Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ***La fille des flammes***

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carly
En rendez-vous avec Edward
En rendez-vous avec Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 393
Age : 40
Localisation : Entre fiction et Réalité
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: ***La fille des flammes***   Jeu 9 Juil - 20:48

Alors voilà, je vous poste ma petite dernière.
Suis un peu déçue de l'accueil de mon autre fic ***Vengeance*** (une fic de vampire avec les Cullen) mais bon tant pis. Il en faut pour tous les goûts !





- Félicitations Phil ! Elle est à toi dit-il en me tendant la clé de ma nouvelle acquisition. Je te laisse, un autre rendez-vous m’attend. Il monta dans son imposant 4x4 et fit demi-tour sur ma propriété. Au fait ! Bon courage pour les travaux !
- Merci Georges ! Je vais en avoir besoin !
Oh oui j’allais en avoir besoin ! Depuis à peine cinq minutes, j’étais l’heureux propriétaire d’une magnifique, splendide et immense…ruine ! pensai-je
J’avais du pain sur la planche pour la remettre en état, mais cela m’occuperai et m’éviterai de trop penser aux derniers mois que je venais de vivre.
J’avais besoin de changer d’air et de tourner une page de ma vie. J’avais donc acheté ce petit manoir perdu dans les Monts d’Arrée. La Bretagne ! Terre de légendes ! Ma femme et moi rêvions de venir nous installer ici un jour. C’était désormais chose faite. Nous passions toutes nos vacances dans cette superbe région. Il y avait tellement de choses à découvrir. D’un coin à un autre les paysages étaient très différents. Nous aimions beaucoup la côté nord du Finistère et la région de Brocéliande. Nous avions logiquement cherché à acheter quelque chose dans le coin. Après avoir visité de nombreuses maison, ma femme était tombée amoureuse de celle-ci
- C’est exactement celle qu’il nous faut ! m’avait-elle dit avec enthousiasme. Je vois déjà une ribambelle d’enfants courir partout. En plus elle est splendide. Regardes la vue !
Il est vrai que la vue était féérique. A droite de la maison, la lande s’étendait jusqu’à l’horizon alors que de l’autre côté notre propriété était bordée d’une épaisse forêt.
- Il sera bien ici, ajouta-t-elle en passant la main sur son ventre.
- Tu la veux ?
La vente allait donc se conclure. Il ne fallut que quelques mois pour qu’enfin…
- Ca y est Isabelle ! Nous l’avons notre maison en Bretagne ! dis-je. Bien ! il va falloir s’organiser pour pouvoir nous y installer rapidement. La caravane sera un pisalé dans un premier temps.
Je jetai un coup d’œil à cette fameuse caravane, posée à l’abri de la grande haie de cyprés dans un coin du jardin.
- Bien ! Allons faire un tour chez nous !
J’avançai vers la grande bâtisse. Seuls les murs étaient en bon état. La toiture était à revoir sans parler de tout l’intérieur qui serait également à refaire. Cette maison avait vraisemblablement brûlé. La façade de granit percée de petites fenêtres étroites était typique des belles demeures de la région. La toiture en ardoises donnait en côté austère à l’ensemble, mais c’est justement ce qui faisait son charme. Sur toute la longueur de la bâtisse, poussaient des hortensias. Leurs couleurs variaient d’un vieux rose à un bleu sombre. Le jardin lui aussi aurait besoin d’être remis en état. J’imaginai déjà à quoi cela ressemblerait quand j’en aurai fini avec les travaux.
- Une fois terminé ça aura un cachet fou !
La porte s’ouvrit dans un couinement infernal. J’inspectai l’imposante porte en chêne. Il faudra penser à la lasurer. Un immense triskell était taillé dans le bois, symbole très courant par ici.
Bref, j’en avais pour des mois de travail.
De toute façon j’avais tout mon temps, depuis que j’avais vendu mon agence immobilière sur Paris. Le changement d’air était devenu vital.
Je regagnai ma caravane dans l’espoir de dormir un peu.
Ces derniers mois, mes nuits n’étaient peuplées que de cauchemars.
Quand je m’éveillai au matin, le soleil commençait à se lever. Je sortis alors de mon abri de fortune pour contempler les premiers rayons venant arrosés la lande environnante.
- Regardes Isa, c’est merveilleux !
Je restai un moment, émerveillé par ce spectacle.
Reprenant mes esprits, je décidai de m’attaquer aux travaux de notre nouvelle maison. A peine eus-je le temps de clouer la première planche qu’une voiture avançait dans l’allée
- Bonjour, je suis Marc Sanquer, le maire de la commune, m’interpella un homme. J’ai appris que vous veniez d’acheter la maison, alors je suis venu me présenter à vous !
- Bonjour, Monsieur le Maire ! Je vous en prie entrez !
- Non ! hurla-t-il aussitôt. Puis se calmant, il reprit Non merci je… n’ai pas…le temps
Je fus surpris par son refus catégorique mais ne relevai pas.
- Et donc vous êtes ?
- Philippe Martin, mais appelez-moi Phil
- Bien alors Phil soyez le bienvenu dans notre modeste commune
- Je vous remercie, Monsieur Sanquer. Je suis désolé mais je n’ai pas eu encore le temps de faire le tour du centre-ville, mais je promets de me rattrapper rapidement
- Bourg ! Ici on dit un bourg ! trop petit pour un centre-ville, s’esclaffa-t-il.
Je me mis alors à rire avec lui
- Excusez-moi mais vous connaissez les parisiens !
Il m’écoutait mais ne me regardait pas. Ses yeux étaient rivés sur la bâtisse. Comme s’il cherchait quelque chose
- Je vous laisse, alors et bon courage ! euh pour les travaux !
- Merci, au plaisir, Monsieur le Maire !
Il s’éloigna, toujours en fixant le manoir. Je crus déceler de la peur dans son regard. Mon imagination très certainement.
Je passai le reste de l’après-midi, perché sur le toit à remettre en place les ardoises manquantes.
Le soir venu, extenué, je regagnai ma « résidence secondaire » après avoir pris soin de bien fermer à clé le manoir.
- J’ai bien avancé aujourd’hui, Mon Isa. Je pense que la toiture devrait être terminée d’ici quelques jours.
M’allongeant sur le lit, je sombrai rapidement.
Le lendemain, après avoir avalé un rapide petit déjeuner, j’envisageai une petite visite des environs. Je m’aventurai dans la forêt toute proche. Les rayons du soleil perçaient difficilement l’épaisse couche de feuilles. J’avançai dans cet océan de verdure quand je décrouvris d’immense rochers étrangement ronds.
-Impressionnant ! soufflai-je
- On appelle cela le chaos, répondit une voix féminine derrière moi
- Pardon ?
- La légende raconte qu’un géant avait traversé la forêt d’Huelgoat en quête de nourriture. Les villageois trop pauvre ne purent apaiser sa faim. Il se rendit alors au bord de la mer d’où il jeta de gros rochers ronds sur Huelgoat. D’où le fameux chaos. Me narra-t-elle en m’indiquant ces monticules granitiques.
- Quelle histoire !
- N’est-ce pas ! Au fait je m’appelle Maëlla
- Phil, enchanté
- Touriste ?
- Non breton d’adoption depuis quelques jours, répondis-je en riant
- Vous habitez dans le coin ?
- Oui je viens de racheter le Manoir de Kerloc’h
- Oh !
- Pourquoi ce Oh ? demandai-je
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunabelle59
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 454
Age : 37
Localisation : nord
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Jeu 9 Juil - 20:50

WOW WOW WOW !!!!!!!
Début très prometteur !!!!
J'adore !!!!!! J'accroche de trop !!!!!!!!!!
J'ai hâte d'en connaître plus !!!
Merci de nous la faire partager !!
bisou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurely41
Traquée
Traquée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 612
Age : 33
Localisation : Perdue dans mes pensées...
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 10 Juil - 12:59

début sympathique...j'ai bien envie de connaitre la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
babybunnye
Prend des photos
Prend des photos
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1099
Age : 33
Localisation : dans les bras d'Edward mais pas loin de Jasper
Date d'inscription : 22/06/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 10 Juil - 13:09

Moi aussi j'aime bien connaitre la suit en tout cas bon début ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilighattitude.e-monsite.com/
chloé
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 453
Age : 24
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 10 Juil - 14:44

elle vient quand la suite ?
en tout cas j'aime beaucoup le début
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carly
En rendez-vous avec Edward
En rendez-vous avec Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 393
Age : 40
Localisation : Entre fiction et Réalité
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 10 Juil - 16:35

- Non non pour rien, répondit-elle avant de changer de conversation. Si vous le désirez je pourrai vous faire découvrir les mystères de cette forêt. Elle regorge de légendes.
- Vous y êtes guide ? demandai-je
Son rire résonna soudain dans les sous-bois
- Non, mais je suis née ici et dès notre plus jeune âge on nous raconte toutes ces histoires. Je les connais par cœur et je les adore.
C’était une jeune femme d’une trentaine d’année, brune avec des yeux marrons. Elle était légèrement potelée et ses cheveux longs encadraient un visage fin au teint mat.
- Ce sera avec plaisir, Maëlla mais aujourd’hui je dois continuer de retaper ma nouvelle maison.
- D’accord, alors disons dimanche prochain ? Enfin si vous n’avez rien de prévu ?
- Va pour dimanche ! Rendez-vous ici à 13h00. Ca vous va ?
- Je serai là. Prévoyez de bonnes chaussures, car on va beaucoup marcher.
Elle prit congé en s’enfonçant dans l’épaisse sous-bois. Quand à moi, je pris la direction de la lisère de cette forêt légendaire.J’allai vers la maison quand je m’aperçus que la porte d’entrée était grande ouverte. Bizarre, j’étais certain de l’avoir fermé pourtant !
Je mis cette omission sur le compte de la fatigue et entrai pour continuer ma besogne.
Ce jour-là, contre toute attente, je terminai de remettre la toiture en état et commençai même à m’attaquer à la réfection des fenêtres.
La nuit tombait quand je quittai le chantier. J’avais bien mérité un verre. Je pris alors ma voiture et commençai la descente jusqu’au village. La route était sinueuse et bordée d’arbres. Après dix minutes, j’arrivai enfin. C’était le village breton par excellence. L’église trônait devant la petite place. Au milieu de celle-ci se dressait un menhir, surmonté d’une croix. Les maisons alentours, aux toits ardoisés, semblaient tout droit sorties d’une carte postale. Au milieu de tout ça se trouvait un petit bistrot.

En entrant, je sentis les regards se tourner vers moi. Je saluai le serveur et m’installai à une table.
- Monsieur ?
- Un whisky , s’il vous plait
L’homme revint quelques instant plus tard en m’apportant mon verre. Je commençai a me sentir mal à l’aise parmi ces gens, qui pour la plupart continuaient à me dévisager. Je ne captai que des bribes de conversations par ci, par là
- Alors c’est lui ?
- Oui c’est le fou de parisien !
On aurait dit que je débarquais d’une autre planète. Je savais les bretons attachés à leurs terres, mais de là à parler de moi, nouveau propriétaire, comme si je n’étais pas là, je trouvai ça très impoli. J’avalai rapidement mon verre et pris congé. Je sentis que je n’étais pas le bienvenu ici. Tant pis, il faudra bien qu’ils s’y fassent, puisque je ferais désormais parti du décor !
Je rentrai chez moi, encore interloqué par ces regards réprobateurs dont j’ai été la cible. Arrivé dans ma caravane, je me déshabillai rapidement et me couchai. A peine posai-je la tête sur l’oreille que je m’endormis comme une masse.
Les jours passèrent avec leurs lots quotidiens de labeur. Les travaux de la maison avançaient à grands pas. Le samedi soir, je fis un rapide bilan. La toiture était à présent étanche, toutes les fenêtres étaient réparées, et l’électricité était à présent en bon état.
- Je crois que le plus gros est fait Isa.Maintenant les finitions vont être la partie la plus longue. L’aménagement dans la maison devrait pouvoir se faire dans le courant de la semaine prochaine.
Le lendemain, à mon réveil, le soleil brillait déjà haut dans le ciel. J’avais dormi comme je n’avais pas dormi depuis des semaines. L’heure de mon rendez-vous avec Maëlla approchait à grand pas. Juste le temps de prendre une douche et avaler un morceau. Je m’habillai rapidement et chaussai mes chaussures de randonnées, comme conseillé par ma guide. Elle m’attendait, comme convenue à l’orée de la forêt
- Bienvenue en Huelgoat ! lança-t-elle pour m’accueillir
- Merci, gente demoiselle, répondis-je sur le ton de la plaisanterie
- Alors ? Prêt pour une immersion au cœur des légendes ?
- Oh que oui et plutôt deux fois qu’une !
- Alors allons-y, je vous entraîne en Enfer.
Nous avançâmes dans l’épais sous-bois.
- Alors, Phil ? Vous venez d’où ?
- De Paris, mais j’aimerai assez qu’on se tutoie si cela ne te déranges pas
- OK, pas de problème. Donc tu viens de Paris. Et qu’est-ce qui t’as poussé à venir t’installer dans un trou paumé comme ici ?
- C’est une longue histoire et je n’ai pas trop envie d’en parler
- Oh, excuses-moi ! Je ne voulais pas être indiscrète.
- Non, ce n’est rien. Dis-moi, l’autre jour je me suis rendu au petit bistrot pour boire un verre. Tous les habitants me regardaient comme si j’étais un extraterrestre. Tu peux m’expliquer ?
- Ca y est nous y sommes ! La grotte du Diable, lança-t-elle soudain.
Elle m’entraîna alors dans un petit escalier métallique qui semblait descendre vers les entrailles de la terre. L’ambiance était à la fois magique et oppressante. Nous descendîmes entre les rochers jusqu’à ce que le soleil de nous atteigne plus.
- Je suppose que cet endroit a sa propre légende ?
Elle se tourna vers moi et me décocha un magnifique sourire
- Monsieur est perspicace ! Oui en effet, la légende raconte que lorsqu'on descend ici, on se présente aux portes de l'enfer. Quatre-vingt- dix-neuf auberges s'égrènent sur votre chemin, où des fées vous proposent du vin, celui qui terminera sa route tout à fait sobre sera épargné de toute damnation diabolique.
- C’est gai comme histoire ! lançai-je en contemplant cet endroit sombre
Son rire, que je commençai à apprécier résonna entre les rochers
- Les légendes ne sont pas toutes de belles histoires ! Et tu l’apprendras à tes dépends.
- Que veux-tu dire pas là ?
- Euh, rien ! Rien du tout. Continuons notre balade
Je sentais qu’elle me cachait quelque chose, mais quoi ?
Nous continuâmes notre progression dans ce dédale de verdure et de granit.
- Et voici la grotte d’Artus ! Tu savais que l’on raconte que le roi Arthur serait venu se réfugier ici ?
- Je croyais que la légende d’Arthur était une histoire de Brocéliande
- Oui à la base, mais on raconte aussi qu’il aurait caché ici le trésor du Val sans retour et que celui-ci serait gardé par des Korrigans
- Des quoi ?
- Des Korrigans ! D’affreux petits démons. Décidément, il va falloir que je t’apprennes toutes les bases de notre culture !
Je ne pus m’empêcher de sourire de mon ignorance en matière de culture bretonne et celtique en général.
- Veux-tu que l’on se repose un peu ?
- Je ne suis pas contre en effet. Je n’ai pas l’habitude de marcher autant !
Nous nous assîmes dans l’herbe le long de la rivière.
- Cet endroit est tout de même splendide. Je ne connaissais que Brocéliande, mais je me rends compte que la forêt d’Huelgoat n’a rien à lui envier.
- Oui c’est vrai que c’est vraiment très beau. Nous avons une chance inouie de vivre au contact de la nature.
- C’est pour cela que ma femme et moi voulions d’une maison en Bretagne
- Votre femme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninas
En rendez-vous avec Edward
En rendez-vous avec Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 386
Age : 46
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 10 Juil - 17:04

Belle ambiance féérique et magique dans ce début d'histoire.
Tu dois vivre en Bretagne pour en ( et y ) faire venir les héros de 2 de tes fics?...

On devine une sombre histoire de revenants ou autre liée à cette maison, j'ai hâte d'en avoir le cœur net!

En dehors de cet élément, j'aime bien le mystère que tu mets en place également autour de Phil et de son passé...Et cette Maëlla... pas claire...

Vivement la suite, et merci pour tes écrits!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 10 Juil - 17:23

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninas
En rendez-vous avec Edward
En rendez-vous avec Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 386
Age : 46
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 17 Juil - 10:34

Tu es vraiment très active sur tes 2 autres fics, alors ce n'est pas du tout un reproche....
... Mais j'adorerais connaitre la suite de cette histoire qui me trotte dans la tête depuis que j'en ai lu le début.....

Est-ce que tu comptes la poursuivre?

Bizz à toi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurely41
Traquée
Traquée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 612
Age : 33
Localisation : Perdue dans mes pensées...
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 17 Juil - 10:43

j'ai aussi hate de connaitre ce que cache cet endroit et cette maison !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carly
En rendez-vous avec Edward
En rendez-vous avec Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 393
Age : 40
Localisation : Entre fiction et Réalité
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 17 Juil - 11:02

oui les girls, j'ai juste un peu calé sur celle-ci mais je vous promets d'essayer de vous poster une suite avant le fin du week-end !

Kisses girls !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eryne B
Donne des maux de tête à Alice
Donne des maux de tête à Alice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2509
Age : 31
Date d'inscription : 14/06/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 17 Juil - 20:18

J'aime beaucoup aussi !

J'ai hâte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carly
En rendez-vous avec Edward
En rendez-vous avec Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 393
Age : 40
Localisation : Entre fiction et Réalité
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Ven 17 Juil - 21:26

Voilà, comme promis, la suite des aventures de Phil, en Bretagne (superbe région à visiter pour celle qui ne connaissent pas !!!!!)

Bonne lecture !


Je baissai les yeux. Je venai de m’engager vers une conversation que je ne voulais pas.
- Oui, ma femme, Isabelle, repris-je d’un ton morne.
- Je ne savais pas que vous étiez marié !
- Non…je … c’est plus compliqué que ça
- Si vous voulez en parler, je suis là, reprit-elle hésitante
Je réfléchis quelques instants et commençai
- Alors voilà. Comme vous le savez, je ne suis pas originaire de Bretagne. Je vivais à Paris où je tenais une agence immobilière. C’est là que j’ai rencontré Isabelle. Elle cherchait un appartement à acheter. Ca a été le coup de foudre mutuel et nous nous sommes mariés il y a quatre ans. Nous étions amoureux l’un de l’autre et il ne manquait qu’un enfant pour parfaire notre bonheur. Malheureusement, nous n’arrivions pas à en avoir. Les médecins n’avaient rien décelé d’anormal, mais ça me marchait pas. Nous nous étions fait une raison. L’année dernière, le jour de mes 30 ans, elle m’annonça qu’elle était enceinte. C’était le plus beau jour de ma vie. J’allais enfin être papa. Elle était rayonnante et son ventre s’arrondissait au fil des semaines. A quelques jours du terme, elle avait des contractions. Nous nous sommes rendus à la maternité et…
Je fondis en larmes. Ces souvenirs étaient tels des poignards se plantant dans mon cœur.
- Isabelle a fait une hémorragie et les médecins n’ont pas pu lasauver. Mon malheur aurait pu s’arrêter là mais du fait de l’hémorragie de ma femme, il y a eu des complications et mon fils n’as pas survécu lui non plus. Nous avions décidé de l’appeler Alexandre, soufflai-je dans un douloureux soupir.
Maëlla me regardait, les yeux embués de larmes. Elle avait blémit et restait immobile
- Je suis désolée réussit-elle à articuler
- Oh Maëlla, c’est moi qui suis désolé ? Je n’aurai pas dû vous embêter avec ça. Excusez-moi, dis-je en me levant
J’avançai dans la forêt quand elle me rattrapa. Elle prit mon bras, et sans un mot, nous progressâmes le long du sentier. Après une dizaine de minutes de marche, elle osa lever les yeux vers moi et me sourire. Je lui rendis son sourire, ce qui mit fin au malaise.
- Vous voulez voir à quel point les bretonnes sont fortes ? me lança-t-elle soudain.
Sa bonne humeur fut contagieuse
- Bien sûr ! Montrez-moi ça !
Elle m’amena au pied d’un immense rocher à la forme arrondie.
- Regardes un peu ! fanfaronna-t-elle
Elle posa un seul doigt sur l’immense pierre qui vacilla. J’étais ébahi !
- Comment fais-tu cela ?
- Quoi ? Je t’avais dit que j’avais de la force ! rit-elle. Non sérieusement, cette pierre s’appelle « La Roche Tremblante » . Il suffit de trouver l’endroit exact ou appuyer pour qu’elle bouge sur sa base. Impressionnant non ?
- Plutôt, en effet, puis-je essayer ?
Elle positionna mes mains sur la pierre, et je sentis celle-ci s’affaisser sur elle-même.
Maëlla me regardait, amusée.
- Je ne pensais pas qu’une forêt comme celle-ci pouvait regorgée d’autant de légendes !
- Et oui ! C’est ça la Bretagne !
Nous reprîmes alors le chemin du retour. Le soleil commençait à se fondre dans la verdure environnante. Nous marchâmes jusqu’à l’orée du bois.
- Puis-je t’inviter à boire quelque chose ?
- Non ! Je …je n’ai… euh… je dois rentrer maintenant, il se fait tard. Une autre fois peut-être ! Répondit Maëlla.
Je le sentais sur la défensive. Comme si elle craignait quelque chose.
- J’aimerai que tu m’expliques ce qui se passe ici. Le maire puis ensuite toi refusez catégoriquement d’entrer chez moi et quand je te pose des questions, tu évites de me répondre.
- Non Phil ! Tu te fais des idées. Tout va bien, c’est juste que je commence à être fatiguée et que je préfère rentrer. Allez à plus tard ! répondit-elle en s’éloignant.
Je regagnais ma caravane, empreint aux doutes. Je ne comprenais vraiment pas ce que ces gens avaient à me reprocher. J’avais été aimable, et je ne voyais pas ce que j’avais fait de mal pour qu’ils se comportent ainsi. Ce soir-là, je ne mis pas longtemps à m’endormir. Cette balade au grand air et mes confessions à Maëlla avaient été salvatrices.
Le lendemain matin, j’entrepris de faire quelques emplettes à la petite alimentation du village. Je descendis alors les quelques kilomètres qui me séparaient de la petite bourgade. Je garai ma voiture devant la petite épicerie. Quand j’entrai, tous les regards se tournèrent vers moi. J’entendis deux vieilles femmes discuter dans une langue que je ne connaissais pas. Certainement du breton. Leur conversation devait me concerner à en juger par les coups d’œil qu’elles me lançaient.
J’avançai jusqu’à la vendeuse, qui me tournait le dos
- Bonjour, Madame
- Monsieur, Bonjour dit-elle en se retournant. Oh, Phil ! Quelle surprise !
- Maëlla ! Je ne savais pas que tu travaillais ici
- Il faut dire qu’hier j’ai très peu parlé de moi ! Alors que te faut-il ?
- Et bien, j’aurai besoin de six œufs, un litre de lait et une bombe de mousse à raser, s’il te plait. J’aurai également besoin de quelques explications
- Je ne comprends pas
- Il faut que tu m’expliques ce qui se passe ici. Tout le monde me regarde de travers, et j’aimerai bien savoir pourquoi
Elle hésita un long moment tout en préparant ma commande
- tu sais que le manoir que tu as acheté est chargé d’histoire !
- Je m’en doute, oui. Vu l’âge de la maison
- Non, tu ne comprends pas !
Une des deux femmes lui ascéna une phrase dont je ne compris pas le sens mais dont le ton ressemblait plus à un ordre qu’autre chose.
Mon interlocutrice lui jeta un coup d’œil et reprit tout bas
- Bien, viens me voir ce soir vers 20 heures. Je t’expliquerai.
- 20 heures ? D’accord, je viendrai
Je sortis de la boutique sous les regards noirs des vieilles bretonnes
- Allez-vous-en ! ne restez pas au manoir si vous tenez à la vie, hurla l’une d’elle.
Je la fixai, interrogatif. Elle plongea ses yeux dans les miens mais ne pipa mot.
Je regagnai ma propriété, en proie aux interrogations.
Que voulait dire la vieille femme par « si vous tenez à la vie » ?. Que voulait me dire Maëlla ?. Je regardai ma montre : 10 heures. Encore 10 heures à attendre avant d’en savoir plus.
Les travaux de rénovation avançaient très vite. Plus vite d’ailleurs que je ne l’aurai imaginé. Je pourrais aménager dans la maison d’ici quelques jours. Ce jour-là, je m’attaquai au parquet du séjour. Sous les nombreuses couches de vernis et de cire sommeillait un parquet d’une rare beauté. Ce manoir était un vrai bijou. Plus je le rénovais, et plus j’étais surpris de constater que je l’avais acheté une bouchée de pain, par rapport à sa vraie valeur. Je m’étonnai qu’il n’ai d’ailleurs pas été vendu plus tôt. Avant de me rendre chez Maëlla, j’eus le temps de poncer entièrement le parquet et d’y poser une couche de vernis. Je quittais mon chantier vers dix-neuf heures trente, en prenant bien soin de fermer la porte à clé. Vingt minutes et une douche plus tard, Je pris ma voiture pour me rendre chez Maëlla. Je me garai devant la superette dont le rideau métallique était baissé. Maëlla m’attendait sur le trottoir en fumant une cigarette.
- Re bonjour Maëlla ! la hêlai-je
- Re, Phil ! Entrez vite ! dit-elle en m’entrainant à l’intérieur. Elle jeta un rapide coup d’œil sur la place et ferma la porte.
- Installes-toi Phil. Je t’offre quelque chose à boire ?
- Oh, je ne dirai pas non à un café, merci. répondis-je
Elle s’exécuta et vint s’installer à mes côtés sur le canapé.
- Je t’écoutes, Maëlla. Tu as éveillé ma curiosité tout à l’heure
- Il est temps que tu saches tout ce qui est à savoir. Comme je te l’ai déjà expliqué, chez nous en Bretagne, les légendes occupent une place importante. D’autant plus dans les coins reculés comme ici. Alors voilà. On raconte qu’en 1815, le manoir que tu viens d’acheter était habité par le Comte de Kerloc’h, sa femme et leur fille. Cet homme était très apprécié dans la région. Il avait ouvert une scierie à Huelgoat où travaillaient beaucoup d’hommes du village. Sa femme, Victoire, était également une femme délicieuse et discrète. Ils étaient les heureux parents de Melina, une jolie blonde de 20 ans. Tous les jeunes hommes des alentours n’avaient d’yeux que pour elle. Mais elle ne céda à aucun d’eux. Un jour, alors que ses parents s’étaient rendus à Brest, Melina resta seule au manoir. L’histoire raconte que le feu a pris dans les tentures et qu’elle est restée coincée à l’étage sans pouvoir sortir. Elle aurait été brûlée vive dans sa chambre.
J’écoutais Maëlla conter ce récit en tentant d’imaginer la scène.
- Le comte et la comtesse ne se remirent jamais de la mort de Melina et quittèrent la région. Depuis ce drame, le manoir a été vendu à maintes reprises mais à chaque fois que les nouveaux propriétaires s’installaient, la bâtisse était, sans raison particulière, la proie des flammes.
Je la fixai sans qu’il seul mot puisse sortir de ma gorge.
- Je sais Phil, ça peut paraître irréel, mais on dit que Melina est toujours présente dans cette maison et qu’elle chasse les nouveaux propriétaires en y mettant le feu. Cette légende a un nom. Ici on l’appelle Plac’h ar Fullen, la fille des flammes en français.
- Et tu crois ça, toi ? Osai-je demander
Elle éclata de rire
- Voyons, Phil ! Je suis une bretonne pur beurre ! Ici on est élevé dans la croyance des légendes et de ce genre d’histoire. Les fantômes font partie intégrante de nos vies ! En plus, dans ma famille, toutes les femmes ont des dons pour communiquer avec l’au-delà. Alors oui je crois à cette histoire. Mais je n’ai jamais tenté de rentrer en contact avec Elle. Il semblerait, selon ma mère, que Melina ne soit pas très encline à un tel contact
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 18 Juil - 12:29

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninas
En rendez-vous avec Edward
En rendez-vous avec Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 386
Age : 46
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 18 Juil - 13:12

Ah une suite!!! Et des explications!!!

Comme c'est triste l'histoire de Phil... tu as vraiment bien mené tes 2 premiers textes parce que je n'imaginais pas qu'il parlait... à sa femme disparue...

La fille des flammes... j'attends son apparition....

Merci de cette suite Carly!!smack smack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sariah
Histoires effrayantes
Histoires effrayantes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 258
Age : 31
Localisation : 59
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 18 Juil - 13:50

J'adore ta fiction!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sariahtwilight.canalblog.com/
lilou8085
Joue au strip base-ball avec emmett
Joue au strip base-ball avec emmett
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11138
Age : 31
Localisation : Nounours Addict
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 18 Juil - 15:09

moi non plus jamais je n'aurais crue qu'il parlait a sa femme morte !!!

c'est pour ca j'avais un peu de mal à comprendre pk il passait autant de tps avec une autre femme que la sienne lol

en tout cas tres bien cette nouvelle fic !!!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jenny91
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2626
Age : 32
Localisation : En région parisienne
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 18 Juil - 19:11

Salut Carly

J'ai commencé à lire ta fic mais je n'ai pas terminé (ba oui tu ne t'arrête plus hein........)

Je le trouve très intriguante et intéressante à la fois

Bisous à bientot

Jennifer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eryne B
Donne des maux de tête à Alice
Donne des maux de tête à Alice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2509
Age : 31
Date d'inscription : 14/06/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 18 Juil - 19:23

La suite vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chloé
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 453
Age : 24
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 1 Aoû - 10:43

elle est bien ton histoire....
la suite elle arrive quand ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carly
En rendez-vous avec Edward
En rendez-vous avec Edward
avatar

Féminin
Nombre de messages : 393
Age : 40
Localisation : Entre fiction et Réalité
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 1 Aoû - 11:51

Il faisait nuit quand j’arrivai à l’entrée de la propriété. La lumière des phares éclairait
partiellement le manoir face à moi. Etait-ce possible qu’il fut hanté, rééllement ? A mon
réveil, j'essayerai d'eclaircir ce mystère mais pour l'heure je tombais de sommeil. Il fallait
que je dorme un peu pour attaquer une nouvelle journée de travaux qui m'attendait le
lendemain.
. La nuit fut longue et agitée.. Mes rêves furent hanté par une silhouette blanche s’approchant de moi et une sensation de brûlure envahir mon corps tout entier. Je me réveillai au matin, trempé de sueur. Je n’étais pas de ceux qui croyaient à ce genre d’histoires, juste bonnes à faire peur et basées sur des croyances futiles. La tête encore embrumée par cette nuit cauchemardesque, je me levai et pris une douche. J’avais désormais les idées un peu plus claires. Chassant les paroles de Maëlla de ma tête, je m’approchai de la demeure afin de prendre les travaux. La porte était à nouveau grande ouverte. Cette fois j’étais totalement sûr d’avoir bien fermée cette fichue porte avant de partir la veille au soir. Je commençai à croire que les gens des alentours voyaient d’un mauvais œil la présence d’un parisien dans cette maison et qu’ils faisaient tout leur possible pour essayer de me faire quitter la région. Nulle question de fantôme dans cette histoire. De toute façon les fantômes n’existent pas.
J’entrai alors et me dirigeai vers le salon pour vérifier le parquet que j’avais verni la veille. Quand j’entrai dans la pièce, je remarquai des traces de pieds nus sur le vernis.Je fus surpris de constater que ces traces se concentraient sur le milieu de la pièce mais pas une seule trace sur la périphérie. C’était comme si quelqu’un avait volé jusqu’au centre du salon. C’était impossible !
- Génial ! Je n’ai plus qu’à tout recommencer ! hurlai-je, furieux.
J’entendis alors claquer une fenêtre à l’étage. Je montai quatre à quatre les marches du grand escalier et me dirigeai vers l’origine du bruit. Du verre brisé jonchait le sol. Il n’y avait pourtant pas de courant d’air. Comment avait-elle pu se briser.
Décidemment, il se passait quelque chose d’étrange ici !
Les journées s’enchaînèrent avec leur part de mystère. Certains jours, j’avais l’impression d’entendre marcher à l’étage sans qu’il n’y ait personne. D’autres jours, des objets disparaissaient et réapparaissaient comme par enchantement.
Je commençai à croire ce que m’avait raconté Maëlla. Cette maison devait certainement être hantée.
La nuit suivante, je décidai de dormir dans la maison. S’il s’agissaient de mauvaises blagues de personnes du village, je pourrai alors les prendre sur le fait.
Le soleil déclinai à l’horizon, faisant prendre au ciel une teinte dorée. La fatigue s’emparait de moi au fur et à mesure des minutes. J’avais commencé à entreposer quelques-uns de mes meubles dans le manoir. Le salon était pratiquement entièrement meublé. Le canapé ferait l’affaire pour cette première nuit chez moi. Je m’allongeai et revivai les dernières heures que j’avais passé avec Isabelle. Des moments inoubliables. Les larmes me montèrent aux yeux.
- Isabelle ? Pourquoi m’as-tu abandonné ? J’aurai tellement voulu que tu vois le manoir aujourd’hui !
Le sommeil s’empara de moi rapidement et je ne luttai pas.
Je fus réveillé par un bruit sourd venant de l’étage. Je me levai d’un bond et couru jusqu’au grand escalier, dans l’obscurité la plus totale.
J’entrepris de monter les premières marches quand soudain, devant moi, apparut une lueur. Une forme vaporeuse, blanche, qui semblait venir dans ma direction. J’eus la sensation que mon cœur avait cessé de battre. Ma respiration était haletante. Elle passa devant moi sans marquer de halte et s’engouffra dans le salon.
Mes jambes m’abandonnèrent et je m’effondrai. Ma tête heurta les marches en bois et je perdis connaissance.
A mon réveil. Je ne sus s’il s’agissait d’un rêve ou si j’avais réellement vu cette…ce… non ! Il ne pouvait pas s’agir de ce à quoi je pensais. Reprenant mes esprits, je me levai dans un étourdissement. Je passai la main sur mon front et sentis une énorme bosse. J’avais encore eu une crise de somnambulisme. Cela m’étais déjà arrivé. Il devait très certainement s’agir d’un rêve. Il ne pouvait en être autrement. Je montai à l’étage et découvris qu’une chaise gisait au milieu du couloir. Alors je n’avais certainement pas rêvé. J’avais vraiment rencontrer ce…fantôme !
Je passai des heures, prostré dans ma caravane. Du fait de mon esprit cartésien j’avais beaucoup de mal à coprendre ce qui c’était passé la nuit dernière. En revanche, j’étais sûr d’une chose : Je n’allais pas renoncer à mon manoir. S’il existait un moyen de me débarasseer de ce spectre, je le trouverai. Durant le reste de la journée, je me mis psychologiquement en condition pour affronter l’ectoplasme le soir venu.
Alors que la nuit était tombée, je regagnai l’immense bâtisse. Peut-être aurais-je la chance de pouvoir le revoir et qui sait, communiquer avec lui.
Je m’installai dans le canapé, les mains tremblantes et le cœur battant la chamade. J’éteignis la lumière afin de recréer les mêmes conditions que la veille.
Cette fois, aucun fracas ne se fit entendre dans la maison. Après de longues minutes, j’aperçu la même silhouette vaporeuse que l’avais vu la veille.
Cette fois j’en avais la certitude, il s’agissait bien de la réalité, pas d’un rêve !
Elle déambulait sans le moindre bruit à travers le hall d’entrée. C’était à la fois magnifique et terrifiant. Je déglutis bruyamment, ne sachant que faire. Fallait-il l’interpeller ou la laisser venir à moi ?
Après quelques instants d’hésitation, j’optai pour la première solution
- Mélina ? osai-je prononcer d’un ton qui se voulu le plus doux possible
La forme blanche stoppa net sa progression, et fit demi-tour pour entrer dans le salon. Mon cœur battait à tout rompre. Des gouttes de sueur perlaient sur mes tempes
- Je ne vous veux aucun mal, dis-je le souffle court
Je ne distinguai en elle, ni son éventuel visage, ni la moindre parcelle de son corps, juste une lueur difforme. La revenante s’approcha de moi, et soudain, à travers la lueur, je pus percevoir deux yeux d’une couleur rouge sang. Cette vision d’horreur me fit hurler. Elle ne voulait du mal j’en étais persuadé. Je m’enfonçai dans le canapé. Tous mes muscles se raidirent, j’étais incapable de prendre la fuite. Elle recula et un par un chacun de mes meubles se souleva, dansa dans la pièce avant d’aller se fracasser contre les murs. J’étais tétanisé, la peur transpirait par tous les pores de la peau. Après avoir détruit le dernier meuble, une petite commode qu’Isabelle avait acheté, elle quitta la pièce. Elle n’avait pas touché au sofa sur lequel j’étais toujours assis.
Le silence revint dans la maison. J’avais sa sensation de pouvoir entendre les battements de mon cœur, tellement il battait fort. Je me levai du canapé et chancelant, je me dirigeai à tâton vers l’interrupteur. Quand la lumière revint, je pus apercevoir le chaos qui régnait dans la pièce. Plus aucun meuble n’était debout, hormis le sofa. Ils n’étaient que des amas de bois. Elle aurait pu me blesser si elle l’avait voulu.
Je quittai le manoir sans prendre le temps de refermer la porte. Une fois à l’air libre, je m’écroulai. Le contact de l’herbe fraîche sous mon visage m’apaisa quelque peu.
Après quelques minutes, je me redressai et regardai l’immense bâtisse qui se dessinait dans l’obscurité. Seule la lueur de la lune se reflétait sur le toit ardoisé. A l’étage, à la fenêtre d’une des chambres, je vis apparaître deux billes rouges. Les yeux de Mélina. Cela sonnait comme un avertissement. Elle ne voulait plus de moi ici. Tout en la fixant, je me levai et pris la direction de la caravane. Je pris une douche et m’allongeai sur mon lit. Les yeux rivés au plafond, je revivai cette curieuse rencontre. Comment ai-je pu être aussi borné et me voiler la face quant à l’existence des fantômes ! Dès demain, il faudra que je demande conseil à Maëlla. Peut-être aura-t-elle une idée sur la façon de me débarasser de Mélina.
Je ne fermai pas l’œil cette nuit-là, pas moyen de trouver de sommeil après une nuit aussi agitée.
Six heures. Le soleil n’était pas encore levé quand je montai dans ma voiture et pris la direction du village. Maëlla était déjà dans sa boutique.
- Bonjour Maëlla ! l’interpelai-je
- Bonjour Phil ! Et bien tu es drôlement matinal !
- Oui, enfin c’est surtout que je n’ai pas dormi cette nuit.
- Ah bon ? Pourquoi ? demanda-t-elle en approvisionnant ses rayons
- Maëlla, j’ai une demande un peu particulière à te faire
Elle s’arrêta et me fit face.
- Je t’écoutes Phil répondit-elle avec un air interrogatif
- Alors voilà. Cette nuit j’ai rencontré… j’ai vu… Mélina
- Alors c’est vrai ? Ce ne sont pas des histoires !
- Je te confirme que non. Elle était bel et bien là. Elle a fracassé tous mes meubles sous mes yeux. Maëlla, je suis perdu. Je ne sais plus quoi faire. Y-a-t-il un moyen de la chasser du manoir ?
- Je ne sais pas. Il faudrait que j’interroge ma grand-mère. Elle saura peut-être. Pour l’instant il faudrait que tu te reposes. Tu as une tête à faire peur. Montes chez moi et dors un peu. Je dois travailler jusqu’à midi et après nous nous rencontrons chez ma grand-mère. D’accord ?
- OK c’est vrai que je suis crevé. Merci pour ton offre. Je vais dormir.
Je montai à l’appartement de Maëlla, et m’écroulai sur le lit. Je sommeil me gagna en à peine quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella55
Le combat
Le combat
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1730
Age : 32
Localisation : forks avec taylor lautner
Date d'inscription : 03/02/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 1 Aoû - 14:15

vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jenny91
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2626
Age : 32
Localisation : En région parisienne
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Dim 2 Aoû - 21:06

Coucou Carly

Cette histoire est de plus en plus angoissante je trouve, très différente de celle que tu viens de terminer mais je suis quand même très interessée de savoir ce qui va se passer par la suite

Je t'embrasse et te dit à bientot

jennifer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
linoa
1ers mots échangés avec Edward Cullen
1ers mots échangés avec Edward Cullen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 149
Age : 25
Localisation : un lieu parmi tant d'autres
Date d'inscription : 19/07/2009

MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   Sam 5 Déc - 19:24

j'adore
bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ***La fille des flammes***   

Revenir en haut Aller en bas
 
***La fille des flammes***
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Link version fille
» [Musso, Guillaume] La Fille de Papier
» Une fille pour deux mecs...
» Jeune fille cheveux bleus
» La jeune fille et ses colombes (texte de Masirène, toile de Shérazade)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: