comment pouvait-on être aussi accro à une personne

en même pas une journée ? Il fallait vraiment que je me soigne. C’est vrai

que lorsque j’étais en sa présence, je me sentais comme dans un rêve,

une sorte de songe où tous était possible, et même quand je pensais à lui,

je me sentais bien mais avec comme un état de manque et de dépression.

C’était dangereux. Il fallait que je me force à ne pas penser à lui. Il fallait

que je me fasse violence pour peu à peu l’oublier. Et que je reprenne une

vie simple et normale. Ou du moins celle que j’avais avant de le

rencontrer. Mais j’aimais ma nouvelle perception du semblant de vie que

j’avais vécu. Et je ne voulais pas la laisser partir ainsi. Non. Il fallait que je

désintoxique.



Malheur pour mon esprit (ou bonheur pour mon cœur), Marco entra dans

la salle. Son visage se tourna dans ma direction et me fis un sourire. Il

s’avança vers le professeur Clamp et s’excusa de son retard.

Apparemment, il n’avait pas su trouver son chemin dans le lycée et c’était

trompé de salle. Le professeur l’excusa et l’invita à aller s’assoir. Bien

entendu, il vint près de moi. Sa nouvelle meilleure amie. Je me fis violence

pour ne pas lui sauter au cou en public. Mais qu’est-ce qui m’arrivais ? Un

petit sourire vit quand le jour sur mes lèvres. Faible en comparaison à ce

que je ressentais.

Le cours reprit son cours, la tentation de le prendre dans mes bras aussi.

Pourquoi il fallait que ça m’arrive à moi ? Pourquoi le destin s’acharnait-il

ainsi à me faire des coups pareils ? Ce n’est pas que cela me déplaisait en

ce moment, mais depuis que je suis née, il fallait toujours que des choses

m’arrivent sans que je le demande. Enfin, bref ! Je me disais toujours de

ne pas me plaindre parce qu’il y avait pire que moi, et je savourais

beaucoup ma chance aujourd’hui. Un peu trop d’ailleurs. Faite que la fin

des cours arrive pour que je puisse enfin tous raconter à mes amies.


2h plus tard, à la fin du cours d’espagnol, alors que j’étais cette fois

séparé de Marco pour la première fois du début des cours. Courant à

travers les couloirs du lycée, je fonçais à toute vitesse. Pour une fois, ce

n’était pas pour donner des coups à mes chers camarades du sexe

masculins que je courais. Mais pour arriver au plus vite chez Solange, qui

habitait près du lycée ; le Q.G. en fait.


Je n’avais pas entendu les pas qui courraient eu aussi derrière moi.

Marco m’avait suivi depuis ma sortie de la salle de classe. A travers les

dédales des couloirs que je connaissais si bien. Ce n’est que lorsque je

sentis sa main s’enrouler autours de mon bras que je concis à m’arrêter

dans ma course.

- Tu peux arrêter de courir, juste une minute ? haleta-t-il en s’appuyant sur ses genoux.

Apparemment, il n’était pas habitué à courir celui là.

- Désolé, mais j’ai un rendez-vous avec mes copines, là. Alors je ne peux pas rester discuter très longtemps, m’excusai-je un peu penaude.

- Oh, et bien je ferais cours. Je voudrais que quelqu’un qui connaisse bien cette ville me la fasse visiter, me demanda-t-il un peu hésitant.

- Je serais ravie de te faire visiter, acceptai-je sans hésiter.

- Parfait, je suis assuré de passer une bonne journée dans ce cas, me dit-il un petit sourire sur les lèvres. On se rejoint devant le centre commercial. C’est le seul endroit de cette ville que je connaisse.

- D’ accord, devant le centre commercial à 10h.

- Je serais là.



10 minutes plus tard, à la porte du QG, je trépignais d’impatience afin de

raconter ma journée aux copines. Elles étaient déjà installées dans la

chambre de ma meilleure amie, assises en tailleur sur le pourtour du lit. Le

sourire aux lèvres, elles m’accueillirent impatiente comme moi je l’étais, de

savoir enfin ce qui c’était passé.

Pendant presque 1 heure, je débâtai sur la journée passé. Sur la manière

dont ses yeux gris me faisait fondre sur place, sur le caramel de sa peau

qui me donnait une envie de sucrerie, sur ces muscles puissants qui

m’avaient enlacé lorsque j’avais fondu en larmes, la manière dont sa voix

m’avait ensorcelé et transporté dans un rêve, la façon dont la paix

m’envahissait chaque fois que je pensais à lui.


Les filles me regardaient avec des yeux ronds pendant tous mon

discours. J’avais l’impression qu’elle me passait au crible et qu’elle savait

avant moi ce que j’avais au fond de mon cœur. Au bout d’un moment, je

m’interrompis, un peu gênée de continuer mon récit.

- Disdonc, t’es vraiment accro, commenta Elisa.

- Mais alors, vraiment, renchérit Céleste.

- Ca me rappelle quelqu’un, dis Louise en fixant Céleste d’un regard pénétrant.

- Peut-être. Sauf que moi je ne suis pas amoureuse, je fantasme juste, c’est tout, répliqua Céleste.

- Qui a dit que j’étais amoureuse, intervins-je en pleine conversation.

- Solange, je peux, fis Elisa se souvenant de ce midi.

- Vas-y, accepta en souriant Solange.

- Bon, Gaëlle, je te connais depuis plus longtemps que la plupart des personnes ici présente, mais je pense que Solange te connais quand même mieux que moi je pense, commença-t-elle. Cependant, je me rappelle l’état dans lequel tu étais lorsque tu étais amoureux. Ton regard était tellement pétillant que l’on avait l’impression que tu avais des étoiles dans les yeux. C’était super flippant. Et là, c’est pareil en pire. Là, c’est comme si il y avait le système solaire dans tes yeux. Et tu parles tellement vite qu’on a toutes l’impression que le temps t’es compter.

- Pour une fois, Elisa a bien raison. Même quand tu étais tombé sous le charme de Dave, tu n’étais pas comme ça. Aujourd’hui, on a l’impression
que tu vis dans un rêve, dit Solange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
salhima
Dit au revoir à Edward
Dit au revoir à Edward


Féminin
Nombre de messages : 635
Age : 25
Localisation : POITIERS
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 20:06

Kristianna a écrit:


et le koike veut dire koi Salhima?

Salut, ne t'inquiéte pas aucun rapport avec ta fic, elle est géniale, en tout cas le début est prenant, c'est juste que je ne suis pas pressée d'aller en cours... Enfin bref... laisse tomber (désolée pour le h.s, ça m'arrive souvent) oh est super ce deuxième chapitre, merci...



BIZ, à bientôt.


Dernière édition par salhima le Sam 10 Oct - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Sam 10 Oct - 20:08

C'est pas grave et puis moi non plus je suis pas trop presser d'aller en cours alors.
Le deuxième chapitre est en ligne !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
Eryne B
Donne des maux de tête à Alice
Donne des maux de tête à Alice


Féminin
Nombre de messages : 2509
Age : 31
Date d'inscription : 14/06/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Dim 11 Oct - 10:25

Coucou ma belle

J'adore littéralement ta fic, elle est très prenante j'ai hâte de lire la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Dim 11 Oct - 11:57

Merci Eryne,



et pour la suite il faudra attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
Eryne B
Donne des maux de tête à Alice
Donne des maux de tête à Alice


Féminin
Nombre de messages : 2509
Age : 31
Date d'inscription : 14/06/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Dim 11 Oct - 12:25

De rien et je serais patiente ne t'en fais pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lina-twilight
Changement
Changement


Féminin
Nombre de messages : 3098
Age : 22
Localisation : Dans les bras de Taylor, bien occupée !
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Dim 11 Oct - 18:23

Aahahahah ma chouquette xD

ta fic est...comment dire ? GENIALISIME !!

J'adore quoii xD tu ecris hyper biien en plus !

Je n'ai qu'une chose à dire : a quand la suite ?

lOolll jadoooore love

Bisouus bisouuus ma puce bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liindiia-musiik.skyblog.com
MissRpattz
Se rend au domicile des Black
Se rend au domicile des Black


Féminin
Nombre de messages : 1184
Age : 31
Localisation : assise sur un piano ecoutant rob jouer et les yeux dans les yeux
Date d'inscription : 21/06/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Dim 11 Oct - 19:09

je me joins à mes amies et te dit que j'adore. C'est frais, marrant.

On est emporté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Dim 11 Oct - 23:07

Merci, ils sont trop gentils vos com's.
La suite arrive ne vous inquiéter pas, et comme j'écris pluôt vite, vous ne devriez pas avoir de temps mort. A part si j'ai des contrôles jusqu'au cou. Brevet oblige.

Maintenant, je vous envoie la suite de l'histoire de Gaëlle et de Marco.

---------------------


III

Subconscient





Dans mon esprit profond, je me disais que tous ce qu’elles me disaient

étaient vrai. Vrai, que je n’avais jamais été aussi heureuse de toute ma

vie. Vrai, que ce que je ressentais devait se voir dans mes yeux, comme

tous ce que je ressentais d’ailleurs. Mais ce qu’elles ne voyaient pas,

c’était que j’avais peur. Peur de l’inconnu. Peur de ne pas savoir quoi faire

le moment venu. Peur de tomber amoureuse trop vite. Peur d’avoir peur.

Je ne volais pas être comme Juliette qui était tombé amoureuse en un

matin, c’était mariée dans le jour et était morte la nuit. Je ne voulais pas

lui ressembler. Non, non, je ne voulais pas. Je ne veux pas être Juliette.

- Pourquoi il faut toujours que ça m’arrive à moi ? me lamentai-je à leurs grandes surprises.

- Tu te plains de cette situation alors que nous voudrions toutes être à ta place, s’écria Elena outrée.

- Tu te plains alors qu’un garçon, qui est nouveau de surcroit et super bien foutu, s’intéresse à toi ? renchérit Louise.

- Tu te plains alors que tu as l’occasion de vivre une histoire incroyable, surenchérit Céleste.

- Tu plains alors que tu ne pourras vivre une expérience comme celle-ci qu’une seule fois dans ta vie, accompagna Elisa d’une voix cassé.

- Tu te plains alors que tes meilleures amies te soutiendront quoi que tu fasses et quoique tu décides, finalisa Solange.

Je ne méritais pas un tel degré d’amitié. Mes amies étaient tous ce qui

était de plus cher pour moi, hormis ma famille. Elles feraient tous, j’ai

l’impression pour me faire avancer dès que je baissais les bras. Je ne

méritais pas de telles amies.

- Vous êtes vraiment les meilleures amies que l’on voudrait toutes avoir, leurs dis-je avec un sourire.

- Tu en doutais encore, dirent-elles en cœur avant de nous mettre à rire toutes les six.


*************



De retour chez moi, à l’appartement, je repensais à l’échange que nous

avions eu moi et Marco. Décidemment, je ne pouvais pas passer une

minute sans penser à lui. Je m’affalai sur le divan rouge du salon comme je

le faisais tous les jours. J’adorais ces moments où je ne pensais plus à rien

d’autre que de trouver un moyen pour me détendre. Aujourd’hui, je décidai

d’écouter de la musique pendant que je faisais mes corvées qui les

rendraient moins pénibles. Mais avant toutes choses, je devais remplir mes

devoirs de lycéenne. Au thème du jour, algèbre, français et anglais. En

clair, que des matières que j’expédierais en quelques minutes.

30 minutes plus tard, me voilà les mains dans le savon liquide en train de

faire la vaisselle. Je détestai faire la vaisselle. J’avais les doigts tous fripés

après, je détestais ça.

Pour rendre la tache moins contraignante, j’avais mis en fond sonore une

de mes chansons favorite « I’m lost without you » de Blink 182. Ca

m’apaisait, malgré ce que me disaient mes parents. Ils trouvaient ce genre

de musique trop agressive et violente. Ce que je démentais formellement.

Au contraire, cette musique me détendait et évacuais mes mauvaises

ondes. Je composais grandement sur ce type de musique. Elle m’inspirait

fortement et me faisait rêver.

Je passai un quart d’heure à faire la vaisselle, tellement elle s’était

accumulée depuis une semaine. Heureusement que le lendemain était

samedi car je ne pourrais pas passer une autre semaine comme celle là.

Rien qu’à l’idée de samedi, mon cœur s’emballa et partit au quart de tour.

Marco. Mon regard se voila et son visage m’apparut. Ses yeux gris, ses

lèvres brunes, sa peau chocolat, me vint aux yeux d’une façon claire et

lumineuse.

Il fallait vraiment que je me contrôle. Tous ce qui me passait par la tête

me ramenait à lui. Alors que je ne le connaissais que depuis ce matin.

C’était vraiment étrange comme sensation. Comme si il n’y avait plus que

lui dans mon entourage. Bizarre.


*************



La nuit tombée, dans ma chambre, alors que j’étais allongé sur mon lit. Je

repensai à ce que m’avaient dit mes amies, à mon comportement face à

leurs anecdotes, et à ce que j’avais ressentis après cette discussion. Je

ne savais plus quoi penser depuis ma rencontre avec Marco. Son

attraction envers moi m’avait envouté et enchanté. Ses yeux gris étaient

si profonds que je me perdais à l’intérieur lorsque je les contemplais.

Mais que m’arrivait-il ? Ce n’étais pas mon genre de tomber amoureuse

en une journée. Ou plutôt si. Ca m’était toujours arrivé en fait. Je

réfléchissais, et réfléchissais, et je tombais sous le charme de la personne.

C’était tout à fait mon genre. Je me connaissais à présent assez pour

savoir cela. Un vrai cœur d’artichaut comme je le disais toujours. Peut-

être que ce serait pareil en ce moment. Peut-être que dans deux ans, je

me dirais « Mais qui est ce Marco dont je porte le nom sur mon journal ? ».

C’était tous moi ça. Ne pas me souvenir des noms qui avaient compté

dans ma vie était tout à fait mon genre. J’avais presque oublié le nom

d’Elisa jusqu’à ce que je la revoie dans mon ancien collège. D’ailleurs, elle

ne me l’avait toujours pas totalement pardonné. Je ris au souvenir de

cette époque où tous étaient simples et faciles dans ma vie. Une époque

bien révolu, certes, mais que j’aimerais ne jamais oublie. C’est à cette

époque que j’ai vu qui était vraiment mes amies et qui ne l’était pas. Une

époque que je n’oublierais jamais. Enfin, j’espère.

Le sommeil m’emporta et je me laissai glisser dans mon subconscient.

Mon royaume, celui où je pouvais m’évader, et être celle que je voulais.

Princesse en détresse, ou au contraire aventurière intrépide. C’était mon

endroit à moi et j’y faisais ce que je voulais et aller où je le souhaitais. Ce

soir-là, mes rêves étaient bigarrés de couleur, des papillons et des oiseaux

dont je ne connaissais pas le nom, voletait autour de moi. Soudain, un

petit papillon d’une étrange couleur bleuté, et un oiseau portant des

couleurs vives mais néanmoins assortis, se posèrent sur chacune de mes

épaules. Ils me regardèrent d’un regard intense, comme s’ils essayaient de

me faire passer un message. Brusquement, le petit papillon bleu s’envola

et se positionna de façon à me regarder dans les yeux dans les airs. J’eus

alors l’impression qu’il voulait m’entrainer quelque part. Le papillon parti

droit devant lui et je courus vers lui. Ne le quittant pas des yeux, je

courus, courus, jusqu’à ce qu’il s’arrête net devant une immense plage. Je

connaissais cette plage, c’était ma plage. Celle où avait commencé mon

rêve de la veille. Mais aujourd’hui, je n’étais pas seule. Marco était là.

Assis sur un morceau de bûche, il contemplait l’étendu infinie de l’eau

devant lui. Sa tête pivota vers ma direction et il me fixa de ses yeux de

pierres. Se levant de son siège, il vint vers moi, un sourire aux lèvres,

comme à l’habitude. Je sentis mon cœur bondir dans ma poitrine. Non

seulement je ne pouvais pas passer une minute sans penser à lui quand

j’étais réveillée, mais quand je dormais aussi.

Arrivé devant moi, il leva les mains et les posa sur mes joues. Elles

étaient chaudes et douces comme de la soie, me laissant aller contre lui je

me blottis dans ses bras. M’enlaçant fermement, il me fit prisonnier de son

étreinte. Une prison de rêve me surpris-je à penser.

- Comme le prisonnier est docile alors, me dit-il alors de sa douce voix chaude.

- Et comme les barreaux sont confortables, répondis-je d’une voix qui ne m’était familière.

1heure passa sans que ne ressente le besoin de changer de position.

- Je pourrais rester des heures ainsi, dis-je à Marco.

- Moi aussi, je ne trouve rien à redire sur ce moment.

- Moi si, coupai-je en prenant compte de la situation. Que fais-tu dans mon rêve ? Non que cela me déplaise, mais j’aimerais avoir une explication.
- Et bien, en fait je me demandais absolument la même chose, rit-il.

- Ce n’est pas grave. Je suis bien comme ça, soupirai-je en le serrant encore plus fort dans mes bras.


*************



Je me réveillai en criant de mon sommeil. Couverte de sueur, ma peau

était moite et collante. Malgré la sensation désagréable de la couverture

collée sur mon épiderme, je ne me relevai pas. Une horrible vision m’avait

tiré de mon sommeil paisible. Mais que c’était-il donc passé pour que ce

merveilleux rêve se transforme en cauchemar ? Je ne m’en souvins pas et

ne le saurait jamais mais je me souvenais de ce qui s’était passé au cours

de ce songe.

Toujours enlacée par mon ange parfait, une chose étrange s’était

produite. Un froid glacial et tétanisant nous avait enveloppé sur la berge.

Je m’étais serré encore plus à mon ange et avait fermé les yeux. Marco

m’avait protégé du mieux qu’il pouvait du froid mais je ne pouvais le faire

pour lui et il avait commencé à claquer si forts des dents que le son me

vrilla au tympan.

1 heure passa, 2 heure passèrent et le froid n’en était pas moins glacial

et mordant. Soudain, il avait perdu en puissance et avait disparu aussi

vite qu’il était apparut. Alors que je m’étais détaché de Marco, j’avais

senti que quelque chose clochait. Marco était raide et immobile. Sa peau

était glacée alors que d’habitude elle était chaude presque brulante. Ce

changement brutal de température m’avait complètement désarçonné.

Levant les yeux, je l’avais découvert immobile et mort de froid. Un cri

intense, empreint de tristesse et de désespoir s’échappa des tréfonds de

mon cœur. Mort, il était mort de froid pour moi, pour me protéger. Mais

qu’étais-je donc pour faire mourir de froid celui qui m’avait ouvert son

cœur et m’avait aimé ?

C’est à ce moment précis où je m’étais réveillé en hurlant.

A présent, j’étais dans ma douche, sous un jet d’eau brulant, tentant de

réchauffer mon corps frigorifié. Pensé à lui froid et glacé me faisait mal au

cœur, comme un poignard dans le cœur. Ne voulant pas finir le ballon

d’eau chaude, je sortis de la douche toujours aussi froide et glaciale.

Enfilant un peignoir en coton sur moi, je pénétrai dans ma chambre. Sur le

seuil de la porte, je me souvins du rendez-vous avec Marco. Excité comme

une puce tout à coup, je me dépêchai de me préparé. Me demandant bien

ce que j’allai pouvoir bien me mettre sur le dos, je farfouillai dans mon

armoire et choisi une légère robe bleue en flanelle avec une paires de

leggins noir. Me maquillant légèrement, je mis une touche de gloss

transparent sur mes lèvres pulpeuses, une touche de mascara sur mes cils

afin de relever la couleur de mes yeux chocolat. Domptant ma crinière du

mieux que je pouvais, je les démêlai énergiquement et les attacha en un

choux derrière mon crâne, et mis des pinces assorties à ma tenue. Me

regardant dans le miroir, je vérifiai qu’aucuns cheveux ne dépassaient.

Parfait, je n’avais plus qu’à descendre et à attendre que mon prince

charmant n’arrive sur son beau cheval blanc. Un peu cliché la métaphore,

non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
lina-twilight
Changement
Changement


Féminin
Nombre de messages : 3098
Age : 22
Localisation : Dans les bras de Taylor, bien occupée !
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Lun 12 Oct - 11:31

Superbe suiiite ma puce lOoll

Apart ce reve etrange

javoue quw sa mintrigue tout sa je veux la suite ptdrr

bisouus hug bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liindiia-musiik.skyblog.com
Kristianna
Confessions de Rosalie
Confessions de Rosalie


Féminin
Nombre de messages : 1460
Age : 21
Localisation : Dans le minuscule lit de Jake, sur la porte il y a écrit NE PAS DERANGER
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Lun 12 Oct - 23:43

Merci Lina. C'est trop 'gnion.
La suite je la poste dès que tout le monde lit ce qui est déjà la. Promis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-my-broken-heart.skyrock.com
lina-twilight
Changement
Changement


Féminin
Nombre de messages : 3098
Age : 22
Localisation : Dans les bras de Taylor, bien occupée !
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Mar 13 Oct - 10:06

Looooll allé lisez lisez !! Veuux la suiite moii !! hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liindiia-musiik.skyblog.com
skullbat
Partie faire du camping
Partie faire du camping


Féminin
Nombre de messages : 1665
Age : 22
Localisation : Avec Rudyyyyyyy !!! <3
Date d'inscription : 10/05/2009

MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   Mar 13 Oct - 15:59

MAIS C'EST GÉNIAL CETTE FICTION !!! love
Coucou je suis une petite nouvelle mdr
Franchement elle est terrible cette Fic j'adore l'idée, j'adore comme t'écris c'est... WAW super bien écris on se laisse porter par ta plume. Bref c'est TROP TROP bien.
J'aimerais en savoir plus sur ce prince charmant et pour cela JE VEUX UNE SUITE !!!
Bizouuuuu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle vie (titre non définititf) !! (8èm ch en ligne ) Lemon Chap 8
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les bérets verts - 1968
» Vous aimez le scrap Disney ... ??? Allez voir là
» Le Diable s'habille en Prada
» Nouvelle génération de la BD belge
» Comment choisir un bon titre de roman ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: