Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ma vie après la mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
aurely41
Traquée
Traquée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 612
Age : 34
Localisation : Perdue dans mes pensées...
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Ma vie après la mort   Mer 13 Mai - 16:19

A force de vous lire et vous relire, j'ai eu envie moi aussi, de partager avec vous une nouvelle qui j'ai écrite, les faits n'ont rien à voir avec twilight mais j'avais envie d'avoir votre avis, qu'il soit positif ou négatif !!
Merci à toutes et tous qui auront le courage de me lire !


Jour de pluie, en ce mois de Mars, rien de surprenant, à cette époque de l’année c’est plutôt normal.

Ce qui l’est moins, c’est l’endroit ou je me trouve, sur le parapet d’un pont au dessus de la rivière qui s’est transformée en torrent de boue déferlant à toute vitesse à cause des pluies diluviennes qui s’abattent sur la région depuis plusieurs jours.

Je sens le vent, puissant, froid qui me repousse en arrière et me plaque contre la barrière, une bruine fine qui mouille mon visage, mes cheveux, et mes mains qui serrent fortement les rebords en métal froids et humide du garde corps.

Le froid ne me pénètre plus, je ne sens plus rien.

Rien ne m'atteins, je ne souffre plus, puisque j'ai pris ma décision, aujourd'hui, c'est enfin fini. Plus de douleurs, plus de cauchemars, plus de nuits sombres, seule, sans pouvoir trouver le sommeil, sans même pouvoir fermer les yeux.

Je regarde la rivière sans vraiment la voir.

J'ai choisi cet endroit parce qu'il m'apaise d’ordinaire, loin de tout, loin des gens, et surtout je sais qu'ici il n'y a jamais personne, que je serai tranquille, que personne ne me verra...surtout un jour pluvieux comme aujourd’hui.
Ma vie a été plutôt chaotique jusqu’à présent... mes parents ne s’entendent plus depuis très longtemps.

Ce n'est pas des cris et des larmes, c'est pire, ils s'ignorent. Ce silence si pesant, je ne le supporte plus. Ma vie est remplie de faux semblants. A l'école, le rejet de mes soi-disant amies sans raisons valables, les moqueries dites à voix haute pendant les heures de cours, la solitude pendant les pauses déjeuners, la solitude quand je rentre chez moi, l’indifférence de mes parents. Plus récemment la séparation ou plutôt la rupture (en ce qui me concerne) d’avec mon ami, que je croyais être sincère, et duquel j’étais amoureuse, je croyais que c’était réciproque, enfin c’est ce qu’il m’a fait croire. Il s’est bien foutu de moi lui aussi, il s’est amusé avec moi pour m’annoncer quelques mois plus tard qu’il avait déjà une petite amie, qu’elle allait revenir à la fin de l’été et qu’il me quittait. Cela fait plusieurs mois maintenant que c’est fini, mais je ne m’en suis pas complètement remise. La solitude s’est abattue sur moi encore une fois. Avec lui je pensais que je pourrais enfin quitter ce brouillard qu’est ma vie et construire quelque chose, de solide, je pensais qu’il m’aimait et qu’il s’intéressait à moi, enfin je n’étais plus seule. Il a juste abusé de ma tristesse et de ma solitude, il n’a pas été difficile pour lui de me faire marcher…mieux que ça j’ai même couru.

Personne ne voit que je ne vais pas bien.

Personne ne se doute que tous les jours en me levant jusqu'à ce que je me couche pour retrouver des nuits sans fin et sans sommeil, ma seule pensée est de mourir.

Comment pourraient-ils le savoir, je ne leur dis rien, je ne laisse rien paraitre, je fais semblant.

Ils ne pourraient pas comprendre, ils me diraient que j'ai tout pour être heureuse ! J’ai un toit au dessus de la tête, une bonne santé, une famille...


Peut-être qu'ils auraient raison, mais cela ne m'empêche pas de voir tout en noir, d'être malheureuse. Comment leur expliquer mon malaise ? Moi-même je ne saurais le dire. Ils sont présent physiquement mais ne s’intéresse pas à moi, je dois être invisible à leurs yeux.

Une bourrasque plus forte que les autres me fit ouvrir les yeux et resserrer mon étreinte sur le garde corps métallique. Mes doigts sont engourdis par le froid et l'humidité.

A ce moment la pluie s'est intensifiée, mon corps s’est ankylosé tout comme mon cœur et mes pensées. Tout se brouille, mon esprit, et ma vue à cause des larmes. Plus rien ne me retiens. Personne ne me pleureras, pas mon père avec qui je n'ai plus de contact depuis plus 5 ans maintenant, pas ma mère qui est partie à des milliers de kilomètres refaire sa vie, pas mes amis puisque je n'en ai pas vraiment

Maintenant.


Mes doigts desserrent leur étreinte, je sens le métal glisser lentement entre mes mains, je bascule vers l'avant doucement, j'ai le sentiment de me voir comme si je sortais de mon corps comme si tout se passais au ralenti, et que je voyais la scène vue de dessus.

Mon pied droit commence à glisser, je sens le vide ou plutôt je ne sens rien, ma vie ne défile pas devant mes yeux comme tout le monde à l'air de le croire à l’approche de la mort. Je n'ai pas peur, je me dis que ce qui m'attend est bien meilleur que ce que je vis.



Tout à coup, un choc, mon corps s'arrête net, mon bras se tend, je suis complètement dans le vide, ma descente est interrompue, je suis suspendue au dessus du torrent grondant encore plus fort comme s'il avait compris ce que je m'apprêtais à faire.

Je suis abasourdie, je me force à reprendre mes esprits et me décide à ouvrir les yeux, je dois vérifier ce qui m'arrive pourquoi je n'ai pas terminé ma chute et ce qui me retiens.


J'ouvre les yeux, la pluie tombe encore plus fort mais je ne la sens pas, je ne sens rien.

Je lève la tête et regarde mon bras gauche. Une main a accroché mon poignet, un homme me retiens, il supporte tout mon poids en me tenant par le bras. Mais que fait-il ici? Sous la pluie? Pourquoi m'empêche-t-il d'être enfin libre, de ne plus souffrir, lâchez-moi ai-je envie de lui hurler. C'est ce que j'ai du faire sans m'en rendre compte puisqu'il me répondit un -"Jamais" qui alla se fracasser contre les rochers et le torrent boueux au dessous de moi.


Il entreprit de me relever en me tirant par dessus le garde corps. Je ne me laissais pas faire, je m'agitais dans l'espoir qu'il lâche prise, maintenant que j'avais pris ma décision, je n'allais pas le laisser me ramener dans cette vie que je haïssais.

Il hurla pour se faire entendre par dessus le bruit de l'eau déchainée,

-« Laissez vous faire je vais vous remonter »
-« Lâchez-moi ! Laissez-moi tranquille ! »
-« Certainement pas ! Vous me rendrez la tâche plus difficile mais quoi que vous fassiez je vous sortirai de là! »


Malgré mes efforts pour me libérer, il réussit à me remonter de plusieurs centimètres, sa main prenait prise sur mon avant bras maintenant. J'avais beau me débattre comme une folle, je n'arrivais pas à le décourager ni à lui faire lâcher prise.


Il me remonta de plusieurs centimètres, il pu alors me prendre au dessus de mon coude, il se pencha par dessus la barrière métallique et m'agrippa sous les bras pour me soulever plus aisément.


Dernière édition par aurely41 le Mar 9 Juin - 8:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cee Ransom
Inconsciente
Inconsciente
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2849
Age : 25
Localisation : Attend Robert dans un célèbre restaurant Parisien
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Mer 13 Mai - 16:24

C'est pas mal, mais l'écriture est trop petite je trouve ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurely41
Traquée
Traquée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 612
Age : 34
Localisation : Perdue dans mes pensées...
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: ...   Mer 13 Mai - 16:30

[size=18]

Il me fit passer par dessus le garde corps et je me retrouvais à genoux par terre dans la boue, sous la pluie, les yeux pleins de larmes.

Mon corps fut secoué de tremblements, je n'arrivais pas à m'arrêter. Le choc, je présume.

Mon inconnu se pencha sur moi et voulu m'aider à me redresser. Mes jambes ne me portaient plus, je faillis m'écrouler par terre une fois de plus. Il me rattrapa de justesse et dans un mouvement souple et, sans aucun effort, il me prit dans ses bras.

Il me porta jusqu'à (ce que je supposais être) sa voiture, il me posa délicatement au sol en m’aidant à tenir sur mes jambes toujours flageolantes. Je m'appuyais sur lui pour ne pas trébucher, il m'ouvrit la portière passager et m'aida à m'installer sur le siège.

Je ne me posais pas de questions, je m'assis au chaud et au sec.

Pour la première fois de la journée, je sentis le froid et l'humidité me pénétrer profondément et je frissonnais. Je me rendis compte que j'étais glacée et trempée.

Il fit le tour du véhicule et s'installa à la place du conducteur.

Il mit le moteur en route et augmenta le chauffage.

On attendit quelques minutes en silence puis la chaleur commença à emplir l'habitacle.

Il se tourna vers moi :

-« Ca va? »

-« Oui » lui répondis-je d'une voix mal assurée et un peu tremblante.

Il démarra doucement en regardant devant lui. Je réalisai que je ne savais rien de lui, même pas son prénom, ni là ou il m'emmenait mais étrangement, je me sentais en confiance avec lui, je crois que je ne me suis jamais sentie aussi bien qu'à cet instant.

Nous roulâmes sans un bruit pendant plusieurs kilomètres, il était concentré sur sa conduite alors j'eu tout le loisir de l'observer. Grand, cheveux bruns, des yeux verts, une bouche sensuelle, ses mains étaient grandes et souples, j'aimais l'aura qu'il dégageait, il m’apaisait.

Je ne me lassais pas de l'admirer, je me demandais ce qu'un homme comme lui faisait sur le pont en cette journée pluvieuse, pourquoi m'avait-il sauvée ? Où m'emmenait-il ?

Je ne m'inquiétais pas de cette dernière question, où qu'il aille rien n'importait tant que j'étais avec lui.

Je me surpris moi même de cette réflexion, comment pouvais-je être aussi confiante envers quelqu'un que je ne connaissais pas ? J’étais épuisée mais sereine, rassérénée par la douce présence de cet inconnu à mes côtés.

Nous quittâmes la ville, les habitations s'espacèrent pour laisser la place à la verdure, à la forêt. Quelques kilomètres plus tard la voiture commença à ralentir, il bifurqua à droite dans une petite allée que je n'avais jamais remarquée.

La route se transforma en chemin, il du ralentir de nouveau.

Le chemin déboucha sur une clairière, où je vis apparaitre la façade d'une maison ou plutôt d'un chalet, la façade était en bois, une petite terrasse du même style surplombait l'avant de la bâtisse.



Il coupa le moteur. Descendis de la voiture et en fis le tour pour venir m'aider à sortir. J'avais repris des forces, je pus descendre sans son aide, toutefois, il prit mon bras et me guida jusqu'a la porte d'entrée.

Nous entrâmes dans une pièce chaleureuse et confortable ou un feu de cheminée crépitait doucement face aux fauteuils et canapés qui n'attendait qu'une seule chose, qu'on se pelotonne sur eux ! Tout était moderne et confortable en même temps. Je me sentis à l’aise tout de suite, comme si c’était chez moi.



Enfin sa voix brisa le silence, Elle était chaude, grave, et douce en même temps.

-« TU veux peut être prendre une douche et te changer, tu es trempée »

Le tutoiement me parut approprié étant donné les circonstances, je ne lui en tiens donc pas rigueur et ne lui en fit pas la remarque.

-« Oui, merci »

-« La salle d'eau est au premier étage, première porte à droite, tu trouveras tout ce qu'il te faut à l'intérieur. Je vais te préparer quelque chose à manger en attendant »

-« D'accord »

Je n'arrivais pas à m'exprimer en sa présence, je me sentie gourde et désorientée.

J'allais dans la direction indiquée, la salle d'eau comme le salon était une pièce confortable mais moderne et équipée avec gout.

Je quittais mes vêtements trempés afin de me glisser sous l'eau brulante, je tressaillis au contact de l'eau, puis me détendit. Alors seulement je pensais à mon hôte, et trouvais bizarre qu'il accueille chez lui une femme qu'il vient de sauver du suicide.

Il ne sait rien de moi comme je ne sais rien de lui... je pourrais être une schizophrène qui pourrait l'attaquer sans raisons...

Je repris mes esprits et sortis de la douche, je ne voulais pas abuser de l'hospitalité de mon hôte. Je cherchais et trouvais un placard dans la pièce, l'ouvrit et découvrit des vêtements suspendus ainsi que d’autres pliés soigneusement.

Je pris un jean et un débardeur, je les enfilais. Parfait, c'était exactement ma taille ! Quelle chance ! Mes yeux se posèrent sur un petit gilet en angora blanc simple mais élégant. Je l'enfilais par dessus mon débardeur. Je me regardais furtivement dans le miroir, ma tenue était correcte, à part les cernes sous mes yeux rougis par les larmes. Je séchais rapidement mes cheveux et sortis de la pièce. Une odeur de cuisine me parvient d'en bas.

Je descendis l'escalier et chercha la cuisine, je la trouvai grâce à l'odeur.

Mon hôte était en train de me préparer une omelette, l'odeur me fit prendre conscience que mon estomac criait famine!

Quand j'entrais dans la pièce, il finissait juste, il nous servit deux assiettes qu'il installa l'une en face de l'autre sur la table.

Il me fit signe de m'installer, ce que je fis sans trainer.

Il s’assit face à moi, et m'invita à manger. Le gout était aussi succulent que l'odeur était alléchante.

Je dévorais littéralement mon assiette, une fois terminée je me redressais et pris enfin le temps de regarder réellement mon hôte. Lui aussi terminait son assiette et son regard se dirigea vers moi.



Ce n'est qu’à cet instant que je pris conscience de la puissance de son regard. Ses yeux verts dégageaient une lueur intrigante et fascinante. Je n'arrivais pas à détacher mon regard du sien, il m'emprisonnait.

-« Tu veux prendre un café au salon ? »

Sa voix me surpris et m'obligea à me détourner de ses yeux.

-« Volontiers »

Pourquoi n'arrivais-je pas à prononcer plus d'un mot quand j'étais en se présence. Il devait me prendre pour une folle ou une simple d’esprit, peut être même les deux.

Je le regardais se lever avec grâce, et prendre un plateau sur le plan de travail.

Je le suivis au salon. Il posa le plateau sur la petite table face à la cheminée qui crépitait toujours et nous nous assîmes cote à cote sur le canapé en alcantara. Il me tendit une tasse chaude, que je pris avec joie et que j'entourais de mes mains pour les réchauffer.

Je bus le liquide chaud et le senti glisser le long de ma gorge et de ma poitrine, cette chaleur se dispersa au reste de mon corps et je frissonnai de plaisir.

J'avais l'impression de redécouvrir la joie de choses simples, moi qui m'apprêtait à quitter cette vie pour la mort que je croyais plus douce.

C'était comme une renaissance.



Mon hôte se leva, se tourna vers moi et me fis signe de me lever, nous nous installâmes face à face, près du feu, sur le sol, sur un tapis doux et épais. Je m'assis en tailleur, face à lui.

Je replongeais avec délice mes yeux dans les siens, un courant électrique me parcourut le long de la colonne vertébrale.

-« Je pense que je dois te remercier…pour m’avoir sauvée. »

-« Pourquoi tu as sauté du pont ? »

Question directe mais je me doutais que ça ne tarderai pas à venir !

-« Un peu long à expliquer »

-« J’ai tout mon temps »

-« Ma vie est triste, sombre, je ne sers à rien, pour personne, j'ai mal, toute la journée, toutes les nuits, comme une fissure à l’intérieur de mon corps qui s'agrandit de jour en jour, un grand vide. Je pensais que la mort serait plus douce et à défaut de m'apporter mieux au moins m'aurait elle soulager de mes souffrances." J’ai débité tout ça comme ça me venait, sans réfléchir.

Comme il ne disait rien j’osais :

-« Pourquoi m'avoir sauvée ? »

Il inspira profondément et planta ses grands yeux verts dans les miens :

-"J'ai senti une attirance, comme une force inexplicable qui m'a poussée à aller sur le pont aujourd'hui, je t'ai vue avant que tu sautes, je me suis dit que tu ne le ferais pas, j'ai attendu et puis tu as lâché le garde corps. Alors je suis intervenu »

-« Tu ne réponds pas à ma question, pourquoi ? »

-« parce que je suis attiré par toi »

Il se rapproche de moi,

-"Tu ne me connais même pas, moi non plus d'ailleurs, je ne sais même pas comment tu t'appelles..."



-« Matt, et je n'ai pas besoin de te connaitre pour savoir ce que je ressens. J'aime la couleur de tes yeux, la douceur de ta peau, ta bouche qui créer de jolies fossettes quand tu souris, ton odeur, la douceur de tes cheveux et de ta voix »

-« Je ne crois pas avoir souris aujourd'hui, ni que tu aie eu de contact avec mes cheveux ou ma peau »

Il se rapprocha encore de moi, son visage près du mien, je sentis son odeur, son souffle sur moi, ses lèvres si sensuelles.

Je ne pus le repousser quand il se dirigea lentement vers moi, je fermais seulement les yeux et je sentis le contact des ses lèvres sur les miennes. Cette douceur, cette chaleur m'envahit, je me noyais dans un océan de désir et de joie. Jamais je n'avais ressenti une émotion comparable, je me sentais si bien, j'avais envie de rester ici, dans ses bras, pour l'éternité.



A cet instant j'eu un flash, une image puis une autre, comme une connexion que j'avais avec lui, une fusion, il me transmettait des images, je me voyais moi, chez mes parents, dans ma chambre, au lycée, dans les rues, sur le pont, ce matin. Comme dans un rêve je revivais la scène de ce matin, je me suis vue, face à la rivière, lâcher une main, l'autre, sauter dans le vide, seulement cette fois ci, aucune main n'est venue me retenir, ni me sauver. Je me suis vue tomber, j'ai vu mon corps ricocher sur un rocher puis plonger dans l'eau tourbillonnante du torrent, j'ai disparue.

Brusquement je me suis arrachée à Matt, j'ai reculé d'un mouvement rapide et brusque.

Qu’est ce que cela voulait dire ?

Est-ce mon imagination ? avais-je tellement envie de mourir que je regrette que Matt m'ai sauvée ?? Non, sinon je ne l'aurai pas rencontré !

Il me fixa, attendant que je dise quelque chose :

-« Tu as compris Léa ? »



Non, je ne comprenais rien ! Rien du tout ! Comment savait-il autant de choses de moi, il vient de dire mon nom ! Jamais je ne lui ai dit comment je m'appelais ! Et les vêtements dans la salle d'eau, ils étaient parfaitement à ma taille ! Il ne m'as jamais vu sourire, comment sait-il que j'ai des fossettes ?

Me voyant complètement perdue, il se redressa, et m'aida à me lever moi aussi.

Il prit la direction de la porte d'entrée, je le suivi, nous sortîmes sous la pluie, bizarrement je ne sentis pas le froid ni les gouttes qui venaient s'écraser sur moi.

Nous marchâmes main dans la main le long d'un chemin tortueux le long de la forêt. Quelques minutes plus tard, le chemin se fit plus large et la forêt se fit moins dense.

Nous nous arrêtâmes, Matt regardait loin devant lui, j'en fis de même et mon regard pris la même direction que le sien.



Nous avions suivi la route en parallèle au sein de la forêt, comme celle-ci était moins dense à cet endroit, on pouvait apercevoir l'autre coté.

Il y avait des gens qui partaient les uns après les autres, regagnant leurs véhicules. Tous étaient habillés de noir, l'air triste.



Tout à coup je reconnu ma mère, mon père... que faisaient-ils ici ? Pourquoi pleuraient-ils? Je reconnus plusieurs visages, mes soi-disant "amis"...

Alors je compris, pourtant c'était impossible, il m'avait sauvée !

Les gens quittaient les lieux, Matt me guida et nous traversâmes la route, passâmes les grilles de fer forgé surmontées d'une petite croix, nous longeâmes les allées et nous nous arrêtâmes devant la stèle blanche, récemment posée et entourée de fleurs fraiches.

-« Tu comprends maintenant ? »

Oui je comprenais, et la stèle me conforta dans mes pensées.



Léa

1988-2009

À notre fille bien aimée.



Je suis morte.

Cette fatalité s'encra profondément en moi.



Je me tournai vers Matt :

-« Toi, tu es qui dans cette histoire ? »

Ses yeux plongèrent dans les miens et sa bouche esquissa un sourire.

-« Ton ange gardien, je suis là pour veiller sur toi maintenant »

-« Pour toujours ? »

-« Pour toujours. »

Il tendit ses bras et je me blottis contre lui, il resserra son étreinte et se pencha pour m'embrasser. Un baiser plus profond, plus fort que le précédent qui trahissait ses sentiments à mon égard. Nous reprîmes doucement le chemin du chalet, de notre chalet, pour l'éternité.


J'avais raison, la mort est douce, et elle est encore plus belle que tout ce que j'ai pu imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Mer 13 Mai - 16:45

et bé jaime bocou ta façon décrir, jai trè hate de voir la suite, de voir ske sa va donner =)
Revenir en haut Aller en bas
malycia
Découvre la clairière
Découvre la clairière
avatar

Féminin
Nombre de messages : 409
Age : 36
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Mer 13 Mai - 18:45

Est ce le point final de ton histoire? ou est ce que ça va continuer?

J'aime bcp, je trouve que tu écris bien, l'histoire donne envie d'en lire encore plus!

Merci!smack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilou8085
Joue au strip base-ball avec emmett
Joue au strip base-ball avec emmett
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11138
Age : 31
Localisation : Nounours Addict
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Dim 17 Mai - 13:03

j'aime beaucoup ta fic et j'ai hate de lire la suite !!!!

ton histoire m'intrigue !!!!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurely41
Traquée
Traquée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 612
Age : 34
Localisation : Perdue dans mes pensées...
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Lun 18 Mai - 8:14

Merci beaucoup pour vos commentaires !! je ne pensais pas continuer mais j'avoue que maintenant j'y réfléchis un peu plus sérieusement ! Merci encore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilou8085
Joue au strip base-ball avec emmett
Joue au strip base-ball avec emmett
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11138
Age : 31
Localisation : Nounours Addict
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Lun 18 Mai - 8:34

ah ben si il faut continuer sur ta lancée !!!!!!!!!

moi je suis beaucoup interressé par tout ce qui touche la vie aprés la mort alors vu que ta fict est en plein dedans, continu ma belle !!!

t'as une fan ! lol




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurely41
Traquée
Traquée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 612
Age : 34
Localisation : Perdue dans mes pensées...
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Lun 18 Mai - 12:17

J'ai travaillé un peu sur la suite, merci de me dire ce que vous en pensez en bien comme en mal ... et surtout merci de me lire !




Nous fîmes le chemin en sens inverse, cette fois mon esprit
se posait beaucoup moins de questions, du moins pour le moment.
Je me tenais serrée contre Matt, il m’entourait la taille d’un bras
et ne cessait de sourire. Je réalisai que j’allais partager l’éternité
avec lui, je compris aussi pourquoi je m’étais tout de suite
sentie en confiance avec lui et pourquoi j’ai aussitôt ressenti
quelque chose pour lui. C’est mon âme sœur, celle que je n’ai
pas réussie à trouver dans la vie, je la trouve enfin, dans la mort.

Pour la première fois, je m’autorise un soupir de bien être,
je me sens en sécurité, comme sur un nuage, je crois que
c’est ce qu’on appelle le bonheur ! La pluie continue de
tomber mais nous ne sentons pas les gouttes ni le froid,
je n’y prête pas vraiment attention mais beaucoup de choses
vont désormais changer pour moi à partir de maintenant.
Pour l’instant je savoure mon nouveau bonheur et
la présence de cet homme, ou plutôt de cet ange,
qui se tient à mes cotés.



Nous arrivâmes à notre chalet, nous franchîmes la porte
pour la deuxième fois mais c’est comme si je le découvrais
pour la première fois, je le voyais différemment, je remarquais
plusieurs petits détails ; les bougies posées sur le meuble bas
dans la salle à manger, les rideaux aux fenêtres joliment
arrangés avec les embrases assorties, les cadres représentant
des paysages paradisiaques qui ornent les murs, les œillets
(mes fleurs préférées ! qui fleurissent plus tard dans la
saison d’ordinaire) disposés dans un vase en verre sur le
guéridon dans l’entrée.

Matt se retourna vers moi et planta ses magnifiques yeux
verts dans les miens, les battements de mon cœur s’accélérèrent.



-« Tu dois avoir des questions à me poser je suppose ? »

-« Elles peuvent attendre »



Je me mis sur la pointe des pieds pour m’approcher de son
visage et posa mes lèvres sur les siennes, je dégustai
littéralement ce baiser qui se fit de plus en plus passionné,
il passa son bras autour de ma taille et plaqua mon corps
contre le sien, je sentis son cœur battre, son odeur,
la chaleur que dégageait son corps. J’oubliai tout,
il n’y avait que nous deux, rien d’autre ne comptait ni
n’avait d’importance.

Ses mains partirent à la découverte de mon corps tandis
que les miennes caressaient sa nuque et plongeaient
dans ses cheveux. Je me serrais plus étroitement contre lui.
Il me prit dans ses bras et me souleva, mes cuisses enserrant
sa taille.
Il me porta jusqu’à l’épais tapis sur lequel nous discutions
plusieurs minutes auparavant.
Il s’allongea sur moi, me
couvrant de baisers et de caresses, nous nous
déshabillâmes mutuellement, ses caresses
se firent plus précises,
plus insistantes, j’aimais le contact de sa peau contre la mienne,
les frissons que ses caresses me procuraient, je ne me suis
jamais sentie aussi vivante qu’a cet instant.
Comble pour une morte.

Notre désir pris le dessus, il n’y eu pas de retenue ni de doute,
comme si l’on se connaissait depuis toujours,
nous fîmes l’amour passionnément, encore et encore
jusqu'à ce nous nous
endormions l’un contre l’autre épuisés et heureux.

Le feu crépitait toujours, sa douce chaleur nous enveloppant,
calée contre le torse de mon ange gardien, je ne me lassais
pas de caresser sa peau douce et chaude. Il se tourna vers moi et plongea son regard dans le mien.
Ses lèvres s’entrouvrirent
mais je ne leur laissai pas le temps de prononcer le moindre mot,
j’y posais un doigt, je ne voulais pas gâcher cet instant,
c’est le plus merveilleux que j’ai pu partager jusqu'à aujourd’hui.

Mes lèvres remplacèrent mon doigt et vinrent se poser délicatement,
en douceur sur les siennes.
Je fis passer ma langue sur sa lèvre supérieure,
en fis le tour puis vint mordiller la partie inférieure.

D’un commun accord, nous allâmes prendre une douche bien
chaude pour nous remettre de nos émotions puis, nous dûmes
préparer quelque chose à manger afin de satisfaire nos
estomacs affamés.

Nous nous retrouvâmes dans le salon, cette fois-ci sur le canapé,
devant la cheminée. La lumière du jour faiblissait, la nuit allait bientôt arriver.
Matt pris la parole, il devait penser qu’il était
temps que j’en sache un peu
plus sur ma nouvelle condition.

-« Il y a plusieurs choses que tu dois savoir »

-« Je t’écoute… »

-« Je suis ici pour te guider, jusqu’à l’autre monde, ou je te
rejoindrais une fois ta mission terminée »

-« Je ne suis pas au paradis ? une mission ? de quoi tu parles ? »

-« Tu navigues entre deux eaux, tu dois accomplir une tâche,
afin de changer l’avenir et de pouvoir passer dans l’autre monde »

-« Tu veux dire que je suis un… »

-« Fantôme, c’est un peu plus compliqué que ça, mais pour faire simple,
oui, tu en es un. »



J’avalai ma salive avec difficulté.

-« Quelle mission dois-je accomplir ? »

-« Je ne la connais pas, ce sera à toi de la trouver,
je suis là pour t’aider. Une fois que tu auras connaissance
de ta mission, je disparaitrais. »

-« Pourquoi ?... »

-« C’est à toi seule qu’il incombe de mener à bien cette mission,
je te retrouverai dans l’autre monde, une fois que celle-ci sera
terminée »

-« Et…si j’échoue ? »

Matt me fixa intensément comme si je venais de dire la plus
grosse bêtise au monde.

-« Tu ne dois pas échouer. »

-« Mais si c’est le cas ? Je veux savoir à quoi je m’expose, ce qui m’attend. »

-« Tu resterais bloquée ici, entre les deux mondes,
celui des vivants et celui des morts »

-« Sans toi »

-« Sans moi ».


Tout à coup je pris conscience de l’enjeu de cette mission
et l’importance de sa réussite. Bien que je ne connaisse Matt
que depuis ce matin, je ne peux pas envisager d’être éloignée
de lui un seul instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilou8085
Joue au strip base-ball avec emmett
Joue au strip base-ball avec emmett
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11138
Age : 31
Localisation : Nounours Addict
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Lun 18 Mai - 12:36

ah c de mieux en mieux !!!!!!!!

bravo j'ai hate de lire la suite !!!!

cette histoire de mision m'interresse beaucoup !!!!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jenny91
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
Ecoute Blondie et le clébard se disputer
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2626
Age : 33
Localisation : En région parisienne
Date d'inscription : 07/05/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Lun 18 Mai - 13:00

Salut,
je viens de te lire et je trouve que ton histoire est intéressente, j'éspère que tu vas faire une suite
En attente de te relire
Bye Jennifer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Lun 18 Mai - 14:24

jaime bocou c encore mieu ke ske je pensai vraimen c super
jaten la suite =)
Revenir en haut Aller en bas
aurely41
Traquée
Traquée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 612
Age : 34
Localisation : Perdue dans mes pensées...
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Mar 19 Mai - 9:03

Merci pour vos coms c'est vraiment gentil à vous : j'ai essayé d'avancer un peu alors je vous mets morceau par morceau la suite au fur et mesure que je l'écris...

...

-« Sans toi »

-« Sans moi ».

Tout à coup je pris conscience de l’enjeu de cette mission et l’importance de sa réussite. Bien que je ne connaisse Matt que depuis ce matin, je ne peux pas envisager d’être éloignée de lui un seul instant.




Je me mis à frissonner à cette idée, je ne pouvais pas le perdre, ne plus jamais plonger dans ses yeux verts, ne plus le toucher ni sentir son odeur…

Il se rapprocha de moi et me serra fort contre lui pour calmer mes tremblements. Ses lèvres se posèrent sur mes cheveux, sur mon front, sa main caressait la mienne, remontait le long de mon bras. Ses caresses et sa présence me rassurèrent, mes tremblements cessèrent.

Je pus me détendre, et je me mis à réfléchir à diverses choses, notamment à ce que pouvait être cette fameuse mission.

Qu’attendaient-Ils de moi ?

Ai-je fais quelque chose de mal dans ma vie qui mérite que je me fasse pardonner ?

Pourquoi l’accès à l’autre monde m’était refusé ?

N’avais-je pas droit au bonheur ?



Matt voyait que je me perdais dans mes réflexions, il en profita pour m’éclairer sur certains points de ma nouvelle vie de « fantôme »



-« Je dois te donner quelques précisions ; pour toutes les personnes extérieures à cette maison tu n’es pas visible, tu n’as pas de reflet dans les miroirs, ils ne t’entendent pas quand tu parles, tu ne rencontreras aucun obstacle puisque tu peux traverser les objets. »



Je l’écoutai très attentivement, j’eu beaucoup de mal à comprendre que ce qu’il venait de dire s’appliquait à moi. J’essayais de digérer toutes ces informations.



-« Mais ici je peux toucher les objets, toi tu me vois et tu m’entends… ? »

-« Parce que je suis mort moi aussi, je suis ton ange gardien et cette maison est notre repaire, elle aussi est invisible aux yeux des vivants. »

-« Tu veux dire que si je rencontre d’autres personnes que toi, elles ne me verront pas, je peux passer près d’elles, les toucher, leur parler ou même m’infiltrer chez elles sans qu’elles s’en aperçoivent ? »

-« Oui »



Je me perdis encore une fois dans mes réflexions, le regard perdu au loin, les sourcils froncés, ce qui fit sourire mon ange.

-« Prends ton temps, Léa, je comprends que ce soit difficile à encaisser pour toi, tout est nouveau et parait si irréel »

-« Je ne sais pas par où commencer, et surtout je ne comprends pas ce que j’ai pu faire dans ma vie pour avoir à prouver que je peux accéder à l’autre monde et enfin être heureuse avec toi »



-« La plupart du temps les « âmes vagabondes », comme toi, reste dans ce monde parce qu’elles n’ont pas réalisées ce pourquoi elles étaient sur Terre. Elles sont parties trop tôt, elles n’ont pas eu le temps d’accomplir une tâche qui était décisive dans la vie d’un proche, ou alors leur mort a influencé le cours de la vie d’une ou plusieurs personnes modifiant ainsi leur avenir. »



Ainsi je n’avais pas accompli la tache pour laquelle j’étais sur Terre, ou alors ma mort subite a transformé le futur d’un ou de plusieurs de mes proches. Il fallait que ce soit grave pour m’obliger à agir et ainsi modifier l’avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilou8085
Joue au strip base-ball avec emmett
Joue au strip base-ball avec emmett
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11138
Age : 31
Localisation : Nounours Addict
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Mar 19 Mai - 9:28

ah c'est bien !!!!!!!!!

sympa le clin d'oeil aux ames vagabondes !

tu t'en ai inspiré pour ecrire ta fic ?

perso j'ai le bouquin mais je ne l'ai pas encore lut faut que je m'y mette lol !!!!!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malycia
Découvre la clairière
Découvre la clairière
avatar

Féminin
Nombre de messages : 409
Age : 36
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Mar 19 Mai - 10:12

:bravo:Aurely!!!

Franchement, j'aimais bcp la première partie, ça faisait un peu nouvelle, tu aurais vraiment pu t'arrêter là, la fin ne se voyait pas venir, bref, j'ai bcp aimé!

Maintenant, si tu fais une suite.... tant mieux!!! love J'aime bcp l'idée, tu as super bien rebondit, bref, je te lis avec plaisir! bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Mar 19 Mai - 11:55

et bé tout ske jai a dire c ke c carémen super =)
jadooore
et jen redemande
Revenir en haut Aller en bas
lilou8085
Joue au strip base-ball avec emmett
Joue au strip base-ball avec emmett
avatar

Féminin
Nombre de messages : 11138
Age : 31
Localisation : Nounours Addict
Date d'inscription : 23/03/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Ven 12 Juin - 6:07

tu as arreter ta fict ????????????

si c'est le cas c'est dommage j'aimais beaucoup!!!!!!!!!!!!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malycia
Découvre la clairière
Découvre la clairière
avatar

Féminin
Nombre de messages : 409
Age : 36
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   Ven 12 Juin - 6:11

Oui, moi aussi....!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ma vie après la mort   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma vie après la mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE "après la mort"
» Après la Mort
» Plus de 15 ans après sa mort, le corps d'un homme a été retrouvé à son domicile de Lille
» Où va-t-on après la mort ?
» La vie après la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: