Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 7:48

De rien ma chérie xD C'est sincère Wink

Bien sûr, qu'est ce que tu crois ??? sourcil

mdr

Gros bisous bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asony
Regarde Edward jouer du piano
Regarde  Edward jouer du piano


Féminin
Nombre de messages : 531
Age : 25
Localisation : au cotés de Cédric mon édward (voir fic')
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 11:50

XD tu m'embarrasse là Embarassed
je viendrais te rejoindre dans ce cas là happy lol!
bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxjust-mynexx.skyrock.com/
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 11:52

quel embarras!!!
mais bon tu n'as pas mauvais gout!!!!lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asony
Regarde Edward jouer du piano
Regarde  Edward jouer du piano


Féminin
Nombre de messages : 531
Age : 25
Localisation : au cotés de Cédric mon édward (voir fic')
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 11:55

PTDR ouai je sais ^^ Razz

dis donc toi, tu te fais sucé ( le venin) par édward, ba vieux^^ ça y va!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxjust-mynexx.skyrock.com/
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 11:57

éh bien oui j'avoue!!!lol
mais bon, il est comme sa!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debydebfun
A l'air d'une souillon
A l'air d'une souillon


Féminin
Nombre de messages : 3102
Age : 22
Localisation : lodéve
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 12:11

Mdr c'est trop chou ^^ hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecullenscoven.e3b.org
asony
Regarde Edward jouer du piano
Regarde  Edward jouer du piano


Féminin
Nombre de messages : 531
Age : 25
Localisation : au cotés de Cédric mon édward (voir fic')
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 14:37

c'est plus long, car ils ne sont pas pré-préparer les prochain^^

chapitre 24-fausse alerte

J’étais un peu sonné, les personnes autour de moi ne restait pas en place. Je ne m’étais pas rétablie au contraire, le fait que je me sois levé m’avait embrouillé l’esprit. Je regardais mon bras recouvert de sang qui dégoulinait sur le sol. Je posais ma main dessus pour arrêter l’hémorragie. Puis en plissant les yeux, je dévisageais les énergumènes qui étaient entassés autour de moi. Cédric n’étant plus près de moi, je ne me sentais plus en sécurité. Jason était là, en face de moi et me regardais pétrifié.

_ Tu n’as rien à craindre, dit l’homme d’âge mure, j’essayais de te sauver. Tu as de sacrés hématomes. Ça va ?
_ Je pense que oui… J’ai mal à la tête rien de plus. Je regardais mon bras qui me faisait légèrement mal par rapport à ma tête. Puis je fixais Davy intriguée.

_ Nous allons te garder avec nous cette nuit, je suis médecin, tu as besoin de rester en observation.
_ Pourquoi vous m’avez mordu ? Vous êtes des vampires vous aussi ? Dis-je en prenant soin de le lui chuchoter. Et puis je ne peux pas me rendre chez vous alors que je ne vous connais pas ! Et puis mes parents vont s’inquiétés !
_ Dans ce cas, j’irais les voir et on leur expliquera que tu es mal en point et que tu as besoin de repos. Je leur expliquerais aussi que je t’ai emmené dans mon cabinet pour que tu te repose et les rassurerais que tu reviendras chez toi le lendemain. Je ne pense pas qu’il y est besoin d’autres excuses.

_ Pourquoi vous ne répondez pas à mes questions ? Et où sont allés Cédric et son père ? Je préfère aller chez eux, mes parents les connaissent et j’ai confiance en eux. Tandis que vous, je ne vous connais pas et sans vouloir vous vexer je n’ai pas envie d’aller chez des inconnues ! Même si votre fils est une de mes connaissances.
_ Ils sont partis tu les reverras demain. Viens !
_ Je n’ai aucunement envie d’aller chez vous mais comme vous vous soucier de ma santé, vaut mieux que je sois chez un médecin. Au cas où je devrais des comptes à mes parents, je me ferais le plaisir de vous annoncer pour ma défense. Rigolais-je.
_ comme tu le souhaite, allez monte ! dit-il en ouvrant la porte coté passager de sa voiture.

Nous nous installâmes tous dans le pick-up du père Hughat. Et nous roulâmes en direction de la forêt par un sentier que je ne connaissais pas. Les sapins étaient plus gros et encombrant que vers chez les Vandle. La lumière du soleil avait dû mal à se faufiler entre les branches, il faisait toujours sombre dans cette endroit glaciale. Ça me donna la chair de poule. J’eus aperçu en cours de route, des cerfs qui galopait en direction inverse quand nous nous approchions d’eux. Cette partie de la forêt grouillait de nombreuses espèces d’animaux. Ce qui me fit constater qu’apparemment la famille de vampires ne s’aventurait pas jusqu’ici. D’après ce que j’ai crue comprendre, les Vandle et les Hughat se connaissaient. Dans quelles circonstances, je ne pourrais pas le dire. Cette dernière famille était aussi mystérieuse que ma petite famille de vampire. Jason me cachait des choses mais je ne veux pas me résoudre à vouloir à tout prix savoir ce que c’est. Après tout, je ne lui parlais pas beaucoup ; ce devait être pour cela qu’il m’intriguait. Je ne savais pas grand-chose de lui, ni de ce qu’il fait en dehors des cours. Je ne pense pas qu’il serrait du genre à rester sagement chez lui, c’est quelqu’un de dynamique, il ne tient pas en place.

La route rocheuse que nous empruntions pour arriver chez eux faisait dérailler mon estomac. Les bosses incessantes ne m’arrangeaient pas. Nous arrivâmes dans une allée de chêne gigantesque, au fond, on pouvait apercevoir une grande maison en bois, que l’on aurait pu confondre avec un chalet. A coté, il y avait une grange qui servait de garage, car il n’y contenait pas d’animaux. Je sortais du pick-up pour me diriger vers la porte d’entrée, je n’avais pas eut le temps d’ouvrir la porte que je fus surprise de la galanterie de Jason. Lui aussi devait regretter ce qu’il s’était passé tout à l’heure. Bref, j’avançais dans cette nouvelle maison, la visite était rapide, salon, cuisine, cinq chambres et salle de bain, tout ce qui a de plus banal. Quoique cinq chambre, ça faisait pas mal de monde dans une maison, de plus dans chaque chambres il y avait deux voir trois lits. Les présentations des garçons qui étaient venue me chercher étaient brèves. Il y avait le petit frère de Jason, Nathan. Il était gère plus jeune de trois ans et ressemblait comme deux gouttes d’eau à son frère : même carrure. Il y avait aussi trois cousins paternels, Cory, Marvin et Royce ; ils hébergeaient aussi des amis, Constant, Paul, James et Eric. Ce dernier n’était pas très grand mais sacrément intelligent, il sortait des arguments que même Victor n’aurait pas pensés.

_ Je n’ai pas vu ta mère m’adressais-je à Jaze. Où est-elle ? Elle va venir ?
_ Non, ma mère est morte quand j’avais trois ans.
_ Désolé, je ne savais pas. M’excusais-je, j’avais fait une gaffe.
_ Je l’ai à peine connu, je me souviens pas d’elle et crois moi c’est mieux comme ça.
_ Comment tu peux dire ça, c’était ta mère tout de même.
_ Je m’en suis passé et ce que je veux dire sais que je préfère ne pas avoir de souvenir d’elle, au lieu de me morfondre sur l’image que j’aurais gardé d’elle vivante.
_ Je comprends ton point de vue. Mais moi, j’aurais regretté de ne pas l’avoir connue. Enfin tu n’en souffres pas c’est l’essentiel.

On nous appela pour allez manger. Comme des surexcités ils sautèrent de partout pour aller à table. Quelle bande d’affamé, on aurait dit qu’ils n’avaient pas mangés depuis des jours. Ils avaient finit leurs assiettes en un rien de temps, tous sans exception. Moi, la lenteur incarné, tel un escargot je finissais d’avaler mes pattes à la sauce bourguignonne, simple mais un délicieux repas.
Les garçons ayant finit, ils se ruèrent sur le canapé en face du grand écran plasma auquel on pouvait voir le football américain.

Je décidai alors de ne pas les suivre, car le sport n’était pas un passe-temps pour moi et je risquais de m’ennuyer. Je regardais les photos disposées au dessus de la cheminé éteinte. Dessus, on voyait des enfants s’amusant dans une prairie, d’autres étaient des portraits : de vieille photos représentant surement les ancêtres de la famille Hughat.

_ Mon arrière grand père, cet homme à contribué à bâtir la ville où tu habites. C’était un sage, il inspirait l’obéissance, la confiance et la loyauté, c’est lui qui à fait l’honneur notre famille… en autre parce qu’ils avaient chassé les vampires pendant un certain temps, dit-il à voix basse. A l’époque plus que maintenant, ils étaient une menace pour la société et le maire de Sorks avait organisé une chasse aux vampires et mon père à été décoré pour avoir débarrassé d’une partie de cette race d’immortels.

J’avais enfin une réponse s’ils étaient des vampires, ils ne serraient surement pas parti chasser les leurs. Durant trois quart d’heure, j’avais supporté les commentaires et les hurlements à chaque but, mais bon, comme je ne voulais pas paraitre mal élevé je suis resté avec eux à contre cœur. Le match terminer, ils se levèrent en même pour aller se coucher.

_ Tu dormiras dans ma chambre, j’irais avec les autres, ce sera mieux je pense. Dit Jaze gentiment.
_ Ça marche, tu me montres laquelle c’est, s’il te plait !
_ suis moi.

Nous grimpâmes les escaliers et nous dirigeâmes vers la porte d’une couleur grise métallisé. Ouvrant la porte, je vis qu’il avait accroché un sweet assez grand pour me recouvrir jusqu’aux cuisses. J’en déduisis que ce devait être mon pyjama.

_ Si tu as besoin de quoi que ce soit je suis dans la pièce à coté.
_ Ne te donnes pas de mal pour moi.
_ Mais je ne me donne aucun mal, c’est un plaisir !

Je rougis, heureuse de savoir que ça petite crise passagère était belle et bien passé.

Il ferma la porte derrière lui et je m’effondrais sur le lit épuisé par cette journée de fou.je fermais les yeux et je pensais à toutes ces questions qui s’accumulais. Enervé de ne pas avoir de réponse ou la moitié de la réponse, je me levais pour ouvrir la porte quand je me rappelai qu’il devait surement se déshabiller dans l’autre pièce. Ça me fit pensé à enfilé mon tee-shirt de basketteur, malgré tout il était plutôt court sur moi. Je sortis de la chambre pour aller querir des réponses et comprendre pourquoi je me suis fait déchiqueter sur les cours. Je frappais à la porte et une voie me répondit d’entrée.

_ Salut, je m'assis près de lui et repris ma conversation, je voudrais comprendre les raisons de ton comportement tout à leur pourquoi tu cherche à me protéger ?

Il baissa les yeux, il était triste, ce n’était pas la question qu’il attendait de moi. Il préférait que je lui parle de la pluie et du beau temps, mais ce n’était pas dans mes cordes, j’avais un but précis en entrant pour venir le voir.

_ Je… tu es quelqu’un de bien Titia, et je ne veux pas que tu regrettes ce qui adviendra si tu le suis.
_ développe s’il te plait.
_ Apparemment tu es amoureuse de ce gars et tu te rends compte que c’est un vampire ?

_ Oui, j’en suis consciente et alors, je sais, c’est le prédateur le plus dangereux au monde, on me la déjà dit et tu me la déjà répété mais la décision de rester avec lui ou pas m’appartient. Je ne vois pas pourquoi ça t’inquiète autant. Tu la bien vu comme moi, même si il est ce qu’il est, ces sentiments sont les mêmes que ceux que j’éprouve pour lui, je ne peux pas renier ce qui arrive. Mais je ne changerais pas d’avis, je l’aime et j’ai bien l’attention de continué à l’aimé pendant très longtemps même jusqu’à l'éternité.

_ Tu te rends compte de ce que tu dis ! Tu es en train de me dire que tu serais prête à devenir l’une des leurs ?
_ Rien est décider mais pour ma part j’ai envie de rester avec lui, le plus longtemps possible.
_ Je n’y crois pas. Je ne partage vraiment pas ton opinion. Tout à l’heure mon père allait t’offrir un cadeau bien plus supportable que devenir une sangsue !
_ Tu pourrais être plus sympa envers eux, je ne pense pas qu’il t’a fait quoi que ce soit qui pourrait te contrarié à ma connaissance. Et de quoi tu parles, c’est quoi cette histoire de cadeau ?
_ Je n’ai pas le droit de t’en parler.
_ Oui, c’est ça et pourquoi ton père ma mordu jusqu’au sang !?
_ Il voulait te sauvé la vie.
_ Me sauvé la vie, répétais-je, en me mordant. Je ne vois pas le rapport, excuse moi !
_ ne cherche pas à découvrir, ce que je te cache, désoler de le dire comme ça, mais ce ne sont pas tes affaires et crois-moi tu ne veux pas savoir.
_ Bien sur que si, je connais déjà l’existence des vampires, je ne pense pas que quoi que ce sois peuvent m’étonner à présent.
_ Vraiment ? Ne cherche pas. Je ne veux pas que tu sois mêlé à ça, que tu le veuilles ou pas ce n’appartient pas à ton monde. Je ne veux pas t’effrayer et encore moins que tu…

Il ne finit pas sa phrase. Il me fit soupirer. Je voulais entendre ce qu’il avait à dire jusqu’au bout, j’en ai par-dessus la tête qu’on réponde à moitié à mes question, c’est insupportable.

_ Je crois que je devrais aller me coucher. Dis-je déçu.
_ dors bien Titia, et ne fait pas cette tête, c’est pour ton bien que je ne le dévoile pas.

J’allais dans ma chambre pour m’y endormir comme une masse.


Spoiler:
 


Dernière édition par asony le Ven 18 Sep - 17:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxjust-mynexx.skyrock.com/
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 14:48

continue j'ai adorée
j'atend ta prochaine suite!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellaa&Edwaard
S'endort bercée par Edward
S'endort bercée par Edward


Féminin
Nombre de messages : 483
Age : 22
Localisation : Avec Adonis aux yeux dorés...
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 16 Sep - 17:38

La suite !!!!!!!!!!!!!! C'est géniiaall !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Jeu 17 Sep - 13:19

il menerve jason
c vrai il menerve lol
jve la suite kou mm =)
parske jsui tro curieuse lol
Revenir en haut Aller en bas
asony
Regarde Edward jouer du piano
Regarde  Edward jouer du piano


Féminin
Nombre de messages : 531
Age : 25
Localisation : au cotés de Cédric mon édward (voir fic')
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Jeu 17 Sep - 16:01

il est chiant mais il a des bonnes raison, bon je vais te dire pourquoi!!!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxjust-mynexx.skyrock.com/
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Jeu 17 Sep - 16:31

oui un casse pied, mais si il y a une bonne raison j'attend de la lire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asony
Regarde Edward jouer du piano
Regarde  Edward jouer du piano


Féminin
Nombre de messages : 531
Age : 25
Localisation : au cotés de Cédric mon édward (voir fic')
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Dim 20 Sep - 13:36

voila la suite^^
intéressante d'après moi...


Chapitre 25- née avec un passé mortel

Ma nuit a été très agitée, les yeux grand ouvert, tétanisé, je fixais le vide en me remémorant la soirée mystérieuse que j’avais passée après m’être couché :

Dans mon lit, je rêvais, j’étais encore dans la même forêt mais cette fois ci, il faisait nuit et la lune était pleine. J’avançais dans la pénombre en étant accompagné, je n’avais pas peur et me sentais en sécurité. L’air froid qui effleurait ma peau ne me faisait pas frissonner. Les sapins qui s’agitaient autour de moi humide faisaient ressortir le parfum de la nature et sa fraicheur. Mon corps était tout aussi gelée que les gouttes de pluie qui était tombées pendant la journée. Mon bras droit se balançait le long de mon corps et l’autre était tendu en avant comme pour déchiffrer ce qui se tenait devant moi. Ma main droite sentit une caresse au niveau de la paume, je la refermais pour emprisonner ce que l’on me tendait. La main que je tenais glacée me lâcha pour me prendre par la taille. Je me raidis à cause des frissons que je ressentais enfin. Je n’osais pas me retourner pour interrompre se moment qui m’extasiait.

Toujours en marchant, l’une des mains d’homme se posa sur mes cheveux puis descendit pour atteindre mon cou. J’inclinais la tête sur le coté qui n’était pas occupé. Je sentais son haleine sur mon lobe et baisser lentement sur ma nuque dont la température avait grimpé soudainement sans devenir brulante. Je tournais légèrement la tête pour apercevoir pour qui mon cœur éprouvait une telle sensation. Je découvris le visage parfait de l’homme qui me faisait chavirer chaque jour à chaque regard. Cédric me regardais avec des yeux qui en disait long, ils exprimaient de la joie, du désir, de la méfiance et le sentiment que l’on décryptait le mieux était de la mélancolie. Je tombais sous son emprise en éprouvant de la fascination en plus des mêmes émotions qu’il éprouvait en me dévisageant. C’était tellement intense que je m’y perdais, je mordillais mes lèvres en attendant qu’il veuille bien les rejoindre. Mais il fit duré l’instant, je ne tenais plus sur place et le saisit par nuque pour l’attirer face à mon visage. Je l’embrassais férocement avec beaucoup de passion, il me rendit mon baiser en en faisant autant. Mes lèvres me brulaient, les siennes glacées les apaisaient, j’approchais mon corps contre le siens pour que nous fassions plus qu’un.

Cédric ce raidit et tendit l’oreille vers la colline pour entendre, ce que je ne pouvais pas avec mon ouï si peu développer.

_ ne bouge pas. Me dit-il calmement pour éviter que je panique.
_ Qu’y a-t-il ?
_ Une meute… répondit-il sérieusement puis il changea d’expression d’un coup, surprit il m’annonça, ils viennent te chercher !
_ Quoi ?

Stupéfaite j’avalais ma salive, je commençais à me coller contre le torse de Cédric quand il me prit par les deux avant bras et me fit passer derrière lui. En effet, du haut de la colline on apercevait au moins une dizaine de loup gris, brun et blanc. Tous museaux relevés, ils hurlèrent comme nous prévenir de quelque chose. Agités, leurs pattes se mêlaient dans la rangés de carnivores. J’étais angoissé, déjà, je ne savais pas ce qu’ils me voulaient et j’avais peur qu’ils s’en prennent à mon copain.

Tous commencèrent à se précipiter vers nous, mon homme adapta une position plus aisée pour se battre. Il n’eut pas le temps de lever le petit doigt que la moitié des chiens lui sautèrent dessus. Prisonnier entre les griffes de ces animaux, ce qui me laissait seul avec ma malchance. Chaque bouffé d’air que je respirais était comme un dernier souffle, je paniquais. Les yeux des animaux remplient haine accéléraient mon pou. Ils se jetèrent sur moi et je fis une crise d’angoisse.

Je me réveillai en criant. Jason qui était à coté, déboula en un rien de temps auprès de moi. Il me prit dans ces bras et me dit que tout allais bien, que je n’avais rien à craindre et qu’il était là. Je me blotti contre lui sans lui expliquer pourquoi, j’avais été jusqu’à crier. Il me resserra dans son emprise, j’étais gelée comme dans mon rêve, son corps me réchauffait. Il l’avait remarqué et frotta ses mains dans mon dos.

_ Tout vas bien, me répéta-t-il.
Comme si j’avais réellement eut une crise d’angoisse, je tremblais, j’étais tétanisée, les yeux écarquillés, ma peau avais viré au blanc pâle et j’étais essoufflé.
_ Tu veux que je reste avec toi ?

Je ne répondis pas et il prit cela pour un oui, me recouchant dans son lit en mettant des couvertures pour me réchauffer, il m’entoura de ses bras musclés et posa sa tête contre la mienne.

Je n’arrivais pas à trouver le sommeil mais Jaze, lui, dormait comme un loir. Je fixais la lampe de chevet en face de moi, elle était ornée de liège. Derrière moi, il ronflait et parlait dans son sommeil. J’entendis mon prénom et commença à m’intéresser à se qu’il disait. Ça avait un rapport avec moi et une certaine Lily, il parlait de me protéger et était furieux contre les maudits vampires. Il grognait en annonçant ces derniers mots. C’était louche alors je me retournai pour le regarder, il me serrait plus fort que jamais. Il allait jusqu’à me faire mal et hurla comme s’il était un loup. Je sortis du lit ce qui le réveilla et je me mis a courir en direction de la porte d’entrée.

_ Titia, Titia, me cria-t-il, qu’est ce qu’il y a ?

Je continuai à dévaler les escaliers, il était à mes trousses. Tout me semblait clair à présent, Jaze, Jason Hughat et ses compagnons, son père et toute sa famille étaient des animaux. Ça ne faisait aucun doute, quand je l’ai rencontré il devait acheter un bijou pour sa mère, qui est morte ! Il avait acheté des bijoux en forme de loup, il l’a dit lui-même que ça lui plairait. Ensuite quand il ma déconseillé de trainer avec les vampires, je ne connaissais pas la raison, mais maintenant c’est évident. Les loups détestent les vampires. Et pour le coup de point, je savais que les hommes étaient plus costauds que les femmes mais à ce point, c’était incroyable, j’en avais craché du sang. Pour ce qu’il s’agit de son père, quand il m’a mordu, Jaze parlait de me sauver la vie et Victor d’une même malédiction… c’était pour me transformer en … loup garou !

J’arrivais enfin à la porte qui me permettra de sortir de cet enfer, quand Davy Hughat me barra la route. Je regardai dans ces yeux et je m’arrêtai dans mon élan.

_ vas t’assoir, s’il te plait. Me dit-il gentiment.

Et c’est ce que je fis sans discuter alors que je n’en avais pas envie. Sur le canapé le plus proche, les deux hommes vinrent me rejoindre, chacun d’un coté. Jaze scrutais le visage de son père afin de comprendre la raison de ma soudaine envie de partir. Et je ne sais comment il comprit et me regarda autrement.

_ Je suis désoler que tu l’es su comme ça. Il était sincère mais ça ne m’apaisait pas pour autant. Permet moi de m’expliquer.

Je n’arrivais pas à parler, j’étais furieuse.

_ Tu ne dois en aucun cas révéler ce que nous sommes. Je ne voulais pas te le dire, tout simplement parce que nous avons des lois et celle-ci est la plus importante, elle est vitale. Nous ne sommes plus assez dans ce monde pour nous défendre comme nous le voudrons si jamais les humains l’apprenaient. Car ils n’auront qu’une seul et même réaction, pour eux nous seront un danger. Mais à présent que tu es au courant, c’est toi, qui est en danger. Malgré nos lois, rien nous interdit de faire taire un humain s’il le découvre.

Choqué, je restais de glace. Mais il continua à s’exprimer.

_ Ce n’est pas de nous, que tu dois avoir peur. Mais de ceux qui ne te connaissent pas, car aucun loup n’a de secret pour ceux de son espèce. Nous ne fonctionnons pas par meute, n’importe quel animaux de notre race peut écouter nos penser. Ce qui est un problème pour toi et pour nous.

_ Elle a écouté la conversation quand elle allait mourir, tu peux lui en parler, au point ou nous en sommes. S’exclama son père.
_ Se sont nos ancêtres qui définissent nos lois et le fait que tu en saches autant vont les faire venir ici pour tous nous tuer, car c’est à cause de nous que tu en sais autant.

S’en était trop, comment pourrais-je m’en sortir dans la galère dans laquelle je m’étais mise.

_ Mais nous te protègerons, tu es l’une des nôtres.
_ Comment ça ?
_ Ton arrière grand père est né d’une louve, qui est morte suite à une union avec un vampire.
_ Je suis un loup-garou moi aussi ?

_ Non, tu es humaine. Mais ton sang est plus précieux que ce que tu imagines. Il est un mélange de lican et de vampire. Ton sang est rare, ton vampire l’a sentit. A force de génération, ta famille a peu à peu perdue la pureté de votre sang, ignorant l’importance qu’il a. suite à cette ignorance, tu es née humaine.

D’autant plus choqué, je lui demandai :
_ Pourquoi mon sang est précieux ?

_ Il suffira d’en apporter la preuve aux ancêtres de notre espèce et des suceurs de sang et il pourrait faire cesser la guerre entre nos races. Mais ce n’est pas si simple, car les ancêtres tiennent à leur pouvoir et l’existence de ce nouveau sang les surpasserait et ils devront céder la place à cette nouvelle puissance. Et comme ils tiennent à gouverner, ils ne se laisseront pas amadouer si facilement.

_ S’ils savent que cette nouvelle race existe encore, ils chercheront à en provoquer l’extinction. Renchéri Davy.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxjust-mynexx.skyrock.com/
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Dim 20 Sep - 13:49

Tout simplement magnifique ce chapitre Titia !!!!!! bravo

La suite la suite !!!! supercontent

Gros bisous ma grande bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asony
Regarde Edward jouer du piano
Regarde  Edward jouer du piano


Féminin
Nombre de messages : 531
Age : 25
Localisation : au cotés de Cédric mon édward (voir fic')
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Dim 20 Sep - 14:31

merci gros bisous a toi aussi mon grand^^ bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxjust-mynexx.skyrock.com/
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Dim 20 Sep - 15:42

moi aussi je trouve cette suite magnifique
j'ai adorée te lire et attend la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellaa&Edwaard
S'endort bercée par Edward
S'endort bercée par Edward


Féminin
Nombre de messages : 483
Age : 22
Localisation : Avec Adonis aux yeux dorés...
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Dim 20 Sep - 16:40

Suite, suite, suite !!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Lun 21 Sep - 13:09

oui d'ailleur a quand la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Lun 21 Sep - 20:01

wow carémen genial cette suite =)
alor la jnavai pa imajiner sa
c super=)
Revenir en haut Aller en bas
asony
Regarde Edward jouer du piano
Regarde  Edward jouer du piano


Féminin
Nombre de messages : 531
Age : 25
Localisation : au cotés de Cédric mon édward (voir fic')
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mar 20 Oct - 21:37

je sais j'ai été longue mais bon j'espère ne pas vous faire regretter votre attente:

Chapitre 26-à l’abandon, délaissé

Comme ça, Cédric n’était pas au courant que du sang de vampire et de loup était mêlé au miens. C’est ce que je m’apprêtais à vérifier, une fois tous les loups calmés et endormies. Cependant les Hughat m’ont expliqués qu’il s’en doutait et il n’avait pas eut l’idée de m’en faire part. Je pensais qu’il n’avait plus de secret pour moi, mais j’avais tort.

Je refermais la porte de la maison délicatement pour ne pas les réveiller, avant de m’installer dans la Honda de Jaze. Je regardais dans tout les sens er m’aperçu qu’il me manquait quelque chose, j’avais omit les clés de la voiture. Donc je retournai sur mes pas pour les récupérer. Je les retrouverais facilement car j’avais repéré où Jason les déposait à chaque fois.
J’allais les piquer sur le meuble à chaussure et m’enfuir avec mais je me rendis compte qu’elle n’y était pas.

Au lieu de cela, je découvris un visage dénué de gaieté, d’après l’expression que l’on pouvait lire sur celui du propriétaire du trousseau qui contenait ce dont j’avais besoin. Il les agitait sous mes yeux comme pour m’appâter, ce qui de toute évidence ne marchait pas. Ça me rendait furieuse qu’il me prenne pour une gamine essayant d’attraper un pompon.

Mais bon il était bien réveillé et avait deviné que j’avais l’intention de filer.
_ Tu nous quittes déjà, tu n’es pas rétablis… tu devrais te recoucher. Me dit-il d’un air ironique mais compatissant.
_ Non, je vais mieux et j’ai l’intention d’aller voir Cédric.
_ D’accord, mais je vais avec toi, c’est plus prudent et je dois m’assurer qu’en aucun cas tu vas retourner chez tes parents… et puis tu devras vivre sous notre toit jusqu’à ce que nous ayons trouvé une autre solution.
_ Je n’ai pas besoin que tu m’accompagnes ! M’exclamais-je.
_ Simple précaution. Répliqua-t-il avec un sourire au coin des lèvres.

Je cédai et le laissa venir avec moi, après tout, c’était ça voiture que j’empruntais sans autorisation.

Pendant que l’on suivait le sentier qui menait au Vandle, je repensais à ce que je m’étais torturé à ne pas penser durant la nuit dernière. Je n’avais jamais imaginé avoir un jour un rôle dans ce monde. Certes, ce n’était pas celui des humains mais celui dont j’appartiens maintenant que j’ai découvert qui j’étais en réalité, dû moins d’après ce que l’on m’a raconté. Je n’en suis pas l’élément déclencheur, c’était mon arrière grand-père qui l’avait été mais comment a-t-il pu mêler notre sang ? Je devais le savoir et c’est ce que je découvrirais un moment ou un autre… à présent, je suis un élément de paix pour les vampires et les licans et pour d’autre un élément destructeur : les anciens ne me laisserons jamais leur faire perdre leur situation hiérarchique, ils y tiennent trop, que se soit les loups ou les vampires. Il faut que je trouve le moyen de leur en défaire.

Arriver devant la somptueuse demeure des Vandle, je descendis d’un clin d’œil afin de frapper à la porte. Le château était sombre et l’on ne pouvait apercevoir aucune lumière. J’attendais dix bonnes minutes pour qu’ils m’ouvrent enfin mais il en fut autrement, personne ne vint à ma rencontre. Et je restais là désespérément las d’attendre. Je me convins alors qu’ils soient en chasse afin de se nourrir mais il m’était étrange que tous y est été en même temps. Ce serait déplacé de la part de Cédric, d’être partit sans m’en faire part.

Un moment, je me suis aperçu que je parlais comme dans un vieux film, ça devait être à cause d’un flash back des années 60 que j’avais du rêver. Ça m’arrive des fois de parler comme si je venais d’une autre époque. Mais heureusement c’était rare.

Toutefois, je devais regarder la vérité en face, voila plus de trois heures que j’avais insisté pour rester et attendre que l’homme que j’aime me revienne. La nuit tombée je désespérais et me dit qu’il ne reviendrait pas et que c’était de ma faute. Il devait croire que je m’étais transformé en louve. Mais ce n’était pas le cas et je n’avais pas la moindre occasion pour le lui prouver, vu qu’il ne revenait pas. C’est en larme, que je m’approchai de la porte d’entrer pour essayer de la forcer afin de voir s’il ne se cachait pas là haut. Tellement, j’étais en colère après moi-même que je me blessai à la main en cassant la poigné. Je retenais les quelques larmes au bord de mes pupilles, pour espérer le voir aux étages.

Lorsque je franchis le seuil de la chambre de Cédric, je n’y vis personne. Et pourtant, il y avait une lettre m’étant adressé sur son bureau, j’en déduisis qu’il avait mis du temps à la rédiger car l’écriture était soignée et on ne pouvait y voir aucune faute d’orthographe et aucune rature. Je l’ouvrais délicatement et fondit en larme m’écroulant à terre. À genou, la lettre au bout de mes doigts me donnait envie de la déchirer en mille morceaux.

Jason vint me rejoindre, je l’entendais grimper les escaliers.
_ Titia, tu as trouvé quelque chose ?
En me découvrant affalé sur le sol, le visage déformé par le noir du maquillage qui coulait sur mes joues, il me prit dans ces bras en voulant me réconforté en disant que tout allais bien. Mais rien n’allait bien, perdu dans mes pensées, je me tourmentais à comprendre pourquoi il m’avait écrit ces horreurs. Dans ma tête des idées ce chamboulait, j’avais du mal à savoir laquelle version du comportement de Cédric et sa famille était la plus plausible pour écrire de tels chose, j’en avais mal au cœur.

Mes yeux ne pouvaient se détaché du morceau de papier qui me répugnait, sur cette lettre la froideur du texte me laissait bouche bée. Rien ne voulait sortir de ma bouche, je n’éprouvais même pas de la colère, j’étais choqué. Le vent derrière mon dos ne me faisait pas d’effet, la fenêtre grande ouverte me laissais supposer qu’il avait du passer par là pour y déposer la lettre avant de s’en aller.

Son visage me revint en mémoire ce qui m’attristait de plus belle, ses yeux que j’avais dévorés quand il me regardait, sa bouche que j’avais si longuement embrassée et la passion qui nous embrasait me procura un frisson. J’avais cessé de pleuré et mon cœur devint de pierre ; m’adressé la parole même pour me réconforté ne me fera pas réagir autrement que par une expression de haine. Il ne reviendra pas et ce que j’avais supposé à propos de son imagination débordante, en pensant que je n’étais plus moi-même l’avait fait fuir. En même temps j’éprouvais de la compassion pour cet être qui me faisait souffrir car j’imagine qu’il ne voulait pas éprouver la démence que son frère avait ressentit en tant que vampire, lorsqu’il comprit que sa compagne était une louve.

Je sortie de la maison en me débattant des bras de Jason. Arrivé en bas, je cherchais à m’enfoncer dans les bois pour me calmer. Je ne savais pas dans quel direction aller, ni où je me dirigeais mais ça m’était égal, je voulais sortir de ce cauchemar. Je m’accrochais aux branches des sapins autour de moi, déchirant mes habits et je continuais à courir. Les émotions que j’éprouvais m’empêchaient de sentir que les branches m’écorchaient la peau.

Au bout d’un moment, je sentais mes jambes faiblir et ralentir. Lorsqu’une racine grosse comme un tronc d’arbre était disposé devant moi, je ne réfléchis pas et voulut la sauter, mais je n’étais plus assez forte pour le faire, je trébuchai et m’effondra a terre m’entravant avec cette maudite racine.

Je n’avais plus la force de me relever, la tristesse me faisait me recroqueviller sur moi-même. Je sentais le froid de la terre sur laquelle je ne pouvais me séparer. Je sentais les brulures de mes blessures et le sang qui coulait quand je les touchais. Je commençais à m’évanouir, mais j’essayais de résister, plissant les yeux pour les garder ouvert. Je battais des paupières, qui me semblaient tellement lourdes à présent. J’avais mal à la tête, rien ne tenait en place au alentour, je fermais les yeux puis je les rouvris directement et je le vit perché sur un chêne. L’enfant de mes rêves, celui qui m’avait mordue, quand je le réalisai mon cœur s’emballa. Et si ce que j’avais rêvé se réalisait, personne ne pourrait venir à mon secours. Jason était si loin à présent. Le jeune homme s’approcha de moi à une vitesse vertigineuse, ce qui n’était pas difficile a contraindre pour moi, je ne le vit pas se déplacer. Prenant ma tête, il me regardait de ses yeux envoutant et mélancolique. A croire qu’il avait pitié de moi. Je sentais une espèce de bien être avec lui. Ce n’était qu’un enfant mais il m’apaisait rien qu’en me fixant. On aurait dit un envoutement.

Je commençais à m’endormir doucement, je me sentais en sécurité, et je fermai les yeux. Il afficha un sourire au coin des lèvres et je ne savais pas comment l’interpréter.

Pendant que je dormais, je sentis comme une décharge envahir mon corps dans le noir. En pleure, je me réveillai d’un sursaut en pensant à Cédric tout en revoyant son visage dans ma tête.

J’étais cette fois ci, adossé au grand chêne auquel je m’étais entravé les pieds avec l’une de ses racines gigantesques. Je revoyais la petite tête blonde dans ma tête ; je commençais à me relever et à marcher devant moi, je vis du sang sur mes mains et j’eus tout de suite le réflexe de regarder ma cuisse. Tout se passait exactement comme dans mon rêve, j’avais une morsure de vampire au même endroit. Je fis le garrot avec un morceau de ma chemise. Et je regardais autour de moi pour voir si un vampire ténébreux aux cheveux long se jetterait sur moi ; comme dans mon rêve, je ne le vis pas venir. Je me fis projeter en arrière, ce qui, comme prévu rouvrit ma plaie. Le vampire était au dessus de moi et attendait qu’un petit garçon refasse surface, ce qui devait arriver, arriva. Deux petits garçons me parlèrent au sujet de ma morsure, je ne ressentais pas de la peur, mais de la haine. Le garçonnet blond s’approcha et me mordit et les deux autres en firent autant. La colère m’envahi, je me dis que cette histoire ne se passera pas comme je l’avais rêvé et j’étais déterminé à changer tout ça. Je devais me débattre, je n’avais pas besoin de Jason, ni de Cédric pour me protéger. S’il avait jugé bon de m’abandonner, c’est que je n’avais pas besoin de lui. Des larmes montèrent à mes yeux et la haine que j’éprouvais accélérait mon pou et ma respiration. J’avais l’impression que mon cœur allait lâcher.

Je repoussai les trois hommes qui étaient affalé sur moi d’une force surhumaine. Ceux là n’osait pas riposter, ils avaient trop peur de quelque chose, et j’ose croire que cette peur venait de moi.

J’étais dans une sorte de transe dont je ne pouvais me sortir tellement la haine était présente. Et je fis quelque chose de bizarre, je me léchai les babines en les regardant apeurés. Des crocs me poussèrent des deux côtés de la mâchoire, mes sens étaient aiguisés et j’avais soif. Et mes sentiments accentuaient cette soif, je me sentais incontrôlable, même si les deux clans viendraient m’aider, je ne pense pas qu’ils puissent m’arrêter dans ce que je m’apprête à faire.

Cette soif me dévorait, j’étais mi vampire, mi loup et le sang m’attirait comme de la drogue, j’en suis dépendante, même si c’est la première fois que ça m’arrive. Les trois vampires me répugnaient mais en une seconde j’étais à deux centimètres de leur cou rigide. Je plantais mes crocs en chacun d’eux, les tuants un à un. Mais je n’étais pas rassasié alors je humai l’air autour de moi et ressenti la même sensation que j’éprouvais devant un moelleux au chocolat recouvert de crème anglaise, je savais que c’était de la gourmandise mais je ne pouvais pas m’en empêcher et je me mis à courir en direction de la ville. Le plus déroutant c’est que je me fichais des conséquences que cela entrainerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxjust-mynexx.skyrock.com/
Bellaa&Edwaard
S'endort bercée par Edward
S'endort bercée par Edward


Féminin
Nombre de messages : 483
Age : 22
Localisation : Avec Adonis aux yeux dorés...
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 21 Oct - 15:55

Magnifique suite... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
debydebfun
A l'air d'une souillon
A l'air d'une souillon


Féminin
Nombre de messages : 3102
Age : 22
Localisation : lodéve
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 21 Oct - 16:25

C'est toujours aussi bien!!!!!!!!!!!!!!!
Continue!!!!!
bisous!!
(il été tems pour la suite!! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecullenscoven.e3b.org
asony
Regarde Edward jouer du piano
Regarde  Edward jouer du piano


Féminin
Nombre de messages : 531
Age : 25
Localisation : au cotés de Cédric mon édward (voir fic')
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 21 Oct - 19:54

dsl mai bn pa tp inspirer en se moment, plein de soucis et de trucs a pensé^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xxjust-mynexx.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Mer 21 Oct - 20:25

ooooooooooooouuuuuuuuuuuaaaaaaiii genial cette suite
vivemen la prochaine =)
Revenir en haut Aller en bas
Vador
modérateur
modérateur


Masculin
Nombre de messages : 18039
Age : 26
Localisation : Sut Terre ♥
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   Jeu 22 Oct - 15:19

Et ben...quelle suite !!! bravo

J'adore !!!! supercontent

J'espère que la suite arrivera dans pas trop longtemps ^^

bizz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.   

Revenir en haut Aller en bas
 
une vie dans le genre fantastique >>titre non défini.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mon 1er montage du genre fantastique
» Dans quel genre de films préférez-vous Kate ?
» Mrs Riddell et le fantastique à l'époque victorienne
» La Gaslamp Fantasy, le fantastique victorien revu à la sauce moderne
» dans le genre " je pollue et cela ne ce voit pas "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: