Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Luminescence !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luminescence !   Mer 19 Aoû - 14:22

magnifike
jnai ke sa a diiire
c trooooooooo bo =)
Revenir en haut Aller en bas
klo
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 832
Age : 41
Localisation : A Volterra
Date d'inscription : 21/05/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Mer 19 Aoû - 22:00

Quelle vidéo et quelle musique! J'adore vraiment vraimnt vraiment. Maintenant à quand la suite, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bettyboop
Mordue par James
Mordue par James


Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 27
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Jeu 20 Aoû - 9:30

tro giga bien cette video waouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu alor kom sa il va la kiter???? oooooo jador de tro jte lé piker pour montrer a mes copines mais fo ke tu me dises dans koi ont joué les deux acteurs principaux ke je vois les films mdr la fille est tro belle et tristan...waouuuu!!!mdr mici^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunabelle59
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 454
Age : 37
Localisation : nord
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Jeu 20 Aoû - 12:33

coucou merci les filles.

Bettyboop => Le garcon qui joue le role de tristan c ben barnes et la il est en prince caspian dans me monde de narnia pour la fille c taylor celle qui chante love story les images sont tirés du clip. il y a aussi les images de tristan et iseult avec la fille qui joue dans moonlight et james franco.
Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bettyboop
Mordue par James
Mordue par James


Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 27
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Ven 21 Aoû - 7:31

lunabelle59 a écrit:
coucou merci les filles.

Bettyboop => Le garcon qui joue le role de tristan c ben barnes et la il est en prince caspian dans me monde de narnia pour la fille c taylor celle qui chante love story les images sont tirés du clip. il y a aussi les images de tristan et iseult avec la fille qui joue dans moonlight et james franco.
Bisous




merci bcp!!!!!!^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunabelle59
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 454
Age : 37
Localisation : nord
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 23 Aoû - 17:10

Chapitre 8

Je filais le parfait amour avec mon Tristan dans le lieu légendaire de la légende arthurienne. Nous passâmes l'aprés-midi à nous entrelacer et nous avouer notre amour. Le temps s'écoula à vive allure et la nuit tomba sur Brocéliande. Il me raccompagna comme la veille au soir jusqu'aux portes du chateau de Comper.
- Tu me reviens demain ma douce, me sussura-t-il à l'oreille.
- Oui, répondis-je avec un enthousiasme qui ne durera qu'une fraction de seconde. Oh, non ! J'ai cours demain.
- Ne t'inquiète pas, Solen. Mon coeur t'appartient désormais. J'attendrais le temps qu'il faudra.
- Non, Tristan ! M'écriai-je. Je t'aime. Comment vais-je faire si je dois attendre une semaine pour te voir ?
- Nous patienterons le temps qu'il faut. Si qui que ce soit devais apprendre notre existence, cela aurait des conséquences dramatique pour les miens. Je te fais confiance. Je sais que tu ne dévoilera rien à quiconque.
- Je te le promets. Rien ne sortira de ma bouche.
- D'ailleurs, me dit-il d'un sourire malicieux. Laisse moi sceller tes lèvres par un baiser.
Il se pencha sur moi et posa délicatement sa bouche contre la mienne. Je fermais les yeux savourant la douceur de ses lèvres sur les miennes et mon coeur s'emballa à une cadence folle.
- J'essaierai de revenir rapidement, Tristan. S'il te plait, ne disparait pas. Je ne survivrai pas si je ne devais plus te revoir.
- Pourquoi devrais-je disparaitre, Solen. Je resterais dans les environs pour guetter ton retour.
Je fis la moue car je savais très bien à quoi je faisais allusion. Ce fameux cauchemar n'avait pas quitté mes pensées. Je ne voulais pas en parler à Tristan. Il se serait sans doute moqué de moi en me demandant où j'allais chercher tout ça. Il se rendit compte cependant que quelque chose m'inquiètait et me pris dans ses bras.
- Tu n'as pas à t'en faire Solen. Je t'aime et rien ne pourra le changer. Je ne prendrais pas autant de risque si je n'éprouvais pas un sentiment aussi puissant envers toi. Ne fais pas l'erreur de croire que tu seras la seule à souffrir de l'absence de l'autre.
- Je t'aime tant, Tristan.
- Moi aussi, je t'aime. Allez, file demoiselle de mon coeur. Il commençe à se faire tard. Je n'aime pas te savoir seule.
- Ne t'inquiète pas pour moi, mon seigneur, me moquai-je. Je sais me défendre dans mon monde.
Il rit en passant une main dans ses cheveux. Je ne l'avais jamais vu faire ce geste là. Tristan n'était vraiment plus le même qu'au premier jour de notre rencontre.
- Au revoir, Solen. Rentre bien et reviens moi vite. Je t'attends.
- Au revoir, mon doux prince. Je ferais de mon mieux pour revenir le plus rapidement possible.
Nous échangeâmes un long baiser et il disparut dans une tourbillon de lumière. J'inspirai profondément afin de recueillir une dernière fois son odeur qui était encore présente avant de repartir dans le monde réelle.
Je repris la route en essayant de rester vigilante pour ne pas avoir un accident ce qui ne fut pas sans difficulté. Je flottais comme sur nuage. Je me rémémorais sans cesse mon après midi avec mon prince de la forêt. Je souriais bêtement toute seule. J'arrivais devant la maison de mes parents. Tout était allumé au rez de chaussée. Ma mère devait attendre que je revienne avant de se coucher. J'allais être victime d'un sermont une fois de plus. Je soupirais déjà à l'idée de devoir me justifier sur mon week end. J'eus soudain un frisson dans le dos. Abigael avait peut être appeler chez moi pour demander à me parler. Je n'avais pas regardé mon portable de la journée. Je me jetais sur mon téléphone pour voir si j'avais des appels en absence. Aucun. Je fus soulagée immédiatement. J'entrais dans mon couloir me faufilant comme un chat pour ne pas faire de bruit. Mais ma mère avait du observer par la fenêtre et se trouver déjà devant moi.
- C'est maintenant que tu rentres, Solen. Je me suis inquiètée, gronda-t-elle. Tu as vu l'heure qu'il est.
Je levais la tête pour regarder l'heure sur l'horloge de l'entrée. Elle affichait vingt-trois heures trente. Oups !
- Je n'avais pas vu l'heure, maman. Abi et moi nous avons rencontré des amies et nous sommes allées boire un verre.
- Tu aurais quand même pu me prévenir, souffla-t-elle.
- Oh la, qu'est ce qui se passe ? Intervint mon père en sortant du salon.
- Je disais à Solen qu'elle aurait pu au moins téléphoner pour nous avertir qu'elle rentrerait tard, dit ma mère en colère.
- Mais laisse la donc tranquille. Elle est majeure. Elle est là donc inutile d'en faire toute une histoire.
- Merci, papa.
Ma mère rouge écarlate tourna les talons et se dirigea dans la cuisine sans répondre. Je me sentais mal à l'aise que ma mère soit fachée après moi mais heureuse que mon père prit ma défense. Il avait raison, j'étais majeur après tout. Je devais peut-être commencer à m'affirmer auprès de ma mère et lui faire comprendre que je n'étais plus une petite fille. Il fallait que je m'affranchisse une bonne fois pour toute et je pense que c'était le moment idéal pour le faire. Désormais, je ferais comprendre à ma mère que j'étais assez grande pour sortir si j'en avais envie. Je grimpais les escaliers à toute vitesse et me dirigea vers la salle de bain. Une bonne douche me ferait le plus grand bien avant de me coucher. Je restais sous l'eau chaude une bonne dizaine de minutes savourant la chaleur de l'eau s'écoulant le long de mon corps. Je me séchais rapidement et enfilais mon pyjama. Je m'allongeais dans mon lit me recouvrant de ma couette bien moelleuse et plongeais dans mes pensées. Je ne voyais plus que le visage de Tristan. Il était si beau et le mystère qui planait autour de lui ne rajoutait que davantage de charme à sa personne. J'étais irrévocablement amoureuse de mon prince de la forêt. Comment allais-je faire pour le voir ? Ce n'était pas non plus la porte à coté pour pouvoir m'y rendre tous les jours sans que personne ne s'aperçoive de quelque chose. Heureusement pour moi à la fin de la semaine, j'étais en vacances pour quinze jours. Je n'aurais qu'à prétexter aller dormir chez une amie. Je baillais de bon coeur et me positionna sur le coté. Le week end avait été chargé en émotion et la fatigue commençait à se faire sentir. Je plongeais alors dans les bras de morphée. Une lumière puissante m'aveuglait au fur et à mesure que j'avançais dans se couloir de cristal. Je me cachai les yeux à l'aide de mon avant bras. La lueur se tamisa peu à peu et je pus enfin regarder devant moi. Je me trouvais face à un grand miroir ovale orné de motif argenté très éclatant. Mes cheveux était ondulés et remontés en chignon à l'arrière. Des fleurs blanches se parsemaient dans toute ma chevelure. Mon visage était maquillé minutieusement mais on devinait que mes traits était fatigués et tirés. J'étais vétu d'une longue robe blanche trés cintré à la taille brodé de fil d'or sur le décolleté ainsi que sur les manches qui s'élargissait sur les poignets. Je tenais dans la main droite un bouquet d'arum ficelé d'un ruban d'or. Je commençais à comprendre. Pourquoi étais-je en robe de mariée ? Je levais la main gauche et je vis à mon annulaire un bague certi d'un énorme cristal scintillant comme une étoile. Etais-je en train de rêver ? J'étais peut-être sur le point d'épouser Tristan. Mais pourquoi le miroir reflétait une mine si triste. Je devrais être heureuse s'il s'agissait du jour de mon mariage avec mon Prince. Un grondement sourd se fit alors entendre derriere moi. Je relevais la tête vers le miroir et vis deux yeux rouge d'un loup argenté et agressif qui se trouvait derrière moi. Les babines retroussées montrant ses crocs prêt à me bondir dessus. Je laissais s'échapper du fond de ma gorge un long cri d'horreur. Je hurlais de toutes mes forces et sentis qu'on me secouait le bras.
- Solen, qu'est ce qui se passe ? S'angoissait ma mère penchée au dessus de mon lit.
Je fis un sursaut en la voyant et m'assit rapidement dans mon lit. La tête me tourna et je retombais aussi sec en arrière.
- Ca va ? me demanda-t-elle inquiète. Tu es toute trempée.
- O...ui, bredouillai-je. Je me suis relevée trop vite.
- Tu nous as fait peur. Je t'ai entendu pousser des cris dans ta chambre comme ci on était sur le point de t'attaquer.
- C'est exactement cela, maman. Heureusement pour moi, ce n'était qu'un horrible cauchemar.
- Tu devrais aller te passer un peu d eau sur le visage avant de te rendormir. Ca te fera du bien.
- Tu as raison, maman. J'y vais.
Ma mère s'assura que tout allait bien avant de retourner se coucher et je l'entendis rassurer mon père quand elle entra dans sa chambre. Je m'observais un instant dans le miroir avant de m'asperger d'eau froide. Effectivement, il s'agissait bien d'un rêve à l'évidence ma coiffure ressemblait plus à un nid de corneille qu'autre chose. Une angoisse me figea. Pourquoi étais-je en proie à des cauchemars aussi effrayant ? Qui était ce fameux loup que je voyais à chaque fois surgir de nulle part ? Mon sang se glaça à l'idée que je le rencontre un jour. Je priai pour que ca ne soit que mon imagination qui me jouait des tours. Après que j'eus passé un peu d'eau fraiche sur ma nuque. Je partis me recoucher et je replongeai quelques minutes plus tard dans un sommeil profond.
Le lendemain matin, ma mère semblait s'être calmée. Mes hurlements nocturnes avait apaisés les tensions entre nous. La voiture d'Abigaël claironna devant la maison comme tous les matins. Je me dépêchai de la rejoindre et la saluai en m'installant sur le siège passager.
- Salut, comment tu vas ? demandai-je.
- Très bien et toi ?
Abigaël était rayonnante ce qui m'étonnait beaucoup pour cette heure matinale. Je ne l'avais jamais vu d'aussi bonne humeur pour aller en cours. Qu'avait-il bien pu se passer entre elle et Pierre ?
- Tu m'as l'air d'excellente humeur, plaisantai-je. Qu'est ce qui s'est passé hier avec Pierre ? Vous avez conclu ?
- T'es folle, hurla-t-elle. Je ne suis pas si facile. Néanmoins, ca s'est très bien passé. Nous sommes allés au cinéma. Il était à l'avance.
- A l'avance, Waouh ! C'est un bon début.
- Laisse moi te raconter.
- Nous sommes allés voir Basic Instinct 2.
J'étouffais un rire. Abigaël me fusilla du regard et s'arrêta de parler.
- Ne te faches pas Abi. C'est juste que pour un premier rendez-vous avoue que vous avez fait fort.
- Oui, ben c'est ça. Rigole.
- Oh, mais non. Vas-y raconte moi. J'ai envie d'en savoir plus. Je ris plus, désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
klo
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 832
Age : 41
Localisation : A Volterra
Date d'inscription : 21/05/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 23 Aoû - 17:35

Superbe! Bravo. La suite maintenant et ne tarde pas, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jenny91
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer


Féminin
Nombre de messages : 2626
Age : 32
Localisation : En région parisienne
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 23 Aoû - 20:49

Très bonne suite

Bis et à très vite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bettyboop
Mordue par James
Mordue par James


Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 27
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Lun 24 Aoû - 9:56

tro tro bien jesper bien que tu va nou montrer ce loup dans ton histoire!!!bisousss et vivemen la suite!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Mar 25 Aoû - 17:00

magnifique j'ai hate de lre la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luminescence !   Jeu 27 Aoû - 21:37

rooooooooooooo mai ve la suite moi !!!!! =)
Revenir en haut Aller en bas
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Ven 28 Aoû - 12:55

a quand la suite????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunabelle59
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 454
Age : 37
Localisation : nord
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Sam 29 Aoû - 10:38



- Donc, je continue. Pendant la séance, comme tu peux te l'imaginer je restée bien dans le fond de mon siège pendant les scènes torrides. J'étais trop mal à l'aise.

- Tu vois. Tu t'énerves mais c'est en imaginant la situation que je me suis mis à rire.

- Oui, j'admets que j'étais ridicule, rit- elle. Nous avions pris un paquet de pop-corn et à un moment nos mains se sont frôlées dans le paquet. Mon coeur s'est mis à battre et il a caressé ma main.

- Et ?

- Oh, je suis toute folle rien qu'à y penser, s'égaya-t-elle. Il a pris ma main et a entrelacé ses doigts dans les miens. Nous sommes restés ainsi durant tout le film.

- Vous vous êtes embrassés ?

- T'es impatiente de savoir, hein ?

- Ben oui un peu. Dis-moi, s'il te plait !

- Il m'a raccompagné après le ciné à ma voiture. Il devait se rendre chez des amis. Eh ben, tu sais quoi ! Il m'a étonné. Il a été vraiment galant. Je ne l'aurai pas cru comme ça. Avant de nous quitter, il m’a embrassé. Il m' a ouvert la porte de la voiture et il a attendu que je parte avant de s en aller.

- Ben, dis donc ! Tu en as de la chance.

Si elle savait pour Tristan et moi.

- Vous vous êtes appelé depuis ?

- Il m'a envoyé un sms hier soir pour me souhaiter bonne nuit.

- Ro, c'est trop mignon ! Tu vois ce que je te disais. Il a craqué finalement. J'ai bien fait de vous laisser à deux dans la forêt.

- Oui, je sais. J'espère juste qu'il ne sera pas différent avec moi devant les autres.

- Tu crois. Je ne pense pas, ce n’est pas son genre.

Nous arrivâmes sur le parking de l'université. Pierre discutait avec Sarah et Pauline près de l'entrée. Abigaël devint toute pâle.

- Ca va ? Demandai-je inquiète. Tu es blafarde.

- Oui, je suis toute paniquée. Mon coeur bat à toute vitesse.

J'éclatai de rire. Abigaël me toisa.

- Ce n'est pas drôle. Je voudrais voir comment tu réagirais.

Je comprenais plus qu'elle ne pouvait l'imaginer.

- Calme toi ! Respire un bon coup !

Abigaël s'extirpa avec difficulté de la voiture toute tremblante. Je la rassurais comme je pouvais mais sans résultat. Nous arrivâmes à la hauteur de nos amis. Je la devançais. Pierre avait l'air embarrassé. A mon avis, la situation devait être gênante pour lui.

- Salut, lançai-je.

J'entamais le rituel de la bise et commençais par Pierre. Abigaël suivit mais entreprit le chemin inverse. Arrivée à Pierre, je la sentis hésitante. Tout le monde se retourna vers eux. Sans doute, que les autres étaient déjà avertis. Abigaël lui marmonna un petit "salut" intimidée avec une voix tremblante. Pierre lui sourit et lui donna un baiser sur la bouche. Je me raclai la gorge. Et nous nous mîmes à rire.

Nous nous dirigeâmes vers l’amphithéâtre pour le premier cours de la matinée. Pierre et Abigaël restèrent devant l’entrée, certainement pour se retrouver un peu seuls avant d’entamer les cours qui nous attendaient tous. Le cours de Monsieur LE GELLEC devait commencer dans à peine une dizaine de minutes. Je m’installais dans le fond de l’amphithéâtre avec Pauline et Sarah prenant bien soin de laisser une place pour nos deux nouveaux tourtereaux.

- Qu’as-tu fait de beau ce week-end ? Me questionna Pauline.

Je déglutis. Je redoutais la question.

- Je suis allée à Bécherel pour me trouver des livres d’occasions.

- Intéressant ! Tu as trouvé ce que tu voulais ?

- Oui.

Heureusement pour moi, elle ne m’en demanda pas davantage.

- Je ne m’attendais pas à ce que Pierre et Abigaël sortent ensemble.

- Pourquoi donc ?

- Ben, Solen. Ne fais pas l’idiote. Tout le monde sait que Pierre a des vues sur toi.

- Ah, bon ! Tu le savais ?

- Bien sûr, me répondit-elle comme une évidence.

Je me retournais vers Sarah afin de lui retourner la question mais elle hocha la tête pour confirmer les dires de Pauline.

- A l’évidence, il a dû passer à autre chose et s’avouer vaincu.

- Je pense qu’il est attiré par Abigaël, m’énervai-je. Je ne vois pas pourquoi il lui ferait croire le contraire.

- Peut être pour te rendre jalouse.

- N’importe quoi ! Grondai-je.

- Ne te fâche pas, Solen ! Je ne dis pas ça pour critiquer Abigaël. Je ne voudrais pas qu’il lui fasse du mal. Au contraire, je trouve juste la réaction de Pierre, étrange.

Je ne répondis pas mais le raisonnement de Pauline était vrai. Je commençais à me poser des questions. Nous mîmes un terme à la conversation. Pierre et Abigaël se dirigeaient vers nous. Ils affichaient tous les deux une mines réjouies. Ils s’assirent l’un à coté de l’autre attirant les regards de plusieurs curieux sur eux. Je vis deux filles les observer avec insistance et se parler à voix basses ne lâchant pas du regard les deux amoureux. Pierre était un garçon très courtisé. Pour certaines le voir arriver ainsi aux cotés de mon amie devait les rendre jalouses. Monsieur LE GELLEC arrive précipitamment dans l’amphithéâtre les bras surchargés de manuels. Il se dirigea à son bureau et s’installa sur sa chaise. C’était un homme grassouillet et de petite taille. Il commença le cours. Je profitai de cet instant pour replonger dans mes pensées. Tristan me manquait terriblement. Son visage hantait mon esprit. Le plus difficile était de ne pouvoir raconter à personne même pas à ma meilleure amie ce que je vivais. Personne ne pourra jamais connaître mon amour pour lui. Je me remémorais les moments les plus agréables avec lui. Je revivais dans ma tête ses baisers enflammés. Mon cœur s’accélérait sous ma poitrine. Je n’avais qu’une seule envie, c’était de m’enfuir du cours et de partir le retrouver. Or, je ne pouvais pas faire cela. Qu’est ce que les autres auraient dit de ma soudaine escapade ? Je devais faire comme ci rien ne se passer et continuer à vivre comme avant. Combien de temps ce manège durerait-il ? Cette relation aura pour moi des conséquences un jour ou l’autre. Un coup de coude dans les cotes m’extirpa des mes pensées.

- Solen, tu as entendu ce qu’a dit Monsieur LE GELLEC ? Murmura Abigaël.

- Non, je n’écoutai pas. J’ai décroché depuis un moment déjà.

- Comme d’hab ! Il paraît que plusieurs élèves aurait signalé à Monsieur BARON et à lui que la Drosera était introuvable. Ils ont ouvert une enquête afin d’en savoir plus. Le devoir serait peut être annulé.

- Ah bon, répondis-je feignant la surprise.

- Oui, c’est étrange. Pourtant, Martin et toi l’aviez vu vendredi dans la forêt. D’ailleurs, où est Martin ?

Je réalisai soudain l’absence de Martin. Il n’avait jamais manqué aucun cours auparavant. Où pouvait-il être ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luminescence !   Sam 29 Aoû - 15:48

yyyeeeeuuuu
ke se passerai til avec martin ?
orait il eu un prlm ?????
Revenir en haut Aller en bas
jenny91
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer


Féminin
Nombre de messages : 2626
Age : 32
Localisation : En région parisienne
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 30 Aoû - 11:49

Toujours aussi bien, j'ai hâte de lire la suite

Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bettyboop
Mordue par James
Mordue par James


Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 27
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 30 Aoû - 13:12

ooooo c louche tout sa ou est martin???a a la suite au prochain episode lol


super cette suite jveu savoir si pierre est un connard!!lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
klo
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 832
Age : 41
Localisation : A Volterra
Date d'inscription : 21/05/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 30 Aoû - 21:55

Super! Comme d'hab Lunabelle. J'attends la suite avec impatience.


Bizzzz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunabelle59
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 454
Age : 37
Localisation : nord
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 30 Aoû - 23:04



Je réalisai soudain l’absence de Martin. Il n’avait jamais manqué aucun cours auparavant. Où pouvait-il être ? L’inquiétude grandissait en moi au fur et à mesure que le temps s’écoulait très lentement d’ailleurs. Le cours ne passait pas et les minutes semblaient être des heures. Personne ne semblait remarquer que Martin manquait à l’appel ce matin. Je commençais à être de plus en plus nerveuse. Martin avait assisté également à cette tempête soudaine dans la forêt au moment où nous avions trouvé la plante. Il s’était enfui avant l’intervention de Bedivère mais il en avait vu assez pour se douter que quelque chose clochait. Quand le groupe m’avait rejoint, j’avais nettement vu qu’il ne me croyait pas et qu’il était sceptique à mon argumentation. Etait-il parti à la recherche d’indice dans la forêt. Martin était un grand passionné de légende, le mystère qui planait sur cet évènement étrange dont nous avions été témoin devait l’intriguer. De toute façon, que pourrait-il voir ? IL avait beau faire le tour plusieurs fois de Brocéliande, aucun être du monde invisible ne se trouverait sur son chemin. Il perdait son temps. Malgré tout, je me sentais de plus en plus mal. J’avais du mal à respirer. La sonnerie de la fin du cours retentit alors dans tout l’établissement. Je m’empressai de sortir de la salle sans même attendre qui que ce soit. Je courais dans les couloirs de l’université pour me précipiter à l’extérieur. Je passai les portes du hall d’entrée et je respirais à plein nez l’air frais. Mes mains tremblaient. J’avais des palpitations. Je me dirigeai vers un banc et m’assis la tête dans les mains. J’essayai de respirer lentement afin de me calmer. Le bruit de pas s’intensifiait désignant que les étudiants sortaient peu à peu de l’établissement.

- Solen, tu vas bien ? Demanda Abigaël. Elle s’agenouilla devant moi afin de voir mon visage et elle m’attrapa les mains. Laisse moi te regarder. Tu es blanche comme une morte.

- Je ne me sens pas très bien.

- Tu veux rentrer ? Je te raccompagne chez toi si tu veux.

- Non, ça va passer.

- Tu es sûr.

- Oui, ne t’inquiète pas.

- Je vais te chercher un peu d’eau. Je reviens tout de suite.

Pauline, Sarah et Pierre arrivèrent à leur tour près de moi.

- Que se passe-t-il Solen ? M’interrogea Pauline. Tu es partie comme une furie de l’amphithéâtre. Tu n’as pas l’air dans ton assiette.

- Effectivement, je ne suis pas trop bien. Certainement une crise d’hypoglycémie.

- Tu as mangé ce matin ?

- Oui mais pas trop.

Abigaël revint rapidement avec une bouteille d’eau qu’elle avait du prendre au distributeur.

- Tiens, bois un peu ça va te faire du bien.

Je pris la bouteille et bu une gorgée. Abigaël s’assit près de moi. Pierre me dévisageait, je distinguais sur ses traits son anxiété. Ma tête ne tournait plus. Petit à petit, les battements de mon cœur retrouvaient un rythme normal.

- Tu reprends des couleurs, m’annonça Sarah.

- oui, je me sens un peu mieux.

- Tu devrais peut être consulter un médecin, suggéra Pauline.

- Pourquoi faire ? Non, c’est juste un petit malaise.

Je savais très bien au fond de moi pourquoi je venais d’être victime d’un malaise, enfin plutôt d’une grosse angoisse. Je n’avais qu’une seule envie, c’était de rentrer chez moi. Mais, j’étais trop curieuse de voir si Martin réapparaissait. La journée fut longue et ennuyante. Je n’avais rien écouté de toute la journée. Martin n’était toujours pas là et personne ne savait où il se trouvait.

Le lendemain matin après une soirée et une nuit interminable, je retournais à l’université accompagnée de mon amie. Elle y rejoignit Pierre qui l’attendait dans le hall d’entrée et nous partîmes en cours de T.P. Martin ne semblait pas être revenu. L’angoisse grandissait de plus en plus en moi. Qu’avait-il bien pu lui arriver ? Il était peut être tout simplement malade.

- Ca fait deux jours que Martin n’est pas en cours, dis-je à Abigaël. Tu as des nouvelles ?

- Oui, j’ai vu mais il est peut être malade. Tu t’en fais pour Martin, toi maintenant. Il t’a toujours agacé.

- Non, non. Je me pose juste la question.

A l’évidence, j’étais bien la seule à m’en faire pour Martin. Je ne pourrais pas attendre plus longtemps. Je devenais folle. Il fallait que je voie Tristan à tout prix. Heureusement pour moi, le mardi je n’avais que deux heures de TP le matin. A la fin du cours, Abigaël me raccompagna chez moi accompagné de Pierre. Il avait décidé de passer la journée ensemble. J’étais heureuse pour mon amie. Elle était amoureuse de Pierre, j’espérais néanmoins que les allusions de Pauline n’avait aucun sens. Arrivant devant chez moi, j’attendis qu’il tourne dans la rue pour courir à ma voiture. Ma mère ne semblait pas être à la maison, elle était sans doute partie faire des courses. Je me hâtai sur la route afin de rejoindre le plus vite possible Brocéliande en oubliant pas de faire un détour par la boulangerie afin d’avaler quelque chose. Je ne voulais pas me retrouver inconsciente devant mon prince parce que j’avais oublié de manger. J’arrivais à vive allure sur le parking du château de Comper. Je marchai rapidement dans la forêt essayant d’apercevoir Tristan. J’espérai qu’il soit bien dans les parages à attendre mon retour. Je fouillai du regard de gauche à droite. J’entendis un rire étouffé au dessus de moi. Je relevai la tête et vis Tristan assis sur une énorme branche.

- Que fais-tu là haut ? M’écriai-je.

- Je t’attendais ma douce.

- Ainsi perché comme un oiseau sur une branche.

Il se mit à rire et sauta de l’arbre. Il atterrit délicatement face à moi.

- Tu m’as manqué, me susurra-t-il en frôlant de sa bouche mon oreille.

Un frisson me parcoura le corps.

- Tu me rends folle, Tristan. Je suis en manque de toi complètement.

- Le goût de tes lèvres, ton odeur me manque.

Nos visages se rapprochaient de plus en plus jusqu’à ce que nos lèvres se frôlent. Ma respiration était de plus en plus saccadée. Il déposa alors doucement sa bouche sur la mienne. Il attrapa mon visage avec ses mains et m’embrassa avec passion. Je ne me contrôlais plus sous l’ardeur de son baiser. J’entourais mes bras autour de son cou et le serrait fortement contre moi.

- Je t’aime Tristan.

Nouveau baiser.

- Nous devrions pas rester ici, me dit-il en interrompant le baiser. Ferme les yeux, Solen et serre toi contre moi.

Je fermais alors les yeux et me blottissais dans ses bras. J’eus soudain l’impression de me retrouver au centre d’une légère tornade. Mes pieds semblaient avoir quitté le sol. Je volais dans les bras de mon prince. Je me cramponnais à lui me demandant ce qui m’arrivait.

- Tu peux ouvrir les yeux mon amour, murmura-t-il. C’est terminé.

J’ouvris les yeux tout doucement. Nous nous trouvions de nouveau au val sans retour dans l’endroit où Tristan m’avait embrassé la première fois.

- Comment as-tu fait ça ? J’avais l’impression de voler.

- Je t’ai juste transvoler jusqu’ici. Ce n’est juste qu’un petit tour de passe-passe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jenny91
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer


Féminin
Nombre de messages : 2626
Age : 32
Localisation : En région parisienne
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 30 Aoû - 23:22

Waouhh, j'adore toujours autant

Mais ou est passé Martin ?

Bis et à très vite pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luminescence !   Dim 30 Aoû - 23:41

ba alor ou est martin ????????????????
Revenir en haut Aller en bas
bettyboop
Mordue par James
Mordue par James


Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 27
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Lun 31 Aoû - 9:45

super bien c tro mimi mais ou est martin???ne nou fait po languir...snif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
klo
Perd connaissance
Perd connaissance


Féminin
Nombre de messages : 832
Age : 41
Localisation : A Volterra
Date d'inscription : 21/05/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Lun 31 Aoû - 10:21

J'aime la sensualité de la scèn du baiser et le mystère de la disparition e Martin m'intrigue. J'aimerais bien lire la suite très rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mary35410
Retrouve son bien aimé
Retrouve son bien aimé


Féminin
Nombre de messages : 1359
Age : 33
Localisation : maryline prend son pied avec l'homme de ses rêves
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Lun 31 Aoû - 10:26

j'adore
pour quand la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunabelle59
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 454
Age : 37
Localisation : nord
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Lun 31 Aoû - 22:47

[size=12]

- Très pratique en tout cas si je pouvais faire la même chose, plus besoin de voiture et de polluer.

- Bon raisonnement, mon amour.

Il fallait que je lui demande à propos de Martin mais comment engager la conversation.

- Viens t’asseoir avec moi, lui proposai-je.

Nous nous assîmes sur un rocher. Nous étions l’un face à l’autre entrelaçant nos doigts.

- Qu’essayes-tu de me dire, Solen ? S’enquit Tristan. J’ai l’impression que quelque chose te perturbe et que tu ne sais pas comment m’en parler.

- Tu as raison. Il y a bien quelque chose que j’aimerai te demander.

Tristan afficha une expression inquiète.

- Parle, s’il te plaît ! Ton silence est très pesant !

- Voilà, Martin le garçon avec qui tu m’as vu la dernière fois a disparu. Cela fait deux jours que je ne le vois pas à l’université. Je ne comprends pas, ce n’est pas son genre de disparaître comme ça. Tu ne l’aurais pas vu dans la forêt ?

- Non, pas que je m’en souvienne. Il est vrai que depuis vendredi je suis un peu distrait. D’ailleurs c’est impardonnable !

- Tout cela est de ma faute, Tristan. Je suis désolée.

- Non, mon amour. Tu ne dois pas l’être. Ce n’est pas de ta faute, je suis tellement heureux depuis que je suis avec toi ! Jamais de mon existence, je n’avais connu pareil bonheur. Je t’aime !

- Moi aussi, je t’aime.

Il caressa mon visage et me sourit. Décidément, je ne savais pas où pouvais bien être Martin. Cela devenait de plus en plus angoissant. Ou bien je me faisais peut être tout une montagne pour rien et qu’il était tout bonnement malade. Il fallait que j’arrête de me prendre la tête avec Martin, Tristan s’en serait sans doute aperçu s’il s’était passé quelque chose d’anormale.

- Je suis si bien avec toi, lui dis-je.

- Je le suis aussi, Solen.

Il m’étreignit et déposa un baiser sur ma chevelure. Je savourai pleinement et l’enlaçai fortement à mon tour. Nous restions ainsi un moment sans prononcer le moindre mot. Les seuls sons autour de nous n’étaient que le chant des oiseaux et le bruissement des feuilles secouées par le vent. Le soleil était de retour dans notre région et la chaleur des rayons réchauffait l’atmosphère. C’était une journée bien agréable encore plus dans les bras de l’être aimé. J’appuyais mon oreille contre sa poitrine et je me laissais bercer par les battements de son cœur. Tout était parfait. J’aurai pu rester ainsi savourant ce moment tout l’éternité. Je ne voulais plus le quitter mais je savais que cela était impossible. Mes parents auraient été trop inquiets de ne plus me voir. Ils auraient alertés la police pensant qu’un dangereux psychopathe m’avait enlevée. Je n’avais jamais disparu plusieurs jours d’affilés sans prévenir ni même une journée d’ailleurs.

- Comment allons-nous faire, Tristan ? Un jour ou l’autre, notre amour sera découvert. Ce n’est pas possible de se voir en cachette éternellement.

- Je ne sais pas, Solen. Je me pose les mêmes questions. Il faudra bien trouver un moyen car je ne suis pas prêt à ne plus te voir. J’en mourrai.

- Moi aussi, je ne pourrai pas vivre sans toi. Un poisson peut aimer un oiseau, mais où pourrait-il vivre ?

- Je me fais fort de lui fabriquer des ailes alors mon amour, plaisanta-t-il. Regarde-moi, Solen.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunabelle59
Grimpe sur le dos d'Edward
Grimpe sur le dos d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 454
Age : 37
Localisation : nord
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Luminescence !   Lun 31 Aoû - 22:47



Il prit mon visage entre ses mains.

- Je trouverai une solution, je te le promets. Personne ne nous séparera, tu entends ! Personne !

Il déposa un délicat baiser sur mes lèvres et me serra fortement contre lui. Nous discutâmes toute l’après midi. Le soleil se couchait sur Brocéliande assombrissant les lieux.

- Est-ce que tu dois rentrer tôt, ce soir ?

- Pas forcément, je n’ai pas cours demain. Pourquoi ?

- Reste avec moi cette nuit.

Je déglutis.

- Comment ? J’ai bien entendu.

- Oui, rit-il. J’aimerais que tu restes avec moi. Je ne veux pas que tu t’en ailles.

Je déglutis à nouveau.

- Je ne veux pas m’en aller, non plus. Je reste mais laisse moi appeler mes parents pour les rassurer.

- D’accord. Merci de rester mon amour. Je m’absente quelques minutes pendant que tu préviens tes parents. Ne t’inquiète pas, je ne suis pas bien loin.

- Où vas-tu ? Ne me laisse pas !

- Je te promets de revenir très vite ! Fais-moi confiance !

- Je te fais confiance, Tristan ! Reviens très vite alors ! Tu me manques déjà !

Il rit et se volatilisa.

J’en profitai pour attraper mon sac à main et prendre mon téléphone portable. Heureusement pour moi, j’avais du réseau. Je composais le numéro de chez mes parents. Mon père décrocha.

- Allo.

- Papa, c’est moi.

- Ah Solen. Tu vas bien ?

- Oui, très bien.

- Tu sais que ta mère est dans tous ses états. Tu n’es pas rentré de la journée aujourd’hui.

- Je sais Papa. Je suis désolée. J’ai passé la journée avec une copine pour avancer sur un devoir.

- D’accord, et je suppose que si tu appelles c’est pour prévenir que tu ne rentres pas tout de suite.

- Bien vu, plaisantai-je. Je voulais vous prévenir que je reste dormir chez elle pour avancer demain également. On profite de ne pas avoir cours demain.

- Tu as bien raison, je préviens ta mère. A moins que tu veuilles lui en toucher deux mots.

- Non, répondis-je avec hâte. Pas besoin, tu lui laisseras le message.

- Comme tu veux ! A demain soir alors ! Bonne soirée.

- Bonne soirée aussi, Papa. Bisous.

Je raccrochai. Je me servais de la lumière de mon écran de téléphone pour regarder autour de moi. Tout était quasiment plongé dans le noir avec la nuit qui tombait sur la forêt.

- Je suis là, me dit Tristan.

Je sursautai.

- Oh, je suis désolé. Je t’ai fait peur.

- Très peur même, répondis-je en essayant de reprendre mon souffle. Faut vraiment que je m’habitue à tes apparitions soudaines.

- Désolé, s’esclaffa-t-il. Je serais moins brusque la prochaine fois. Viens dans mes bras, nous allons dans un autre endroit.

- Tu vas me faire transvoler, c’est ça.

- Cela t’effraie ?

- Non, ça me plait.

- D’accord, donc accroche toi à moi et ferme les yeux.

Un tourbillon nous emporta et nous fîmes voler dans les airs. Enfin, c’est ce que je ressentais, je ne voyais rien car je fermais les yeux. Je n’oubliai pas cependant de m’agripper à mon prince. Où m’emmenait-il ? Qu’avait-il en tête pour vouloir me garder près de lui cette nuit ?

- Nous sommes arrivés, me murmura-t-il. Mais n’ouvre pas les yeux encore.

- Pourquoi ?

- Fais moi confiance ! Retourne toi ! Garde les yeux fermés !

- Je ne les ouvre pas, promis.

Tristan me fit faire un demi tour afin de se mettre derrière moi. Il m’entoura de ses bras et me ramena contre lui. Il posa son menton sur mon épaule.

- Ouvre tes yeux ma princesse, me murmura-t-il dans le creux de l’oreille.

J’obéis mais j’avais peur de voir ce qu’il me préparait. J’ouvris les yeux petit à petit. Ce que je vis en ouvrant les yeux me figea sur place.

- C’est tellement beau, Tristan. C’est toi qui as fait cela.

- Oui, ça te plait ?

- J’adore, c’est magnifique. J’ai l’impression de flotter dans un ciel étoilé.

Nous étions dans la cavité derrière la cascade. Des petites lumières scintillantes recouvraient toute la grotte illuminant dans la pénombre chaque parcelle du lieu. Les petits points lumineux se reflétaient comme des diamants dans l’eau de la cascade. Le sol était couvert d’une épaisse brume blanche comme un nuage. Une aurore boréale de nuance mauve et bleue flottait au milieu des étoiles.

- Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau, Tristan.

- Tu ne regrettes pas d’être rester ?

- Non, je ne le pourrais jamais.

- Regarde !

Il claqua des mains et tout le décor changea subitement. Les lumières scintillantes se transformèrent en une fraction de seconde en des dizaines de bougies qui flottaient dans les airs. L’aurore boréale avait disparu. Le tapis de brume laissa place à de gigantesques tissus de satins blancs aux reflets d’or recouvrant tout le sol de la cavité. De gigantesques plats remplis de fruits appétissants se trouvait au centre de la grotte et coloraient agréablement la pièce.

- C’est pour moi tout ça ?

- Oui, j’ai pensé que tu pouvais avoir faim. Ca te plait ?

Pour guise de réponse, je me retournai et l’étreignis.

- Je t’aime, Tristan. Merci.

- Viens, mon amour.

Tristan s’assis sur le tapis de satin et me tendis la main. Je le rejoignis et m’installa face à lui.

- Goûte les fruits, ma douce Solen.

Je m'approchai doucement comme un félin vers mon prince.

- Le seul fruit auquel je veux goûter, est un fruit défendu.

- Ah bon et quel est-il ?

- Toi ! Répondis-je en m'emparant de ses lèvres.

Mes doigts se mirent alors à courir le long de son long manteau aux teintes d'automne, jusqu'à s'emparer de la cordelette qui le fermait. J'en défis lentement le noeud et la lourde cape tomba à ses pieds.

je caressai tendrement ses bras à travers la chemise de lin claire qui portait. L'échancrure de celle-ci me laissait percevoir la forme de ses pectoraux, bien dessinés. J'aventurai mes doigts sous le tissu. Il ne pu retenir un gémissement de satisfaction.

Cette réaction me fit sourire, et je m'aventurai sur un terrain plus dangereux.

Dans un sourire empreint de malice, je déchirai sa chemise. Elle céda dans un crissement de tissu. Il me regarda faire. Je pouvais lire dans ses yeux qu'il brûlait de désir pour moi.

- Non Solen il ne faut pas ! Murmura-t-il à mon oreille.

- Je te veux Tristan, laisse toi faire.

Je laissai glisser la chemise le long de ses épaules. Je ne mettais jamais rendu compte à quel point son corps était aussi bien dessiné.

Mes doigts se mirent à suivre le dessin de chacun de ses muscles, tandis qu'il entreprit de déboutonner un à un les boutons de ma chemise

Ses doigts effleurèrent ma peau, et je fermai les yeux, pour ne pas sombrer.

Il fit glisser la chemise le long de mes bras et plongeant son regard dans le mien, il m'embrassa fougueusement.

Nos langues se caressèrent avec tendresse et passion

- Je vais te faire vivre la plus belle nuit d'amour que tu n'as jamais vécu, souffla-t-il à mon oreille

Le timbre de sa voix eu un effet aphrodisiaque sur moi. Je frémissais à chacun de ses gestes.

Sa main vint se plaquer à mes reins pour que mon corps épouse le sien. Il dégagea mes cheveux de ma nuque et embrassa chaque parcelle de mon cou.

Avec une facilité déconcertante, il s'empara de mes hanches et me porta. J'enserrai son bassin de mes jambes et quelques secondes plus tard, la fraîcheur du satin caressa mon dos

J'emprisonnai son visage entre mes mains

- Si tu savais à quel point je t'aime soufflai-je sans lâcher ses lèvres

-tu es mon unique amour Solen, répondit-il avant de s'empara à nouveau de mon cou.

Je caressai son dos, me laissant griser par ses baisers.

Il abandonna son cou au profit de ma poitrine toujours parée de ma lingerie

Chaque contact de ses lèvres déclenchait en moi une vague de frisson.

Il s'attarda sur mes seins, les caressant avec tendresse. Je m'emparai de ses cheveux pour mieux le plaquer contre moi.

Le désir me gagnait au fur et à mesure de ses caresses

Il fit glisser une à une les bretelles de mon soutien-gorge et mes seins s'offrirent à lui.

Un léger sourire illumina son visage tandis que ses doigts caressaient ma chair. Je me cambrai à son contact

Sa langue frôla avec délicatesse la pointe de mes seins

Maintenant c'est moi qui goûte au fruit défendu, souffla-t-il. Son souffle chaud sur ma peau me fit gémir.

La course de ses baisers descendit jusqu'à mon ventre. Je brûlais de désir pour lui et j'empoignais mes cheveux pour essayer de me contrôler

- Tristan ! C'est un supplice que tu me fais endurer ! Criai-je.

- Oui mais un si délicieux supplice répondit-il d'une voix grave qui n'eut pour but que de faire monter un peu plus notre excitation

Mon jean céda rapidement aux ardeurs de mon prince de la nuit.

Il vint plaquer son corps parfait au mien, alors que j'enlaçai son bassin de mes jambes. Je m'offrais à lui sans retenue. Il était mon prince, ma vie désormais.

Son regard plongea dans le mien au moment où l’on ne faisait plus qu’un.

Une bouffée de plaisir s'empara de mon corps

Nos mains s'entremêlèrent et je cédai volontiers à l'assaut de ses hanches

Je resserrai les jambes sur lui pour mieux le sentir en moi.

Je subissais chacun de ses coups de reins comme une douce torture à laquelle je me pliais avec délectation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luminescence !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Luminescence !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: