Twilighters France


*** Twilighters France, votre source française depuis 4 ans!
 
AccueilTwilighters FranceFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Daybreak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nanael
Inscription au lycée de Forks
Inscription au lycée de Forks


Féminin
Nombre de messages : 57
Age : 26
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Daybreak   Mar 17 Fév - 16:13

A mon tour de poster ma fic !

Je pense que je devrais l'améliorer. Je poste ici seulement le début dupremier chapitre, je mettrai le reste, pour ceux à qui ça plaît, sur fanfiction.net. Je rajouterai le lien dans ce post !

Voilà le lien permanent de mon profil. La fic est Daybreak, hein ^^
http://www.fanfiction.net/u/1050645/

Daybreak


Chapitre 1 : fin

Tout en évitant mon regard, Bella m’envoya l’appareil photo qu’elle avait eu comme cadeau d’anniversaire. Je cadrai soigneusement les deux personnes au milieu de l’écran : Charlie, avachi sur le divan, et Bella, posée contre l’accoudoir. Je ne pus m’empêcher de constater comme elle était belle, malgré l’air détaché qu’elle prenait face à moi et qui m’aurait donné des nausées, si j’avais pu en avoir. Son père avait maintenant la tête posée sur l’accoudoir. Je soupirai mentalement, puis ordonnai dans un murmure :

« Souris, Bella. »

Elle ne pouvait pas encore savoir le double sens que prenaient mes paroles. Mais elle serait mise au courant bien assez tôt à mon goût. Bella me retourna plus un rictus qu’un véritable sourire, et je compris que mon attitude vaguement froide ne servait en rien à la préparation de ce qui allait suivre. Il allait falloir que je lui dise. Et vite.

« A moi de vous tirer le portrait, les enfants. »

C’était Charlie, ses pensées trahissaient une gène presque risible d’être, ne serait-ce qu’un instant, le centre de l’attention. Pour cela, Bella tenait vraisemblablement de lui. Je me levai, et dans un geste le plus humain que je pus, j’envoyai l’appareil directement dans la main de Charlie. Mon aimée vint se placer à côté de moi, tout en respectant une distance me rappelant vaguement celle des photos de l’ancien temps. J’eus la certitude qu’elle aussi voulait que tout soit terminé, et vite. Je lui avais fait une promesse, et comptait bien la tenir ; elle attendait seulement l’instant où je me déciderais enfin à lâcher prise.
De manière à la satisfaire, je me contentais de poser une main plus qu’évasive sur son épaule, à laquelle elle répondit par une poigne autour de ma taille. Je ne la regardai pas : je ne voulais pas voir ces yeux, ceux qui m’avaient regardé avec tant de fraîcheur depuis quelques temps. Cette pose étrange sauta même aux yeux du photographe attitré, qui ajouta pourtant :

« Souris, Bella. »

Le flash fut dense, et je sentis Bella se contracter un peu lorsqu’il jaillit. Puis aussi sec, je lui épargnait ma proximité gênante et ramenant mon bras glacé près de moi, et rejoignit ma place initiale : le fauteuil. Je suivis furtivement ma moitié du regard lorsqu’elle vint se rasseoir près de l’accoudoir du canapé, et vis qu’elle tremblait. Sa rage était-elle si intense envers moi qu’elle ne pouvait la cacher ? Notre contact avait pourtant été bref. Une fois encore, je me maudis de ne pouvoir lire en elle.
L’émission s’acheva dans le ton des musiques ridicules habituelles. Je me redressai, lentement.

- Il faut que j ‘y aille, annonçai-je.
- A plus, répondit Charlie, l’esprit vite de trop rester devant l’écran plat.

Je m’engouffrai dans le petit couloir, sachant qu’elle me suivait. Sa politesse était intense, et ses attitudes pour ne pas se trahir devant son père et moi me semblaient presque réelles. Son respect me rendit d’autant plus haineux de ma personne.
Sortant sous une pluie habituellement battante, je lui épargnai de jouer la comédie plus longtemps. Une boule se forma dans ma gorge, qui n’avait rien à voir, de près ou de loin, avec la soif. Si mon cœur avait battu, il m’aurait probablement lancé des suppliques immondes. Mais, bien évidemment, je les méritais. Alors que j’étais à mi-chemin, Bella s’arrêta sur le perron. Sa voix tremblait :

- Tu ne restes pas ? demanda-t-elle, probablement par pure politesse.
- Pas cette nuit.

A nouveau, j’usai de sublimation. Je ne viendrai plus hanter son sommeil. Jamais. Me retournant presque trop vite pour le rôle d’humain que je jouais, j’entrai dans ma voiture et démarrai en trombe. Je n’osai regarder derrière moi : elle n’avait même pas dû attendre que j’ai mis la clé dans le contact, ce que j’avais pourtant fait à ma propre vitesse, pour échapper à ma présence. La boule se fit plus présente encore, alors que je traversai une Forks qui me sembla désertique et morne.

Lorsque j’arrivai chez nous, je vis que seul le salon était éclairé. L’absence de deux d’entre nous pesait lourdement sur l’ambiance de toute la famille. Non pas qu’ils me reprochassent quoi que ce fut, mais Alice était un excellent préventif en cas de danger, et mettait un peu plus de vie dans la maison. Lorsque j’entrai, je remarquai qu’Emmet et Rosalie était absents, probablement partis chasser. Cette dernière affichait, depuis le 13 septembre, un air satisfait qui me poussait à des envies de démembrement infernales. Mon père, évidemment, finissait toujours par calmer le jeu avant que je ne lui saute à la gorge. Le monstre en moi sembla rire à ces souvenirs douloureux, mais je le chassai de mon esprit : inutile qu’il revienne me saluer à un moment pareil.
L’habitation était silencieuse. J’entendis mon père dans son bureau : il pensait aux derniers préparatifs de notre départ. Qui serait pour très bientôt. Esmée, ma mère, s’inquiétait pour moi. Comme à son habitude, des pensées aimantes l’animait, et la boule sembla doucement se rétracter. J’eus envie d’écouter ses réflexions pendant toute la nuit, mais ç’aurait été comme trouver une échappatoire : tout ce qui se passait était de ma faute, et je n’avais pas le droit de tenter de me soustraire à une culpabilité que je méritais.
La nuit fut longue. Par mégarde, j’écoutai le clair de lune, alors que le fameux croissant blême filtrait à travers la baie vitrée de ma chambre. La boule revint, plus présente que jamais, et je montai le son. Rosalie et Emmet rentrèrent, mais aucun d’eux ne tenta de me déranger. Il m’arriva un instant à la pensée que nous étions comme en deuil. Toute une période s’achevait, et nous ne pourrions revenir avant bien des décennies. Tout cela par ma faute. Mes yeux brûlèrent, mais je ne pouvais pas pleurer. Après tout, je n’étais qu’un monstre, et ce mot m’arracha un rictus, tandis que la bête en moi s’animait.

Je fus au lycée bien avant tout le monde. Je devais me préparer mentalement : même pour une créature sans âme comme moi, cette journée allait être difficile. La boule dans ma gorge ne s’était pas résorbée au cours de la nuit, et je n’avais pas réussi à domestiquer assez mon esprit pour l’empêcher de voguer vers elle. Combien de temps cela allait-il durer ?
Toute la matinée, apparemment. Alors je j’accompagnai Bella en silence comme à mon devoir, ce que je parvins à identifier comme une pure peine s’était emparée de moi et ne daignait pas me laisser un instant de répit. Parfait ! je faisais ainsi pénitence de tout le mal que j’avais pu lui faire. Je l’observai peu, mais remarquai que son visage avait perdu couleur et vie. La répugnais-je désormais à ce point ? En cours de français, j’ouvris la bouche pour lui souffler une réponse que je connaissais par cœur sur Lady Capulet. Quelle ironie que nous dûmes étudier Roméo et Juliette à cette période ! Mon regard s’attarda sur mon propre reflet à ses côtés. Mes yeux étaient un abîme sans fond. Depuis combien de semaines n’avais-je chassé ? Son odeur me torturait, mais j’y voyais encore un moyen d’expier mes péchés, alors je ne voyais plus l’intérêt de me nourrir. Un instant, je songeai à la tuer une bonne fois pour toutes. Elle serait à moi pour l’éternité. Le monstre en moi sembla rugir de plaisir. Comme au premier jour de notre rencontre, j’échafaudai des plans, mais me résout à l’épargner : jamais je n’aurais pu lever la main sur elle. Alors je tentai d’imprimer, dans un esprit trop soucieux d’oublier, notre image qui se reflétait dans les glaces de la salle de classe, et son parfum floral que je laissai librement entrer dans mes narines, respirant à pleins poumons.
Au repas, Bella laissa circuler son nouvel appareil parmi ses amis. J’avais, par habitude, commandé pour elle, mais elle ne daigna pas toucher à son plateau. Etait-ce donc mon seul contact qu’elle ne pouvait supporter ? Son visage morne me sembla agressif, comme s’il m’était entièrement destiné…ce qui était probablement le cas. Je cherchai des réponses dans les esprits de ses amis, mais ils étaient tous bien trop occupés à faire joujou pour penser à s’occuper d’elle. Je fulminai. Mais peut-être était-ce seulement le fait qu’il y ait trop de photos de moi qui l’incommodait. Il faudrait que je pense à régler cela rapidement.
La journée fut aussi lente qu’insupportable. La boule me sembla peser des tonnes lorsque je regardai Bella s’éloigner à bord de sa Chevrolet. Regagnant ma voiture, j’ignorai sagement Rosalie et Emmet, ce dernier très agacé par mes silences. Pendant le trajet du retour, je m’accordai aux pensées superficielles de Rosalie, qui me changèrent quelque peu les idées. Arrivés à la maison, j’entendis que mon père désirait me parler. Aussitôt, je fus dans son bureau. Il s’attarda un instant sur son livre avant de s’intéresser à moi. Malheureusement, ses pensées étaient soigneusement tournées vers tout autre chose que notre conversation. A force de les espionner, j’aurais dû m’attendre à ce qu’ils développent ce genre de parade. Mais cela ne signifiait qu’une chose pour moi : le moment était venu. Il prit la parole, d’une voix douce, comme un père qui voudrait rassurer un enfant effrayé :

- Il est temps, mon fils. Mon préavis se termine demain soir, et nous n’attendrons pas.
- Bien, ma voix s’était faite murmure, sans que je l’eusse prévu.
- Nous n’irons pas chez les Denali. Si tu souhaites t’y rendre, tu sais que tu y es plus que bienvenu. Je les ai prévenus.
- Non. J’ai prévu d’aller ailleurs.
- Parfait. Je les appellerai une fois à destination pour annuler. Je suppose que tu ne nous accompagneras pas à Los Angleles.

C’était une affirmation des plus ironiques. Je fis non de la tête. Etrangement, j’étais épuisé, les forces m’avaient quittées. Ainsi, demain serait le grand jour. Me détournant de ma dépression naissante, il me proposa d’aller chasser. Je refusai, et il n’insista pas, me recommandant seulement d’être prudent. Le monstre ricana.
Le jour arriva beaucoup plus vite que les milliards qui avaient précédé. Et s’écoula encore plus vite. La fin de l’après-midi me menaçait¸tiraillant mes entrailles, asséchant ma gorge déjà parcheminée de trop d’abstinence. La boule me signala douloureusement sa présence. J’avais prévenu ma famille, et les vis disparaître alors que je la raccompagnai jusqu’à sa voiture. Je respirai un grand coup, avant qu’elle ne se dérobe à moi :

- Ca t’ennuie si je passe chez toi ce soir ?
- Bien sûr que non, répondit-elle, aussi lointaine que je l’avais redouté. Mes entrailles se tordirent de plus belle.
- Tout de suite ? insistai-je, désireux que cela se finisse le plus vite possible.
- Pourquoi pas ? Je dois poster une lettre à Renée, je te retrouve là-bas.

Contemplant un instant la lettre, je compris : les photos. Devant faire disparaître toutes les preuves, je m’en emparait : trop vite pour un humain. J’étais trahi, mais Bella ne sembla pas s’en offusquer. Je ne supportais plus sa présence. Ma voix se fit à nouveau murmure :

- Je m’en charge, ça ne m’empêchera pas d’être chez toi le premier.

Je tentai un sourire, mais m’y accordai mal, tant la douleur fulgurait dans mon corps.

- A ta guise.

Une réponse simple, qui me permettait de fuir, comme un couard, loin d’elle. Refermant la portière, je courus presque, pour un humain, jusqu’à ma Volvo. Elle était alors un refuge inespéré. Je contemplai quelques minutes l’enveloppe. Aucun doute : elle contenait probablement les photos prises deux jours auparavant. Je la fourrai dans la poche intérieur de ma veste, m’excusant mentalement auprès de Renée qui n’aurait jamais de nouvelles de sa fille. Bella me maudirait, mais je le méritais, et même plus que ça.
Dans un crissement de pneus, je me garai. Evidemment, elle n’était pas arrivée. Pas encore. Quelques minutes de répit pour quelques secondes d’horreur. La boule de ma gorge se rappela à mon douloureux souvenir. Je n’arrivai pas à savoir quelle serait la meilleure manière, où, comment le lui dire. Mais ce qui m’effrayait le plus était le soulagement que je savais inscrit sur son visage lorsque je lui dirais. Cette unique expression qui réduirait mon monde en cendres. Je m’agitai dans la voiture, et le froissement de la lettre adressée à Renée me rappela que toutes les preuves devaient disparaître. Je ne pouvais décemment pas lui laisser de photos de moi, car je n’étais pas sûre qu’elle oserait les brûler, et l’imaginer me faisait plus que mal. A toute vitesse, je grimpai par la fenêtre de sa chambre et arpentai la pièce à la recherche des clichés. Et je les trouvai, bien rangés dans un des albums photo de son anniversaire. Malgré tout, elle avait conservé les miens. Je les rangeai rapidement avec le courrier volé et récupérai le cd que je lui avais moi-même offert. Je fus surpris qu’il se trouvât toujours dans son lecteur. Elle n’en avait probablement pas eu besoin depuis quelques temps…

J’entendis alors la Chevrolet tourner à l’angle de la rue. Me ressaisissant, je regagnai ma voiture et y demeurai, entrailles tordues, en attendant qu’elle termine de se garer. Je fus à ses côtés alors qu’elle sortait de son véhicule, et son odeur me frappa comme une gifle. Mes yeux brûlèrent à nouveau, mais ce corps maudit ne souffrirai aucune larme, de quoi assurer ma couverture. La boule m’envoya un signe lorsque je déglutis le venin qui m’était venu à la bouche. Maintenant encore, j’avais peur de la tuer. Je la débarrassai de son sac, pour mieux le reposer sur la banquette, ce qui lui arracha un minuscule hoquet de surprise, inaudible pour d’autres oreilles, peut être même pour les siennes. Je ne pouvais plus faire marche arrière. J’annonçai : « Viens te promener avec moi. » tout en saisissant sa main, bien trop raide à mon goût. Mes yeux papillonnèrent un instant, mais ils restèrent secs comme ce cœur qui ne palpitait plus dans ma poitrine. Je la conduisis dans un endroit calme, un endroit duquel personne ne me verrait fuir à toute jambes. J’étais engourdi, mes membres refusaient de se plier à ma raison, et la faim se faisait trop présente près d’elle. Mais je ne perdrai pas pied, car la boule me ramenait toujours à moi. Lorsque je fus satisfait de la distance, tout en restant près de chez elle, pour ne pas l’abandonner à sa maladresse dans les bois, je m’arrêtai, puis me plaçai contre un tronc d’arbre, à bonne distance d’elle. Inconsciemment, peut être espérais-je ne pas voir son visage satisfait lorsque je lui avouerais…Le silence qui se dégageait d’elle m’étouffa comme un brasier. Pourtant elle me parla, sans aménité :

- Allons-y, discutons.
- Nous partons, Bella.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bellard
Ecoute les légendes Quileutes
Ecoute les légendes Quileutes


Féminin
Nombre de messages : 1516
Age : 35
Localisation : ""dans les bras edward""
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mar 17 Fév - 17:57

j adore c est trop bien j ai hate de lire la suite bravo !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanael
Inscription au lycée de Forks
Inscription au lycée de Forks


Féminin
Nombre de messages : 57
Age : 26
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mar 17 Fév - 18:36

Merci, c'est très gentil de m'avoir lue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cullen.x
Plan d'attaque
Plan d'attaque


Féminin
Nombre de messages : 1607
Age : 21
Localisation : C'est vrmt la peine de le demander ? -_- .. Dans les bras d'Edward biensur ;D
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mar 17 Fév - 22:31

ça ressemble beaucoup à tentation mes du point de vue
d'Edward , c'est super j'adore ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bellard
Ecoute les légendes Quileutes
Ecoute les légendes Quileutes


Féminin
Nombre de messages : 1516
Age : 35
Localisation : ""dans les bras edward""
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mar 17 Fév - 23:48

c est exellent bravo !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien
Rencontre avec Jacob Black
Rencontre avec Jacob Black


Masculin
Nombre de messages : 233
Age : 29
Localisation : Nu dans un champs
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mer 18 Fév - 0:11

c'est vraiment très beau, un beau vocabulaire bien employé. Cette fic traduit vraiment l'état d'ame d'Edward.


Mes toutes sincères félicitations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nanael
Inscription au lycée de Forks
Inscription au lycée de Forks


Féminin
Nombre de messages : 57
Age : 26
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mer 18 Fév - 7:41

Ouah, merci, ça me fait très plaisir que vous ayez aimé !!!

En fait, c'est Tentation. J'ai repris le chapitre 3 et je l'ai fait du point de vue d'Edward, je trouvais que c'était le mieux pour commencer ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bellard
Ecoute les légendes Quileutes
Ecoute les légendes Quileutes


Féminin
Nombre de messages : 1516
Age : 35
Localisation : ""dans les bras edward""
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mer 18 Fév - 9:29

j adore c est exellent !!!!!!


bravo !!! bravo !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Daybreak   Mer 18 Fév - 13:52

c'est WAOUH jadore, , une très belle façon décrire, du point de vue d'edward jadore, g hate de voir la suite, jsui carémen fan
Revenir en haut Aller en bas
Cullen.x
Plan d'attaque
Plan d'attaque


Féminin
Nombre de messages : 1607
Age : 21
Localisation : C'est vrmt la peine de le demander ? -_- .. Dans les bras d'Edward biensur ;D
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mer 18 Fév - 17:40

tu vas mettre la suite quand au faite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bellard
Ecoute les légendes Quileutes
Ecoute les légendes Quileutes


Féminin
Nombre de messages : 1516
Age : 35
Localisation : ""dans les bras edward""
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mer 18 Fév - 22:42

oué c est pour quand la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cullen.x
Plan d'attaque
Plan d'attaque


Féminin
Nombre de messages : 1607
Age : 21
Localisation : C'est vrmt la peine de le demander ? -_- .. Dans les bras d'Edward biensur ;D
Date d'inscription : 05/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Jeu 19 Fév - 2:39

c'est moche !! sur le site il ya
juste un chapitre, écrit d'autre chapitre allez !! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patjen
Emménagement chez Charlie
Emménagement chez Charlie


Féminin
Nombre de messages : 39
Age : 37
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mar 24 Fév - 15:04

c'est vraiment bien ecrit c'est tout à fais edward qui parle!!!
la suite on l'attend avec impatience!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Addict_To_Rob
Veut sauter à la gorge de Jake
Veut sauter à la gorge de Jake


Féminin
Nombre de messages : 3391
Age : 22
Localisation : devant mon ordi.
Date d'inscription : 19/02/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mar 24 Fév - 16:27

J'aime beaucoup ta fic, néanmoins ça facilite la tâche d'avoir déjà l'histoire écrite du point de vue de Bella et d'avoir "Midnight Sun" pour traduire les sentiments d'Edward mais franchement c'est vraiment bien écrit quand même ... cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phika17
Dans la chambre d'Edward
Dans la chambre d'Edward


Féminin
Nombre de messages : 546
Age : 39
Localisation : Le Forks de la France !
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Mar 24 Fév - 16:42

C'est avec une boule dans la gorge que j'insiste pour avoir la suite !
Vite !!!!!!!!!

_____________________________________

Je viens de lire la suite sur ton site, et franchement, je repousse mes larmes le plus loin possible de mes cils, sinon, mon mari va me prendre pour une folle !
Merci et j'exige la suite.
Enfin, s'il te plaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asmiletomanon
Reçoit un baiser sur le front
Reçoit un baiser sur le front


Féminin
Nombre de messages : 888
Age : 25
Localisation : Perdue dans les tréfonds des yeux dorés d'Edward...
Date d'inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Lun 13 Avr - 20:08

Oh, excuse-moi Nanael, je ne savais pas que j'avais donné à ma fanfiction le même titre que la tienne.
Veux-tu que je change ou cela ne te dérange pas? Si tu souhaites que je trouve un autre titre, je trouverai cela normal...

Encore pardon, et au fait, j'aime beaucoup le début de cette histoire, ça commence bien... Smile

Bisous mes agneaux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asmiletomanon
Reçoit un baiser sur le front
Reçoit un baiser sur le front


Féminin
Nombre de messages : 888
Age : 25
Localisation : Perdue dans les tréfonds des yeux dorés d'Edward...
Date d'inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Daybreak   Lun 13 Avr - 20:49

En fait non, rien avoir! Je n'avais lu que les premières lignes de ta fic mais, mon Dieu, elle est exceptionnelle! Sincèrement, l'écriture est travaillée et fluide... C'est tellement agréable de lire une histoire avec du vocabulaire recherché et une certaine maitrise... Bravo, j'ai adoré. C'est tout à fait ainsi que j'imaginais le déchirement d'Edward lorsqu'il quittait Bella, les sentiments sont très bien retranscrits!

Encore bravo... Mais, tu comptes faire quoi comme suite? Raconter la vie morose et déchirée d'Edward sans Bella. Moi, personnellement, je la trouve bien comme cela et je ne rajouterai pas de suite....
Même si cela me plairais d'en lire une Smile

Bisous mes agneaux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Daybreak   Aujourd'hui à 13:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Daybreak
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 4x20 - Daybreak, Part two
» Wei Chen- DayBreak
» 4x19 - Daybreak, Part one
» BSG - Saison 4 (Fin)
» [Johnny's] Tokio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilighters France :: Le quartier des artistes :: Fanfics :: Fanfics tout Public-
Sauter vers: